Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

3. Politiques publiques et changements fonctionnels

La gestion paysagère et la valorisation du rural : manières de penser et d’agir à l’Institut de Fribourg-en-Brisgau

Franz Höchtl et Werner Konold

Texte intégral

1Les paysages des campagnes européennes sont aujourd’hui dans une situation paradoxale : ils sont observés, leurs évolutions sont analysées, ils sont protégés par tout un ensemble de dispositifs de classement et de réglementations plus nombreux que jamais. Nombreux sont les acteurs sociaux qui interviennent dans l’espace public, le plus souvent dans le cadre de conflits d’usages, pour influer sur les choix politiques au nom de la défense des paysages ou de la protection de la nature. Mais ils connaissent en même temps des évolutions très rapides souvent irréversibles, et sont poussés par des dynamiques sociales et économiques qui tendent à réduire leur variété et leur typicité. Dans les espaces marginaux, ce sont la diminution de la population, le recul de l’exploitation agricole et forestière conduisant parfois à l’abandon définitif des exploitations, ailleurs ce sont l’obligation de rationaliser et d’intensifier la production agricole, le développement des fonctions touristiques, ou la mobilité croissante qui les transforment en profondeur. Les observateurs s’accordent ainsi pour repérer une perte de la diversité des types de mise en valeur, une dégradation de la biodiversité, associées à une augmentation partielle de certains risques naturels (comme les incendies de forêts) voire de changements du climat local. Les mesures de conservation ne sont pas à la mesure des mutations en cours. Cette tension entre une attention accrue à la valeur des paysages et les processus de banalisation et de dégradation toujours plus perceptibles oblige nos sociétés à réfléchir aux moyens de sortir d’une lecture purement défensive et protectrice de la gestion des paysages et d’accompagner les évolutions en cours en mobilisant les énergies locales et les dynamiques économiques autour de projets concertés.

  • 1 Littéralement, Landespflege se traduirait par « soin du pays ». Cela renvoie à une mission territor (...)

2Une partie de cette mission est prise en charge en Allemagne par la Landesplege*1 – que l’on choisit de traduire ici par « gestion paysagère » –, qui a trouvé depuis un siècle les voies de son institutionnalisation. Nous revenons ici sur les origines des pratiques et des savoirs qui lui sont associés avant de décrire brièvement les missions du principal institut en Allemagne spécialisé dans ce champ et de donner trois exemples de ses manières de faire et de penser cette problématique.

Aux origines de la gestion paysagère

3La gestion du paysage plonge ses racines dans l’art des jardins des XVIIIe et XIXe siècles, lorsque partout en Europe furent aménagés des parcs paysagers à l’anglaise. L’idée du parc paysager doit beaucoup à la philosophie des lumières et en particulier à la pensée de Jean-Jacques Rousseau qui a promu au rang politique le droit naturel, qu’il définit comme le principe éthique et social de la vie en commun. Du point de vue de la doctrine du droit naturel, le parc paysager est l’expression de la libération de l’homme qui, débarrassé de son immaturité, de toute tutelle, contrainte et étroitesse, se tourne vers un système régi par la nature, la « raison » et la liberté (Plug 1969). On admire la totalité de la beauté de la plante librement épanouie. Le panthéisme considère la nature comme une puissance universelle et spirituelle (Shaftesbury 1980).

4Le nouveau style de jardins trouve son origine dans l’émergence d’une nouvelle conscience sociale qui tourne le dos à l’absolutisme de l’état royal et, par voie de conséquence, dans la transformation du sentiment et de la position de l’homme face à la nature. À l’idéal du beau de la tradition du baroque et du rococo ainsi qu’au faste des cours de l’aristocratie se voit opposé l’idéal de la simplicité bourgeoise. La transformation en parc paysager du jardin baroque et rococo est l’expression d’un changement décisif du goût qui met davantage l’accent sur l’expressivité que sur le décor (Hauser 1990).

  • 2 En français dans le texte. (Note des éditeurs)

5Alors que dans les jardins de jadis aux formes géométriques, le regard était dirigé vers l’intérieur, dans un espace strictement séparé du dehors, les conceptions nouvelles de l’art des jardins portent le regard vers l’extérieur. On en trouve l’illustration dans l’embellissement des campagnes du XVIIIe siècle, lorsque furent aménagées de grandes allées de plusieurs kilomètres, plantées de châtaigniers, d’ormes et de hêtres ainsi que des fermes ornées2 dont l’enjolivement s’étendait, au-delà du parc, à l’ensemble des terres, aux forêts, aux champs, aux métairies et aux villages (Däumel 1961). Les parcs paysagers n’imitaient pas simplement la nature environnante ou des paysages appréciés pour leur charme. Ils étaient aménagés selon des règles formelles précises qui, en s’inspirant de canons esthétiques particuliers, élevaient la nature à un rang supérieur (Plug 1969).

6À la fin du XVIIIe siècle, on assiste par ailleurs en Allemagne à l’émergence d’un projet d’amélioration de la mise en valeur du pays. Ainsi Joseph von Hazzi, conseiller d’état de Bavière, entendait favoriser toute initiative visant à mettre en culture des terres abandonnées en usant du libre droit de propriété et d’usufruit, à créer de nouveaux villages de colonisation, à exploiter les friches nombreuses et vastes du pays, à multiplier le nombre de fauches sur les prairies, à défricher les forêts pour y planter des vergers, à créer des routes, à assécher marais et marécages afin d’assurer ainsi au pays une prospérité florissante. L’exemple de la Bavière révèle la double impulsion à l’origine de ce mouvement, hygiéniste et sanitaire d’une part, libérale et sociale d’autre part. La première était motivée par le désir d’instaurer la « salubrité générale », par l’exigence d’un air pur revendiqué comme préalable à l’amélioration de la mise en valeur du pays. La seconde postulait la libération de la paysannerie, la suppression des droits et redevances ainsi que de toutes les obligations seigneuriales entravant l’exploitation moderne de la terre (Däumel 1961).

7Ces courants, dont le premier préconisait un jardin paysager idéal, essentiellement déterminé par la dimension esthétique, et dont le second relevait de conceptions sur la modernisation économique aux orientations plutôt sociales et sanitaires, ont ouvert la voie, durant le premier tiers du XIXe siècle, au mouvement ayant pour objectif d’embellir le pays (Ibid.). Son aspiration était de transformer l’environnement des hommes en une œuvre d’art englobant les activités agricoles et forestières, c’est-à-dire de généraliser à l’ensemble du pays les objectifs de ce double élan, à la fois esthétique et modernisateur, en coopération étroite avec les jardiniers et architectes paysagers, les « administrateurs de domaines », les agriculteurs et exploitants forestiers ainsi que les princes et les hommes d’état éclairés (Hallbaum 1927).

8La confrontation, dès la seconde moitié du XIXe siècle, de ce projet d’embellissement du pays avec les conséquences, très néfastes pour les paysages, d’une industrialisation croissante a donné naissance, au début du XXe siècle, à ce que l’on nomme en Allemagne la Landespflege. Cette « gestion paysagère » est devenue aujourd’hui multidisciplinaire : elle fait appel à la fois aux apports de l’écologie et des sciences naturelles en général ou à ceux des sciences humaines et sociales, mais aussi aux outils de l’aménagement du territoire ou à l’art des paysagistes. La gestion paysagère comprend la gestion des paysages proprement dite, mais aussi la protection de la nature et des espaces verts et la mise en place d’espaces de récréation (Däumel 1961, p. 5) ; elle se réfère au concept de durabilité et elle recherche un équilibre entre les potentiels naturels d’un espace et la demande sociale. Elle se caractérise à la fois par une approche créative et par ses méthodes participatives associant à ses choix les acteurs locaux, mais aussi par ses attentes normatives et par ses démarches prospectives. Elle a recours pour cela à une grande diversité de méthodes.

Les approches pluridisciplinaires de l’Institut de gestion paysagère de Fribourg

9L’Institut de gestion paysagère de Fribourg-en-Brisgau se définit comme un établissement de formation et de recherche ayant pour mission de donner des réponses pragmatiques aux questions actuelles touchant à l’évolution des paysages. La connaissance des origines de la gestion paysagère est essentielle pour définir, dans un environnement universitaire mais aussi extra-scientifique en mutation rapide, le positionnement, la motivation, la mission et les objectifs de l’institut. Un coup d’œil rétrospectif permettra de le comprendre.

10Les protagonistes de la modernisation et de l’embellissement du pays concevaient le paysage comme un objet à façonner. Il s’agissait pour eux de le transformer, avec l’appui des hommes de sciences et des acteurs économiques de l’époque, en un espace à la fois beau et productif, propice « durablement » (au sens moderne du terme) aux activités et au développement des hommes.

11Les activités d’enseignement et de recherche de l’institut de gestion paysagère sont guidées par ce même souci de gérer au mieux les paysages des campagnes, en les considérant dans toute la diversité de leurs fonctions d’espaces de vie pour les hommes, les animaux et les plantes. Cela conduit à analyser les processus de façonnement du paysage tant passés qu’actuels, à considérer les problématiques tant à un niveau circonscrit localement qu’à des horizons plus étendus, ceci en considérant chaque fois que l’homme – comme acteur économique et comme aménageur d’espace – tient le rôle premier. La dimension normative de la gestion paysagère et l’interrogation sur les valeurs esthétiques, culturelles et sociales du paysage qui l’accompagne obligent à construire en termes réflexifs des schémas d’orientation qui puissent être acceptés socialement.

12L’Institut de gestion paysagère attache ainsi la plus grande importance à l’harmonisation des différentes attentes en matière de paysage, variables selon les lieux et selon les circonstances, et cherche tout particulièrement à faire prendre conscience des valeurs intrinsèques du paysage. Il veille à ce que le résultat de ses travaux trouve un écho auprès des milieux scientifiques et dans les cercles de l’aménagement du territoire en encourageant les collaborations avec des scientifiques d’autres disciplines ainsi qu’avec des experts ou des hommes de terrain.

13Les problématiques sont interdépendantes et complexes. Elles mettent en jeu un large spectre de méthodes allant des analyses écologiques à des approches sociologiques et historiques en passant par la planification territoriale ou par les sciences politiques. Il faut jouer des unes et des autres, en fonction des besoins et du problème posé, dans la perspective résolument interdisciplinaire qui caractérise ce champ du savoir (Kötter et Balsiger 1999 ; Höchtl, Lehringer et Konold 2006).

14Des exemples de projets récents permettront d’éclairer notre propos.

L’Institut de gestion paysagère à l’épreuve de la pratique

15Les problèmes de l’espace rural sont hétérogènes. Il faut, pour les résoudre, recourir à des approches à la fois globales et transversales. Trois projets (voir carte 1 page suivante), récemment achevés ou actuellement en cours, mis en œuvre par l’institut de gestion paysagère mettent en lumière les approches qu’il privilégie pour valoriser l’espace rural. En raison des stades différents d’avancement de ces projets, il s’agit moins d’en présenter en détail les résultats que d’en exposer le contexte, les problématiques et les méthodes.

Le projet « Piémont »

16Le projet traite de l’évolution d’espaces périphériques dans deux zones montagnardes du piémont, en Italie, particulièrement affectées par le déclin démographique et la déprise agricole. Alors que dans la plupart des régions alpines, les paysages traditionnels se trouvent menacés par l’urbanisation mal contrôlée et par l’industrialisation, la nature est ici en train de reconquérir des pans entiers du versant méridional de l’arc alpin. Dans le même temps, des demandes sociales nouvelles gagnent de l’importance au sein du débat sur la protection de la nature, plaidant pour le respect de la « nature sauvage », pour son évolution en dehors de toute influence humaine, et s’opposant à la conception d’une gestion du paysage de type conservatoire. Le projet de recherche financé par la fondation Bristol de Zurich et par les fonds du programme communautaire INTERREG III a permis d’analyser entre 1999 et 2004 les conséquences écologiques et sociales du dépeuplement, de l’enfrichement et de l’évolution non contrôlée du paysage dans deux régions alpines marquées par la déprise des activités économiques. Il s’agit du parc national du Val Grande, situé à l’ouest du lac majeur, entre les vallées de l’Ossola, du Vigezzo et de la Cannobina, transformé en zone de protection de la « nature sauvage » à partir de 1992 et de la vallée de la Strona, une courte vallée qui s’étend du lac Orta en direction du massif du mont Rose. Actuellement, les deux villages situés dans le secteur en amont de la vallée ne sont plus habités qu’en été et l’agriculture est en nette régression. Le tableau 1 indique les questions clés utilisées lors des entretiens d’enquête ainsi que les méthodes employées au cours du projet.

Carte 1
Localisation géographique des zones d’études : projet « Piémont », projet « Reboisement », projet « Vignobles traditionnels »

Tableau 1. Questionnements et méthodologie du projet « Piémont »

Tableau 1. Questionnements et méthodologie du projet « Piémont »
  • 3 La CIPRA, Commission internationale pour la protection des Alpes, est une ONG internationale fondée (...)

17Les résultats des enquêtes ont permis une analyse critique du champ de contradictions et de conflits qui opposent les tenants du paysage anthropisé à ceux de la « nature sauvage » et de sa protection. Ils ont en outre abouti à la définition de stratégies de développement appliquées à ces régions défavorisées des alpes. Le projet s’inscrivait dans une démarche transversale. Il a largement impliqué l’ensemble des acteurs locaux, depuis les paysans, à la retraite ou en activité, jusqu’aux maires et aux membres des conseils municipaux en passant par les responsables des associations culturelles et villageoises. Le choix de la méthode participative a multiplié les entretiens semi-directifs et les questionnaires, pour comprendre à la fois les pratiques et les représentations des acteurs locaux (illustration 1). Avec les élus du niveau administratif de la province comme avec les spécialistes de la protection de la nature et du paysage (par exemple le président du parc national du Val Grande ou les responsables du Club alpin italien ou de la CIPRA-italie3), les discussions ont en particulier porté sur la question du développement agricole et touristique, sur celle de la dégradation des équipements, de l’enfrichement, de la « nature sauvage » et du développement durable.

Illustration 1
Discussion avec les habitants au Parc national du Val Grande
Cliché : F. Höchtl.

18Lorsque nous avons entrepris les travaux de recherche au printemps 1999, il n’existait guère de démarches favorables à la sauvegarde et à l’entretien des héritages et des paysages agraires peu à peu dégradés par la déprise des activités et la progression de la friche. Le parc national du Val Grande n’avait qu’un seul programme de gestion, celui du laisser-faire sur la totalité de la zone protégée. La stricte application de la philosophie de la « nature sauvage » était en train de laisser disparaître les marques culturelles et pluriséculaires du paysage. Au cours de nos travaux, l’administration du parc se détourna de son modèle puriste en décidant de redonner vie par des activités associant élevage extensif, tourisme, vente des produits locaux et production d’énergie solaire à une vaste zone de la prairie alpine du Val Grande, abandonnée depuis déjà plusieurs décennies, dans les Alpes tessinnoises. La haute vallée de la Strona, pour laquelle il n’existait dans le passé que des mesures rudimentaires de protection, fut rattachée entre-temps au parc naturel régional de la haute vallée de la Sesia. On notera ici que l’objectif prioritaire du parc naturel régional italien consiste à concilier désormais la protection des paysages avec les usages durables de l’espace (voir Höchtl, Lehringer et Konold 2005a et 2005b où les informations sont plus détaillées).

19Notre étude ne précise pas les raisons de ce changement de paradigme, aussi radical soit-il depuis la stricte protection et l’indifférence à l’égard des dynamiques paysagères jusqu’à la valorisation de l’héritage culturel. Au cours des débats publics comme des entretiens individuels, nous nous sommes cependant constamment efforcés de réveiller et de renforcer la conscience de la beauté particulière et de la diversité des héritages agraires, ainsi que de la valeur des paysages locaux qui sont le résultat du travail des générations successives. Les populations locales éprouvent une certaine fierté lorsque des « étrangers » relèvent et louent la singularité des paysages hérités et avant tout la valeur du travail nécessaire à la conservation de l’esthétique paysagère, de la biodiversité et des fonctions économiques et sociales qui leur ont donné naissance. Dans le même temps, la plupart des responsables politiques développent une double stratégie qui distingue, d’une part les espaces localement différenciés où se juxtaposent les paysages anthropisés faisant l’objet d’une politique d’intervention et de gestion, et d’autre part les secteurs abandonnés à la protection de la nature.

Le projet « Reboisement »

20On constate que la superficie des forêts progresse dans de nombreuses régions d’Europe à la suite de l’extensification de l’agriculture ou de son abandon dans les zones de faibles rendements. Le reboisement peut certes faire figure de chance écologique mais il est aussi souvent source de problèmes pour les communes, pour l’activité touristique ou pour la protection de la nature, notamment parce qu’il s’accompagne d’une dégradation des paysages ouverts ou semi-ouverts et de leur biodiversité.

21Ce second projet, achevé en 2008 et mis en œuvre par le land de Bade-Wurtemberg dans le cadre d’un programme intitulé « Sauvegarde de l’environnement, fondement de la vie » (Baden-Württemberg Programm Lebensgrundlage Umwelt und ihre Sicherung, BWPLUS), avait pour objectif de nourrir la réflexion sur les leçons du passé et les enjeux à venir de l’extension de la forêt ainsi que sur ses effets sur la protection de la nature comme sur l’économie locale. À partir de ces observations, des instruments de pilotage ont été mis à la disposition des élus et des responsables de la gestion paysagère. L’analyse a été conduite à deux niveaux, d’une part à l’échelle du land de Bade-Wurtemberg et de l’autre, de manière plus approfondie, à l’échelle de cinq communes situées dans la Forêt-noire, dans le Jura souabe et en Haute-Souabe, représentatives des différents types d’espaces naturels et de la différenciation paysagère entre espaces fermés et espaces ouverts (illustration 2).

22Le projet comprend cinq étapes de travail interdépendantes (tableau 2). L’analyse historique permet une description des modifications du paysage, de leurs causes économiques depuis la fin du XIXe siècle. L’examen des programmes politiques en cours et des initiatives locales permet quant à elle d’envisager les chances de succès d’un reboisement ou à l’inverse du maintien d’un paysage ouvert. D’autres études spécifiques mesurent l’impact du reboisement sur le climat ou sur le tourisme, ou explorent les options économiques possibles pour maintenir un paysage ouvert. L’analyse des facteurs clés (et notamment des facteurs économiques) de la dynamique paysagère débouche sur des propositions de scénarios modélisant l’évolution future de la répartition entre forêts et paysages ouverts. Un système d’alerte mis à la disposition des communes doit voir le jour et contribuer à repérer à temps des évolutions non désirées et à les éviter (voir Bieling et Höchtl 2006 ; Institut für Landesplege 2007a).

Illustration 2
Dynamiques paysagères dans le Jura souabe (Ratshausen, Bade-Wurtemberg)
Le premier cliché date de 1938, le second montre le même paysage en 2005. La comparaison des deux clichés fait apparaître l’impact du reboisement sur le paysage. Sources : Hans Schwenkel, archive de la LUBW (Landesanstalt für Umwelt, Messungen und Naturschutz Baden-Württemberg, Office régional de l’environnement, de l’arpentage et de la protection de la nature du Bade-Wurtemberg) pour le premier cliché ; Wolfram Grönitz, LUBW pour le second cliché.

Tableau 2. Questionnements et méthodologie du projet « Reboisement »

Tableau 2. Questionnements et méthodologie du projet « Reboisement »

23Ce projet devait également s’inscrire dans une démarche pluridisciplinaire au centre de laquelle le paysage formait le point concret de rencontre entre les dimensions naturelle et culturelle de l’espace. L’implication des acteurs concernés dans la démarche de recherche fut effective dès le départ et a pris différentes formes (voir Bieling et al. 2008). Un conseil de projet réunit les représentants du ministère de l’alimentation et de l’espace rural du land de Bade-Wurtemberg, ceux de l’office régional de l’environnement et de la protection de la nature, ainsi que les maires des communes concernées et les responsables du projet. Ce conseil avait pour mission d’accompagner le déroulement du projet par la tenue de séminaires réguliers où étaient débattus en continu les résultats attendus et obtenus.

24Dans les communes concernées par le projet, des réunions furent organisées afin de recueillir les points de vue et l’expérience des personnes impliquées à l’échelle locale. L’une de ces rencontres en début de projet, a réuni les élus, les représentants des institutions locales et ceux des organismes professionnels de l’agriculture, de la sylviculture, de la protection de la nature et du développement régional, pour faire le point sur la très grande diversité des situations locales. Des enquêtes de terrain ont permis d’établir un contact direct avec les différents acteurs locaux et notamment avec les agriculteurs dans les communes de l’échantillon, donnant lieu à des entretiens riches et instructifs. À la fin du projet, à l’automne 2007, un questionnaire standardisé soumis à ces mêmes personnes a par ailleurs permis de recueillir des informations concrètes et comparables sur le déroulement du projet.

25Tout au long de son déroulement, le programme a ainsi été mené dans un esprit de concertation et de transparence : publications scientifiques, large diffusion des étapes du projet et de ses résultats au cours de conférences et de séminaires spécialisés mais également sur internet4, contacts et entretiens réguliers avec les différents acteurs locaux. Cette posture a requis du temps et notablement allongé la durée du programme initialement prévue. L’expérience a pourtant montré que c’est la condition d’une véritable pluridisciplinarité.

Le projet « Vignobles traditionnels »

26L’esthétique des paysages des anciens vignobles en terrasses, leur richesse culturelle et leur diversité écologique sont pour de nombreuses personnes à la fois attirantes et fascinantes. pourtant, la superficie de ces zones de production et de ces biotopes diminue constamment. Ces vignobles ont été par le passé le théâtre d’une évolution ambivalente : de vastes procédures de remembrement les ont certes transformés en zones de production intensive, souvent alors au détriment de leurs richesses écologiques et esthétiques ; mais ceux qui ont échappé à la rationalisation ont dû par la suite être abandonnés faute de rentabilité. Leurs parcelles se sont enfrichées ou ont été bâties. Rares sont ceux qui ont pu conserver un caractère traditionnel.

27La libéralisation du marché viticole prévue pour 2015 par l’Union européenne devrait encore aggraver cette tendance à l’abandon. La suppression des droits actuels de culture risque de favoriser l’implantation de vignobles dans des régions plus propices à de meilleurs rendements, c’est-à-dire dans les zones planes, facilement mécanisables. Les anciens vignobles de terrasse, qui supportent des coûts d’exploitation élevés, devront alors faire face à cette concurrence. En l’absence d’une amélioration de leur rentabilité économique, les seules subventions des programmes de soutien ne permettront pas de conserver les terrasses viticoles (voir Bieling 2008).

28La préservation de ces paysages et de leur valeur tout à la fois historique, sociale, économique et écologique passe par la recherche de formes durables de valorisation. C’est toute l’intention de ce troisième projet qui s’intéresse aux viticulteurs, à la conservation du patrimoine et à la protection de la nature, et qui associe l’institut de gestion paysagère de l’Université de Fribourg, la Fondation allemande pour l’environnement (Deutschen Bundesstiftung Umwelt) d’Osnabruck et la fondation Bristol de Zurich.

Illustration 3
Vignobles en terrasses de Roßwang sur l’Enz, Kreis de Ludwigsburg

29Il s’agit d’alerter les acteurs de la production viticole, comme ceux de la conservation du patrimoine et de la protection de la nature, sur les dangers d’un abandon de l’exploitation ou inversement sur ceux d’une intensification de la production, et de travailler avec eux, en concertation avec les responsables politiques et syndicaux, à un schéma d’orientation pour la préservation du vignoble.

30L’étude comparative de vignobles aux terroirs, à l’histoire et au mode actuel d’exploitation différents situés dans le Markgrälerland, la Ortenau, les vallées de l’Enz (illustration 3) et de la Rems ainsi que dans le Valais accroît la pertinence de l’analyse spatiale et permet de transposer les résultats à d’autres régions viticoles européennes concernées de manière significative par le remembrement agricole.

  • 5 La méthode des experts extérieurs ou Delphi-Methode est souvent utilisée par les sciences sociales (...)

31Le travail de recherche commence par une analyse de l’histoire du paysage viticole, de sa genèse et de ses transformations, articulée à l’évolution du système productif qui lui est associé. La démarche consiste ensuite à constituer, en collaboration avec les responsables de la gestion du patrimoine, un « cadastre » du paysage où sont reportés tous les éléments de nature culturelle et économique. La troisième étape repose sur une enquête d’opinion réalisée auprès de jeunes gens, protagonistes éventuels de la dynamique paysagère, afin de connaître la perception qu’ils ont de « leur » paysage ainsi que de sa protection. Le recours à la méthode Delphi5 ou méthode des experts extérieurs doit renseigner sur les positions et les perceptions respectives des exploitants et des responsables de la protection de ces vignobles traditionnels. Ces entretiens conduisent alors à mettre en perspective l’évolution future des surfaces viticoles. Pour clore les travaux, les représentants des groupes d’intérêts engagés dans le projet et réunis en ateliers présentent leurs résultats respectifs. Les expériences et les points de vue des différents acteurs sont intégrés en permanence au processus de recherche dans le cadre d’entretiens, d’ateliers de réflexion et de réunions locales (voir tableau 3 et Höchtl 2007).

Tableau 3. Questionnements et méthodologie du projet « Vignobles traditionnels »

Tableau 3. Questionnements et méthodologie du projet « Vignobles traditionnels »

Perspectives

32La gestion paysagère est issue du mouvement d’embellissement du pays et entend comme lui travailler à des paysages à la fois variés et productifs, beaux et fonctionnels pour leurs habitants comme pour leurs usagers. Elle tente de mener à bien ce projet en termes multidisciplinaires et en coopération avec les différents acteurs impliqués. La mise en valeur des espaces ruraux lui demande en effet de trouver les moyens de parvenir à cet objectif en s’adaptant aux attentes de notre époque.

33Si l’on veut mettre en pratique les résultats des recherches, il faut faire prendre conscience aux citoyens comme aux responsables politiques de la valeur des paysages de campagne. Une fois établi que la gestion de ces paysages ne se limite pas à leur conservation, il faut exploiter les synergies entre activités productives, protection de la nature, gestion du patrimoine et développement régional. Si l’on admet que les activités économiques participent de la création de paysages variés et capables de répondre aux demandes des différents types de populations, leur contribution doit être reconnue par les milieux scientifiques, par les militants écologiques comme par le monde politique et doit être prise en compte dans les politique d’intervention en faveur de la nature et des paysages. La richesse du patrimoine paysager européen est particulièrement sensible dans les espaces ruraux et sa préservation exige une intervention d’urgence. Les autorités politiques et administratives doivent s’associer aux usagers et aux scientifiques pour trouver des solutions.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alltschekow Peter, Eyink Hagen et Sinz Manfred, 2006, « Bewahren und entwickeln. Neue Leitbilder der Raumentwicklung in Deutschland », Stadt und Grün, no 12, p. 8-13.

Bieling Claudia, Konold W, Heck a et Höchtl Franz, 2008, Rechtliche Handlungsmöglichkeiten zur Offenhaltung der Landschaft am Beispiel Baden-Württembergs, Praxisleitfaden für die Beurteilung einer erheblichen Beeinträchtigung des Landschaftsbilds durch Erstaufforstungen, Natur und Recht, vol 30, p. 679-684.

Bieling Claudia et Höchtl Franz, 2006, « Politische Ökologie. Ein theoretisch-konzeptioneller Rahmen für Forschungsarbeiten im Bereich der Landespflege und Regionalentwicklung », Natur und Landschaft, vol. 81, no 11, p. 542-546.

Bundesministerium für Raumordnung, Bauwesen und Städtebau (brbs), 2005, Raumordnung in Deutschland, Bonn, Selbstverlag.

Conseil of Europe, 2004, Text of the European Landscape Convention [en ligne. URL : http://conventions.coe.int/treaty/en/treaties/Html/176.htm]. Consulté le 13 mars 2007.

Däumel Gerd, 1961, Über die Landesverschönerung, Geisenheim/Rheingau, Heinrich Debus.

Hallbaum Franz, 1927, Der Landschaftsgarten : sein Entstehen und seine Einführung in Deutschland durch Friedrich Ludwig von Sckell 1750-1823, Munich, Schmidt.

Hauser Arnold, 1990, Sozialgeschichte der Kunst und Literatur, Munich, Beck.

Höchtl Franz, 2007, « Strategien zur Entwicklung von historischen. Terrassenweinbergen – Winzer, Denkmalpflege und Naturschutz auf einem gemeinsamen Weg », ANligen Natur, vol. 31, n° 2, p. 19-26.

Höchtl Franz, Lehringer Susanne et Konold Werner 2005a, Kulturlandschaft oder Wildnis in den Alpen ? Fallstudien im Val Grande-Nationalpark und im Stronatal (Piemont/Italien), Berne/Stuttgart/Vienne, Haupt.

— 2005b, « Wilderness : what it means when it becomes a reality. A case study from the southwestern Alps », Landscape and Urban Planning, vol. 70, no 1-2, p. 85-95.

— 2006, « Pure theory or useful tool ? Experiences with transdisciplinarity in the Piedmont Alps », Environmental Science and Policy, vol. 9, no 4, p. 322-329.

Institut für Landespflege, 2007a, « Waldzunahme versus Offenhaltung der Landschaft in Baden-Württemberg : Raum-Zeit-Prozesse, ökologische Auswirkungen, politische Lösungsansätze » [en ligne, URL : http://www.landespflege-freiburg.de/forschung/waldzunahme.html]. Consulté le 15 mars 2007.

Institut für Landespflege, 2007b, « Projekt Historische Weinberge - Winzer, Denkmalpflege und Naturschutz auf einem gemeinsamen Weg » [en ligne, URL : http://www.landespflege-freiburg.de/HistorischeWeinberge/index.html]. Consulté le 15 mars 2007.

Kötter Rolf et Balsiger Philip W., 1999, « Interdisciplinarity and transdisciplinarity », Issues in Integrative Studies, no 17, p. 87-120.

Luz Frieder, 2000, « Participatory landscape ecology. A basis for acceptance and implementation », Landscape and Urban Planning, vol. 50, no 1-3, p. 157-166.

Ministerium für Ländlicher Raum (mlr) Baden-Württemberg, 2007, « Der ländliche Raum » [en ligne, URL : http://www.mlr.baden-wuerttemberg.de/mlr/allgemein/laendl%20Raum.pdf]. Consulté le 16 mars 2007.

Pflug Wolfram, 1969, « 200 Jahre Landespflege in Deutschland. Eine Übersicht », Stadt und Landschaft, Raum und Zeit. Festschrift für Erich Kühn zur Vollendung seines 65. Lebensjahres, Alfred C. Boettger et Wolfram Pflug éd., Cologne, Stadtbau-Verlag, p. 237-280.

Shaftesbury Anthony Ashley Cooper comte de, 1708 (1909 pour la première édition de la traduction), Ein Brief über den Enthusiasmus, Wolfgang H. Schrader éd., Max Frischeisen-Köhler trad., Hambourg, Felix Meiner Verlag.

Sutherland William J., Aramstrong-Brown Susan, Armsworth Paul R. et al., 2006, « The identification of 100 ecological questions of high policy relevance in the UK », Journal of Applied Ecology, vol. 43, no 4, p. 617-627.

Notes

1 Littéralement, Landespflege se traduirait par « soin du pays ». Cela renvoie à une mission territoriale de prise en charge des paysages et, au-delà, des héritages, des pratiques, des traditions, mais aussi de l’économie d’une région. Nous le traduisons tout au long du texte de manière réductrice par « gestion paysagère ». (Note des éditeurs)

2 En français dans le texte. (Note des éditeurs)

3 La CIPRA, Commission internationale pour la protection des Alpes, est une ONG internationale fondée en 1952 et militant en faveur du développement de l’espace alpin, en cherchant à concilier les intérêts écologiques, économiques et sociaux. (Note des éditeurs)

4 Voir http://www.landesplege-freiburg.de/forschung/waldzunahme.html.

5 La méthode des experts extérieurs ou Delphi-Methode est souvent utilisée par les sciences sociales appliquées en Allemagne et consiste à solliciter des experts extérieurs à la discipline scientifique ou au domaine d’expertise afin d’éprouver les concepts utilisés et les résultats de la démarche de recherche et/ou d’expertise. (Note des éditeurs)

Table des illustrations

Légende Carte 1Localisation géographique des zones d’études : projet « Piémont », projet « Reboisement », projet « Vignobles traditionnels »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Tableau 1. Questionnements et méthodologie du projet « Piémont »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Illustration 1Discussion avec les habitants au Parc national du Val GrandeCliché : F. Höchtl.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4626/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Illustration 2Dynamiques paysagères dans le Jura souabe (Ratshausen, Bade-Wurtemberg)Le premier cliché date de 1938, le second montre le même paysage en 2005. La comparaison des deux clichés fait apparaître l’impact du reboisement sur le paysage. Sources : Hans Schwenkel, archive de la LUBW (Landesanstalt für Umwelt, Messungen und Naturschutz Baden-Württemberg, Office régional de l’environnement, de l’arpentage et de la protection de la nature du Bade-Wurtemberg) pour le premier cliché ; Wolfram Grönitz, LUBW pour le second cliché.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4626/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Tableau 2. Questionnements et méthodologie du projet « Reboisement »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4626/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Illustration 3Vignobles en terrasses de Roßwang sur l’Enz, Kreis de Ludwigsburg
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4626/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Tableau 3. Questionnements et méthodologie du projet « Vignobles traditionnels »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4626/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteurs

Chargé de mission à l’académie Alfred Toepfer, institut de protection de la nature agréé par le land de Basse-Saxe, ferme de Möhr dans les landes de Lunebourg

Professeur à l’Université Albert Ludwig de Fribourg, institut pour la protection du patrimoine

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540