Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

1. La construction du rural comme ressource

Land et Landwirtschaft dans le discours économique en Allemagne au tournant des XVIIIe et XXe siècles

Guillaume Garner

Texte intégral

1la « campagne », peut-être plus encore que la « ville », a largement disparu de l’arsenal des notions clés de la théorie économique. Bernard Lepetit avait formulé une hypothèse pour expliquer cette disparition des catégories spatiales du discours économique en suggérant qu’elle se produisait au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, en liaison avec la constitution de l’économie politique en discours autonome, un processus dont la publication de La richesse des nations d’Adam Smith représente une étape fondamentale (Lepetit 1988, p. 71-78, 367-374).

2C’est cette hypothèse qu’on reprendra ici pour expliquer les transformations profondes qui affectent les notions de Land et de Landwirtschaft dans le discours économique allemand au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Ce dernier, initialement inséré dans le complexe des sciences camérales, connaît en effet des mutations importantes avec l’émergence dans les toutes dernières années du XVIIIe siècle d’une économie politique (Nationalökonomie) se réclamant d’Adam Smith.

3Après avoir montré en quoi ces deux notions de Land et de Landwirtschaft sont centrales dans le projet caméraliste de constitution d’une économie territoriale, il conviendra d’analyser les implications qu’a portées l’élaboration intellectuelle d’un espace de marché régi par des lois autonomes, ces lois que la Nationalökonomie se donnait pour objectif de formaliser et d’analyser.

Land et Landwirtschaft : deux catégories centrales des sciences camérales

  • 1 Sur les sciences camérales, voir l’ouvrage de référence de Keith Tribe (1988).

4Les sciences camérales se mettent en place au cours du XVIIe siècle et connaissent un essor important XVIIIe siècle, essor qui est notamment favorisé par l’inscription de cette discipline dans le paysage universitaire, avec la création, à partir de 1727, de chaires de sciences camérales. Constitué en une trilogie comprenant l’économie, la science de la police et la science de la finance, le caméralisme prétend d’abord délivrer un savoir utilitaire, destiné en premier lieu à former des administrateurs, mais également à élaborer des propositions de politique économique1.

5Les caméralistes, par la publication de traités théoriques mais aussi et surtout de manuels universitaires, entendent poursuivre un double objectif. Il s’agit d’une part d’œuvrer à la puissance et au redressement économique des états territoriaux composant l’empire : depuis les traités de Westphalie (1648), la nécessité de réparer les dégâts économiques et démographiques dus à la guerre de trente ans et de rattraper le retard économique sur la France, l’Angleterre et les provinces-Unies sont au cœur du discours économique dit « mercantiliste ». Les caméralistes sont d’autre part convaincus de la nécessité d’une régulation économique et sociale visant à harmoniser l’intérêt général et les intérêts privés ; cette harmonisation ne peut pas résulter du libre jeu des intérêts individuels, elle ne peut être réalisée ni par le marché, ni par l’« ordre naturel » des physiocrates : il revient donc au gouvernement et à la « police » de prendre en charge cette régulation, en subordonnant le cas échéant les intérêts de l’individu à ceux de l’état, de la communauté.

6Les sciences camérales élaborent donc un discours à forte teneur économique, dans lequel les éléments relevant de l’analyse théorique occupent une place réduite, au profit de propositions économiques concrètes. Celles-ci tournent autour de la nécessité pour la police d’organiser l’exploitation optimale des ressources économiques de l’état en développant à la fois les activités relevant du secteur « primaire » (agriculture, mines, forêts) et les productions artisanales ainsi que le secteur des manufactures et des fabriques. Ce développement des capacités productives implique par ailleurs le renforcement de la complémentarité entre les deux secteurs productifs évoqués, par le commerce et la circulation.

  • 2 Voir par exemple l’article « Territorium » dans le dictionnaire de Johann Heinrich Zedler, Grosses (...)

7Il convient ici de souligner le rôle central dans ce discours caméraliste du concept de territoire (Garner 2005, p. 64 et suiv.). Cette notion est définie comme la portion d’espace placée sous l’autorité politico-juridique d’un prince, et correspond donc à une conception politique et juridique du territoire, qui est également prédominante dans les dictionnaires allemands du XVIIIe siècle2.

8Dans ce contexte, le terme de Land a principalement une double signification : il désigne d’abord le « pays » et est alors synonyme de territoire, mais il renvoie également à la « campagne », en tant qu’espace fournissant des produits agricoles et des matières premières. Celle-ci est donc envisagée du point de vue des ressources qu’elle offre au développement de l’économie territoriale, donc par rapport à la fertilité des terres, à l’abondance des forêts (étant donné le rôle du bois comme combustible et comme source d’énergie), ou à la présence de mines. Il s’agit d’une approche qui est tout à fait caractéristique du regard « économique » porté sur la nature par les sciences camérales, mais également par la technologie, voire par la « description de la nature » (Bayerl 1994).

  • 3 Nous reprenons ici l’orthographe ancienne de ces deux termes.

9Quel est dès lors le statut de la campagne dans le discours économique des sciences camérales ? Celui-ci est largement déterminé par un principe que les caméralistes soulignent avec insistance : celui de division spatiale du travail. Ils distinguent en effet d’une part une « économie urbaine » (Stadtwirthschaft) comportant l’artisanat, les manufactures et les fabriques, d’autre part une « économie rurale » (Landwirthschaft3) renvoyant aux activités du secteur primaire (agriculture, exploitation des mines et des forêts).

10La traduction que nous proposons de ces termes est à considérer avec précaution, car initialement, ils désignent avant tout des secteurs d’activité : Darjes airme ainsi en 1768 que l’économie urbaine (Stadtwirthschaft) « ne se distingue pas de la Landwirthschaft du point de vue du lieu, mais du point de vue des activités. L’agriculture peut être pratiquée dans une ville, et l’économie urbaine peut être pratiquée à la campagne » (Darjes 1768, p. 221 ; Pfeiffer 1773-1778, p. 83). Cette position est cependant très minoritaire, car l’un des fondements des propositions des caméralistes est de faire coïncider espace et activité et de réserver à la campagne le monopole des activités agricoles, en interdisant les activités artisanales dans les villages et surtout la pratique de l’agriculture dans les espaces urbains, notamment par des ordonnances de police et une surimposition fiscale de ces activités (von Justi 1760-1761, vol. 1, p. 550-551). C’est par cette division spatiale du travail que pourra selon eux être instaurée la complémentarité souhaitée entre espaces et activités économiques.

11Le souci d’établir et de renforcer cette complémentarité explique la place centrale qu’occupent les phénomènes relevant de la circulation, puisque ce sont les lux de biens et de monnaie qui permettront de tisser et de resserrer les liens entre villes et campagnes. En d’autres termes, la division du travail, fondée sur un appareil législatif adapté jouant à la fois de la coercition et/ou de la dissuasion ou de la pédagogie, stimulera la propension à l’échange des agents économiques, qu’ils soient citadins ou ruraux. La position défendue par le Saxon Rössig est représentative de ce faisceau d’arguments en faveur de la division spatiale du travail :

Une police sage assigne la première classe d’activités [la production agricole] aux villages, en partie parce qu’il est profitable que les paysans et les terres soient proches les uns des autres ; en partie parce qu’ils ont besoin d’un espace important et du grand air, et ne se laissent par conséquent pas facilement enfermer dans des murs ; en partie parce qu’ils ne sont pas compatibles avec une grande quantité d’hommes habitant les uns avec les autres dans un petit périmètre ; en partie parce qu’ainsi, on favorise aussi davantage la séparation de résidence entre bourgeois et paysans, la nécessité d’échanger pour couvrir les besoins – nécessité qui répond mieux au but poursuivi –, et qu’on provoque une circulation avantageuse de la monnaie. (Rössig 1786, p. 264-265 ; nous traduisons)

12Il convient ici de souligner que l’une des caractéristiques du caméralisme allemand, par rapport aux discours dits « mercantilistes » élaborés en France ou en Angleterre, est de relativiser le poids du commerce, voire des activités artisanales et manufacturières, pour souligner la place centrale des activités productives des campagnes, puisque ce sont elles qui permettent à la fois la satisfaction des besoins élémentaires et l’approvisionnement en matières premières nécessaire aux activités industrielles et au commerce (Jung-Stilling 1788, p. 428-429).

13À ces raisons d’ordre économique, Jung-Stilling en ajoute en 1788 une autre, d’ordre plus politique : agriculture et campagnes (parcelles agricoles) contribuent à renforcer, à stabiliser l’ancrage territorial de l’état :

Celui-ci [l’état] consiste en une zone précise de la surface terrestre, sur laquelle les habitants sont gouvernés tous ensemble selon les mêmes lois, et ceux-ci constituent donc ensemble une société civile. Quand cette zone est partagée entre les habitants, si bien que chacun possède en propriété une portion plus ou moins grande, alors ces terres représentent incontestablement les éléments constitutifs les plus véritables et les plus stables de l’état […]. (Jung-Stilling 1788, p. 429 ; nous traduisons)

14Les cultivateurs ou les exploitants de ces terres sont par conséquent les véritables citoyens de cet état, par opposition aux marchands, vus avec méfiance car leur personne et leurs richesses ont une mobilité qui les rend difficilement contrôlables.

15Cet intérêt pour la campagne va donc bien au-delà de motivations « fiscalistes », même si celles-ci jouent un rôle indéniable de deux points de vue : un premier enjeu était l’augmentation des revenus tirés des domaines publics, notamment dans les possessions du roi de Prusse (Brandebourg, royaume de Prusse), dont ces domaines représentaient un tiers de la superficie au XVIIIe siècle ; en outre, l’accise, cet impôt de consommation perçu à l’entrée des villes, était évidemment un argument en faveur d’une stricte application du principe de division spatiale du travail (Hosfeld-Guber 1985, p. 318 et suiv.).

16Deux exemples montrent que les propositions de « police rurale ou agricole » (Land-Polizei) formulées par les caméralistes sont la traduction de ce souci d’intégrer les campagnes au sein et au service de l’économie territoriale.

17En premier lieu, la police se doit de guider le producteur dans le choix des productions, en fonction de deux critères qui sont d’une part les conditions naturelles locales (sont-elles propices ou non à telle ou telle production ?), d’autre part les intérêts, non de l’individu, mais de l’économie territoriale : en d’autres termes, il convient de privilégier les céréales et les cultures industrielles (lin, chanvre) plutôt que les cultures spéculatives (vigne) qui enrichissent certes le producteur, mais ne stimulent pas l’économie urbaine (voir par exemple Peiffer 1773-178, vol. 1, p. 72-73). De manière générale, les produits de la Landwirthschaft ayant une valeur ajoutée inférieure à celle des produits artisanaux ou industriels, la police doit veiller à éviter toute augmentation des prix qui nuirait à l’économie urbaine, et à la balance commerciale du pays.

18Second point : Justi établit en 1760 une distinction entre la « culture naturelle » et la « culture morale du sol » d’un pays : tandis que la première renvoie à la production agricole (au sens large du terme) et à l’exploitation des atouts naturels du pays, la seconde consiste en ce que « la propriété des personnes privées soit dotée d’une juste proportion, raisonnablement guidée et dirigée » (von Justi 1760-1761, vol. 1, p. 40). Les deux questions sont liées puisque les unités agricoles de taille moyenne sont les plus aptes à dégager des rendements élevés :

C’est un principe indéniable de la police agricole […], que les paysans doivent être pleinement propriétaires de leurs terres, tout comme ceci est conforme à un principe de police encore plus général, à savoir qu’il est bon pour le bien-être de l’état de répartir autant que possible de manière égale la propriété […] parmi les sujets. (von Justi 1758, vol. 1, note p. 528)

19De ces postulats découlent trois conséquences sur l’organisation de l’espace rural. Premièrement, les caméralistes font l’apologie des unités de production de taille moyenne qui permettent d’éviter les inconvénients à la fois des grandes exploitations (qui souffrent d’une dispersion du travail humain nuisible à leurs rendements) et des petites exploitations, dont les productions sont trop limitées pour aller au-delà de l’autoconsommation paysanne et contribuer à la circulation monétaire au sein du territoire (Pfeiffer 1783, vol. 1, p. 363). En second lieu, à plus grande échelle, l’organisation de l’espace des exploitations est à repenser : les bâtiments d’habitation et d’exploitation doivent être placés au centre pour économiser les déplacements et pour favoriser le contrôle du déroulement des travaux agricoles par le chef d’exploitation, et les parcelles doivent être regroupées et remembrées, ce qui sera l’occasion d’abandonner la pratique de la jachère. Cette organisation de l’espace des unités de production agricole, censée permettre une combinaison optimale des facteurs de production sol, travail et capital, modèle enfin l’organisation des villages : en dépit des avantages liés à la socialisation des hommes (auxquels, comme beaucoup d’autres acteurs des lumières allemandes, les caméralistes ne sont pas insensibles), l’habitat groupé en villages est jugé incompatible avec des exploitations agricoles organisées rationnellement, et est par conséquent rejeté au profit de l’habitat dispersé (voir par exemple Jung-Stilling 1788, p. 453-457).

La campagne dans l’économie politique « libérale » ou « classique »

20L’économie politique (Nationalökonomie) se constitue en Allemagne dans les années 1790 à la suite de la reprise des théories développées par Smith dans La richesse des nations (1776). L’ouvrage a certes été lu et cité par les caméralistes, mais cette réception est restée partielle et marginale, ne remettant pas en cause les fondements du discours caméraliste. Ce n’est que dans les années 1790 que se constitue un discours économique nouveau, se réclamant, non sans critiques, de Smith et qui est, comme les sciences camérales, principalement formalisé dans des manuels universitaires (Tribe 1988 ; Waszek 1988 ; Sandl 1999, p. 422 et suiv.).

21À la différence des caméralistes, les tenants de la Nationalökonomie centrent leur discours sur l’individu et sur la satisfaction de ses besoins matériels, laquelle se fait par le travail et le commerce. Ils élaborent donc une vision essentiellement atomiste de la société, qu’ils définissent comme la somme des individus qui la composent : l’instance de référence du discours économique n’est plus l’état, mais l’homme en société, qui est selon Julius von Soden autant « citoyen du monde » que membre d’un état précis (von Soden 1805-1808, vol. 2, p. 210-211). Les rapports entre espace et économie sont désormais essentiellement compris à partir de l’activité, des intérêts de l’individu, de la satisfaction de ses besoins, et non plus à partir des intérêts de l’état.

22Reprenant les idées de Smith, les « économistes » affirment que les intérêts de ces individus, pourvu qu’ils puissent donner libre cours à la poursuite de leurs intérêts particuliers, s’harmonisent plus ou moins spontanément et que l’état doit le plus fortement possible limiter son intervention. Par conséquent, ils rejettent les programmes de régulation policière élaborés par les caméralistes et font l’apologie de la liberté d’activité. Cette notion de liberté d’activité (Gewerbefreiheit) a trois dimensions : elle englobe le libre choix par l’individu de son activité économique, la liberté du commerce (par exemple dans le domaine sensible du commerce des grains), mais également le libre choix par l’individu du lieu d’exercice de son activité. En conséquence, les modèles de division spatiale du travail qui prévalaient chez les caméralistes mais aussi dans les législations sont violemment critiqués, à la fois au nom de l’entrave qu’ils représentent au principe de liberté et en raison de leur inefficacité économique. Les lois visant à appliquer ce principe de Gewerbefreiheit, comme celles adoptées en Prusse sous le gouvernement du chancelier Hardenberg, sont la traduction de ces conceptions qui visent notamment à faciliter l’implantation d’activités industrielles ou manufacturières dans les campagnes en abolissant le monopole dont bénéficiaient en ce domaine les villes et les corporations urbaines (Vogel 1983).

23Les catégories caméralistes de Stadtwirthschaft et de Landwirthschaft sont par conséquent abandonnées du discours, la conception de la campagne en tant qu’entité économique à part entière étant désormais incompatible avec une approche atomiste des phénomènes sociaux et économiques. Cette approche privilégie, comme on l’a vu, l’individu producteur ou exploitant qui doit bénéficier de la plus grande liberté possible. Les tenants de la Nationalökonomie refusent ainsi le servage et toute forme de servitude personnelle, et préconisent également le libre choix des cultures : celui-ci doit être opéré en fonction du seul critère de rentabilité, c’est-à-dire selon les prix des différentes productions sur le marché, puisqu’en dernière instance, l’offre finira par s’adapter à la demande, écartant ainsi tout risque de pénurie, notamment dans le domaine des céréales (Kraus 1808a).

24Le fondement de cette liberté économique est le droit de propriété qui est affirmé avec force, et dans le domaine de la propriété foncière, les références sont à chercher moins du côté de Smith que chez Kant et sa doctrine du droit (Saage 1994). on retrouve ainsi un processus décrit par pierre Rosanvallon à propos du libéralisme économique anglais du XVIIIe siècle : par l’ancrage dans le sol du droit de propriété, le territoire se trouve brisé, morcelé en une multitude de cellules productives (propriétés ou exploitations agricoles) (Rosanvallon 1989, p. 107 et suiv.).

25Une illustration de ce processus est fournie par les publications de l’agronome Thaer. Ce dernier élabore une conception « capitaliste » de l’activité agricole en lui appliquant les catégories de l’économie politique : il insiste notamment sur l’importance de l’épargne, des capitaux, et en particulier du capital circulant, puisque « le produit net de l’activité dépend moins de l’étendue de l’exploitation que de la somme des dépenses faites pour son fonctionnement » (Thaer 1809-1818, vol. 1, p. 27). Il souligne la nécessité de calculs précis pour dégager un profit maximal et fournit pour cela un modèle de comptabilité agricole. L’argent y joue le rôle d’un langage que l’exploitant doit apprendre, puisqu’il est « le seul dénominateur général que nous ayons de la valeur de chaque marchandise et de chaque travail » (Thaer 1798-1804, vol. 2, p. 2-5, ici p. 5). Dans ce cadre, les grandes exploitations mobilisent un capital plus important, et permettent des investissements plus massifs qui faciliteront les améliorations et l’essor simultané du profit et des productions grâce aux économies d’échelle qu’elles sont capables de réaliser (1798-1804, vol. 1, p. 26-27 ; vol. 2, p. 105-107). Son apologie des grandes exploitations s’explique également par le fait qu’elles permettent d’appliquer le principe de division du travail (spécialisation des tâches) : Thaer va sur ce point plus loin que Smith lui-même, selon qui la division du travail ne pouvait s’appliquer qu’aux manufactures. Ses publications illustrent par ailleurs l’évolution sémantique du terme Landwirthschaft, qui ne renvoie plus à un secteur d’activité macro-économique référé au territoire mais désigne exclusivement une activité économique pratiquée par des individus.

26Une fois posé cet ancrage dans le sol des droits de propriété individuels, la transformation de la catégorie « campagne » dans le discours de la Nationalökonomie se constate également dans la façon dont la création et la reproduction des richesses sont pensées par la nouvelle « économie politique ».

27La création de richesses est en effet envisagée comme le résultat conjoint du travail des individus et de la mobilisation d’un capital. Toute marchandise est dotée de deux prix : d’une part le prix naturel correspond à la somme des coûts de production, qui se décomposent in fine en trois postes, à savoir les salaires, les profits et la rente ; d’autre part, le prix de marché exprime, comme chez Smith, le prix courant en monnaie et il varie en fonction du rapport de l’offre et de la demande d’un bien précis. Un individu ne consentira les investissements en travail et en capital nécessaires à la production d’une marchandise que si le prix de marché de celle-ci est supérieur à son prix naturel, l’écart entre les deux prix lui permettant de dégager un profit, et par le réinvestissement de ce profit, de poursuivre la production.

28Où se localise la confrontation entre offre et demande qui joue un rôle crucial dans cette approche de la croissance économique ? Il s’agit précisément de ce que les économistes allemands appellent le « marché ». À regarder les définitions qui sont données de cette notion dans les traités de Nationalökonomie, il est en effet frappant de constater que celles-ci ne se rapportent dans leur très grande majorité ni au marché lieu d’échange urbain institutionnalisé sous le contrôle de la « police », ni au marché abstrait comme ensemble de principes régissant le fonctionnement d’une économie (dite alors « de marché »), mais à un espace (Garner 2005, p. 289-291). Plus précisément, le marché d’un produit désigne très souvent sa zone de débouché, la surface dans laquelle il trouve un « débit » avantageux. L’« espace de marché » désigne donc l’espace dans lequel se nouent des relations d’échanges, des lux de biens (ou de monnaie), dans lequel s’opère la confrontation entre l’offre et la demande d’une marchandise. Parmi les facteurs de variation de cette étendue du marché, le principal réside dans les coûts de transport : comme l’écrit Lueder en paraphrasant Smith, « le marché de l’habitant des côtes de la mer ou des rives des fleuves navigables est plus étendu que le marché de ceux qui habitent à l’intérieur des pays, loin des mers et des fleuves » (Lueder 1800-1804, vol. 1, p. 33), parce que la diminution du coût de transport permise par une situation géographique favorable permet une diminution correspondante du prix naturel.

29La campagne apparaît donc dans ce discours comme un « conteneur » abritant des acteurs (producteurs, exploitants) se livrant à telle ou telle activité économique. Elle est pleinement intégrée à l’espace de marché dans la mesure où les principes de l’économie de marché s’y appliquent, comme le montrent notamment les analyses des variations de la rente foncière. Ces dernières ne dépendent en effet pas principalement de la fertilité des terres, mais de la distance aux marchés de consommation des productions agricoles, c’est-à-dire aux villes : à proximité de ces dernières, les coûts de transport étant moindres, la rente est supérieure, tandis que loin des villes, les coûts de transport étant plus élevés, les salaires et les profits à verser pour le transport absorbent une partie importante du prix de marché, ce qui diminue d’autant la rente versée au propriétaire. Ce n’est qu’à situation géographique égale que la fertilité naturelle de deux terres différentes exerce une influence sur le montant de la rente. L’espace rural est ainsi différencié en fonction des coûts de transport, c’est-à-dire de la distance à la ville, et de la proximité ou de l’éloignement d’axes de transport, ce que souligne Kraus en affirmant que routes, fleuves et canaux « favorisent la culture de la campagne la plus reculée, dont l’étendue augmente avec la distance de la ville (comme une surface circulaire à mesure qu’on s’éloigne du centre) » (Kraus 1808b, vol. 2, p. 113-117, ici p. 115).

30Cette intégration de la campagne à l’espace de marché repose donc sur deux prémisses étroitement liées l’une à l’autre : il s’agit d’une part d’une conception de l’espace qui présente de fortes analogies avec la conception de l’espace absolu hérité de la physique newtonienne (Löw 2001 ; Lévy et Lussault, p. 325-333), d’autre part de l’application de méthodes et de raisonnements issus des sciences naturelles et notamment de la physique. Affirmant que « l’exigence et l’effort de chaque homme pour améliorer son sort sont le fondement de toute l’économie politique, comme la force de gravitation l’est dans l’univers » (Kraus 1808b, vol. 5, p. 3), Kraus recourt ainsi à une analogie qui ne doit rien au hasard.

Conclusion

31Le statut de la notion de campagne apparaît comme profondément transformé dans la nouvelle économie politique qui se constitue au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. En tant qu’entité économique à part entière, elle se trouve en effet être dissoute et intégrée dans l’espace de marché, aux lois duquel elle est théoriquement soumise. Ce processus provoque certes des résistances, comme le montrent par exemple les débats théoriques – et les hésitations de la législation, notamment en Prusse – sur les bienfaits ou les méfaits d’un libre marché du sol ou de la libre circulation des grains (Garner 2005, p. 362 et suiv.).

  • 4 Le premier volume de l’ouvrage majeur de Johann Heinrich von Thünen, Der isolierte Staat in Beziehu (...)

32L’émergence de la Nationalökonomie n’en porte pas moins en elle les germes d’une redéfinition du statut économique de la campagne à travers un modèle d’économie dimensionnelle qui trouve son accomplissement avec les travaux de Thünen4 : ce dernier élabore en effet une analyse de la rente qui fait largement abstraction du facteur de la fertilité naturelle des terres pour ne retenir que les coûts de transport entre les exploitations agricoles et les marchés de consommation urbains. Comme les tenants de la Nationalökonomie, Thünen bâtit son raisonnement sur la conception d’un espace absolu, mais de manière beaucoup plus radicale que ces derniers, il applique le protocole de connaissance hérité de la science physique, et se réfère à un espace homogène et isotrope, dans lequel la spatialité des processus économiques est réduite au seul surcoût engendré par la distance, c’est-à-dire aux coûts de transport (Läpple 1986).

  • 5 Karl Marx, Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie (Rohentwurf), Berlin, Dietz, 1953, p. 423 (...)

33Dans les années qui suivent la publication de Der isolierte Staat, les progrès décisifs des moyens de transport au milieu du XIXe siècle provoquent une diminution drastique de ces coûts de transport et aboutissent ainsi à une élimination de cette dimension spatiale des phénomènes économiques (Löw 2001, p. 11). Marx dresse très exactement ce constat quand il définit l’activité de transport comme un « anéantissement de l’espace » (Vernichtung des Raumes)5. Dans la seconde moitié du XIXe siècle est ainsi ouverte la voie à une théorie économique de l’équilibre détachée de tout ancrage spatial, dans laquelle la catégorie de « campagne » n’a plus lieu d’être.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bayerl Günter, 1994, « prolegomenon der “großen industrie”. Der technisch-ökonomische Blick auf die natur im 18. Jahrhundert », Umweltgeschichte. Umweltverträgliches Wirtschaften in historischer Perspektive. Acht Beiträge, Werner Abelshauser éd., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 29-56.

Darjes Joachim Georg, 1768 [1756], Erste Gründe der Cameral-Wissenschaften, darinnen die Haupt-Theile so wohl der Oeconomie als auch der Polizei und besondern Cameral-wissenschaft in ihrer natürlicher Verknüpfung, 2e édition, Leipzig, Breitkopf.

Garner Guillaume, 2005, État, économie et territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique (1740-1820), paris, éditions de l’EHESS.

Hosfeld-Guber Jutta, 1985, Der Merkantilismusbegrif und die Rolle des absolutistischen Staates im vorindustriellen Preussen, Munich, Florentz.

Jung-Stilling Johann Heinrich, 1788, Lehrbuch der Staats-Polizey-Wissenschaft, Leipzig, Weidmann.

Justi Johann Heinrich Gottlob von, 1758 [1755], Staatswirthschaft, oder systematische Abhandlung aller oeconomischen und Cameral-Wissenschaften, die zur Regierung eines Landes erfordert werden, 2 volumes, 2e édition, Leipzig, Breitkopf.

— 1760-1761, Die Grundfeste zu der Macht und Glückseeligkeit der Staaten ; oder ausführliche Vorstellung der gesamten Policey-Wissenschaft, 2 volumes, Königsberg/Leipzig, Hartung.

Kraus Christian Jacob, 1808a, « Ueber den inländischen Getreide-Verkehr. Ueber Kornjuden, Getreide-Aufschüttern und die Maaßregel Korn in Requisition zu setzen », Vermischte Schriften über staatswirthschaftliche, philosophische und andere wissenschaftliche Gegenstände, Christian Jakob Kraus éd., Königsberg, Nicolovius, vol. 1, p. 215-266.

— 1808b, Staatswirthschaft, 2 volumes, Königsberg, Nicolovius.

Läpple Dieter, 1986, « Johann Heinrich von Thünen und die Entwicklung der Raumwirtschaftstheorie », Johann Heinrich von Thünen und die Entwicklung der Raumstruktur-Theorie : Beiträge aus Anlaß der 200. Wiederkehr seines Geburtstages, Klaus Brake éd., oldenbourg, Holzberg, p. 19-51.

Läpple Dieter, 1992 [1991], « Essay über den Raum. Für ein gesellschaftliches Raumkonzept », Stadt und Raum. Soziologische Analysen, Hartmut Häußermann, Detlev Ipsen, Thomas Krämer-Badoni, Dieter Läpple, Marianne Rodenstein, Walter Siebel éd., 2e édition, pfafenweiler, Centaurus-Verlagsgesellschaft, p. 157-208.

Lepetit Bernard, 1988, Les villes dans la France moderne (1740-1840), paris, Albin Michel.

Lévy Jacques et Lussault Michel éd., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Löw Martina, 2001, Raumsoziologie, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Lueder august Ferdinand, 1800-1804, Ueber Nationalindustrie und Staatswirthschaft. Nach Adam Smith bearbeitet, 3 volumes, Berlin, H. Frölich.

Pfeiffer Johann Friedrich, 1773-1778, Lehrbegrif sämmtlicher oeconomischer und Cameral-Wissenschaften, 4 volumes, Mannheim, Schwan.

Johann Friedrich Pfeiffer, 1783, Grundsätze der Universal-Cameral-Wissenschaft oder deren vier wichtigsten Säulen nämlich der Staats-Regierungskunst, der Policey-Wissenschaft, der allgemeinen Staats-Oekonomie, und der Finanz-Wissenschaft, 2 volumes, Francfort-sur-le-Main, Esslinger.

Rosanvallon Pierre, 1989 [1979], Le libéralisme économique. Histoire de l’idée de marché, 2e édition, Paris, Seuil. (La 1re édition est parue sous le titre Le capitalisme utopique.)

Rössig Carl Gottlob, 1786, Lehrbuch der Polizeywissenschaft, Iéna, Akademische Buchhandlung.

Saage Richard, 1994 [1973], Eigentum, Staat und Gesellschaft bei Immanuel Kant, 2e édition mise à jour, Baden-Baden, Nomos Verlagsgesellschaft.

Sandl Marcus, 1999, Ökonomie des Raumes. Der kameralwissenschaftliche Entwurf der Staatswirtschaft im 18. Jahrhundert, Cologne/Vienne/Weimar, Böhlau Verlag.

Soden Julius von, 1805-1808, Die National-Oekonomie. Ein philosophischer Versuch über die Quellen des National-Reichthums und über die Mittel zu dessen Beförderung, 3 volumes, Leipzig, Barth.

Thaer Albrecht Daniel, 1798-1804, Einleitung zur Kenntniß der englischen Landwirthschaft und ihrer neueren practischen und theoretischen Fortschritte in Rücksicht auf Vervollkommnung deutscher Landwirthschaft für denkende Landwirthe und Cameralisten, 3 volumes, Hanovre, Hahn.

— 1809-1812, Grundsätze der rationellen Landwirthschaft, 4 volumes, Berlin, Verlag der Realschulbuchhandlung.

Tribe Keith, 1988, Governing Economy. The Reformation of German Economic Discourse 1750-1840, Cambridge, Cambridge University Press.

Waszek norbert éd., 1988, Die Institutionalisierung der Nationalökonomie an deutschen Universitäten. Zur Erinnerung an Klaus Hinrich Hennings (1937-1986), Sankt-Katharinen, Scripta mercaturae Verlag.

Vogel Barbara, 1983, Allgemeine Gewerbefreiheit. Die Reformpolitik des preußischen Staatskanzlers Hardenberg (1810-1822), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Notes

1 Sur les sciences camérales, voir l’ouvrage de référence de Keith Tribe (1988).

2 Voir par exemple l’article « Territorium » dans le dictionnaire de Johann Heinrich Zedler, Grosses vollständiges Universal-Lexicon aller Wissenschaften und Künste, vol. 42, Leipzig/Halle, Zedler, 1744 (col. 1139).

3 Nous reprenons ici l’orthographe ancienne de ces deux termes.

4 Le premier volume de l’ouvrage majeur de Johann Heinrich von Thünen, Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonomie, est publié en 1826. Une deuxième édition en deux volumes a suivi en 1842 et 1850. L’ouvrage est traduit en français en 1851 sous le titre : Recherches sur l’influence que le prix des grains, la richesse du sol et les impôts exercent sur les systèmes de culture.

5 Karl Marx, Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie (Rohentwurf), Berlin, Dietz, 1953, p. 423, cité par Dieter Läpple (1992, p. 177).

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540