Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

2. Remodelage et mise en récit des campagnes : l'invention du patrimoine rural

Introduction à la seconde partie

Béatrice Von Hirschhausen

Texte intégral

  • 1 David Blackbourn, The Conquest of Nature. Water, Landscape and the Making of Modern Germany, Londre (...)

1La question de la réinvention contemporaine de la ruralité est à situer dans l’histoire d’une longue série de remodelages des paysages et des espaces ruraux. Ce processus permanent d’ajustement des agencements productifs et sociaux à leur environnement ou de mise en œuvre de projets modernisateurs s’accompagne de diverses mises en récit qui s’emploient au fil des époques à expliquer, à légitimer ou à contester les changements à l’œuvre. Dans ce processus de réécriture et de remodelage des espaces ruraux, le récit est action et l’action récit. Chaque moment de l’histoire rurale est inscrit dans des narrations qui donnent sens aux entreprises de transformation des morphologies agraires : narration de l’embellissement et de la conquête de la nature à l’époque des grands aménagements paysagers et hydrauliques des XVIIIe et XIXe siècles1, narration de la modernisation et de la justice sociale sous la république de Weimar au moment des opérations de colonisation sur les terres des grands domaines réinscrites ensuite dans une narration de la terre et du sang sous le nazisme, narration socialiste au moment de la collectivisation, narrations contemporaines du développement durable ou de la valorisation patrimoniale qui accompagnent les opérations de restauration du bâti ou de réhabilitation paysagère. De manière symétrique, les transformations et les réagencement des éléments qui structurent l’espace et le paysage modifient les représentations qu’une société se fait d’elle-même, transforment les images qu’elle donne à l’extérieur et participent d’une réécriture de son histoire.

2Les dynamiques contemporaines de redéfinition de la ruralité s’inscrivent dans cette logique. Comme aux périodes précédentes, il s’agit pour les acteurs locaux ou régionaux de donner ou redonner sens aux éléments matériels souvent disparates hérités des époques précédentes, en les triant et en les réagençant selon de nouvelles priorités : parcellaires et chemins, châteaux des junkers ou habitats collectifs socialistes, étables industrielles ou corps de ferme, exploitations minières ou espaces naturels sont tantôt valorisés, tantôt détruits ou négligés en fonction d’une lecture de l’espace et des paysages qui assigne sens et valeurs aux fonctions et aux objets.

3Nous explorons dans cette seconde partie de l’ouvrage, différentes opérations de remodelages et mises en récit, successives ou concurrentes. Elles ont en commun de concerner les territoires « de l’est » : la Mazurie passée à la Pologne depuis 1945, pour le premier texte, et les campagnes de l’ex-RDA pour les suivants. Certains de ces remodelages cherchent à renouer avec un sens originaire, relu et réinterprété dans une visée patrimoniale de restauration de formes antérieures ; d’autres, au contraire, cherchent à inventer de nouveaux agencements en proposant de nouvelles pratiques de l’espace ; toutes ces opérations ont en commun de devoir composer avec de nouveaux usages et avec des formes matérielles héritées, construites pour des fonctions aujourd’hui périmées.

4Nous choisissons d’entrer dans le propos de manière indirecte, à partir du texte de Dorle Merchiers qui analyse le roman Heimatmuseum de Siegfried Lenz, l’un des écrivains de langue allemande les plus importants de l’après-guerre. Dans ce roman en partie autobiographique, le narrateur raconte son histoire de Mazure né sur ces terres autrefois allemandes, confronté à la montée du nazisme et à la guerre puis obligé de quitter son pays natal et de se réfugier en Allemagne de l’ouest au moment du redécoupage des frontières et de la cession de la Mazurie à la Pologne en 1945. La figure centrale du roman est en fait celle du musée local, le Heimatmuseum, dont le narrateur a la charge et où ont échoué au fil des dons et des collectes de multiples objets, témoins de la vie quotidienne passée et de l’histoire de la région. La collection n’est pas anodine : dans les années 1930, le narrateur doit la défendre contre les visées manipulatrices des zélateurs du IIIe Reich qui veulent n’y laisser que les témoins de la culture « aryenne » et il finit par choisir de le fermer ; en 1945, au moment de son évacuation, il sauve l’essentiel de la collection et l’emporte avec lui ; dans les années d’après-guerre, il cherche à défendre une reconstitution du musée qui restituerait de la manière la plus ouverte et exhaustive l’histoire de la Mazurie ; il doit à nouveau résister, cette fois-ci contre le projet de ses compatriotes d’en gommer les aspects les plus dérangeants de la période nazie et finit par préférer la détruire plutôt que la voir enrôlée dans de nouvelles visées chauvines. Dans son analyse, Dorle Merchiers montre que ce qui est en jeu dans ce roman, c’est la question de la manipulation des legs du passé à travers le tri des objets et leur agencement. C’est aussi une position de résistance à la tentation de figer cette identité régionale dans une « pureté » anhistorique. À différents moments historiques de la narration, la question de la sélection des objets pertinents, significatifs de l’histoire de la région, se trouve au cœur d’un combat idéologique. L’identification du patrimoine ne peut prétendre à la neutralité ; toute entreprise de sélection et de mise en scène des objets est à la fois le produit d’un récit et producteur d’histoire.

  • 2 Dean S. Rugg, Eastern Europe, Londres/New York, Longman (The World’s Landscapes), 1985.

5L’histoire des réagencements du Heimatmuseum peut être lue ici comme une métaphore des remodelages successifs des campagnes analysés dans les trois textes suivants. Les contributions de Ramona Simone Dornbusch, Angelika Halama et Catherine Robert traitent en effet d’opérations de développement économique et/ou culturel menées au cours des deux dernières décennies dans les nouveaux länder allemands. Chaque fois, leur analyse conduit à revenir sur des épisodes passés qui ont vu la mise en place d’«  objets » (châteaux et fermes domaniales, finages et chemins, étables industrielles et mines à ciel ouvert, etc.) qu’il s’agit désormais de « valoriser » au sein de nouveaux agencements économiques ou au contraire d’effacer et détruire, le plus souvent en récusant les narrations précédentes. De ce point de vue, les nouveaux länder, plus que les espaces ouest-allemands, ont connu une suite heurtée de contextes politiques et idéologiques qui mettent au jour, avec acuité, la série de narrations contradictoires qui ont présidé aux opérations de tri, de destruction, de réhabilitation, de restauration, de réinvention de différents objets paysagers. Le palimpseste paysager, plusieurs fois gratté et réécrit et tel qu’il fut théorisé par Dean Rugg2 en 1985 pour analyser les paysages d’Europe centrale et orientale, est ici une réalité omniprésente. Les réécritures successives de l’espace ont laissé des traces hétérogènes souvent inachevées, juxtaposées et discordantes. Sous cet angle, les projets contemporains font figure d’épisode supplémentaire dans le cours d’une histoire qui en connut plusieurs.

6L’entreprise de réhabilitation paysagère des alentours de Potsdam que décrit Ramona Simone Dornbusch est ainsi exemplaire d’un projet contemporain d’effacement des traces laissées par l’expérience collectiviste et de restauration des dessins précédents à des fins patrimoniales mais aussi touristiques. Partant d’une double analyse, à la fois historique, appuyée sur des documents d’archives, et morphologique, les projets cherchent à reconstituer l’architecture première tout en la conformant aux besoins de l’activité agricole moderne et aux attentes du développement touristique de cette périphérie immédiate de Berlin. L’article traite de deux projets. Le premier, achevé, a consisté à reconstituer le finage réalisé à partir de 1844 par Peter Joseph Lenné, pour le compte du roi de Prusse sur un domaine agricole des abords de Potsdam. Il s’agissait alors d’allier un projet esthétique d’embellissement de la campagne à un projet exemplaire de modernisation agricole dans un domaine modèle installé sur des terres bonifiées. De cette intention première, l’actuelle restauration retient le premier volet en replantant les haies et allées d’arbres, en reconstituant les mailles des parcelles et le réseau des chemins, en détruisant les bâtiments et réalisations collectivistes qui déparent l’ensemble. Sur le volet agricole, elle ne s’intéresse plus à la performance productive mais à la concertation avec les exploitants installés sur ce territoire et dont le projet s’est attaché à recueillir l’assentiment. L’exemplarité a changé de nature : c’est un modèle de concertation et de recherche du consensus entre les usagers de la campagne que l’on cherche cette fois-ci à promouvoir.

7Le second exemple analysé par Simone Dornbusch est situé dans une périphérie plus lointaine de « l’île de Potsdam » et vise à réhabiliter les paysages des campagnes environnantes autour d’un projet de restauration du manoir seigneurial et de sa conversion touristique et thermale. Il s’agit d’étendre les retombées du tourisme de Potsdam en élargissant de proche en proche l’aire d’attraction autour du noyau des parcs et châteaux classés patrimoine de l’humanité par l’Unesco. Mais dans le cas étudié, le projet bute sur la résistance de la communauté locale qui a refusé le classement sur la liste des sites protégés. Les autorités de la ville de Potsdam se défendent de vouloir muséifier le paysage et mettent l’accent sur les retombées économiques attendues. On retrouve dans cette étude de cas, les éléments d’une tension récurrente dans l’ensemble des projets de valorisation rurale entre formes héritées et nouvelles fonctions à imaginer dans un contexte général de marginalisation des enjeux économiques agricoles. On est passé de la lecture fonctionnaliste des ressources rurales focalisée sur l’activité productive de l’époque collectiviste à une lecture patrimoniale et touristique qui retourne de fond en comble le sens et la valeur des lieux, met en exergue des constructions emblématiques autrefois décriées, en fait sombrer d’autres dans l’abandon et dans l’oubli, et déplace ainsi des constructions fonctionnelles (bâtiments agricoles et techniques) vers les objets du patrimoine (châteaux, aires protégées de la biodiversité, chemins de randonnées, etc.) soulignant les lignes structurantes du paysage.

8Cette question de la tension non résolue entre formes héritées et nouvelles fonctions est au cœur de la contribution d’Angelika Halama, qui analyse la manière dont des investisseurs privés et les instances régionales dans le Mecklembourg se saisissent du patrimoine des manoirs et châteaux légués par la grande propriété foncière et que la période socialiste avait laissé tomber en désuétude et en ruine. On pourra s’arrêter dans son étude sur la façon dont la suite des réformes agraires et politiques a progressivement transformé, au cours du XXe siècle, les morphologies agraires et essaimé chaque fois différents types de constructions au gré de leurs priorités politiques et économiques. La sédimentation des éléments s’y est faite sous des climats idéologiques contrastés et au cours de la dernière permutation – celle des années 1990 – les demeures domaniales sont passées du statut de témoins délaissés d’un passé décrié à celui de pivot de la renaissance des économies locales. La reconversion des campagnes mecklembourgeoises passe cette fois-ci par « un double mouvement : un mouvement juridique de transformation des entreprises agricoles socialistes, de recompositions foncières et de privatisation de leur patrimoine immobilier, et un mouvement culturel et identitaire de réinvention d’une tradition, de réinscription des legs de l’histoire domaniale dans des récits qui prennent le contrepied de la narration socialiste  ».

9La troisième analyse d’une opération de remodelage nous est offerte par Catherine Robert dans son étude du Fürst-Pückler-Land aux confins du Brandebourg et de la Saxe, sur la frontière polonaise, qui tient à la fois de l’aménagement du territoire et de l’opération marketing. Il s’agit cette fois-ci de mettre sur le marché des loisirs et du tourisme un improbable assemblage paysager combinant les restes réhabilités des paysages miniers de l’exploitation du lignite à ciel ouvert et la reconstitution de deux parcs paysagers du prince Pückler que la guerre avait ravagés et le découpage frontalier de 1945 dépecés. Cet exemple pourrait faire figure d’aboutissement ultime et paradoxal des logiques de réinvention du sens et de la forme des espaces ruraux. Le volontarisme qui y préside passe par d’importants financements régionaux, fédéraux ou européens, et un modèle de reconversion inspiré par l’exemple de la Ruhr et par l’expérience du Emscher Park combinant héritage industriel, mise en valeur patrimoniale et environnementale et projets culturels. Les parcs paysagers servent de « produits d’appel » pour la clientèle urbaine en quête d’espaces de loisirs à qui l’on propose un parcours à la fois paysager et historique. Le dispositif sélectionne ses lieux de mémoire, valorise la symbolique européaniste d’un parc transfrontalier qui enjambe l’Oder et la frontière germano-polonaise, et propose une forme de réécriture de l’histoire qui n’est pas éloignée de celle que le narrateur de Siegfried Lenz récusait pour son Heimatmuseum.

10Le dernier texte, celui d’Isabelle Solères examinant la nouvelle fortune de l’œuvre littéraire de Theodor Fontane et son instrumentalisation à la fois identitaire et touristique au lendemain de la chute du mur, nous offre pour clore cette partie une des clés d’interprétation possible de la mise en patrimoine sélective à l’œuvre dans les campagnes contemporaines. « Nous devons aimer tout ce qui est ancien, pour autant que ce soit justifié, mais c’est bien pour ce qui est nouveau qu’il nous faut véritablement vivre. » Isabelle Solères relève que cette citation de Fontane est la plus utilisée dans les articles de presse qui par dizaines lui ont été consacrés au cours des années 1990. Elle montre dans son étude que le succès à la fois médiatique et touristique de l’auteur des Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg renvoie pour une part à sa fonction emblématique de figure partagée par les allemands de l’est et de l’ouest par-delà l’expérience de la guerre froide, pour une part aussi à sa fonction de guide permettant aux Berlinois de l’ouest de partir à la redécouverte de la campagne brandebourgeoise en enjambant l’héritage récusé de la collectivisation. Mais elle montre aussi que ce succès est en partie à inscrire dans ce que Pierre Nora a nommé un « avènement de la mémoire » et dans une transformation profonde du rapport au passé des sociétés contemporaines, coupées de leurs traditions et donc enclines à les sacraliser. Cette « mémorialisation » de la campagne à l’œuvre partout en Europe est sans doute d’autant plus repérable dans les nouveaux länder que la fin de la guerre froide vient reconfigurer le rapport de l’ensemble de la société allemande à son histoire. Elle est aussi d’autant plus active qu’elle fait figure de recours économique dans un contexte de recul massif de l’activité agricole et qu’elle est instrumentalisée à des fins de marketing. La réinvention des campagnes semble ainsi s’opérer dans un étrange syncrétisme qui mêle récits identitaires et patrimoniaux, invocation du développement durable et de la protection de la nature et langage publicitaire.

Notes

1 David Blackbourn, The Conquest of Nature. Water, Landscape and the Making of Modern Germany, Londres, W. W. Norton & Company, 2006.

2 Dean S. Rugg, Eastern Europe, Londres/New York, Longman (The World’s Landscapes), 1985.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540