Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

2. Remodelage et mise en récit des campagnes : l'invention du patrimoine rural

« Sur les traces de Fontane » : la référence à Theodor Fontane et aux Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg, en Allemagne, au début des années 1990

Isabelle Solères

Texte intégral

  • 1 T. Fontane (1819-1898), Wanderungen durch die Mark Brandenburg, 1862.

1Entre 1859 et 1892, le journaliste et romancier brandebourgeois Theodor Fontane publia dans la rubrique « feuilleton » d’une quinzaine de périodiques plus de cent reportages relatant ses voyages de proximité dans les campagnes du Brandebourg. Entre 1862 et 1882, ces chroniques parurent sous forme de recueils, sous le titre générique de Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg1. Ces Pérégrinations demeurèrent l’œuvre la plus populaire de Fontane de son vivant, jusqu’à la parution du roman à grand succès Effi Briest, en 1895.

2En 1989, la chute du mur de Berlin redonna au Brandebourg une place importante dans la conscience collective Allemande : jusqu’alors quasiment inaccessible aux Allemands de l’ouest, le noyau historique de la Prusse pouvait être à nouveau visité par tous les Allemands, ils pouvaient à nouveau comparer les descriptions de Fontane aux campagnes modernes. Dès lors, les Pérégrinations connurent une véritable renaissance dans le grand public, du moins à Berlin et dans le Brandebourg, et le centième anniversaire de la mort de Fontane, en 1998, y fut célébré comme un événement d’importance nationale.

  • 2 M. Thuret, « Un promeneur dans le siècle », Theodor Fontane (1819-1898) : un promeneur dans le sièc (...)

3Depuis 1990, les Pérégrinations sont fréquemment utilisées, dans le Brandebourg, comme support à une identité collective qu’il s’agit de redéfinir, tandis que dans l’ensemble de l’Allemagne, le recours à Fontane « aide à la réconciliation de deux populations qu’opposent leur passé et bien des principes, mais qu’unit la vénération d’un auteur considéré à l’est comme un enfant du pays, à l’ouest comme un ancêtre de la nation d’aujourdhui2 ».

4L’ancrage des Pérégrinations dans le présent s’est du reste exprimé au fil des époques par d’innombrables récits de voyages « sur les traces de Fontane », publiés avant et après la réunification, auxquels s’ajoutent, depuis 1990, de très nombreux articles de presse qui prouvent à quel point le potentiel d’identification à cette œuvre est resté important.

  • 3 E. François et H. Schulze éd., Deutsche Erinnerungsorte, vol. 1, p. 17.

5Il s’agit ici de montrer, en premier lieu à partir d’articles parus entre 1990 et 1993 dans la presse majoritairement brandebourgeoise, mais aussi d’annonces d’expositions, de préfaces et postfaces de relations de voyages « sur les traces de Fontane » ainsi que de deux romans réinvestissant le personnage de Fontane, comment et dans quel but la catégorie « Fontane » a été mobilisée dans le cadre du renouvellement des fonctions socio-économiques affectées aux espaces ruraux, mais aussi dans le cadre plus vaste de l’intégration Allemande, dans les années qui suivirent immédiatement la réunification. Après une réflexion sur l’actualité de Fontane et sur sa valeur de lieu de mémoire, nous nous intéresserons aux usages touristiques et commerciaux de l’œuvre de Fontane, dans le cadre de la mise en patrimoine des paysages ruraux du Brandebourg, pour évoquer enfin le recours à Fontane comme « point […] cristallisant […] l’identité collective3 » et comme passerelle entre hier et aujourd’hui, mais aussi entre Est et Ouest.

Theodor Fontane, un « lieu de mémoire »

  • 4 « Voir M. Scheffel, « Wege der Fontane-Rezeption im geteilten und vereinten Deutschland 1945-1998 » (...)
  • 5 « Auf den Spuren Fontanes : der dichter erfreut sich in Brandenburg einer wachsenden Beliebtheit », (...)
  • 6 « Das unbekannte Land VII. Einsichten in die DDR », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 septembre 199 (...)
  • 7 «Die Fahrt nach Chorin », Der Tagesspiegel, Berlin(-ouest), 14 janvier 1992.
  • 8 « Auf den Spuren Fontanes », Reutlinger General-Anzeiger, 8 décembre 1990.

6Chercheurs et critiques littéraires se sont toujours référés à Fontane lorsqu’il s’agissait de se confronter aux aléas de l’histoire Allemande4, mais après la réunification, « l’écrivain a joui dans le Brandebourg d’une popularité croissante5 », comme le constatait un journaliste ouest-Allemand en décembre 1990. La chute du mur replaça en effet la ville de Berlin réunifiée (Großberlin) et le Brandebourg au centre de l’intérêt d’un public d’Allemands de l’ouest qui pouvaient désormais découvrir ou redécouvrir « le pays inconnu6 », comme y invite une série de reportages du quotidien ouest-Allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, fin 1990, et se rendre en « pèlerinage7 » sur les lieux jadis évoqués par l’écrivain. Ainsi, en décembre 1990, un reporter du Bade-Wurtemberg constate que, depuis la chute du mur, des « foules de touristes se promènent […] sur les traces du grand écrivain de la marche et redécouvrent aussi celles de ses œuvres dont l’action est localisée là8 ».

  • 9 « Übergänge. Bilder vom Zusammenleben. Die Heimat der Hardenbergs », Der Tagesspiegel, Berlin(-Oues (...)
  • 10 A. Klopfer, « Theodor Fontanes Berlin : ein literarischer Blick auf die preußisch/deutsche Hauptsta (...)
  • 11 Voir en bibliographie dans la section intitulée « Sur les traces de Fontane (articles de presse, 19 (...)

7Dès 1990, la presse Allemande s’est donc employée à collectionner les « images de la vie commune9 » centrées sur Fontane comme plus petit dénominateur commun : selon les articles, il s’agit tantôt de jeter « un coup d’œil littéraire sur la capitale prussienne/Allemande », « le Berlin de Theodor Fontane10 », comme le propose le quotidien de Berlin-ouest Tagesspiegel, en décembre 1990, tantôt de parcourir le Brandebourg « sur les traces de Fontane », comme une vingtaine d’articles de journaux, majoritairement brandebourgeois, invitent à le faire entre mi-1990 et fin 199311.

  • 12 F.-C. Delius, Die Birnen von Ribbeck, 1991. Les Poires de Ribbeck, 1994.
  • 13 M. Schefel, « Wege der Fontane-Rezeption im geteilten und vereinten Deutschland 1945-1998 », p. 189
  • 14 T. Fontane, « Herr von Ribbeck auf Ribbeck im Havelland », Zur guten Stunde, octobre, 1889. Le text (...)
  • 15 G. Grass, Ein weites Feld, 1995. Toute une histoire, 1997.
  • 16 G. Grass, Ein weites Feld, p. 55.

8Par ailleurs, deux grands auteurs ouest-Allemands, Günter Grass et Friedrich Christian Delius, ont rendu compte de l’importance attribuée à Fontane au cours du processus d’intégration Allemande dans des romans qualifiés à l’époque de romans de l’unification. Dans Les Poires de Ribbeck12, un récit qui « confirme le caractère presque “mythique” que le personnage de Fontane a pris entre-temps13 », Delius a illustré les répercussions de l’engouement pour Fontane en décrivant la conduite de touristes ouest-Allemands venus planter un poirier dans le village de Ribbeck, après la réunification, pour remettre à l’honneur le poème de Fontane intitulé « monsieur de Ribbeck à Ribbeck en Havelland »14 (voir le texte du poème ci-après). Grass a lui aussi utilisé la dimension particulière du personnage de Fontane, mais pour évoquer les événements de la réunification Allemande dans une fresque monumentale intitulée Toute une histoire15. Au centre du roman se trouve Theo Wuttke, dit Fonty, un citoyen de RDA, collaborateur aux « archives Theodor Fontane » de Potsdam. Cette réincarnation de l’écrivain permet le télescopage des époques (unification Allemande de 1871 et réunification de 1990) ainsi qu’une réflexion critique sur l’unité Allemande, car « [en] Allemagne, l’unité a toujours bousillé la démocratie16 », selon l’exclamation proférée par Fonty sur l’Alexanderplatz, en décembre 1989, sous les applaudissements de la foule. parallèlement à cette réflexion sur le sens de l’histoire Allemande, Grass brosse une biographie de « l’immortel » (der Unsterbliche), qualificatif par lequel est presque toujours désigné Fontane, et qui semble particulièrement adapté au vu de la prolifération des références à son œuvre après la réunification.

9Ce recours à Fontane n’a pas faibli par la suite, si l’on en croît l’essor des lectures publiques de ses œuvres, dans le Brandebourg et à Berlin, depuis le début des années 1990 : on recense une lecture publique en 1990, une dizaine en 1992 et une vingtaine en 2005. À ces lectures publiques s’ajoute le nombre également croissant d’adaptations scéniques d’œuvres de Fontane : si l’on dénombre moins de cinq adaptations en 1990 et 1991, elles sont neuf en 1992, année de création de la troupe de théâtre Fontane ensemble Berlin, et environ dix-huit en 2005. Il s’agit de mises en scène souvent inédites, majoritairement du roman Effi Briest. Ces pièces ont été jouées ou créées non seulement à Berlin et à Potsdam, mais aussi dans d’autres nouveaux länder (à Usedom et Anklam, à Magdebourg) ainsi que dans plusieurs länder d’Allemagne de l’ouest (à Karlsruhe, Metzingen, Heidelberg, Baden-Baden, à Francfort-sur-le-Main, à Wilhelmshaven ou encore à Hambourg).

  • 17 P. Nora éd., Les lieux de mémoire, vol. 1, La République, 1984, p. vii.
  • 18 E. François et H. Schulze éd., Deutsche Erinnerungsorte, vol. 1, 2001.
  • 19 E. Conze et T. Nicklas éd., Tage deutscher Geschichte. Von der Reformation bis zur Wiedervereinigun (...)
  • 20 E. François et H. Schulze éd., ouvr. cité, 2002, vol. 1, p. 17 et suiv.
  • 21 Voir G. Erler, « Theodor Fontane », p. 243-253. 22 23. 24 Voir la section de la bibliographie intit (...)

10Ces innombrables références à Fontane (dans la presse, la littérature et le monde du spectacle) montrent à quel point l’auteur a été identifié, en Allemagne, comme « lieu de mémoire » tel que le concept a tout d’abord été défini par Pierre Nora17, adapté ensuite au contexte Allemand par Etienne François et Hagen Schulze18, puis par Eckart Conze et Thomas Nicklas19. Dans leur introduction aux Lieux de mémoire Allemands, Etienne François et Hagen Schulze définissent les lieux de mémoire comme autant de « points cristallisant la mémoire et l’identité collective20 » depuis plusieurs générations, et dont la valeur symbolique a évolué selon la manière dont les époques successives les ont perçus et se les sont appropriés. À ce titre, Fontane est une illustration sous forme de poupée gigogne du concept de lieu de mémoire, puisqu’il est considéré aujourd’hui par les chercheurs comme un lieu de mémoire en Allemagne et figure à ce titre dans l’ouvrage collectif réalisé sous la direction d’Etienne François et de Hagen Schulze21, tandis que ses Pérégrinations, dans lesquelles il a recensé justement les lieux de mémoire prusso-brandebourgeois, sont elles-mêmes devenues un lieu de mémoire brandebourgeois, voire allemand.

11« L’avènement mondial de la mémoire22 » que nous expérimentons depuis une trentaine d’années, et dont découle le recours de plus en plus fréquent à Theodor Fontane, a deux causes principales selon Pierre Nora : la première est l’affirmation identitaire d’un nombre croissant de minorités, affirmation qui passe par la quête de leur passé ; la seconde est l’accélération de l’histoire, dont la chute du rideau de fer est l’une des manifestations récentes. Cette accélération de l’histoire a, selon Nora,

  • 23 Ibid.

redonné une légitimité à l’idée de la tradition. Non une tradition dont nous serions les héritiers et les continuateurs, mais une tradition dont nous serions en fait à jamais séparés, et devenue, de ce fait, précieuse, mystérieuse, douée d’un sens incertain qu’il nous appartenait de lui retrouver. La montée en flèche du culte du patrimoine […] n’a pas d’autre raison.23

  • 24 Voir la section de la bibliographie intitulée « Sur les traces de Theodor Fontane (romans, antholog (...)
  • 25 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire », 2002.
  • 26 F. Hartog, « Temps et histoire. “Comment écrire l’histoire de France” ? », 1996, p. 43, note 6.
  • 27 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire ».

12Les Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg de Theodor Fontane ont bénéficié de cette « montée en flèche du culte du patrimoine » et leur valeur de lieu de mémoire s’est exprimée dans la presse et par un renouveau des récits de voyages « sur les traces de Fontane ». Le genre existait déjà avant la réunification, mais le début des années 1990 fut marqué par une vague de nouvelles parutions24, bientôt suivies de rééditions. Avant 1990, ces relations de voyage constituaient un lien fragile entre passé et présent, Est et Ouest, une tentative de pallier l’accélération de l’histoire, c’est-à-dire, selon Pierre Nora, « le basculement accéléré de toute chose dans un passé qui s’éloigne de plus en plus vite25 ». Depuis 1990, rééditions et nouvelles parutions illustrent bien à quel point, « à certains moments clés, le passé […] [est] repris dans le présent, pour en faire un passé signifiant26 ». En outre, Fontane a fait, lui aussi, les frais de cette « montée en flèche de la courbe des commémorations » constatée récemment par Pierre Nora, et qui est selon lui l’expression première d’une « intensification rapide des usages du passé, usages politiques, usages touristiques, usages commerciaux », dans laquelle Nora voit le résultat d’un « profond changement du rapport traditionnel [entretenu] avec le passé »27.

13Partant de là, deux grandes catégories d’articles et d’ouvrages semblent se dégager, si l’on s’efforce de les différencier selon les usages du lieu de mémoire « Fontane ». D’une part, de nombreux articles rendent compte des usages touristiques et commerciaux qu’ont envisagés associations, offices du tourisme ou personnes privées à des fins de revalorisation du patrimoine brandebourgeois et donc d’aménagement et de développement local. D’autre part, bon nombre d’articles sont symptomatiques d’une quête identitaire des Brandebourgeois ou, inversement, d’une enquête sur l’identité du voisin est-allemand.

Theodor Fontane, un label se prêtant à divers usages touristiques et commerciaux

  • 28 « Mit Fontane den Tourismus im Oderland ankurbeln », Berliner Morgenpost, Berlin, 18 janvier 1992.
  • 29 « Auf Fontanes Spuren Land und Leute kennenlernen. “Sanfter Tourismus” als Einkommensalternative in (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 « Fontane-Landschaft den Bürgern erhalten », Brandenburgische Neueste Nachrichten, 21 février 1990.

14Tout d’abord, le label « Fontane » est souvent mobilisé comme moyen de revaloriser le patrimoine naturel et culturel brandebourgeois à des fins d’aménagement et de développement local. Ainsi que l’annonce le titre d’un article paru en janvier 1992 dans un quotidien de Berlin-ouest, il s’agit de « [r]elancer le tourisme […] grâce à Fontane28 » car « [l]’agriculture dans le land de Brandebourg est en piteux état29 ». Face à cette situation, le tourisme pourrait représenter un « revenu de substitution30 ». Comme moyen de promotion d’un tourisme respectueux de la nature et des habitants (sanfter Tourismus), un journaliste brandebourgeois rend compte, dès février 1990, d’un projet visant à la « popularisation de l’héritage littéraire de Fontane31 », et ce, par le biais d’une mise en valeur réfléchie des villages et des lieux typiques de la marche.

  • 32 « Auf Fontanes Spuren Land und Leute kennenlernen », Der Tagesspiegel, Berlin, 11 janvier 1992.
  • 33 Ibid.

15Selon un journaliste berlinois, un projet similaire est mis en œuvre par l’association Fontane (Fontane-Verein zur Förderung der Mark Brandenburg), créée en juin 1990 qui organisait des randonnées « sur les traces du poète de la marche » pour faire découvrir le pays « essentiellement aux Berlinois de l’ouest, qui sont restés si longtemps coupés de la région32 ». D’après l’auteur de l’article, l’objectif des organisateurs était triple : il s’agissait non seulement de faire découvrir « la culture et l’histoire », mais aussi « les problèmes actuels », notamment par le biais de visites d’exploitations agricoles, et de participer, par l’organisation de ces randonnées, à « l’entretien et à la promotion des espaces ruraux » pour « aider les communes et les districts à développer des projets touristiques adaptés aux sites et respectueux de l’environnement »33. À l’image de cette association Fontane, nombreux sont les offices de tourisme et les associations qui proposent, dès 1992, des randonnées cyclistes « sur les traces de Fontane ».

  • 34 « Ein bisschen Kultur. Der Adel will seine Güter in Ostdeutschland zurück, doch vor Ort regt sich W (...)

16Parallèlement, certains nobles, qui avaient dû abandonner leur propriété après guerre, sont rentrés au pays, bien décidés à obtenir la restitution de leurs biens et à les faire fructifier. C’est ainsi que Carl-Friedrich von Ribbeck, petit-fils des propriétaires du domaine de Ribbeck expulsés en 1947, annonça en 1991 sa décision de quitter Stuttgart dans le but de « transformer Ribbeck en “village de vacances” » et d’« exploiter le coup de pouce que Fontane a donné à la promotion commerciale du village »34.

  • 35 A. Kahrs, « Grete Mindens Verschwinden und Wiederkehr. Literatur und Tourismus in der Altmark », 19 (...)

17Ce recours à Fontane comme objet de marketing caractérise aussi une brochure publiée en 1993 à Bielefeld (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), et destinée à la promotion du tourisme dans la région de la Altmark, à l’ouest de l’Elbe, aujourd’hui en Saxe-Anhalt et au nord-est de la Basse-Saxe. Fontane n’a consacré aucune chronique des Pérégrinations à cette région, mais il a situé l’action de son roman Grete Minde (1880) à Tangermünde (Saxe-Anhalt) et dans le village de Arendsee. C’est donc à la relation entre tourisme et fiction littéraire que s’intéresse l’auteur d’une contribution intitulée « Disparition et retour de Grete Minde. Littérature et tourisme dans la Altmark35 ». Il commence par évoquer le succès de ce qu’il appelle les « guides touristiques littéraires » (touristische Reiseführer) avant de s’interroger sur le potentiel de « la Altmark en tant que région littéraire » et de faire des suggestions visant à « la mise en valeur des trésors littéraires » (p. 99) tels que le roman Grete Minde, tombé dans l’oubli aussi bien sous le IIIe Reich qu’en RDA, en raison de son potentiel subversif. parmi les projets exposés dans cette contribution se trouve celui d’un « prix Grete Minde » (Grete-Minde-Preis) que la ville de Tangermünde pourrait attribuer aux meilleures œuvres littéraires mettant en scène le personnage revisité de Grete Minde, ce qui permettrait à la région, selon l’auteur, de s’associer à la tradition des prix littéraires, fortement enracinée dans les anciens länder. À cela viendraient s’ajouter colloques, festivals et ateliers d’écriture ayant pour but non tant « la répétition permanente de standards culturels connus » que « l’actualisation, le remodelage de sujets anciens, leur réinterprétation ou leur remise en question » (p. 101).

18De même que dans les autres projets d’utilisation de Fontane à des fins de développement local précédemment évoqués, l’auteur propose donc ici une synthèse entre tradition et innovation qui, peut-être par hasard et malgré sa fonction éminemment touristique et commerciale, reste fidèle à la conception fontanéenne du devenir historique. Celui-ci est présenté, dans l’ensemble de l’œuvre de Fontane et notamment dans les Pérégrinations, comme une dynamique perpétuelle résultant de la tension productive entre tradition et renouveau. Cette volonté de synthèse entre tradition et innovation est réaffirmée à la fin de l’article, qui se termine par une citation des Pérégrinations visant à excuser, dans ce nouveau contexte, les insuffisances de la Altmark sur le plan touristique :

  • 36 T. Fontane, préface à la 2e édition du premier volume (1865), Wanderungen durch die Mark Brandenbur (...)

Quiconque vient à Küstrin et ne voit s’élever qu’un vieux château d’un jaune grisâtre, […] plutôt laid qu’inquiétant, le prendra pour un asile d’indigents et passera son chemin, indifférent ou même choqué dans son sens de l’esthétique ; quiconque sait, en revanche : « c’est ici que tomba la tête de Katte, c’est à cette fenêtre que se tenait le prince héritier », celui-là regardera d’un autre œil ce vieil édifice inélégant.36

19L’auteur de l’article établit alors un parallèle entre la Neumark, décrite ici par Fontane, et la Altmark, dont les châteaux ont été rasés ou sont tombés en ruine à l’époque de la RDA, puis il conclut par cette invitation :

  • 37 A. Kahrs, article cité, 1993, p. 103.

La Altmark, elle aussi […], devrait saisir l’opportunité et montrer au touriste intéressé quelle âme et quel fourmillement d’idées, quelle créativité et quelle vigueur formelle on peut trouver dans cette région ; il faudrait la présenter comme une portion de l’histoire de la littérature et de la culture Allemande dont le passé invite à la réflexion et à laquelle une époque sans frontières ouvre de nouvelles perspectives.37

Theodor Fontane, un « point […] cristallisant […] l’identité collective » une passerelle entre hier et aujourd’hui, entre Est et Ouest

  • 38 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire ».

20En dehors des articles annonçant maints usages touristiques et commerciaux de l’œuvre de Fontane, bon nombre d’articles sont symptomatiques d’une quête identitaire ou, inversement, d’une enquête sur l’identité du voisin, souvent accompagnée de la recherche de ce que Pierre Nora appelle « l’unité [perdue] du temps historique, la belle et simple linéarité, qui unissait au passé le présent et l’avenir38 ».

  • 39 M. Schefel, « Wege der Fontane-Rezeption… », p. 186.

21Pendant les années de partition de l’Allemagne, la référence à Fontane semble en effet avoir aidé à se rassurer quant à la pérennité d’une même identité nationale de part et d’autre de la frontière interallemande, l’œuvre de l’écrivain offrant à de nombreux Allemands « quelque chose comme une patrie imaginaire, sans rideau de fer, et par là même une passerelle entre Est et Ouest39 ». Après la chute du mur, la référence à Fontane et notamment aux Pérégrinations a servi, surtout dans le Brandebourg, de support à une identité collective qu’il s’agissait désormais de redéfinir.

  • 40 Voir la bibliographie, section « Sur les traces de Fontane (expositions, revues littéraires et autr (...)
  • 41 Introduction du catalogue de l’exposition.
  • 42 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire », introduction.
  • 43 F. Hartog, « Temps et histoire… », p. 47.

22À l’occasion de l’exposition Theodor Fontane – Région de la Marche et monde européen40, organisée à Bonn à l’automne 1993 par le ministère des Sciences, de la Recherche et de la Culture du Land de Brandebourg ainsi que par les archives Theodor Fontane de Potsdam, Hinrich Enderlein, alors ministre de la Recherche et de la Culture du Land de Brandebourg, a ainsi souligné sa volonté d’utiliser l’œuvre de Fontane au moment où il s’agissait « de trouver une nouvelle identité au land de Brandebourg et à ses citoyens, de déterminer sa place dans l’Allemagne unifiée et dans une Europe qui s’est étendue41 ». Le recours à Fontane, dans le cadre de cette quête d’identité, semble attester en premier lieu le besoin de renouer avec la tradition tout en allant de l’avant, à une époque où ce que Pierre Nora appelle « la “mémoire retrouvée” de l’Europe de l’est42 » est généralement mise à profit pour tenter de « rétablir une circulation entre le présent et le passé, mais aussi le futur43 », selon les mots de François Hartog.

  • 44 F. Liebke, « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Fotoimpressionen aus der Uckermarck », Märkische V (...)
  • 45 Ibid. ; citation tirée de T. Fontane, Der Stechlin, 1993, vol. 8, chap. 29, p. 278.

23Cet aspect est fort bien illustré par une série de reportages, publiés fin 1990 dans un quotidien brandebourgeois et intitulés « Sur les traces de Fontane à travers la Marche44 ». L’intention y est formulée ainsi : « nous voulons, chers lecteurs, nous mettre en route en votre compagnie dans les semaines à venir. Sur les traces de Fontane, notre chemin nous conduira à travers la Marche, notre Land de Brandebourg », dans le but de « saisir les beautés, les particularités et même les originalités de notre patrie brandebourgeoise » et « de découvrir ce qui caractérise aujourd’hui [cette région], conformément à la pensée de Fontane : “Nous devons aimer tout ce qui est ancien, pour autant que ce soit justifié, mais c’est bien pour ce qui est nouveau qu’il nous faut véritablement vivre” »45. Cette citation du Stechlin, le dernier roman de Fontane (1898), est du reste l’une des plus utilisées dans les articles de presse faisant référence à Fontane.

  • 46 « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Die Geschichte vom Ribbecker Birnbaum erhält neue Seiten », M (...)
  • 47 J. Wolf, Mit Fontane durch die Mark Brandenburg und den Harz, 1990, p. 204.
  • 48 Bekanntschaft mit der Mark Brandenburg : eine Landschaft von Herb-melancholischem Reiz », Hamburger (...)

24Dans le contexte de cette quête de l’identité brandebourgeoise, on est particulièrement frappé par le nombre de reportages effectués dans le village de Ribbeck. Fontane n’a centré aucune chronique des Pérégrinations sur ce village, mais « la ballade de Fontane consacrée à “Monsieur de Ribbeck à Ribbeck en Havelland” a fait connaître l’endroit bien au-delà des frontières de la Marche46 ». Jürgen Wolf, auteur d’un recueil de promenades Avec Fontane à travers la Marche de Brandebourg et le Harz (1990), souligne du reste que cette ballade, écrite en 1889, figurait jadis « dans presque tous les livres de lecture47 ». Également en 1990, un journaliste hambourgeois note lui aussi que « [l]es plus âgés parmi nos lecteurs se souviendront de l’époque où ils étaient écoliers et où le poème de Fontane […] était une lecture obligatoire48 ». Connu de tous les lecteurs Allemands d’un certain âge, à l’est comme à l’ouest, ce poème constitue donc une frêle passerelle entre hier et aujourd’hui, Est et Ouest.

  • 49 J. Seyppel, Die Streusandbüchse. Roman aus der Mark Brandenburg, 1990, p. 180.
  • 50 T. Fontane, « Wust », Havelland, GBA, vol. 3, p. 392.
  • 51 Ibid., p. 392.
  • 52 T. Fontane à Karl Zöllner, 18 septembre 1894, Briefe, 1998, vol. 4, p. 386.

25Les références fréquentes au village de Ribbeck dans la presse, après la réunification, s’expliquent donc en partie par la place de ce poème dans le patrimoine culturel Allemand, mais aussi par ce que le Berlinois Joachim Seyppel appelle « l’esprit du poème », c’est-à-dire « l’atmosphère, le léger humour, le scepticisme et la bonne humeur pleine d’un espoir inébranlable et dépourvue de tout pathos49 ». Dans cette évocation de « l’esprit du poème », on retrouve l’acquiescement à la vie qui sous-tend les Pérégrinations comme toute l’œuvre de Fontane, la préservant du pessimisme malgré l’omniprésence des « images de l’éphémère50 ». Ainsi, bien que dans cette ballade, comme dans les Pérégrinations, Fontane fasse ressortir le caractère destructeur de l’histoire, l’acquiescement enthousiaste à la vie s’exprime notamment par l’intermédiaire d’éléments symboliques tels que celui du cycle végétal. En effet, si Fontane désapprouvait toute rupture brutale de la « chaîne51 » du devenir, il affirmait éprouver, à la fin de sa vie, une véritable « haine pour toute manifestation séculaire qui se figure être éternelle52 ». Dans les reportages des Pérégrinations, comme plus tard dans Le Stechlin, le devenir est de ce fait souvent représenté comme la synthèse d’hier et d’aujourd’hui, de l’ancien et du nouveau.

26Il semblerait que ce soit cette conception dynamique du devenir historique, cette synthèse si profondément fontanéenne entre esprit critique et libéralité, tradition et ouverture, acceptation de la mort et promesse de renouveau, qui ait redonné, après la réunification, toute son actualité au poème consacré à monsieur de Ribbeck, mais aussi à l’œuvre de Fontane de manière générale. C’est du reste ce que souligne un journaliste de Berlin-Est en octobre 1990 :

  • 53 « Etwas Mumpitz gehört dazu : Fontane-Abend mit Mellies und Böwe in den Kammerspielen des Deutschen (...)

Fontane, démodé et éternellement moderne ; […] [u] n homme du passé plein d’avenir, surtout aujourd’hui ou rétrospective et bilan, modestie et envie de vivre sont si nécessaires aux Brandebourgeois, aux Allemands de l’est53

Conclusion

27Theodor Fontane, qui s’employa, dans ses Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg, à proposer de multiples usages du passé, aussi bien politiques que touristiques, ne pouvait qu’être particulièrement d’actualité après la chute du mur, en Allemagne et surtout dans le Brandebourg. Il occupe une place de choix dans la galerie des lieux de mémoire Allemands, et lui qui passa trente ans à collectionner les lieux de mémoire prusso-brandebourgeois, dans ses chroniques de voyage, cristallise au premier titre la mémoire collective brandebourgeoise. Cela ressort aussi bien des projets d’exploitation touristique et commerciale de son œuvre, sur les lieux qu’il décrivit jadis, que de la quête identitaire qui s’exprime dans de nombreux articles de journaux brandebourgeois au début des années 1990.

  • 54 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire ».
  • 55 Voir P. Nora, Les lieux de mémoire, 1. La République, p. xxxiii, à propos de l’historiographie, « d (...)

28Par ailleurs, à une époque où, pour reprendre encore une fois les mots de Pierre Nora, « [n]ous ne sommes plus de plain-pied avec [notre] passé54 », le recours à Fontane permet de rétablir un lien avec le passé historique mis à distance par l’accélération et les ruptures de l’histoire, mais aussi et peut-être surtout un lien avec l’avenir. De même que Fontane, dans ses Pérégrinations, a recours au passé historique prusso-brandebourgeois, non seulement pour transmettre à ses compatriotes la conscience de ce patrimoine et nourrir leur sentiment d’identité collective, mais aussi pour éclairer le présent et préparer l’avenir, les Allemands du Brandebourg se sont référés à Fontane, après la réunification, pour tenter de déchiffrer ce qu’ils étaient et ce qu’ils pourraient devenir à la lumière de ce qu’ils n’étaient plus55.

Herr von Ribbeck auf Ribbeck im Havelland

Herr von Ribbeck auf Ribbeck im Havelland,
Ein Birnbaum in seinem Garten stand,
Und kam die goldene Herbsteszeit
Und die Birnen leuchteten weit und breit,
Da stopfte, wenn’s Mittag vom Turme scholl,
Der von Ribbeck sich beide Taschen voll,
Und kam in Pantinen ein Junge daher,
So rief er : „Junge, wiste ne Beer ?“
Und kam ein Mädel, so rief er : „Lütt Dirn,
Kumm man röwer, ick hebb ne Birn.“

So ging es viel Jahre, bis lobesam
Der von Ribbeck auf Ribbeck zu sterben kam.
Er fühlte sein Ende. ‘ s war Herbsteszeit,
Wieder lachten die Birnen weit und breit ;
Da sagte von Ribbeck : „Ich scheide nun ab.
Legt mir eine Birne mit ins Grab.“

Und drei Tage darauf, aus dem Doppeldachhaus,
Trugen von Ribbeck sie hinaus,
Alle Bauern und Büdner mit Feiergesicht
Sagen „Jesus meine Zuversicht“,
Und die Kinder klagten, das Herze Schwer :
„He is dod nu. Wer giwt uns nu ne Beer ?“

So klagten die Kinder. Das war nicht recht –
Ach, sie kannten den alten Ribbeck schlecht ;
Der neue freilich, der knausert und spart,
Hält Park und Birnbaum strenge verwahrt.
Aber der alte, vorahnend schon
Und voll Misstrauen gegen den eigenen Sohn,
Der wusste genau, was damals er tat,
Als um eine Birne ins Grab er bat,
Und im dritten Jahr aus dem stillen Haus
Ein Birnbaumsprössling sprosst heraus.

Und die Jahre gehen wohl auf und ab,
Längst wölbt sich ein Birnbaum über dem Grab,
Und in der goldenen Herbsteszeit
Leuchtet’s wieder weit und breit.
Und kommt ein Jung übern Kirchhof her,
So lüstert’s im Baume : „Wiste ne Beer ?“
Und kommt ein Mädel, so lüstert’s : „Lütt Dirn,
Kumm man röwer, ick gew di ne Birn.“

So spendet Segen noch immer die Hand
Des von Ribbeck auf Ribbeck im Havelland.

Theodor Fontane (1889)

Monsieur de Ribbeck à Ribbeck en Havelland
Chez monsieur de Ribbeck à Ribbeck en Havelland,
Un poirier se dressait dans le jardin,
Et venait le temps doré de l’automne
Et brillaient les poires à la ronde,
Lorsque midi sonnait la cloche,
Monsieur de Ribbeck s’en remplissait les poches.
Quand arrivait en galoches un jeune garçon,
Il appelait : « mon garçon, veux-tu une poire ? »
Et arrivait une fillette, il appelait : « Demoiselle,
Viens par ici, je te donne une poire ».

De nombreuses années passèrent, jusqu’au jour où
Monsieur de Ribbeck dut mourir.
Il sentit venir sa in, c’était l’automne,
Et les poires riaient à nouveau à la ronde.
Monsieur de Ribbeck dit alors : « Je vais mourir maintenant,
Déposez une poire dans mon cercueil ! »

Et trois jours plus tard
Ils le portèrent vers sa dernière demeure.
Tous les paysans et ouvriers, aux mines circonstanciées,
Chantaient : « Jésus mon refuge ! »
Et les enfants se lamentaient, le cœur lourd :
« Il est mort maintenant, qui nous donnera une poire ? »

Ainsi se plaignaient les enfants : ce n’était pas juste.
Ah ! Ils ne connaissaient pas le vieux de Ribbeck.
Le nouveau, avare et économe,
Gardait le parc et le poirier sévèrement.
Mais l’ancien, prévoyant,
Plein de méfiance à l’égard de son fils,
Savait très bien ce qu’il faisait, à l’époque,
Lorsqu’il demanda que l’on déposât une poire
dans son cercueil.
Et la troisième année, un jeune poirier sortit du caveau.

Les années passent avec des hauts et des bas,
Il y a longtemps qu’un poirier se courbe sur la tombe,
Et au temps doré de l’automne
Les poires brillent de nouveau à la ronde.
Et traverse un jeune garçon le cimetière,
Une voix susurre dans l’arbre : « Veux-tu une poire ? »
Et vient une fillette, susurre la voix : « Demoiselle,
Viens par ici, je te donne une poire ! »

Ainsi donne toujours sa bénédiction la main bienveillante
De monsieur de Ribbeck à Ribbeck en Havelland.

d’après la traduction proposée en 2007 sur le site http://www.vonribbeck.de/​html/​ribbeck_international.html.

Bibliographie

Références bibliographiques

Theodor Fontane

Fontane Theodor, 1862, Wanderungen durch die Mark Brandenburg, Berlin, Wilhelm Hertz.

— 1994-1997, Wanderungen durch die Mark Brandenburg. Große Brandenburger Ausgabe, Gotthard erler éd., Berlin, Aufbau, vol. 1, Die Grafschaft Ruppin, 1997 ; vol. 2, Das Oderland, Barnim-Lebus, 1994 ; vol. 3, Havelland, die Landschaft um Spandau, Potsdam, Brandenburg, 1997 ; vol. 4, Spreeland, Beeskow-Storkow und Barnim-Teltow, 1997 ; vol. 5, Fünf Schlösser, Altes und Neues aus Mark Brandenburg, 1997 ; vol. 6, Dörfer und Flecken im Lande Ruppin, unbekannte und vergessene Geschichten aus der Mark Brandenburg, 1994 ; vol. 7, Das Ländchen Friesack und die Bredows , 1997 ; vol. 8, Personenregister, geographisches Register, 1997.

— 1993, Romane und Erzählungen in acht Bänden, peter Goldammer, Gotthard Erler, Anita Golz et Jürgen Jahn éd., Berlin, Aufbau, vol. 1, Vor dem Sturm, Roman aus dem Winter 1812 auf 13, t. 1 et 2 ; vol. 2, Vor dem Sturm, Roman aus dem Winter 1812 auf 13, t. 3 et 4 ; vol. 3, Grete Minde, L’Adultera, Ellernklipp, Schach von Wuthenow ; vol. 4, Graf Petöfy, Unterm Birnbaum, Cécile ; vol. 5, Irrungen – Wirrungen, Stine, Quitt ; vol. 6, Unwiederbringlich, Frau Jenny Treibel ; vol. 7, Effi Briest, Die Pogenpuhls, Mathilde Möhring ; vol. 8, Der Stechlin .

— 1998, Briefe, Otto Drude et Helmuth Nürnberger éd., Munich, Deutscher Taschenbuch (DtV) [Munich, Hanser, 1976], vol. 1, 1833-1860 ; vol. 2, 1860-1878 ; vol. 3, 1879-1889 ; vol. 4, 1890-1898 ; vol. 5/1, Register ; vol. 5/2, Kommentar.

Sur les traces de Fontane (romans, anthologies, relations de voyage)

Delius Friedrich Christian, 1991, Die Birnen von RibbeckErzählung, Reinbeck, Rowohlt.

— 1994, Les Poires de Ribbeck : récit, traduit de l’Allemand par Françoise Wuilmart, Bruxelles, Labor.

Fischer Hubertus, 1986, Gegen-Wanderungen. Streifzüge durch die Landschaften Fontanes, Francfort-sur-le-Main/Berlin, Ullstein.

Grass Günter, 1995, Ein weites Feld, Göttingen, Steidl.

— 1997, Toute une histoire, traduit de l’allemand par Claude Porcell et Bernard Lortholary, Paris, Seuil.

Heller Gisela, 1976, Märkischer Bilderbogen. Als Reporterin zwischen Spreewald und Stechlin, Berlin, Verlag der Nation.

— 1992, Unterwegs mit Fontane in Berlin und der Mark Brandenburg, Berlin, Nicolaische Verlagsbuchhandlung.

Kliem Peter G., 1986, Wanderungen durch die Mark Brandenburg mit Theodor Fontane und anderen Reisenden , Francfort-sur-le-Main, Ullstein.

Krockow Christian von, 1991, Fahrten durch die Mark Brandenburg. Wege in unsere Geschichte, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt.

Lentz Georg, 1992, Märkische Protokolle. Auf Fontanes Spuren zwischen Havel und Oder, Francfort-sur-le-Main/Berlin, Ullstein.

Seyppel Joachim, 1969, Ein Yankee in der Mark. Wanderungen nach Fontane, Berlin/Weimar, Aufbau.

— 1990, Die Streusandbüchse. Roman aus der Mark Brandenburg, Francfort-sur-le-Main, limes.

Wolff Jürgen, 1990, Mit Fontane durch die Mark Brandenburg und den Harz, Stuttgart, Klett.

Sur les traces de Fontane (expositions, revues littéraires et autres contributions)

Heller Gisela, 1988, « Entdeckungen mit Gisela oder – Der Wanderer durch die Mark Brandenburg », émission radiophonique, 5 juin 1988, Rundfunk der DDR (RDA).

Kahrs axel, 1993, « Grete Mindens Verschwinden und Wiederkehr/Literatur und Tourismus in der Altmark », Altmark 2000, vol. 2, Tips für die touristische Praxis, Fremdenverkehrsverband Altmark e. V. Et institut für Freizeitwissenschaft und Kulturarbeit e. V. éd., Bielefeld, IFKA, p. 88-106.

Ministerium für Wissenschaft, Forschung und Kultur ; der Bevollmächtigte des Landes Brandenburg für Bundesangelegenheiten und Europa, 1993, Theodor Fontane – Märkische Region & europäische Welt, catalogue de l’exposition Theodor Fontane – Région de la Marche et monde européen tenue à Bonn du 20 octobre au 16 novembre 1993 en collaboration avec les archives Theodor Fontane de Potsdam, Helmuth Nürnberger éd., Bonn, Ideal-Werbeagentur.

Schmidt Gudrun, 2000, « auf Fontanes Spuren. Zu Besuch in der Geburtsstadt des Dichters », Berliner Lesezeichen, n° 8, p. 119-121.

Siedler Wolf Jobst, 1988, « Wanderungen zwischen Oder und Nirgendwo. Das land der Vorfahren mit der Seele suchend », Fontanes Wanderungen durch die Mark Brandenburg, Michael Ruetz éd., Berlin, Hanser, p. 9-16.

Sur les traces de Fontane (articles de presse, 1990-1993)

Berliner Morgenpost, Berlin, « Mit dem Rad auf Fontanes Spuren durch die Mark », 30 mars 1991 ; « Mit Fontane den Tourismus im Oderland ankurbeln », 18 janvier 1992 ; « Kreis Beeskow. Wanderweg auf den Spuren Fontanes », 24 mars 1993.

Brandenburgische Neueste Nachrichten, « Fontane-Landschaft den Bürgern erhalten », 21 février 1990.

Frankfurter Allgemeine Zeitung, Francfort-sur-le-Main, « Das unbekannte Land VII. Einsichten in die DDR », 6 septembre 1990.

Goslarsche Zeitung, « Auf den Spuren Fontanes im Spreewald. Idylle und Gurken ringsum reichlich », 16 août 1993.

Hamburger Abendblatt, « Bekanntschaft mit der Mark Brandenburg : eine Landschaft von Herb-melancholischem Reiz », 21 janvier 1990.

Die Märkische – Wochenmagazin der Märkischen Allgemeinen, « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Hier lässt der Berliner seine Seele baumeln », 14 février 1992.

Märkische Volksstimme, « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Fotoimpressionen aus der Uckermarck von Bildreporter Frank Liebke », 20 juillet 1990 ; « Auf Fontanes Spuren durch die Mark : Rund um die verträumte Landschaft des Schwielowsee », 21 septembre 1990.

Märkische Woche, « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Vom Scharmützelsee bis zu den märkischen Weltwundern », 26 octobre 1990 ; « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Die Geschichte vom Ribbecker Birnbaum erhält neue Seiten », 1er février 1991 ; « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Venedig im Brandenburgischen », 19 avril 1991.

Der Morgen, Berlin(-Est), « Auf Fontanes Spuren durch die Mark », 20 février 1991 ; « Etwas Mumpitz gehört dazu : Fontane-Abend mit Mellies und Böwe in den Kammerspielen des Deutschen Theaters bot Anregendes und Zeitgemäßes », 26 octobre 1990.

Morgen-Magazin, Darmstadt, « Die durchwanderte Provinz : Wildheit und Behagen der Märker », 5-6 janvier 1991.

Neue Ruhr-Zeitung (NRZ), Essen, « Theaterfans auf den Spuren von Fontane », 2 avril 1991.

Neue Zeit, Berlin, « Per Rad auf den Spuren Fontanes », 29 février 1992.

Reutlinger General-Anzeiger, « Auf den Spuren Fontanes : der dichter erfreut sich in Brandenburg einer wachsenden Beliebtheit », 8 décembre 1990.

Der Spiegel, Hambourg, « Ein bisschen Kultur. Der Adel will seine Güter in Ostdeutschland zurück, doch vor Ort regt sich Widerstand », n° 18, 1992, p. 145 et suiv.

Der Tagesspiegel, Berlin(-Ouest), « Theodor Fontanes Berlin : ein literarischer Blick auf die preußisch/deutsche Hauptstadt », 25 décembre 1990 ; « Übergänge. Bilder vom Zusammenleben. Die Heimat der Hardenbergs », 20 avril 1991 ; « Auf Fontanes Spuren Land und Leute kennenlernen. “Sanfter Tourismus” als Einkommensalternative in der Mark », 11 janvier 1992 ; « Die Fahrt nach Chorin », 14 janvier 1992.

Waldeckische Landeszeitung, « Auf den Spuren Fontanes in Brandenburg und Berlin », 14 octobre 1993.

Mémoire, lieux de mémoire

Conze Eckart et Nicklas Thomas éd., 2004, Tage deutscher Geschichte. Von der Reformation bis zur Wiedervereinigung, Munich, Deutsche Verlags-Anstalt.

François Etienne et Schulze Hagen éd., 2001-2002, Deutsche Erinnerungsorte, 3 volumes, Munich, Beck.

Hartog François, 1996, « Temps et histoire. “Comment écrire l’histoire de France” ? », Lieux de mémoire/Erinnerungsorte. D’un modèle français à un projet Allemand, Etienne François éd., Berlin, Centre Marc Bloch, p. 29-53.

Nora Pierre éd., 1984-1992, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1. La République (1984) ; 2. La Nation (3 volumes, 1986) ; 3. Les France (3 volumes, 1992), Paris, Gallimard, 1997

Nora Pierre, 2002, « L’avènement mondial de la mémoire », Transit. Europäishe Revue, n° 22 [en ligne, URL : http://www.eurozine.com/articles/2002-04-19-Nora-fr.html]. Consulté en juin 2007.

Littérature critique sur Theodor Fontane

Burkhardt Albert, 1985, Auf Fontanes Spuren. Wanderungen in Oderland und Spreeland, 2e édition, Leipzig, Brockhaus.

— 1988, « Mit Theodor Fontane unterwegs », Fontane Blätter, n° 45, p. 93-98.

Erler Gotthard, 2001, « Theodor Fontane », Deutsche Erinnerungsorte, Etienne François et Hagen Schulze éd., vol. 1, Munich, Beck, p. 243-253.

Scheffel Michael, 2003, « Wege der Fontane-Rezeption im geteilten und vereinten Deutschland 1945-1998 », Theodor Fontane. Dichter der Deutschen Einheit, Bernd Heidenreich, Frank-Lothar Kroll éd., Berlin, BWV Berliner Wissenschafts-Verlag, p. 183-191

Thuret Marc éd., 1999, Theodor Fontane (1819-1898) : un promeneur dans le siècle, Asnières, Publications de l’Institut d’Allemand (Pia ; 26).

Notes

1 T. Fontane (1819-1898), Wanderungen durch die Mark Brandenburg, 1862.

2 M. Thuret, « Un promeneur dans le siècle », Theodor Fontane (1819-1898) : un promeneur dans le siècle, p. 28.

3 E. François et H. Schulze éd., Deutsche Erinnerungsorte, vol. 1, p. 17.

4 « Voir M. Scheffel, « Wege der Fontane-Rezeption im geteilten und vereinten Deutschland 1945-1998 », p. 183.

5 « Auf den Spuren Fontanes : der dichter erfreut sich in Brandenburg einer wachsenden Beliebtheit », Reutlinger General-Anzeiger, 8 décembre 1990.

6 « Das unbekannte Land VII. Einsichten in die DDR », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 septembre 1990.

7 «Die Fahrt nach Chorin », Der Tagesspiegel, Berlin(-ouest), 14 janvier 1992.

8 « Auf den Spuren Fontanes », Reutlinger General-Anzeiger, 8 décembre 1990.

9 « Übergänge. Bilder vom Zusammenleben. Die Heimat der Hardenbergs », Der Tagesspiegel, Berlin(-Ouest), 20 avril 1991.

10 A. Klopfer, « Theodor Fontanes Berlin : ein literarischer Blick auf die preußisch/deutsche Hauptstadt », Der Tagesspiegel, Berlin(-Ouest), 25 décembre 1990.

11 Voir en bibliographie dans la section intitulée « Sur les traces de Fontane (articles de presse, 1990-1993) », les articles dont le titre comporte l’expression auf Fontanes Spuren.

12 F.-C. Delius, Die Birnen von Ribbeck, 1991. Les Poires de Ribbeck, 1994.

13 M. Schefel, « Wege der Fontane-Rezeption im geteilten und vereinten Deutschland 1945-1998 », p. 189.

14 T. Fontane, « Herr von Ribbeck auf Ribbeck im Havelland », Zur guten Stunde, octobre, 1889. Le texte du poème se trouve en fin de contribution.

15 G. Grass, Ein weites Feld, 1995. Toute une histoire, 1997.

16 G. Grass, Ein weites Feld, p. 55.

17 P. Nora éd., Les lieux de mémoire, vol. 1, La République, 1984, p. vii.

18 E. François et H. Schulze éd., Deutsche Erinnerungsorte, vol. 1, 2001.

19 E. Conze et T. Nicklas éd., Tage deutscher Geschichte. Von der Reformation bis zur Wiedervereinigung, 2004.

20 E. François et H. Schulze éd., ouvr. cité, 2002, vol. 1, p. 17 et suiv.

21 Voir G. Erler, « Theodor Fontane », p. 243-253. 22 23. 24 Voir la section de la bibliographie intitulée « Sur les traces de Theodor Fontane (romans, anthologies, relations de voyage) ». 25 P. Nora, « l’avènement mondial de la mémoire », 2002. 26 F. Hartog, « temps et histoire. “Comment écrire l’histoire de France” ? », 1996, p. 43, note 6. 27 P. Nora, « l’avènement mondial de la mémoire ».

22 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire » [en ligne, URL : http://www.eurozine.com/articles/2002-04-19-Nora-fr.html].

23 Ibid.

24 Voir la section de la bibliographie intitulée « Sur les traces de Theodor Fontane (romans, anthologies, relations de voyage) ». 25 26 F. Hartog, « temps et histoire. “Comment écrire l’histoire de France” ? », 1996, p. 43, note 6. 27 P. Nora, « l’avènement mondial de la mémoire ».

25 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire », 2002.

26 F. Hartog, « Temps et histoire. “Comment écrire l’histoire de France” ? », 1996, p. 43, note 6.

27 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire ».

28 « Mit Fontane den Tourismus im Oderland ankurbeln », Berliner Morgenpost, Berlin, 18 janvier 1992.

29 « Auf Fontanes Spuren Land und Leute kennenlernen. “Sanfter Tourismus” als Einkommensalternative in der Mark », Der Tagesspiegel, Berlin, 11 janvier 1992.

30 Ibid.

31 « Fontane-Landschaft den Bürgern erhalten », Brandenburgische Neueste Nachrichten, 21 février 1990.

32 « Auf Fontanes Spuren Land und Leute kennenlernen », Der Tagesspiegel, Berlin, 11 janvier 1992.

33 Ibid.

34 « Ein bisschen Kultur. Der Adel will seine Güter in Ostdeutschland zurück, doch vor Ort regt sich Widerstand », Der Spiegel, n° 18, 1992, p. 145.

35 A. Kahrs, « Grete Mindens Verschwinden und Wiederkehr. Literatur und Tourismus in der Altmark », 1993, p. 88-106.

36 T. Fontane, préface à la 2e édition du premier volume (1865), Wanderungen durch die Mark Brandenburg. Große Brandenburger Ausgabe (GBA), vol. 1, 1997, p. 5.

37 A. Kahrs, article cité, 1993, p. 103.

38 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire ».

39 M. Schefel, « Wege der Fontane-Rezeption… », p. 186.

40 Voir la bibliographie, section « Sur les traces de Fontane (expositions, revues littéraires et autres contributions) ».

41 Introduction du catalogue de l’exposition.

42 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire », introduction.

43 F. Hartog, « Temps et histoire… », p. 47.

44 F. Liebke, « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Fotoimpressionen aus der Uckermarck », Märkische Volksstimme, 20 juillet 1990.

45 Ibid. ; citation tirée de T. Fontane, Der Stechlin, 1993, vol. 8, chap. 29, p. 278.

46 « Auf Fontanes Spuren durch die Mark. Die Geschichte vom Ribbecker Birnbaum erhält neue Seiten », Märkische Woche, 1er février 1991.

47 J. Wolf, Mit Fontane durch die Mark Brandenburg und den Harz, 1990, p. 204.

48 Bekanntschaft mit der Mark Brandenburg : eine Landschaft von Herb-melancholischem Reiz », Hamburger Abendblatt, 21 janvier 1990.

49 J. Seyppel, Die Streusandbüchse. Roman aus der Mark Brandenburg, 1990, p. 180.

50 T. Fontane, « Wust », Havelland, GBA, vol. 3, p. 392.

51 Ibid., p. 392.

52 T. Fontane à Karl Zöllner, 18 septembre 1894, Briefe, 1998, vol. 4, p. 386.

53 « Etwas Mumpitz gehört dazu : Fontane-Abend mit Mellies und Böwe in den Kammerspielen des Deutschen Theaters bot Anregendes und Zeitgemäßes », Der Morgen, Berlin(-Est), 26 octobre 1990.

54 P. Nora, « L’avènement mondial de la mémoire ».

55 Voir P. Nora, Les lieux de mémoire, 1. La République, p. xxxiii, à propos de l’historiographie, « déchiffrement de ce que nous sommes à la lumière de ce que nous ne sommes plus ».

Auteur

Maître de conférences en études germaniques et membre du laboratoire « mémoire, identité et marginalité dans le monde occidental » (MIMMOC, EA 3812) à l’Université de Poitiers

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540