Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

2. Remodelage et mise en récit des campagnes : l'invention du patrimoine rural

Le passé au secours de l’avenir ?

L’héritage domanial du Mecklembourg et sa valorisation contemporaine

Angelika Halama

Texte intégral

1Le land de Mecklembourg-Poméranie connaît une crise à la fois sociale et démographique d’une très grande amplitude et sans doute durable. Les espaces ruraux sont particulièrement affectés par un puissant exode rural (Herfert 2007). La transformation brutale des structures agricoles après 1990 (Lacquement 1996) a propulsé le Mecklembourg dans le peloton de tête des régions allemandes les plus fortement touchées par le chômage. De nombreuses personnes autrefois employées dans les activités non productives du secteur agricole (ateliers de réparation mécanique, magasins d’alimentation, services socioculturels) sont parties chercher du travail à l’ouest. Ce phénomène a frappé de plein fouet les jeunes femmes diplômées, infléchissant la part relative des jeunes dans la population totale tandis que celle des personnes âgées a augmenté et que la population dans son ensemble a diminué (Werz et Nuthmann 2004).

2Les prévisions démographiques pour la période 2002-2020, réalisées par le ministère du travail, de la Construction et du Développement rural du Mecklembourg-Poméranie ne sont optimistes que pour le Kreis* Bad Doberan, notamment parce qu’il bénéficie d’une dynamique de périurbanisation autour de Rostock. C’est le cas aussi de Greifswald : la ville universitaire de Poméranie devrait voir sa population s’accroître. Ailleurs, tous les autres Kreise du Mecklembourg-Poméranie enregistreront des pertes démographiques plus ou moins importantes. Dans certaines régions, la baisse pourrait être supérieure à 30 %. Il est tout à fait concevable que certains villages parmi les plus petits connaissent des processus d’abandon dans un avenir proche (Ministerium für Arbeit Mecklemburg-Vorpommern 2005).

3Cette tendance, si on la considère dans une plus longue durée, n’est pas nouvelle. La vague d’émigration qui s’amorce au moment de la réforme agraire, en 1820, ne s’est atténuée que temporairement au XXe siècle grâce aux opérations de colonisation agraire des années 1920 et 1930, puis quand il fallut accueillir entre 1945 et 1947 les expulsés des territoires orientaux du Reich, ou encore sous l’effet de mesures dirigistes de la RDA telles que les opérations d’envoi « d’ouvriers de l’industrie à la campagne ». Dans cette région profondément rurale, les richesses naturelles du sous-sol manquent, le secteur secondaire n’a jamais pu s’imposer et le tertiaire se développe quasiment par défaut.

4Au regard de cette évolution, toutes les localités du Mecklembourg-Poméranie tentent de développer de nouvelles ressources économiques pour essayer, par tous les moyens, de ralentir de manière décisive cette tendance, à défaut de pouvoir la renverser. De nombreux projets, notamment dans le cadre des initiatives européennes du programme LEADER, cherchent à proposer de nouvelles perspectives aux ruraux (Lacquement 2008). C’est dans ce contexte, que les acteurs politiques et économiques, tant au niveau local qu’au niveau régional, ont pris conscience des potentiels du patrimoine paysager, largement modelé par l’héritage des grands domaines. Ces derniers font dans ce contexte figure de ressource pour le développement. L’enjeu consiste notamment à réinventer des usages à un patrimoine bâti construit dans et pour des environnements économiques, sociaux et politiques révolus et ensuite profondément affecté par la rupture de la période collectiviste.

5Nous proposons ici de revenir sur les formes successives prises par ce régime dominant de mise en valeur de la campagne Mecklembourgeoise, en suivant cette dernière au fil de ses métamorphoses. Nous soulignerons ensuite l’importance de la rupture collectiviste avant de réfléchir, à partir de quelques exemples, aux manières dont ce passé peut venir à la rescousse des difficultés présentes et ouvrir de nouvelles perspectives de développement.

L’héritage du grand domaine mecklembourgeois et ses métamorphoses successives

6Notre analyse est ici menée à partir d’une région d’enquête, située entre Rostock et Neubrandenburg dans l’ancien duché de Mecklembourg-Schwerin, où, en 1918, presque 80 % de la surface agricole était encore aux mains de la grande propriété domaniale (carte 1). Nos recherches se sont particulièrement concentrées sur la zone située entre les petites villes de Tessin et de Gnoien (Halama 2006).

Carte 1
Le maillage domanial de l’ancien duché de Mecklembourg-Schwerin
La carte montre la très grande densité des implantations domaniales dans le duché. Elles pouvaient être directement aux mains de grands propriétaires domaniaux, ou relever des biens fonciers de la couronne ducale, de congrégations religieuses ou même des villes. Les limites de circonscriptions administratives du duché suivaient les méandres de cette géographie de la grande propriété.

  • 1 Le système des locatores permit aux seigneurs d’octroyer des fiefs dans des territoires faiblement (...)

7Comme dans le reste de la région, l’origine des domaines seigneuriaux date de l’époque de la colonisation allemande des XIIIe et XIVe siècles, promue par le duché du Mecklembourg et déléguée à des chevaliers, entrepreneurs en colonisation, nommés locatores1. Leur constitution réelle remonte toutefois au XVIIe siècle et aux ravages démographiques de la guerre de trente ans. Les princes, faibles et constamment désargentés, favorisèrent le renforcement et l’augmentation des droits et privilèges de la noblesse, descendante des premiers locatores. Le renforcement des droits seigneuriaux sur les terres paysannes a débouché à cette époque sur le développement du servage, favorisé par l’introduction de nouvelles rotations culturales et un mouvement d’enclosure. Ce processus s’est accompagné de l’agrandissement et de la transformation des manoirs en belles demeures et en résidences de prestige construites sur le modèle français. Ces grands domaines formaient des ensembles complexes associant à l’activité agricole proprement dite des activités de transformation (moulins, laiteries), mais aussi des fours à chaux et à goudron, des briqueteries ou des verreries. La révolution agricole de la fin du XVIIIe siècle a ensuite conduit à étendre et à réorganiser les domaines pour les adapter aux contraintes de l’agriculture moderne. L’abolition du servage en 1820 déclencha une vague d’émigration vers les régions industrielles allemandes alors en plein essor, mais surtout vers l’Amérique du Nord.

  • 2 Les deux grands-duchés sont alors devenus des Etats libres (Freistaaten) de la république de Weimar (...)
  • 3 Il s’agit notamment de répondre au problème de la dépendance agricole du Reich, que la crise alimen (...)

8Le Mecklembourg a conservé jusqu’au début du XXe siècle les marques politiques et sociales de cette emprise domaniale. Les grands-duchés de Mecklembourg-Schwerin et de Mecklembourg-Strelitz ont constitué les derniers états de l’empire allemand à demeurer fondés sur un régime d’ordres (Ständestaaten), celui de la grande propriété domaniale d’une part, qui composait la Ritterschaft et celui de quarante-deux villes autonomes d’autre part, qui composaient la Landschaft. Le traité fondamental (Landesgrundgesetzliches Erbvergleich) de 1755 qui liait – sauf pour les villes de la Landschaft – la participation politique à la propriété foncière est restée en vigueur dans les deux grands-duchés, jusqu’au début du XXe siècle. L’ordre des grands propriétaires – qu’ils soient nobles ou bourgeois – est ainsi resté pendant plusieurs siècles la force politique principale du Mecklembourg. Ses privilèges n’ont disparu qu’avec l’abolition de la monarchie en 19182. Il a même subsisté, bien que sans droits politiques particuliers, jusqu’en 1938, date à laquelle il fut formellement dissous par les nazis. Mais l’entre-deux-guerres signa aussi le déclin de l’emprise territoriale du grand domaine. L’une des premières mesures législatives de la république de Weimar fut d’adopter une loi de colonisation agraire (Reichssiedlungsgesetz) permettant d’allouer des terres (Siedlerstellen) à de nouvelles exploitations familiales à partir de rachats fonciers aux grands domaines (Aufsiedlung)3. La loi a ainsi donné à des sociétés de colonisation un droit de préemption sur les ventes de domaines qui furent alors entièrement ou partiellement redistribués et réduits à leurs manoirs et à leurs terres les plus proches. Le processus fut particulièrement actif entre 1927 et 1933, quand la crise agricole multiplia les transactions. Le domaine de Vilz par exemple fut vendu et loti en 1927. On reconnaît aujourd’hui, établies le long de la route principale, ces « fermes en crochet » (Hakenhöfe), constituées de deux parties – l’une vouée à l’habitat, l’autre réservée à l’activité agricole. Par la suite, la loi sur les successions agricoles (Reichserbhofgesetz) adoptée en septembre 1933 par le nouveau régime national-socialiste a cherché à promouvoir un modèle racial et paysan de propriété de la terre dans le cadre d’exploitations familiales de 120 hectares maximum. Le régime généralisa alors le droit d’aînesse pour limiter le morcellement des exploitations paysannes, mais renonça à s’attaquer véritablement à l’économie des grands domaines dont il avait besoin pour atteindre ses objectifs autarciques, et ralentit le programme d’installation de la république de Weimar.

9Des opérations de colonisation agraire eurent toutefois lieu dans les années 1930, soit sur les terres cédées à titre compensatoire par des domaines ayant bénéficié des crédits de désendettement accordés aux régions orientales (Osthilfeentschuldung), soit sur les terres de domaines vendus en totalité et redistribuées par les sociétés de colonisation agraire, soit encore sur des lots fonciers constitués à la périphéries de domaines partiellement démembrés. Les colons furent alors recrutés sur des critères raciaux parmi les mêmes groupes de paysans en manque de terres, rejoints par ceux que la construction de complexes industriels ou militaires avait expropriés. Les fermes ainsi créées en Mecklembourg s’organisèrent sur le modèle de la ferme-bloc (Einheitshaus) de Basse-Saxe, qui abrite sous un même toit hommes, bêtes et récoltes. Les nouveaux villages se sont inspirés des formes anciennes du village à place centrale (Angerdorf) ou du village circulaire (Rundlinge). Dans notre région d’étude, deux villages de colons ont par exemple été créés sur l’ancien domaine de Wardow, près de Laage, respectivement baptisés les Siebener (« les sept ») et les Vierzehner (« les quatorze ») d’après le nombre de fermes groupées autour d’un pré communal central (Anger).

Illustration 1
Vue du manoir de Dalwitz
Cliché : Angelika Halama.

10En dépit des profondes mutations politiques et économiques et des amputations foncières qu’a connues l’institution domaniale au cours de cette première moitié du XXe siècle, son patrimoine bâti n’a toutefois subi que peu de modifications. Ainsi, par exemple, le visage du domaine de Dalwitz (illustration 1), dans notre région d’étude, était en 1945 quasi inchangé. Comme en 1900, il comprenait ses fortifications médiévales avec douves, sur lesquelles une nouvelle demeure avait été construite en 1755 puis agrandie en 1855, ses dépendances avec écuries, remise, basse-cour, porcherie, bergerie, granges, ainsi que les quartiers des ouvriers saisonniers d’Europe orientale (Schnitterkaserne). Il disposait de communs pour les domestiques, de l’atelier du charron, de la maison du gardien flanqués des écuries des chevaux de labour, ainsi que d’une serre, d’une cave à glace, d’une forge, et d’un moulin à vent. Dépendaient en outre toujours du domaine, l’auberge, les modestes habitations des ouvriers agricoles ainsi que l’école. La vraie rupture n’est en fait intervenue qu’avec l’avènement du régime communiste.

Les ruptures de l’expérience collectiviste

  • 4 À la suite des exodes provoqués par la guerre et les bombardements des villes puis surtout par l’ex (...)

11Dans la zone occupée par les Soviétiques (dite SBZ soit Sowjetische Besatzungszone) et future République démocratique allemande la rupture a d’abord été foncière et s’est accomplie en deux temps : un temps de démantèlement des domaines et de distribution des terres à de très petits exploitants, puis un temps de collectivisation et de reconcentration croissante (Philipp 1997, p. 89 et suiv.). Le démantèlement complet de la matrice foncière domaniale s’est produit dans le cadre de l’expropriation sans indemnisation des propriétaires de domaines en septembre 1945, puis d’une réforme agraire qui s’est déroulée entre 1945 et 1952. Les terres ont été redistribuées en lots de 5 à 10 hectares à de « nouveaux paysans » (paysans sans terre, ouvriers agricoles ou « expulsés » récemment arrivés dans la région4) sans grande expérience de la gestion d’une exploitation agricole. Sur les seize domaines étudiés dans notre région d’enquête, entre Tessin et Gnoien, quinze furent démantelés au cours de cette période. Le plus grand d’entre eux y échappa et fut entièrement transformé en ferme d’état (Volkseigenes Gut, VEG). À cette première phase d’émiettement foncier a succédé un mouvement de regroupement mené dans le cadre de la collectivisation. Surendettés, incapables de remplir leur quota de livraison obligatoire, nombreux furent en effet les bénéficiaires de la réforme agraire à abandonner leur ferme et à rejoindre – qu’ils en aient été convaincus ou qu’ils y aient été contraints par la force – les coopératives de production agricole (landwirtschaftliche Produktionsgenossenschaft, LPG) constituées à compter de 1952. Les paysans les plus en difficulté furent les premiers à rejoindre les LPG, les plus performants y entrèrent en dernier. Les coopératives ainsi constituées ne cessèrent ensuite de se concentrer au rythme des campagnes de fusions. Dans notre région d’enquête, elles étaient, à côté de la ferme d’état, quinze en 1952, treize en 1960, quatre en 1970.

  • 5 À partir de 1971, le régime engage un mouvement dit de Kooperation visant à spécialiser les système (...)
  • 6 Au cours des années 1980, les aberrations de cette course à la concentration et le niveau élevé des (...)

12Cette logique de fusion a débouché au cours des années 1970 sur une rupture fonctionnelle et paysagère de grande ampleur et sur une refonte complète des logiques productives, via une politique « d’industrialisation » et de séparation des secteurs de production végétale et animale5. Dans notre région d’étude, trois des quatre coopératives et la ferme d’état se sont unies pour se spécialiser dans la production animale, avec des bâtiments répartis sur quatorze sites. Elles construisirent en périphérie, hors des limites des anciennes fermes domaniales, un complexe d’élevage de jeunes bœufs et deux étables avec salle de traite abritant chacune quelque 600 vaches ainsi qu’une porcherie de 6 000 têtes, qu’elles géraient en commun. La quatrième coopérative fut chargée de la production végétale sur l’ensemble des surfaces agricoles de toute la région, soit 5 400 hectares au total, divisés en un nombre réduit de parcelles de plus en plus grandes6. Trois sites (un village paysan, une résidence domaniale et la ferme sur le domaine) ont été rayés de la carte. De nombreux chemins séculaires furent labourés.

13Les destructions du bâti domanial sont quant à elles d’abord demeurées plus mesurées. Certes, les communistes allemands souhaitaient, en 1945, rayer complètement les grands domaines du paysage et ils avaient interprété en ce sens l’ordre n° 209 (Neubauernbauprogramm) de l’administration militaire soviétique, portant sur la construction et l’installation des nouveaux paysans. Mais la pénurie de logement, particulièrement aiguë dans le Mecklembourg, a interdit de raser les manoirs. Les corps de fermes des domaines, quand ils n’ont pas été démolis pour fournir du matériel de construction aux « nouveaux paysans », étaient donc utilisés par les entreprises collectives. Ainsi par exemple, sur le domaine de Dalwitz, d’abord redistribué en lots paysans puis transformé en coopérative socialiste, la quasi-totalité des bâtiments anciens ont été préservés, ce qui constitue une exception. Certains ont été transformés sans pour autant devenir méconnaissables. La plupart des maisons des « nouveaux paysans » construites lors de la réforme agraire de 1945 ont été implantées à la périphérie du domaine. On a ensuite construit, au moment de la collectivisation, des immeubles, des hangars et bâtiments d’élevage sur une partie de son territoire et planté un vaste verger.

14Le domaine voisin de Walkendorf donne un exemple plus représentatif encore du remodelage socialiste. Il se composait en 1900 d’une demeure et de sa ferme, d’un lotissement d’ouvriers agricoles, ainsi que d’une église avec presbytère et ferme du sacristain, qui servait également d’école du village. Cet ensemble avait été remanié en 1938, avec la construction d’une nouvelle maison de maîtres, bâtie à l’écart de la ferme dans le style d’une villa, avec la construction d’une nouvelle école et avec l’agrandissement du lotissement ouvrier. En 1945, le domaine de Walkendorf fut transformé en ferme d’état (VEG). Les bâtiments agricoles furent conservés et utilisés par la nouvelle exploitation socialiste. Dans le prolongement du lotissement ouvrier quelques petites maisons sont en outre sorties de terre dans les années 1950. Dans les années 1960 et 1970, au moment de la concentration et de la spécialisation des entreprises, les autorités, cherchant à lutter contre l’exode rural, ont engagé une politique d’harmonisation des conditions de vie et de travail des ruraux avec celles des citadins. On construisit alors des immeubles d’habitation, un magasin général et une école plus importante. Walkendorf est en outre devenu un domaine d’apprentissage et d’expérimentation de l’académie des sciences agronomiques de RDA. Un petit lotissement fut donc construit pour le personnel scientifique au sud-ouest du site. Ce n’est qu’à partir des années 1970, au moment de la spécialisation de l’entreprise dans la production animale, qu’ont été modernisés les équipements de stabulation libre pour l’élevage bovin qui avaient été aménagés dans les années 1950 à l’extérieur du périmètre proprement domanial. On a rasé les porcheries conventionnelles qui avaient été construites une douzaine d’années auparavant à proximité du village et érigé à une distance olfactive adéquate un complexe porcin de 6 000 têtes. Sur le plan administratif, Walkendorf est devenu parallèlement un village-centre (Zentraldorf), doté d’appartements modernes. L’emménagement d’habitants issus de localités plus petites en voie d’abandon participait d’une politique volontariste de concentration de l’habitat. Lorsqu’au début des années 1980, les anciennes granges et étables du domaine s’efondrèrent, on reconstruisit à leur place de nouveaux bâtiments agricoles ; le village s’est étendu avec la construction de maisons en préfabriqué. Walkendorf avait entièrement changé de visage.

15Les constructions domaniales furent ainsi d’abord victimes d’un inexorable mouvement d’abandon et de délabrement avant de connaître dans les années 1960 et 1970 des destructions plus volontaires. La refonte du système productif domanial finit de désarticuler les éléments de ces ensembles architecturaux et d’en gommer la lisibilité paysagère, dans un contexte où les acteurs locaux comme les autorités politiques ne cherchaient en rien à conserver les traces d’un ordre social récusé. À la suite, semble-t-il, de l’année internationale de la conservation du patrimoine en 1975, certains manoirs, utilisés depuis 1945 comme appartements, centres d’apprentissage, écoles, jardins d’enfants, commerces ou centres administratifs, commencèrent toutefois à susciter l’intérêt des autorités et à être considérés, en dépit de la stigmatisation dont ils avaient fait l’objet dès 1947, non plus d’abord comme les « forteresses des junkers » mais comme des monuments d’art ou d’architecture. D’anciens parcs domaniaux furent à nouveau entretenus et transformés en aires récréatives de proximité.

La construction patrimoniale des grands domaines : un enjeu pour l’avenir économique du Mecklembourg

  • 7 Dans notre région d’étude, les Kreise de Uecker-Randow et de Demmin appartiennent aujourd’hui aux e (...)

16Que faire de cet héritage dans le nouveau contexte de l’Allemagne réunifiée ? Depuis vingt ans, de multiples projets ont vu le jour cherchant à prendre appui sur différents éléments de l’héritage domanial pour valoriser de nouvelles ressources économiques dans cet espace durement touché par la crise de transformation de l’agriculture socialiste7. La recherche de solutions est passée par un double mouvement : un mouvement juridique de transformation des entreprises agricoles socialistes, de recompositions foncières et de privatisation de leur patrimoine immobilier, et un mouvement culturel et identitaire de réinvention d’une tradition, de réinscription des legs de l’histoire domaniale dans des récits qui prennent le contre-pied de la narration socialiste.

Les aléas de la redistribution immobilière

  • 8 La Treuhandanstalt est un organisme fiduciaire créé par le gouvernement fédéral au lendemain de la (...)

17La transformation juridique s’est au départ focalisée sur la question foncière. L’enjeu productif et social de la transformation agricole la faisait passer avant toute autre considération sur le patrimoine bâti, par ailleurs en état de grand délabrement. Il s’agissait, pour les acteurs économiques et pour la Treuhandanstalt8 en charge de la privatisation des entreprises socialistes, de réagencer les facteurs productifs sur des formules économiquement viables dans le nouveau contexte de l’économie de marché. Cela a conduit souvent au morcellement de l’assise foncière des anciens domaines, que le collectivisme avait paradoxalement maintenus dans leur intégrité. C’est le cas par exemple de la ferme d’état de Walkendorf, qui avait repris l’ensemble des biens du grand domaine du même nom et dont la transformation post-socialiste a sonné l’heure du démembrement. Aujourd’hui quatre entreprises se partagent les lieux et exploitent les terres des domaines avoisinants : l’une d’entre elles a repris les bâtiments anciens et pratique de grandes cultures, une autre a installé un élevage bovin biologique dans les anciennes étables socialistes, la troisième a investi dans un élevage porcin conventionnel dans la porcherie de 6 000 têtes, la quatrième entreprise est une exploitation forestière.

Illustration 2
Vue du manoir de Basedow
Cliché : Angelika Halama.

18Ces mécanismes ont pu aboutir à la dissociation de la propriété des terres de celle de la résidence domaniale, privant ainsi le patrimoine bâti des chances de pouvoir renouer avec un quelconque projet agricole. C’est le cas par exemple à Basedow. La Treuhandanstalt a opposé un refus à la proposition de rachat de la famille qui avait été expropriée en 1945. Depuis quelques années, l’un des membres de cette famille a ouvert un café dans l’ancienne bergerie du domaine connue autrefois pour son élevage de mérinos. Un premier investisseur avait officiellement déposé un projet d’hôtel pour le château mais le projet s’est avéré de nature spéculative et les autorités en ont par la suite exigé la restitution. Un second a souhaité acheter les écuries, de grande valeur patrimoniale, et y réinstaller un élevage équin. Mais c’est une coopérative agricole, qui avait pris la succession de l’ancienne coopérative socialiste, qui possédait l’ensemble de la surface agricole utile, dissociée du manoir. L’absence d’assise foncière pour assurer fourrage et reproduction a condamné le projet à l’échec. Certes, la Treuhandanstalt a trouvé en 2004 de nouveaux propriétaires, mais les habitants du village n’en savent pas davantage et aucun investissement n’a jusqu’à présent vu le jour. Il s’agit pourtant d’un château d’une grande valeur historique et architecturale. Selon les conservateurs du patrimoine du Mecklembourg, nulle part ailleurs dans le land l’histoire du duché n’est aussi tangible qu’à Basedow. C’est l’un des rares témoignages de l’expression spécifiquement mecklembourgeoise de la Renaissance allemande par son style Johann-Albrecht, remis ensuite au goût du jour au XIXe siècle (illustration 2). Le manoir était en outre entouré d’un parc paysager dessiné par Peter Joseph Lenné et d’une ornemental farm (« ferme ornée »). La plus grande incertitude règne quant à son avenir.

19La question de la privatisation des châteaux et manoirs retarde ainsi souvent les projets de reprise. Surtout quand il s’agit de constructions de cette importance, la remise en état et la valorisation économique de ce patrimoine nécessitent des investissements que les acteurs locaux sont loin de pouvoir avancer, ni sur leur fonds propres, ni en ayant recours aux dispositifs d’aides publique régionales, nationales ou européennes. Il leur manque à la fois les ressources économiques, les réseaux sociaux et le savoir-faire. Ce sont donc surtout des acteurs extérieurs qui sont à l’origine de la plupart des projets. Ils apportent leurs moyens ; ils transfèrent aussi des modèles de valorisation originaux.

20Une place à part doit être ici faite aux descendants des anciennes familles domaniales. Elles avaient pour la plupart quitté leurs terres à l’arrivée des Soviétiques. Plusieurs d’entre elles ont cherché à revenir sur place. Leur présence n’est pas due à un quelconque droit de restitution. Après la réunification, de nombreux anciens propriétaires ont certes espéré pouvoir recouvrer leurs biens, tout du moins les terres et les bâtiments qui avaient été versés dans la propriété de l’état et des communes : la République fédérale n’avait-elle pas jusqu’alors toujours soutenu sans en démordre que l’expropriation sans indemnisation de 1945 était illicite et par conséquent nulle et non avenue ? mais après l’unification, les propriétaires durent se résoudre à l’idée qu’ils auraient non seulement besoin d’investir des millions pour remettre en état leur ancienne propriété, mais qu’il leur faudrait au préalable la racheter. C’était là une perspective trop onéreuse pour beaucoup d’entre eux. L’état a soumis de surcroît le rachat à des conditions supplémentaires de résidence sur place. Cela compliquait le jeu pour nombre d’entre eux qui ne travaillant plus dans l’agriculture et avaient besoin de continuer à exercer leur activité à l’ouest pour financer la remise en état et l’entretien des bâtiments. Beaucoup de projets de « retour » ont ainsi échoué, comme dans le cas cité plus haut de Basedow, comme aussi, par exemple, au château de Bothmer, hors de notre région d’enquête, dans le Kreis Nordwestmecklenburg. C’est le plus grand édifice baroque du Mecklembourg construit pour le comte Johann Kaspar von Bothmer (1656-1732). Mais il menace de tomber en ruine faute de trouver un propriétaire. Le projet de l’ancien propriétaire n’a pas convaincu la Treuhandanstalt. En 2006, après des conflits d’exploitation avec la commune, un investisseur s’est vu notifier par décision du tribunal l’injonction de restituer le château au Kreis. Ce dernier est désormais en quête d’un nouvel investisseur.

21D’autres projets de « retour » ont buté aussi sur la destruction du patrimoine. Notre région d’enquête offre des exemples où les familles des anciens propriétaires ont renoncé à intervenir. C’est le cas par exemple du domaine de Bäbelitz. Son dernier propriétaire s’était suicidé le 1er mai 1945 après l’arrivée des soldats de l’armée rouge. La résidence domaniale, partagée jusqu’à sa destruction en appartements, a été rasée dans les années 1980 ; d’autres bâtiments avaient déjà subi le même sort auparavant. Après la réunification, le petit-fils du dernier propriétaire, général dans l’armée de l’air ouest-allemande, trouva à son arrivée à Bäbelitz les restes du domaine en état de délabrement avancé. Le dernier bâtiment, l’étable, s’est effondré progressivement entre 1998 et 2006 et il est aujourd’hui méconnaissable.

Illustration 3
Reconversion agro-touristique du domaine de Dalwitz
1) Manoir (résidence de la famille et chambres d’hôtes) 2) Ancienne maison du régisseur (gîtes ruraux) 3) Maison Mai (maison d’hôtes) 4) Remise (restaurant) 5) Atelier de faisandage 6) Entrée et écuries 7) Manège équestre et terrains de tennis 8) Étables (élevage bovin). Source : http://www.feriengutdalwitz.de/​uebersicht-der-hofanlage.html

La réinvention d’une tradition

22Mais on trouve également des exemples, où les descendants des anciennes familles domaniales se sont fait les promoteurs de nouveaux modèles économiques qui jouent à la fois de la réinvention d’une tradition familiale et de modèles agro-touristiques contemporains pour valoriser le patrimoine.

  • 9 Il avait fait un doctorat sur l’élevage bovin en Côte-d’Ivoire, puis avait dirigé une exploitation (...)

23C’est le cas notamment du domaine de Dalwitz (illustration 3), où un petit-fils de la famille Bassewitz, en possession du domaine depuis 1379, et son épouse sont retournés sur les lieux en 1990. Agronome et coopérant9, il a racheté le manoir délabré dans les années 1990, l’a progressivement restauré et s’y est installé ; parallèlement, il a acquis et affermé des terres à Dalwitz et sur d’autres domaines des environs, et y a développé un élevage bovin biologique de vaches allaitantes et de bœufs de boucherie. Cette activité agricole se double d’une activité touristique. Des autres bâtiments du domaine, les Bassewitz ont fait des gîtes, des chambres d’hôtes, et un restaurant ouvert l’été qui sert la viande produite sur l’exploitation agricole reconstituée. La maison de l’ancien gardien du domaine, restaurée, est occupée par un centre équestre. Ils ont fait raser les bâtiments en ruine des quartiers des ouvriers agricoles (Schnitterkaserne) ainsi que les petits bâtiments construits ultérieurement, pour édifier sur cet espace un manège équestre et un terrain de tennis pour les vacanciers. Une mini-ferme a été aménagée pour les enfants.

24Peu à peu, la famille a rénové les abords de la maison tels que les douves et le parc, encore préservé, au nord du domaine. L’association fondée à Dalwitz en 2006, Mecklenburger Agrarkultur e. V (Association pour la préservation des traditions rurales du Mecklembourg), s’est notamment donné pour objectif de redonner vie à la ligne de chemin de fer – construite en 1895 et démantelée en 1963 – qui servait au transport des betteraves et reliait Dalwitz et plusieurs autres domaines des environs à la sucrerie de Tessin. L’association souhaite la transformer en un circuit de randonnées pédestres et cyclistes menant aux différents domaines de la région. Ces offres de loisirs accroissent également le potentiel d’attraction des autres gîtes des environs et soutiennent l’activité économique du village. Sans les touristes, la petite épicerie du village, qui sert aussi de bureau de poste et de guichet de réception/distribution pour une pharmacie de Gnoien, aurait dû fermer ses portes depuis longtemps. Dans les bâtiments réaménagés de l’ancienne coopérative socialiste, à la limite sud-est du village, le comte de Bassewitz a créé une entreprise produisant des clôtures en bois sur le modèle sud-américain ainsi qu’un élevage biologique de poules pondeuses. Il est le plus gros employeur du village.

25Ce dynamisme lui vaut la reconnaissance des différents acteurs régionaux et nationaux du développement rural qui voient là une sorte de modèle. Le domaine de Dalwitz, classé quatre étoiles par le syndicat d’initiative de Mecklembourg-Poméranie, a ainsi reçu le prix des « traditions rurales » en 1999, la médaille von Thünen en 2000, le label touristique des « vacances à la ferme » et a été élu « exploitation agro-touristique de l’année » en 2001 et en 2008.

26Nous pourrions aussi prendre l’exemple du domaine de Ulrichshusen. C’est l’un des rares châteaux Renaissance de la région ayant survécu à la guerre de trente ans. Après 1945, le domaine avait été morcelé puis collectivisé, et il avait perdu l’essentiel de ses dépendances agricoles. En 1986, un incendie criminel avait réduit le château à l’état de ruine. En 1993, le baron Helmuth von Maltzahn rachète le domaine de ses ancêtres et restaure le château ainsi que les autres bâtiments encore existants. Aujourd’hui, Ulrichshusen abrite la résidence de la famille, un hôtel, des gîtes et un restaurant où l’on sert viandes et volailles issues de la production du domaine ; le gibier, le poisson et les crustacés proviennent des environs. Avec ses 1 100 places, la grange accueille la plus grande salle de concert du land et est l’un des sites importants du festival musical de Mecklembourg-Poméranie. Tous les villageois proposent désormais à la location des chambres d’hôtes au public du festival ; l’hôtel et les appartements de vacances ont été conçus par un décorateur de la région. Le taux de chômage du village est tombé à zéro. Ulrichshusen est lauréat de l’initiative du gouvernement fédéral « Allemagne, pays des idées » (Deutschland Land der Ideen).

  • 10 Le duché de Mecklembourg-Schwerin et ses domaines seigneuriaux sont liés à de grands noms du passé  (...)

27Dans ces deux exemples, c’est dans les héritages du passé que ces projets puisent leur impulsion décisive. Leurs auteurs trouvent dans la force de leur attachement identitaire au passé familial la volonté de poursuivre leur projet dans la durée, par-delà les lourdes difficultés de départ. C’est encore à l’histoire familiale et régionale qu’ils se référent pour imaginer un spectre large d’activités qui animent économiquement leur territoire, autant qu’elles y assoient leur position sociale et leur prestige. Ils savent aussi mobiliser le passé en termes de marketing pour promouvoir leurs produits touristiques auprès d’une clientèle berlinoise ou hambourgeoise choisie. Cette valorisation commence par une forme de restauration de l’estime de l’histoire domaniale qui, tout en récusant le système féodal et l’ordre social auxquels elle fut liée, inscrit à nouveau les paysages de la région dans cette filiation et réveille l’intérêt local et régional pour cet héritage, ceci en dépit du puissant renouvellement des populations depuis la guerre. Historiens, géographes et architectes paysagistes sont vivement invités à participer au renouveau de cet intérêt. Cela passe par une meilleure connaissance de l’histoire de la région et de ses grandes figures, politiques, artistiques ou scientifiques10 – issues pour la plupart des familles de la grande propriété foncière –, aujourd’hui oubliées alors qu’elles sont susceptibles d’accroître et d’enrichir le potentiel touristique local et de donner une nouvelle signification aux domaines, dont la valeur pour l’histoire et pour l’histoire de l’art excède le cadre de leur vocation agricole traditionnelle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Born Karl Martin, 2007, « Débats et enjeux autour du développement local dans les nouveaux Länder : la question des conditions de vie en milieu rural », Le développement local en Allemagne réunifiée : modèles, contextes, enjeux, Béatrice von Hirschhausen et Guillaume Lacquement éd, vol. 38, n° 3 de la Revue d’études comparatives Est-Ouest, p. 57-84.

Halama Angelika, 2006, Rittergüter in Mecklenburg-Schwerin. Kulturgeographischer Wandel vom 19. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg ; 98). Comprend une riche bibliographie et des sources abondantes.

Herfert Günter, 2007, « Campagnes et villes face au déclin démographique de l’Allemagne orientale : de nouveaux enjeux pour l’aménagement du territoire », Le développement local en Allemagne réunifiée : modèles, contextes, enjeux, Béatrice von Hirschhausen et Guillaume Lacquement éd., vol. 38, n° 3 de la Revue d’études comparatives Est-Ouest, p. 31-56.

Hubert Michel, 1995, L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815, Paris, Presses de Sciences po.

Kuntsche Siegfried, 1996, « Bodenreform in einem Kernland des Großgrundbesitzes : Mecklenburg-Vorpommern », Junkerland in Bauerhand ? Durchführung, Auswirkungen und Stellenwert der Bodenreform in der Sowjetischen Besatzungszone, Arnd Bauerkämper éd., Stuttgart, Franz Steiner Verlag, p. 51-68.

Lacquement Guillaume, 1996, La décollectivisation dans les nouveaux Länder allemands. Acteurs et territoires face au changement de modèle agricole, Paris, L’Harmattan (Pays de l’Est).

— 2008, « Du développement local dans les nouveaux Länder allemands : acteurs et territoires des programmes d’initiative communautaire LEADER + », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 39, n° 4, p. 81-112.

Ministerium für Arbeit, Bau und Landesentwicklung Mecklenburg Vorpommern, 2005, « Bevölkerungsentwicklung in den Kreisen bis 2020 », Informationsreihe der Obersten Landesplanungsbehörde, n° 11, p. 1-8.

Philipp Hans-Jürgen, 1997, « Abfolge und Bewertung von Agrarlandschaftswandlungen in Ostdeutschland seit 1945 », Berichte über Landwirtschaft, vol. 75, n° 1, p. 89-122.

Sering Max, 1922, « Erläuterungen zu dem Entwurf eines Reichsgesetzes zur Beschaffung von landwirtschaftlichem Siedlungsland », Das Reichssiedlungsgesetz vom 11. August 1919 nebst den Ausführungsbestimmungen, Hans Ponick et Fritz Wenzel éd., 2e édition, Berlin, Heymann, p. 42-84.

Werz Nikolaus et Nuthmann Reinhard éd., 2004, Abwanderung und Migration in Mecklenburg und Vorpommern, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften.

Notes

1 Le système des locatores permit aux seigneurs d’octroyer des fiefs dans des territoires faiblement peuplés à des entrepreneurs de colonisation agraire (appartenant le plus souvent à la petite noblesse ou à la bourgeoisie urbaine). « L’institution la plus originale de cette période dans ce secteur européen a bien été celle de ces entrepreneurs de colonisation nommés magistri incolarum (Kühren, 1154), cultores en Mecklembourg, et très généralement locatores, aussi bien d’ailleurs pour la fondation de villes que de villages, dès le milieu du XIIe siècle » (Charles Higounet, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1989, p. 261). (Note des éditeurs)

2 Les deux grands-duchés sont alors devenus des Etats libres (Freistaaten) de la république de Weimar, avant d’être fusionnés en 1934 au sein d’un même Land qui a été à son tour uni avec la partie occidentale de l’ancienne province de Pomeranie pour former de 1945 à 1952 le Land de Mecklembourg-Poméranie. Partagé, à l’occasion de la réforme administrative de 1952 de la RDA, entre les trois districts administratifs (Bezirke) de Schwerin, Rostock et Neubrandenburg, le Mecklembourg-Poméranie n’est redevenu un Land qu’en 1990 au sein de la République fédérale d’Allemagne réunifiée.

3 Il s’agit notamment de répondre au problème de la dépendance agricole du Reich, que la crise alimentaire dramatique des années de guerre avait fait éclater au grand jour. La loi veut ainsi permettre aux ouvriers agricoles ou aux cadets des régions où prévaut le droit d’aînesse d’acquérir de la terre et de s’installer sur une ferme ; elle entend permettre aussi aux exploitations émiettées par le partage égalitaire de retrouver des dimensions viables. La loi a également des préoccupations démographiques, sociales ou politiques : il s’agit de réduire l’émigration vers l’Ouest et l’Outre-Mer, mais aussi d’empêcher les famines et les émeutes dans un contexte politique hanté par le spectre révolutionnaire (Sering 1922, p. 42 et suiv.).

4 À la suite des exodes provoqués par la guerre et les bombardements des villes puis surtout par l’expulsion des Allemands des territoires perdus par l’Allemagne, le territoire correspondant au Land de Mecklembourg-Poméranie a connu entre, 1939 et 1947, un gonflement de sa population estimé à 75 % (Hubert 1995).

5 À partir de 1971, le régime engage un mouvement dit de Kooperation visant à spécialiser les systèmes de cultures et à intensifier la mécanisation, qui donne naissance à de vastes exploitations s’étendant sur plusieurs finages villageois. Les autorités comptaient alors sur la coopération interentreprises pour induire des synergies qui enclenchèrent une véritable euphorie coopérative. (Note des éditeurs)

6 Au cours des années 1980, les aberrations de cette course à la concentration et le niveau élevé des coûts de transport ont conduit les autorités à revenir sur certaines mesures de cette phase d’industrialisation et à réaffecter des surfaces agricoles réservées à la production végétale à des entreprises de production animale.

7 Dans notre région d’étude, les Kreise de Uecker-Randow et de Demmin appartiennent aujourd’hui aux espaces les plus touchés par le déclin démographique : les projections pour l’année 2020 pronostiquent une baisse supérieure à 30 %. Pour les Kreise de Güstrow et de Müritz, les prévisions parlent d’une inflexion de 10 à 20 %.

8 La Treuhandanstalt est un organisme fiduciaire créé par le gouvernement fédéral au lendemain de la réunification qui a eu pour mission jusqu’en 1994 de privatiser l’ensemble des biens de la propriété socialiste de la RDA (combinats industriels, bâtiments divers mais aussi fermes d’état et terres agricoles). il devait en particulier étudier les projets de développement économique des éventuels repreneurs. (Note des éditeurs)

9 Il avait fait un doctorat sur l’élevage bovin en Côte-d’Ivoire, puis avait dirigé une exploitation d’élevage bovin en Uruguay, une expérience exotique qu’il valorise aujourd’hui dans le contexte mecklembourgeois.

10 Le duché de Mecklembourg-Schwerin et ses domaines seigneuriaux sont liés à de grands noms du passé : Adam Gottlob von Moltke (1710-1793), maréchal au service du Danemark et régent de Frederik V (1723-1766), qui fut le maître d’ouvrage du palais d’Amalienborg, le Feld-maréchal comte Helmuth von Moltke (1800-1891), Henning Friedrich comte de Bassewitz (1680-1759), qui fut conseiller de la tsarine Catherine Ire, les écrivaines Ida Gräfin Hahn-Hahn (1805-1880) et Gertrud von Le Fort (1876-1971), Johann Heinrich von Thünen (1783-1850), auteur du très célèbre traité d’économie agraire L’État isolé en relation avec l’agriculture et l’économie nationale, ou encore Ago von Maltzan (1877-1927), architecte du traité de Rapallo en 1922 et ambassadeur d’Allemagne aux États-Unis.

Table des illustrations

Légende Carte 1Le maillage domanial de l’ancien duché de Mecklembourg-SchwerinLa carte montre la très grande densité des implantations domaniales dans le duché. Elles pouvaient être directement aux mains de grands propriétaires domaniaux, ou relever des biens fonciers de la couronne ducale, de congrégations religieuses ou même des villes. Les limites de circonscriptions administratives du duché suivaient les méandres de cette géographie de la grande propriété.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Illustration 1Vue du manoir de DalwitzCliché : Angelika Halama.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Illustration 2Vue du manoir de BasedowCliché : Angelika Halama.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Illustration 3Reconversion agro-touristique du domaine de Dalwitz1) Manoir (résidence de la famille et chambres d’hôtes) 2) Ancienne maison du régisseur (gîtes ruraux) 3) Maison Mai (maison d’hôtes) 4) Remise (restaurant) 5) Atelier de faisandage 6) Entrée et écuries 7) Manège équestre et terrains de tennis 8) Étables (élevage bovin). Source : http://www.feriengutdalwitz.de/​uebersicht-der-hofanlage.html
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4614/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

Docteur en géographie, Buxtehude

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540