Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

1. La construction du rural comme ressource

De l’espace résiduel aux paysages culturels : les nouvelles conceptions de la ruralité et de ses ressources dans les politiques territoriales en Allemagne

Winfried Schenk

Texte intégral

1Dans les vingt-cinq états de l’Union européenne, 57 % de la population de 2004 vit dans des régions rurales qui occupent 92 % de la surface totale. À l’échelle de l’Union à 15, 51 % de la population vit à cette date dans ce même type d’espace sur un peu plus de 90 % du territoire. La République fédérale d’Allemagne fait partie des états les plus fortement urbanisés avec seulement 40 % de population vivant dans des espaces ruraux sur environ 80 % du territoire national (Commission européenne 2004). Ce fort taux d’urbanisation explique sans doute en partie pourquoi l’espace rural fut, dans ce pays, longtemps considéré au filtre d’une vision citadine comme un « espace résiduel et passif », handicapé dans ses perspectives de développement.

2Cette vision des instances en charge de l’aménagement du territoire entrait en contradiction avec une perception positive, répandue au sein de la société allemande, et qui valorise le plus souvent la ruralité pour sa proximité avec la nature, pour sa dimension humaine et pour ses liens sociaux forts. La notion de « paysage » fut historiquement un vecteur puissant de cette vision valorisante de la réalité. Elle renvoie en effet à la perception des peintres paysagistes de la Renaissance, reprise ensuite par la bourgeoisie urbaine autour de 1900, au moment où s’accélère le mouvement d’industrialisation, dans une sorte de réflexe dirigé contre la ville : l’interprétation sociale de la campagne à travers le prisme du paysage se fait alors esthétisante et l’associe à des espaces ouverts, non bâtis, agricoles, investis de nature et de beauté (Schenk 2001). Dans cette tradition – qui n’échappe d’ailleurs pas au kitch – la crainte est répandue de voir la « ville dévorer le paysage » (Eisel 2001). Ville et paysage sont ainsi perçus dans une relation antagoniste que résume bien la formule du critique d’architecture Werner Mitsch : « on appelle villes des régions dépourvues de paysage » (cité d’après Haas et Haub 1997, p. 11).

3Ces deux approches de la ruralité lue tantôt comme un espace résiduel non urbanisé tantôt comme un beau paysage, et leurs hiérarchies de valeurs inversées, s’inscrivent dans une même perspective citadine qui oppose villes et campagnes. On assiste pourtant ces dernières années à une remise en cause de cette lecture dichotomique et à l’irruption dans les documents officiels du terme de « paysage culturel » – Kulturlandschaft* – parmi les concepts clés de l’aménagement pour traiter de l’ensemble des espaces qu’ils soient urbains ou ruraux. Nous reviendrons d’abord sur l’évolution du terme d’« espace rural » dans le lexique des acteurs de l’aménagement du territoire au cours des quarante dernières années avant d’interroger le sens et les enjeux de la mutation en cours.

De l’« espace résiduel » à un type d’espace multifonctionnel (de 1970 à nos jours)

4Plus de trente ans furent nécessaires pour que les services fédéraux de l’aménagement du territoire modifient leur perception de l’espace rural et abandonnent la catégorie d’« espace résiduel » au profit de celle de lieu de vie autonome pour penser les politiques d’intervention. Notre analyse se réfère ici essentiellement aux rapports ministériels sur l’aménagement du territoire (Raumordnungsberichte) et aux publications de l’office fédéral de la construction et de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung, BBR) installé à Bonn-Bad Godesberg.

Le paradigme de l’espace « résiduel » des années 1970 : la ruralité comme handicap ?

5Voici un bel exemple de la perspective citadine adoptée par les services fédéraux de l’aménagement du territoire. Il s’agit de l’introduction légèrement abrégée d’une étude de 1979, réalisée par Hans Peter Gatzweiler, directeur du programme d’observation territoriale au sein de l’ancien office fédéral de la construction et de l’aménagement du territoire (Gatzweiler 1979). À l’époque, cette étude avait suscité un grand intérêt :

Nous sommes vendredi 11 mars 1977. Dehors soule un vent glacial venu de Bohême. Tantôt il pleut, tantôt il neige. À Bärnau, petit hameau du Haut palatinat, dans la pénombre et la chaleur de sa cuisine, Anton Hammerl est installé à sa place préférée près de la cuisinière. Ses mains calleuses attrapent pour la huitième fois aujourd’hui – ou est-ce la dixième ? – le journal, le Oberpfälzer Bote [le Messager du Haut Palatinat]. Lentement et avec attention, il lit les colonnes du journal espérant avoir sauté un passage ; il sait pourtant qu’il n’a rien oublié. Il ne trouve que trois offres d’emploi : on recherche une assistante sociale, une gestionnaire d’entreprise et un ingénieur des eaux et Forêts. Aucun artisan, pas le moindre ouvrier serrurier !
Ce n’est pas par ennui qu’Anton Hammerl se plonge encore et toujours dans son journal. Non, c’est dans l’espoir de trouver enfin un emploi stable. Depuis le 1er octobre 1976, Anton Hammerl est sans emploi, depuis presque six mois déjà ! Car Anton Hammerl vit dans une région qui – malgré un des taux de natalité les plus élevés – compte parmi les plus pauvres et les moins peuplées d’Allemagne fédérale. Il n’y a que peu d’activité industrielle et les travaux des champs sont pénibles.
Ce dont on a besoin pour la vie quotidienne, on peut l’acheter à Bärnau. Des vêtements, une chemise ou une paire de chaussettes s’achètent 16 kilomètres plus loin à Tirschenreuth, chef-lieu du Kreis. Là-bas, il n’y a pas de grands magasins, ceux-ci se trouvent à Weiden, 30 kilomètres plus loin ; il faut compter une journée pour s’y rendre quand on n’a pas de voiture, trop loin pour céder aux tentations de la société de consommation que la publicité à la télévision délivre gratuitement à la maison.
Anton Hammerl est marié. Il a quatre enfants, doués et travailleurs. Il voudrait qu’ils puissent aller au lycée, apprendre un métier qui leur plaît, un métier qui nourrit son homme […]
Anton Hammerl envisage l’idée de partir, de s’installer dans une région dont l’avenir économique est assuré et qui offre un emploi stable. Mais il a une maison à Bärnau, qu’il a héritée de ses parents… et dans le cas où il se déciderait à partir pour trouver un emploi, il ne trouverait guère un acquéreur pour sa maison. Car qui voudrait bien s’installer dans une région où il n’y a pas de travail et acheter une maison sans chauffage central ni salle de bains ?

6Dans l’Allemagne des années 1970, les périphéries orientales bavaroises constituaient une sorte de cliché du sous-développement et rappelons à cet égard que la Bavière toute entière passait à l’époque pour l’antre du sous-développement. Même si aujourd’hui ce texte semble caricaturer la situation d’alors, il renvoie très directement aux conceptions de la loi sur l’aménagement du territoire qui visait l’homogénéisation des conditions de vie sur l’ensemble du territoire et jaugeait l’état des régions périphériques à l’aune des critères d’évaluation des régions urbanisées. Ainsi l’office fédéral de l’aménagement du territoire signalait-il l’étroitesse du marché de l’emploi, la faiblesse des densités de population et l’insuffisance des infrastructures. La notion de périphérie renvoyait ici bien sûr à l’éloignement des grands centres économiques, mais aussi surtout à la marginalité de ces espaces au sein du système de planification territoriale des lieux centraux utilisé par l’office fédéral pour la construction et l’aménagement du territoire, et articulé aux villes du niveau supérieur de la hiérarchie urbaine (Blotevogel 1996). Gerhard Henkel estime que ce système a du reste contribué à la désertification d’un certain nombre de villages (Henkel 2004). Le texte de Gatzweiler signale à juste titre que, jusqu’à la fin des années 1970, la plupart des régions ainsi définies enregistraient des excédents de naissances mais aussi les taux d’émigration les plus élevés, en raison de la faiblesse et de la piètre qualité de l’emploi non agricole. L’espace rural apparaissait dès lors prisonnier d’un cercle vicieux dont les causes étaient interdépendantes et cumulatives et qui le tirait toujours plus vers le bas car, disait-on, l’absence d’emplois allait entraîner la stagnation économique et par voie de conséquence freiner l’équipement en infrastructures. Tout cela conduisait, selon les termes employés à l’époque, à l’« érosion qualitative » du marché de l’emploi par émigration de la main-d’œuvre jeune, bien formée et désireuse de faire carrière. Comparé aux espaces urbanisées concentrant la population active, l’espace rural apparaissait passif. C’est dans cet esprit que l’office de l’aménagement du territoire définit l’« espace rural » comme un « espace résiduel » non urbanisé. La logique exigeait l’adaptation des infrastructures rurales aux modèles urbains et, par conséquent, un investissement massif dans la modernisation du réseau routier et la promotion d’un bâti de type urbain menée dans le cadre de programmes de rénovation de l’habitat rural. Dans certains länder, on transforma ainsi le centre des villages ruraux selon des modèles citadins (Danielzyk et Wiegandt 1999).

Aux alentours de 1995, dans le contexte de la réunification, l’« espace rural » est jugé dynamique et autonome

7Sous l’effet de la réunification en 1990, les responsables de l’aménagement du territoire ont été contraints de reconnaître que la polarisation spatiale redoutée opposant espaces urbains prospères et campagnes stagnantes n’allait pas, dans le cadre du développement du marché intérieur européen, se produire dans toute son ampleur et toute son acuité, du moins en Allemagne de l’ouest, et que l’on ne pouvait pas considérer l’« espace rural » comme le grand perdant de la transformation structurelle.

8Ainsi, le taux de chômage enregistré autour de 1990 en milieu rural à l’Ouest n’était pas sensiblement supérieur à celui des espaces urbains ; sur le plan économique, certaines régions rurales comptaient parmi les plus dynamiques du pays. Dans le pays d’Ems par exemple (Danielzyk et Wiegandt 1999), le nombre des créations d’emplois était supérieur à celui des emplois perdus. On prit ainsi conscience que l’« espace rural » devait être différencié et qu’il fallait parler d’« espaces ruraux ». Le rapport sur l’aménagement du territoire de 1993 distingue, de ce fait, six types d’« espaces de faible densité démographique » : les espaces relativement favorables à la production agricole, les espaces ayant des problèmes structurels, les espaces ayant un potentiel de croissance (industrielle), les espaces où le tourisme génère une attractivité particulière, les espaces où dominent les fonctions résidentielles, les espaces possédant des centres d’approvisionnement.

9On attribue donc désormais aux « espaces ruraux » la capacité de réussir ! en témoignent deux intitulés du rapport fédéral sur l’aménagement du territoire de 2000 qui déclarent que « l’espace rural n’existe pas » et que « les espaces ruraux ne sont pas défavorisés par principe » (BBR 2000, p. 63 et carte p. 65). Selon ces textes, les espaces ruraux disposent de qualités spécifiques, comme le faible coût du foncier (d’où un taux élevé de propriétaires de leurs logements), des conditions de circulation automobile plus fluides (dans les espaces ruraux, on trouve en moyenne 2,5 voitures par ménage), une proximité relative de la nature et un moindre anonymat (le village comme petite patrie – Heimat* – ou comme lieu familier).

10La réunification a toutefois donné une nouvelle dimension aux problèmes structurels de l’aménagement du territoire. Les nouveaux länder sont dès lors considérés dans leur totalité comme un espace défavorisé en dépit, il est vrai, d’une situation économique réelle beaucoup plus complexe ; cette interprétation se réfère en fait à un modèle d’analyse fondé sur des antagonismes spatiaux, qui propose une explication commode des différences sociales et culturelles dans l’Allemagne réunifiée (Gebhardt 2007).

Les espaces ruraux dans le rapport sur l’aménagement du territoire de 2005 : polyvalence ou multifonctionnalité ?

  • 1 Rapport sur l’aménagement du territoire de la RFa (Raumordnungsbericht der BRD), 2005, p. 19 et sui (...)

11Compte tenu de l’ensemble de ces débats, le rapport de l’office fédéral pour l’aménagement du territoire de 2005 (BBR 2005) renonce à utiliser les termes problématiques de « rural » ou d’« urbain » pour définir les principales catégories spatiales de la politique d’aménagement. Désormais on parle d’espaces centraux et d’espaces périphériques en fonction principalement de critères de densité démographique et de centralité (ibid.,p. 19 et suiv.)1.

12Trois grands types d’espaces sont ainsi distingués : les espaces centraux (environ 11 % de la superficie, 49 % de la population), les espaces intermédiaires (environ 30 % de la superficie et 25 % de la population), les espaces périphériques (environ 59 % de la superficie et 26 % de la population), le rapport soulignant notamment qu’une faible densité démographique ne suit pas à définir la « ruralité » et qu’espaces ruraux et espaces périphériques ne sauraient se confondre (ibid.,p. 209).

13En prenant conscience, à partir du milieu des années 1990, de l’hétérogénéité de l’espace rural (ibid., p. 209), les responsables de l’aménagement du territoire mettent désormais l’accent sur la multifonctionnalité des « espaces ruraux », sur leurs fonctions de résidence, de production économique pourvoyeuse d’emplois – y compris agricoles – ou sur leurs fonctions touristiques. Ils insistent sur la disponibilité en ressources ainsi que sur leur capacité à accueillir de nouvelles infrastructures. C’est dans ce contexte qu’émerge le terme de « paysage » par référence à la fois à un objectif de protection de la nature et à un projet explicite de valorisation touristique (p. 208-209). Le terme est enrichi de l’adjectif « culturel » pour devenir en allemand Kulturlandschaft* et désigner les nouvelles fonctions de l’espace rural « de protection de la nature et de préservation de la diversité des paysages ». Le texte aboutit à un classement de ces « paysages (culturels) » en six types, définis à partir de critères géomorphologiques, topographiques et des formes d’occupation du sol : paysages côtiers (2,5 %), paysages forestiers et paysages dominés par la forêt (25 %), paysages culturels ouverts aux infrastructures denses (34 %), paysages culturels ouverts aux infrastructures peu denses (32 %), paysages miniers (2 %), zones de forte densité démographique (4 %).

14La totalité de la superficie de l’Allemagne est dès lors comprise comme une mosaïque de « paysages culturels », selon une interprétation rénovée du terme qui s’applique à pratiquement toutes les régions de cette partie de l’Europe, en considérant qu’elles ont été également façonnées par l’anthropisation des paysages naturels. Ce recours surprenant à la valeur de « paysages culturels » se comprend grâce au principe numéro 13 (2) ajouté en 1998 à la loi sur l’aménagement du territoire selon lequel « les paysages culturels, leurs caractéristiques marquantes, leurs monuments culturels et naturels doivent être conservés ». Le rapport de 2005 ne se contente pas d’interpréter ce principe comme « une protection des paysages qui ont acquis une valeur historique » (BBR 2005, p. 215) mais il intègre aussi des zones industrielles et commerciales. L’évolution des paysages est dès lors considérée comme normale, mais le rapport propose d’accompagner les évolutions spatiales en se référant à des modèles paysagers. L’intention vise le développement harmonieux des paysages, en préservant durablement leurs fonctions écologique, économique, sociale et culturelle et en évitant de favoriser les uns au détriment des autres (BBR 2005, p. 215). Conformément à l’esprit du développement durable, le rapport invite d’abord les services de l’aménagement du territoire à identifier, décrire et évaluer les espaces ruraux selon leur potentiel paysager afin d’établir ensuite les principes d’action et de gestion des paysages qui encadreront les mesures concrètes. Il propose en outre d’accompagner ces mesures en encourageant une meilleure prise de conscience de la valeur des paysages (grâce par exemple à la publication de guides) et de développer des stratégies de marketing pour promouvoir les régions, leurs produits et pour conforter les identités régionales.

Le « paysage culturel » : le nouveau concept directeur de l’aménagement des espaces en Allemagne ?

  • 2 L’académie pour la recherche territoriale et l’aménagement du patrimoine régional de Hanovre décrit (...)

15Par delà ces extraits du rapport de 2005, on voit s’affirmer, dans le champ de l’aménagement du territoire en Allemagne, un recours croissant à ce concept de « paysage culturel » marqué à la fois par son origine citadine et sa forte charge émotionnelle (Schenk 2006a). L’un des tout derniers schémas d’orientation proposés par l’office fédéral de l’aménagement pour encadrer l’évolution du territoire fédéral à moyen terme (Alltschekow, Eyink et Sinz 2006, p. 11) s’intitule même « Schéma d’orientation pour la préservation des ressources naturelles et la gestion des paysages » (voir cartes 1, 2 et 3), en s’appuyant sur le concept de durabilité qui, depuis la loi de 1998, tient lieu de clef de voûte de l’aménagement du territoire. Ce principe de durabilité se trouve pour ainsi dire spatialisé et intégré au paysage. Si l’on suit ces auteurs, « il ne s’agit pas seulement de réduire les surfaces dédiées au transport et à l’habitat selon les exigences de la stratégie nationale de durabilité, mais aussi de préserver les paysages et les espaces interstitiels non bâtis ainsi que de développer davantage le potentiel des paysages. Au fond, le problème n’est pas de différencier les paysages périurbains, les espaces de production agricole, les zones touristiques ou encore les espaces dédiés aux énergies renouvelables, mais d’organiser le développement de l’espace en tenant compte des exigences du paysage et des objectifs de ce développement » (Alltschekow, Eyink et Sinz 2006, p. 11). De tels énoncés dépassent largement le principe numéro 13 (2) de la loi sur l’aménagement du territoire de 1998 portant sur les « paysages culturels hérités » et ne font pas davantage référence aux débats qui ont eu lieu au sein des services de l’aménagement du territoire. Plusieurs colloques ont montré en effet que de nombreux spécialistes de l’aménagement ne savaient que faire de ce terme de « paysage culturel » qu’ils jugent trop vague. De plus, la notion de protection des structures spatiales est étrangère à la tradition et aux outils de l’aménagement du territoire et de l’aménagement régional. Un groupe de chercheurs de l’académie pour la recherche territoriale et l’aménagement du patrimoine régional2 a entrepris de préciser ce nouveau principe et établi que sa mise en œuvre conduirait à terme, dans les procédures de diagnostic régional, à relativiser les facteurs écologiques, économiques et sociaux au profit de facteurs historiques et culturels (Matthiesen et al. 2006). Il recommande en conséquence d’en tenir compte dans les procédures d’aménagement régional.

16À l’accueil très réservé fait à ce principe paysager institué par la loi en notion clé de l’aménagement du territoire, s’est ajouté en outre le scepticisme suscité par le principe numéro 14 du paragraphe 2 de la loi sur la protection de la nature3 selon lequel « les paysages culturels hérités du passé – entiers ou partiels – doivent être conservés ». Certes, cette idée avait déjà été déjà mentionnée en 1978 par les autorités de protection de la nature, mais elle avait été longtemps tout simplement ignorée (Brink et Wöbse 1989) et aujourd’hui encore ce passage de la loi-cadre n’a toujours pas été transcrit dans les législations des Länder. On ne s’étonnera donc pas de la vigueur des débats qui entourent la question de la définition et de la pertinence de la notion de paysage culturel pour l’organisation de l’espace, notamment dans un contexte où les sciences de la terre en général et la géographie en particulier ont considéré pendant longtemps le « paysage » comme l’incarnation même d’un objet non scientifique, dépourvu de théorie et totalement inopérant d’un point de vue scientifique (Schenk 2001). Qui plus est, la République fédérale d’Allemagne n’a pas signé la Convention européenne du paysage4 et n’a pas l’intention de le faire (Landschaftsverband Rheinland 2007). Mais d’un autre côté, le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a organisé son ambitieux projet Regionale 2010 de développement régional de la zone Cologne-Bonn autour d’un « réseau de paysages culturels » qui en constitue le pivot dynamique, et propose une panoplie d’instruments innovants pour gérer le devenir des paysages régionaux. Sa réalisation est définie dans un programme intitulé : Masterplan Grün (Regionale 2010 Agentur 2007) et Eckhard Uhlenberg, ministre pour le land de l’environnement, de la protection de la nature, de l’agriculture et de la protection du consommateur de l’époque affirmait en introduction que l’on avait réussi « à placer au centre de la Regionale 2010 la gestion et le développement du paysage naturel et du paysage culturel et à ne plus les considérer comme un frein à la croissance mais au contraire comme un élément de l’infrastructure future et de son identité au sein d’une Europe des régions ». Rappelons que la région de Cologne-Bonn est surtout caractérisée par des structures suburbaines particulièrement dynamiques, et que les espaces à caractère rural sont minoritaires.

17Ce retour en force du terme de « paysage culturel » n’est pas à mon sens dénué d’ambiguïté. Il manifeste certes la prise en compte croissante des patrimoines naturels et culturels dans les politiques publiques au niveau national comme au niveau européen, et le géo-historien que je suis se réjouit pour une part de cette renaissance, dans les géosciences et dans l’aménagement du territoire, d’un terme chéri de longue date par sa discipline pour sa dimension intégrative. Mais je ne saurais ignorer que le succès du terme sert parfois à masquer les carences des aménagements sectoriels et territoriaux, voire à légitimer l’action de certaines autorités.

18pourtant, le concept tire curieusement une partie de son efficacité de son imprécision comme de son image positive. Son irruption à l’articulation entre analyse et action publique traduit en effet une attention renouvelée pour des dimensions longtemps ignorées ou passées sous silence :

  • elle signale la prise de conscience collective de l’historicité et de la dimension identitaire des structures spatiales dans leurs diversités régionales ;
  • elle introduit une logique de conservation dans la planification territoriale, qui se saisit des outils de gestion paysagère pour identifier et évaluer le patrimoine rural dans l’esprit du rapport sur l’aménagement du territoire de 2005 (Schenk, Fehn et Denecke 1997) ;
  • elle élargit l’exigence de qualité dans l’organisation territoriale à l’ensemble des espaces, y compris dans les zones suburbaines et elle indexe cette exigence de qualité au triple principe – écologique, social et économique – de « durabilité », énoncée au Sommet de la terre à Rio en 1992, en articulant la notion de « paysage culturel » à la notion de « développement durable » ;
  • elle permet de fondre les approches sectorielles au sein d’un aménagement global et intégré du territoire. Ceci peut prendre la forme souple et discursive de la nouvelle regional governance (Fürst, Lahner et Pollermann 2005) qui vise la régulation collective au sein même de chaque « paysage culturel » du bien commun qu’elle constitue pour ses habitants, par la déinition de règles communes et par leur mise en œuvre (Apolinarski, Gailing et Röhring 2004).

19Les politiques d’aménagement demandent probablement trop au concept de « paysage culturel » en choisissant de l’élargir, au-delà des seuls espaces ruraux, à l’ensemble du territoire – et ne doutons pas que l’emploi de ce concept, à l’instar de tous les autres connaîtra une courbe descendante, une fois dépassé le pic actuel de son cycle. Cette extension de l’usage du terme sanctionne toutefois la transformation du regard des acteurs de l’aménagement du territoire qui ont appris, au fil de leurs réinterprétations successives de l’« espace rural », à différencier les types d’espaces et qui ont renoncé à leur appliquer les seules grilles de la centralité urbaine. La dimension intrinsèquement régionale de la notion ouvre ainsi la voie à une conception plus nuancée de la diversité des territoires, de leurs potentiels et de leurs ressources. Par effet de retour, cet élargissement du concept à des espaces urbains et périurbains parfois peu amènes pourrait en outre éviter de tomber dans le piège d’une conception citadine purement romantique, esthétique ou nostalgique des espaces ruraux, peu conforme à la réalité. Rappelons à ce titre que dans un contexte où le taux des actifs du secteur primaire dépasse à peine 2 %, où leur contribution au PNB se situe au-dessous de 1 %, et alors que l’agriculture et la sylviculture occupent toujours plus de 80 % de la superficie de l’Allemagne, la production agricole se concentre toujours plus dans des régions à très hauts rendements non sans problèmes écologiques tandis que les régions en déprise agricole cherchent de nouvelles formes d’utilisation du sol. Tous les types d’espaces ruraux ont en commun de se trouver intégrés dans une civilisation marquée du sceau de la ville, dans la dépendance de ses données économiques et politiques et surtout de son système de valeurs.

20« Une sorte de continuité des phénomènes et des valeurs rattache à la métropole le dernier hameau au fin fond de la forêt », écrivait justement Wilhelm Abel en 1955 (d’après Planck et Ziche 1979, p. 42). Et c’est en cela que réside probablement l’intérêt spécifique de ce nouvel usage du concept de « paysage culturel » qui élargit l’attention et la compétence de l’aménagement du territoire des dimensions économiques et écologiques du processus de structuration spatiale à ses dimensions culturelles.

Source : Document original mis gracieusement à disposition par l’office fédéral de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung) 2006. La carte est une illustration du schéma d’orientation mais les figurés n’engagent pas la politique de planification.
Carte 1
Synthèse prospective de l’offre de services à la population par l’Office fédéral de l’aménagement du territoire
En Allemagne, la politique d’aménagement du territoire se fonde sur la théorie des places centrales de Walter Christaller (Die zentrale Orte in Süddeutschland, 1933) pour établir une hiérarchie de la distribution des fonctions urbaines entre des villes-centres de niveau supérieur (Oberzentren), des villes-centres de niveau intermédiaire (Mittelzentren) et des villes-centres de niveau de base (Unterzentren).

Source : Document original mis gracieusement à disposition par l’Office fédéral de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung) 2006. La carte est une illustration du schéma d’orientation mais les figurés n’engagent pas la politique de planification.
Carte 2
Synthèse prospective de la croissance économique par l’Office fédéral de l’aménagement du territoire

Source : Document original mis gracieusement à disposition par l’office fédéral de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung) 2006. La carte est une illustration du schéma d’orientation mais les figurés n’engagent pas la politique de planification.
Carte 3
Synthèse prospective de la protection des milieux naturels et des paysages par l’Office fédéral de l’aménagement du territoire

Bibliographie

Références bibliographiques

Alltschekow Peter, Eyink Hagen et Sinz Manfred, 2006, « Bewahren und entwickeln. Neue leitbilder der Raumentwicklung in Deutschland », Stadt und Grün, n° 12, p. 8-13.

Apolinarski ingrid, Gailing Ludger et Röhring Andreas, 2004, « Institutionelle Aspekte und Pfadabhängigkeiten des regionalen Gemeinschaftsgutes Kulturlandschaft », Working Paper, Erkner, Leibniz-Institut für Regionalentwicklung und Strukturplanung [en ligne]. [URL : http://www.irs-net.de/download/Kulturlandschaft.pdf]. Consulté le 7 juin 2012.

Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 1993, Raumordnungsbericht 1993, Bonn, BBR Selbstverlag.

Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 2000, Raumordnungsbericht 2000, Bonn, BBR Selbstverlag.

Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (bbr), 2005, Raumordnungsbericht 2005, Bonn, BBR Selbstverlag.

Blotevogel Hans Heinrich, 1996, « Zur Kontroverse um den Stellenwert des Zentralen-Orte-Konzepts in der Raumordnungspolitik heute », Informationen zur Raumentwicklung, n° 10, p. 647-657.

Brink Antje et Wöbse Hans Hermann, 1989, Die Erhaltung historischer Kulturlandschaften in der Bundesrepublik Deutschland. Untersuchung zur Bedeutung und Handhabung von Paragraph 2 Grundsatz 13 des Bundesnaturschutzgestzes, Hanovre, Untersuchung im Auftrag des Bundesministers für Umwelt, Naturschutz und Reaktorsicherheit.

Burggraaff Peter et Kleefeld Klaus-Dieter, 1998, Historische Kulturlandschaft und Kulturlandschaftselemente. Ergebnisse aus dem F + E Vorhaben 80809075 des Bundesamtes für Naturschutz, Bonn, Bundesamt für Naturschutz (Angewandte Landschaftsökologie).

Commission européenne, 2004, Proposal for a Council Regulation on Support to Rural Development by the European Agricultural Fund for Rural Development, Extended Impact Assessment , Bruxelles, document de travail de la Commission référence COM (2004) 490 final [en ligne]. [URL : http://ec.europa.eu/agriculture/rur/publi/propimpact/text_en.pdf]. Consulté le 7 juin 2012.

Danielzyk Rainer et Eickhoff Eberhard, 2006, « Die Aufgabe und Rolle der Regional-planung bei der Umsetzung des kulturlandschaftlichen Gesetzesauftrags », Kulturlandschaften als Herausforderung für die Raumplanung. Verständnisse, Erfahrungen, Perspektiven, Ulf Matthiesen, Rainer Danielzyk, Stefan Heiland et Sabine Tzschaschel éd., Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (Forschungs- und Sitzungsberichte der ARL ; 228), p. 33-42.

Danielzyk Rainer et Wiegandt Claus-Christian, 1999, « Das Emsland : Auffangraum für problematische Großprojekte oder Erfolgsstory im ländlich-peripheren Raum ? » Berichte zur deutschen Landeskunde, vol. 73, n° 2/3, p. 217-244.

Dornbusch Ramona S., 2006, « Historische Kulturlandschaften », Handbuch Denkmalschutz und Denkmalplege, Dieter J. Martin et Michael Krautzberger éd., Munich, Beck, p. 305-314

Dosch Fabian et Beckmann Gisela, 1999, « Trends der Landschaftsentwicklung in der Bundesrepublik Deutschland. Vom Landschaftsverbrauch zur Produktion von Landschaften ? » Erhaltung und Entwicklung gewachsener Kulturlandschaften. Ein neuer Auftrag der Raumordnung, Gerhard Stiens, Hubert Job éd., n° 5/6 de Informationen zur Raumentwicklung, p. 291-310.

Eisel Ulrich, 2001, « Angst vor der Landschaft ? » Erdkunde, vol. 55, n° 2, p. 159-171.

Fürst Dietrich, Lahner marion et Pollermann Kim, 2005, « Regional Governance bei Gemeinschaftsgütern des Ressourcenschutzes : das Beispiel Biosphärenreservate », Raumforschung und Raumordnung, n° 5, p. 300-339.

Gatzweiler Hans Peter, 1979, « Der ländliche Raum – Benachteiligt für alle Zeiten ? » Geographische Rundschau, vol. 31, n° 1, p. 10-16.

Gebhardt Hans, 1996 « Forzschungsdefizite und neue Aufgaben der Zentralitätsforschung », Informationen zur Raumentwicklung, n° 10, p. 691-699.

— 2007, « Nord und Süd, Ost und West in Deutschland », Geographie Deutschlands, Rüdiger Glaser, Hans Gebhardt et Winfried Schenk éd., Darmstadt, Primus Verlag, p. 76-82.

Haas Herbert et Haub Walter, 1997, Die sechziger Jahre und das mainfränkische Dorf, Wurzbourg, VSG.

Henkel Gerhard, 2004, Der Ländliche Raum. Gegenwart und Wandlungsprozesse seit dem 19. Jahrhundert in Deutschland, 4e édition, Berlin, Borntraeger (Studienbücher der Geographie).

Hönes Ernst-Rainer, 1991, « Zur Schutzkategorie, historische Kulturlandschaft », Natur und Landschaft, 66e année, n° 2, p. 87-90.

Landschaftsverband Rheinland, 2007, Europäische Landschaftskonvention. Tagungsdokumentation der 17. Fachtagung vom 2.-3. Mai 2006 in Altenberg , Cologne, n° 60 de Beiträge zur Landesentwicklung .

Matthiesen Ulf, Danielzyk Rainer, Heiland Stefan et Tzschaschel Sabine éd., 2006, Kulturlandschaften als Herausforderung für die Raumordnung, Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (Forschungs- und Sitzungsberichte der ARL ; 228).

Molitor Reimar, 2006, « Kulturlandschaftsnetzwerk als Strukturimpuls », Stadt und Grün, n° 12, p. 58-61.

Plank Ulrich et Ziche Joachim, 1979, Land-und Agrarsoziologie : eine Einführung in die Soziologie des ländlichen Siedlungsraumes und des Agrarbereichs, Stuttgart, Ulmer.

Regionale 2010 Agentur, 2007, Kulturlandschaftsnetzwerk – Masterplan : grün, version 2.0, Cologne.

Schenk Winfried, 2001, « Kulturlandschaft in Zeiten verschärfter Nutzungskonkurrenz : Genese, Akteure, Szenarien », Die Zukunft der Kulturlandschaft zwischen Verlust, Bewahrung und Gestaltung , Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (Forschungs- und Sitzungsberichte der ARL ; 215), p. 30-44.

— 2002, « Landschaft und Kulturlandschaft. Getönte Leitbegrife für aktuelle Konzepte geographischer Forschung und räumlicher Planung », Petermanns Geographische Mitteilungen, vol. 146, n° 6, p. 6-13.

— 2006a, « Der Terminus gewachsene Kulturlandschaft im Kontext öfentlicher und raumwissenschaftlicher Diskurse zu Landschaft und Kulturlandschaft », Kulturlandschaften als Herausforderung für die Raumordnung, Ulf Matthiesen, Rainer Danielzyk, Stefan Heiland et Sabine Tzschaschel éd., Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (Forschungs- und Sitzungsberichte der ARL ; 228), p. 9-21.

— 2006b, « Ansätze zur planungsbezogenen Analyse von gewachsenen Kulturlandschaften aus der Sicht der Kulturlandschaftspflege », Kulturlandschaften als Herausforderung für die Raumordnung , Ulf Matthiesen, Rainer Danielzyk, Stefan Heiland et Sabine Tzschaschel éd., Hanovre, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (Forschungs- und Sitzungsberichte der ARL ; 228), p. 99-119.

— 2007, « Europäische Landschaftskonvention (European Landscape Convention, ELC) und Kulturlandschaftspflege : zwei nahezu kompatible Ansätze zur Kulturlandschaftspflege », Europäische Landschaftskonvention. Tagungsdokumentation der 17. Fachtagung vom 2.-3. Mai 2006 in Altenberg, Landschaftsverband Rheinland éd., Cologne, n° 60 de Beiträge zur Landesentwicklung, p. 185-190.

Schenk Winfried, Fehn Klaus et Denecke Dietrich éd., 1997, Kulturlandschaftspflege. Beiträge der Geographie zur räumlichen Planung, Stuttgart/Berlin, Borntraeger.

Weizenegger Sabine et Schenk Winfried, 2006, « Cultural landscape management in Europe and Germany », The Conservation of Cultural Landscapes, Mauro Agnoletti éd., Wallingford, CABI, p. 183-196.

Notes

1 Rapport sur l’aménagement du territoire de la RFa (Raumordnungsbericht der BRD), 2005, p. 19 et suiv.

2 L’académie pour la recherche territoriale et l’aménagement du patrimoine régional de Hanovre décrit les effets de l’action anthropique sur l’espace et analyse les possibilités de mise en œuvre du développement durable dans l’aménagement du territoire dans une perspective à la fois économique, sociale, écologique et culturelle. Il s’agit d’un réseau interdisciplinaire de chercheurs et de praticiens de l’analyse spatiale, de l’aménagement du territoire et des politiques publiques d’intervention.

3 Loi fédérale pour la protection de la nature (Bundesnaturschutzgesetz) du 25 mars 2002 ; dernière

4 La Convention européenne du paysage (voir le texte sous http://www.conventions.coe.int/treaty/en/treaties/Html/176.htm), qui a été ratifiée par dix états membres du Conseil de l’Europe, est entrée en vigueur le 1er janvier 2004. Son objectif général vise, en pratiquant une gestion paysagère impliquant les citoyens, à créer des conditions de vie stables, saines et durables. Elle préconise de recourir à de nouvelles méthodes de gestion paysagère en favorisant la protection et le management. Les principales mesures proposent une formation à l’environnement et au paysage, le développement d’une conscience des valeurs du paysage, l’inventaire et l’évaluation des paysages, de leurs transformations et des processus qui en sont la cause, ainsi que la formulation d’objectifs qualitatifs de protection, de management et de gestion paysagère. La RFA n’a pas encore ratifié cette convention puisqu’elle considère que ces objectifs sont déjà atteints grâce à la législation en vigueur et qu’elle ne souhaite pas assumer les coûts supplémentaires occasionnés par l’obligation de fournir des rapports.

Table des illustrations

Légende Source : Document original mis gracieusement à disposition par l’office fédéral de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung) 2006. La carte est une illustration du schéma d’orientation mais les figurés n’engagent pas la politique de planification.Carte 1Synthèse prospective de l’offre de services à la population par l’Office fédéral de l’aménagement du territoireEn Allemagne, la politique d’aménagement du territoire se fonde sur la théorie des places centrales de Walter Christaller (Die zentrale Orte in Süddeutschland, 1933) pour établir une hiérarchie de la distribution des fonctions urbaines entre des villes-centres de niveau supérieur (Oberzentren), des villes-centres de niveau intermédiaire (Mittelzentren) et des villes-centres de niveau de base (Unterzentren).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Source : Document original mis gracieusement à disposition par l’Office fédéral de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung) 2006. La carte est une illustration du schéma d’orientation mais les figurés n’engagent pas la politique de planification.Carte 2Synthèse prospective de la croissance économique par l’Office fédéral de l’aménagement du territoire
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4599/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Source : Document original mis gracieusement à disposition par l’office fédéral de l’aménagement du territoire (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung) 2006. La carte est une illustration du schéma d’orientation mais les figurés n’engagent pas la politique de planification.Carte 3Synthèse prospective de la protection des milieux naturels et des paysages par l’Office fédéral de l’aménagement du territoire
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4599/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

Auteur

Professeur de géographie historique à l’institut de Géographie de l’Université de Bonn

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540