Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

3. Politiques publiques et changements fonctionnels

Abandon et reconversion des anciens bâtiments agricoles : un objet d’intervention sur les paysages ruraux

Stéphanie Arens

Texte intégral

Un pays perd sa mémoire. C’est une amnésie rampante, étonnamment silencieuse, dans laquelle s’éclipse presque imperceptiblement l’héritage culturel. Ce sont souvent les petites constructions ordinaires qui sont détruites, un pont, une usine, une maison de l’après-guerre, [une grange], leur démolition ne sont que rarement à la une. On n’en parle que lorsque les projets de renommée sont menacés […]. L’ordinaire, lui, n’a pas de lobby. (Rauterberg 2007, p. 31)
Il y a une identité particulière à chaque lieu, ainsi il ne ressemble à aucun autre. Cette richesse doit être conservée contre la banalisation des territoires. […] Il y a donc bien un enjeu majeur identifié : la valorisation des territoires par le bâti. (Fédération nationale Habitat et Développement 2003, p. 115)

1L’abandon et la reconversion d’anciens bâtiments agricoles traduisent les transformations structurelles et fonctionnelles de l’agriculture et des régions rurales en Europe. Deux tendances caractérisent ces transformations. D’un côté, on trouve des exploitations agricoles spécialisées, modernes et viables, avec des bâtiments fonctionnels récents, côtoyant des exploitations qui diversifient leurs activités (par la vente directe par exemple) et ont pour cela déjà requalifié des bâtiments (illustration 1). De l’autre, on trouve des exploitations sans successeur ou des fermes abandonnées pour des raisons économiques. Dans les deux cas peut se poser un problème de vacance. La perte d’importance, l’abandon ou la dégradation de bâtiments agricoles qui représentent un élément important de l’héritage architectural et culturel rural modifient les paysages ruraux : ces processus conduisent à l’altération des particularités locales, à la transformation de la physionomie du bâti villageois hérité, à la détérioration des éléments caractéristiques et singuliers du paysage, et donc à la dégradation des marqueurs essentiels de l’identité régionale.

Illustration 1
Exploitation pratiquant la vente directe à la ferme dans les environs de Berlin.
Cliché : Ulrike Grabski-Kieron

2Ce processus de transformation structurelle et fonctionnelle implique ainsi non seulement des modifications socio-économiques au niveau de chaque exploitation, mais il a aussi, au-delà de chaque bâtiment, des conséquences spatiales et paysagères sur la structure de peuplement rural, sur le marché du travail, et donc sur l’ensemble du développement régional et communal.

La reconversion : un champ d’intervention pour les paysages ruraux

  • 1 Voir la contribution de Winfried Schenk dans cet ouvrage, p. 43-52.

3On attribue de plus en plus d’importance à la conservation des paysages ruraux, en particulier en matière de développement rural. En témoignent les discussions entre spécialistes qui mettent cette thèse à l’ordre du jour, les recommandations d’action, les textes de loi. En témoigne aussi le nouveau schéma d’orientation « pour la préservation des ressources naturelles et la gestion des paysages1 », élaboré par l’office fédéral pour l’aménagement du territoire en 2006 (BMBVS et BBR 2006a et 2006b). Selon ce document, l’objectif de maîtriser la consommation d’espace demeure une clef de voûte de l’aménagement du territoire. « Il est essentiel, dans un pays aussi densément peuplé que l’Allemagne, de freiner l’imperméabilisation des sols qui sont support et espace de vie pour les hommes, les animaux et les plantes, et qui sont constitutifs des écosystèmes et des cycles de l’eau » (BMBVS et BBR 2006a, p. 52), ceci tout en continuant à répondre à la demande d’espace d’une société moderne mais dans un sens conforme au développement durable. Est ainsi clairement formulée une mission d’aménagement : il s’agit non seulement de conserver l’existant mais aussi d’épuiser toutes les potentialités de développement des paysages.

  • 2 Au-delà de l’analyse des modalités d’adaptation aux principes de la durabilité, dans un contexte où (...)

4Une des voies possibles consiste à promouvoir la reconversion des bâtiments existants plutôt que d’en construire de nouveaux (BMVBS et BBR 2006b). Cette démarche se doit de questionner la valorisation agricole ou extra-agricole des bâtiments agricoles abandonnés ou sous-utilisés : cette valorisation représente-t-elle une potentialité territoriale et une stratégie d’action pour le développement des communes et des régions rurales ? La reconversion, si elle suit un modèle de développement durable, aura-t-elle des effets sur l’urbanisme rural, l’environnement et les paysages locaux, en limitant par exemple l’extension des surfaces bâties ou en stimulant les potentiels endogènes ou l’identité régionale ? Cette démarche rejoint ainsi, sur le plan théorique, la notion de « modernisation écologique2 » (Arens 2008). Elle met l’accent sur la « durabilité » (écologique, économique et sociale) et ne considère pas les bâtiments vacants comme de simples éléments paysagers mais comme une ressource construite et comme une énergie inscrite dans les matériaux. Leur démolition équivaudrait à la destruction d’un bien alors qu’il convient plutôt de lui trouver une nouvelle utilisation agricole ou extra-agricole (Bernau 2006 ; Davey 2001).

5Il ne s’agit donc pas seulement de revaloriser économiquement ces bâtiments en les insérant sur le marché immobilier (dimension économique), ou d’utiliser leur énergie et de lutter contre l’imperméabilisation des sols (dimension écologique). Il s’agit aussi de les considérer et de les utiliser comme des éléments originaux du paysage et comme symboles d’identification, susceptibles de contribuer à la consolidation d’une identité régionale et de stimuler un potentiel endogène. Cela peut par exemple se concrétiser par le renforcement de l’engagement citoyen (dimension sociale). « Cela fait entrer dans une démarche où les professionnels de l’aménagement du territoire ne conçoivent pas seulement leur travail en termes d’intervention sur l’espace physique mais prennent également en compte l’ambiance et la culture de lieux particuliers » (Hajer 1995, p. 4) et s’intéressent par conséquent à la qualité de l’habitat, à la physionomie du lieu et à son patrimoine bâti.

6Nous traiterons ici non pas des bâtiments modernes, fonctionnels et très spécialisés, comme les hangars métalliques, mais des bâtiments traditionnels destinés aux différents usages agricoles.

7Il nous paraît utile, dans un premier temps, de considérer les principales raisons qui, du point de vue des différents acteurs, motivent la conservation des bâtiments. Pour les agriculteurs ou les propriétaires, sont prioritaires le devenir de l’exploitation agricole et la valorisation patrimoniale et immobilière de leurs biens. Il s’agit de conforter la viabilité de l’exploitation agricole en diversifiant et en créant des sources alternatives de revenus grâce à un changement d’usage des lieux : en développant, par exemple, la vente directe, des services para-agricoles (café à la ferme, vacances à la ferme, etc.) ou la transformation des produits ; cela permet de conserver son propre emploi, voire d’en créer de nouveaux. Pour les collectivités territoriales et les régions, qui sont compétentes en matière de développement local et régional, la reconversion de bâtiments devenus inutiles peut aider à maintenir et à créer des emplois, à préserver une image attractive ou à limiter l’extension des zones d’habitation et d’activité. Pour la société en général et dans une perspective de développement durable, les bâtiments peuvent être perçus comme une ressource bâtie dont l’utilisation innovante contribue à la conservation et à la modernisation des paysages ainsi qu’au développement rural.

8Par ailleurs, l’utilisation de la ressource bâtie suscite une grande demande d’information et de sensibilisation, notamment de la part des acteurs régionaux et des collectivités territoriales : ils sont en effet d’importants promoteurs de ces politiques, et l’autorisation de projets de reconversion relève de leurs compétences. On sait que les politiques d’attribution très généreuse de surfaces commerciales et résidentielles et leur aménagement pour attirer habitants et activités s’avèrent problématiques. Les communes ont pris des engagements financiers qui doivent être rentabilisés. Elles se trouvent alors prises entre la nécessité de commercialiser les surfaces résidentielles et les zones d’activités nouvellement créées et celle d’empêcher l’abandon du bâti ancien au centre des localités. Le problème peut être encore aggravé dans des contextes de déclin et de vieillissement démographiques : les surfaces loties ne trouvent alors plus d’acquéreurs et la vente des habitations récentes entre en concurrence avec la reconversion de bâtiments agricoles. Dans le contexte, au contraire favorable, de communes ouvertes sur l’extérieur et sur l’avenir, la reconversion rend possible une occupation plus rationnelle des sols.

9En témoigne l’exemple en Bade-Wurtemberg du projet MELAP (Modellprojekt Eindämmung des Landschaftsverbrauchs durch Aktivierung des innerörtlichen Potenzials [projet modèle de lutte contre la destruction des paysages et de réanimation des centres villageois]). Ce dernier a été mis en œuvre à partir de 2003 dans le cadre du programme de développement rural du gouvernement du land. Le projet qui dépend du ministère de l’alimentation et de l’espace rural bénéficie d’un volume de subventions d’un montant de 10 millions d’euros ciblés sur treize communes sélectionnées. L’idée est de parvenir à une amélioration générale de la structure des localités rurales par la reconversion des bâtiments anciens abandonnés, l’occupation des espaces vacants et le traitement des zones de trop forte densité de bâti, dans l’intention d’intégrer les constructions nouvelles dans le paysage. Les principales mesures d’intervention qui concernent les activités économiques, le commerce de détail, les équipements collectifs et l’habitat doivent contribuer à conserver et à renforcer le potentiel de développement socio-économique du centre-village. Elles doivent en particulier susciter des créations d’emplois, dans le secteur de l’artisanat par exemple (Baumgartner 2007, p. 95 et suiv.). L’opération se réclame des orientations d’un règlement d’urbanisme qui prescrit « une gestion harmonieuse et un traitement esthétique du foncier » et que l’on retrouve dans deux documents de planification à l’échelle régionale : d’une part, le schéma de gestion de l’environnement du land qui permet la réaffectation du foncier dans les zones urbanisables ; d’autre part le projet de l’agence régionale pour la protection de l’environnement concernant le « management des ressources foncières ». Ce projet est assez représentatif de l’évolution des politiques publiques et de la prise en compte des enjeux écologiques de l’aménagement rural par les administrations locales et régionales (Baumgartner 2007, p. 96 ; également Schöfl 2007).

Conséquences et conditions générales de la reconversion du bâti agricole

10L’analyse géographique de la reconversion de bâtiments agricoles met en lumière ses effets positifs sur le développement communal et régional (Grabski-Kieron et Arens 2004). La reconversion permet d’engager la diversification économique en dehors du secteur agricole, notamment à travers des projets de requalification commerciale qui peuvent réagir sur le marché de l’emploi, mais aussi en assurant la promotion de l’artisanat local et régional, impliqué dans la requalification elle-même. Elle favorise le maintien et la stabilisation d’une propriété privée qui motive l’engagement local et régional des citoyens et dynamise leur implication dans le développement endogène. La rénovation de bâtiments « porteurs de symboles et créateurs/pourvoyeurs d’identité » participe aussi au renforcement de l’identité régionale. Enfin, on observe la modification positive de la perception des espaces ruraux par la société globale comme des conservatoires innovants ; cela peut contribuer à l’amélioration des relations villes-campagnes et déboucher, pour certains projets de reconversion, sur des partenariats public-privé de développement.

  • 3 L’auteur fait ici référence à la hiérarchie des fonctions urbaines – allant des villes-centres de n (...)

11Il est important, dans ce contexte, de promouvoir un système d’offre et de demande de reconversion spécifique à la région. Cela suppose de recenser et d’évaluer d’un côté, l’offre en bâtiments et, de l’autre, la demande en surfaces pour des activités de valorisation agricoles (vente directe, transformation des produits, bioénergie, etc.), para-agricoles (services de sous-traitance des travaux agricoles, entretien du paysage, vacances à la ferme, pensions équestres, etc.), ou pour des besoins immobiliers à proprement parler (comme les demandes d’habitations, de bâtiments d’entreprises ou les demandes en lieux d’expositions divers, en salles polyvalentes communales, etc.). L’offre et la demande sont influencées par différents facteurs généraux et notamment par le type d’espace rural (densément peuplé ou périphérique), et par sa situation par rapport aux grands axes de développement économique et au réseau des villes-centres3. Les chances de reconversion et d’obtention des autorisations dépendent aussi fortement des localisations au sein des villages et des normes de construction, plus contraignantes dans le périmètre historique et plus lâches à l’extérieur. Elles sont également fonction de la viabilité économique de l’exploitation, de son capital disponible mais aussi de son environnement socio-économique : une situation démographique stable ou en croissance, un paysage remarqué, l’attachement d’une population à sa région, un milieu économique créatif et innovant sont autant de facteurs favorables à la reconversion. Surtout, le rôle décisif revient à la volonté des propriétaires mais encore à celle des acteurs politiques locaux et régionaux, des aménageurs, des autorités et des services de développement économique. Ce sont souvent ces derniers qui attirent l’attention sur les bâtiments vacants et qui endossent le rôle de promoteurs de la reconversion.

12La partition de l’Allemagne en deux états aux systèmes politiques très différents a laissé des traces jusqu’à aujourd’hui. Plusieurs éléments font de la reconversion en Allemagne orientale une entreprise difficile, hasardeuse voire parfois impossible : les questions de propriété ne sont qu’en partie clarifiées ; le travail collectif a rompu le lien à la terre ; l’état du bâti est souvent très dégradé ; les anciens bâtiments fonctionnels des coopératives agricoles sont parfois contaminés par des déchets toxiques ; l’exode, le vieillissement et le chômage limitent les capacités à mobiliser des potentiels endogènes ; les friches industrielles, vides et en meilleur état, entrent en concurrence avec les bâtiments agricoles anciens. Un exemple illustrera plus loin ce constat.

L’analyse des potentiels de reconversion : description de la démarche

13Nous proposons la notion de « potentiel de reconversion » pour décrire les effets probables de la reconversion des anciens bâtiments agricoles sur le développement régional. Ce potentiel est établi en une région et à un moment donnés à partir, d’une part, de l’offre en bâtiments agricoles autrefois utilisés, aujourd’hui sous-utilisés ou qui ne seront plus utilisés dans un avenir proche et, d’autre part, de la demande en espaces bâtis. Il s’intéresse au processus de conversion fonctionnelle de ces bâtiments et à sa capacité à impulser à long terme un développement rural.

14À travers plusieurs études de cas représentatifs de différents types d’espaces ruraux, nous essayons d’évaluer les potentiels de reconversion et les champs d’intervention qu’ils offrent pour le développement rural. Nous avons réalisé dans un premier temps une typologie des potentiels probables de reconversion. Il est apparu évident que les indicateurs démographiques et socio-économiques que l’on mobilise dans l’aménagement du territoire ne pouvaient suffire. Pour contextualiser les processus de reconversion, on a eu recours à des indicateurs supplémentaires portant sur le système de peuplement, les structures agraires, ainsi que sur l’environnement et le paysage.

  • 4 Ces catégories spatiales sont établies par l’office fédéral de l’aménagement du territoire selon de (...)

15Nous avons ainsi retenu trois grands types de variables pour caractériser cette différenciation géographique : des indicateurs structurels et fonctionnels (catégories spatiales de l’aménagement du territoire4, caractéristiques des structures agraires), des indicateurs paysagers et environnementaux (morphologie des villages et des fermes, spécificités paysagères telles les formes du relief, végétation et eaux, attractivité paysagère) et enfin des indicateurs dynamiques (structure économique et développement local, pression foncière, mouvements migratoires et tendances à la périurbanisation).

16Les types d’espaces identifiés à partir de ces indicateurs ont été regroupés en fonction de leur potentiel probable de reconversion.

  • Niveau probable très élevé (type 1) : régions rurales situées en périphérie des villes-centres du niveau supérieur de la hiérarchie urbaine ou zones densément peuplées à fortes tendances de périurbanisation et soldes migratoires positifs et/ou excellentes fonctions touristiques et récréatives et/ou structures et dynamiques économiques porteuses, structures agricoles viables et fonctions rurales en transformation.
  • Niveau probable élevé (type 2) : régions rurales situées en périphérie plus lointaine des villes-centres du niveau supérieur de la hiérarchie urbaine et zones densément peuplées, mais avec des relations villes-campagnes moins intenses que dans le premier type, dynamiques démographiques faiblement positives, et/ou fonctions touristiques susceptibles de développement grâce à l’attractivité paysagère et/ou structures économiques diversifiées (à dominante de pme, mais moins dynamiques que dans le type 1), transformations fonctionnelles et structurelles rapides dans le domaine agricole.
  • Niveau probable modéré (type 3) : régions rurales à l’écart des villes et espaces de fortes densités sans relations villes-campagnes fortes, et/ou évolutions démographiques stables ou légèrement négatives ; régions rurales avec des fonctions touristiques localement susceptibles de développement, dynamique économique régionale stagnante ou négative, part encore importante du secteur agricole dans la structure économique régionale (en termes de valeur ajoutée), transformations agricoles moins rapides que dans les types 1 et 2.
  • Niveau supposé faible (type 4) : régions rurales en situation de marge et/ou régions rurales très fragiles, économiquement très spécialisées dans un secteur, avec de faibles dynamiques économiques ; régions aux équipements insuffisants en infrastructures, et/ou agriculture peu viable, problèmes importants de vacance et/ou régions sans attractivité paysagère.

17Sur la base de cette classification des espaces, nous avons dans un second temps sélectionné des études de cas pour chacun des différents types. L’analyse sur le terrain de l’offre et de la demande a permis d’observer les potentiels effectifs de reconversion. Des enquêtes auprès d’exploitations agricoles, combinées avec des relevés de terrain au sein d’une sélection de villages, ont permis de renseigner l’offre en bâtiments. La demande de reconversion a, quant à elle, été estimée à partir de deux sources. La première est constituée d’entretiens auprès d’experts, d’acteurs locaux et régionaux dans les sphères administratives, économiques, de l’aménagement et auprès de groupes d’intérêts. La seconde est établie à partir des données disponibles sur l’évolution de la population, la situation économique, les réseaux de communication et d’autres infrastructures.

La reconversion, comme potentialité de développement rural : études de cas

18Nous présentons ici les potentiels de développement observés sur le terrain pour trois régions d’études.

Le très fort potentiel de reconversion dans le Kreis de Traunstein : quand l’analyse de terrain confirme l’hypothèse

19Le Kreis de Traunstein se situe dans les pré-Alpes bavaroises, à la frontière autrichienne, et fait partie des Kreise ayant des problèmes de développement moyens ou faibles. Le sud se caractérise par ses fonctions récréatives dans une région attractive par son paysage, avec des destinations touristiques connues au moins au niveau national. Dans le cœur des villages, de nombreuses fermes-chalets typiques de la région (illustration 2) ont déjà fait l’objet d’une reconversion et sont pour partie utilisées dans le cadre d’une activité agricole à temps partiel. Dans la partie septentrionale du Kreis, la zone agricole se caractérise par de très grandes fermes à cour carrée (illustration 2), également très typées, souvent isolées ou regroupées en petits hameaux. Le solde migratoire positif est dû à la périurbanisation du sud du Kreis et se traduit par un mitage de l’espace ainsi que par le développement du tourisme et des résidences secondaires. Le Kreis est bien relié aux réseaux de communication ; il se caractérise par la prédominance des petites et moyennes entreprises, particulièrement dans l’industrie agroalimentaire (par exemple le beurre des entreprises Meggle, les boissons de la maison Adelholzner, etc.)

20Dans ce cas, l’étude de terrain a confirmé l’hypothèse émise lors de la construction de la typologie, notamment dans le sud touristique du Kreis, où la demande immobilière est particulièrement dynamique. Dans la partie nord, la situation est plus difficile. La plupart des fermes à cour carrée se trouvent en dehors des zones constructibles, là où les reconversions ne sont autorisées que de façon très limitée, du fait des prescriptions de protection sur les surfaces non bâties. Si quelques-unes de ces fermes sont toujours utilisées dans le cadre d’une exploitation agricole, certains bâtiments sont pourtant déjà vides, en raison de la restructuration interne de l’exploitation. Plusieurs éléments rendent la reconversion difficile : la morphologie du bâti organisé en vastes ensembles (300-500 mètres carrés) autour de cours fermées, la situation ainsi que l’éloignement relatif des centres économiques du Kreis et l’accès plutôt médiocre au réseau routier. L’absence de repreneurs devrait accentuer le phénomène de vacance des bâtiments (illustration 3).

Illustration 2
Ferme-chalet à Holzhasen, dans le Kreis de Traunstein

Cliché : Stéphanie Arens

Illustration 3
Ferme à cour carrée à Kienberg, dans le Kreis de Traunstein
Cette ferme est habitée par une personne âgée, sans repreneur.
Cliché : Stéphanie Arens

21Pourtant, la structure de l’offre est favorable. Les bâtiments vacants sont majoritairement en très bon état et demeurent des éléments originaux et typiques qui imprègnent le paysage et la physionomie des villages. Les relevés montrent qu’il existe déjà un grand nombre d’exemples de reconversion et que cela fonctionne. Deux autres éléments positifs existent : d’une part, tous les acteurs interrogés sont très favorables à la reconversion et expriment une nette sensibilité à la question du patrimoine bâti qu’ils perçoivent bien comme un potentiel ; d’autre part, les propriétaires et la population régionale manifestent un fort attachement au bâti agricole. Les acteurs interrogés le considèrent également comme un élément qui valorise et singularise les paysages, et ils expriment leur volonté de le préserver. Dans ce domaine, ils font preuve de volonté de coopération ; l’intégration de la question de la reconversion à des schémas de développement régionaux, en particulier touristiques, constitue également une bonne condition pour stimuler l’offre et valoriser ce potentiel – y compris dans la partie septentrionale du Kreis, où des reconversions pourraient se réaliser dans le domaine de la transformation de produits alimentaires, au sein d’un cluster agroalimentaire à inventer.

Le potentiel de reconversion dans le Kreis du Wetterau : un niveau supposé très élevé, un niveau observé médiocre

  • 5 Selon la classification de l’Office fédéral pour l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwese (...)

22Le Kreis du Wetterau représente la catégorie d’espaces ruraux densément peuplés (270 habitants au kilomètre carré) en « régions de forte concentration urbaine »5, avec des gains migratoires élevés, de très bonnes infrastructures et un très bon accès aux réseaux de transport. Les dynamiques économiques sont fortes grâce à la proximité de la région métropolitaine prospère de Francfort-sur-le-Main et aux alternatives d’emploi en dehors de l’agriculture. Ce dernier point a contribué de manière précoce à l’abandon d’exploitations agricoles qui n’étaient plus viables et a ouvert la voie à de nouveaux usages pour les anciens bâtiments agricoles. La diversité des reconversions (par exemple dans le commerce de machines agricoles, les bureaux d’études, les salons de coiffure, la vente de fourrages, mais surtout à des usages résidentiels) porte à croire qu’il existe une longue tradition de reconversion et que les esprits s’y furent précocement ouverts. En fait ce mouvement résulte avant tout des difficultés économiques pesant sur des exploitations trop petites. Parallèlement, la partie du Kreis la plus proche de Francfort subit une forte pression périurbaine et une diminution importante des surfaces non bâties. Le système de peuplement se caractérise par des villages en tas, dont les noyaux sont parfois complètement classés (monuments historiques), et par des petites fermes composées à deux côtés dans les zones d’aménagement mixte (illustration 4). S’y sont ajoutées, depuis les années 1960, de nombreuses fermes qui ont quitté le centre exigu des villages pour s’installer à l’extérieur dans le cadre d’opérations de remembrement (illustration 5). Contrairement aux fermes traditionnelles (illustration 2, 3 et 4), ces bâtiments n’ont rien d’original dans les anciens länder et ne renvoient à aucun type de paysage particulier.

23À la différence du cas précédent, notre hypothèse d’un fort potentiel de reconversion ne se trouve ici que partiellement confirmée par l’analyse de terrain. Cela pour deux raisons. D’une part, les principaux acteurs ne perçoivent pas actuellement l’acuité du problème. D’autre part, les acteurs économiques et les responsables des associations d’agriculteurs sont faiblement sensibilisés à la question de la vacance des bâtiments agricoles. La forte concurrence des zones d’activités disponibles, des terrains militaires reconvertis et des nouvelles constructions vient en outre affaiblir l’attractivité du bâti traditionnel.

24La partie occidentale du Kreis, en particulier, est davantage perçue comme une région à vocation économique que comme une région à vocation paysagère. Les zones d’aménagement mixte à l’intérieur des localités et les normes juridiques sur la construction et les émissions de polluants handicapent spécifiquement les reconversions économiques. À l’extérieur des villages, ce sont les clauses des contrats de crédits agricoles des années 1960 qui lient encore les agriculteurs à leur projet initial et qui freinent les reconversions d’exploitations et de bâtiments.

25C’est surtout dans la partie orientale du Kreis, aux paysages plus attractifs, que le potentiel est le meilleur : les chances de reconversion sont importantes dans le cadre de la création d’une région touristique dépassant les activités thermales traditionnelles. Le marché n’y est pas encore saturé et il existe un potentiel de développement de la demande dans le tourisme. On constate ainsi que l’offre et la demande existent bien dans le Kreis du Wetterau, mais qu’elles ne coïncident pas.

Le Kreis de l’Altenburger Land : de faibles potentiels supposés et observés de reconversion

26Le Kreis de l’Altenburger Land, en Thuringe orientale, relève de la catégorie des « espaces ruraux urbanisés » définie par l’office fédéral pour la construction et l’aménagement du territoire, mais il connaît pourtant depuis des années une forte émigration. Le développement de la région est entravé par une série de facteurs multiples : un fort taux de chômage (environ 20 %) lié à un manque de dynamisme économique, des infrastructures éducatives insuffisantes, de nombreux logements vacants dans les villes et les villages, des friches industrielles et des déchets toxiques sur l’ancienne carrière de lignite, ainsi qu’un certain sentiment d’impuissance chez les acteurs. L’Altenburger land est une bonne région agricole ; selon la taille des villages, jusqu’à 60 % du bâti est composé de bâtiments agricoles, avec des fermes à cour carrée typiques et imposantes (illustration 6) dont l’architecture et la physionomie se différencient nettement de celles du Kreis de Traunstein, et qui, malgré la perte de leur fonction initiale, restent caractéristiques, du fait d’une très faible urbanisation. Une grande partie du bâti distinctif de ces localités est aujourd’hui en mauvais ou très mauvais état (illustration 7), en raison de la grande négligence dont a fait l’objet ce type de bâti dont il a fait l’objet durant la période collectiviste en RDA. Les bâtiments ont été préservés tant que les habitants pouvaient y investir du temps et des ressources financières et matérielles.

Illustration 4
Ferme composée en zone d’aménagement mixte à Fauerbach, dans le Kreis du Wetterau
Cliché : Stéphanie Arens.

Illustration 5
Nouveaux bâtiments d’exploitation installés en dehors du village à Wenings, dans le Kreis du Wetterau
Cliché : Stéphanie Arens.

27La très faible adéquation entre une offre abondante mais en mauvais état et une demande atone hypothèque les chances de reconversion. Dans ce cas, l’hypothèse de départ est vérifiée. Les initiatives locales pour faire progresser la reconversion sont faibles tant les priorités sont ailleurs. Le manque de capital et de temps, mais surtout le manque d’attachement « des anciens nouveaux propriétaires » (à qui on a restitué les biens familiaux après la chute du mur) freinent – surtout quand ils sont étrangers au village – la nécessaire rénovation du bâti.

28Les acteurs principaux ne sont pas encore suffisamment sensibilisés, mais on note toutefois une certaine prise de conscience. On doit continuer à distinguer les requalifications (nouvelle activité ou habitation) des reconversions agricoles, pour lesquelles il semble exister des potentialités (comme le montre la culture des plantes médicinales à Schmöllner). La différence entre la ville d’Altenburg et la ville de Schmölln, située dans le sud du Kreis et desservie par l’autoroute, est intéressante. Dans cette dernière, l’économie locale est plus dynamique – ce que l’on doit en partie au maire. On y observe une meilleure disposition des acteurs à l’égard des reconversions qui y sont d’ailleurs nettement plus nombreuses.

Conclusion

29La poursuite des transformations de l’agriculture doit, à l’avenir, être l’occasion d’intégrer les potentialités de reconversion de bâtiments agricoles dans le développement régional des espaces ruraux. Les stratégies de reconversion ne peuvent se limiter à considérer et à utiliser le patrimoine bâti agricole comme un élément porteur de spécificités paysagères régionales. Elles visent aussi à le revaloriser économiquement comme une « ressource bâtie » mais aussi, par exemple, à lutter contre l’imperméabilisation des sols.

Illustration 6
Ferme à cour carrée typique de l’Altenburger Land
Cliché : Stéphanie Arens

Illustration 7
Ferme dégradée dans l’Altenburger Land
Cliché : Stéphanie Arens

30Les études de cas ont montré que manquent encore, chez de nombreux acteurs ruraux, la sensibilité et le consensus nécessaires, et que les conditions générales doivent être améliorées pour que la question de la reconversion soit mise à l’ordre du jour de façon prioritaire dans la programmation pour le développement rural. Dans ce domaine aussi, les länder et l’état fédéral doivent être associés aux responsabilités.

31Les analyses de cas et la typologie mettent en évidence que des stratégies géographiquement différenciées sont nécessaires pour des dispositifs intégrés de planification et d’action dans les espaces ruraux, et que ces stratégies doivent prendre en compte les potentialités de reconversion comme facteur de développement rural.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arens Stephanie, 2008, « Neues Leben für alte Gemäuer : Leerstehende landwirtschaftliche Baussubstanz als gebaute Ressource für eine ökologisch modernisierte Entwicklung ländlicher Räume », thèse de doctorat, Münster, Université de Münster [consultable en ligne depuis le système d’information de l’Université de Münster, URL : http/miami.uni-muenster.de].

Baumgartner Martin, 2007, « Ortskerne beleben. Flächen sparen. Das baden-württembergische Modellvorhaben zur Eindämmung des Landschaftsverbrauchs durch Aktivierung des innerörtlichen Potenzials (melap) », Leerstände von Gebäuden in Dörfern. Beginn der Dorfaulösung oder Chancen der Umnutzung ? Doris Schmied et Gerhard Henkel éd., Göttingen, Cuvillier Verlag, p. 95-99.

Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung (bmvbs), Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 2006a, Perspektiven der Raumentwicklung, Berlin/Bonn, Selbstverlag.

Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung (bmvbs), Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 2006b, Umbau statt Zuwachs. Siedlungsentwicklung und öffentliche Daseinsvorsorge im Zeichen des demographischen Wandels. Innovative Projekte zur Regionalentwicklung, Berlin/Bonn, Selbstverlag.

Bernau Nikolaus, 2007, « Jeder Bau ist einzigartig », Das Parlament, vol. 57, no 16-17, p. 1.

Davey Andy et Kerr Lesley, 2004, The Conversion of Redundant Farm Steadings to Other Uses, Édimbourg, Scottish executive (Central Research Unit papers).

Fédération nationale Habitat et Développement, 2003, Réhabilitation et conversion des bâtiments agricoles délaissés, Paris, DBG Conseil.

Grabski-Kieron Ulrike et Arens Stephanie, 2004, « Umnutzungspotentiale landwirtschaftlicher Bausubstanz als Faktoren der Entwicklung ländlicher Räume », Ländlicher Raum, vol. 55, n° 2, p. 33-40.

Hajer Maarten A., 1995, The Politics of Environmental Discourse. Ecological Modernization and the Policy Process, Oxford, Oxford University Press.

Jänicke Martin et Jacob Klaus éd., 2007, Environmental Governance in Global Perspective. New Approaches to Ecological and Political Modernisation, Berlin, Freie Universität Berlin (Forschungsstelle für Umweltpolitik der Freien Universität Berlin Report).

Lundqvist Lennart J., 2000, « Capacity-building or social construction ? Explaining Sweden’s shift toward ecological modernisation », Geoforum, n° 31, p. 21-32.

Mol Arthur p. J. et Spaargaren Gert, 2002, « Ecological modernization and the environmental state », The Environmental State under Pressure, Research in Social Problems and Public Policy, Arthur P. J. Mol et Frederick H. Buttel éd., Oxford, Elsevier science Ltd, p. 33-52.

Rauterberg Hanno, 2007, « Ein Land auf Abriss », Die Zeit, 11 janvier, p. 31.

Schenk Winfried, 2005, « “Kulturlandschaft” als Forschungskonzept und Planungsauftrag : aktuelle Themenfelder der Kulturlandschaftsforschung », Kulturland schaft. Wahrnehmung, Inventarisierung, Regionale Beispiele, Vera Denzer, Jürgen Hasse, Klaus-Dieter Kleefeld et Udo Recker éd., Wiesbaden, Landesamt für Denkmalpflege (Fundberichte aus Hessen ; 4).

Schöfl Günter, 2007, « Dörliche Innenentwicklung. Erkenntnisse aus MELAP zum Forschungsbedarf », Flächenmanagement als Instrument der integrativen Planung für ländliche Räume und der kommunalen Innenentwicklung. Beiträge des 2. Hochschultages 2007 « Strukturentwicklung ländlicher Raum in Baden-Württemberg », Barbara Malburg-Graf éd., n° 140 de Stuttgarter Geographische Studien, p. 71-84.

Notes

1 Voir la contribution de Winfried Schenk dans cet ouvrage, p. 43-52.

2 Au-delà de l’analyse des modalités d’adaptation aux principes de la durabilité, dans un contexte où sciences et techniques, mode de production capitaliste et régulation de l’état sont maintenus, un des apports fondamentaux de la notion de modernisation écologique est de prendre en compte la capacité régulatrice de l’état à tous les niveaux et d’introduire ainsi des éléments novateurs au sein du marché et de l’état (mol et Spaargaren 2002, p. 35). Il s’agit non seulement d’innovations techniques (par exemple les équipements énergétiques innovants de bâtiments anciens) mais aussi d’innovations dans les structures d’organisation, au sein des instances de direction (par exemple les administrations), et dans les directives et les processus de planification. La capacité et la sensibilisation à une action durable (environmental capacity building) prennent ainsi une importance particulière (Jänicke et Jacob 2007 ; Lundqvist 2000, p. 21).

3 L’auteur fait ici référence à la hiérarchie des fonctions urbaines – allant des villes-centres de niveau supérieur (Oberzentren), aux villes-centres de niveau intermédiaire (Mittelzentren) puis aux villes-centres du niveau de base (Unterzentren) – définie par la politique d’aménagement du territoire. (Note des traducteurs)

4 Ces catégories spatiales sont établies par l’office fédéral de l’aménagement du territoire selon des critères de densité de population et d’accessibilité aux lieux centraux. Se reporter à la carte présentée dans la contribution de Samuel Depraz, p. 82. (Note des éditeurs)

5 Selon la classification de l’Office fédéral pour l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung).

Table des illustrations

Légende Illustration 1Exploitation pratiquant la vente directe à la ferme dans les environs de Berlin.Cliché : Ulrike Grabski-Kieron
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Illustration 2Ferme-chalet à Holzhasen, dans le Kreis de Traunstein
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Illustration 3Ferme à cour carrée à Kienberg, dans le Kreis de TraunsteinCette ferme est habitée par une personne âgée, sans repreneur.Cliché : Stéphanie Arens
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration 4Ferme composée en zone d’aménagement mixte à Fauerbach, dans le Kreis du WetterauCliché : Stéphanie Arens.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4629/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Illustration 5Nouveaux bâtiments d’exploitation installés en dehors du village à Wenings, dans le Kreis du WetterauCliché : Stéphanie Arens.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4629/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Illustration 6Ferme à cour carrée typique de l’Altenburger LandCliché : Stéphanie Arens
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4629/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Illustration 7Ferme dégradée dans l’Altenburger LandCliché : Stéphanie Arens
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4629/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Auteur

Chercheuse associée à l’institut de Géographie, section aménagement régional et développement local, de l’Université Wilhelm de Westphalie, munster, chef de projet à l’agence de développement de sud-Westphalie

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540