Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

3. Politiques publiques et changements fonctionnels

Le développement rural intégré en Allemagne : une démarche de planification et d’action prise entre ambitions et réalités

Ulrike Grabski-Kieron

Texte intégral

1En Allemagne comme en Europe, le développement des espaces ruraux s’inscrit aujourd’hui dans un champ transversal de planification et d’action, à la fois interministériel et intersectoriel. Il combine des instruments juridiques et formels mais aussi d’autres plus informels aussi variés que les outils territoriaux de planification sectorielle ou les mesures structurelles de la politique agricole. L’apparition, au centre de ce champ politique, d’une conception intégrée du développement rural, mobilise toute une panoplie d’instruments de planification pour mettre en œuvre des actions concrètes d’aménagement. Cette démarche globale a une double dimension, à la fois stratégique et appliquée. Ce sont ces deux aspects qui permettent de faire face efficacement aux problèmes complexes des régions rurales.

2Nous analysons dans cet article la notion de développement intégré tel qu’elle est entendue actuellement en Allemagne d’abord dans ses principes d’ordre théorique puis en étudiant la diversité des démarches mobilisées avant d’examiner les difficultés de conception et les problèmes qui interviennent dans leur mise en œuvre. Cette perspective critique, sera l’occasion de confronter les aspects positifs de cette approche au regard de ses limites et des divergences observables entre les ambitions aichées et la réalité du développement rural.

Genèse de l’idée de développement rural intégré

  • 1 Le programme Emsland a été mis en œuvre à partir de 1950. C’était un programme de développement con (...)
  • 2 Le programme Nord a été mis en place en 1953 par le land de Schleswig-Holstein. Son objectif était (...)

3Le développement rural intégré – au sens général d’intervention intersectorielle en faveur des espaces ruraux – ne constitue pas en fait une réelle nouveauté. Il y eut, dès les années 1960, de grands programmes de développement régional qui étaient, à l’époque, intégrés à l’ensemble des instruments destinés à l’amélioration des structures agricoles (c’est le cas notamment du programme Emsland1, ou du programme nord2). Ces programmes furent mis en place sur le long terme, notamment dans le nord et dans le nord-ouest de l’Allemagne (voir carte 1 et Meyer 1964). Considérés comme des « programmes de développement intégré », ils relevaient alors des prérogatives des länder. L’objectif était d’améliorer les conditions de production agricole, essentielles au développement régional, et de développer parallèlement l’habitat et les infrastructures rurales, afin de répondre notamment à l’afflux des réfugiés de la Seconde Guerre mondiale. L’intégration était alors conçue comme le recours, sur un territoire administratif donné, à la palette diversifiée des outils dont disposait le gouvernement du land et ses ministères pour répondre aux objectifs définis par le plan (Abel 1951). Plus tard, l’évolution des structures agricoles conduisit à rechercher une meilleure articulation des différents outils d’intervention touchant à la protection de la nature, aux loisirs, au développement communal ou à la rénovation villageoise. Le développement rural fut alors défini comme une partie de l’aménagement, « qui intègre les stratégies de planification et de développement de l’espace rural » (Quadlieg 1979 ; Meyer 1964).

Carte 1
Les premiers programmes de développement régional en Allemagne du Nord
dans les années 1960. D’après Weigand 1970.

4La notion de « développement rural intégré » reflète très précisément les nouvelles exigences auxquelles se voit confronté le développement rural. Elle est aussi l’expression d’une nouvelle conception de l’aménagement. Sous l’effet de l’évolution des conceptions et des pratiques de l’aménagement et sous la pression des transformations rurales, elle trouve en effet son impulsion, depuis les années 1990, dans le modèle relativement consensuel du développement durable. La référence obligée, depuis cette époque, à la notion de durabilité dans les programmes d’aménagement a aujourd’hui trois types de conséquences :

  • en articulant le développement intégré au triptyque d’objectifs écologiques, économiques et sociaux, elle oblige d’abord à adopter une perspective intersectorielle de bout en bout de la chaîne de décision, de la conception à la réalisation. La recherche de solutions ajustées aux problèmes spécifiques d’une région et à ses ressources naturelles et socio-économiques conduit à explorer les synergies possibles entre les différents secteurs de l’économie régionale, du marché du travail en milieu rural, de l’agriculture ou de la protection de la nature ;
  • elle conduit ensuite à mettre l’accent sur la gestion et la préservation des paysages ruraux régionaux, appréhendés dans leurs singularités, conformément aux canons de la diversité régionale européenne. L’héritage à la fois naturel et culturel de ces paysages ruraux est d’autant plus valorisé qu’il est conçu comme un vecteur de développement régional, favorisant notamment le tourisme rural ;
  • elle valorise enfin les démarches participatives aux échelles régionale et communale, tout au long des processus de prise de décision, de conception et d’intervention. Cet accent mis sur la participation conduit à impliquer les habitants bien davantage qu’auparavant. Les acteurs ruraux qui s’investissent dans le développement régional ou local, qu’ils soient issus d’institutions privées ou publiques, d’entreprises ou de la vie associative, sont alors considérés comme les principaux porteurs du développement rural. Leur implication dans les projets de développement est accompagnée par des outils de conseil, d’animation, d’apprentissage et de formation complémentaire. On peut parler à ce propos d’un véritable renforcement des aptitudes régionales ou regional capacity building (Grabski-Kieron 2007a).

5Ainsi, le développement rural intégré s’inscrit dans cette nouvelle logique de « gouvernance régionale » largement promue, depuis les années 1990, par les instances de l’aménagement en Allemagne et en Europe continentale (voir Fürst et Knieling 2002). En renonçant à imposer des objectifs dirigistes « par le haut », cette nouvelle posture cherche plutôt à créer les conditions favorables à des dynamiques de développement initiées et menées dans le cadre de « partenariats public-privé ». Deux types de dispositifs sont désormais nécessaires : d’une part des lois-cadres et un droit public de l’aménagement (par exemple pour le développement communal), d’autre part la promotion d’actions ouvertes, participatives et impliquant les acteurs de manière flexible. Leur articulation est aujourd’hui au cœur des conceptions de l’aménagement en Allemagne et au sein de l’Union européenne (Grabski-Kieron 2005a et 2005b).

  • 3 Le terme allemand de Heimat se traduit souvent en français par « petite patrie » ; il désigne l’end (...)

6Dans ce contexte, la « région » (Region) n’est plus seulement conçue comme une maille de l’aménagement régional mais avant tout comme l’espace de vie de ses habitants. Les espaces d’intervention sont définis de plus en plus fréquemment en fonction de spécificités régionales, de paysages emblématiques, de traditions culturelles, du lien à la Heimat3 ou de l’identification des individus à leur région. Ils sont vus comme des « espaces sociaux » (Marx 2000), dont le développement dépend des populations qui y vivent. Nous avons récapitulé sur le diagramme suivant ces principes théoriques de l’intervention territoriale à ses trois niveaux différents d’observation.

Diagramme 1. Principes du développement intégré en aménagement rural Source : Grabski-Kieron 2002, p. 245-251.

7Dans la pratique, les procédures collectives propres aux démarches intégrées sont rendues plus que jamais nécessaires. Les transformations des contextes politiques, économiques et sociaux obligent en effet de plus en plus, en Allemagne comme dans beaucoup de pays de l’Union européenne, à rechercher des effets de synergie. Les changements structurels augmentent la pression d’adaptation sur l’agriculture ; l’augmentation de la concurrence sur la localisation des activités, tant aux niveaux régionaux qu’internationaux, affecte en termes spécifiques les espaces ruraux ; les processus de régionalisation et de décentralisation modifient […] ; enfin les opérations de protection de la nature, des ressources ou des paysages, relancent les enjeux contemporains du changement climatique. L’ensemble de ces dynamiques oblige à renouveler les instruments de régulation et de financement de l’aménagement rural, et à les adapter aux nouveaux besoins.

L’aménagement rural en Allemagne

8Les conceptions actuelles de l’aménagement débouchent à la fois sur le renouvellement des instruments formels et juridiques de la planification conventionnelle et sur l’émergence de nouvelles pratiques informelles. Les premiers outillent la mise en œuvre de la loi d’aménagement (Raumordnungsgesetz) ou des grandes lois sectorielles. Mais ces instruments ne sauraient être dissociés des interactions sociales et des processus informels de recherche du consensus qui accompagnent leur mise en œuvre (Ritter 1998). Ces dispositifs ont en propre de procéder en termes ajustés et flexibles aux configurations régionales et locales, d’être tournés vers leurs objectifs stratégiques, et d’avoir une mise en œuvre et des résultats attendus plus lisibles. L’aménagement rural – qu’il s’agisse des politiques structurelles régionales, des politiques agricoles ou encore des interventions sectorielles territorialisées – use d’instruments d’intervention programmatiques et stratégiques d’une part et d’instruments pragmatiques d’autre part.

  • 4 Voir la contribution de Franz Höchtl et Werner Konold dans cet ouvrage, p. 213-228.
  • 5 Gemeinschaftsaufgabe für die Verbesserung der regionalen Wirtschaftsstruktur.

9Dans ce contexte, les démarches intégrées n’ont cessé de gagner en importance (Grabski-Kieron et al. 2006). Elles se traduisent généralement par des coopérations intercommunales ou des conférences régionales, mais elles peuvent aussi concerner le management régional, la rénovation rurale, voire les opérations de remembrement. L’exemple du projet de développement rural intégré du Vechtetal en Rhénanie-du-nord (carte 2) permet d’illustrer leur caractère thématique, différencié et ajusté aux configurations locales (voir aussi Bröckling et Löwer 2007). Les principes de l’action intégrée ne sont toutefois pas uniquement associés aux démarches informelles de développement ; ils influencent également beaucoup d’expériences de planification conventionnelle comme l’aménagement régional ou la gestion paysagère4. L’ensemble des instruments de soutien de l’Union européenne, de l’état fédéral et des länder visent ainsi notamment de plus en plus à renforcer les démarches intégrées au niveau régional, tout en respectant les politiques sectorielles. C’est vrai en particulier du Fonds européen agricole de développement rural (FEADER), créé en 2007, mais également des grands programmes d’action concertée entre l’état fédéral et les länder tel le programme d’amélioration des structures économiques régionales5.

Carte 2
Les pratiques du développement rural intégré. L’exemple du « projet de développement rural du Vechtetal » (Rhénanie-du-Nord-Westphalie)
D’après Planinvent, « Integriertes Ländliches Entwicklungskonzept für die Stadt Horstmar und die Gemeinden Laer, Metelen, Neuenkirchen, Schöppingen und Wettringen », 2006, documents de travail non publiés.

  • 6 Voir dans cet ouvrage les contributions de Samuel Depraz (p. 71-90), de Christophe Quéva (p. 199-21 (...)

10Soulignons la grande variété des démarches aujourd’hui en œuvre en Allemagne6, en faveur du développement rural. Elles impliquent, à divers échelons, une diversité de porteurs de projets, issus des différents secteurs d’intervention, et une multiplicité d’initiatives et d’impulsions. Elles combinent plusieurs dispositifs de soutien – dépendants des politiques structurelles, régionales ou agricoles – tributaires chaque fois de différents découpages et de différents échelons de planification régionale et micro-régionale. Et surtout, elles mobilisent différents types de partenariats de développement public-privé.

Les nouveaux schémas d’orientation de l’aménagement du territoire en Allemagne : des impulsions pour le développement rural intégré ?

  • 7 Voir les documents cartographiques de prospective de l’office fédéral de l’aménagement du territoir (...)
  • 8 Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung, ministère fédéral des Transports, de la Co (...)

11Les nouveaux schémas d’orientation7 publiés au cours de l’été 2006 ont introduit de nouvelles exigences d’efficacité et d’effectivité, en se référant à l’évolution des conceptions en matière d’aménagement et en réponse au nouveau contexte « d’intégration européenne et d’accentuation de la compétitivité internationale » et de « changement démographique » (BMVBS8 2006). Ces schémas entendent ouvrir des perspectives d’avenir à partir de propositions générales fondées sur le statu quo ou sur des tendances facilement identifiables. Les orientations proposées ont vocation à être concrétisées et ainées dans leur contenu et à acquérir un caractère normatif. Les trois nouveaux schémas d’orientation intitulés « Croissance et innovation », « Garantir les services aux populations », et « préserver les ressources naturelles et gérer les paysages », se fondent ainsi sur les dynamiques spatiales actuelles du développement national et transnational (BMVBS 2006). Ils prennent acte du pari de l’Union européenne sur le partage du travail au-delà des frontières, ainsi que sur le libre accès aux marchés des capitaux, des marchandises et des services et considèrent que, dans ce contexte, le changement d’échelle de la compétitivité internationale devrait gonfler les agglomérations, accroître les mobilités et renforcer les fonctions de contrôle et de décision des métropoles conduisant à la production de ce que l’on peut interpréter comme un nouvel échelon de la hiérarchie des villes-centres.

  • 9 Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung, Office fédéral de la construction et de l’aménagement du te (...)

12Dans le contexte européen, la métropolisation est à la fois un effet des nouveaux processus de concentration et d’interdépendances spatiales et un vecteur de croissance nationale (BBR9 2006). Le concept de région métropolitaine permet de transcrire les conséquences de ces évolutions en termes spatiaux. Il renvoie aux stratégies de croissance et de concurrence aichées dans le slogan « Renforcer les forces », qui s’adressent avant tout aux régions déjà plus ou moins inscrites dans des aires sous influence métropolitaine et qui leur confèrent une dimension spatiale inédite en accordant justement leur soutien aux acteurs de ces régions, au titre de leur appartenance à une même « communauté territoriale de responsabilités » (BMVBS 2006). Si certains espaces ruraux sont inscrits à des degrés divers dans des aires d’influences métropolitaines, d’autres en revanche, en sont exclus et rappellent l’importance de démarches de planification concertées et ajustées aux différents contextes. Des critiques se font entendre par ailleurs pour signaler l’inadaptation de ces politiques aux spécificités de certains espaces ruraux. Elles objectent la définition trop extensive des aires métropolitaines, qui finissent par englober des espaces ruraux, sans tenir compte de leurs caractéristiques et en ramenant strictement leurs perspectives de développement à leur contexte métropolitain d’appartenance. Elles s’interrogent sur la possibilité de susciter des dynamiques identitaires et des espaces de communication à l’échelle de très vastes « communautés territoriales solidaires ». Elles pointent le risque de voir le projet de « renforcer les forces » – et les flux financiers correspondants – conforter les régions métropolitaines et renforcer encore davantage les mécanismes de polarisation des espaces. Enfin, elles mettent en doute l’hypothèse d’un effet même différé de ces politiques sur la croissance des régions économiquement les plus faibles.

13On ne saurait limiter la description des nouvelles politiques au seul dispositif concernant les régions métropolitaines. Celui-ci est en effet complété, au niveau le plus bas, par un réseau de villes-centres chargées d’offrir autant de pôles de développement et de croissance à leurs espaces ruraux environnants. Le schéma d’orientation intitulé « Croissance et innovation » reconnaît en outre l’existence, en dehors des régions métropolitaines, d’espaces dynamiques dont il entend ne pas freiner le développement. Il cherche à promouvoir, notamment dans les espaces défavorisés, les fonctions « d’ancrage » et de pôles régionaux des villes petites et moyennes, appelées à assurer « les services d’intérêt général » conformément au deuxième schéma d’orientation de « garantie des services aux populations ».

14Les auteurs des deux premiers schémas de croissance économique et « d’ancrage » des services à la population parlent d’une « démarche politique de concentration graduelle » ; elle est à la base des principes énoncés dans chacun des deux schémas qui doivent par la suite être concrétisés dans les länder (BMVBS 2006). Elle est complétée par un troisième schéma dit de « préservation des ressources naturelles et de gestion des paysages », qui prend en charge les potentiels agricole et forestier des espaces ruraux, leur valorisation paysagère et touristique ainsi que leurs fonctions écologiques.

Problèmes et obstacles de la démarche intégrée

15Les nouveaux schémas d’orientation placent ainsi au premier plan trois domaines d’intervention, en insistant particulièrement sur les démarches intégrées dans le cas de l’aménagement des espaces ruraux. Le renforcement de l’intégration ne saurait toutefois masquer les nombreuses difficultés qui entravent les pratiques quotidiennes de l’aménagement et dont on trouve la traduction concrète aux différents niveaux d’intervention dès qu’il s’agit de coordonner les instruments de planification et les instruments de financement. C’est vrai au niveau de l’Union européenne, où les fonds et les programmes sectoriels agissent en grande partie indépendamment les uns des autres. Les liaisons sont certes possibles entre les mesures structurelles, les mesures environnementales et les politiques agricoles, et elles sont d’ailleurs parfois perçues comme telles à l’échelon local, mais les priorités de l’Union européenne n’incitent pas à un renforcement des effets de synergie qui s’appuierait sur une coordination des financements. La demande croissante de développement intégré pourrait faire évoluer les dispositifs mais ce processus est pour le moment freiné par les contraintes d’objectifs des différents programmes, par la multiplication des échelles d’intervention, mais aussi par la diversité des procédures de gestion et de maîtrise des dépenses.

  • 10 Par exemple, la diversification des sources de revenus dans l’agriculture.
  • 11 Par exemple, la création d’entreprises.
  • 12 Par exemple, la formation et le perfectionnement.
  • 13 Par exemple, avec la promotion de l’internet à haut débit.

16La mise en place d’une politique cohérente de développement rural peine à s’établir en Allemagne. Elle se heurte aux limites, difficiles à surmonter, entre les différents domaines d’intervention. Cela creuse l’écart entre les perceptions des acteurs impliqués sur le terrain et celles des acteurs situés aux niveaux globaux de la planification. Les nouveaux schémas d’orientation pourraient toutefois nourrir d’autres débats sur les configurations politiques à venir. Au niveau fédéral comme au niveau des länder, on observe par ailleurs une certaine évolution des programmes et des techniques d’intervention tant dans le cadre des politiques structurelles régionale et agricole que dans celui des politiques économiques et sociales. L’accent est mis désormais sur la recherche de synergies entre le secteur public et le secteur privé. C’est le cas, par exemple des politiques agricoles10 de plus en plus articulées aux politiques de l’emploi11, aux politiques de l’éducation12 ou au développement des infrastructures13. Mais en matière de développement intégré, la réalité quotidienne de l’aménagement, surtout aux niveaux local et régional, n’est pas toujours à la hauteur des ambitions proclamées.

Concurrences et redondances des périmètres de compétence et des niveaux de décision de l’aménagement rural

17L’interpénétration de multiples échelons d’intervention se traduit, aux niveaux locaux, par toute une série de problèmes d’organisation et de méthode, et débouche par exemple sur la superposition d’un grand nombre de projets régionaux relevant de différents programmes et sur une forme d’« essoufflement » des acteurs de l’aménagement. Le manque d’harmonisation en amont conduit à une multiplication de projets informels, financés simultanément par des sources différentes, sans qu’il y ait une véritable coordination des objectifs et des méthodes, sans que l’on cherche à enclencher des synergies ni même à faire coïncider les périmètres d’intervention. Le problème touche autant le quotidien de l’aménagement que les coopérations intercommunales, les programmes de développement rural, les politiques structurelles agricoles, les projets de développement régional, le management régional ou même le marketing régional.

18Ainsi, le développement rural met en jeu des instruments de la politique structurelle agricole qui interagissent avec d’autres instruments sectoriels et thématiques et avec ceux de l’aménagement du territoire, du développement régional ou du développement communal. Le système de planification, tel qu’il est élaboré dans sa double dimension stratégique et concrète, est par ailleurs régi par diverses obligations réglementaires et juridiques (code de l’urbanisme : Baugesetzbuch (BauGB) ; loi fédérale sur la protection de la nature : Bundesnaturschutzgesetz (BNatSchG) ; loi sur le remembrement : Flurbereinigungsgesetz (FlurbG). Le législateur a cherché parallèlement à harmoniser les dispositifs de développement spatial en encadrant, par exemple, les relations entre la gestion paysagère et la planification au niveau local. Le problème concerne d’ailleurs tout autant les instruments informels de développement régional ou de rénovation rurale. En dépit de cet effort d’encadrement juridique, les interactions entre les instruments de politique agricole et d’aménagement sectoriel ne sont pas bien perçues sur le terrain du développement rural et souffrent du manque de coordination entre les différents organismes chargés de les mettre en œuvre, qui « n’intègrent » pas toujours très bien leurs actions et ne cherchent que rarement à prendre appui sur des synergies.

19Les analyses menées sur la « gouvernance régionale » (Löb et Fürst 2004) ont en outre mis en lumière les effets handicapants, pour l’émergence de synergies, des « querelles de clocher » au sein des coopérations intercommunales, des surcoûts de la concurrence entre projets ou de la faible disposition à coopérer d’acteurs qui surestiment leur pouvoir. À cela peuvent s’ajouter les conflits latents entre les différentes institutions publiques de l’aménagement (qu’elles soient de niveau local ou régional), ou le manque de confiance entre les acteurs, ou encore les jeux de pouvoir pratiqués par de fortes personnalités peu enclines à la coopération. Il faudrait parfois l’intervention de modérateurs extérieurs en mesure de susciter des projets communs et d’organiser la communication entre les différents acteurs.

Conclusion

20Le développement rural intégré est désormais partie prenante de la « gouvernance régionale », et fait le quotidien de l’aménagement en Allemagne, même s’il oscille souvent entre les ambitions aichées et la réalité ambiguë des pratiques. Deux séries de facteurs devraient en assurer l’essor : du côté des nouveaux schémas d’orientation pour l’aménagement du territoire, il bénéficie de la promotion croissante de modèles de développement construits à l’articulation entre démarches formelle et informelle ; du côté de la transformation de la demande sociale, il profite du changement démographique, des mutations fonctionnelles et structurelles de l’agriculture ainsi que de l’interpénétration croissante entre les villes et leurs espaces environnants. Il bute toutefois sur des obstacles situés à la fois au niveau des dispositifs institutionnels généraux (tant européens que nationaux) et aux niveaux très locaux de mise en œuvre concrète.

21Il se heurte ainsi à ses propres limites au moment de sa réalisation. Les marges de manœuvre de plus en plus étroites des finances publiques comme la demande sociale poussent pourtant à une utilisation plus effective de ces instruments. On attend notamment des responsables des politiques sectorielles et de l’administration qu’ils proposent à la planification locale des orientations programmatiques et stratégiques. On leur demande de travailler à l’harmonisation juridique des procédures, en tenant compte des réalités du développement informel sur le terrain. On leur demande surtout de contribuer à la regional capacity building dans les régions. Une grande diversité de mesures – articulées à différents échelons de décision – vient ainsi s’ajouter à la complexité de la prise de décision en tant que telle. Il est désormais urgent de réaliser une synthèse de ces multiples instruments pour en améliorer l’efficacité.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abel Wilhelm, 1951, Agrarpolitik, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 2005, Raumordnungsbericht 2005, Bonn, BBR Selbstverlag.

Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung (bmvbs), 2006, Leitbilder und Handlungsstrategien für die Raumordnung in Deutschland. publication de la conférence ministérielle sur l’aménagement du territoire, Berlin, Ministerkonferenz für Raumordnung (MKRO), 27 pages.

Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 2006, « Neue Leitbilder der Raumentwicklung in Deutschland », Informationen zur Raumentwicklung, n° 11/12, p. 605-623.

Bröckling Frank et Löwer Markus, 2007, « Das integrierte ländliche Entwicklungskonzept (Ilek) Einzugsgebiet Vechte », Westfalen Regional, Heinz Heineberg éd., vol. 1, Münster, Aschendorff (Siedlung und Landschaft in Westfalen ; 35), p. 296-299.

Fürst Dietrich et Knieling Jörg éd., 2002, Regional Governance. New Modes of Self-Government in the European Community, Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (ARL).

Fürst Dietrich, Löb Stephan, Rudolph Ansgar, Zimmermann Karsten, 2003, Steuerung durch Regionalplanung, Baden-Baden, Nomos.

Grabski-Kieron Ulrike, 2002, « Landschaftsplanung in der Agrarlandschaft », Landschaftsplanung, Wolfgang Riedel et Horst Lange éd., Heidelberg/Berlin, Spektrum Akademischer Verlag/Gustav Fischer, p. 245-252.

Grabski-Kieron Ulrike, 2005a, « Integrated Rural Development and its Implementation in Germany », Bayreuther Geowissenschaftliche Arbeiten, n° 56, p. 25-35.

Grabski-Kieron Ulrike, 2005b, « Raumforschung, Raumordnung und räumliche Planung in der Bundesrepublik Deutschland », Allgemeine Anthropogeographie, Winfried Schenk et Konrad Schliephake éd., Stuttgart, Gotha, Klett-Perthes Verlag, p. 665-725.

Grabksi-Kieron Ulrike, 2007, « Nachhaltige Raumentwicklung. Wünsche und Wirklichkeiten zu gleichwertigen Lebensverhältnissen in Stadt und Land », Ländlicher Raum auf der Roten Liste. Herausforderungen und Chancen, no 4 de Schriftenreihe der Deutschen Landeskulturgesellschaft, p. 99-108.

Grabski-Kieron Ulrike, 2011, « Geographie und planung ländlicher Räume in Mitteleuropa », Geographie, Hans Gebhardt, Rüdiger Glaser, Ulrich Radtke et Paul Reuber éd., Heidelberg, Elsevier, p. 820-837.

Grabski-Kieron Ulrike et Krajewski Christian, 2007, « Ländliche Raumentwicklung in der erweiterten EU. Chancen und Probleme », Geographische Rundschau, vol. 59, n° 3., p. 12-19.

Grabski-Kieron Ulrike et al., 2006, « Weiterentwicklung einer Politik für die ländlichen Räume. Stellungnahme des Beirats für Agrarpolitik des Bundesministeriums für Ernährung, Landwirtschaft und Verbraucherschutz », Berichte über Landwirtschaft, vol. 84, n° 3, p. 325-350.

Löb Stephan et Fürst Dietrich, 2004, « Schwachstellen und Perspektiven der institutionellen Kooperation in der Region Südostniedersachsen/Region Braunschweig », Integrative und sektorale Aspekte der Stadtregion als System, Dietmar Scholich éd., Francfort-sur-le-Main, Peter Lang GmbH Europäischer Verlag der Wissenschaften (Stadt und Region als Handlungsfeld ; 3), p. 219-244.

Marx Helmut, 2000, « Kultur und Regionalentwicklung im Landkreis Gotha », Kultur für die Region. Region für die Kultur, Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (Arbeitsmaterial der ARL ; 264), p. 50-53.

Meyer Konrad, 1964, Ordnung im ländlichen Raum, Stuttgart, Eugen Ulmer.

Quadflieg Friedrich, 1979, Recht der Flurbereinigung. Kommentar zum Flurbereinigungsgesetz mit weiteren Vorschriften zur ländlichen Bodenordnung (Loseblattsammlung), Stuttgart, Verlag W. Kohlhmmer.

Ritter Ernst-Hasso, 1998, « Stellenwert der Planung in Staat und Gesellschaft », Methoden und Instrumente räumlicher Planung. Handbuch, Ernst-Hasso Ritter et Klaus Wolf éd., Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung, p. 6-17.

Temlitz Klaus, 1986, « Emsland. Erschließung und Entwicklung. Vom “Rückstandsgebiet” zum modernen Land unserer Zeit », Erträge geographisch-landeskundlicher Forschung in Westfalen, Festschrift 50 Jahre Geographische Kommission für Westfalen, n° 42 de Westfälische Geographische Studien, p. 87-98.

Weigand Karl, 1970, Programm Nord. Wandel der Landschaft in Schleswig-Holstein, 2e édition augmentée, Kiel, Hirt.

Textes de lois

Baugesetzbuch (BauGB) in der Fassung der Bekanntmachung vom 23.9.2004 (BGBI. I., S. 2414), zuletzt geändert durch Art. 1 des Gesetzes vom 21.12.2006 (BGBI. I., S. 3316) [code de l’urbanisme, version du 23.09.2004, dernière modification concernant l’article 1 en date du 21.12.2006].

Gesetz über Naturschutz und Landschaftsplege (Bundesnaturschutzgesetz, BNatSchG) in der Neufassung vom 25.3.2002 (BGBI. I., S. 1193), zuletzt geändert durch Art. 3 des Gesetzes vom 10.5.2007 (BGBI. I., S. 666) [loi de protection de la nature et de gestion du paysage [loi fédérale de protection de la nature, nouvelle version du 25.03.2002, dernière modification concernant l’article 3 en date du 15.05.2007].

Flurbereinigungsgesetz (FlurbG) in der Fassung der Bekanntmachung vom 16. März 1976 (BGBl. I S. 546), zuletzt geändert durch Artikel 2 Abs. 23 des Gesetzes vom 12. August 2005 (BGBl. I S. 2354) [loi sur le remembrement, version du 16 mars 1976, dernière modification concernant le paragraphe 23 en date du 12 août 2005].

Notes

1 Le programme Emsland a été mis en œuvre à partir de 1950. C’était un programme de développement conduit conjointement par l’État fédéral, le Land de Basse-Saxe et un grand nombre de districts (Landkreise) de la Basse-Saxe occidentale (financement de 30 millions de Deutschemarks, soit environ 15,3 millions d’euros, comprenant des aides de l’État fédéral et, à partir de 1965, de la CEE). L’instance de coordination régionale était la société SARL Emsland, fondée en 1951. La situation initiale de la région était défavorable, en raison de la faiblesse des rendements agricoles, et des insuffisances du réseau de transport. Elle avait été encore aggravée par l’afflux des réfugiés au sortir de la guerre. Jusqu’en 1965, dans le cadre une planification d’ensemble pour la mise en valeur de l’Emsland, les mesures ont concerné non seulement l’amélioration des conditions de production agricole, mais aussi la modernisation des infrastructures ainsi que la création et le développement de petites et moyennes entreprises industrielles et artisanales, afin de diversifier l’économie rurale. À partir de 1965, dans un contexte d’évolution et de concentration des structures agricoles, l’idée d’un développement rural en dehors de l’agriculture devint de plus en plus légitime. C’est dans cette perspective que les communes furent associées dans la seconde partie du programme et jusqu’à son terme au début des années 1970, afin de promouvoir les interventions de type intersectoriel et les actions faisant appel aux nouvelles technologies (Temlitz 1986).

2 Le programme Nord a été mis en place en 1953 par le land de Schleswig-Holstein. Son objectif était de réduire le différentiel Sud/Nord au sein du land (financement de 22 millions de Deutschemarks, soit 11,2 millions d’euros, avec une participation financière de l’état fédéral et, à partir de 1965, de la CEE). Le programme se fondait dès le départ sur une démarche de planification intersectorielle. Ainsi, les plans relatifs à l’occupation des sols (pour améliorer les conditions de production dans l’agriculture) ont été immédiatement accompagnés d’un ensemble de mesures intercommunales, pour le développement des infrastructures et de l’économie comme pour l’amélioration de l’habitat rural. Il fut, après le programme Emsland, le deuxième programme de soutien à un espace rural en difficulté mis en place par la jeune République fédérale allemande (Weigand 1970).

3 Le terme allemand de Heimat se traduit souvent en français par « petite patrie » ; il désigne l’endroit d’où l’on vient et il a, dans les pays germaniques, une grande signification sociale et culturelle principalement en référence aux formes des paysages régionaux. (Note des éditeurs)

4 Voir la contribution de Franz Höchtl et Werner Konold dans cet ouvrage, p. 213-228.

5 Gemeinschaftsaufgabe für die Verbesserung der regionalen Wirtschaftsstruktur.

6 Voir dans cet ouvrage les contributions de Samuel Depraz (p. 71-90), de Christophe Quéva (p. 199-212) et de Peter Dehne (p. 247-264).

7 Voir les documents cartographiques de prospective de l’office fédéral de l’aménagement du territoire présentés dans la contribution de Winfried Schenk, p. 43-52.

8 Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung, ministère fédéral des Transports, de la Construction et des Affaires urbaines.

9 Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung, Office fédéral de la construction et de l’aménagement du territoire.

10 Par exemple, la diversification des sources de revenus dans l’agriculture.

11 Par exemple, la création d’entreprises.

12 Par exemple, la formation et le perfectionnement.

13 Par exemple, avec la promotion de l’internet à haut débit.

Table des illustrations

Légende Carte 1Les premiers programmes de développement régional en Allemagne du Norddans les années 1960. D’après Weigand 1970.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Diagramme 1. Principes du développement intégré en aménagement rural Source : Grabski-Kieron 2002, p. 245-251.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Carte 2Les pratiques du développement rural intégré. L’exemple du « projet de développement rural du Vechtetal » (Rhénanie-du-Nord-Westphalie)D’après Planinvent, « Integriertes Ländliches Entwicklungskonzept für die Stadt Horstmar und die Gemeinden Laer, Metelen, Neuenkirchen, Schöppingen und Wettringen », 2006, documents de travail non publiés.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

Auteur

Professeur de géographie à l’institut de Géographie, section aménagement régional et développement local, de l’Université Wilhelm de Westphalie, munster

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540