Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

2. Remodelage et mise en récit des campagnes : l'invention du patrimoine rural

Un prince jardinier du xixe siècle pour un espace sinistré en chantier : le prince Pückler, nouvelle figure tutélaire de la Lusace ?

Catherine Robert

Texte intégral

1L’effondrement du bloc de l’est et la réunification allemande ont contraint la Lusace, la Basse-Lusace notamment, « à cheval » sur le land de Brandebourg et sur celui de la Saxe à une remise en question radicale, à une redéfinition et une réinvention de son identité paysagère et économique dans un espace profondément bouleversé. Zone isolée à la frontière avec l’«  état frère » polonais ou strictement vouée à l’exploitation à ciel ouvert du lignite à partir des années 1930 et notamment pendant la phase d’existence de la RDA, progressivement désertée après 1990, elle occupe dans la carte mentale de la nation réunifiée une place très négative et risque, malgré le discours sur sa nouvelle vocation apparente de « passerelle » au cœur d’une Europe en recomposition, de continuer à être perçue comme une périphérie sinistrée en déshérence, comme un espace et un paysage morts.

Le projet : Le prince Pückler, figure tutélaire d’un Kulturlandschaft en voie de recomposition

  • 1 Stiftung Fürst-Pückler-Park Bad Muskau, Fürst Pückler. Parkomanie in Muskau und Branitz : ein Führe (...)

2Dans ce contexte un projet réconciliateur très important visant à transformer la structure économique en faisant surgir un nouveau paysage au potentiel touristique a vu le jour. Le prince Pückler, ce prince paysagiste romanesque célèbre pour son goût pour l’excentricité qui, marqué par sa découverte des jardins anglais, est à l’origine entre 1815 et 1867 des parcs de Bad Muskau et de Branitz1 en deviendra la véritable figure tutélaire.

3Dès 1989-1990 le nom du prince Pückler est associé à un projet circonscrit et fortement symbolique : il s’agit de faire renaître le jardin paysager qu’il avait aménagé au début du XIXe siècle, le Muskauer park, coupé en deux par le tracé de la frontière entre Allemagne et Pologne en 1945. Le Muskauer Park/Park Mużakowski s’étend aujourd’hui de part et d’autre de la frontière germano-polonaise et a été réaménagé par des paysagistes des deux rives de la Neisse. Il est désormais une passerelle de verdure jetée entre l’Allemagne et la Pologne, le lieu symbolique de la réconciliation et a été déclaré patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco (carte 1).

4Le parc devient par ailleurs le premier maillon d’un projet beaucoup plus vaste : la réinvention d’un paysage post-industriel au cœur d’une Europe en recomposition. De 2000 à 2010, l’internationale Bauausstellung (IBA), cette vaste exposition définie comme le « plus grand chantier paysager » d’Europe, transforme une partie de la Lusace, de la Basse-Lusace notamment, en laboratoire des possibles. Elle veut, par une série de vingt-quatre projets ponctuels mais reliés entre eux, faire la démonstration que le paysage réinventé peut devenir l’instrument de la restructuration économique de la région, que les mines à ciel ouvert, les trous creusés par les excavateurs peuvent être remplacés par des lacs artificiels sans gommer complètement les traces de l’histoire de la région désormais rebaptisée Fürst-Pückler-Land. Le prince Pückler dont le nom, jamais véritablement oublié, est de plus en plus connu et associé à la Lusace depuis la renaissance du parc germano-polonais devient un nouveau marqueur d’identité, d’une identité utopique.

  • 2 Le terme répété à l’envi de Kulturlandschaft, « paysage culturel », est certes un signe de l’intérê (...)

5L’objectif de cette contribution n’est pas d’analyser le travail de la IBA mais de montrer comment le prince Pückler est en passe de devenir la figure tutélaire esthétique, le véritable logo, la marque déposée d’un Kulturlandschaft*, d’un « paysage culturel2 » peu à peu épuré.

Carte 1
Le projet de parc paysager Fürst-Pückler-Land en Lusace

À l’origine : le Muskauer Park/Park Mużakowski, locus amoenus de la réconciliation germano-polonaise

  • 3 La « ligne » ne sera reconnue comme frontière qu’en décembre 1970 par la RFA. La RDA reconnaît la f (...)

6À partir de 1815, Bad Muskau fut aménagé en parc paysager par Hermann Pückler qui s’inspire du maître anglais Humphrey Repton. Le parc, dont une boucle de la Neisse constitue un axe majeur, devient rapidement un modèle de parc anglais au cœur du continent européen, mais endetté le prince doit le vendre et il se replie au château de Branitz près de Cottbus en 1845. Quasiment laissés à l’abandon pendant un siècle, les 830 hectares du parc se muent en paysage de guerre à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La propriété devient zone stratégique, le parc est coupé en deux par la ligne de front pendant huit semaines au printemps 1945, et lorsque l’opération Berlin est déclenchée le 16 avril, les troupes soviétiques franchissent la Neisse à Bad Muskau. Le parc fortement endommagé devient alors un paysage de ruines, la terre retournée et crevassée par les obus est jonchée d’arbres brûlés. Avec les accords de Potsdam du 2 août 1945, la ligne de front devient frontière3, la déchirure s’immobilise au cœur même du parc.

  • 4 Le même phénomène peut être observé dans le parc de Babelsberg à Berlin, auquel Pückler a aussi con (...)
  • 5 K. Kurland, Der Muskauer Park : seine Geschichte und künstlerische Bedeutung, 1975, p. 37. La revue (...)
  • 6 Le 21 juin 1990, Helmut Kohl définissait ainsi la frontière germano-polonaise : « le peuple alleman (...)
  • 7 L’Allemagne et la Pologne profitent en fait d’une possibilité que l’Unesco pensait à l’origine offr (...)

7La partie polonaise transformée en réserve naturelle est laissée à l’abandon, la broussaille envahit les perspectives, elle verrouille le paysage, un mur de végétation désordonnée, une véritable frontière de végétation se constitue4. Si dès les années 1970 une coopération entre paysagistes est-allemands et polonais est envisagée5, c’est le bouleversement géopolitique que représentent l’effondrement du bloc de l’Est, la réunification de l’Allemagne et la recomposition de l’Europe qui donne bien sûr une très forte portée symbolique et médiatique à la décision évoquée dès novembre 1990 par les ministres des affaires étrangères en marge de la signature du traité frontalier : restaurer conjointement le parc. L’impasse au cœur de l’Europe doit désormais devenir passerelle, le parc de Pückler donne l’occasion de le manifester de façon tangible, le travail des paysagistes et des historiens d’art revêt un véritable caractère politique – faire renaître le parc en esthétisant, en gommant la frontière, en la « verdissant »6. Il s’agit de valoriser un héritage présenté comme commun, un lieu de mémoire esthétisé ; le parc devient le cadre dans lequel est mise en scène la réconciliation germano-polonaise. La réalisation binationale, le locus amoenus partagé, sont classés au patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 20047, dès lors ce véritable produit géopolitique est fortement médiatisé.

8C’est un paysage esthétisé et devenu anhistorique qu’allemands et polonais sont invités à s’approprier, dont le personnage romanesque et original qu’est Pückler est devenu la figure tutélaire originale, brillante et consensuelle, facilement acceptée du côté polonais. En effet, le parc est dorénavant aussi une sorte de construction « géo-romanesque » ; le prince est au moins aussi important que le parc lui-même. Ses nombreux voyages en Europe et en Orient – lors du voyage en Orient il achète une jeune Abysinienne, Machbuba, au marché aux esclaves de Karthoum et fait scandale en apparaissant publiquement avec elle à diverses cours européennes –, sa correspondance, ses visites à Goethe ou à Napoléon III (en 1853, il projette avec lui des travaux au bois de Boulogne) en font un personnage haut en couleurs.

  • 8 La revue populaire saxonne SUPERillu classe le Muskauer Park parmi les 100 attractions à voir absol (...)

9À la librairie du parc de Bad Muskau on peut faire l’acquisition de diverses biographies vulgarisées de Pückler, on peut surtout lire les panneaux qui invitent à se lancer sur ses traces dans la région dont Bad Muskau n’est que l’extrémité orientale. Pourtant les photographies de paysages lunaires, de cratères stériles, vestiges de l’âge glorieux du lignite, zones de non-être en attente d’être réinventées, sont en décalage absolu avec le paysage verdoyant, esthétisé, du parc que le visiteur vient de parcourir. Mais en regagnant Cottbus, Dresde ou Berlin il est incité à découvrir dans une sorte de jeu de piste pédagogique les projets présentés par la IBA dans cette partie de la Lusace rebaptisée Fürst-Pückler-Land. Le parc idyllique8, îlot de nature domestiquée en dehors du temps et de l’histoire, n’est que le point de départ d’une exploration qui présente a priori moins d’attrait pour le touriste, celle des traces du passé récent.

La Basse-Lusace vue par la IBA : paysage culturel façonné par Pückler, archive industrielle et paysage à réinventer

  • 9 Voir http://www.http://iba-see.de.
  • 10 En 2006, était retenu le thème du paysage de ville-frontière, à Guben/Gubin notamment, en 2007 celu (...)
  • 11 Interreg III B – Projekt REKULA, Restrukturierung von Kulturlandschaften.

10Dans un espace précis, entre Plessa, Hoyersweda, Bad Muskau, Guben/Gubin et Luckau (carte 1), l’espace rebaptisé Fürst-Pückler-Land, il s’agit pour la IBA d’accompagner le changement structurel, de proposer d’inventer un avenir tout en conservant certaines traces du passé industriel9. Le nouveau paysage de la Basse-Lusace doit être à la fois un paysage-archive et, en pointillé, un réseau d’îlots de paysages (Landschaftsinseln) novateurs, différents entre eux et qui reflètent les nouveaux enjeux socio-économiques, écologiques, patrimoniaux et touristiques. Il s’inscrit en cela dans la continuité de la IBA organisée de 1989 à 1999 dans le parc de l’Emscher dans la Ruhr, mais au tournant du XXIe siècle une translation est cette fois opérée de la frontière occidentale à la frontière orientale de l’Allemagne. Dans cette région dépeuplée depuis la réunification ces enjeux sont vitaux : le risque est que cette zone intermédiaire, zone de l’entre-deux, entre deux états, ne devienne tout simplement une zone grise, un point mort. Elle doit selon les initiateurs de la IBA bien au contraire devenir un trait d’union. Afin que le paysage obtienne la réparation (Wiedergutmachung) qui lui est due, la « crêpe plate » (der platte Pfannkuchen) que constitue selon l’expression consacrée par Pückler la Basse-Lusace doit être mise en mouvement, animée, transformée par l’imagination. Sa nouvelle identité oscillera entre deux pôles : le Kulturlandschaft orchestré par Pückler (Muskau, Branitz) et le paysage postindustriel à vocation touristique (lacs artificiels à la place des carrières creusées par les excavatrices, patrimoine industriel). Différents thèmes sont soumis à la réflexion des visiteurs chaque année10. Le réaménagement de l’espace s’inscrit en outre au sein d’un projet porté par l’Union européenne, celui de la restructuration des « paysages culturels »11. Le Fürst-Pückler-Land se définit donc aussi comme un laboratoire paysager à vocation européenne, une passerelle au cœur de l’Europe en recomposition.

Une « oasis dans le désert » : le Branitz de Pückler, une utopie dont s’inspirer au XXIe siècle

  • 12 Fürst von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsmalerei, verbunden mit der Beschreibung ihrer (...)

11Dans le projet de recomposition du paysage de la Basse-Lusace, Branitz occupe une place particulière. Si Pückler a choisi Bad Muskau parce qu’il croit repérer en Haute-Lusace, et à Bad Muskau tout particulièrement, le cadre idéal d’un paysage vallonné et verdoyant orchestré par la Neisse, l’un de « ces paysages si pittoresques qu’ils sont eux-mêmes des créations artistiques », « des œuvres d’art tout simplement encadrées par l’horizon », comme il l’écrit dans son ouvrage le plus important Andeutungen über Landschaftsmalerei12, Branitz, la propriété familiale où il doit se retirer en 1846 après sa faillite et la vente de Bad Muskau, ne l’a jamais attiré. Selon lui c’est sa « mauvaise étoile » qui, après lui avoir fait traverser les paysages enchanteurs de l’Italie, de la Suisse ou de la Silésie, le ramène en Basse-Lusace. Néanmoins à 60 ans (il est né en 1785) et alors que ses moyens financiers sont extrêmement réduits, il se lance à nouveau dans un gigantesque projet : aménager Branitz en parc paysager. En 1847 Gottfried Semper, qu’il a fait venir pour le conseiller, est effrayé par ce qu’il nomme la « folie de vieillesse » de Pückler : c’est-à-dire l’idée qu’un désert de sable puisse être transformé en parc. Alors qu’à Muskau la nature, la topographie de la vallée de la Neisse dictaient l’aménagement du lieu, à Branitz le cadre doit être complètement inventé. D’un paysage sans relief avec peu d’arbres, d’un paysage peu attirant, quasi vide où il doit se battre contre des périodes de sécheresse mais aussi contre les inondations ou les tempêtes, Pückler veut faire une « oasis dans le désert » (eine Oase in der Sandwüste), un paysage varié qui reflète son goût propre, mette en scène des tableaux paysagers (Landschaftsbilder) comme autant d’étapes de sa vie, de ses voyages. Il applique à la propriété de Branitz la théorie du zonage de Humphrey Repton selon laquelle plus on se rapproche du château, plus le paysage doit être travaillé, « artificiel ». Il distingue donc le parc intérieur très travaillé et le parc extérieur, le lien entre le parc paysager et le paysage agricole, respectant ainsi l’intérêt économique de son environnement. Il fait creuser des lacs, la terre extraite permet de modeler des collines artificielles, Pückler peut ainsi dessiner les perspectives qu’il souhaite. Signe de prestige et curiosité certaine en Basse-Lusace, il fait cultiver l’ananas dans son Ananashaus… marqué par l’orientalisme (il accueille ses invités habillé à la mode orientale), il fait construire deux pyramides de terre recouvertes d’herbe, l’une des deux – le tumulus – est dressée au milieu d’un lac, il l’a pensée comme un Memento mori, elle deviendra son tombeau.

Illustration 1. Maisons sur pilotis de Geiserswald (Projet n° 11 de la IBA Fürst-Pückler-Land)
Source : Internationale Baustellung Fürst-Pückler-Land 2000-2010, Die Projekte im überblick, janvier 2008, www.Iba-see2010.de.

12Branitz, sorte de point d’orgue à la in d’une phase de l’histoire du jardin paysager en Allemagne, recueille l’admiration de ses contemporains, et Pückler y reçoit notamment Guillaume Ier en 1862. À l’époque de la RDA, le parc extérieur devient une coopérative de production agricole (landwirtschaftliche Produktionsgenossenschaft, LPG), puis en grande partie une exploitation de lignite à ciel ouvert. Une fondation vouée à la restauration du parc naît en 1995, elle est rattachée à la ville de Cottbus et financée notamment par le land du Brandebourg et l’état fédéral. La IBA invite aujourd’hui à prendre modèle sur Pückler, à transformer une contrainte historique, économique – la désindustrialisation – en potentiel créatif. Pour créer de l’utopie, transformer les paysages gris et brunâtres du lignite en zone touristique verdoyante ponctuée de lacs, il convient de s’appuyer sur le « prince vert », le nom der grüne Fürst est d’ailleurs désormais consacré par les brochures touristiques (illustration 1).

Un prince jardinier mythique pour revaloriser le patrimoine : le « label Pückler »

13Pückler a été choisi comme figure tutélaire pour son inventivité, son goût pour l’excentricité et l’utopie, même si sa vie n’est pas véritablement associée à la Lusace. Il passe de nombreuses années à voyager puis s’invente un univers à Bad Muskau et Branitz. Aujourd’hui le contraste entre l’esthétique des deux parcs paysagers et les paysages industriels en cours de réaménagement est patent. Pourtant on peut observer comment le prince jardinier devient le vecteur identitaire de l’ensemble de la région inventée et baptisée Fürst-Pückler-Land. Le décalage entre la représentation mentale que produit, pour quiconque ne connaît pas cette partie de la Lusace, l’évocation de ce Fürst-Pückler-Land (le XIXe siècle romantique, un paysage verdoyant et domestiqué et même une association populaire, voire kitsch, la Fürst Pückler Eis, la crème glacée du prince Pückler…) et la réalité des cicatrices industrielles est criant. La création d’une sorte de figure mythique, d’un genius loci excentrique mais aujourd’hui consensuel, permet paradoxalement d’inciter à visiter le patrimoine industriel entre les deux pôles « rassurants » – puisque Muskau et Branitz sont aujourd’hui perçus comme un patrimoine esthétique incontesté –, à découvrir cet autre espace spontanément associé à la laideur, à la crise, au chômage…

14Cette nouvelle représentation et cette nouvelle carte mentale peuvent être mises à l’épreuve de la réalité, peuvent être expérimentées grâce au Fürst-Pückler-Radweg, ce parcours à travers le Fürst-Pückler-Land conçu pour les cyclistes et par lequel ils s’approprient, de manière écologique et à un rythme volontairement ralenti, le nouveau paysage qui naît sous leurs yeux. Le parcours déroule aussi en pointillé un espace frontalier en recomposition, fait ressurgir une zone menacée de devenir un angle mort. Le tracé (Die Lausitz neu erfahren, 500 kilomètres) est soigneusement étudié : le périple commence à Branitz, à la fin de la première journée et après avoir traversé une zone marquée par l’exploitation des mines à ciel ouvert on atteint Bad Muskau13. Le visiteur peut même, ici, choisir d’effectuer ce « trajet historique » en calèche comme à l’époque de Pückler. Le descriptif qui accompagne la carte et l’itinéraire invitent ensuite au fil des étapes à s’intéresser aussi bien à la nature, aux espèces d’oiseaux préservées qu’aux signes de la présence des Sorabes14 (plaques à l’entrée des villes en deux langues…), aux conséquences pour le paysage et pour le tissu rural de l’exploitation du lignite (en approchant du centre de l’exposition de la IBA le cycliste découvre des villages à l’abandon) ou aux difficultés de restructuration qui affectent Cottbus.

  • 15 La brochure destinée aux cyclistes souligne, qu’à la fin du périple et après avoir affronté les pay (...)
  • 16 Le réaménagement du parc de Branitz est aussi contesté. A. Klausmeier, Kulturlandschaft Fürst-Pückl (...)

15La piste cyclable met en quelque sorte en réseau les différents projets exposés par la IBA à Großrächen, autour de Cottbus, de Senftenberg, etc., des centres qui, sans cette dynamique d’ensemble, ne présenteraient pas d’intérêt touristique et ne laisseraient probablement souvent apparaître que leurs manques, leurs failles. Grâce aux centres d’exposition et au Fürst-Pückler-Fahrradweg, s’opère le maillage d’une région qui inclut aussi en pointillé la frontière, à Bad Muskau/Lekniza et Guben/Gubin. Il s’agit par cette dynamique de créer un ensemble touristique : dans cet ensemble à naître, dans cet ensemble en mouvement, Muskau et Branitz sont les « paysages culturels » marqués par Pückler (Pücklers Kulturlandschaften), des points stables, des paysages perçus comme définitifs15. Mais ils ne sont pas des espaces clos sur eux-mêmes pour autant : Branitz ouvre directement sur une partie de Cottbus qui se recompose difficilement16.

16Que peuvent avoir en commun Bad Muskau, Branitz et les paysages postindustriels, aujourd’hui paysages fossiles qui les entourent ? Le prince jardinier est devenu la véritable figure totémique sur laquelle la région s’appuie pour revaloriser son patrimoine. Il est devenu le logo et en quelque sorte le label de la qualité imaginative d’un espace et d’un paysage en quête d’une identité transformée. Mais l’invocation de Pückler suit-elle à produire un « paysage culturel » ? La IBA donne l’occasion d’interroger en Basse-Lusace le concept même de « paysage culturel ». Le terme Kulturlandschaft est dans la région toujours appliqué spécifiquement à Muskau et Branitz ; en quittant les parcs on quitterait donc d’une certaine façon le « paysage culturel » pour entrer dans une zone dont l’identité, du moins touristique, reste à produire à partir du référent idéel et idéalisé qu’est Pückler. Le nouveau Kulturlandschaft intégrerait en quelque sorte d’une part l’héritage de paysages modelés, au seuil de l’industrialisation, par le goût de l’aristocratie, de l’autre des traces industrielles du XXe siècle. Il est par ailleurs répété inlassablement que les défis socio-économiques contemporains doivent être pris en compte, qu’il ne s’agit pas de produire un « paysage culturel » à vocation uniquement touristique.

Grass contre Pückler

  • 17 Aujourd’hui Altdöbern restaure son château du XVIIIe siècle.
  • 18 Le chapitre porte le titre Am Abgrund.

17Si les projets n’ambitionnent pas de faire table rase du passé industriel et donc spécifiquement des traces de RDA inscrites dans ces paysages, il faut néanmoins s’interroger sur le gommage rapide et l’esthétisation de celles-ci pendant cette phase de transformation du paysage, de transition dans l’écriture du paysage. Invoquer le « prince vert » c’est sans doute aussi vouloir « verdir » rapidement les traces de l’histoire. Dès 1990-1991, dans sa Brief aus Altdöbern, Günter Grass avait d’ailleurs précisément choisi une petite ville de cette région minière, Altdöbern, pour s’adresser à la nouvelle Allemagne et la mettre en garde contre ce qu’il considérait comme la réécriture de l’histoire. Dans Toute une histoire, son roman de la réunification paru en 1997, il choisit à nouveau Altdöbern17 pour laisser méditer son héros « au bord de l’abîme18 » :

[Fonty et Hoftaller] regardaient un paysage qui s’approfondissait par étages, les débris des scories en forme de cônes, des chaînes de collines délavées autour de lacs phréatiques, et des cônes pointus marbrés de charbon. […] pas un arbre, pas un buisson…, mais sur le bord des carrières et des pentes charbonneuses, étaient juchées des excavatrices monstrueuses attaquées par la rouille.

18Grass, qui analyse ce paysage où apparaissent les strates de l’histoire allemande comme le symptôme d’un pays malade, laisse ensuite Hoftaller poursuivre :

  • 19 G. Grass, Toute une histoire, 1997, p. 470 et p. 474.

On regarde dans le trou et on pressent ce qui sera, ce qui vient. Voilà tout ce qui reste de nous, rien d’autre […]. Nous serons des scories humaines, des petits et grands terrils […] proprement entassés, en rang d’oignons. Résidus classés, scories de l’histoire.19

  • 20 G. Grass, Beim Häuten der Zwiebel, 2006.

19Depuis l’été 2006 nous savons que la région entre Bad Muskau, Spremberg et Senftenberg a profondément marqué Grass pour une autre raison. Dans Beim Häuten der Zwiebel20, il révèle son appartenance à l’unité des Wafen-SS stationnée en Lusace in avril 1945, à une cinquantaine de kilomètres de Bad Muskau. Le « retour de l’histoire » dans la région est fracassant. Les nombreux débats, les polémiques, brouillent aujourd’hui dans la représentation mentale collective l’image que la région tente de reconstruire d’elle-même et il est sans doute trop tôt pour dire si le « label Pückler » triomphera.

Bibliographie

Références bibliographiques

Grass Günter, 1997, Toute une histoire, traduction française de Claude Porcell et Bernard Lortholary, paris, Seuil.

— 2006, Beim Häuten der Zwiebel, Göttingen, Steidl.

Klausmeier Axel éd., 2005, Kulturlandschaft Fürst-Pückler-Park. Der Branitzer Außenpark im Brennpunkt widerstreitender Interessen, Bad Münstereifel, Westkreuz Verlag.

Kurland Kurt H. A., 1975, Der Muskauer Park : seine Geschichte und künstlerische Bedeutung, Muskau, Rat der Stadt Muskau.

Pückler-Muskau, Hermann Fürst von, 1834, Andeutungen über Landschaftsmalerei, verbunden mit der Beschreibung ihrer praktischen Anwendung in Muskau, Stuttgart, Hallberger.

Stiftung Fürst-Pückler-Park Bad Muskau, 2006, Fürst Pückler. Parkomanie in Muskau und Branitz : ein Führer durch seine Anlagen in Sachsen, Brandenburg und Thüringen, Hambourg, L & H Verlag.

Notes

1 Stiftung Fürst-Pückler-Park Bad Muskau, Fürst Pückler. Parkomanie in Muskau und Branitz : ein Führer durch seine Anlagen in Sachsen, Brandenburg und Thüringen, 2006.

2 Le terme répété à l’envi de Kulturlandschaft, « paysage culturel », est certes un signe de l’intérêt pour la « géographie culturelle » mais il est problématique. Le terme désigne à la fois un paysage cultivé par l’homme et un paysage qui aurait des caractéristiques « culturelles » propres. Les aménagements de Pückler, ses châteaux donneraient donc une identité propre à ce paysage marqué par ailleurs aussi par une identité « régionale » géo-historique, celle de la Lusace et celle de la Silésie, Bad Muskau faisant historiquement partie de la pointe occidentale de la Basse-Silésie. Cette notion loue devient donc ici également géopolitique.

3 La « ligne » ne sera reconnue comme frontière qu’en décembre 1970 par la RFA. La RDA reconnaît la frontière le 6 juillet 1950 par le traité de Görlitz.

4 Le même phénomène peut être observé dans le parc de Babelsberg à Berlin, auquel Pückler a aussi contribué : le tracé du mur en 1961 longe la rive de la Havel. La partie qui se trouve sur le territoire de la RDA est laissée à l’abandon jusqu’en 1989.

5 K. Kurland, Der Muskauer Park : seine Geschichte und künstlerische Bedeutung, 1975, p. 37. La revue polonaise d’horticulture Ogrodnicłwo publie une longue contribution dans son numéro 12 de l’année 1971 : « Park w Muskau ».

6 Le 21 juin 1990, Helmut Kohl définissait ainsi la frontière germano-polonaise : « le peuple allemand doit savoir que l’Allemagne libre et réunifiée veut être un bon voisin pour la Pologne, un partenaire fiable [qui l’accompagne] sur le chemin de l’Europe. Pour cela les frontières ne doivent pas être mises en doute. Ce n’est que lorsqu’elles sont incontestées qu’elles ne divisent plus. Nous voulons donner aux frontières un caractère novateur : elles ne doivent plus séparer, elles doivent ouvrir des perspectives, permettre de se rencontrer librement » (Bulletin des Presseund Informationsamtes der Bundesregierung, 22 juin 1990, n° 79, p. 28).

7 L’Allemagne et la Pologne profitent en fait d’une possibilité que l’Unesco pensait à l’origine offrir à certains pays africains : déposer une candidature commune pour créer une réserve animalière transfrontalière.

8 La revue populaire saxonne SUPERillu classe le Muskauer Park parmi les 100 attractions à voir absolument en Saxe. SUPERillu, Sachsens Top 100, hors série, 2007, p. 102-103.

9 Voir http://www.http://iba-see.de.

10 En 2006, était retenu le thème du paysage de ville-frontière, à Guben/Gubin notamment, en 2007 celui de l’énergie.

11 Interreg III B – Projekt REKULA, Restrukturierung von Kulturlandschaften.

12 Fürst von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsmalerei, verbunden mit der Beschreibung ihrer praktischen Anwendung in Muskau, 1834, p. 24-25.

13 Voir http://niederlausitz.de/ et http://niederlausitz.de/Cmnet/dv/niederlausitz/www/downloads/fuerst-pueckler-weg.pdf.

14 La minorité de langue slave de Lusace.

15 La brochure destinée aux cyclistes souligne, qu’à la fin du périple et après avoir affronté les paysages post-industriels en chantier, le touriste « retourne » chez Pückler (bevor man bei Pückler wieder einkehrt).

16 Le réaménagement du parc de Branitz est aussi contesté. A. Klausmeier, Kulturlandschaft Fürst-Pückler-Park. Der Branitzer Außenpark im Brennpunkt widerstreitender Interessen, 2005.

17 Aujourd’hui Altdöbern restaure son château du XVIIIe siècle.

18 Le chapitre porte le titre Am Abgrund.

19 G. Grass, Toute une histoire, 1997, p. 470 et p. 474.

20 G. Grass, Beim Häuten der Zwiebel, 2006.

Table des illustrations

Légende Carte 1Le projet de parc paysager Fürst-Pückler-Land en Lusace
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Illustration 1. Maisons sur pilotis de Geiserswald (Projet n° 11 de la IBA Fürst-Pückler-Land)Source : Internationale Baustellung Fürst-Pückler-Land 2000-2010, Die Projekte im überblick, janvier 2008, www.Iba-see2010.de.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540