Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

3. Politiques publiques et changements fonctionnels

« Marketing régional » et valorisation du rural en Allemagne : discours et argumentaires des acteurs locaux dans la construction de nouveaux territoires

Christophe Quéva

Texte intégral

1Comme la plupart des autres pays européens, l’Allemagne connaît, depuis une dizaine d’années, une mutation importante de ses politiques et de ses pratiques d’aménagement, valorisant un développement régional fondé, d’après l’office fédéral de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung ou BBR), sur davantage de contrats et de projets au lieu de programmes et de plans. Cette évolution constitue un tournant réel pour des espaces ruraux longtemps considérés comme des espaces périphériques à soutenir, et désormais envisagés comme de possibles foyers de développement. Dans un contexte de concurrences régionales croissantes, les acteurs locaux de ces espaces ruraux sont alors invités à proposer des projets de développement régional qui soient innovants et fédérateurs. Cette dynamique de projet valorise clairement la sphère de l’économique, dans le sens où elle mobilise des outils, des méthodes et des notions souvent directement transposées du monde de l’entreprise à celui du développement local. L’idée de « marketing régional » en est une belle illustration.

  • 1 Avec ceux de gouvernance locale, de projets de développement, de pôles de compétitivité, etc.

2Le marketing fait partie de ces termes et expressions à la mode1, issus du monde de l’entreprise, de la publicité ou de l’économie en général, qui sont de plus en plus associés aux expériences de développement local. Sur un plan théorique, le marketing se définit comme « l’ensemble des techniques et études qui ont pour but de prévoir, constater, susciter, renouveler ou stimuler les besoins des consommateurs, et adapter de manière continue l’appareil productif et commercial aux besoins ainsi déterminés » (Kotler et Dubois 2004). Tout marketing vise ainsi à valoriser un produit pour mieux le vendre. Il s’appuie alors notamment sur un « management », correspondant à un ensemble de techniques de gestion et d’organisation, destiné à répondre aux objectifs d’un projet entrepreneurial. Un acteur de référence émerge alors : le manager, sorte de technicien de projet, chargé de porter et de représenter le projet, ainsi que de coordonner les différents acteurs mobilisés. En Allemagne, les deux notions de marketing et de management sont clairement associées au développement régional. On parle ainsi couramment, pour évoquer les projets de développement mis en place par les acteurs locaux, de Regionalmarketing, mis en place autour de la figure d’un Regionalmanager.

3Naturellement, les possibilités de mise en œuvre de ces marketing et management régionaux restent différenciées selon les ressources locales disponibles, qu’elles soient paysagères, économiques, sociales ou factorielles. Par ailleurs, en Allemagne, les héritages en matière d’aménagement constituent de forts vecteurs de différenciation spatiale, notamment entre l’ex-RFA et l’ex-RDA. Dans ce cadre, mon terrain de recherche présente l’intérêt de se situer dans une sorte d’entre-deux spatial. Il s’agit de la Thuringe méridionale (ou région de planification de Thuringe du Sud-Ouest). Cette région, autrefois située à la périphérie de la RDA et bordée par le rideau de fer (carte 1), constitue désormais le centre « géographique » de l’Allemagne (Sedlacek 2004), à proximité immédiate de la Bavière et de la Hesse. Les projets mis en place sont ainsi à rattacher à la fois aux héritages de l’époque de la RDA et aux possibles influences des länder voisins. J’ai étudié, sur ce terrain, différents projets de développement régional, que je préciserai un peu plus loin en les rattachant à la logique du « marketing régional ». J’envisage celui-ci comme un possible outil de (re)valorisation du rural, autour de deux principaux questionnements. Y a-t-il une spécificité du « marketing régional » par rapport aux autres formes de « marketing » : l’aspect territorial ou identitaire, par exemple, prime-t-il sur les seuls aspects économiques ? Et peut-on parler d’un aspect performatif des discours mis en place par les acteurs locaux, aboutissant à l’émergence de nouvelles régions ?

Le management et le marketing régionaux comme nouvelles modalités du développement rural en Allemagne

4L’aménagement de l’espace a connu, en Allemagne, un réel renouveau avec la réunification et l’apparition de profondes disparités entre l’est et l’ouest du territoire national. Et pour mieux gérer l’aménagement et le développement des territoires, de nouveaux outils ont été créés en parallèle des pratiques traditionnelles de la planification.

De l’aménagement au développement : les nouveaux outils à disposition des acteurs locaux

5C’est en 1998 que la loi sur l’aménagement (Bau- und Raumordnungsgesetz) est modifiée. Les nouvelles modalités de l’aménagement qui m’intéressent plus particulièrement sont évoquées dans le paragraphe 13 de la loi, intitulé « Verwirklichung der Raumordnungspläne (mise en œuvre des plans d’aménagement) ». Ce paragraphe désigne notamment les projets de développement régional (Regionalentwicklungskonzepte ou REK) comme des instruments souples et informels, mis en place par les acteurs locaux de manière volontaire et coopérative. Ils complètent les plans mis en place au niveau du land et de la région de planification. Ceux-ci sont désormais obligés de prendre en compte les actions locales de coopération, afin de mettre en œuvre des opérations d’aménagement plus dynamiques et plus flexibles que par le passé avec la seule pratique de la planification. Il s’agit notamment d’associer, aux côtés des acteurs de la planification traditionnelle, les acteurs locaux au sens large, publics ou privés (élus, associations, chambres de commerce et de l’industrie, acteurs du tourisme, entreprises, entrepreneurs individuels, etc.), dans le cadre d’un développement endogène. À partir de là, un certain nombre de termes issus de la sphère économique sont mobilisés pour désigner les nouvelles formes réticulaires d’organisation locale, censées se différencier des structures territoriales traditionnelles :

  • les projets de développement sont associés à de nouveaux types d’acteurs, les managers régionaux, sorte de techniciens des territoires, acteurs de référence et de liaison entre les différentes personnes mobilisées ;
  • par ailleurs, les projets se fondent non plus sur des programmes traditionnels, mais sur des opérations de marketing régional, dans un contexte de concurrences régionales croissantes.

Managers et marketing régionaux : les formes du développement régional en Thuringe méridionale

  • 2 L’aménagement, en Allemagne, met en évidence l’importance des lieux centraux dans la structuration (...)

6La Thuringe méridionale, que j’ai précédemment qualifiée d’entre-deux spatial, est un espace intermédiaire à d’autres niveaux d’analyse également. Il s’agit d’une région à dominante rurale, mais organisée autour de deux villes moyennes, aux fonctions partielles de ville-centre de rang supérieur2 (Oberzentrum) : Suhl et Eisenach. Par ailleurs, si la région dispose de réelles potentialités de développement autour des zones touristiques de la forêt de Thuringe ou de la Rhön, d’autres espaces connaissent de profondes difficultés économiques, comme autour de Suhl ou de Sonneberg (carte 1). Dans ce cadre, je prendrai ici l’exemple de trois projets de développement régional, mis en place par les acteurs locaux : l’association de villes de Thuringe du Sud (Städteverbund Südthüringen), le groupe de travail régional de la Rhön (Regionale Arbeitsgemeinschaft Rhön) et l’association régionale de la forêt de Thuringe (Regionalverbund Thüringer Wald e. V.).

  • 3 Ce statut, qui doit être accordé par le land, permettrait à l’association de disposer d’une meille (...)

7L’association de villes de Thuringe du Sud est un projet de territoire fonctionnel : les villes membres se sont associées pour prétendre au statut d’Oberzentrum3 (ville-centre de rang supérieur), sous la forme d’un centre multipolaire. Quant aux projets mis en place autour de la forêt de Thuringe et de la Rhön, ils ont une dimension paysagère et identitaire plus affirmée. L’association régionale de la forêt de Thuringe, coordonnée par la chambre de commerce et d’industrie, vise la mise en réseau des principaux acteurs de la région autour du label « Forêt de Thuringe », destiné à renforcer l’attractivité régionale auprès des entreprises ou des acteurs du tourisme. Enfin, le projet porté par le groupe de travail régional de la Rhön, à cheval sur trois länder (Hesse, Bavière, Thuringe), est tourné vers l’idée de développement durable. Il dispose d’une reconnaissance plus large, ayant été encouragé par l’état fédéral comme un modèle de développement grâce au label « région d’avenir » entre 1997 et 2000.

Carte 1
La Thuringe méridionale : cadre géographique et projets de développement régional étudiés

  • 4 Pour une analyse plus approfondie de ces questions, voir l’article de Christophe Quéva publié dans (...)
  • 5 Sur les terrains étudiés, les managers régionaux sont généralement des acteurs originaires de la r (...)

8Dans une logique de développement endogène, ces projets sont mis en place par des acteurs locaux, publics et privés, et visent un développement transversal, et non plus sectoriel, à l’échelle de l’espace du projet4. À chaque fois, un manager régional est chargé à la fois de faire le lien entre les grands acteurs investis dans le projet et d’assurer la promotion de celui-ci vis-à-vis de l’extérieur. Le management régional apparaît ainsi comme une forme récurrente d’organisation associée aux projets, caractérisée par une plus grande souplesse que dans les formes traditionnelles de décision. En outre, le projet de développement est conçu comme un outil de communication : il est toujours associé à des documents écrits, destinés à présenter publiquement le projet dans le cadre d’une publication, voire à le « vendre » sous la forme d’une publicité. Il s’agit d’avoir le projet le plus innovant, pour concurrencer les projets voisins et pour bénéficier des subventions les plus importantes de la part de l’état fédéral ou du land. Le marketing régional apparaît alors comme un élément de lisibilité interne et externe du projet de développement, mais également comme un possible vecteur de structuration de l’espace et des acteurs régionaux5.

Le marketing comme vecteur de structuration régionale : réalité ou simple discours ?

  • 6 Je m’inspire ici d’une communication de Guy Di Méo lors d’un séminaire sur la géographie sociale e (...)

9J’envisage l’approche du marketing régional et, plus généralement, des projets de développement régional, de manière triangulaire6. En tant que discours construit sur une réalité, le marketing implique, tout d’abord, de s’intéresser aux représentations, en analysant les images et les symboliques régionales. Par ailleurs, les projets de développement s’inspirent de territoires réels et symboliques, hérités ou en projet : je recourrai alors à un point de vue plus constructiviste, en cherchant à interroger les héritages sur lesquels se fondent les constructions régionales par le projet. Enfin, ces projets étant portés par des acteurs locaux, une étude des interactions entre ces acteurs me semble également centrale pour saisir les enjeux du marketing en termes de stratégies et de structuration des réseaux d’acteurs locaux.

Images, logos, slogans : la création d’une symbolique régionale

  • 7 Voir la liste à la fin de l’article. L’iconographie régionale repose le plus souvent sur la forêt (...)
  • 8 Forteresse située près d’Eisenach, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Luther y traduisit l (...)
  • 9 Le Rennsteig, long de 168 kilomètres, est le sentier de randonnée le plus ancien et le plus célèbr (...)
  • 10 Le terme « Thuringe du Sud » (Südthüringen) est associé, dans les représentations, à un espace ide (...)

10Les plaquettes de présentation des projets et les sites Web7 qui leur sont dédiés sont très souvent associés à un grand nombre d’images et de photographies. Chaque région a aussi son logo ou son slogan : autant d’éléments de marketing faisant du projet de développement régional, ou de la région, une marque. La Thuringe méridionale dispose, à cet égard, de lieux emblématiques, couramment mobilisés dans le marketing régional, que ce soit la Wartburg8 à Eisenach, la forêt de Thuringe, ou encore le Rennsteig9. Ces éléments ont une connotation identitaire régionale, mais aussi plus large, un peu sous la forme d’une « synecdoque territoriale » (Debarbieux 1996). Cette synecdoque est ici double car ces lieux symbolisent à la fois la Thuringe méridionale et la Thuringe dans son ensemble : ils ont une signification au-delà des seules limites régionales. En mobilisant ces images types, les projets visent alors à transmettre l’image d’une région attractive, connue et reconnue, auprès des nouveaux acteurs susceptibles de venir s’y installer. Au-delà des lieux régionaux emblématiques, la symbolique régionale transparaît également dans la terminologie. Ainsi, la « région de planification de Thuringe du Sud-Ouest » s’appelait, jusqu’en 2001, « région de planification de Thuringe du Sud », avant que l’association de villes de Thuringe du Sud ne soit créée et ne reprenne le terme10. Ces deux structures s’inscrivent aujourd’hui dans une relation de plus en plus concurrentielle : chacune voudrait s’approprier le label « Forêt de Thuringe », associé pour le moment à l’association régionale de la forêt de Thuringe (Regionalverbund Thüringer Wald)… la complexité de ces représentations est d’autant plus marquée que les constructions régionales s’inspirent de territoires hérités, ayant encore une prégnance sur les expériences actuelles de projet.

Les territoires hérités du marketing régional

  • 11 Il s’agissait de circonscriptions du gouvernement central, sans autonomie, mises en place en RDA e (...)
  • 12 La zone interdite (Sperrgebiet) correspondait, en RDA, à la zone de surveillance qui longeait la f (...)

11À cet égard, le cadre de l’ex-RDA et le cas de la Thuringe méridionale sont particulièrement intéressants à analyser. La carte 2 (page suivante) représente le passé territorial de l’ex-RDA en Thuringe : ancienne frontière interallemande, découpage en Bezirke11, Sperrgebiet12. Elle permet également d’identifier, dans la région de Thuringe du Sud-Ouest actuelle, les héritages de périphicités et de centralités géographiques et décisionnelles, remontant à l’époque de la RDA.

12Certains espaces ont ainsi conservé une certaine centralité. La forêt de Thuringe, par exemple, était déjà, du temps de la RDA, une importante destination touristique en Allemagne, que ce soit pour la randonnée avec le Rennsteig, ou pour la pratique des sports d’hiver autour d’Oberhof. La mise en œuvre d’un marketing régional est alors facilitée par l’ancrage sur un passé de dynamisme touristique, avec la présence d’associations touristiques anciennes. Dans le même ordre d’idées, Eisenach conserve certains aspects de centralité hérités de la RDA. Par la présence de la Wartburg, la ville est d’abord associée, à l’échelle de l’Allemagne, à une centralité touristique, voire identitaire. Par ailleurs, à l’échelle de la Thuringe, elle relève d’une ancienne centralité géographique, puisque la ville était rattachée au Bezirk d’Erfurt (carte 2). Encore aujourd’hui, les acteurs rencontrés à Eisenach ne se sentent pas liés à la Thuringe méridionale et souhaiteraient faire partie de la région de planification de Thuringe centrale, avec Erfurt. Les expériences de marketing urbain menées à l’échelle de la ville d’Eisenach valorisent ainsi cette situation au centre, et non au sud, de la Thuringe.

  • 13 La ville est investie dans un projet de réseau de villes avec Neustadt bei Coburg, située en Baviè (...)

13Pour d’autres espaces, les héritages ont été totalement modifiés. Suhl est ainsi passée du statut de centre urbain majeur à celui de ville moyenne en déclin : en perdant son statut de « capitale » de Bezirk (du temps de la RDA), la ville a perdu de sa centralité, ce qui s’est accompagné d’un déclin démographique et économique. Elle est aujourd’hui une « ville moyenne aux fonctions partielles de ville-centre ». Dans ce cadre, le marketing de l’association de villes de Thuringe du Sud vise à faire passer l’idée d’une nouvelle centralité multipolaire dans la région, avec un réseau de villes organisé autour de Suhl et de cinq autres villes (carte 1). À l’inverse, des espaces de périphérie, anciennement frontaliers, comme la Rhön, ou comme la petite ville de Sonneberg13, sont devenus de nouveaux enjeux de coopération par-delà des limites entre les länder : réseau de villes Sonneberg (Thuringe) / Neustadt bei Coburg (Bavière) ; coopération régionale entre des acteurs de la Hesse, de la Bavière et de la Thuringe dans la Rhön. Les héritages territoriaux ont donc une influence sur les constructions régionales en cours dans le cadre des projets de développement. Le marketing passe alors, selon les héritages, par une certaine continuité dans l’affirmation de régions déjà existantes, ou par une rupture associée à l’invention, à la construction de nouvelles régions.

Carte 2
Le passé territorial hérité de la RDA : centralités et périphicités géographiques et décisionnelles en Thuringe méridionale

Marketing et réseaux d’acteurs : de l’absence d’initiatives aux interactions

14Dans la structuration des réseaux d’acteurs locaux également, la référence à l’époque de la RDA reste une donnée importante pour saisir la dynamique de développement régional en Thuringe méridionale. Le processus participatif et coopératif, lié aux projets de développement, y est synonyme d’un véritable apprentissage de la part des acteurs locaux, qui ont vécu durant quarante ans dans un cadre très strict ne laissant que peu de place aux initiatives individuelles et aucune, naturellement, aux pratiques de marketing et de management régionaux. En Thuringe méridionale, les acteurs actuels du développement, tels que le manager régional de l’association de villes de Thuringe du Sud, sont majoritairement issus de l’ancien Bezirk de Suhl, et non des professionnels transférés de l’ouest vers l’est. Par ailleurs, les personnes rencontrées ont souvent évoqué une tradition de coopération remontant au temps de la RDA : l’apprentissage du travail collectif aurait ainsi été, selon elles, facilité par la quasi-superposition des deux territoires de la région de planification de Thuringe du Sud-Ouest avec l’ancien Bezirk. Cette superposition aurait été le gage d’une interconnaissance facilitée entre les acteurs locaux.

  • 14 Imre Kovách, « Leadership, local power and rural restructuring in Hungary », Leadership and Local (...)
  • 15 Ma thèse porte sur la requalification des espaces locaux en France et en Allemagne (jeux d’échelle (...)

15Il n’en reste pas moins que, pour certains acteurs, l’époque de la RDA constitue un héritage facteur d’inertie et à dépasser. Cette vision est notamment celle du manager régional de l’association de villes de Thuringe du Sud. Pour reprendre ses propos : « il faut du temps pour que les gens arrivent à penser différemment : beaucoup, notamment les plus âgés, veulent encore être dirigés… C’est mon travail de mobiliser les gens, de les pousser à coopérer, de les motiver pour qu’ils initient des choses. Ce n’est pas toujours facile ». Cette figure du manager, récurrente dans les projets de développement régional en Allemagne, correspond à une nouvelle catégorie d’acteurs, que l’on désigne parfois sous le terme de « classe de projets »14. Théoriquement, le manager est susceptible de favoriser la structuration des réseaux d’acteurs, notamment pour des élus n’ayant pas toujours l’habitude de travailler collectivement. En réalité, au terme de mon travail de terrain, j’ai pu noter une certaine inertie des systèmes d’acteurs, marquée par le poids des élus traditionnels et des leaders politiques dans les projets, et une inertie des territoires également, avec un poids réaffirmé du territoire du district (Landkreis) comme échelle préférentielle pour mettre en place les actions de développement (voir Quéva 2007b). Il faut toutefois nuancer cette vision de la mise en œuvre des projets, dans le sens où les constructions territoriales sont récentes, en train de s’élaborer : rien n’est encore définitif. Par ailleurs, j’ai pris conscience de la proximité des expériences allemandes avec celles conduites en France, que j’ai étudiées à travers des projets de pays en Aquitaine15. L’ensemble des projets que j’ai analysés s’inscrit ainsi, me semble-t-il, dans une dynamique commune à d’autres pays. Je vais donc tenter, en conclusion, d’élargir les échelles d’analyse, en partant de l’idée que le tournant du milieu des années 1990 pourrait constituer, pour l’ensemble des pays européens, le début d’une rupture dans les pratiques d’aménagement et de développement local, associée à la construction, en cours, d’un nouveau territoire local.

Conclusion : un modèle européen de territoire local en émergence16 ? Perspectives comparatives

  • 16 Ce « modèle » n’a aucune visée généraliste. Il s’appliquerait plus particulièrement à des espaces (...)
  • 17 En France, la politique des « pays » et des « agglomérations » associe également les projets à des (...)
  • 18 D’après les analyses présentées par Marie-Claude Maurel dans le cadre d’un séminaire à l’EHESS (21 (...)
  • 19 L’instance sociale ou sociétale interviendrait dans chacune des catégories ici représentées.

16D’une manière un peu schématique, les pays européens s’inscrivent dans des logiques communes de décentralisation politique, de démocratisation libérale et de valorisation de l’échelon local. Dans ce cadre, les notions de développement local, de projet, d’innovations, ou encore de gouvernance, sont désormais de règle, non seulement en Allemagne, en France17, mais aussi à l’est de l’Europe (voir en particulier Maurel 2003). C’est notamment le cas en Hongrie, premier pays d’Europe centrale et orientale à se doter d’une loi sur le développement des territoires18 en 1996 : les projets territoriaux sont mis en œuvre dans le cadre de « micro-régions » accordant, comme en Allemagne, une place centrale à la figure de « managers régionaux ». Dans le même ordre d’idées, en Bulgarie, les textes législatifs liés à la régionalisation accordent une place centrale à la thématique du développement endogène des territoires (Boulineau 2006). Naturellement, et à l’image de l’est de l’Allemagne, le déclin démographique de certaines régions présentant des soldes migratoires négatifs est susceptible de ralentir largement la mise en œuvre de ces projets de développement local. Il n’en reste pas moins que les pratiques et les discours actuels sur le développement des territoires pourraient illustrer un certain primat de l’économique dans les mutations en cours à l’échelon local en Europe, le politique faisant alors office de cadre pour l’action, en tant qu’instance de législation, de réglementation, bref, de régulation. Quant à une possible instance identitaire, elle interviendrait sur le registre de l’utopie, en tant qu’argument de légitimation de logiques politiques ou économiques. Enfin, l’articulation de ces instances se ferait par le territoire local en construction, en tant que médiateur de ces trois instances et catalyseur de ces évolutions19. Cette hypothèse serait la manifestation d’un changement idéologique, correspondant à une nouvelle conception du développement territorial avec, en son cœur, l’instance économique, marquée par une idéologie de l’action, du mouvement, de l’innovation, et non plus seulement par une idéologie du pouvoir, qui résiderait plutôt dans la maille, la stabilité. Peut-on alors parler d’un modèle européen de développement local, ancré sur les ambitions plus larges du projet européen ? Ou les héritages nationaux impliquent-ils des modalités différenciées de mise en œuvre du développement local ? même si les expériences françaises s’inscrivent dans un modèle de développement très territorial (Baudelle et Kunzmann 2004 ; Giraut 2002), alors que les projets de développement allemands sont plus souples et réticulaires (Fritsch et al. 1998 ; Fürst et Schubert 2001), il semble que, dans les deux cas, pour reprendre les propos de Frédéric Giraut (2005, p. 3), « la production contemporaine des territoires locaux n’obéit […] plus exclusivement à l’encadrement administratif du territoire national d’un côté et à la gestion des services municipaux de l’autre, mais plutôt à une logique de recherche de territoires multiformes » : ceux « du développement ». Cette dynamique, valable en France comme en Allemagne, se retrouve dans beaucoup d’autres pays. Trouve-t-elle sa source à l’échelle européenne, celle-ci étant elle-même possiblement inspirée par des modèles nationaux (allemand ?) de développement local ? L’interpénétration des logiques européennes, nationales et régionales à l’échelon local est une piste qui mériterait d’être davantage explorée et approfondie par la confrontation à d’autres exemples de projets de développement à l’ouest comme à l’est de l’Europe.

Bibliographie

Références bibliographiques

Baudelle Guy et Kunzmann Klaus, 2004, « Regards croisés sur l’aménagement du territoire en France et en Allemagne », ESO – Travaux et documents, n° 22, p. 69-77.

Bönisch Rolf, Mohs Gerhard et Ostwald Werner, 1980, Territorialplanung, Berlin, Die Wirtschaft, 288 pages.

Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 2003, Aktionsraum Region / Operating area Region. Regional Governance, Klaus Einig, Dietrich Fürst et Jörg Kineling éd., n° 8-9 de Informationen zur Raumentwicklung, p. 441-555.

Boulineau Emmanuelle, 2006, « Au seuil de l’Europe, la difficile régionalisation de la Bulgarie », Territoires institutionnels, territoires fonctionnels, Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Philippe Gonod éd., Mâcon, Institut de recherches du Val de Saône, p. 209-217.

Debarbieux Bernard, 1996, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espace géographique, vol. 24, n° 2, p. 97-113.

Diller Christian, 2002, « Zwischen Netzwerk und Organisation. Die Dynamik der Versteigerung regionaler Kooperationen », Raumforschung und Raumordnung, vol. 60, n° 2, p. 146-154.

Di Méo Guy et Buléon Pascal éd., 2005, L’espace social : une lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin.

Eisen Andrea et Wollmann Hellmut, 1996, Institutionenbildung in Ostdeutschland. Zwischen exogener Steuerung und Eigendynamik, Opladen, Leske und Budrich.

Fritsch Michael, Koschatzky Knut, Schätzl Ludwig et Steinberg Rolf, 1998, « Regionale Innovationspotentiale und innovative Netzwerke », Raumforschung und Raumordnung, vol. 56, n° 4, p. 243-252.

Fürst Dietrich et Schubert Herbert, 2001, « Regionale Akteursnetzwerke zwischen Bindungen und Optionen. Über die informelle Infrastruktur des Handlungssystems bei der Selbstorganisation von Regionen », Geographische Zeitschrift, n° 1, p. 32-51.

Giraut Frédéric, 2002, « L’exception territoriale française sous influence européenne ? Restituer la dynamique du système français d’administration territoriale », L’Information géographique, n° 66, p. 133-161.

Giraut Frédéric, 2005, « Fabriquer des territoires : utopies, modèles et projets », thèse HDR, Paris, Université de Paris I.

Guder Uwe, 2003, « L’aménagement du territoire et la politique régionale en Allemagne : vers une européanisation en douceur ? » Paris, document de travail du groupe d’études et de recherches « notre Europe » [en ligne, URL : http://www.notre-europe.eu/fileadmin/IMG/pdf/Ute.pdf]. Consulté de 28 janvier 2011.

Kotler Philip et Dubois Bernard, 2004, Marketing management, Paris, Pearson Education.

Kovách Imre, 2002, « Leadership, local power and rural restructuring in Hungary », Leadership and Local Power in European Rural Development, Keith Halfacree, Imre Kovách et Rachel Woodward éd., Aldershot, Ashgate, p. 91-144.

Lacquement Guillaume éd., 2004, Géographie de la frontière interallemande depuis la réunification, Montpellier, Université Paul Valéry (Territoires en mutation).

Maurel Marie-Claude, 2003, « Collectivités locales : de nouveaux modes de gestion en Europe centrale », Le Courrier des pays de l’Est, n° 1033, p. 16-27.

Müller Bernhard, 1999, « Kooperative Entwicklungsansätze in Ostdeutschland : von der Raumordnung zur Regionalentwicklung », Information zur Raumentwicklung, n° 9-10, p. 597-608.

Quéva Christophe, 2007a, « Acteurs et territoires du développement rural en Allemagne orientale. L’exemple de projets de développement régional dans la Thuringe du Sud-Ouest », Le développement local en Allemagne réunifiée : modèles, contextes, enjeux, Béatrice von Hirschhausen et Guillaume Lacquement éd., vol. 38, n° 3 de la Revue d’études comparatives Est-Ouest, p. 117-134.

— 2007b, « Les paradoxes de la Region en Allemagne, entre réseaux et territoires : la région, outil de déterritorialisation ? » Annales de géographie, n° 653, p. 41-64.

Sedlacek Peter, 2004, « Thüringen. Von der Peripherie ins Zentrum ? » Geographische Rundschau, vol. 56, n° 9, p. 53-57.

Thüringer Ministerium für Bau und Verkehr, 2004, Landesentwicklungsbericht 2004. Freistaat Thüringen, Erfurt, Thüringer Landesverwaltungsamt.

Usbeck Hartmut, 2002, Regionalentwicklungskonzepte in Thüringen. Erfahrungen und Empfehlungen, Leipzig, Thüringer Staatskanzelei.

Principaux sites Internet consultés

Site du Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung : http://www.bbr.bund.de/cln_032/sid_97DCBD56EF6C998E891FF6D20E572F9B/DE/Home/homepage__node.html?__nnn=true

Site de la région de planification de Thuringe du Sud-Ouest :

www.regionalplanung.thueringen.de/rpg/suedwest/index.asp

Sites Web consacrés aux projets étudiés :

http://www.rhoen.de/.

http://www.thueringer-wald.com/cps/rde/xchg/tw/hs.xsl/110166.html.

Notes

1 Avec ceux de gouvernance locale, de projets de développement, de pôles de compétitivité, etc.

2 L’aménagement, en Allemagne, met en évidence l’importance des lieux centraux dans la structuration de l’espace. L’idée de villes hiérarchisées en fonction de leur taille et des services qu’elles proposent inspire à la fois les typologies des espaces ruraux et urbains, mais aussi les objectifs d’aménagement à tous les échelons de planification, de l’état fédéral au district (Kreis*), en passant par le land et la région de planification. Le système urbain de chaque land est ainsi organisé autour d’une ou plusieurs ville(s)-centre(s) de premier ordre (Oberzentrum), en plus de la ville-capitale du land ; chaque région de planification dispose généralement d’une ville de rang supérieur (ville moyenne aux fonctions partielles d’Oberzentrum) ; de même, chaque district s’organise autour d’une ville-centre d’un rang supérieur aux communes environnantes.

3 Ce statut, qui doit être accordé par le land, permettrait à l’association de disposer d’une meilleure capacité d’attraction. L’originalité du projet est qu’un Oberzentrum est normalement une ville et non un réseau de villes.

4 Pour une analyse plus approfondie de ces questions, voir l’article de Christophe Quéva publié dans la Revue d’études comparatives Est-Ouest (Quéva 2007a).

5 Sur les terrains étudiés, les managers régionaux sont généralement des acteurs originaires de la région, ce qui les place en position de légitimité vis-à-vis des autres acteurs locaux.

6 Je m’inspire ici d’une communication de Guy Di Méo lors d’un séminaire sur la géographie sociale et la géographie culturelle, tenu le 16 mars 2007 à Bordeaux.

7 Voir la liste à la fin de l’article. L’iconographie régionale repose le plus souvent sur la forêt (Rhön, forêt de Thuringe), les chemins de randonnée (panneaux le long du Rennsteig, sentiers de Vtt) et le patrimoine historique et architectural (Wartburg, théâtre de Meiningen, thermes de Bad Salzungen, etc.).

8 Forteresse située près d’Eisenach, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Luther y traduisit la Bible.

9 Le Rennsteig, long de 168 kilomètres, est le sentier de randonnée le plus ancien et le plus célèbre d’Allemagne. Il se situe sur la ligne de crête de la forêt de Thuringe.

10 Le terme « Thuringe du Sud » (Südthüringen) est associé, dans les représentations, à un espace identitairement marqué, contrairement au terme « Thuringe du Sud-Ouest » (Südwestthüringen).

11 Il s’agissait de circonscriptions du gouvernement central, sans autonomie, mises en place en RDA en 1952 dans une logique de déconcentration du pouvoir.

12 La zone interdite (Sperrgebiet) correspondait, en RDA, à la zone de surveillance qui longeait la frontière interallemande sur une profondeur d’environ 5 kilomètres.

13 La ville est investie dans un projet de réseau de villes avec Neustadt bei Coburg, située en Bavière. Le projet fonctionne toutefois pour le moment au ralenti.

14 Imre Kovách, « Leadership, local power and rural restructuring in Hungary », Leadership and Local Power in European Rural Development, Keith Halfacree, Imre Kovách et Rachel Woodward éd., Aldershot, Ashgate, 2002, p. 91-144.

15 Ma thèse porte sur la requalification des espaces locaux en France et en Allemagne (jeux d’échelles, d’acteurs et de projets). Terrains français : pays du libournais, pays du Périgord noir.

16 Ce « modèle » n’a aucune visée généraliste. Il s’appliquerait plus particulièrement à des espaces intermédiaires (entre le rural et l’urbain, entre fragilité socio-économique et réels potentiels de développement).

17 En France, la politique des « pays » et des « agglomérations » associe également les projets à des techniciens du territoire : les chargés de mission et les chefs de projet.

18 D’après les analyses présentées par Marie-Claude Maurel dans le cadre d’un séminaire à l’EHESS (21 février 2006) : « Europe centrale et orientale, transition de système et recomposition des territoires ».

19 L’instance sociale ou sociétale interviendrait dans chacune des catégories ici représentées.

Table des illustrations

Légende Carte 1La Thuringe méridionale : cadre géographique et projets de développement régional étudiés
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Carte 2Le passé territorial hérité de la RDA : centralités et périphicités géographiques et décisionnelles en Thuringe méridionale
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Maître de conférences à l'institut de Géographie de l'Université paris 1 panthéon Sorbonne et membre de l'équipe P.A.R.I.S Geographie-Cités (UMR 8504 du CNRS)

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540