Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Les transitions au Viêt-Nam : de quoi parle-t-on ?

Gilbert de Terssac, An Quoc Truong et Michel Catlla

Texte intégral

Introduction

1La société vietnamienne est bien installée dans une dynamique de transition : il ne s’agit pas d’un passage brutal et rapide d’une société à une autre, mais bien d’une dynamique de changement conduite par les acteurs pour combiner un « moins d’État » et un « plus de marché ». Il ne s’agit pas du passage d’une société « protégée » par l’État vers une société « détruite » par le marché, mais d’un processus de transformation conduisant à moins de centralisation globale et à plus d’autonomie locale. Nous connaissons le point de départ de cette transition, mais le point d’arrivée reste indéterminé, puisqu’il est le résultat de la rencontre entre les acteurs politiques, les acteurs économiques et la société civile. Autrement dit, les dynamiques de changements que nous allons découvrir dans tous les domaines de la vie quotidienne au Viêt-Nam grâce aux travaux des chercheurs, ne permettent pas de conclure au passage d’un système à un autre ; tout au plus, ils nous permettent d’entrevoir des espaces d’action que les sujets apprennent à gérer par leurs initiatives.

2Dans le domaine du marché du travail, ces dynamiques de changements concernent d’abord l’évolution de la population active et des formes de mobilité entraînées par les décisions gouvernementales (Gubry 2000 ; Hénaf 2000). Les modalités d’intervention de l’État se transforment au détriment des entreprises nationales et au profit des entreprises privées ou mixtes au sein desquelles les emplois doublent en moins de dix ans (Cling 2010). Ensuite, ces changements concernent l’émergence de formes d’entreprises qui se rationalisent pour sortir de leur informalité et qui coopèrent pour augmenter leur efficacité, y compris dans le secteur public, avec de forts investissements dans le capital humain dont la formation (Pham Phi Long 2007 ; Truong An Quoc 2007). De nouvelles formes de coopération sont inventées notamment au niveau des villages de métier (Fanchette 2007) qui se développent sous forme de « clusters » de villages spécialisés dans la même activité : un partenariat informel s’installe entre de toutes petites entreprises et des entreprises moyennes qui coopèrent au sein d’une relation de sous-traitance. Enfin, les conséquences sociales incertaines de ces transformations peuvent conduire à un problème de cohésion sociale et à de nouvelles « poches » de pauvreté, même si la pauvreté recule. Le développement n’est qu’en surface et non en profondeur (Trinh Van Tung 2007) : en 2002, la pauvreté touche 61 % de la population des hauts plateaux du Tay Nguyen, 52 % dans les montagnes du nord, 49 % dans le centre-nord. Aussi, les contrastes sont importants entre la ville (6 % de la population vit dans la pauvreté) et la campagne (35 %).

  • 1 Ces questions ne vont pas sans rappeler les travaux menés en Chine : Desjeux, Zheng 2002 ; Ruffier (...)

3Assiste-t-on à un système économique émergeant qui bousculerait l’économie centralisée et remettrait en cause le système de l’entreprise publique en place ou bien s’installerait-on dans une cohabitation entre deux modèles économiques, l’un régulé par l’État et l’autre par le marché1 ?

4La thématique de la transition est généralement abordée selon des champs de la réalité sociale relativement circonscrits et cloisonnés les uns par rapport aux autres. Par exemple, on parle de la transition politique pour décrire le passage progressif d’un régime de type dictatorial à un régime politique démocratique. Un tel mouvement passe notamment par une redéfinition de la place et du rôle des autorités publiques, par l’engagement dans des opérations de séduction diplomatique vis-à-vis de la communauté internationale permettant de faire la preuve de la dite transition réformatrice et ainsi obtenir des soutiens (Egreteau 2004). Au-delà de ces changements structurels, une telle transition oblige à repenser la place et le poids de certaines représentations bien ancrées, mais qui ne renvoient pas toujours à la réalité : l’opposition classique entre le Nord et le Sud ou le supposé héritage politique marxiste-léniniste par exemple (Ruscio 1985 ; Madesclaire 1994).

  • 2 Le Doi Moi, « renouveau » en vietnamien, est le nom de la réforme économique initiée par le Viêt-Na (...)

5On parle aussi de la transition économique pour rendre compte du transfert permettant de passer d’une économie planifiée à une économie de marché se traduisant généralement par une série de réformes économiques visant dans le cas du Viêt-Nam à fonder de nouvelles stratégies industrielles, à réformer la monnaie et les prix (Cao, Tran 2005), mais aussi, en amont, à former de nouvelles élites managériales en mesure de piloter un tel changement (Broustail, Palaoro 2005). Comme cela a pu être observé dans certains pays d’Europe de l’Est ou encore en Chine, une telle transition génère une modification de la place de l’État dans l’organisation de l’économie et encourage l’émergence de l’entreprenariat. Un tel transfert est selon les cas plus ou moins brutal, plus ou moins étendu selon les secteurs d’activité. Dans le cas du Viêt-Nam, ce processus a été engagé avec l’annonce du Doi Moi2 lors du VIe congrès du Parti communiste vietnamien en décembre 1986 et lors du dépôt officiel, le 4 janvier 1995, d’une candidature d’adhésion à l’OMC, même année où le Viêt-Nam est entré dans l’ASEAN (Mazier 1998).

6Qu’il s’agisse de la transition politique ou de la transition économique (d’autres catégories de transition auraient pu être développées comme par exemple la transition démographique ou encore la transition urbaine), une tension apparaît entre « l’avant » et « l’après » interrogeant ici la transition comme un processus s’inscrivant dans une durée. Il est donc possible de comparer deux situations et de lister les succès et les incertitudes de la transition vietnamienne (Herland 1998). Les contributions à cet ouvrage vont au-delà de ce travail de confrontation d’une situation actuelle vis-à-vis d’une situation passée (tentative de construire des analogies prenant souvent la forme de mesures quantitatives), elles interrogent cet entredeux qui constitue justement le cœur de la transition (phénomène de changement dont il est possible de rendre compte au regard d’éléments plus qualitatifs). Aussi, ce processus de transition enrôle une multitude d’acteurs individuels (des paysans ou des femmes battues par exemple) et collectifs (un supermarché ou un village par exemple), endogènes au milieu (médecins ou jeunes diplômés par exemple) ou exogènes (membres d’une ONG ou Banque mondiale par exemple), les initiateurs et les organisateurs de la transition (formateurs ou association de sensibilisation par exemple) ou destinataires de celle-ci (usagers d’un service ou malades par exemple), bénéficiaires du point de vue économique ou victimes au plan social avec l’accroissement des inégalités (Boismery 1998 ; Stiglitz 2002). Les contributions regroupées dans cet ouvrage interrogent ces deux dimensions de la transition que sont d’une part le processus de changement s’inscrivant dans une durée, et d’autre part les activités des acteurs hétérogènes qui participent à ce phénomène de métamorphose quotidienne de la société vietnamienne.

  • 3 Soulignons d’emblée l’importance de recherches en sciences humaines et sociales au Viêt-Nam réalisé (...)

7Pour mettre au jour cette dynamique de changements, plutôt que de faire appel à des visions abstraites et modélisées de la réalité, nous avons mobilisé au cours de quatre workshops3 organisés au Viêt-Nam (de 2006 à 2010) les chercheurs en sciences humaines et sociales (économistes, anthropologues, sociologues, démographes, historiens, etc.), ayant conduit des études de terrain pour comprendre les changements se déroulant dans la société vietnamienne et surtout leur signification en termes de transition d’un modèle de société à un autre.

8Notre objectif est double : d’une part, pointer les grandes tendances dans les changements au Viêt-Nam, expliciter ce que ces transformations font aux acteurs ou ce qu’ils en font, et d’autre part, rendre compte de la manière dont les chercheurs travaillent pour penser des réformes en cours et leurs effets réels, pour mettre sur l’agenda des objets « indignes » comme la séropositivité ou la violence domestique ou pour dévoiler les réseaux sociaux pour obtenir des terres ou trouver un emploi, les conflits face aux politiques de relogement ou à la confiscation de l’usage des terres pourtant attribuées aux paysans.

9Le choix de ces travaux résulte de cinq années de coopération franco vietnamienne (2006-2011) et d’échanges en sociologie et plus généralement en sciences sociales, qui se sont déroulés au Viêt-Nam sous forme de séminaires de recherche, de colloques ou d’encadrement de thèse. Nous avons choisi treize exemples de recherches menées au Viêt-Nam, parfois dans le cadre de grands programmes de recherche nationaux ou internationaux, parfois dans le cadre de travaux plus individuels conduisant à une thèse, parfois dans un cadre plus institutionnel au sein d’organismes de recherche notamment français comme l’EFEO, l’IRD, le CIRAD, le CNRS ou comme l’IHEID de Genève (Suisse) ; certains d’entre eux ont choisi de coopérer avec un partenaire vietnamien comme l’Académie des sciences sociales du Viêt-Nam (VASS) et de l’Université nationale du Viêt-Nam.

Les transitions par les dynamiques individuelles, collectives et institutionnelles

10Dans cet ouvrage, la société vietnamienne en transition est abordée par les microchangements qui forment ce que Sainsaulieu (2001) appelait une suite « d’états de passages ». La transition est considérée comme une activité visant un changement d’état et non réductible à un ensemble de réformes décrétées. Dans cette perspective, la transition n’est pas un simple effet du système qui imposerait mécaniquement des changements par décrets, ni le résultat d’arrangements que les individus construiraient en marge ou contre le système. Il s’agit plutôt de microdécisions que les acteurs prennent pour ordonner, dans leur vie quotidienne, leurs actions et leurs interactions dans un contexte qu’ils vont façonner pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés : améliorer ses revenus en milieu rural, choisir son logement en milieu urbain, faire face au retrait de l’État qui ne fournit plus d’emploi aux jeunes diplômés, etc. De façon générale, les auteurs s’accordent pour montrer que les changements donnent lieu à des tensions et des contradictions qui exigent des ajustements entre acteurs, des mises en cohérence de leurs interventions, des « réglages » entre niveaux ou domaines de décision. Pour autant, rien ne garantit que cette suite d’états conduise à un autre type de société ou que les transformations entraînent une rupture d’avec le système économique ou le système politique.

11Des transitions décrites dans des contributions apparaissent toutes comme des réinventions des cadres de l’action. Les dynamiques à l’œuvre trouvent leurs origines dans des phénomènes tantôt endogènes à la population observée, tantôt dans des événements exogènes à la société vietnamienne ; ces dynamiques se donnent à voir par endroits comme des signes d’amélioration du quotidien et ailleurs comme des marqueurs d’une forme de régression sociale ; elles ont un rythme de développement plus ou moins soutenu, plus ou moins continu. Les dynamiques de transition au Viêt-Nam se traduisent alors par des mouvements qui par endroits éclatent, dispersent et redistribuent les sources normatives ; qui ailleurs rapprochent, mettent en cohérence des univers jusqu’alors distants ; et qui partout donnent lieu à des apprentissages puisque les acteurs de ces transitions doivent sans cesse trouver de nouvelles formes de coopération, inventer de nouvelles règles, formuler de nouveaux problèmes et concevoir des réponses adaptées (Catlla 2005). Les recherches qui vont être présentées ont été ordonnées selon le type de dynamique des transformations de la société vietnamienne qui est soit individuelle, soit collective, soit institutionnelle.

Les dynamiques individuelles : transitions par initiatives et stratégie

12Le premier niveau d’analyse correspond aux dynamiques individuelles et concerne les transitions par des acteurs stratégiques (Friedberg 1993) qui prennent des initiatives et des décisions pour survivre : les destinataires des réformes, notamment dans le milieu rural dans lequel habite 70 % de la population, sont de vrais acteurs qui prennent des initiatives pour augmenter leurs revenus en inventant la pluriactivité, en réponse aux réformes de l’État ; au village, ils font des choix de coopération et développent des formes d’entraide, entrent en conflit avec l’État quand ce dernier leur reprend les terres, inventent de nouvelles stratégies pour se marier et éviter le mariage arrangé. Cet ensemble de stratégies paysannes (Teissier, Fontenelle 2000) témoigne du fait que les individus prennent des initiatives pour organiser leurs activités dans un contexte de réformes. Les changements venus d’en haut comme par exemple les réformes agraires n’acquièrent de significations réelles qu’au travers des usages que les sujets inventent et du sens qu’ils donnent à leurs actions.

13La réforme agraire fondée sur la redistribution des terres à nouveau attribuées aux paysans est requalifiée par les stratégies d’exploitation qu’ils mettent en place. Elle n’acquiert de signification qu’au travers de ce que les acteurs en font et ils empruntent des voies bien différentes. C’est ce que montre Christophe Gironde à propos des « innovateurs » qui abandonnent l’agriculture et changent de métier pour s’adonner au commerce, ce qui génère des entreprises de distribution. Les « opportunistes » quant à eux utilisent leurs réseaux d’amitiés avec les anciens responsables du système pour obtenir les meilleures terres et accumuler de nombreuses parcelles pour élargir leurs activités agricoles par la diversification des cultures, par les plantes médicinales et par la pisciculture. Les « conservateurs » tentent de subsister par leurs activités agricoles (arbres fruitiers en plus du riz) qu’ils complètent modestement par des activités non agricoles, de type commercial. Les « résignés » ne peuvent même pas vivre de leurs terres car privés de capitaux et d’outillage : ils finissent par « accepter » d’aller vendre leur force de travail en ville et ce groupe est de loin le plus nombreux.

14Un trait commun à toutes ces stratégies de lutte contre la pauvreté concerne l’invention d’une pluriactivité qui est une forme de transition du collectivisme en milieu rural vers l’économie de marché : la pluriactivité ouvre un chemin de la vie en coopérative à la vie en coopération dans le marché. Nguyen Duc Truyen montre comment les acteurs du monde rural inventent des usages inédits des terres qui leur ont été octroyées dès 1981. D’abord, contraints par la pauvreté, ils multiplient leurs activités pour subsister, par exemple en vendant leur force de travail pour les travaux de labour. Ensuite ils diversifient leurs activités en incluant la vente de produits transformés comme la graine de lotus pour pouvoir investir dans la production agricole familiale. Et enfin, ils se reconvertissent dans des activités commerciales lorsque le commerce s’avère plus rentable que le reste. La conclusion est qu’une réforme n’a pas de signification « en soi » et qu’elle n’acquiert sa signification qu’au travers de ses usages.

15L’espace professionnel des paysans s’élargit, mais leurs activités se déroulent dans un village dont la signification n’est pas ce foyer unifiant de valeurs partagées, mais davantage un espace social d’échanges et de confrontations, de coopération et d’ouverture sur l’extérieur. Olivier Teissier fait un retour sur l’étude des villages pour tenter de trouver leur signification, non à partir de catégorisations préétablies ou d’interprétations importées, mais à partir du sens que les villageois donnent à leurs actions et à leurs interactions. Il rompt ainsi avec la notion de village fermé et traditionnel, mais aussi avec la notion de communauté villageoise intégratrice et consensuelle. Il s’intéresse aux liens et aux échanges qu’inventent les habitants et au rôle de cette invention dans la configuration de la société locale. Il dégage trois formes de liens et d’échanges. D’abord celle du noyau conjugal qu’est l’unité élémentaire de la famille qui se caractérise par l’indépendance économique du couple qui peut par ailleurs cohabiter avec d’autres couples. Ensuite la forme de la parentèle qui correspond à la famille élargie : la règle qui ordonne le choix de la résidence est la descendance ordonnant le regroupement spatial. Et enfin, la forme du quartier, foyer normatif de production de règles de coopération, d’entraide et d’amitiés, de solidarité et de dons.

16Mais cet espace social peut aussi être le théâtre de tensions et de conflits entre les paysans et les autorités avec comme enjeu la gestion de la terre qui échappe aux paysans dans des cas extrêmes. Nguyen Van Suu donne comme exemple de transformations du monde rural la reprise des terres anciennement distribuées aux paysans entraînant leur colère et leur résistance. Cette reprise par l’État des terres vise à les attribuer à des causes supposées importantes pour la société comme l’implantation d’entreprises dans un contexte de forte extension des villes (Fanchette 2011). La dépossession est en principe compensée par des rétributions substantielles ou bien par des promesses d’embauche des paysans, mais l’auteur montre qu’il n’en est rien puisque les dédommagements sont estimés insuffisants par les paysans, les promesses d’embauche ne sont pas tenues, la corruption des autorités locales accompagne le processus de récupération des terres et la gestion foncière des terres publiques est inefficace : d’où la colère des paysans qui prennent le risque d’exposer leur mécontentement.

17L’espace rural se diversifie par les activités qu’inventent les paysans, se ramifie par les formes de relations complexes qui s’y développent et s’ouvre sur son environnement par de nouveaux échanges et de nouvelles relations familiales, marchandes ou sociales. Mai Van Hai montre l’extension de l’espace d’interactions entre les hommes et les femmes contracté lors du mariage. L’indicateur est ici le lieu de naissance de la femme. Il montre l’évolution sur cinquante ans de l’extension du rayon matrimonial, c’est-à-dire de la distance parcourue pour trouver sa femme. Le village n’est plus l’espace pourvoyeur d’épouses et l’effet structurant du village sur le choix du conjoint s’estompe : cette augmentation du rayon matrimonial est liée à la transformation du mariage lui-même : on passe d’une union arrangée par la famille à un mariage volontaire induisant un changement des critères de choix (Nguyen Huu Minh 2000). En effet, de 1940 à 1960, 60 % des conjoints sont issus du même village, tandis que pour la période de 1961 à 1985, ce rayon s’étend à la commune (32 %) et au district (27 %), les mariages avec une femme issue du même village ne représentent plus que 32 %. Enfin, pour la période de 1986 à 2000, les femmes mariées sont originaires du district pour 59 % d’entre elles contre seulement 17 % du même village.

Les dynamiques collectives : transitions par les normes et les valeurs

18Le deuxième niveau d’analyse correspond aux dynamiques collectives : les chercheurs s’intéressent aux transitions provenant de changements des pratiques et pouvant conduire à des modifications des normes sociales ou de valeurs : dans l’alimentation, dans la consommation, dans la mobilité commerciale ou dans la façon d’entreprendre. Les prises d’initiatives engendrent de nouvelles pratiques, génèrent de nouvelles normes et laissent entrevoir de nouvelles valeurs.

19Un premier exemple de transition concerne l’alimentation. Muriel Figuié, Nicolas Bricas et Paule Moustier précisent la nature des changements dans les pratiques alimentaires dans un contexte marqué d’une part par la fin de la pénurie, par le développement du secteur agricole, par l’éclosion de la grande distribution ; et d’autre part, dans un contexte d’émergence de nouvelles maladies (grippe aviaire, surpoids, intoxications, etc.), d’anxiété alimentaire et de prise de conscience de la notion de risque alimentaire (qualité, « chimio phobie », importation de Chine, etc.). Ces modifications du comportement alimentaire s’accompagnent aussi d’un changement du sens de l’alimentation qui n’est plus réductible à sa fonction nutritionnelle, ni à son aspect économique, mais à la signification que les individus lui donnent en termes de symbole, de convivialité ou d’aisance sociale. Enfin, pour boucler la chaîne de l’alimentation en transition, les auteurs précisent l’importance des transformations de l’approvisionnement par les marchés traditionnels (86 % en 2008), l’extension de la consommation hors domicile.

20De même, les pratiques de consommation changent au Viêt-Nam et se déplacent du commerce de détail vers les centres de grande distribution : les enseignes françaises situées en Asie mettent en mouvement les consommateurs vietnamiens. Sophie Bernard observe les prémices de ce mouvement (2003-2004), et plus particulièrement les actions et les interactions qu’ont ces clients novices avec les caissières. Tout d’abord, elle met au jour de façon pionnière le fait que le client travaille et que la réalisation de ce travail suppose un apprentissage et une socialisation dont l’absence au Viêt-Nam est à noter : la notion de file d’attente leur est au début étrangère et la discipline temporelle n’a pas encore été acquise. Ensuite, les caissières prennent leur temps et donnent le sentiment de gestes désordonnés devant les lecteurs optiques, car elles n’ont pas encore eu assez de temps pour se forger des compétences en vue d’améliorer la fluidité et pour diminuer la file d’attente. Enfin, les interactions entre le client et la caissière ne sont pas réglées et la règle de coopération entre ces deux agents n’est pas encore élaborée.

21Les pratiques de mobilité urbaine et les attentes des populations sont adossées à de nouvelles valeurs que les urbanistes devront prendre en compte s’ils veulent éviter que les déplacements intra-urbains soient « bloqués » par moments ou que l’insuffisance de logements offerts crée des tensions. Dans leur enquête, Nguyên Thi Thiêng, Patrick Gubry et Lê Thi Huong mettent en évidence des transformations irrémédiables dans le mode de vie des habitants de Hô Chi Minh Ville (2 000 ménages enquêtés) et de Hanoi (1 500 ménages enquêtés), qui ont des conséquences importantes sur les politiques d’urbanisation et de logement. Ils étudient les raisons des migrations intra-urbaines parmi lesquelles on retrouve le fait de vouloir devenir propriétaire, d’augmenter la surface de son habitation, de se rapprocher de son travail, ou ne plus habiter chez ses parents. Les auteurs complètent leur recherche à propos des transports qui deviennent dans ces deux grandes villes une question stratégique pour se rendre à son travail, faire les courses ou continuer à se former (c’est-à-dire les trois principales raisons de sortie du domicile). Les pics de circulation établis, les durées de transport tout comme les distances parcourues sont autant d’informations qui forment la base des politiques de transport urbain.

22En matière de création d’entreprise, il y a des bouleversements dans les pratiques. Avec Mireille Razafindrakoto, Jean-Pierre Cling et François Roubaud on se retrouve au cœur de ce qui fait la société au Viêt-Nam : l’invention d’activités professionnelles par des personnes qui « bricolent » pour mettre sur le marché des produits ou des services afin de survivre et de sortir de la pauvreté. Cette équipe de chercheurs va inventer un dispositif assez gigantesque permettant de rendre compte de l’ampleur et de la nature de l’économie informelle au Viêt-Nam pour montrer que ce secteur concerne plus de 12 000 000 d’emplois (sur 52 000 000 de personnes qui travaillent). Dans cette enquête inédite, les auteurs montrent que le succès de ce secteur se traduit aussi par des personnes qui travaillent dans des conditions précaires, avec des revenus faibles, avec une discrimination à l’encontre des femmes (les hommes gagnent 50 % de plus de salaire). Enfin, ils nous invitent à nous écarter de toute vision unique et indiquent que, pour certains, le secteur informel est un choix, ce qui les amène à élaborer une typologie des unités de production : les « sans alternative », « les débrouillards » et les « professionnels ».

Les dynamiques institutionnelles : transitions dans l’action publique

23Le troisième niveau d’analyse concerne les dynamiques institutionnelles à l’œuvre dans l’action publique. Ces dynamiques reposent sur un début de prise en compte par l’acteur public des attentes réelles des divers publics en matière de santé, de logement, d’insertion professionnelle, de violences domestiques, entre autres. Mais pour expliciter les effets réels de l’intervention publique, les solutions effectives élaborées pour répondre à des problèmes collectifs de santé publique ou de logement, il faut déconstruire la centralité de l’État et son apparente homogénéité (Thoenig 2005). En effet, l’action publique n’est pas réductible à la décision posant des réformes et le pouvoir n’est pas limité aux détenteurs de l’autorité : il s’étend aux destinataires qui exercent le pouvoir à leur manière. La mise au jour d’arrangements locaux explicite le fonctionnement effectif des services.

24Les dynamiques institutionnelles reposent sur des modifications de l’intervention de l’État qui, dans certains cas, se retire comme pour ce qui concerne le recrutement des jeunes diplômés de l’université. Il s’agit bien d’une modification substantielle de l’action publique éducative qui date de la conférence des recteurs d’université tenue à Nha Trang en 1987 et qui précise que l’État n’est plus le « pourvoyeur de places » pour les jeunes diplômés : « L’État recrutera selon ses besoins une partie des diplômés de niveau universitaire. Les autres, qui sont la majorité, devront chercher ou créer eux-mêmes leur emploi. L’université les assistera pour leur recyclage et leur perfectionnement pour améliorer leur dynamisme et leur adaptabilité sur le marché du travail » (Dang Ba Lam, Tran Ngoc Chuyen 2000).

25Truong An Quoc et Gilbert de Terssac montrent qu’au début des années 2000, les jeunes diplômés de Hanoi (n = 600) se trouvaient dans l’obligation de faire face au retrait de l’État, ce dernier n’assurant plus le « placement » des diplômés. Désormais, ils sont mis à contribution et sont dans l’obligation d’élaborer une stratégie active d’insertion professionnelle et donc de choisir entre secteur public, privé ou mixte. Mais cette obligation se traduit, chez eux, par un espace de choix quant au type d’emploi souhaité et par une gestion de tendances contradictoires. D’un côté, les jeunes diplômés continuent à se ranger derrière un schéma d’insertion traditionnel considérant que « l’emploi rêvé » est celui que l’État peut leur fournir au sein de la fonction publique, alors même qu’ils ont une attitude critique au regard du salaire et du contenu du travail. De l’autre côté, ils élaborent un schéma émergeant dans lequel ils doivent « se prendre en charge » pour la recherche d’un emploi et relayer l’absence de l’État employeur.

26Dans d’autres secteurs comme celui de la santé, l’État tente de répondre aux attentes des publics. L’action publique sanitaire ouvre de nouveaux espaces et s’ouvre à de nouveaux problèmes que les gouvernants acceptent de mettre sur leur agenda. Pour Myriam de Loenzien la séropositivité n’est plus un « fléau » que les familles subissent passivement, mais un problème de santé publique que la loi de 2006, mise en œuvre en 2007, permettra de prendre en charge au sein des hôpitaux, avec efficacité et déontologie. Analysant cette prise en charge au concret par le suivi de 111 patients ayant eu 1 739 consultations et par des entretiens, elle montre que la mise en œuvre de l’action publique au concret est plus difficile qu’il n’y paraît : la verbalisation des problèmes que rencontrent les personnes séropositives n’est pas aisée, le secret de l’instruction médicale n’est pas toujours gardé, les mesures d’accompagnement de traitements lourds sont insuffisantes, l’automédication est courante. Plus fondamentalement, elle nous fait suivre le chemin sinueux qu’emprunte la personne séropositive pour son traitement, tout en recueillant le point de vue du destinataire de l’action publique sur le service qui lui est prodigué.

27De même, l’action publique sanitaire conquiert de nouveaux terrains comme celui du traitement de la violence domestique (Thai Thi Ngoc Du 2000), par prévention, par soins donnés aux victimes ou par répression. Pour Le hi Quy, l’action publique se construit à partir d’une mise en agenda des problèmes de la société. Pour elle, le domaine de la « violence de genre » ou violence faite aux femmes n’est pas « une affaire privée », mais un problème social inacceptable exigeant l’intervention de l’État dans les directions que la recherche qu’elle conduit permet d’esquisser. Dans le cadre d’un programme du Centre de recherche du genre et du développement (CRGD) qu’elle dirige, elle procède à une recherche sociologique sur la violence au sein de la famille et à des investigations entre 2003 et 2006, d’abord pour mettre en évidence les formes de violence de genre dans la famille de l’homme sur la femme. Elle découvre : la violence de l’inégale distribution des tâches professionnelles et domestiques ; la violence corporelle (les 300 interviewées estiment que dans 81 % des cas l’homme bat sa femme) ; la violence morale faite d’humiliation ; la violence sexuelle du fait de rapports forcés par le mari. Ensuite, elle montre les effets de cette violence qui conduit au mariage forcé, aux enfants rejetés dans la rue, à la consommation de drogues, au trafic de femmes ou à la prostitution. Enfin, l’objectif de cette recherche appliquée vise à élaborer de nouveaux types d’interventions de l’autorité publique sous forme de lois et de mesures de prévention.

28L’ouvrage se clôture par une recherche de ce qui change et perdure dans la culture vietnamienne. Alain Henry nous enlève toute illusion lorsqu’il affirme que la culture n’existe pas, au sens de système de valeurs homogènes, préexistantes et structurant les comportements : pas de permanence, mais du mouvement, une diversité des pratiques et des valeurs. Bref, une culture en action. La culture est action au sens des valeurs et des normes que la transition met en mouvement, d’identités et de croyances différentes, de coutumes et d’institutions qui se repositionnent sous l’impact des changements. Si l’on veut chercher une continuité vietnamienne, il faut déplacer le regard de l’apparence de ces variations vers les strates qui ordonnent les pratiques et les valeurs. Apparaissent alors des lignes structurantes : coutumes, rites, croyances, institutions, normes, images, goûts. Chercher l’invisible et être attentif aux dérèglements de l’impression pour comprendre ce qu’est le manque de respect ou la gaieté ou encore l’absence de courtoisie, la distance hiérarchique et la familiarité, le sens de la famille et l’obligation de prendre soin de ses membres. L’empreinte culturelle structurante est à chercher dans des scènes contradictoires de peine et de salut.

Les transitions : un objet de recherche à construire

29L’analyse des transitions par les dynamiques individuelles, collectives ou institutionnelles montre, d’une part, que les transitions correspondent à des formes inachevées d’une société qui est en train de se faire, sans que l’on puisse la ranger dans un modèle stabilisé. Elle montre, d’autre part, l’importance des acteurs et de leurs prises d’initiatives, mais aussi leur volonté aichée de changer de normes et de règles, ainsi que leur prétention à influencer les modalités d’intervention de l’État en participant à ses choix.

30Une telle vision de la société vietnamienne pourrait paraître optimiste au regard des pesanteurs qui freinent l’initiative. Pourtant, à regarder la manière dont les chercheurs construisent leurs objets pour répondre à des questions de société, on est en droit de formuler l’hypothèse d’un processus de changement, certes à peine amorcé, mais ouvrant de vrais espaces d’actions inédits. Les spécialistes des sciences humaines et sociales (SHS) apportent une contribution décisive pour reconstituer la nature des choix que les individus font, les raisons explicites et latentes qui les ont poussés à « choisir » telle ou telle stratégie, les alliances et les réseaux qu’ils ont mobilisés pour y parvenir, les enjeux et les conséquences de ces choix.

31Au-delà des apports en connaissances empiriques, les présentes contributions participent à un processus de «désoccidentalisation des SHS » (Roulleau-Berger 2011) dans le sens où elles amènent le lecteur à sortir des carcans universalistes de la science occidentale. Le dialogue qui se met en place au fil des contributions entre approches, concepts et méthodologies permet de sortir d’une vision hégémonique pour réinterroger les faits sociaux sous des angles inédits. On se défait ainsi de certaines caricatures (notamment la place et le rôle des villages dits traditionnels au Viêt-Nam) ou d’idées préconçues (idée selon laquelle il y aurait une culture vietnamienne unique et homogène par exemple). Toute approche ethnocentrée est ainsi mise sous contrôle par un processus de décolonisation de la pensée et du savoir scientifique.

32La construction du problème est le résultat d’une question qui se pose au sein de la société et que la recherche propose d’éclairer. Le choix du thème est lié à l’intérêt qu’il représente pour une société ou une institution qui formule une demande, mais aussi à une préoccupation du chercheur qui tente de répondre scientifiquement à une question sociale estimée pertinente par lui. Point n’est besoin d’insister sur l’intéressement et les opportunités offertes au chercheur dans le choix du thème (contrat, bourses, collaboration avec de nouveaux acteurs, etc.), sans lequel la recherche est difficile à mener. Cet intéressement combine la préoccupation ou la curiosité du chercheur, sa volonté de participer aux échanges scientifiques et d’apporter des connaissances présentées sous forme de publications et enfin son ambition de permettre aux autres acteurs de prendre des décisions en connaissance de cause grâce aux connaissances produites. Mais comment formuler une question de départ alors que les événements initiant une réflexion sont à peine observables car embryonnaires ? Comment identifier des changements structurants alors que les changements sont permanents ? Si la société vietnamienne est en transition, les voies permettant de la questionner sont elles aussi mouvantes.

33La vérification de la pertinence du problème constitue un moment important. Ce dernier passe notamment par l’élaboration de revues de littérature importantes dans un pays où les SHS s’institutionnalisent graduellement. Peu à peu, les chercheurs constituent ainsi des corpus de travaux de référence qu’ils recensent, catégorisent, exploitent et mettent en discussion pour que la connaissance des phénomènes sociaux avance au Viêt-Nam. Aussi, les contributions rendent compte des conditions d’accès au terrain qui renvoient à des contraintes institutionnelles (les autorisations), des contraintes de temps (toute étude est limitée), des contraintes de moyens (les ressources financières et humaines) et à la capacité des chercheurs de se rapprocher des personnes qu’ils étudient.

34Prendre les transitions comme objet d’étude oblige à problématiser selon de nouveaux cadres conceptuels. En effet, la problématisation dans un contexte de transition revient d’abord à redéfinir le problème à résoudre en révisant les catégories utilisées ou en élaborant de nouveaux outils théoriques pour penser le problème. Par exemple, les catégorisations des paysans en place du type « riche-moyen-pauvre » ne sont pas pertinentes. Pour sortir de cette impasse dans laquelle nous enferment les schémas perceptifs en vigueur, il est nécessaire de proposer une nouvelle typologie fondée sur des concepts d’évolution des exploitations agricoles et de transformations des systèmes d’activités des foyers. Ensuite, problématiser, c’est rendre visible la face cachée du problème et les raisons qui font que le problème n’a pas pu être pensé jusqu’à présent car pris dans un mouvement qui peut aveugler l’observateur. C’est ainsi le cas avec la question de la violence domestique qui reste un phénomène relativement invisible aux yeux des autorités publiques. Enfin, problématiser dans le cadre d’une étude sur les transitions c’est déplacer le regard vers d’autres significations de l’entité étudiée. C’est notamment le cas avec le village qui est une catégorie surestimée dans son rôle intégrateur et survalorisée dans son rôle identitaire. Il faut donc ouvrir de nouvelles voies permettant de penser le village autrement que comme fermé, mais comme une unité d’interactions locales au sein d’un espace ouvert à d’autres échanges et antagonismes avec des entités multiples qui dépassent le village.

35Pour poursuivre la construction des transitions en tant qu’objet de recherche, la démarche doit être accompagnée des méthodologies qui conviennent. Cela oblige les chercheurs à articuler des sources de données disponibles, à agencer des méthodes pour produire des configurations d’enquête pertinentes, à opérer des bricolages selon les situations (Kaufmann 1996 ; de Loenzien 2007). Les contributions réunies témoignent d’un élargissement méthodologique qui contribue à la lutte contre le cloisonnement des méthodes selon les disciplines et à la lutte contre la standardisation des modes de passation.

36Toutes les contributions insistent sur l’importance du sujet qui parle et sur la bonne distance qu’il faut observer, sur l’enjeu et les difficultés de cerner les représentations des sujets et mettent l’accent sur l’entretien comme récit car le sujet est porteur de savoirs et d’expériences irremplaçables pour éclairer le problème que leur recherche tente de résoudre. Le sujet est ici replacé dans son milieu : l’intervention de l’analyste rompt le cadre d’action habituel du sujet, puisqu’une tierce personne, ici l’analyste, fait irruption dans son univers pour essayer de comprendre les logiques d’action du sujet. Il faut alors faire preuve de discrétion compréhensive. Les difficultés pour aller à la rencontre du sujet seront nombreuses et le sens qu’il donne à son action est souvent difficile à interpréter. L’entretien pratiqué par les chercheurs repose sur une intense activité réflexive pour mettre bout à bout des détails qui prennent sens ensemble et surtout pour mettre en connaissance des pratiques. Ce travail réflexif est avant tout une prise de distance avec ce qui est supposé normal ou habituel, ce que l’on ne dit pas du fait de l’évidence ou ce que l’on ne peut pas dire du fait des interdits, voire de ce que l’on ne s’autorise pas à dire de peur d’un jugement déclassant la personne ou disqualifiant son initiative. Voilà l’urgence méthodologique à laquelle les contributions apportent des éléments de réponse pour identifier et comprendre ce qu’est la transition au concret.

Les transitions : une voie d’analyse à suivre

37Les sciences humaines et sociales montrent que la transition transforme le contexte d’action, déverrouille des espaces d’action créant un espace de régulations sociales (Reynaud 1997) entre le niveau global et le niveau local, entre l’État et l’entreprise. Les transitions transforment les acteurs en leur offrant des possibilités de choix obéissant à des rationalités multiples. Elles exigent des formes de contribution différentes et des changements dans l’action quotidienne.

38Comment appréhender les transitions ? Une première manière de répondre à cette question consiste à dire que les contributions regroupées dans cet ouvrage dépassent les catégories classiques qui circonscrivent la transition selon un point de vue politique ou économique ou social. Le parti pris est ici de penser ces trois composantes ensemble, les unes reliées aux autres, les unes dépendant des autres. Pour le dire autrement, la transition est ici comprise comme un véritable phénomène social total, c’est-à-dire un phénomène intrinsèquement pluridimensionnel.

39Une deuxième manière de comprendre la transition de manière originale revient à rappeler ce qui était brièvement évoqué précédemment, c’est-à-dire ne pas considérer la transition uniquement comme une comparaison entre deux situations espacées dans le temps, mais de saisir ce qui se joue pendant la transition : l’état de passage. C’est donc le changement qui est au cœur des contributions regroupées dans cet ouvrage.

40Une troisième perspective renvoie à la nature des enquêtes menées qui donnent à voir la transition de la manière la plus concrète possible, la transition en train de se faire sur la base de données empiriques originales. Cela implique de rendre compte de la transition au prisme d’une mosaïque de microterrains et de situations éclatées, et d’une restitution de données hétérogènes et de pratiques quotidiennes.

41Une quatrième et dernière manière de répondre consiste à dire que les contributions regroupées dans cet ouvrage ne sont donc pas issues à proprement parler d’une sociologie du développement qui viendrait éclairer le processus de modernisation du Viêt-Nam (Sun 2007). Les phénomènes de transition au Viêt-Nam sont analysés dans cet ouvrage au prisme d’une sociologie rurale, d’une sociologie historique, d’une sociologie politique, d’une sociologie du travail, d’une sociologie des marchés, d’une sociologie de l’alimentation, d’une sociologie du genre, d’une sociologie des réseaux, d’une sociologie de la consommation, d’une sociologie urbaine, d’une sociologie de l’éducation, d’une sociologie de la santé et d’une sociologie de la culture.

42Considérer les phénomènes sociaux au Viêt-Nam au regard de la notion de transition permet aux chercheurs de questionner le changement en tant que phénomène à part entière, la dynamique des relations entre individus, les contours et les périphéries de l’objet analysé, les modifications des pratiques ou des situations observées. Analyser les transitions constitue ainsi une voie possible pour interroger des cadres de l’action, c’est-à-dire les formes de coordination qui mobilisent des acteurs, qui s’appuient sur des dispositifs et qui prennent forme sur des espaces actions hétérogènes. Interroger les pratiques sociales en termes de transition permet de rendre compte des manières qu’ont les individus d’ajuster leurs comportements vis-à-vis des attentes d’un système qu’ils intègrent, de restituer les articulations qu’ils élaborent entre des mondes sociaux jusqu’alors déconnectés, de voir des agencements innovants au sein d’organisations et des pratiques d’adaptation stratégique permettant de faire face aux contingences auxquelles ils sont confrontés. Plus qu’une réalité sociale, les transitions constituent une approche heuristique des phénomènes sociaux permettant de mettre en lumière les arrangements à l’œuvre entre acteurs, les négociations dans lesquelles ils entrent pour résoudre des problèmes, les raccommodages permanents auxquels ils s’adonnent pour mettre en cohérence leurs souhaits et leurs attentes vis-à-vis des normes et des règles de leur milieu et les cadres institutionnels. Au moins quatre dynamiques de transition apparaissent au fil des contributions : d’abord une dynamique d’ajustement permettant aux individus d’entrer dans un cadre d’action qui leur est imposé ; ensuite une dynamique d’articulation qui permet aux individus de combiner entre eux différents cadres d’action ; puis une dynamique d’adaptation stratégique permettant aux individus de s’emparer d’un cadre action donné et de s’en approprier ; enfin une dynamique de négociations qui consiste à élaborer un nouveau cadre d’action partagé.

43Au terme de cet ouvrage, rien ne dit que les transitions repérées dans tous les secteurs aboutiront à un changement radical de la société vietnamienne ou entraîneront une rupture d’avec le mode de gouvernance centralisé, car la transition de la société vietnamienne est une « transition paradoxale » qui articule deux visions opposées de la société que ses acteurs tentent d’articuler, voire de concilier, clairement résumée par Delalande (2007) : le contrôle d’un côté lié à « la suprématie proclamée du pouvoir » et de l’autre côté l’autonomie des organes du pouvoir « avec un gouvernement qui gouverne, une administration qui applique ses décisions, une Assemblée nationale qui légifère ; une justice qui juge en toute indépendance et les collectivités locales qui gèrent les problèmes de leur ressort ».

44On a bien d’un côté une société installée dans une dynamique intermédiaire de réforme contrôlée de ses institutions, de modification de la conception de l’intervention de l’État qui n’est plus le pourvoyeur de toutes les ressources, mais le fournisseur d’opportunités d’action et le créateur d’espaces d’action inédits comme l’espace de création d’entreprises privées (Pham Phi Long 2007 ; Truong An Quoc 2007). Et de l’autre côté persiste un secteur informel peu contrôlé dont Papin (2003), rappelle l’existence et l’importante contribution au PIB (allant jusqu’à 30 à 35 % du PIB global), secteur qui échappe par définition à toute codification officielle. C’est donc bien la redéfinition du cadre de l’action qui est en jeu.

Bibliographie

Broustail J., Palaoro G., 2005, « La formation des élites managériales dans les économies en transition : les exemples du Cambodge, du Laos, du Viêt-Nam et de la haïlande », Entreprises et histoire, vol. 4, n° 41, p. 51-70.

Boismery H., 1998, « Ouverture et emploi dans une économie en transition. La situation du Viêt-Nam », Revue économique, vol. 49, n° 1, p. 277-289.

Catlla M., 2005, « Des dynamiques intermédiaires au travail politique », dans Filâtre D., Terssac (de) G., Catlla M., Albanel X. et Voléry I. (coord.), Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Toulouse, Octarès, coll. « MSHST », p. 37-61.

Cao X. D. et Tran T. A. -D., 2005, « Transition et ouverture économique au Viêt-Nam : une différenciation sectorielle », Économie internationale, vol. 4, n° 104, p. 27-43.

Cling J. -P., Nguyen Thi Tu Huyen, Nguyen Huu Chi, Phan hi Ngoc, et al., 2010, he Informal Sector fin Viêt-Nam : a Focus on Hanoi and Hô Chi Minh City, Hanoi, he Gioi Editions.

Dang Ba Lam et Tran Ngoc Chuyen, 2000, « L’éducation », dans Gubry P. (éd.), Population et développement au Viêt-Nam, Paris, Karthala-Ceped, p. 323-349.

Delalande P., 2007, Viêt-Nam, le dragon en puissance, Paris, L’Harmattan.

Desjeux D., Zheng L. -H., 2002, Entreprises et vie quotidienne en Chine, Approche interculturelle, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Egreteau R., 2004, « Birmanie : la transition démocratique selon la Junte », Critique internationale, vol. 3, n° 24, p. 39-47.

Fanchette S., 2011, « Périurbanisation, libéralisation du marché foncier et villages d’artisans. Le processus d’extension de Hanoi », Revue Étude géographique, n° 11, p. 1-14.

Fanchette S., 2007, « Dynamique des clusters de village de métier dans les provinces du Hay Tay et Bac Ninh : des initiatives villageoises aux politiques publiques », Études vietnamiennes, n° 3, p. 4-35.

Friedberg E., 1993, Le pouvoir et la règle. Dynamique de l’action organisée, Paris, Seuil.

Gironde C., Maurer J. -L. (éd.), 2004, Le Viêt-Nam à l’aube du XXe siècle. Bilan et perspectives politiques, économiques et sociales, Paris, Karthala. Genève, IUED, CRAM.

Gubry P. (éd.), 2000, Population et développement au Viêt-Nam, Paris Karthala-Ceped.

Henaff N., 2000, « Renouveau et mobilité de la main-d’œuvre », dans Gubry P. (éd.) Population et développement au Viêt-Nam, Paris Karthala-Ceped, p. 389-402.

Herland M., 1998, « Succès et incertitudes de la transition vietnamienne », Revue économique, vol. 49, n° 1, p. 303-320.

Kaufmann J. -C., 1996, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan Université, 128 p. (sociologie).

Loenzien (de) M., Yana S. D. (éd.), 2007, Les approches qualitatives dans les études de population. Théories et pratiques, Paris, Éditions des Archives contemporaines et AUF.

Loenzien (de) M., 2007, « Le processus de recherche et traitement des données qualitatives », dans Loenzien (de) M., Yana S. -D. (éd.), Les approches qualitatives dans les études de population. Théorie et pratique. Paris, Éditions des Archives contemporaines, p. 107-129.

Madesclaire Y., 1994, « Au-delà des apparences : un autre regard sur le Viêt-Nam des années 1990 », Tiers-Monde, T. 35, n° 140, p. 891-906.

Mazier J. (éd.), 1998, L’économie vietnamienne en transition. Les facteurs de la réussite, Paris, L’Harmattan.

Nguyen Huu Minh, 2000, « Transformations socio-économiques et nuptialité », Gubry P., (éd.), Population et développement au Viêt-Nam, Paris, Karthala-Ceped, p. 83-115.

Papin P., 2003, « Le parti et l’État », Ombres et lumières sur le Viêt-Nam actuel, Paris, L’Harmattan, coll. Points sur l’Asie, p. 53-55.

Papin P., 2003, Viêt-Nam. Parcours d’une nation, Belin, Paris, La Documentation française.

Pham Phi Long, 2007, La réforme de l’État et des entreprises au Viêt-Nam : le cas des infrastructures de transport, ENPC-ESTC de Hanoi, LATTS, Paris, thèse, 381 p.

Reynaud J. -D., 1997, Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin (3e édition).

Roulleau-Berger L., 2011, Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Éditions de l’Aube, coll. « Mondes en cours ».

Roulleau-Berger L. (éd.), 2007, Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe, Toulouse, PUM, coll. « Socio-Logiques ».

Ruffier J., 2006, Faut-il avoir peur des usines chinoises ? Compétitivité et pérennité de l’atelier du monde, Paris, L’Harmattan.

Ruscio A., 1985, Viêt-Nam, l’histoire, la terre, les hommes, Paris, L’Harmattan.

Sainsaulieu R., 2001, Des sociétés en mouvement. La ressource des institutions intermédiaires, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Sociologie économique ».

Stiglitz J. E., 2002, La grande désillusion, Paris, Fayard.

Sun L., 2007, « La transition sociale : un nouvel enjeu pour la sociologie du développement », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 1, n° 122, p. 53-72.

Teissier O. et Fontenelle J. -P., 2000, « Pression démographique et contraintes politiques : la paysannerie du delta du fleuve Rouge dans la tourmente du XXe siècle », dans Gubry P., (éd.), Population et développement au Viêt-Nam, Paris Karthala-Ceped, p. 495-527.

Terssac (de) G. (éd.), 2003, La théorie de la régulation sociale de J. -D. Reynaud : débats et prolongements, Paris, La découverte.

Terssac (de) G., Lalande K., 2002, Du train à vapeur au TGV : sociologie du travail d’organisation, Paris, PUF.

Thai Thi Ngoc Du, 2000, « La situation de la femme », Gubry P. (éd.), Population et développement au Viêt-Nam, Paris Karthala-Ceped, p. 409-436.

Thoenig J. -C., 2005, « Pour une épistémologie des recherches sur l’action publique », dans Filâtre D., de Terssac G., Catlla M., Albanel X. Voléry I., (coord.), Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Toulouse, Octarès, coll. « MSHST », p. 198-212.

Trinh Van Tung, 2007, « Place de la sociologie dans le nouveau contexte du Viêt-Nam : le point de vue des responsables », Études vietnamiennes, n° 3, p. 75-93.

Truong An Quoc, 2007, La transition au risque des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur : le cas de la ville de Hanoi, thèse de doctorat, Université Toulouse-Le Mirail, 329 p.

Truong An Quoc, Terssac G. (de), 2006, « Choisir son emploi dans “l’économie socialiste de marché” : une question de temps », dans Thoemmes J., Terssac (de) G. (éd.), Les temporalités sociales : repères méthodologiques, Toulouse, Octarès, p. 163-173.

Véron J. -B., 2005, « Le Viêt-Nam : une nouvelle réussite du modèle de développement asiatique », La Jaune et la Rouge, en ligne, avril.

Notes

1 Ces questions ne vont pas sans rappeler les travaux menés en Chine : Desjeux, Zheng 2002 ; Ruffier 2006 ; Roulleau-Berger 2007.

2 Le Doi Moi, « renouveau » en vietnamien, est le nom de la réforme économique initiée par le Viêt-Nam à partir de 1986. L’économie de marché a été autorisée puis encouragée par le Parti communiste vietnamien. Cette libéralisation économique peut être rapprochée de celle amorcée par la Chine dès la fin des années 1970.

3 Soulignons d’emblée l’importance de recherches en sciences humaines et sociales au Viêt-Nam réalisées par des chercheurs français ou vietnamiens ou bien au travers de recherches conjointes réalisées par une équipe mixte composée de chercheurs français et vietnamiens. Les workshops que nous avons organisés ont été construits autour d’une thématique particulière, mais toujours de façon pluridisciplinaire en vue d’identifier et de mieux connaître les travaux des chercheurs. Les quatre séminaires ont bénéficié de ce tissu de recherches au sein d’un milieu déjà structuré, dont nous avons extrait les présentes contributions. Parmi les workshops, citons : Terssac (de) G., Catlla M., Tung T. A., 2010, « CREation d’Activités socioéconomiques au service du DEveloppement local durable » (CREADEL), colloque international, Université des sciences sociales et humaines de Hanoi et Université Toulouse 2, Hanoi, 7 avril ; Terssac (de) G., Truong An Quoc, Tremblay D. -G, 2008, MANagement interculturel des entreprises étrangères, Workshop international, MANIE, Hô Chi Minh City, 10 et 11 avril ; Terssac (de) G., Truong An Quoc, 2007, Analyses pour accompagner les changements socio-organisationnels au Viêt-Nam, APACS, Workshop franco-vietnamien APACS Hanoi, USSH, 3 au 4 avril, 97 p. ; de Terssac G., Truong An Quoc, 2006, Les transitions socio-économiques au Viêt-Nam : approches démarches et méthodologies en sciences humaines et sociales, Workshop franco-vietnamien, Hanoi, USSH, 25 avril.

Auteurs

Directeur de recherche CNRS
CERTOP CNRS Université Toulouse 2-Le Mirail

Enseignant-chercheur
Université de sciences sociales et humaines de Hanoi USSH

Enseignant-chercheur
CERTOP CNRS Université Toulouse 2-Le Mirail

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540