Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

3. Politiques publiques et changements fonctionnels

Introduction à la troisième partie

Karl Martin Born

Texte intégral

1Les cinq contributions de cette dernière partie interrogent les modes d’intervention des sphères publique et privée au sein des nouveaux dispositifs d’aménagement rural. Elles cherchent à cerner leurs principales caractéristiques et à éclairer la nature des mutations fonctionnelles que ces interventions s’emploient à initier ou à accompagner. Soulignons d’emblée que les politiques publiques d’intervention dans les espaces ruraux ont été affectées par la conjonction de changements de paradigmes multiples, à la suite de dynamiques pour partie autonomes. Les cinq auteurs mettent l’accent sur les interdépendances entre les différentes mutations à l’œuvre, tantôt successives, tantôt synchrones, mais construites les unes en fonctions des autres. Le changement de paradigme le plus important a redéfini les champs d’intervention des politiques publiques : il a mis un terme à l’approche sectorielle agricole classique, centrée sur l’amélioration des conditions de production, au profit d’une approche globale et intégrée prenant en charge la diversité économique et sociale des espaces ruraux. L’étude qu’en fait Ulrike Grabski-Kieron dans sa contribution introduit les analyses de Christophe Quéva sur le marketing régional et de Peter Dehne sur les stratégies de stabilisation socio-économique dans les espaces périphériques.

2On constate que les politiques territoriales de saupoudrage ont été remplacées par des dispositifs d’intervention à des niveaux très locaux au détriment du niveau régional, et que les soutiens financiers s’affranchissent des mailles territoriales classiques pour aller à des projets choisis avant tout pour leur cohérence thématique. Les programmes de conversion des bâtiments agricoles que décrit Stéphanie Arens sont exemplaires de ces procédures qui privilégient les projets locaux. L’intervention publique a changé de cible : de manière très significative, elle se détourne des grands projets monofonctionnels pour favoriser les projets de petite dimension, voués au développement de la multifonctionnalité rurale. Les démarches de soutien passent dès lors de modes d’intervention exogènes « par le haut » à un panachage de programmes et de dispositifs d’origine à la fois endogène et exogène. Elles ont d’ailleurs déjà fait la preuve de leur pertinence dans les espaces ruraux périphériques (Peter Dehne) et dans les régions en difficulté économique (Christophe Quéva).

3Cette dynamique d’ensemble s’accompagne en dernier lieu d’un changement de posture des pouvoirs publics : les espaces ruraux ne sont plus considérés comme de simples objets bénéficiant de l’aide de l’état en raison de leur situation de marge ou de périphérie mais comme des sujets autonomes et concurrents. Il n’est toutefois pas sûr que ce changement de perspective parte d’une évaluation raisonnée de l’efficacité des différents types de programmes ; il constitue sans doute davantage une manière pour les administrations centrales de minorer leur engagement dans un contexte de ressources publiques notoirement plus étriquées.

4Ce chapitre traite, en second lieu, du changement des fonctions socio-économiques des campagnes. Les dynamiques de reconversion des bâtiments agricoles à de nouvelles fonctions socio-économiques en constituent une première illustration patente (Stéphanie Arens). La somme des initiatives isolées modifie et renouvelle les fonctions du bâti rural dans son ensemble. Elle tend aussi à dissocier artificiellement les nouvelles fonctions rurales des formes du bâti, contribuant ainsi à une forme d’historicisation de ces dernières, figées par les prescriptions strictes des normes architecturales et des réglementations de la protection des monuments historiques.

5Le changement fonctionnel ne se limite pas à une question de physionomie et engage des enjeux symboliques que les spécialistes de préservation et de gestion paysagère (Landesplege*) s’attachent à prendre en compte. Franz Höchtl et Werner Konold décrivent leur démarche, qui conçoit les paysages hérités du passé (Kulturlandschaften) non pas uniquement dans leur dimension agraire et forestière mais aussi comme des lieux d’ancrage identitaire pour les sociétés locales. Le paysage y est pensé non plus comme un décor, mais comme un environnement doté de profondeur historique et chargé de sens.

6En contrepoint des contributions réunies dans ce chapitre, nous voudrions faire place aux effets pervers des changements de paradigme en cours. on voit en effet les disparités s’accroître entre des espaces « actifs », capables de se saisir des nouveaux outils de développement endogène pour faire leur transition vers des structures socio-économiques multifonctionnelles, et les espaces « passifs », handicapés faute de capital humain ou par un environnement physique difficile. Il manque à ces territoires une confiance suffisante en leurs potentiels propres et en leur capacité à les révéler et à les exploiter, pour pouvoir envisager une vision de l’itinéraire de développement à emprunter. Sans aller jusqu’à faire l’hypothèse d’une irréversibilité des évolutions qui mettrait tout au compte de la pesanteur des héritages, relevons que la mise en route de dynamiques positives dans des espaces ruraux marqués par de lourds déficits structurels ne saurait, dans de nombreux cas, se passer d’une impulsion externe. En outre, les disparités pourraient également s’accroître, à une échelle plus locale, au sein même de communes engagées dans une dynamique de développement endogène, en favorisant les groupes les plus dynamiques au détriment de « perdants » de la transformation. Le risque de voir des disparités sociales accompagner les nouvelles disparités spatiales n’est pas à écarter.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540