Version classiqueVersion mobile

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Étudier la diversité de la paysannerie : l’approche typologique

Christophe Gironde

Texte intégral

Introduction

1La paysannerie vietnamienne connaît depuis le début des années 1980 un processus de transition agraire qui, à bien des égards, s’inscrit à l’inverse de l’expérience d’agriculture socialiste lancée au tournant des années 1950-1960 quand furent instituées les coopératives puis la planification imposée de la production.

2Les premiers signes de décollectivisation datent de la seconde moitié des années 1970, quand des coopératives instaurent des contrats de production avec les paysans. Ces contrats ont pour principe l’allocation d’une superficie aux foyers qui sont en charge des opérations culturales, celles-ci n’étant donc plus effectuées dans le cadre des brigades de production. Les foyers doivent en retour livrer une quantité préétablie de produits – quota de production – à la coopérative. Le travail familial s’avère plus productif que celui des brigades. En 1979, le Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) reconnaît la nécessité d’établir des « incitations matérielles » pour stimuler la production : les taxes agricoles sont diminuées, les prix fixés par l’État sont relevés et les paysans sont autorisés à vendre leur surplus, soit aux agences étatiques à des prix négociés, soit sur les marchés. Le changement d’attitude du gouvernement est confirmé en 1981 avec la directive n° 100 du PCV qui officialise le système des contrats de production. La directive n° 100 consacre la responsabilisation et l’intéressement individuel des producteurs. La coopérative conserve cependant un rôle clé puisqu’elle pouvait redistribuer les terres chaque année, et demeurait responsable de la préparation des sols (labours et irrigation) et fournissait l’essentiel des semences et des engrais. Les réformes ne consistaient alors qu’à desserrer le « système ». Le renoncement à l’agriculture socialiste est consacré avec la résolution 10 de 1988 : les terres sont alors distribuées aux foyers qui sont désormais en charge de l’ensemble des opérations culturales. La résolution 10 officialise une fois encore un processus déjà bien avancé (connu sous le nom de forfaits blancs) de transfert de responsabilité aux foyers. Les coopératives perdent alors leurs prérogatives pour la vente d’intrants et l’achat des récoltes, et sont rapidement remplacées par des commerçants privés. La planification obligatoire des cultures est supprimée : l’exploitation familiale, autonome dans l’allocation de ses ressources, est ainsi rétablie. La décollectivisation de l’agriculture aura ainsi été menée progressivement, jalonnée de directives et de résolutions promulguées par le pouvoir central entre 1979 et 1998. Ces textes, pour l’essentiel, entérinent des arrangements et pratiques déjà largement répandus. Le rétablissement de l’exploitation familiale comme unité de base de l’agriculture est confirmé avec la loi foncière de 1993 qui instaure des droits d’usage de longue durée (20 ans pour les cultures annuelles, 50 ans pour les pérennes) des terres agricoles distribuées aux foyers en fonction du nombre de personnes composant le foyer.

3Ce chapitre a pour objet la diversité de la paysannerie vietnamienne, de ses activités productives, des conditions de vie matérielles et sociales, et des transformations qu’elles ont connues depuis la réhabilitation de l’exploitation familiale comme unité de base de la production agricole au cours des années 1980. Cette diversité a été occultée par la croissance du secteur agricole qui, dans un premier temps, a été le fait de l’ensemble de la paysannerie vietnamienne, et a bénéficié au plus grand nombre. Après les années de pénurie, disette, famines, l’attention portée au redressement de l’agriculture, symbolisé par le retour du Viêt-Nam sur le marché mondial du riz comme exportateur en 1989 et le boom du café dans les années 1990, a masqué un phénomène de différenciation croissante, entre les régions agricoles (plaines deltaïques et régions de collines ou montagnes), comme entre les foyers paysans d’une même région, d’une même commune, d’un même village (Sikor 2001 ; Hy 2003 ; Taylor 2004).

4Comment, au-delà des catégorisations du type riche-moyen-pauvre, étudier la diversité des exploitations familiales, des systèmes d’activités productives, de leurs résultats techniques et économiques ? La construction de typologies est un moyen d’en rendre compte, et d’aller au-delà des quelques grands indicateurs statistiques d’inégalité utilisés d’ordinaire (coefficient de GINI, rapport entre quintiles, etc.). Au cours des années 1990, les conditions de la recherche de terrain (notamment par entretiens directs avec les populations) ont elles aussi connu une libéralisation ; de nombreux étudiants et chercheurs, agronomes, économistes, anthropologues, sociologues et géographes pour l’essentiel, ont utilisé la typologie comme représentation de la réalité. La recherche conduite dans le delta du fleuve Rouge à la fin des années 1990, et présentée dans ce chapitre, s’inscrit dans cette pratique (Gironde 2001, 2004).

5La première partie présente les catégorisations existantes, produit de l’appareil statistique vietnamien pour l’essentiel, et l’apport des typologies des systèmes de production agricole. Elle précise en quoi la construction d’une typologie diffère de la catégorisation. La deuxième partie porte sur la recherche, la zone d’étude et les lieux de la recherche, la construction de l’échantillon, la collecte et le traitement de l’information. Les résultats de la recherche sont présentés dans la troisième partie.

Catégorisations et typologies

Les catégorisations

6La catégorisation des foyers la plus courante est relative à la richesse ou la pauvreté monétaire. On parle ainsi communément de paysans ou de foyers pauvres, moyens, riches ; Nguyen (1993) fournit une bonne illustration de ces catégorisations produites par l’appareil statistique à partir d’estimations calculées des revenus. La distribution de la population en quintiles aboutit à des catégorisations telles que « getting rich (households), upper middle, middle, lower middle, poor » (Pham et al. 1997), ou encore « poorest, near poorest, middle, near richest, richest » (JDVCG 2003). Ces catégories servent pour la mise en œuvre des politiques sociales, et notamment la lutte contre la pauvreté. Tel foyer est ainsi catégorisé comme pauvre en référence à son revenu estimé, inférieur à 100 000 VND (environ 4 euros) par personne et par mois en 2007. C’est le travail des autorités locales que d’identifier les foyers pauvres qui, à ce titre, bénéficient de certaines exemptions (taxe sur la parcelle d’habitation, consultations médicales par exemple). Le gouvernement procède de même au recensement des communes pauvres sur le territoire national.

7Hormis la conceptualisation de la pauvreté et l’exactitude des calculs de revenu, ces catégorisations posent un problème de fond dans la mesure où les revenus ne permettent pas de rendre compte de systèmes d’activités financés de façon croissante par emprunt. Or sans prise en compte du jeu des emprunts, et de la reproduction d’un niveau d’endettement élevé par rapport au revenu, il n’est pas possible de rendre compte des transformations des systèmes d’activités depuis la décollectivisation. Il en est de même pour la consommation, qui traduit en partie le niveau de revenu, mais aussi la capacité d’emprunt.

8Les foyers paysans sont également distingués par leur activité principale. Le recensement rural de l’agriculture et de la pêche de 2001 distingue ainsi six catégories de foyers : « agricultural (household), hired agricultural, industrial and handicraft, constructional, wholesale and retail trade, transportation, et other services » (GSO 2003). Ce critère de l’activité principale pose également problème puisque la pluriactivité est devenue l’une des caractéristiques essentielles de l’économie familiale en milieu rural. Des cas de foyers spécialisés existent ; l’activité principale est alors l’unique ; pour d’autres foyers, une activité principale peut être identifiée ; mais pour quelle fraction du revenu ce « principal » compte-t-il ? Ce type de classification ne l’indique pas. Il est d’ailleurs rare, si l’on demande aux intéressés « quelle est votre activité principale ? », qu’ils ne mentionnent qu’une activité. Surtout, la comptabilité de l’économie familiale ne peut s’effectuer par addition du revenu principal et des revenus complémentaires ; les mouvements de trésorerie doivent être pris en compte. C’est alors la combinaison des activités, et non pas la principale, qu’il s’agit de saisir pour rendre compte de la diversité des économies familiales.

Zonage des régions et typologies des systèmes de productions agricoles

9Le renouveau de la recherche de terrain au cours des années 1990 ainsi que la réalisation de grandes enquêtes nationales (Viêt-Nam Living Standard Survey, Rural Census) ont fourni la base à la construction de typologies pour appréhender les transformations de l’agriculture vietnamienne. À partir des données de l’enquête sur les conditions de vie de 1993 (GSO 1994), Dao The Tuan et Le hi Chau Dung (2000) ont par exemple entrepris une typologie des neuf sous-régions écologiques dans le delta (du fleuve Rouge) ; à chacune d’elles correspond un type de développement agricole : intensif avec riz, cultures sèches, intensif avec peu de cultures sèches, etc., pour rendre compte de la diversification de l’agriculture. Dans la continuité de ces travaux, Dao The Anh (2003) établit à partir de quatre études de communes autant de types de diversification, selon que celle-ci est orientée vers la menthe et les arbres fruitiers, le riz et l’ail, le riz et les cultures sèches vivrières, ou les métiers artisanaux. Se référant aux mêmes communes, Le Duc Thinh (2000) distingue, lui, des types d’agriculture qui renvoient également aux plantes cultivées et à l’ampleur de la diversification. À partir de statistiques couvrant l’ensemble des communes du Bac Hung Hai (Fontenelle et al. 2001), il efectue un zonage des systèmes de production agricole. Utilisant les mêmes données statistiques, Bénédictine Jacques (1999) distingue, elle, les systèmes de culture selon leur dominance : riz au printemps et en été et légumes en hiver, maïs en hiver, riz au printemps et en été et maïs en hiver, etc.

10Au niveau des exploitations familiales, on dispose de typologies des systèmes de production, et de typologies d’exploitants. Les systèmes de production agricole sont caractérisés par la combinaison des productions végétales et animales, les superficies des différents types de terres (bas-fonds, pentes, etc.), le type de capital (force de traction) et l’intensité en capital (intrants pour les cultures et les élevages). Les performances économiques sont mesurées par la valeur ajoutée nette par actif rapportée à la surface par actif ou encore la rémunération par jour de travail. David Sadoulet (1999) par exemple, dans son étude dans la province montagneuse de Bac Kan, distingue six systèmes de production : exploitation spécialisée en riziculture et arboriculture, exploitation arboricole, exploitation rizicole, exploitation spécialisée en élevage porcin et arboriculture, etc. Jean-François Le Coq (2001), dans la province de Can ho dans le delta du Mékong, distingue cinq catégories d’exploitants : les « sans-terres », les exploitants familiaux minifundistes, les exploitants familiaux stricto sensu, les exploitants patronaux stricto sensu, et les exploitants – entrepreneurs.

Une typologie des transformations des systèmes d’activités productives

11Pour répondre à la question centrale de ma recherche – Comment ont évolué les activités productives des exploitations familiales après leur réhabilitation ? – j’ai construit une typologie des transformations des systèmes d’activités des foyers. L’ensemble des activités productives, et pas seulement les activités agricoles, ont été prises en compte. L’importance très vite évidente des activités de service, de commerce, de fabrication artisanale, et de la location de la force de travail, en terme d’allocation de la main-d’œuvre familiale, de revenu et d’investissement, imposait de tenir compte de ces activités qui ne sont pas complémentaires mais essentielles à la reproduction des exploitations familiales.

12Seconde différence par rapport aux typologies évoquées ci-dessus, ce travail vise à rendre compte des transformations des systèmes d’activités au cours d’une période, et non pas des systèmes d’activités à un moment donné. La période étudiée va du milieu des années 1980 à la seconde moitié des années 1990. Pourquoi cette délimitation dans le temps ? Dans les villages sélectionnés, c’est au cours des années 1985, 1986, 1987, que les distributions de terres et le système des contrats de production sont devenus systématiques, entendons qu’ils sont étendus à l’ensemble de la superficie des terres de rizières, et que l’ensemble de la population bénéficie de cette nouvelle organisation du travail, en remplacement du travail en brigade. Cette systématisation sera formalisée par la décision 10 de 1988. Seuls certains foyers étaient « sortis des brigades de production » avant 1985. La fin de la période correspond au temps de la recherche de terrain : un séjour de 16 mois entre septembre 1996 et décembre 1997, et deux séjours de 6 semaines de recherches complémentaires en 1998 et 1999. Par souci de simplification du texte, nous considérerons les années 1987 et 1997 comme la période d’étude des transformations des systèmes d’activités productives des foyers.

13La typologie se veut être ainsi une représentation : (a) des systèmes d’activités productives des foyers au début de la période étudiée (milieu des années 1980) ; (b) des transformations de ces systèmes d’activités réalisés au cours des dix années qui suivent ; et (c) des dynamiques de transformation (investissement en capital et en travail) en 1997.

Les attributs de la typologie

14La typologie fournit une image de la réalité circonscrite à l’espace géographique de la zone d’étude. Elle ne se veut pas représentative, au sens statistique du terme, d’un espace plus vaste. Le mode d’échantillonnage est d’ailleurs différent de celui des enquêtes statistiques. Les premiers foyers me furent proposés par les autorités : paysans modèles plutôt que moyens, ils permettent de prendre acte de la nature des richesses et de la (bonne) condition sociale. À l’issue de ces premiers entretiens, au gré des informations recueillies et des questionnements revus, j’ai procédé au choix raisonné (Taillard 1997) de foyers qui présentaient des situations tantôt distinctes, tantôt similaires, à la recherche des différences comme des récurrences, misant sur le temps pour parvenir à un échantillon significatif des différents types de transformation des systèmes d’activités.

15À la différence des catégorisations, la typologie doit rendre compte, outre des transformations respectives des activités des foyers, de « ce que les uns ont que les autres n’ont pas » (l’ordre social), et de l’impact des transformations des uns sur les transformations des autres (les différents types font système).

16Prenons le cas des foyers qui se distinguent par une augmentation de la superficie cultivée au cours de la période (type 2). Cette accumulation foncière relève de l’accès à des superficies, des terres mais aussi des étangs, qui n’ont pas fait l’objet de la première distribution, ni des procédures d’adjudication comme stipulées par la loi foncière de 1993. L’accès à ces espaces restants, répertoriés « terres de la coopérative » et « étangs de la coopérative », dépend des relations entretenues avec les pouvoirs locaux, les décideurs et autres personnes influentes (chefs de village, membres du comité populaire de la commune, de la coopérative, etc.). La typologie doit alors rendre compte de la mesure dans laquelle des foyers ont bénéficié de ces (bonnes) relations et comment ces relations font défaut aux autres types de foyers (type 4 notamment). Tel est l’ordre social villageois qui détermine l’accès à ces espaces.

17D’autre part, l’accumulation foncière s’est faite aussi par des transactions privées entre les foyers, qui sont libres de sous-louer les terres dont ils ont le droit d’usage (pour une période de vingt années à compter du 1er avril 1994). Dans un contexte de hausse générale du prix des terres, d’augmentation des dépenses d’intrants, et de risques élevés pour la commercialisation des produits les plus rentables, des foyers peuvent trouver intérêt à sous-louer leurs terres – et s’en aller chercher du travail vers les villes – à des foyers disposant de davantage de ressources financières et intégrés aux filières de commercialisation. Telle est l’économie agricole qui se développe avec la réhabilitation de l’exploitation familiale, des systèmes de production nécessitant plus de capital, des systèmes de commercialisation plus risqués pour les producteurs, un système qui explique (en partie) l’augmentation des superficies cultivées des uns, et la stagnation ou la diminution des superficies d’autres catégories d’exploitants.

18À la différence du procédé de catégorisation par distinction riche-moyen-pauvre, la typologie vise à rendre compte des interrelations entre les groupes, et des relations entre enrichissement (des uns) et appauvrissement (des autres).

La conduite de la recherche

19Cette partie présente la conduite de la recherche : la délimitation de la zone d’étude et les lieux de la recherche, l’échantillonnage, et le travail concomitant de collecte et de traitement des données pour la construction de la typologie.

Zone d’étude et lieux de la recherche

  • 1 La province de Hai Hung a, depuis, été divisée en deux : Hai Duong et Hung Yên ; c’est dans cette d (...)

20La recherche a porté sur sept villages appartenant à trois communes du district de Chau Giang, dans la province de Hai Hung1.

21La recherche débuta dans la commune de Minh Chau, résultat de discussions avec les services agricoles du district de Chau Giang sur les « profils » des différentes communes, et de négociations obligées avec les autorités politiques. Avec des terres agricoles basses, où l’on ne cultivait que du paddy, et sa localisation sur un axe majeur (routier et fluvial), la commune de Minh Chau n’apparaissait pas moins intéressante qu’une autre comme point de départ. Une deuxième commune, Tan Dan, fut choisie pendant les recherches à Minh Chau, après avoir établi qu’il existait des différences conséquentes avec la première commune eu égard aux systèmes de culture et à la place des activités non agricoles. De même, c’est au cours des recherches à Tan Dan que j’ai opté pour Binh Minh, en raison notamment des relations économiques entre les deux communes.

22Je suis donc parti des exploitations familiales, et du cadre premier de leurs activités économiques : le village et ses terroirs. Les activités productives ne se limitant pas à cet espace, j’ai dû suivre les habitants, dans leurs déplacements et migrations, ou dans leurs récits quand il ne m’était pas possible de les accompagner : dans des communes et districts voisins où certains louent leur force de travail : à Hanoi où les hommes surtout travaillent comme ouvriers sur les chantiers de construction, et les femmes plutôt comme vendeuses ambulantes ; à Lang Son et Mong Cai où le commerce des produits en provenance ou à destination de la Chine génère de nombreuses possibilités de petit commerce. La zone d’étude n’a donc pas de limite territoriale finie ; elle s’étend aux lieux où les foyers réalisent leurs activités productives.

Sources d’information : les entretiens et l’observation participante

  • 2 Pour davantage de détails concernant les sources et la méthodologie dans son ensemble, on peut se r (...)

23L’information qui a servi à la construction des typologies et à l’analyse provient pour l’essentiel des entretiens avec la population, sous forme d’entretiens semi-structurés, et de discussions non structurées, entendons des discussions lors desquelles le chercheur ne cherche pas à avoir l’initiative des contenus. Entretiens et discussions ont été menés principalement avec les adultes ayant la responsabilité du foyer considéré. La durée du séjour sur le terrain se prête à des entretiens multiples avec les mêmes personnes ; on « revient » pour des compléments d’information, puis pour discuter et confronter ses premiers résultats et raisonnements. Le travail de recherche va évidemment de pair avec la socialisation du chercheur, et offre avec le temps des opportunités d’observation participante : on est invité ou on est présent lors de tel événement, de telle transaction, négociation, visite, etc.2

Le travail d’enquête

24Le travail d’enquête s’est déroulé en trois phases. La première comprend environ 150 enquêtes d’exploitation familiale réalisées par entretiens semi-directifs, entretiens conduits pour la plupart des foyers en plusieurs séances. La typologie a été construite au cours de cette première phase. La deuxième phase a consisté en une série d’enquêtes sur la base d’un questionnaire établi à partir des éléments clés – de caractérisation et d’explication des différents types de transformation – issus de la phase d’enquête. Ce questionnaire a été administré auprès de foyers qui n’avaient pas été enquêtés lors de la première phase. Cette deuxième phase a permis de tester les types établis. La troisième série d’enquêtes, pour l’essentiel des entretiens semi-directifs complémentaires auprès des foyers déjà enquêtés lors des deux premières phases, a été effectuée en cours de rédaction.

Du traitement de l’information à la construction de la typologie

25La collecte et le traitement de l’information ont été faits de façon concomitante, suivant le procédé de l’entretien suivant qui intègre les enseignements du précédant (pour le questionnement), et un traitement de l’information (en principe) après chaque entretien. Le traitement de l’information a consisté, dans un premier temps, à établir l’inventaire des activités productives des foyers au cours de la période étudiée, inventaire « mis sur papier » : pour chaque foyer ont été recensés les produits et services, les techniques (de culture, d’élevage, de transformation et de fabrications artisanales), les volumes (superficies, cheptels, commandes, chiffres d’affaires), les modes de valorisation des productions (transformation, vente sur place ou à distance, vente différée), les activités non agricoles (commerce de détail, de gros, sur place, à distance), les activités en dehors de la commune (lieux, activités, statut).

26Ces tableaux diachroniques ont servi d’une part à identifier les séquences des transformations des systèmes d’activités : dates, durées, périodes du cycle de vie du foyer ; et d’autre part à caractériser ces transformations : démarrage, développement, puis spécialisation dans les activités non agricoles ; délaissement des productions agricoles, développement de la transformation, diversification économique, développement des activités salariées, migrations de travail.

27La typologie a été construite par recoupement des transformations des systèmes d’activités des foyers, le « placement » de chaque foyer dans la typologie étant effectué par identification des similarités, des différences, des variantes.

Construction de la typologie et présentation des résultats

Représenter la diversité : la typologie

28On peut distinguer quatre types principaux de transformation des systèmes d’activités entre le milieu des années 1980, lorsque les distributions de terres furent étendues à l’ensemble des foyers, et la seconde moitié des années 1990.

Type 1 : La spécialisation dans les activités non agricoles

29Un premier groupe de foyers se distingue par la spécialisation dans les activités non agricoles qui s’accompagne de la réduction, parallèlement, des activités agricoles, jusqu’à leur arrêt total dans la plupart des cas. Le développement du commerce, des services, des fabrications artisanales, est marqué d’étapes précises, depuis la vente ou la production occasionnelle à domicile d’une gamme restreinte de produits, avec une table devant la maison sur laquelle on expose ses produits, puis la construction d’une boutique ou d’un atelier, la diversification des biens vendus ou fabriqués et des services, l’augmentation des volumes, le passage au commerce de gros pour certains, l’embauche de quelques travailleurs en plus de la main-d’œuvre familiale. Parmi les facteurs qui ont permis ce développement, les expériences en dehors de la commune apparaissent déterminantes ; trois foyers sur quatre de ce groupe comptent une personne ayant, à l’époque des coopératives, exercé régulièrement une activité professionnelle et vécu en dehors de leur actuelle commune de résidence. Ouvriers de l’industrie, employés de compagnies d’État, cadres de l’administration, militaires, ces expériences ont procuré autant de savoir-faire, notamment de « savoir-faire des affaires » et, plus important encore, ont permis de se constituer un réseau de partenaires en dehors des villages. Le concours de ces derniers a été déterminant dans le démarrage des activités, pour l’approvisionnement tout particulièrement et pour les avances (matières premières et pièces détachées pour les ateliers, produits pour les commerces). Les activités ont dépassé le mode de l’exploitation familiale ; leur organisation est davantage caractéristique d’une entreprise familiale : un système de commandes, reçues des clients, aux fournisseurs ; des partenaires, collecteurs, transporteurs, revendeurs, etc. ; le recours au système bancaire formel (Banque agricole, Fonds populaire de crédit, autres banques) ; et l’embauche de travailleurs réguliers. Les activités dépassent également le cadre du village ou de la commune puisque fournisseurs mais et clients viennent d’autres communes, d’autres districts ou provinces, voire de l’étranger, de Chine en particulier.

Type 2 : Progrès agricole et diversification économique

30Un deuxième groupe de foyers se distingue par un progrès agricole caractérisé par une intensification et une diversification des systèmes de cultures et d’élevages, et une augmentation de la superficie cultivée. La diversification des cultures s’est faite au profit du maïs, de l’arachide, du soja, des haricots dans un premier temps, puis vers les plantes médicinales et les arbres fruitiers. La riziculture n’est désormais pratiquée que dans des parcelles qui ne se prêtent pas à d’autres cultures. La transformation des systèmes d’élevage réside dans le développement de la reproduction et la mise en place d’un système combinant reproduction et engraissement (porcs, volaille). C’est dans ce groupe également que l’on trouve les foyers qui ont développé la pisciculture dans les étangs en remplacement de la pêche. Ces transformations se sont accompagnées d’une amélioration des performances techniques (rendement et qualité des récoltes, poids des bêtes rapporté à la durée d’engraissement, rapport poids vif/poids net des porcs) supérieure à la moyenne des foyers. Ce groupe se distingue encore par des innovations, l’introduction de nouvelles variétés ou le décalage des récoltes, innovations qui procurent d’importants différentiels de revenu le temps qu’elles se diffusent aux autres foyers.

31Ce progrès a été possible moyennant une utilisation accrue d’intrants, des travaux d’aménagement des parcelles, et des investissements de capacité (bâtiments d’élevage). Il a surtout été favorisé par le capital foncier d’origine, jardins et étangs attenants à l’habitation ; les superficies au milieu des années 1980 attestent d’une bonne condition sociale. Jardins et étangs ont servi dans un premier temps à l’alimentation des porcs, qui en retour ont permis un transfert de fertilité dans les rizières, matière organique ô combien précieuse au début des réformes quand on ne trouvait pas facilement à se procurer des engrais d’origine industrielle. C’est par la suite dans les jardins qu’ont été expérimentées les cultures fruitières, avant d’être étendues aux rizières.

32Ces foyers ont réalisé une accumulation foncière à l’intérieur des quartiers d’habitation (jardins, étangs) qui est remarquable eu égard au peu d’espaces non construits ou exploités et à la hausse du prix des parcelles. Dans ce groupe, la superficie moyenne des jardins et des étangs exploités a doublé en l’espace de dix années, superficies qui pour l’essentiel sont devenues propriété des foyers, achetées à la commune, à d’autres foyers, ou qui sont utilisées moyennant l’accord, rétribué ou non, des autorités du village ou de la commune. Ces foyers exploitaient par ailleurs en 1997 une superficie de rizières supérieure de 40 à 100 % à celle qui leur avait été distribuée en 1993, supplément obtenu par le jeu des adjudications dont les foyers de ce groupe bénéficient quasi systématiquement en vertu de leur « capacité » et de leurs relations avec les décideurs.

33Au-delà de la transformation du système de production agricole au profit des cultures et des élevages qui procurent les revenus les plus élevés, ce groupe se distingue encore avec la valorisation des récoltes par la transformation (séchage des plantes médicinales, fabrication de fruits confits et séchés, d’huile de menthe) qui permet également la vente différée par rapport au moment des récoltes.

Type 3 : Diversification agricole ou/et économique

34Les foyers du troisième groupe se distinguent par la diversification de leurs activités, diversification des productions agricoles, développement d’activités non agricoles, ou combinaison des deux. Les évolutions des systèmes d’activités sont plus diverses, à l’image du développement d’ensemble de la commune de résidence : les foyers de Minh Chau ont ainsi investi plutôt dans les services et le commerce entre Hanoi et les villes frontalières de la Chine, tandis que la diversification à Tan Dan est essentiellement agricole avec les cultures de légumes et de fruits. Les foyers de ce groupe à Binh Minh aichent pour leur part diversification agricole (développe- ment des cultures de plantes médicinales) et économique (transformation et commerce des produits transformés). Les trajectoires des foyers de ce groupe présentent également des différences plus marquées selon le cycle de vie de l’exploitation. D’ordinaire étendue aux terres de rizières, la diversification agricole peut être limitée au jardin dans le cas de foyers âgés qui arrêtent progressivement de cultiver les rizières. Quant aux foyers les plus jeunes, ils s’investissent davantage dans le commerce entre les communes rurales et Hanoi ou d’autres centres urbains du delta.

35Cet effort de diversification, s’il s’est traduit par une augmentation du revenu, n’a permis qu’une accumulation limitée : ni acquisition de parcelles de jardins ou d’étang, ni adjudications systématiques de terres de rizières. Le capital utilisé (moteur, moyen de transport, four) est souvent propriété de plusieurs foyers, pour des activités développées en partenariat au sein de la famille élargie le plus souvent. À la différence du premier groupe, les activités non agricoles demeurent saisonnières (battage du paddy, vente des récoltes à Hanoi), irrégulières (pompage des parcelles, transport), voire occasionnelles. Par contre, la diversification du système d’activités permet à ces foyers de ne pas devoir louer leur force de travail.

Type 4 : Stagnation des productions agricoles et prolétarisation

36Pour près de deux foyers sur trois (64 %) de la commune de Minh Chau, la croissance des productions agricoles réalisée à la faveur des réformes a atteint un plateau dès le milieu des années 1990. Anciens membres des brigades de production, ces foyers se sont retrouvés à la décollectivisation avec pour seul capital leur force de travail, les terres de rizières distribuées et une petite parcelle d’habitation, parfois partagée avec un parent. Ce capital n’a pas permis de transformer le système de production agricole : la riziculture prédomine, l’élevage porcin atteint au mieux 3 ou 4 porcs engraissés par an, les autres élevages reposent sur la force de travail (conduite des animaux pour leur alimentation). Les résultats techniques et les revenus des cultures et des élevages sont médiocres en comparaison des autres foyers, et ce y compris pour les productions les plus ordinaires (rendements du paddy, poids des porcs) en raison notamment de la limitation des dépenses d’engrais ou de compléments alimentaires. Faute de pouvoir alimenter correctement les animaux, les cycles d’engraissement peuvent être écourtés, on supprime un des deux cycles annuels ou on engraisse un porc plutôt que deux. La marge de croissance des productions agricoles est ténue : une parcelle supplémentaire obtenue en adjudication, un prêt à faibles taux (Banque agricole) investi dans l’élevage de volaille, ou encore une avance en produit de la part d’un commerçant pour la revente (commerce ambulant à vélo). Mais ni les adjudications, ni des prêts permettant des investissements productifs conséquents, ni les avances ne sont systématiques pour cette catégorie de foyers. Et les parents, qui ont le plus souvent une condition sociale similaire, sont d’un faible recours. Ils n’ont pas grand-chose à prêter ou investir en commun ; au mieux, ils partagent.

37Les investissements, si modestes soient-ils, mais également les dépenses ordinaires (achat d’intrants, paiement de l’impôt), doivent être financés par emprunt à d’autres familles, avec des intérêts cumulés sur l’année qui peuvent représenter jusqu’au 1/5 du revenu. Ces emprunts peuvent conduire à des situations d’incapacité de remboursement ; les foyers contractant un nouvel emprunt pour finir de rembourser le précédent… Il s’agit davantage d’un endettement de fonctionnement. La marge de croissance, tout comme les possibilités de développer des activités non agricoles à son compte, est limitée à ce point que la location de la force de travail, assortie le plus souvent de migrations pendulaires vers les centres urbains, est devenue la condition de la reproduction de ces exploitations familiales, entendons qu’elles conservent une habitation et le droit d’usage des terres de rizières dans la commune.

38Le fait que les foyers de ce groupe soient plus nombreux à partir travailler en dehors de la commune (sous-groupe 4a) que ceux qui louent leur force de travail sur place (sous-groupe 4b) reflète non pas tant une stratégie que le déséquilibre ville-campagne pour les opportunités de travail. La diversification des activités traduit ici une sortie de l’agriculture « par le bas » avec la prolétarisation partielle de cette fraction de la population paysanne. Des cas de décapitalisation (vente d’une partie de la parcelle d’habitation, restitution ou retrait par la commune des terres de rizières) et de migration de l’ensemble de la famille existent, mais ils sont rares, en raison de la proximité et de la desserte des centres urbains qui permettent une grande flexibilité des allers-retours et aux adultes et adolescents de travailler et vivre une partie de l’année à Hanoi, Lang Son ou Mong Cai.

39Le tableau ci-dessous, établi pour la commune de Minh Chau, est une représentation des principaux éléments de la typologie. Y figurent :

40les activités précédant la réhabilitation de l’économie familiale, « époque de la coopérative » qui s’avère déterminante en termes d’expériences et de connaissances (pour le groupe 1) et en termes d’accès aux ressources durant la phase de transition (groupe 2) ;

41les principales transformations des activités au cours de la période ;

42la dynamique de transformation des systèmes d’activités à la in des années 1990 : l’accumulation et la spécialisation dans les activités non agricoles (groupe 1), et le développement des activités.

Tableau n° 1 Typologie des transformations des systèmes d’activités des foyers de la commune de Minh Chau.

Tableau n° 1 Typologie des transformations des systèmes d’activités des foyers de la commune de Minh Chau.

Expliquer la diversité

43La différenciation entre systèmes d’activités procède évidemment des résultats respectifs des systèmes de culture, d’élevage, des commerces, etc., et des revenus cumulés sur la période étudiée, dont une partie peut être utilisée pour des investissements productifs. Hormis ce facteur arithmétique, les trajectoires des foyers révèlent des inégalités de départ que les réformes institutionnelles auxquelles on se réfère pour parler de la réhabilitation de l’économie familiale ne laissent pas entrevoir. Ces inégalités sont aggravées au cours de la période par les politiques publiques et les pratiques des autorités locales.

Les inégalités de départ

44Les inégalités de départ tiennent à la séquence de la réhabilitation de l’économie familiale, séquence révélatrice de la position sociale des foyers au sein des villages qui s’exprime par d’importantes différences dans l’accès aux terres. Cet ordre social va toutefois être altéré par le retour de salariés licenciés des entreprises publiques et de l’administration.

45La réhabilitation de l’économie familiale est communément présentée en référence et comme application des textes promulgués par le pouvoir central : la directive 100 de 1981 qui autorise les coopératives à allouer des terres aux foyers et établir les contrats de production ; la résolution 10 de 1988 qui reconnaît l’exploitation familiale, systématise les distributions de terres aux foyers, et supprime la planification ; la loi foncière de 1993 enfin, qui consolide l’exploitation familiale par l’octroi de droits d’usage des terres agricoles pour vingt ans. Les trajectoires des foyers montrent qu’il en est allé autrement dans la mise en œuvre de ces textes : tous les foyers ne sont pas sortis au même moment de la coopérative et des brigades de production. Les dirigeants et cadres de l’ancien système sont parmi les premiers à en sortir, à passer des contrats de production, à ouvrir des boutiques, à développer des activités privées de service à l’agriculture. Dirigeants et cadres sont évidemment bien placés pour « se réhabiliter » en tant qu’exploitation familiale, et s’établir commerçant privé, laboureur, réparateur, transporteur, ouvrir un atelier de décorticage. Ces activités, qui étaient assurées par les coopératives spécialisées, et le capital qui en restait (terrains, bâtiments, outillage et équipements), sont ainsi, dans un premier temps, reprises par les personnes qui les dirigeaient et leurs proches. Cette avance leur confère des revenus conséquents puisqu’il y a peu de concurrence dans un premier temps, et parce que les foyers bénéficient d’une position acquise ou d’avance face aux autres foyers qui investiront par la suite dans les mêmes activités. Cette différence des moments du retour à l’économie familiale est révélatrice de l’ordre social et des hiérarchies au sein des villages qui déterminent les conditions d’accès aux terres et au crédit notamment.

46La répartition des terres demeure une composante clé de la condition sociale. Elle peut s’apprécier en premier lieu par la parcelle d’habitation, comprenant la maison, le jardin attenant, et, pour certains, un étang. Les cadastres des parcelles d’habitation indiquent des différences de superficies mais aussi dans la qualité des parcelles, la qualité renvoyant ici à la localisation en bord des routes, favorable à l’ouverture de boutiques par exemple, dans des zones pas ou peu exposées aux inondations et plus ou moins propices à la plantation d’arbres fruitiers par exemple. Les foyers du groupe 2 disposaient ainsi au milieu des années 1980 d’un capital foncier nettement supérieur à la moyenne. Deuxièmement, les distributions de terres de rizières leur ont été favorables, entendons qu’ils ont bénéficié de faveurs pour ce qui est des superficies comme pour obtenir des parcelles de bonne qualité. Depuis les premiers contrats de la fin des années 1970 jusqu’à la systématisation des distributions de 1985 à 1993, les foyers ont dû faire valoir « leur capacité » auprès des autorités locales. Des foyers qui avaient des arriérés n’ont pu bénéficier des distributions, ou seulement une fois qu’ils se sont acquittés de l’impôt ; d’autres n’ont reçu qu’une partie de la superficie à laquelle ils avaient droit au prorata du nombre de personnes. À l’inverse, les plus « capables » des foyers ont pu recevoir jusqu’au double de la superficie prévue, la capacité traduisant en l’occurrence le capital de relations auprès des autorités. Le fait est confirmé par les bénéficiaires ; les superficies octroyées n’ont pas été identiques pour tous, et ces différences ne reflètent pas seulement le nombre de personnes qui composent le foyer. De telles différences se retrouvent pour les terres d’adjudications, ce point est traité dans la section suivante. Des foyers ont obtenu une superficie supérieure au lot prévu, les cadres ont systématiquement reçu des rizières en adjudication, comme la plupart des foyers qui étaient à l’évidence parmi les mieux établis dans les villages ; les parcelles de la meilleure qualité sont allées aux « plus capables ». La capacité à mettre en valeur les terres, invoquée par les autorités, suppose d’abord la capacité de les demander, et donc de bonnes relations avec les décideurs. En dépit d’une loi foncière égalitaire dans son principe d’octroi des superficies au prorata du nombre de personnes, une importante différenciation foncière s’est ainsi mise en place au cours des années 1980.

47Une autre différence de départ provient du retour dans les communes de salariés d’entreprises publiques et de l’administration qui ont été licenciés en raison des réformes institutionnelles à l’encontre du secteur étatique et des mesures d’ajustement macroéconomique. Ces personnes retournent au village avec un capital précieux, leurs réseaux de connaissances en dehors des villages, déterminant pour le développement des activités non agricoles. Au milieu des années 1980, les exploitations familiales « n’émanent » donc pas toutes des coopératives agricoles ; le développement des entreprises familiales non agricoles (groupe 1) sera le fait, entre autres, de ces personnes revenues à la campagne.

Les politiques locales : la terre et l’impôt

48Les inégalités de départ, et leur accroissement mécanique sur la période en raison des revenus respectifs des systèmes d’activités, sont aggravées par les modifications des conditions d’accès aux terres agricoles, par la fiscalité locale, et par la réforme des services sociaux d’éducation et de santé devenus payants.

49Les adjudications : Les modifications des procédures d’adjudication fournissent la meilleure illustration de politique locale concourant à l’accroissement des inégalités par exclusion d’une partie de la paysannerie. Les adjudications sont une procédure d’accès à la partie des terres agricole qui n’a pas été distribuée en 1993, réserve foncière représentant en principe 15 % du total de la superficie des terres agricoles et destinée aux nouveaux foyers (constitués entre 1994 et la prochaine redistribution en 2013). Pendant ce temps, cette réserve peut être attribuée à des foyers. Les adjudications après 1993 se faisaient le plus souvent par tirage au sort parmi les foyers candidats, pour des lots de 2 saos (760 m²), pour des durées de deux années, avec paiement de l’adjudication en deux fois, correspondant aux deux années pendant lesquelles le foyer a le libre usage (agricole) de la superficie. Les adjudications pouvaient également se faire par décision des bénéficiaires par le chef de village, en concertation avec les chefs de quartier et le comité populaire de la commune. La modalité du tirage au sort a évolué vers un système d’enchère, pour des lots de plus grande taille, pour des durées plus longues, de cinq voire dix années dans le cas de superficies destinées à être plantées d’arbres fruitiers, et avec paiement de la totalité de l’adjudication en début de période. Ces superficies bénéficient ainsi à une fraction de plus en plus réduite de foyers, une évolution qui s’inscrit dans la logique du modèle des « fermes », exploitations de plus grande taille avec des systèmes de culture et d’élevage plus intensifs en capital, modèle que le gouvernement promeut aujourd’hui pour dépasser les limites de l’exploitation familiale.

50Les impôts : L’impôt est un autre facteur de la différenciation entre les foyers, qui vient amplifier les différences de revenus des systèmes d’activités. Ainsi, les impôts sur la production agricole, en vigueur jusqu’en 2002, étaient basés sur les rendements estimés en paddy des différentes catégories de terres, et ce quelles que soient les cultures pratiquées. Les différences de l’impôt selon la qualité des parcelles (de 1 à 2) sont bien moindres que les différences de revenu selon les cultures (de 1 à 6 entre le riz et les arbres fruitiers). Les jardins et étangs attenants à la parcelle d’habitation sont peu imposés relativement aux productions qui y sont réalisées (vergers, légumes, élevage piscicole). Ce déséquilibre entre revenus et imposition s’accroît si l’on compare les activités commerciales, de services ou artisanales d’une part, les productions agricoles d’autre part. Les ateliers de transformation des produits agricoles en sont une illustration.

51Enfin, la population paysanne doit supporter les taxes de modernisation des infrastructures mises en place par les autorités communales au cours des années 1990 : routes intra- et intercommunales, ponts et autres aménagements routiers, réfection ou construction de classes ou d’écoles, du centre de santé communale. Ces taxes s’appliquent à l’ensemble de la population, pour des montants sans distinction relative à leur condition sociale. À titre d’exemple, il en a coûté en 1996 aux habitants du village de Duong Trach dans la commune de Tan Dan 120 000 VND (environ 4,50 euros) par personne pour la route en ciment reliant les différents villages de Tan Dan, plus 80 000 VND (environ 3 euros) pour les chemins de l’intérieur du village qui ont été recouverts de gravier, soit au total pour un foyer de 4 personnes du groupe 4 l’équivalent de 9 % du revenu annuel. Il convient d’inclure dans la catégorie des impôts locaux les diverses contributions exigées en ajout des frais de scolarité, et qui servent à la rémunération des enseignants et autre personnel de l’école ou à la maintenance des locaux.

52Ces taxes relèvent du désengagement du pouvoir central dans sa fonction de provision des communes en infrastructures ; elles vont de pair avec la fin de la gratuité des services publics d’éducation et de santé, des secteurs où les inégalités entre les foyers s’avèrent encore plus fortes que les inégalités de revenus.

Conclusion

53Depuis la décollectivisation, l’économie et la société rurale vietnamiennes ont connu des transformations que les catégorisations utilisées par l’appareil statistique ne permettent pas d’appréhender correctement. La classification des foyers selon l’activité principale masque la pluriactivité qui est devenue l’un des traits essentiels de l’économie familiale dans le delta du fleuve Rouge ; elle dissimule également la pluri-localité d’une fraction croissante de la population pour qui les migrations temporaires d’un ou plusieurs membres du foyer sont désormais la condition de la reproduction sociale. La typologie des transformations des systèmes d’activités productives révèle, au-delà des différences de revenus à partir desquelles les foyers sont catégorisés riche, moyen, pauvre, le processus de différenciation sociale qui accompagne la croissance. Des unités de production nouvelles se constituent avec les entreprises familiales non agricoles, la constitution des premières « fermes » (trang trai), et les exploitations familiales ordinaires, qui ne sont plus seulement agricoles mais pluriactives, des exploitations partielles peut-on dire dans la mesure où une fraction conséquente des revenus est réalisée en dehors de l’exploitation (pour le compte d’autres unités économiques) et en dehors de la commune principale de résidence. Par ailleurs, le modèle de l’exploitation familiale réhabilité au cours des années 1980 atteint ses limites : l’exploitation n’est plus que partielle, en raison de la prolétarisation d’une partie de la force de travail familiale. Au-delà des atouts et contraintes respectifs des communes de Minh Chau, Tan Dan et Binh Minh, la typologie des transformations des systèmes d’activités montre que si l’ensemble des foyers a profité de l’augmentation des productions de base, permise par les distributions de terres de rizières et une intensification en travail dans un premier temps, les autres composantes de la croissance sont inégalement réparties.

Bibliographie

Dao The Tuan, Le hi Chau Dung, 1999, 2000, « La diversification de l’agriculture dans le delta du fleuve Rouge », Appui à l’organisation de la production agricole dans le nord du Viêt-Nam, Actes du séminaire de lancement du projet financé par le FAC, Hanoi du 11 au 13 octobre 1999, VASI - Institut national des sciences agronomiques du Viêt-Nam ; Groupe de recherche et d’échanges technologiques, Hanoi, Maison d’éditions de l’agriculture, p. 189-198.

Dao The Anh, 2003, Réformes socio-économiques et adaptation des choix d’activités des ménages ruraux dans le delta du fleuve Rouge au Viêt-Nam, thèse de doctorat, École nationale supérieure agronomique de Montpellier, 13 janvier.

GSO - General Statistical Office, 2003, Results of the 2001 Rural, Agricultural and Fishery Census, Statistical Publishing House, Hanoi, 719 p.

GSO, 2000, Viêt-Nam Living Standards Survey 1997 – 1998, Hanoi, Statistical Publishing House Hanoi, 448 p.

GSO - General Statistical Office, 1994, Viêt-Nam Living Standards Survey 1992 – 1993, Hanoi, Statistical Publishing House, 290 p.

Gironde C., 2008, « Grandes réformes et petits arrangements dans les campagnes vietnamiennes », Autrepart (numéro : Les mondes postcommunistes – Quels capitalismes ? Quelles sociétés ?), 48, p. 113-128.

Gironde C., 2004, « L’évolution de l’économie familiale dans le delta du fleuve Rouge », Le Viêt-Nam à l’aube du XXIe siècle – Bilan et perspectives politiques, économiques et sociales, Christophe Gironde et Jean-Luc Maurer (éd.), Paris, Karthala, Genève, CRAM, p. 193-227.

Gironde C., 2001, Réhabilitation et transformations de l’économie familiale au Nord-Viêt-Nam. Systèmes d’activités villageois et réseaux de relations dans le delta du fleuve Rouge, thèse de doctorat, Genève, Institut universitaire d’études du développement, 406 p.

Jacques B., 1999, Analyse régionale de la différenciation spatiale des systèmes de culture et de leur évolution dans le delta du fleuve Rouge (Bac Hung Hai), mémoire de diplôme d’ingénieur agronome, Faculté des sciences agronomiques, Louvain, Université catholique de Louvain, novembre, 129 p.

JDVCG- Joint Donor Vietnamese Consultative Group, 2003, Viêt-Nam Development Report 2004 - Poverty, Joint Donor Report to the vietnamese consultative group meeting, Hanoi, December 2-3, 144 p.

Hy Van Luong, 2003, « Wealth, power, and inequality : Global market, the State, and local socio-cultural dynamics », Postwar Viêt-Nam – Dynamics of a Transforming Society, Hy Van Luong (éd.), Institute of Southeast Asian Studies, Singapore, Rowman Littleield Publishers, p. 81-106.

Le Coq J. -F., 2001, Libéralisation économique au Viêt-Nam, intensification rizicole et diversiication – Étude du cas de la région d’O Mon (delta du Mékong), thèse de doctorat, Paris, Institut national agronomique Paris-Grignon, n. p., Paris, 464 p.

Le Duc Thinh, 2000, La différenciation spatiale des systèmes de production agricole dans le delta du fleuve Rouge – Viêt-Nam (le cas du casier du Bac Hung Hai), mémoire de Diplôme d’études approfondies, Universités de Paris X et Paris I, Institut national des sciences agronomiques, Paris - Grignon, septembre, 102 p.

Nguyen Sin, 1993, « Riches et pauvres dans les campagnes vietnamiennes aujourd’hui », Le village traditionnel au Viêt-Nam, Hanoi, Éditions en langues étrangères, p. 498-507.

Sadoulet D., 1999, La différenciation des exploitations agricoles dans la commune de Xuat Hoa, Province de Bac Kan, Nord - Viêt-Nam, Mémoire de in d’études, Établissement national d’enseignement supérieur agronomique de Dijon (ENESAD) et Institut national agronomique Paris-Grignon (INAPG), septembre, 103 p.

Sikor T., 2001, « Agrarian differenciation in post-socialist societies : Evidence from three upland villages in North-Western Viêt-Nam », Development and Change, vol. 32, p. 929-949.

Taillard C., 1997, avec Formoso B. et Sirisaï S., « Transformation de l’économie agricole d’après les comptes des agriculteurs établis par observation continue », Ban Amphawan et Ban Han – Le devenir de deux villages rizicoles du Nord-Est thaïlandais, Formoso B. (éd.), Paris, CNRS Éditions, p. 497-693.

Taylor Philip Taylor (éd.), 2004, Social Inequality in Viêt-Nam and the Challenges to Reform, Viêt-Nam Update Series, Singapour, Institute of South East Asian Studies (ISEAS).

Pham Xuan Nam, Be Viet Dang et Hainsworth Geofrey, 1997, « Rural development in Viêt-Nam », Viêt-Nam’s Socio-Economic Development, n° 10, Summer, p. 17-40.

Notes

1 La province de Hai Hung a, depuis, été divisée en deux : Hai Duong et Hung Yên ; c’est dans cette dernière que se situent l’ancien district de Chau Giang, lui aussi divisé en deux : Khoai Chau et Van Giang ; les communes de Tan Dan et Binh Minh se trouvent dans le district de Khoai Chau, tandis que Minh Chau se trouve dans un autre district, Yên My.

2 Pour davantage de détails concernant les sources et la méthodologie dans son ensemble, on peut se reporter à ma thèse (Gironde 2001).

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search