Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

2. Remodelage et mise en récit des campagnes : l'invention du patrimoine rural

Restauration et mise en valeur des paysages historiques : l’exemple du patrimoine paysager (Kulturlandschaft1) de Potsdam

Ramona Simone Dornbusch

Texte intégral

  • 1 Afin de restituer la double dimension visuelle et culturelle du terme allemand, nous avons choisi d (...)
  • 2 L’Atlas du futur. Régions allemandes en concurrence de 2007 (Zukunftsatlas 2007. Deutschlands Regio (...)

1Les débats en cours sur la politique de développement régional dans le land de Brandebourg tendent à la faire passer d’un traitement égalitaire de l’ensemble du territoire à une concentration de l’effort sur des pôles de croissance. Dans un contexte d’émigration constante et d’affaiblissement en conséquence de l’économie dans les régions rurales, les formes d’utilisation du sol vont inéluctablement se transformer2. Il est donc urgent d’analyser l’état actuel du patrimoine paysager et d’en dégager la signification historique et culturelle. Si les centres urbains ont fait l’objet répété de recherches approfondies, l’espace rural reste largement ignoré. Rares sont les travaux qui interrogent le patrimoine paysager sur les traces de son passé. Les évolutions futures dépendent pourtant en partie de la connaissance que nous en avons et de notre capacité à en tenir compte.

  • 3 Vereinigung der Landesdenkmalpfleger in der Bundesrepublik Deutschland, Arbeitsblatt 16. Denkmalpfl (...)
  • 4 Ici comme la notion de « paysage » en français. (Note des éditeurs)
  • 5 Thomas Gunzelmann, « Der Begriff der Kulturlandschaft », Kulturlandschaft Fürst-Pückler-Park. Der B (...)

2Par Kulturlandschaft – notion qui renvoie à un paysage à la fois cultivé et culturel – on entend en Allemagne en général le « fruit d’une interaction entre des données relevant de l’espace naturel et l’influence que les hommes exercent au cours de l’histoire3 ». La notion de Kulturlandschaft se réfère donc d’abord4 à une construction complexe d’éléments et de structures issus de différentes époques : en font partie les aménagements du présent et les éléments encore visibles du passé, mais dont l’usage originel a été abandonné et qui subsistent alors à l’état de fossile ou dont il reste des reliques ; elle renvoie aussi à des référents historiques immatériels, présents sur un mode symbolique. Un Kulturlandschaft correspond donc à un tissage du présent et d’éléments vivants issus du passé. Il possède une « stratification historique profonde5 », tout en étant en perpétuelle transformation. Il est par conséquent de nature dynamique et ses transformations successives participent de sa valeur testimoniale. Autrement dit, on ne saurait donner valeur de témoignage au patrimoine paysager sans lui reconnaître aussi une dimension dynamique intrinsèque.

3On ne peut reconstituer la succession des entreprises humaines de transformation du patrimoine paysager uniquement à partir des sources historiques ou inversement de la seule analyse du paysage lui-même. La mise au jour des traces disparues ou partiellement détruites au fil de l’évolution paysagère demande une étude approfondie de ces deux types de sources. Nous mettrons ici en lumière la nécessité de mener cette double analyse historique et génétique à partir de l’étude empirique d’une partie du patrimoine paysager de Potsdam, capitale du land de Brandebourg.

  • 6 Deutscher Rat für Landespflege, Pflege und Entwicklung der Potsdamer Kulturlandschaft. Gutachterlic (...)

4Le « patrimoine paysager de Potsdam », qui comprend pour l’essentiel les parcs et châteaux royaux, est inscrit depuis 1990 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (illustration 1). L’espace classé, au départ très circonscrit, a fait l’objet jusqu’en 1999 de plusieurs adjonctions. En dépit de ces extensions, d’autres sites paysagers importants sur le plan historique et culturel n’ont pas été pris en compte sur la liste du patrimoine de l’humanité. La question de la constitution d’un cadre de protection élargi reste depuis lors au centre des débats6.

Illustration 1. Carte du territoire de Potsdam classé patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco

Illustration 1. Carte du territoire de Potsdam classé patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco

En grisé, le périmètre classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité : 1) Château de Sanssouci 2) Nouveau Palais 3) Colonie russe 4) Palais de marbre 5) Château de Babelsberg 6) Château de Glienicke 7) Église 8) Île aux paons 9) Finage de Bornim. Source : archive no 532 C « Châteaux et parcs de Potsdam et de Berlin », 2006, municipalité de Potsdam, Service de la conservation du patrimoine.

Le « patrimoine paysager de Potsdam »

  • 7 Andreas Kalesse, « Die Beziehung zwischen Kunstlandschaft und der Stadt Potsdam », Berlin, Potsdam. (...)
  • 8 Andreas Kalesse, Matthias Kartz et Peter Herling, « Die Potsdamer Havel. Ein Teil des preußischen A (...)

5Le service des monuments historiques conçoit Potsdam comme « une œuvre globale constituée à partir du XVIIe siècle et qui sut fondre dans son environnement paysager l’unité planifiée du développement urbain ainsi que des créations architecturales et artistiques ou des parcs et des jardins7 ». L’inscription de ce territoire dans un cercle de lacs et de bras de la Havel lui a conféré une sorte d’insularité qui a joué un rôle décisif dans tous ces projets. À partir du règne du prince électeur Frédéric-Guillaume (1640-1688), le paysage urbain et les alentours ruraux de « l’île de Potsdam » sont conçus en étroite relation et sont intégrés dans les plans d’embellissement. Un réseau étendu de pavillons de chasse, de résidences d’été et de fermes domaniales s’est développé autour du château royal du centre-ville. L’emblème de ce point nodal est aujourd’hui encore la coupole de l’église Saint-Nicolas sur l’ancien marché, visible à des kilomètres à la ronde (illustration 2). Les successeurs du prince électeur ont poursuivi ce projet avec une intensité et des intentions diverses. Le château et le parc de Sanssouci, chef-d’œuvre construit au XVIIIe siècle, comptent notamment parmi les réalisations architecturales et paysagères les plus célèbres de cet ensemble. Au milieu du XIXe siècle, les souverains Hohenzollern renouent avec cet esprit d’embellissement et créent des liens paysagers entre les jardins et parcs des périodes précédentes et les nouveaux sites et aménagements des alentours8. Impossible de comprendre ces transformations spatiales radicales du patrimoine paysager sans intégrer à la réflexion les réformes agraires de la Prusse de cette époque. Ce sont ces dernières qui permettent en effet de modifier profondément les structures économiques et foncières. Le dauphin Frédéric-Guillaume commande ainsi en 1833 un plan d’embellissement des environs de Potsdam à Peter Joseph Lenné (1789-1866), directeur des parcs et jardins royaux. Après l’avènement de Frédéric-Guillaume iv en 1840, ce plan constituera la base de tous les aménagements paysagers ultérieurs.

Illustration 2. Coupole de l’église Saint-Nicolas de Potsdam

Illustration 2. Coupole de l’église Saint-Nicolas de Potsdam

La vue est prise depuis le Kapellenberg, qui focalise les principales lignes de fuite du paysage de Potsdam. L’église est au fond, par-delà la colonie russe Alexandrovka. Cliché : Hans Bach, 2005.

6Lenné est issu d’une famille de jardiniers de la cour qui officient depuis plusieurs générations dans la région de Cologne et de Bonn. Lors d’un séjour à paris en 1811-1812, il a acquis sous la houlette d’André Thouin (1747-1824), professeur de botanique et administrateur du muséum d’histoire naturelle au Jardin des plantes, un savoir qu’il mettra par la suite en application à Potsdam. Grâce aux contacts étroits qu’il a noués avec le frère d’André, Gabriel Thouin (1747-1829), Lenné a eu connaissance des plans de réaménagement en parc paysager des jardins classiques du parc de Versailles.

  • 9 Cité par Klaus von Krosigk, « Peter Joseph Lenné  », Baumeister, Architekten, Stadtplaner. Biograph (...)

Les études de botanique qu’il suivit à paris lui vaudront sa réputation d’excellent connaisseur de plantes. Mais il suit de comparer le célèbre ouvrage de Gabriel Thouin, Plans raisonnés de toutes les espèces de jardins, et les premiers travaux de Lenné à Berlin et Potsdam pour comprendre combien la volonté créatrice et le langage formel de l’art des jardins de Lenné se sont aussi formés lors de son séjour parisien. Il a en outre complété ces travaux pratiques d’aménagements de jardin par un cours d’architecture auprès de Jean-Nicolas-Louis Durand (1760-1834), à l’école polytechnique.9

  • 10 Harri Günther et Sibylle Harksen, Heinz Schönemann éd., Peter Joseph Lenné. Katalog der Zeichnungen(...)
  • 11 La colonie russe Alexandrovka est constituée de treize « isbas », construites en 1826 autour de leu (...)

7L’agriculture tient une place décisive dans les projets de Lenné, ainsi qu’on le lit sur ses plans d’embellissement des espaces agricoles. Afin d’illustrer les idées réformatrices de Frédéric-Guillaume iv, il reçoit en 1842 la mission de faire du domaine de Bornim et de son finage, au nord de Sanssouci, un ensemble modèle correspondant aux ambitions esthétiques et économiques du roi10. Lenné peut y concrétiser de façon exemplaire ce qu’il a appris à paris. Dès 1824, il avait créé une pépinière régionale près de Potsdam, ainsi que le premier verger d’arbres fruitiers expérimental et accessible au public dans la colonie russe Alexandrovka11. À Bornim, il peut reprendre ces conceptions à une plus grande échelle.

Le « finage de Lenné »

  • 12 August Kopisch, Die Königlichen Schlösser und Gärten zu Potsdam, Berlin, Ernst & Korn, 1854, p. 209 (...)
  • 13 Gabriele Horn, « Königliches Amtsgehöft Bornim », Ludwig Persius. Architekt des Königs. Baukunst un (...)
  • 14 Gabriel Thouin, Plans raisonnés de toutes les espèces de jardins, Paris, Lebègue, 1820, voir en par (...)

8Projet pilote, le domaine de Bornim aura un statut particulier pour les plans d’embellissement ultérieurs. Un des principaux enjeux porte sur la transformation des parcelles peu fertiles en surfaces productives. Les mesures d’embellissement débutent en 1844. Le résultat est illustré par l’illustration 3 : l’ancienne ferme domaniale située au sein du village est démontée et déplacée dans le finage. Pour accéder au domaine depuis Potsdam, Lenné crée notamment une allée de tilleuls, greffée sur la route qui relie la ville à Bornim, et qui dessine une ample courbe vers l’ouest en soulignant une ligne naturelle du paysage. Lenné intègre les chemins existants dans ses plans, créant ainsi un réseau de communication très structuré, planté d’arbres d’ornement ou d’arbres fruitiers selon les propriétés du sol. Ain de protéger les terres arables de l’érosion éolienne, Lenné parcellise le finage et décide d’entourer les parcelles d’une haie vive de feuillus (cerisiers ou chênes). Sur les sols peu fertiles, il aménage des bosquets servant d’abris naturels pour le bétail ou bien de pépinières pour les arbres destinés aux allées. Les bosquets existants y sont intégrés12. Les corps de fermes (Ökonomiegehöft) dessinés par l’architecte de la cour Friedrich Ludwig Persius (1803-1845) dans le style d’une villa italienne, agrémentés d’une tour, d’une pergola et de dépendances, constituent le cœur de ce projet13. Lenné conçoit les plans des jardins et élabore une figure géométrique composée de vergers et potagers ainsi que de plantations de mûriers (illustration 4). Il entoure la ferme principale d’un petit parc, dont le plan s’inspire fortement des plans de vergers que Gabriel Thouin avait réalisés en 182014.

Illustration 3. Cartographie du domaine royal de Bornim au nord de Sanssouci

Illustration 3. Cartographie du domaine royal de Bornim au nord de Sanssouci

Extrait de la « Carte de l’île de Potsdam. Dessinée en l’an 1869 d’après la carte de Gütschow (1842) et les cartes foncières à usage fiscal dessinées par Kohles, arpenteur royal et secrétaire du cadastre ». Reproduction offerte par la société Pückler en 1992. Le plan original se trouve dans les archives de la Fondation des parcs et châteaux royaux de Berlin et du Brandebourg (Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg).

Illustration 4. Vue nord et plan de situation de la ferme domaniale de Bornim

Illustration 4. Vue nord et plan de situation de la ferme domaniale de Bornim

(d’après Ludwig Persius, vue nord et plan de situation, source Joseph Egle, « Das Oekonomiegehöfte Bornim » Allgemeine Deutsche Bauzeitung, 11/1846, p. 220-227, planche 45).

  • 15 Joachim Schneidewind, « Auf den Spuren von Lenné », Vermessung Brandenburg, vol. 99, n° 1, p. 37-42 (...)

9La réorganisation du finage est un grand succès à la fois esthétique et économique. Il ne subira pratiquement plus de remaniements jusqu’au milieu du XXe siècle. L’illustration 5 montre clairement la jonction réalisée entre le parc et le patrimoine paysager dans lequel il s’intègre. Le finage de Bornim, au maillage très structuré par des arbres, s’insère entre le lac Fahrlander au nord et la lisière arborée du parc de Sanssouci. Ce n’est qu’à partir des années 1960 que la production agricole industrielle de RDA modifie profondément ses structures et son aspect. Après la chute du mur de Berlin émerge la crainte de voir l’implantation de nouvelles activités induire des interventions urbanistiques de grande ampleur, et les responsables de l’aménagement sont appelés à adopter des mesures en conséquence. Les autorités du land de Brandebourg font établir un nouveau projet d’ensemble d’aménagement du paysage sur la base d’un nouvel arpentage et d’une analyse détaillée des plans et réalisations de Lenné. Une procédure de remembrement, permettant de modifier la réglementation foncière et de promouvoir le réaménagement des chemins et des plantations d’arbres, ouvre désormais la voie à une restauration de la majeure partie du finage historique. Le domaine de Bornim, malgré sa destruction quasiment complète, reste l’emblème du style des aménagements de l’époque : la mise au jour de ses fondations et la conservation d’une des tours belvédères lui ayant redonné une visibilité, il est intégré dans le nouveau plan d’aménagement. Depuis le projet de Lenné, les techniques ont cependant beaucoup changé et il faut donc transposer les besoins agricoles contemporains dans un contexte paysager historique. Ce processus de mutation et d’adaptation des pratiques a impliqué 200 propriétaires sur une superficie de 900 hectares divisés en 1 200 parcelles. Par-delà les mesures de désimperméabilisation des sols et de démolition de bâtiments de l’agriculture socialiste, le plan d’action prévoit de replanter les éléments caractéristiques de ce paysage tels que les haies, les bosquets et les allées, de rétablir les perspectives et de restaurer le réseau historique des chemins et fossés, tout en garantissant un accès aux chemins et parcelles adapté aux pratiques agricoles actuelles. Le nouveau finage est largement approuvé tant par les agriculteurs que par les touristes15.

Illustration 5. Vue aérienne oblique du château de Sanssouci et de ses environs

Illustration 5. Vue aérienne oblique du château de Sanssouci et de ses environs

Au premier plan, le nouveau palais dans le parc de Sanssouci avec vue vers le nord. Photographie de 1921, collection Wolfgang Holtz.

10Cet exemple concret montre qu’il est possible de restaurer à grande échelle la forme originale d’un paysage en se réappropriant ses structures historiques tout en assurant sa mise en valeur économique et touristique. Le finage de Lenné est un paysage important qui assure la transition entre le site inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et la campagne environnante. L’expérience ici acquise autorise à imaginer des interventions comparables sur les espaces voisins et à en attendre des effets similaires.

Les campagnes environnantes

  • 16 Simone Dornbusch, « Die Bereicherung der Landeshauptstadt Potsdam um einen Teil der mittelmärkische (...)

11Sept villages ont fusionné administrativement avec la ville de Potsdam à la suite de la réforme territoriale de 2003. La ville s’est enrichie de quelque 3 500 hectares d’espace rural qu’il s’agit avant tout de gérer16. Cette zone est contiguë au finage de Lenné, mais constitue un patrimoine paysager fort différent du cœur « du paysage de Potsdam » avec ses palais et parcs royaux. Dans ses Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg, publiées entre 1862-1882, l’auteur brandebourgeois Theodor Fontane décrit ces environs de Potsdam :

  • 17 Theodor Fontane, Wanderungen durch die Mark Brandenburg, Essen, Jokers Edition, 1990, p. 624.

[…] le Feldmark [est] plat comme une aire de battage. Peupliers et aulnes bordent les nombreux chemins, des moulins de drainage (slikke) sont posés sur les fossés, prêts à entrer en activité dès que la saison des pluies transforme les champs en îles. Dans l’ensemble, un paysage insipide, qui manque à la fois de caractère et d’attraits.17

  • 18 Simone Dornbusch, Landschaft als Kulturgut. Zum Aussagewert der aktuellen Kulturlandschaft, dargest (...)

12Les services de la conservation du patrimoine mettent l’accent sur la valeur historique et testimoniale de cet héritage rural et sur la manière de protéger, d’aménager et de développer avec précaution les éléments du paysage qui en font la valeur. Illustrons ces propos en nous appuyant sur le village de Kartzow. Les résultats d’une analyse historique et génétique du paysage du XIVe siècle à nos jours permettent d’apporter un éclairage historique sur la structure paysagère qui nous est parvenue et de procéder à une comparaison minutieuse avec la situation actuelle18.

Illustration 6. Rue principale de Kartzow, village de colonisation d’origine médiévale

Illustration 6. Rue principale de Kartzow, village de colonisation d’origine médiévale

L’illustration montre la rue principale du village datant de l’époque médiévale et en grande partie préservée. On distingue encore clairement l’ancien « chemin d’été » (Sommerweg) sur la droite de la rue. Les marronniers qui la bordent ont vraisemblablement été plantés au début du XXe siècle, à l’époque de la reconstruction du manoir. Cliché : Jens Dornbusch, 2006.

13Kartzow fait partie des villages qui ont vu le jour dans le cadre du mouvement de colonisation qui débute au XIIe siècle. Son origine médiévale se lit encore clairement dans la morphologie agraire : le finage est à peu près rectangulaire, le village est implanté au centre, à proximité des ressources naturelles en eau tout en restant hors des zones inondables. Il s’allonge de part et d’autre d’une grand-rue orientée nord-sud, parallèlement à une route commerciale médiévale importante (illustration 6). La partie située à l’ouest de cette rue principale était divisée en parcelles de tailles à peu près égales et perpendiculaires à la rue, sur lesquelles se trouvaient l’église entourée de son cimetière, le presbytère, et les fermes des principaux laboureurs du village, dont les potagers s’étendaient jusqu’au fossé en contrebas. La partie orientale, à l’inverse, était parsemée de quelques bâtiments isolés. On y trouvait l’école, les maisons des petits tenanciers et des ouvriers agricoles du domaine avec leur corps de fermes exigus et leurs petits lopins attenants. L’ensemble était organisé en fonction du domaine, situé à l’extrémité sud. Au milieu du XIXe siècle, il se composait du manoir et de son parc d’un côté de la rue, et de ses dépendances de l’autre côté.

  • 19 Ibid.

14Le parcellaire, représenté pour la première fois sur une carte du XIXe siècle (le document 7 en montre une version simplifiée), illustre l’état des structures foncières après la réforme agraire (die Separation) menée à l’époque pour abolir le régime du servage et redistribuer la terre à la paysannerie en fonction de critères économiques. Il est intéressant de noter qu’à l’inverse de ce qui s’est produit dans les villages environnants, la réforme s’est résumée à Kartzow à une simple dissociation des parties domaniales et paysannes. Le nouveau parcellaire des parties paysannes se fonde principalement sur les anciennes structures. On y reconnaît la prédominance historique des labours, seules quelques parcelles isolées étant laissées aux pâturages. La grande dimension des parcelles domaniales témoigne d’une orientation agro-industrielle ancienne de l’activité : à l’époque de la réforme agraire, des pommes de terre y étaient cultivées pour la distillation d’eau-de-vie19.

Illustration 7. Finage de Kartzow après l’abolition du servage et la réforme agraire au milieu du XIXe siècle

Illustration 7. Finage de Kartzow après l’abolition du servage et la réforme agraire au milieu du XIXe siècle

Nouveau tracé du territoire communal de Kartzow dessiné à partir de la carte II. Reinkarte von der bäuerlichen Feldmark Kartzow, dressée d’après l’arpentage de 1849. Plans de l’agence Ingenieurbüro Schultz, Abteilung Geoinformation, Cottbus, 2007/Cartographie : Wolfgang Straub.

15La construction au XXe siècle de l’autoroute et de voies ferrées, au nord-ouest du territoire, a laissé des marques profondes dans le paysage. La comparaison de la carte dressée à l’époque de la réforme agraire avec le plan cadastral actuel révèle qu’en dépit de la modernisation et de la collectivisation de l’agriculture après la Seconde Guerre mondiale, la configuration parcellaire n’a pratiquement pas changé. Les transformations induites par la création des grandes unités de production agricole en RDA n’ont ainsi pas eu d’impact profond sur la totalité du finage et se sont limitées aux parties déjà remaniées par la réforme foncière du XIXe siècle. Sur les petites parcelles, on s’est contenté d’essarter les boisements et d’arracher les haies. Les sources prouvent en outre que de nombreux arbres fruitiers avaient été plantés le long des chemins, dont une partie avait survécu à la guerre mondiale. Les photographies aériennes actuelles montrent un paysage appauvri et déstructuré par la disparition des arbres et autres éléments ligneux. Dans un plan d’aménagement futur, il faudrait reconstituer ces structures et notamment replanter des arbres pour retrouver l’expression historique de ce paysage.

16Au demeurant, il ne s’agit pas de muséifier le paysage. Ces recherches ne constituent pas une fin en soi, mais sont aussi une contribution à la mise en œuvre d’un projet de reconversion de l’ancien domaine seigneurial en un hôtel spa. Les promoteurs du projet s’appuient ici sur la ressource naturelle particulière qu’offrent des sources salines issues d’un gisement d’eau à haute teneur en sel, stocké dans une épaisse strate de grès située à 300 mètres de profondeur sous Kartzow. Il est prévu d’exploiter ces sources à des fins thermales, notamment pour traiter les maladies cutanées. La restauration du paysage environnant pourrait accompagner ce projet touristique et offrir un espace de détente et de promenade de qualité aux futurs curistes. Le projet pourrait être de surcroît articulé à un autre projet paysager situé, par-delà la lande de Döberitz, sur des terrains du domaine qui avaient été transformés en champ de manœuvres au cours des années 1920. Sur cette lande de 3 500 hectares, inaccessible durant près d’un siècle, s’est développé un paysage unique de zones sableuses et de pelouses sèches, remarquable par sa biodiversité. Classée zone protégée au terme de son utilisation militaire, cette lande est gérée depuis 2004 par la fondation Heinz Sielmann qui se consacre à la préservation de son écosystème et prévoit d’y aménager un vaste réseau de chemins de randonnées et de belvédères pour observer les espèces sauvages (bisons, chevaux sauvages de Przewalski et cervidés) réintroduites sur le site.

  • 20 Simone Dornbusch, « Satzung zum Schutz des Denkmalbereichs Kartzow der Landshauptstadt Potsdam vom (...)

17En 2005, le conseil municipal de Potsdam a incité le maire à classer le village de Kartzow et à mettre en place une réglementation protectrice de son site (Denkmalbereichssatzung20) qui, selon la loi sur la conservation des sites et des monuments du Brandebourg, constitue pour les collectivités territoriales un outil de protection des sites de grande taille, particulièrement adapté à la conservation du patrimoine culturel en milieu rural. Depuis son introduction dans le land de Brandebourg en 1991, ce dispositif n’a pourtant jamais été en mesure de protéger un village avec la totalité de son finage. Dans ce cas, la proposition a fait l’objet de longs débats avant d’être finalement rejetée par la majorité des villageois, puis à son tour par l’assemblée municipale. Ce refus s’explique en premier lieu par la méfiance de la population rurale vis-à-vis d’un règlement suspecté d’être citadin. Il révèle en second lieu que l’intérêt des habitants pour l’histoire de leur village n’est pas suffisant pour les mobiliser en faveur de la préservation du site. Cette expérience montre ainsi que, pour la population, la conservation du paysage et du patrimoine rural n’est pas encore comprise partout comme un investissement d’importance pour l’avenir.

Conclusion

18Le site classé sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco englobe uniquement la partie la plus précieuse de l’architecture et des jardins de Potsdam et Berlin. L’exposition horticole nationale de 2001 (Bundesgartenschau) a été l’élément déclencheur de l’intérêt pour d’autres composantes du « patrimoine paysager de Potsdam », à l’instar du finage attenant créé par Lenné. L’aménagement des structures agraires, mené à partir d’une analyse des éléments paysagers subsistants et de leur confrontation avec les cartes historiques, a ainsi permis de restaurer et de reconstituer la structure paysagère originelle. Ce projet a rendu à nouveau lisibles et compréhensibles les interdépendances fonctionnelles d’origine de ce paysage désormais largement adopté par les agriculteurs comme par les touristes. Il n’est pas nécessaire d’entreprendre des mesures de restauration de cette ampleur à Kartzow. Les enquêtes ont montré que la structure paysagère est largement préservée et qu’il suffirait de procéder à quelques mesures de régénération (plantation de rangées d’arbres, d’allées, etc.) pour pouvoir à nouveau appréhender la valeur documentaire de ce paysage. Avec cette réhabilitation, on aurait alors remis en valeur une chaîne historique de morphologie paysagère, allant de Sanssouci au finage de Lenné et à l’espace rural qui le prolonge. La lisibilité de ces éléments joue un rôle particulièrement important dans un contexte contemporain d’expansion urbaine où l’on cherche à préserver un cadre de vie et des espaces dédiés aux loisirs intéressants et diversifiés. Elle permet de surcroît, de découvrir à proximité de la ville des formes d’économie rurale et un univers à l’antithèse de celui des agglomérations urbaines.

Notes

1 Afin de restituer la double dimension visuelle et culturelle du terme allemand, nous avons choisi de traduire Kulturlandschaft par « patrimoine paysager » ; voir le glossaire en in d’ouvrage. (Note des éditeurs)

2 L’Atlas du futur. Régions allemandes en concurrence de 2007 (Zukunftsatlas 2007. Deutschlands Regionen im Zukunftswettbewerb) établit un pronostic des chances de développement futur des diverses régions d’Allemagne en termes de dynamique économique, de démographie, de conditions sociales, de situation du marché de l’emploi, de compétitivité et d’innovations. Les régions rurales des nouveaux länder, en particulier, sont qualifiées dans leur majorité de « régions à hauts, voire très hauts, risques à l’avenir  ». Voir http://www.prognos.com/zukunftsatlas/07/index.php# (consulté le 7 juin 2007).

3 Vereinigung der Landesdenkmalpfleger in der Bundesrepublik Deutschland, Arbeitsblatt 16. Denkmalpflege und historische Kulturlandschaft, publié dans Denkmalschutz Information DSI 3/2002, p. 93, disponible également sur http://www.denkmalpflege-forum.de/Download/Nr16.pdf.

4 Ici comme la notion de « paysage » en français. (Note des éditeurs)

5 Thomas Gunzelmann, « Der Begriff der Kulturlandschaft », Kulturlandschaft Fürst-Pückler-Park. Der Branitzer Außenpark im Brennpunkt widerstreitenderInteressen, Axel Klausmeier éd., Bad Münstereifel, Westkreuz Verlag, 2005, p. 20-30, ici p. 23 et suiv.

6 Deutscher Rat für Landespflege, Pflege und Entwicklung der Potsdamer Kulturlandschaft. Gutachterliche Stellungnahme und Ergebnisse eines wissenschaftlichen Kolloquiums vom 17. bis 18. Oktober 1994 in Potsdam, n° 66 de Schriftenreihe des Deutschen Rates für Landespflege, 1995.

7 Andreas Kalesse, « Die Beziehung zwischen Kunstlandschaft und der Stadt Potsdam », Berlin, Potsdam. Kunstlandschaft, Landeskultur, Bewahrung der Umwelt. Symposion in Potsdam vom 22.-24. Oktober 1993, Stiftung Mitteldeutscher Kulturrat Bonn et Hermann Heckmann éd, Weimar/Cologne/Vienne, Böhlau (Aus Deutschlands Mitte ; 28), 1994, p. 23-37.

8 Andreas Kalesse, Matthias Kartz et Peter Herling, « Die Potsdamer Havel. Ein Teil des preußischen Arkadien », Bauwelt, vol. 84, n° 11, 1993, p. 485-491.

9 Cité par Klaus von Krosigk, « Peter Joseph Lenné  », Baumeister, Architekten, Stadtplaner. Biographien zur baulichen Entwicklung Berlins, Wolfgang Ribbe éd., Berlin, Historische Kommission zu Berlin/Stapp (Berlinische Lebensbilder), 1987, p. 4-28, ici p. 5.

10 Harri Günther et Sibylle Harksen, Heinz Schönemann éd., Peter Joseph Lenné. Katalog der Zeichnungen (catalogue de l’exposition Peter Joseph Lenné, Landschaftsarchitekt und Stadtplaner. 1789-1866), Tübingen/Berlin, Wasmuth, 1993.

11 La colonie russe Alexandrovka est constituée de treize « isbas », construites en 1826 autour de leur église à bulbes sur la Kapellenberg, à la demande du roi Frédéric-Guillaume III, pour loger les chanteurs russes du premier régiment de la garde prussienne. (Note des éditeurs)

12 August Kopisch, Die Königlichen Schlösser und Gärten zu Potsdam, Berlin, Ernst & Korn, 1854, p. 209-211.

13 Gabriele Horn, « Königliches Amtsgehöft Bornim », Ludwig Persius. Architekt des Königs. Baukunst unter Friedrich Wilhelm iv (catalogue de l’exposition tenue du 20 juillet au 19 octobre 2003 au château de Babelsberg), Potsdam, Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg, 2003, p. 212-213.

14 Gabriel Thouin, Plans raisonnés de toutes les espèces de jardins, Paris, Lebègue, 1820, voir en particulier l’illustration n° 7 « Jardin fruitier en quinconce ».

15 Joachim Schneidewind, « Auf den Spuren von Lenné », Vermessung Brandenburg, vol. 99, n° 1, p. 37-42. Matthias Platzeck, « Bundesgartenschau Potsdam 2001. Gartenkunst zwischen gestern und morgen », Gartenkultur in Brandenburg und Berlin, Brandenburgisches Ministerium für Landwirtschaft, Umweltschutz und Raumordnung éd., Potsdam, Ministerium für Landwirtschaft, Umweltschutz und Raumordnung des Landes Brandenburg, 2000, p. 206-209. Diethild Kornhardt, « Die Feldflur. Das Erlebnis Natur », Potsdam Grün. Gartenkunst zwischen gestern und morgen, Michael Seiler, Thies Schröder et Herta Simon éd., Hambourg, L & H Verlag (Green Guide), 2001, p. 96-106.

16 Simone Dornbusch, « Die Bereicherung der Landeshauptstadt Potsdam um einen Teil der mittelmärkischen Kulturlandschaft : die neuen Dörfer und Ortschaften  », Potsdam. Denkmalschutz Denkmalpflege, Potsdam, Landeshauptstadt Potsdam (Bereich Untere Denkmalschutzbehörde), 2006, p. 41-44.

17 Theodor Fontane, Wanderungen durch die Mark Brandenburg, Essen, Jokers Edition, 1990, p. 624.

18 Simone Dornbusch, Landschaft als Kulturgut. Zum Aussagewert der aktuellen Kulturlandschaft, dargestellt am Beispiel der Gemarkung Fahrland mit vergleichenden Aspekten zur Gemarkung Satzkorn (Potsdam), thèse de doctorat soutenue en mai 2011 à l’université européenne Viadrina de Francfort-sur-l’Oder.

19 Ibid.

20 Simone Dornbusch, « Satzung zum Schutz des Denkmalbereichs Kartzow der Landshauptstadt Potsdam vom 6. März 2006 (Denkmalbereichssatzung Kartzow) », projet de réglementation réalisé à la demande de la sous-direction à la protection des monuments historiques de la région Potsdam.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Carte du territoire de Potsdam classé patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco
Légende En grisé, le périmètre classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité : 1) Château de Sanssouci 2) Nouveau Palais 3) Colonie russe 4) Palais de marbre 5) Château de Babelsberg 6) Château de Glienicke 7) Église 8) Île aux paons 9) Finage de Bornim. Source : archive no 532 C « Châteaux et parcs de Potsdam et de Berlin », 2006, municipalité de Potsdam, Service de la conservation du patrimoine.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Illustration 2. Coupole de l’église Saint-Nicolas de Potsdam
Légende La vue est prise depuis le Kapellenberg, qui focalise les principales lignes de fuite du paysage de Potsdam. L’église est au fond, par-delà la colonie russe Alexandrovka. Cliché : Hans Bach, 2005.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Illustration 3. Cartographie du domaine royal de Bornim au nord de Sanssouci
Légende Extrait de la « Carte de l’île de Potsdam. Dessinée en l’an 1869 d’après la carte de Gütschow (1842) et les cartes foncières à usage fiscal dessinées par Kohles, arpenteur royal et secrétaire du cadastre ». Reproduction offerte par la société Pückler en 1992. Le plan original se trouve dans les archives de la Fondation des parcs et châteaux royaux de Berlin et du Brandebourg (Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4612/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Illustration 4. Vue nord et plan de situation de la ferme domaniale de Bornim
Légende (d’après Ludwig Persius, vue nord et plan de situation, source Joseph Egle, « Das Oekonomiegehöfte Bornim » Allgemeine Deutsche Bauzeitung, 11/1846, p. 220-227, planche 45).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4612/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 5. Vue aérienne oblique du château de Sanssouci et de ses environs
Légende Au premier plan, le nouveau palais dans le parc de Sanssouci avec vue vers le nord. Photographie de 1921, collection Wolfgang Holtz.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4612/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Illustration 6. Rue principale de Kartzow, village de colonisation d’origine médiévale
Légende L’illustration montre la rue principale du village datant de l’époque médiévale et en grande partie préservée. On distingue encore clairement l’ancien « chemin d’été » (Sommerweg) sur la droite de la rue. Les marronniers qui la bordent ont vraisemblablement été plantés au début du XXe siècle, à l’époque de la reconstruction du manoir. Cliché : Jens Dornbusch, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4612/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Illustration 7. Finage de Kartzow après l’abolition du servage et la réforme agraire au milieu du XIXe siècle
Légende Nouveau tracé du territoire communal de Kartzow dessiné à partir de la carte II. Reinkarte von der bäuerlichen Feldmark Kartzow, dressée d’après l’arpentage de 1849. Plans de l’agence Ingenieurbüro Schultz, Abteilung Geoinformation, Cottbus, 2007/Cartographie : Wolfgang Straub.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4612/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Chargée d’étude à la ville de Potsdam pour la gestion des monuments du patrimoine UNESCO

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540