Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

1. La construction du rural comme ressource

La conversion de l’économie régionale dans l’Eifel : de la « Sibérie rhénane » au parc de loisirs

Peter Burggraaff et Klaus-Dieter Kleefeld

Texte intégral

1Les auteurs de cette contribution souhaitent traiter de la question de la valorisation de paysages ruraux régionaux à partir de l’exemple de l’Eifel, situé à l’ouest de l’Allemagne, entre les länder de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de Rhénanie-Palatinat, à la frontière de la Belgique, du Luxembourg et de la France. Leur analyse se fonde sur leur expérience professionnelle de spécialistes de géographie historique appliquée, impliqués depuis plusieurs années dans différents programmes de gestion des paysages de cette région. Cette dernière est en effet passée en quelques décennies d’une valorisation agricole et forestière marquée par le sous-développement et la pauvreté à une valorisation touristique de grande ampleur. Ils reviennent en première partie sur la nature de cette conversion avant de décrire la variété d’acteurs et de dispositifs institutionnels qui ont été mobilisés à différentes échelles dans ce processus.

Retour sur une conversion régionale

De l’enclavement à l’intégration

2La région de l’Eifel est historiquement une région agricole et sylvicole. Ces activités y sont dominantes encore aujourd’hui et les paysages en gardent la marque malgré les profondes transformations de ces cent cinquante dernières années. En dépit de conditions agro-climatiques défavorables, les hommes avaient créé ici, au cours du temps, les fondements de leur existence, mais la pauvreté générale poussa de nombreuses générations à émigrer en Amérique, particulièrement au XIXe siècle. Vue du centralisme prussien, la région était à l’époque une périphérie lointaine, située à grande distance de Berlin, coincée au bord d’une frontière militarisée et décrite tant pour son enclavement que pour son climat rude comme une « Sibérie rhénane ». Après les mauvaises récoltes et les disettes des années 1880, le gouvernement prussien mit en place les premières mesure structurelles – comme le « Fonds de l’Eifel » (Eifelfond) en 1883, remplacé en 1897 par le « Fonds occidental » (Westfond) – d’aide à l’agriculture, à la sylviculture et plus généralement à la population, inaugurant une longue suite de politiques publiques d’aide et d’interventions étatiques dans la région. En dépit de ces aides structurelles, l’agriculture de l’Eifel eut toujours beaucoup de mal à soutenir la concurrence de régions plus favorisées alors même que la plupart des habitants restèrent tributaires, jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, d’une agriculture de subsistance ou d’activités sylvicoles.

3Le redressement de l’économie allemande à partir des années 1950, également sensible dans l’Eifel, et la forte baisse du taux de natalité ont toutefois profondément modifié la situation. L’accroissement de la mobilité de la population et l’essor des déplacements pendulaires, l’implantation d’activités commerciales et industrielles, le développement de l’administration et des établissements scolaires, le développement touristique et la viabilisation des infrastructures ont amélioré les conditions de vie et de travail. L’exode agricole permit un allègement de la pression foncière et l’augmentation de la taille moyenne des exploitations. Les nouvelles opportunités d’emploi ouvrirent la voie à la pluriactivité familiale et à l’essor de pratiques agricoles plus extensives.

4Par ailleurs l’installation, durant près de quarante ans, de la capitale ouest-allemande à Bonn, au bord de l’Eifel, ainsi que la construction européenne et l’effacement des frontières, ont inversé les représentations de la région. Sa situation au contact d’une des aires les plus urbanisées et les plus densément peuplées d’Europe a stimulé l’activité touristique et l’a inscrite dans les zones de migrations pendulaires et de circulation des agglomérations de Düsseldorf, Bonn, Cologne (et au-delà, de la Ruhr), ainsi que de Coblence (et au-delà, de l’espace Rhin-Main) et du Benelux. L’Eifel se souvient aujourd’hui qu’elle touche Aix-la-Chapelle et revendique sa situation au cœur de l’Europe carolingienne. La promotion marketing de la marque et des produits de l’Eifel profite de cette vaste et riche aire de chalandise. De périphérique et marginalisée, la situation de l’Eifel est devenue centrale et valorisée.

5Emblématique de cette évolution est la progressive conversion en sites touristiques des installations militaires qui avaient marqué cette zone frontière. C’est le cas par exemple du château de l’ordre nazi, dit du Vogelsang, ancien centre de formation de la Wafen-SS : véritable forteresse installée au sommet du massif qui avait accueilli, après la guerre, les troupes américaines, il était devenu un camp d’entraînement de l’OTAN. Restitué à l’Allemagne en 2005, il a été converti depuis en lieu de « formation par le dialogue », centré sur la compréhension de l’histoire et sur la protection de l’environnement, et intégré au sein du parc national. La conversion et la valorisation touristiques de tels sites ne sont toutefois pas sans poser de problèmes et renvoient à la valeur mémorielle du « chagrin et de la terreur » et d’une histoire récusée. Ils demandent à être traités de manière très différenciée. C’est notamment le cas des traces laissées dans les paysages de l’Eifel par le « mur de l’ouest », désigné par les alliés du nom de « ligne Siegfried », construit sous le IIIe Reich. Le défi est aussi économique et social. La désaffection du site de Bitburg et des casernes de Wittlich où stationnaient des troupes françaises et américaines le montre. L’histoire géopolitique laisse derrière elle un héritage militaire mono-structurel et le défi de l’indispensable reconversion économique et de la requalification de sites militaires ou de leurs équipements civils.

La mutation agricole

6Parallèlement, la politique agricole européenne ainsi que les politiques structurelles de réorganisation du bâti agricole, de remembrement des terres et de modernisation des exploitations ont transformé le système productif et sensiblement amélioré les revenus agricoles, en prenant notamment appui sur une spécialisation laitière des exploitations familiales. Mais à partir des années 1980, les mesures européennes de contingentement de la production agricole, qui revenaient sur les politiques de prix garantis et subventionnaient l’abandon de l’élevage laitier, le gel des terres et les départs à la retraite, ont conduit à une extensification de l’agriculture et à une réduction des surfaces cultivées.

7La question des successions agricoles est emblématique des évolutions actuelles. La baisse de la natalité et l’attractivité des autres secteurs économiques ont entraîné l’abandon de nombreuses exploitations et en entraîneront encore d’autres, faisant craindre la disparition du monde paysan dans les villages de l’Eifel. On ne compte plus qu’une ou deux exploitations à temps complet par village, et le nombre des exploitations à temps partiel est également en forte baisse. Cette évolution touche surtout la viabilité de petits villages de 50 à 500 habitants. Dans certains d’entre eux, l’activité agricole a même pratiquement disparu. Et au final, on estime que la population de l’Eifel pourrait diminuer de 20 à 30 % en moyenne dans les trente prochaines années.

8Dans le paysage, cette mutation économique n’est pas toujours perceptible. La progression des fermages, l’utilisation extensive des herbages pour la vente du foin, l’extensification de quelques élevages bovins, l’introduction des ovins, ou la pratique de la fauche annuelle comme mesure minimale d’entretien sur les terres abandonnées ne sont pas pour le moment visibles immédiatement (illustration 1). Mais ces formes extensives pourraient décliner rapidement faute de successeurs ou faute de rentabilité. Les mesures de gel des terres ou d’aide au départ interdisent en effet tout usage agricole sur les surfaces concernées et ont ouvert un nouveau débat sur le devenir des friches agricoles. Doivent-elles être abandonnées à elles-mêmes pour que la nature reprenne ses droits ? Doivent-elles être reboisées dans une perspective écologique de protection climatique et de production d’énergies renouvelables ? Doit-on y développer d’autres activités économiques ou en confier la gestion à des agriculteurs convertis en jardiniers du paysage ? Les programmes de gel des terres prévoient peu de mesures pour les superficies non exploitées et laissent au niveau communal le soin de trouver des solutions. Certaines de ces terres ont ainsi été aménagées en aires de loisirs pour des terrains de golf, des campings ou des installations récréatives.

9Il s’agit là, toutefois, de la face cachée d’un processus qui n’est pas exempt de contradictions. La demande de terres a repris ces dernières années, poussée par les plus grandes exploitations obligées de s’agrandir pour survivre. La part des fermages augmente, à la demande de gros producteurs de maïs qui ont notamment investi dans la production de gaz méthane. L’évolution de l’Eifel est ainsi à l’image de celle de l’agriculture européenne, partagée entre gel des terres et forte concentration des structures d’exploitation.

L’inversion des valeurs

10Ce double processus d’intégration économique et de transformation agricole s’est accompagné d’une réappréciation des aménités régionales, conforme à celle observée dans d’autres régions européennes autrefois pauvres et marginalisées. Les paysages d’aujourd’hui sont en effet un legs d’un système paysan marqué par la misère et qui avait alimenté durablement l’émigration. L’étroitesse des parcelles du partage égalitaire avait obligé à un dur labeur et interdit tout processus d’accumulation économique et toute modernisation du bâti. Le manque de terres avait entraîné une déforestation massive et en corollaire, l’érosion des sols et la dégradation des qualités bioclimatiques. L’industrialisation, l’amélioration des techniques et des structures agricoles, les progrès de la médecine et la transition démographique, ainsi que les interventions massives de l’état, y compris en matière de droit successoral et fiscal, ont ensuite fait évoluer ce contexte mis à l’écart des aires urbaines de production de la richesse. Cette marginalisation économique et la pauvreté ont assuré la conservation de paysages agraires qui sont aujourd’hui une ressource. Le « sommeil de la Belle au Bois dormant » a préservé les maisons à colombages, les parcellaires anciens, leurs chemins, leurs taillis et leurs haies de genévriers, mais aussi des traditions culinaires régionales, qui alimentent la vision contemporaine d’une idylle villageoise nourrie de nouveaux clichés « romantiques » sans grand rapport avec la rudesse des modes de vie paysans qui leur ont donné forme : cliché de l’harmonie avec la nature et avec les saisons, cliché d’un bien-vivre paysan loin des rumeurs de la ville, cliché de la région natale (Heimat) et de l’enracinement identitaire.

Illustration 1. Village de Köttelbach, commune de Kelberg

Illustration 1. Village de Köttelbach, commune de Kelberg

La photographie aérienne présente le paysage de l’Eifel qui se caractérise ici par la part élevée des herbages jusqu’aux abords immédiats des villages et la présence de bois dispersés faisant la transition vers de vastes massifs forestiers. Ce paysage agraire de la moyenne montagne hercynienne se singularise en outre par les vestiges d’une activité volcanique d’âge tertiaire dont on peut reconnaître les dômes et cratères éteints. Source : Communauté de communes de Kelberg.

Illustration 2. Le Hochkelberg (675 m d’altitude) comme emblème régional

Illustration 2. Le Hochkelberg (675 m d’altitude) comme emblème régional

Cliché : Peter Burggraaf, 2006.

11Ce mécanisme tend à inverser les valeurs conférées au processus de modernisation et d’intégration régionale des dernières décennies, que beaucoup d’observateurs interprètent désormais comme des dégradations. Il nous manque certes le recul historique pour apprécier l’éventuelle valeur patrimoniale des nouveaux aménagements et constructions, et on ne saurait considérer ce processus sous ses seuls aspects négatifs, mais le fait est que la construction d’équipements et d’axes de circulation, la croissance des villages de migrants pendulaires, l’implantation d’activités industrielles et commerciales ou la banalisation culturelle sont autant de phénomènes qui entament le caractère des paysages régionaux à une échelle inconnue avant les années 1950.

12Parallèlement, on observe depuis les années 1990 un processus d’identification régionale et de développement des produits régionaux, en rupture avec l’image misérable de cet ancien « tiers-monde » du XIXe siècle : les habitants de l’Eifel revendiquent désormais leur appartenance régionale (illustration 2). Il y a soixante ans, ils la récusaient et préféraient voir commencer l’Eifel au village voisin. Aujourd’hui, la région ne cesse de s’agrandir de nouvelles communes que les limites naturelles excluent clairement du périmètre historique, mais qui ont adhéré au syndicat de pays touristique de l’Eifel1. La prise de conscience de l’identité régionale et de sa valeur marketing a conduit à rebaptiser certaines circonscriptions : le Kreis* de Daun est devenu le Kreis « de l’Eifel volcanique », celui de Bitburg-Prüm est devenu le Eifelkreis de Bitburg-Prüm. La communauté de communes du pays de mayen est dite aujourd’hui « du piémont de l’Eifel ».

Un spectaculaire processus de « mise en tourisme » de la région

Jeux d’acteurs et jeux d’échelles autour de la valorisation régionale

13Le débat actuel sur la question des héritages paysagers régionaux a lieu en Allemagne à plusieurs niveaux. Au niveau fédéral, il se joue notamment dans le cadre de l’association des réseaux de chercheurs et de praticiens du Forum allemand sur les paysages régionaux2. Mais il trouve aussi son expression au niveau des länder au moment de la conception de plans de développement régional et de documents spécialisés d’aménagement du territoire. Les acteurs régionaux jouent un rôle décisif car ils modèrent l’avis des experts et rapportent d’autres expériences régionales ainsi que des informations sur les mécanismes européens.

  • 3 Eifeltouristik GmbH.

14La conversion des activités socio-économiques de l’Eifel a engagé différents niveaux territoriaux et s’est déroulée dans le cadre d’un jeu de tensions paradoxales établies entre acteurs locaux et acteurs extérieurs, entre spécialisation régionale et banalisation, entre politique de conservation et innovation technologique. Elle est d’abord passée par l’institutionnalisation des réseaux de promotion touristique et économique locaux. La première étape fut la création de syndicats du tourisme dans chacun des Kreise qui firent entre autres la promotion des volcans, du paysage et du circuit automobile de Nürburg. En 2001 les Kreise eux-mêmes et les communes de l’ancien district de Trèves s’associèrent dans une SARL vouée au développement touristique3 de la région, dont le siège se situe à Prüm et qui a procédé au maillage de la montagne en différentes régions touristiques. Enfin, en 2004, la SARL a rejoint les syndicats du tourisme du land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie dans une nouvelle organisation qui est maintenant qualifiée pour toute la promotion touristique de l’Eifel dans le pays et à l’étranger. Les actionnaires en sont les Kreise, les communautés de communes, les communes et des entreprises de restauration. La communauté allemande des cantons de la Belgique orientale est également incluse dans l’organisation. De nombreuses communes de la région dans les Kreise de Ahrweiler, de Cochem-Zell et de Mayen-Coblence prévoient de la rejoindre. L’activité de l’organisation fait aujourd’hui figure d’exemple pour les synergies qu’elle a su susciter par-delà les intérêts « de clocher ».

  • 4 Voir à ce sujet la contribution de Winfried Schenk dans cet ouvrage, p. 43.

15Notre expérience professionnelle de plusieurs années montre de ce point de vue tout l’intérêt des démarches concertées associant une pluralité d’acteurs locaux et extérieurs pour « mettre en valeur » des paysages régionaux. Cela suppose de consulter la population locale, les instances politiques de décision – et notamment le parlement du land concerné, les maires et leurs conseils municipaux –, mais aussi les représentants de l’économie régionale, de l’agriculture et de la sylviculture ainsi que les responsables de la protection de la nature et des monuments historiques, et enfin toute une série d’experts. La démarche générale consiste, dans un premier temps, à collecter des idées au cours d’entretiens individuels, de séminaires et de réunions publiques. Il s’agit d’être à l’écoute, et de répertorier et cartographier les données du paysage. Il faut ensuite évaluer la substance et les structures paysagères. Ce travail d’expertise doit conduire à un débat sur les aménités régionales. L’expérience montre ici que le regard extérieur d’un vacancier, d’un promeneur ou de tout autre visiteur est sensible à des particularités régionales, invisibles la plupart du temps aux habitants. Vient enfin un travail d’expertise et de développement de programmes opérationnels qui doivent être discutés et approuvés par l’ensemble des parties prenantes. Ce n’est qu’ensuite que les programmes sont mis en œuvre. Se pose alors très vite la question de leur durabilité, alors même que seul un suivi de leur déroulement sur une période de dix ans et plus serait en mesure d’attester de la qualité de leur conception et de leur efficacité. On cherche donc tout particulièrement à recueillir l’adhésion des populations rurales ainsi que celle des visiteurs. Ce processus de concertation conditionne la qualité du projet et sa conformité à la Convention européenne du paysage4, qui demande de voir développée, à court et à long terme en milieu rural, l’implication des acteurs locaux et régionaux dans la formulation des projets de développement régional.

16Les politiques tendent aussi à articuler démarche de conservation et nouvelles technologies. D’un côté, il s’agit de protéger le patrimoine bâti régional, de renforcer la signature visuelle et la typicité des paysages pour lutter contre les tendances à l’uniformisation et à la banalisation architecturale qui gagnent les campagnes européennes. Cela suppose des démarches actives de sensibilisation des populations à la valeur du patrimoine architectural et paysager et de promotion des techniques de construction et des savoir-faire traditionnels. D’un autre côté, on s’appuie sur la mise au point de systèmes d’information géographique pour inventorier le patrimoine paysager. Le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie met ainsi en place pour le secteur de l’Eifel qui lui revient, un système intitulé KULADIG NW destiné à la conservation des monuments historiques et à la protection des paysages. Sa particularité est d’être à la fois un outil de gestion et un portail internet ouvert au public. Les différents éléments du paysage sont enregistrés, localisés et associés à des photographies, des cartes anciennes et des textes descriptifs. Sont précisés, pour différentes époques, leurs usages et leurs positions au sein de systèmes hiérarchisés de relations avec d’autres objets paysagers. Sources et datations des documents sont mentionnées avec précision. Cet outil digital permet différentes approches spécialisées, qu’elles soient de conservation des monuments historiques, de protection de la nature, d’archéologie du paysage ou d’aménagement.

Entre logiques conservatoires et logiques marketing

17La carte page suivante restitue un spectaculaire processus de mise en tourisme de la région. Il a été inauguré dans les années 1920 sur un mode original par la création du très célèbre Nürburgring, le circuit automobile de Nürburg. Construit à l’origine grâce à des aides économiques et des aides à la création d’emploi de 1925-1927, il est devenu un des sites majeurs de l’histoire de l’automobile et de la Formule 1, s’affirmant comme un des pôles économiques importants de la région. Il fut dans la région un site touristique pionnier, bénéficiant de la proximité de grandes agglomérations urbaines. Il tient toutefois une place à part dans un projet touristique tourné bien davantage vers la valorisation du patrimoine naturel et du patrimoine culturel de la région.

18La création en 1958 du parc naturel germano-Luxembourgeois de l’Eifel méridional puis du parc naturel germano-belge de l’Eifel5 septentrional a fait de la région un important pôle de randonnée. Jouant de la variété des paysages de moyenne montagne, ces parcs n’ont cessé d’affirmer leur attractivité pour un large public de randonneurs en provenance de la région. Une place à part doit enfin être faite ici au parc national de l’Eifel6, créé en 2004 près de Schleiden dans le Kreis de Euskirchen, sur l’ancien site militaire de l’Otan, et où l’on a interdit toute intervention sur l’évolution naturelle du paysage. Le nombre élevé de visiteurs témoigne aujourd’hui de son réel succès.

19Le succès du chemin d’ascension de l’Eifel, est quant à lui, à l’image de cette tendance européenne qui voit se multiplier les chemins de randonnée pédestres et cyclistes mais aussi les routes thématiques. Ainsi la « route historique de la communauté de communes de Kelberg7 », centrée sur l’histoire de la vie quotidienne dans la région, ou le musée de l’Eifel du château de Genoveva à Mayen8, qui propose un panorama de l’ensemble de l’Eifel en ouvrant des « fenêtres » sur ses différents paysages, sont des exemples de la diversification, au fil des ans, des objectifs touristiques. Cette conscience régionale récente et grandissante se nourrit de la mise en valeur du patrimoine historique, littéraire ou artistique, dont l’activité est venue stimuler la vie associative et culturelle de la région. Le marketing régional joue ainsi du nom de Jacques Berndorf, auteur d’une série célèbre de romans policiers régionaux, un genre littéraire répandu en Allemagne. La ville de mayen, avec ses spectacles son et lumière, ses rencontres d’artistes (comme Lapidea qui réunit des sculpteurs sur pierre) ou son festival, anime de nombreuses expositions sur l’histoire de la vie quotidienne dans l’Eifel ou des fêtes en costumes historiques. Ces ressources sont toutefois loin d’avoir été encore totalement exploitées et bien des sites pourraient être oubliés sans avoir été remarqués ou rester à l’état de ruines inexplorées. Il reste à les inventorier systématiquement.

Carte 1. La construction de l’espace touristique dans l’Eifel

Carte 1. La construction de l’espace touristique dans l’Eifel

20La mise en valeur du volcanisme de l’Eifel est en revanche très avancée. Elle s’appuie tout naturellement sur la fascination que ces paysages exercent et sur tout un réseau de curiosités géologiques qui émaillent l’Eifel volcanique. Elle a donné lieu à de nombreux musées9 et fait le succès de parcs volcaniques tels celui du lac de Brohltal/Laach10 ou celui de mayen-Coblence11. Ce dernier, classé « héritage paysager de grande valeur » dans la nouvelle version du plan de développement régional du land de Rhénanie-Palatinat, a notamment fait la preuve du potentiel touristique de sites d’intérêt essentiellement didactique. Les parcs de loisirs enfin enregistrent les chifres de nuitées touristiques les plus élevés.

Conclusion

  • 12 À la question de savoir à quoi l’on reconnaît la région de l’Eifel, les personnes interrogées citen (...)

21Dans l’Eifel, le volume des nuitées reste stable depuis plusieurs années mais le nombre de visiteurs augmente dans un contexte général de transformation de la fréquentation touristique marqué par la diminution des séjours hebdomadaires classiques et le développement des courts séjours et du tourisme à la journée. L’Eifel bénéficie ici de sa situation de proximité d’une très vaste région urbaine et fait aujourd’hui figure de vaste aire de récréation pour les agglomérations rhénanes12. De cet essor touristique, la région tire des bénéfices à la fois économiques et symboliques, qui confortent une dynamique positive de développement. Il reste toutefois, selon nous, à mieux articuler la gestion paysagère de l’héritage agro-forestier à l’économie touristique des sites et des parcs. Le paysage agraire et les milieux naturels de l’Eifel, qui fondent la promotion médiatique des produits touristiques régionaux mis sur le marché du loisir, n’en voient les retombées financières qu’indirectement. Ils doivent pourtant être investis comme un capital essentiel. Cela demande d’encourager le développement d’une agriculture multifonctionnelle avec une offre de vacances à la ferme et des activités de vente directe.

22Cela demande aussi de mieux intégrer les différentes populations concernées. La dynamique de valorisation, fondée sur le patrimoine naturel et culturel et initiée par les acteurs de l’aménagement régional, doit en effet jouer sur un triple tableau. Elle doit garantir les conditions d’attractivité de la région pour des populations différentes, dont les attentes ne sont pas toujours convergentes : habitants dont c’est la région natale et qui cherchent les conditions économiques de demeurer sur place, nouveaux résidents venus chercher un cadre de vie de qualité, et touristes et visiteurs occasionnels. Nombreux sont les citadins qui revendiquent une double appartenance, se réclamant à la fois de la ville et de la campagne. Prenant acte de cette double identification, les démarches contemporaines doivent chercher à rénover les relations villes-campagnes en s’appuyant sur une sorte de partenariat spatial impliquant la responsabilité des citadins dans le devenir des campagnes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arbeitskreis Eifeler museen, 1986, Dünnbeinig mit Krummen Horn. Die Geschichte der Eifeler Kuh oder der lange Weg zum Butterberg, Meckenheim, Warlich Druck- und Verlaggesellschaft mbH.

Brinkmann Theodor, 1913, « Aus dem Wirtschaftsleben der Eifelbauern », Eifel-Festschrift. Zur 25 jährigen Jubelfeier des Eifelvereins, Alfred Herrmann éd., Bonn, Selbstverlag des Eifelvereins, p. 313-391.

Burggraaff Peter, 1992, « Die ältesten Flurbereinigungen in der Eifel und besonders in der Gemeinde Kelberg und ihre Auswirkung auf die Kulturlandschaftsentwicklung », The Transformation of the European Rural Landscape. Methodological Issues and Agrarian change 1770-1914. Papers from the 1990 meeting of the Standing European Conference for the Study of the Rural landscape, Antoon Verhoeve éd., Heverlee, Société belge d’études géographiques (Bulletin de la Société belge d’études géographiques ; LXI. 1) p. 159-170.

— 1992, « Kulturlandschaft Eifel anno 2010 - eine Zukunftsvision », KreisDaun Vulkaneifel. Heimatjahrbuch, p. 198-199.

— 1998, « Wald und Landwirtschaft in der Eifel im 21. Jahrhundert : abgeleitet am Beispiel des Kreises Daun aus historischer Sicht », Koblenzer Geographisches Kolloquium, n° 20, p. 16-29.

Burggraaff Peter, Mertes Erich et Kleefeld Klaus-Dieter, 2002, Die Geschichtsstraße « Rund um den Hochkelberg ». Spurensuche auf alten Wanderpfaden in der Vergangenheit (Wanderführer), Bonn, Kelberg.

Goebel Ernst, 1915, Der ländliche Grundbesitz und der Bodenzersplitterung in der preußischen Rheinprovinz und ihre Reform durch die Agrargesetzgebung, Berlin, thèse de doctorat, édition d’auteur.

Hönes Ernst-Rainer, 1984, Denkmalschutz und Denkmalplege in Rheinland-Pfalz. Kommentar für die Praxis, Cologne/Berlin/Hanovre, Deutscher Gemeindeverlag (Kommunale Schriften für Rheinland-Pfalz ; 44).

Kaufmann Karl Leopold, 1927, Aus Geschichte und Kultur der Eifel, 2e édition, Cologne, Hoursch & Bechtstedt.

Mertes Erich, 1980-1981, « Archäologische Fundstellen in der Verbandsgemeinde Kelberg », Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Trierer Landes und seiner Nachbargebiete, n) 43/44, p. 405-438.

Mertes Erich, 1995, Mühlen der Eifel, 2e édition, Aix-la-Chapelle, Helios Verlag.

Müller-Miny Heinrich, 1975, Die Kartenaufnahme der Rheinlande durch Tranchot und v. Müling 1801-1828, vol. 2, Das Gelände. Eine quellenkritische Untersuchung des Kartenwerks, Cologne/Bonn, Hanstein (Gesellschaft für Rheinische Geschichtskunde ; XII).

Ring Klaus, 1983, Notjahre der Eifel 1944-1949. Katalog zur gleichnamigen Austellung vom Arbeitskreis Eifeler Museen, Meckenheim, Warlich.

Oediger Friedrich Wilhelm, 1967, Der Liber Valoris. Die Diözese Köln um 1300, Bonn, Hanstein (Gesellschaft für Rheinische Geschichtskunde ; XII).

Pesch Heinrich, 1934, « Der Wacholder als Heideplanze », Zeitschrift für Rheinische Heimatplege, vol. 6, n) 1, p. 31-32.

Paffen Karlheinz, 1940, Heidevegetation und Ödlandwirtschaft in der Eifel. Eine pflanzensoziologisch-kulturgeographische Untersuchung, Bonn, Röhrscheid.

Rheinischen Verein und dem Landschaftsverband Rheinland, 1987, Der Wald. Beiträge der Colloquien « Wald und Naturschutz » und « Kulturlandschaft Wald », Cologne, Verlag des Rheinischen Vereins für Denkmalplege und Landschaftsschutz.

Schwind Werner, 1984, Der Eifelwald im Wandel der Jahrhunderte. Ausgehend von Untersuchungen in der Vulkaneifel, Düren, Eifelverein.

— 1985, « Aus der Forstgeschichte der Vulkaneifel », Kreis Daun Vulkaneifel. Heimatjahrbuch 1984, p. 36-45.

— 1987, « Historische Landschaftsbilder. Die Eifel im Heide-und Wacholderkleid des 19. Jahrhunderts », Kreis Daun Vulkaneifel. Heimatjahrbuch 1986, p. 140-142.

— 1997, « Der Waldwandel in der Vulkaneifel. Mit einer kurzen Einführung in die natürlichen Grundlagen », Der Wald. Beiträge der Colloquien « Wald und Naturschutz » und « Kulturlandschaft Wald », veranstaltet vom Rheinischen Verein und dem Landschaftsverband Rheinland, Cologne, Verlag des Rheinischen Vereins für Denkmalplege und landschaftsschutz, p. 43-50.

Weinand Helmut, 1971, Die preußischen Staats- und Bezirksstraßen im Regierungsbezirk Koblenz bis zum Jahre 1876, Bonn, Röhrscheid (Rheinisches archiv ; 77).

Wenzel Irmund, 1962, Ödlandentstehung und Wiederauforstung in der Zentraleifel, Bonn, Dümmler (Arbeiten zur Rheinischen Landeskunde ; 18).

— 1997, « Die Wiederbewaldung der Eifel im 19. Jahrhundert und ihre Bedeutung für Landwirtschaft und Forstwirtschaft », Der Wald. Beiträge der Colloquien « Wald und Naturschutz » und « Kulturlandschaft Wald », veranstaltet vom Rheinischen Verein und dem Landschaftsverband Rheinland, Cologne, Verlag des Rheinischen Vereins für Denkmalpflege und Landschaftsschutz, p. 51-58.

Notes

1 Voir http://www.eifel.info.

2 Le Forum allemand sur les paysages régionaux – Deutscher Forum Kulturlandschaft (http://www.forum-kulturlandschaft.de/kula-forum/content/de/index.html) – est un groupement associatif qui rassemble depuis 2007 les institutions et les organisations impliquées dans des activités de préservation, de recherche et d’aménagement sur les paysages régionaux. Ce groupement est abrité par la puissante Fédération de défense des régions natales et de l’environnement – Bund Heimat und Umwelt (http://www.bhu.de/bhu/content/de/index.html) – qui a été fondée en 1904 et qui compte aujourd’hui plus d’un demi-million de membres. Cette dernière défend les intérêts des associations engagées dans la protection de la nature et de l’environnement ainsi que dans la conservation des monuments historiques et des coutumes locales. elle tient aussi régulièrement des formations de certification de guides locaux du paysage. (Note des éditeurs)

3 Eifeltouristik GmbH.

4 Voir à ce sujet la contribution de Winfried Schenk dans cet ouvrage, p. 43.

5 Voir http://www.naturpark-hohesvenn-eifel.de.

6 Voir http://www.nationalpark-eifel.de.

7 Voir http://www.oberes-elztal.de et http://www.vgv-kelberg.de.

8 Voir www.eifelmuseum-mayen.de.

9 C’est le cas à Daun, Gerolstein, Manderscheid, Strohn et Jünkerath, ainsi qu’au parc des volcans à Steffeln, qui traitent de la géologie, de l’histoire, des activités économiques et du paysage de la région. C’est le cas aussi du sentier géologique de la communauté de communes de Hillesheim (http://www.hillesheim.de/icc/internet/nav/123/broker) ou du parc géologique de celle de Gerolstein (http://www.gerolsteiner-land.eu), qui traitent plus spécifiquement des aspects géologiques de la région.

10 Voir http://www.brohltal.de.

11 Voir http://www.vulkanpark.com.

12 À la question de savoir à quoi l’on reconnaît la région de l’Eifel, les personnes interrogées citent de manière privilégiée : le circuit de Formule 1 de Nürburg, le volcanisme, les paysages naturels, l’abbaye de Maria Laach, le centre historique de Monschau, le festival de Mayen, les basaltes de Mayen, les eaux minérales, la bière (la Bitburger) – et ce n’est que le début de la longue liste des curiosités touristiques de la région.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Village de Köttelbach, commune de Kelberg
Légende La photographie aérienne présente le paysage de l’Eifel qui se caractérise ici par la part élevée des herbages jusqu’aux abords immédiats des villages et la présence de bois dispersés faisant la transition vers de vastes massifs forestiers. Ce paysage agraire de la moyenne montagne hercynienne se singularise en outre par les vestiges d’une activité volcanique d’âge tertiaire dont on peut reconnaître les dômes et cratères éteints. Source : Communauté de communes de Kelberg.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Illustration 2. Le Hochkelberg (675 m d’altitude) comme emblème régional
Légende Cliché : Peter Burggraaf, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Carte 1. La construction de l’espace touristique dans l’Eifel
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteurs

Enseignant-chercheur à l’institut de Géographie et de Sciences naturelles appliquées de l’Université de Coblence

Enseignant-chercheur à l’institut de Géographie de l’Université de Bonn

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540