Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Réinventer les campagnes en Allemagne

 | 
Guillaume Lacquement
, 
Karl Martin Born
, 
Béatrice von Hirschhausen

Introduction

Karl Martin Born, Béatrice von Hirschhausen und Guillaume Lacquement

Volltext

La perspective nationale d’une dynamique européenne

  • 1 Jacqueline Bonnamour éd., Agricultures et campagnes dans le monde, Paris, Sedes, 1996 ; Jean-Paul C (...)
  • 2 Henri Mendras, Les sociétés paysannes : éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris, Gallima (...)
  • 3 François Walter, Les figures paysagères de la nation. Territoires et paysage en Europe (XVIe-XXe si (...)

1Y a-t-il encore sens à traiter du devenir de campagnes européennes dans un cadre d’analyse national ? les campagnes allemandes n’ont-elles pas été prises avec leurs voisines dans des évolutions similaires : intégration croissante au cours des deux derniers siècles des marchés agricoles à une échelle continentale puis mondiale avec spécialisation et concentration croissantes des bassins de production1, dynamique séculaire de diversification des fonctions et recul inexorable de l’emploi agricole et du monde paysan2, valorisation croissante de leurs paysages, de leurs productions et de leur patrimoine bâti à des fins identitaires pour des sociétés de plus en plus urbaines3 ? La guerre froide avait, un temps, fortement différencié les stratégies de sécurité alimentaire de part et d’autre du rideau de fer et façonné les sociétés rurales et les paysages selon des schémas productifs opposés, mais la chute du mur et l’intégration de l’Union européenne ont désormais embarqué les campagnes de l’est dans la politique agricole commune (PAC) qui mise sur une convergence des évolutions.

  • 4 Bundesamt für Statistik, 2010.
  • 5 Nicole Mathieu et Pierre Duboscq éd., Voyage en France par les pays de faible densité, Paris, CNRS (...)
  • 6 Hugh Clout éd., Contemporary Rural Geographies. Land, Property and Resources in Britain : Essays in (...)
  • 7 Marie-Claude Maurel et Guillaume Lacquement éd., Agriculture et ruralité en Europe centrale, Montre (...)

2Dans le mouvement européen de profond renouvellement des fonctions socio-économiques affectées aux espaces ruraux, l’Allemagne réunifiée connaît ainsi comme ses voisins, une profonde mise en cause du paradigme agricole de la seconde moitié du XXe siècle au profit croissant de fonctions écologiques, résidentielles et touristiques. L’agriculture continue d’occuper des superficies importantes et le secteur agricole affiche d’impressionnantes performances de productivité et de rentabilité. Mais l’activité agricole a été marginalisée dans l’économie et les sociétés rurales. La production de richesses exprimée en part de PIB plafonne à un faible niveau, et la population active agricole a régressé de manière considérable (moins de 0,9 % du PIB en 2009 pour 1,9 % des actifs4). Les campagnes se sont transformées en lieu de résidence périurbaine sur des aires concentriques de plus en plus étendues autour des agglomérations urbaines. Le catalogue des milieux naturels et des paysages agraires remarquables s’est étoffé d’année en année pour constituer une sorte de conservatoire des héritages ruraux proposés à la fréquentation touristique. Plus largement, les politiques publiques d’intervention soutiennent la diversification des activités rurales en préconisant la valorisation de ressources nouvelles. En cela, elles conduisent à une mise en patrimoine des campagnes dans le sens où elles invitent à dresser, à des fins de développement économique, l’inventaire de leurs attributs sensibles et à les caractériser comme constitutifs d’une identité territoriale locale. La diversification des activités rurales se fonde alors sur des opérations de préservation des milieux naturels et des paysages agraires, de restauration du bâti monumental et villageois, ainsi que sur la promotion de savoir-faire techniques régionaux divers et sur la reconnaissance des cultures locales. La construction du patrimoine rural s’appuie sur une demande sociale et un projet politique formulés par une société globale devenue massivement urbaine. Elle renvoie au regard que les citadins portent sur la campagne : un regard devenu normatif selon leur désir de campagne comme lieu de résidence, de récréation ou de loisirs. Ces mutations sont à l’œuvre partout dans ce qui était l’Europe des quinze : le lecteur familier des situations françaises aura ici reconnu des dynamiques bien identifiées par les travaux des dernières années5, et comparables d’ailleurs à la situation de nombreux pays d’Europe occidentale6. Elles tendent désormais à s’étendre à l’Union dans son ensemble : par-delà la PAC, le processus d’intégration européenne incite à la convergence des politiques publiques et favorise la diffusion des modèles de développement ; partout se voient affirmés les principes de décentralisation de la gestion territoriale, partout les acteurs locaux sont encouragés à inventorier et à mettre en valeur de nouvelles ressources locales7.

  • 8 Hugues Lamarche, L’agriculture familiale, Paris, l’Harmattan, tome 1, Une réalité polymorphe, 1992, (...)
  • 9 Jean-Paul Diry éd., Moyennes montagnes européennes : nouvelles fonctions, nouvelles gestions de l’e (...)
  • 10 V. Rey éd., Les nouvelles campagnes d’Europe centrale et orientale, ouvr. cité, 1996.
  • 11 Danny Trom, « Natur und nationale Identität. Der Streit um den Schutz der Natur um die Jahrhundertw (...)
  • 12 F. Walter, Les figures paysagères de la nation, ouvr. cité, 2004.
  • 13 Danny Trom et Bénédicte Zimmerman, « Cadres et institutions des problèmes publics. Les cas du chôma (...)
  • 14 Jens Ivo Engels, Naturpolitik in der Bundesrepublik. Ideenwelt und politische Verhaltensstile in Na (...)

3Ces évolutions parallèles ou convergentes invitent aux démarches comparatives. Les dernières décennies ont ainsi vu de nombreuses publications issues de projets de recherche8 ou de colloques internationaux9 qui ont éclairé ces tendances et leurs mécanismes généraux à l’échelle européenne ou de sous-ensembles régionaux. Mais elles ont aussi mis au jour la force toujours active des « systèmes nationaux10 » dans la définition des trajectoires d’évolution : c’est en effet au niveau national que demeure définie une partie substantielle des politiques agricoles mais aussi des objectifs et méthodes de l’aménagement rural ; c’est encore dans des arènes nationales, sur des scènes plus ou moins locales et autour de la définition des politiques publiques, que se sont construites les perceptions et les catégories d’analyse de la ruralité autour d’un « sens commun » et que le paysage ou la nature ont été institués en enjeu politique11. Les empreintes nationales sont ici d’autant plus actives que la question des campagnes engage le territoire et a donc été un terrain d’intervention du politique, un point focal des constructions nationales12. La sociologie et la science politique ont montré la dépendance des schémas nationaux à l’égard des configurations d’acteurs impliqués dans l’espace public13. Une perspective d’histoire culturelle a mis l’accent sur des objets récurrents des débats nationaux, emblématiques d’une manière en partie enregistrée dans la langue, d’envisager la question rurale14. Les géographes, que sont les trois coordinateurs de cet ouvrage, soulignent aussi l’importance des configurations territoriales, établies dans la longue durée. Les taux d’urbanisation ou les taux d’activité agricole, les modes spécifiques d’articulation des relations villes-campagnes, les niveaux de densité de population, la connexité du système de peuplement, ou les structures foncières et productives renvoient à des réalités sociales qui modulent les débats, exacerbent ou au contraire minorent les enjeux autour de la ruralité et étalonnent les priorités.

  • 15 nous posons ici que les évolutions des campagnes européennes se dessinent sur un mode multiscalaire (...)

4C’est à ce titre que l’analyse des processus à l’œuvre dans le cas allemand est intéressante : non pas pour le camper dans une supposée exceptionnalité mais plutôt pour éclairer la façon dont se cristallisent, dans des contextes situés, des manières de dire et de faire à l’échelle d’un État15. C’est à ce niveau que les acteurs publics non seulement interprètent et modulent les politiques européennes mais aussi innovent et inventent de nouveaux dispositifs, pensent le devenir des campagnes, définissent des objectifs et les mettent en œuvre ; ils agissent à l’articulation de dynamiques souvent expérimentales de niveau régional et local et de modèles européens en circulation qu’ils captent et réinterprètent en se référant à des répertoires d’idées, de pratiques, de savoir-faire plus ou moins institués et légitimés dans ce cadre national.

L’intérêt spécifique du cas allemand

5Située dans cette perspective, la question des campagnes en Allemagne mérite une attention particulière.

6Tout d’abord parce que la position du pays à la charnière des deux Europes lui confère une sorte d’exemplarité dans le continent réuni. Parce que les deux systèmes ont été appliqués sur son territoire, l’Allemagne prend valeur de modèle notamment pour les pays sortis de l’expérience collectiviste. Elle peut en effet se prévaloir à la fois de sa longue expérience de gestion des campagnes dans le contexte occidental et de sa capacité à l’adapter à l’héritage socialiste. Cette situation d’exception, qui a vu basculer, dès 1990, les espaces ruraux est-allemands sous le régime de la politique régionale de l’UE et de la PAC et qui leur a vu transférer un dispositif ouest-allemand rodé durant quarante ans à la gestion des dynamiques ouest-européennes, a donné l’occasion d’interroger, sur un mode original, les articulations entre les niveaux locaux, régionaux (celui des länder), nationaux et européens de définition des politiques publiques. Cette position charnière gagne encore en épaisseur si on la considère dans la plus longue durée de l’histoire agraire et du partage des espaces européens entre campagnes paysannes et campagnes des grands domaines. Leur frontière recoupe, au niveau de l’Elbe, l’ancienne frontière de la guerre froide qui en a paradoxalement renforcé le marquage. L’entrée dans le giron de la République fédérale des espaces ruraux du Mecklembourg et du Brandebourg, marqués dans la longue durée par leurs faibles densités de population, par la fragilité de l’encadrement urbain et par leur sous-développement chronique, a introduit dans le débat public des questions jusqu’alors inconnues. La transformation de bon nombre de leurs exploitations socialistes en exploitations sociétaires a réveillé un vieux débat économique sur la supériorité supposée du modèle ouest-européen de l’exploitation familiale ou du moins sur son exclusivité, modifiant en profondeur les positions officielles et les ouvrant à de nouvelles problématiques du développement rural. Plusieurs articles dans cet ouvrage témoignent de l’intérêt heuristique de cette hétérogénéité territoriale pour interroger les politiques et les devenirs ruraux.

  • 16 Voir la carte de localisation des études de cas ci-après.
  • 17 Hugo Conwentz, Die Gefährdung der Naturdenkmäler und Vorschläge zu ihrer Erhaltung, Berlin, Gebrüde (...)
  • 18 Staatliche Stelle für Naturdenkmalpleger.
  • 19 Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung, 2006, Leitbilder und Handlungs-strategien (...)

7La succession heurtée des régimes territoriaux (centralisés ou fédéraux) et des régimes idéologiques qui caractérise le XXe siècle allemand est aussi l’occasion d’analyser les conceptions de la ruralité. Elle les dénaturalise, en quelque sorte, en rendant visibles les attendus implicites qui guident les manières successives d’envisager la transformation des campagnes, leur modernisation, leur protection, leur développement ou leur restauration esthétique. Les nouveaux länder sont emblématiques de ces discontinuités et font l’objet de plusieurs des études de cas proposées dans ce livre16. L’attention que nous avons portée à l’évolution des emplois et réemplois à des époques postérieures, de sites ou de lieux considérés comme symboliques (corps de fermes traditionnels ou manoirs domaniaux, modelés de campagnes jardinées ou de paysages industriels par exemple), tantôt valorisés, tantôt délibérément laissés en déshérence, met au jour la succession de ces « réécritures » matérielles du paysage, enrôlées au service de projets idéologiques. La succession des catégories qui président aux politiques publiques n’est pas moins intéressante. L’exemple de la renaissance, après un siècle, de la notion de Kulturlandschaft*, placée désormais au centre de tout le dispositif de gestion des espaces, en donne une parfaite illustration. Les catégories d’analyse qui charpentent les perceptions et les politiques de « patrimonialisation » de la campagne en Allemagne contemporaine se réfèrent en effet à celles qui ont été élaborées dans l’Allemagne Wilhelmienne dès le début du XXe siècle dans le cadre du mouvement d’inventaire des paysages remarquables et des « monuments de la nature » et qui ont donné naissance aux premières institutions de protection de la nature (Naturschutz) et de préservation du paysage (Landschaftsplege). Sous l’influence des publications du botaniste Hugo Conwentz17 et de ses théories sur la protection des « monuments de la nature », l’action politique en la matière s’était concrétisée par la création en 1906 d’un office d’État spécialisé18 en Prusse, puis par le tracé en 1920 du premier parc naturel dans la région des landes de Lunebourg. Le mouvement actuel de réinvention de la campagne se construit sur une forte identification de la ruralité au paysage rural et plus précisément, pour reprendre la terminologie allemande, au Kulturlandschaft *, littéralement paysage tout à la fois « cultivé » et « culturel », explicitement paysage anthropisé, ce dernier procédant de l’intervention de la communauté villageoise, creuset des solidarités paysannes et cellule socio-économique essentielle de la mise en valeur et de la transformation harmonieuse du milieu naturel par le travail des générations successives. La valorisation des paysages anthropisés ou Kulturlandschaften fonde ainsi désormais l’un des trois principaux schémas d’orientation de la politique contemporaine d’aménagement du territoire de la République fédérale19. Cette dynamique est certes en phase avec les tendances européennes, évoquées plus haut, de mise en patrimoine des campagnes. Elle présente toutefois une dimension particulière : on remarquera en effet que ce retour de fortune du terme de Kulturlandschaft intervient dans une Allemagne réunifiée, cherchant à sortir des schémas douloureux et divisés de sa double construction identitaire d’après-guerre et osant, pour une part et non sans débats, se référer à nouveau à ses territoires et à ses cultures régionales pour se définir.

  • 20 Olivier Giraud, « Une école allemande d’analyse des politiques publiques entre traditions étatiques (...)
  • 21 Les programmes LEADER (liaisons entre actions de développement de l’économie rurale) font partie de (...)
  • 22 Modellregionen du programme fédéral Regionen Aktiv – Land gestaltet Zukunft ; voir www.modellregion (...)
  • 23 Programmes REK pour Regionale Entwicklungkonzepte.

8Le cas des campagnes allemandes mérite en outre une attention particulière au regard des traditions fédérales du pays. Là encore, les manières de solliciter toujours davantage les projets locaux concertés, affranchis des mailles administratives, s’inscrivent dans une tendance continentale de fond, encouragée par les politiques européennes. Mais elles entrent ici en résonance avec des régimes de régulation ouest-allemands, fortement ancrés dans les pratiques sociales et politiques, qui cumulent de longue date « plusieurs modes de partage du pouvoir et qui, sans doute plus tôt qu’ailleurs en Europe, [ont] offert […] des objets diversifiés d’analyse des relations entre instances de régulation relativement autonomes les unes par rapport aux autres20 ». Elles sont en revanche en rupture complète avec les logiques de la planification centralisée qui avaient prévalu dans la partie est-allemande, et qui offrent, par effet de contraste, un terrain de comparaison éclairant. Les politiques de diversification des activités rurales sont en effet prescrites par l’état fédéral et les länder. Mais elles sont contractualisées à l’échelle locale et régionale au sein de dispositifs opérationnels divers régis par les principes de base du « développement rural intégré ». Le paradigme suppose une démarche endogène de développement, suscitée et portée par des acteurs locaux organisés en réseaux et exécutant des programmes d’action à une échelle territoriale qui se superpose de manière plus ou moins indépendante au maillage politico-administratif et au découpage des régions de la planification institutionnelle. La systématisation des démarches contractuelles dessine des territoriales variées portées par les acteurs locaux dans le cadre de dispositifs reconnus et financés par les niveaux politiques supérieurs d’intervention : les « régions LEADER21 » pour la politique régionale du l’Union européenne, les « régions modèles22 » sélectionnées par l’état fédéral, les périmètres des « programmes de développement régional23 » sous la responsabilité des länder. La fabrication de ces « territoires de projets » met les espaces ruraux en concurrence, d’autant qu’elle s’appuie sur des méthodes de gestion qui relèvent explicitement des techniques du management et du marketing. Elle contribue à retourner les logiques de gestion des territoires ruraux et, en Allemagne orientale, elle est en rupture radicale avec les pratiques d’intervention qui avaient prévalu sous le socialisme. Les héritages territoriaux pèsent ici d’un poids inattendu. Le processus de réunification et d’intégration des nouveaux länder au début des années 1990 a été pensé pour les régions de l’ex-RDA comme un retour au régime commun, celui de la République fédérale. Les mécanismes de transfert du système institutionnel ont voulu conduire à une sorte de banalisation des modes de gestion et de développement socio-économique de la partie orientale de l’Allemagne réunifiée. Les territoires ruraux portent cependant les empreintes de leur passé, en particulier de leur histoire agraire qui a différencié les paysages et les structures d’organisation de l’espace. La transformation contemporaine s’opère en présence de ces héritages et non sur une table rase un moment fantasmée. La diversité des expériences locales en matière de valorisation des ressources rurales montre que l’intégration des campagnes orientales du pays ne peut se faire par simple transfert de modèles conçus en Allemagne de l’ouest. Bien que référé à un modèle normatif d’aménagement et de développement local, le processus est loin d’être univoque. Il s’avère tout au contraire complexe et sélectif, accentuant les contrastes spatiaux et les inégalités socio-économiques selon la nature des ressources patrimoniales et les capacités des sociétés locales à les valoriser dans un projet de développement socio-économique.

  • 24 « L’IBA Emscher Park un anti-modèle », Projet urbain, n° 21, septembre 2000.

9On ne saurait enfin oublier, pour finir, la dimension exemplaire qu’ont pu prendre certains projets allemands dans le contexte européen. L’importance des moyens mis à disposition, la précocité et la complexité des dispositifs participatifs intégrant un grand spectre d’acteurs, ont fait de certains projets des laboratoires pour l’Europe. Nous avons déjà cité la fonction de modèle jouée par les länder orientaux de l’Allemagne pour les nouveaux états membres. Il faut aussi faire place à la fonction emblématique de projets de grande dimension comme ceux du Emscher Park24 dans la Ruhr, qui ont vu défiler dans les années 1990 les délégations de spécialistes des pays voisins, venus observer in situ des outils innovants de réhabilitation paysagère et de conversion économique.

Une approche interdisciplinaire et multiscalaire

  • 25 Ce croisement des regards a été rendu possible grâce à un programme de formation-recherche soutenu (...)

10Cet ouvrage rassemble les contributions de chercheurs en sciences sociales spécialistes du monde rural réunis à l’occasion d’un colloque franco-allemand qui s’est tenu en France en mars 2007. Il procède d’un dialogue interdisciplinaire et d’une confrontation des cultures scientifiques allemandes et françaises dans l’exploration des processus contemporains de construction de la ruralité en Allemagne25. Les contributions privilégient ici les approches diachroniques et multiscalaires. Deux focales ont été retenues : la focale nationale permet de mettre en perspective les catégories mobilisées par la société et le pouvoir politique pour concevoir la ruralité. La focale des études de cas invite à contextualiser précisément les analyses et à confronter les tendances générales au jeu des contraintes et des potentiels des territoires locaux et à leurs transformations socio-économiques ; elle met l’accent sur les pratiques.

11À l’échelle nationale, les auteurs partagent ici, quelles que soient leur discipline, un même intérêt pour des « moments » de basculement ou d’innovation qui ont marqué la question de la ruralité. Les approches historiennes de Guillaume Garner et d’Elsa Vonau traitent de la pensée et de l’action politique sur la campagne à deux périodes séparées par un siècle d’intervalle : la première, au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle, quand la pensée caméraliste s’efface au profit d’une économie politique d’inspiration libérale pour qui la campagne perd sa spécificité de réserve agricole à ménager et la seconde, au tournant du XIXe et du XXe siècle, quand émerge et s’institutionnalise la notion de patrimoine à protéger pour traiter de la nature et des paysages. Ces approches sont à mettre au regard des contributions des géographes. Elles trouvent des échos dans les articles de Samuel Depraz, Winfried Schenk et Ulrike Grabski-Kieron sur un autre changement de paradigme, à l’œuvre depuis vingt ans, à la fois dans les catégories descriptives et les politiques d’aménagement du territoire : les campagnes sont désormais moins perçues et traitées comme des espaces périphériques fragiles et menacés que comme une mosaïque de territoires de projets dont il s’agit de soutenir les initiatives. Deux autres contributions menées en contrepoint, cette fois-ci par les pratiques sociales, par les textes et par la presse, permettent d’aborder les dynamiques d’ordre culturel et identitaire qui travaillent le rapport des sociétés aux campagnes et aux paysages régionaux. Isabelle Solères interroge la fortune médiatique, au début des années 1990, de Theodor Fontane et le mouvement de pèlerinage touristique dans le Brandebourg qui l’accompagne. Elle prête ainsi attention à un moment de cristallisation de la mémoire collective et de reformulation d’un imaginaire partagé de la ruralité dans la société allemande réunifiée. Dorle Merchiers met en lumière, chez un autre auteur de cent ans cadet de Fontane, la conscience aiguë des manipulations idéologiques de la notion de Heimat*. Siegfried Lenz a traversé les ruptures historiques de 1933 et de 1945, vécu la perte de sa Mazurie natale et appartient à une génération qui n’a plus droit à la naïveté. Son ouvrage, Heimatmuseum, est une sorte de roman de la Heimat (Heimatroman) douloureusement dégrisé. Il s’inscrit dans cette tradition littéraire bien établie pour mettre à nu, mieux que certaines analyses savantes, les instrumentalisations idéologiques dont ont fait l’objet les paysages et patrimoines régionaux. Cette triple entrée par l’histoire, par la géographie et par la culture et la littérature récuse ainsi toute approche essentialiste qui pourrait vouloir identifier et fixer une manière allemande de traiter des campagnes. Elle vise au contraire à éclairer les échos historiques mais aussi les oscillations idéologiques, les emplois et réemplois mais aussi les « contre-emplois » de catégories de la ruralité dans l’Allemagne contemporaine.

12La seconde focale adoptée est celle d’études de cas centrées sur les dynamiques actuelles. Leur juxtaposition éclaire les effets de contextes : la conversion des campagnes à la valorisation de ressources nouvelles dépend certes de l’évolution de l’action publique mais elle s’opère dans des contextes territoriaux qui à l’échelle locale et régionale sont différenciés par le choc de la réunification, les structures héritées du passé et les changements fonctionnels. Seules les approches monographiques peuvent rendre compte des mutations complexes de la trame territoriale. La pluridisciplinarité se déploie aussi à cette échelle. Quatre contributions sont le fait de géographes, trois autres de spécialistes de la gestion du paysage (Landesplege*) et de la protection des monuments (Denkmalplege) ou de l’aménagement local, une enfin vient des études germaniques.

13Par-delà la diversité des approches, l’accent est mis sur des projets concrets et sur leur mise en œuvre. Simone Dornbusch à propos des paysages de la région de Potsdam, Franz Höchtl et Werner Konold à partir de leur expérience de professionnels de la gestion paysagère dans des projets de l’arc alpin, rendent ainsi compte de leurs expériences de praticiens. C’est aussi à partir de leur point de vue d’experts sollicités sur les projets de développement que Peter Dehne à propos de la lagune de Stettin, Peter Burggraaf et Klaus-Dieter Kleefeld à propos de la région de l’Eifel mènent leurs analyses. Stephanie Arens et Angelika Halama s’inscrivent quant à elles dans une tradition de géographie appliquée soucieuse de présenter des recommandations pratiques pour traiter de la reconversion du bâti villageois ou du sauvetage des campagnes domaniales du Mecklembourg. Chaque fois, ce sont autant de Kulturlandschaften qui sont abordés dans leurs dimensions naturelle et culturelle, fonctionnelle et patrimoniale. Catherine Robert et Christophe Quéva se situent en revanche dans une position d’observateurs extérieurs pour analyser l’irruption des pratiques marketing dans le pilotage des projets de développement en forêt de Thuringe ou de conversion de l’économie régionale en Lusace. Chez les contributeurs allemands, tous situés dans des démarches d’expertise, le lecteur attentif trouvera l’écho de la perception « organique » de la campagne mis au jour par Elsa Vonau en ouverture de l’ouvrage à propos de l’invention du Naturdenkmal par Hugo Conwentz il y a un siècle. Une parenté qui inviterait à rechercher les filiations, par-delà les ruptures idéologiques, dans les traditions professionnelles des praticiens de l’aménagement rural en Allemagne. Au croisement des dispositifs d’action publique et de ces pratiques – souvent résistantes aux changements politiques – on voit ainsi se dessiner au fil de l’ouvrage des manières de dire et de faire les campagnes dans l’Allemagne contemporaine.

14Les contributions ont été regroupées en trois parties qui mobilisent chaque fois les deux focales d’analyse. Les textes réunis dans la première partie reviennent sur les manières dont, à différents moments, on a pensé les campagnes comme des ressources. Ils analysent des formes de mise à distance de la ruralité, envisagée non pas pour elle-même mais dans son rapport à une communauté nationale ou territoriale de plus grande dimension et dans son rapport à la ville. Ce qui est ici en jeu, c’est la manière dont on catégorise et qualifie la ruralité, dont on l’articule aux sociétés et aux espaces urbains. On y repère le va-et-vient de conceptions de l’espace tantôt organistes (fondées sur le lien matériel et identitaire d’une société locale à son territoire et à son paysage), tantôt mécanistes (fondées sur les logiques gravitaires de distance à la ville), auxquelles sont attachés des modes différents de penser le développement et les ressources rurales.

  • 26 Augustin Berque, « Paysage-empreinte, paysage-matrice : éléments de problématique pour une géograph (...)

15La seconde partie mêle les regards littéraires et les analyses spatiales pour approcher le processus de réécriture et de remodelage des campagnes au fil des narrations historiques et des changements politiques. Ce qui est en jeu ici, c’est la dynamique des emplois et réemplois des formes matérielles inscrites dans les paysages au long des transformations économiques et sociales ; c’est aussi la question du sens et de la valeur donnés aux formes paysagères et à leur agencement. L’espace est ici – en reprenant la terminologie d’Augustin Berque26 – « empreinte » laissée par les sociétés rurales du passé et « matrice » des devenirs à réinventer lors de chacune des ruptures historiques. Le cas allemand, et plus particulièrement ici le cas est-allemand, est de ce point de vue exemplaire.

16Enfin, les contributions de la dernière partie analysent les changements de paradigmes contemporains dans les politiques publiques d’intervention en faveur du développement des espaces ruraux. Leur entrée par l’étude des pratiques et des outils permet de pointer leurs limites et de mesurer l’écart entre intensions aichées et résultats. Elles soulignent les inégalités socio-économiques comme les contrastes spatiaux qui accompagnent la transformation contemporaine de la ruralité par l’évolution des fonctions affectées aux campagnes. Ce sont les instruments de l’action publique qui sont ici en jeu et leur lien au projet politique et aux schémas d’analyse qui les sous-tendent.

Localisation des principales zones d’études

Localisation des principales zones d’études

Anmerkungen

1 Jacqueline Bonnamour éd., Agricultures et campagnes dans le monde, Paris, Sedes, 1996 ; Jean-Paul Charvet, La France agricole en état de choc, Paris, Liris, 1994 ; Jean-Paul Charvet, L’agriculture mondialisée, n° 8059 de La Documentation photographique, 2007.

2 Henri Mendras, Les sociétés paysannes : éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris, Gallimard, 1976, nouvelle édition 1995 ; Bertrand Hervieu et Jean Viard, L’archipel paysan, la fin de la république agricole, la tour d’aigues, éditions de l’aube, 2005.

3 François Walter, Les figures paysagères de la nation. Territoires et paysage en Europe (XVIe-XXe siècle), Paris, éditions de l’EHESS, 2004 ; Alain Berger, pascal Chevalier, Geneviève Cortes et Marc Dedeire éd., Patrimoines, héritages et développement rural en Europe, Paris, l’Harmattan, 2010.

4 Bundesamt für Statistik, 2010.

5 Nicole Mathieu et Pierre Duboscq éd., Voyage en France par les pays de faible densité, Paris, CNRS éditions, 1985 ; Bernard Kayser, La renaissance rurale : sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin, 1990 ; Pierre Donadieu, Campagnes urbaines, Arles, actes Sud/école nationale supérieure du paysage, 1998 ; Denis Chevallier éd., Vives campagnes : le patrimoine rural, projet de société, Paris, autrement (Mutations ; 194), 2000 ; Jean-Didier Urbain, Paradis verts : désirs de campagnes et passions résidentielles, Paris, Payot, 2002 ; Alain Berger, pascal Chevalier et Marc Dedeire, Les nouveaux territoires ruraux : éléments d’analyse, Montpellier, Presses de l’Université Paul Valéry, 2005 ; Yvon le Caro, Les loisirs en espace agricole : l’expérience d’un espace partagé, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 ; Jean-Pierre Husson, Envies de campagne : les territoires ruraux français, Paris, ellipses, 2008.

6 Hugh Clout éd., Contemporary Rural Geographies. Land, Property and Resources in Britain : Essays in Honour of Richard Munton, Londres, Routledge, 2007.

7 Marie-Claude Maurel et Guillaume Lacquement éd., Agriculture et ruralité en Europe centrale, Montreuil, Aux lieux d’être, 2007.

8 Hugues Lamarche, L’agriculture familiale, Paris, l’Harmattan, tome 1, Une réalité polymorphe, 1992, tome 2, Du mythe à la réalité, 1994 ; Marcel Jollivet et Nicole Eizner éd., L’Europe et ses campagnes, Paris, Presses de Sciences po, 1996 ; Violette Rey éd., Nouvelles campagnes de l’Europe centre-orientale, Paris, CNRS éditions, 1996 ; Marcel Jollivet éd., Vers un rural post-industriel : rural et environnement dans huit pays européens, Paris, l’Harmattan, 1997 ; Samuel Depraz, « Recompositions territoriales, développement rural et protection de la nature dans les campagnes d’Europe centrale post-socialiste », thèse de doctorat, Montpellier, Université Paul Valery, 2005 ; M.-C. Maurel et G. Lacquement éd., Agriculture et ruralité, ouvr. cité, 2007 ; Yves Luginbühl, Nouvelles urbanités, nouvelles ruralités en Europe, Bruxelles, Peter Lang, 2007.

9 Jean-Paul Diry éd., Moyennes montagnes européennes : nouvelles fonctions, nouvelles gestions de l’espace rural, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise pascal (CERAMAC ; 11), 1999 ; Nicole Croix éd., Des campagnes vivantes : un modèle pour l’Europe ? Rennes, presses universitaires de Rennes, 2000 ; Jean Soumagne éd., Les nouveaux espaces ruraux de l’Europe atlantique, Poitiers, Presses de l’Université de Poitiers, 2000 ; Alain Berger éd., Dynamique de l’espace rural, environnement et stratégies spatiales, Montpellier, Presses de l’Université Paul Valéry, 2001 ; Elke Knappe et Evelin Müller éd., Ländliche Gesellschaft europäischer Peripherien, Leipzig, Leibniz-Institut für Läderkunde (Forum IFL ; 7), 2007 ; Bernhard Gißibl, Sabine Höhler et Patrick Kupper, Civilizing Nature : National Parks in Transnational Historical Perspective, colloque du Deutsches Historisches institut, Washington DC, juin 2008, compte-rendu d’Anna-Katharina Wöbse consultable sur internet [URL : http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/tagungsberichte/id=2220] ; Alain Berger, Pascal Chevalier, Geneviève Cortes et Marc Dedeire éd., Héritages et trajectoires rurales en Europe, Paris, l’Harmattan, 2009 ; A. Berger, P. Chevalier, G. Cortes et M. Dedeire éd., Patrimoines, héritages et développement rural en Europe, ouvr. cité, 2010.

10 V. Rey éd., Les nouvelles campagnes d’Europe centrale et orientale, ouvr. cité, 1996.

11 Danny Trom, « Natur und nationale Identität. Der Streit um den Schutz der Natur um die Jahrhundertwende in Deutschland und Frankreich », Nation und Emotion. Deutschland und Frankreich im Vergleich 19. und 20. Jahrhundert, Etienne François, Hannes Siegrist et Jakob Vogel éd., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1995, p. 147-167.

12 F. Walter, Les figures paysagères de la nation, ouvr. cité, 2004.

13 Danny Trom et Bénédicte Zimmerman, « Cadres et institutions des problèmes publics. Les cas du chômage et du paysage », Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Daniel Cefaï et Danny Trom éd., Paris, éditions de l’EHESS (Raisons pratiques ; 12), 2001, p. 281-315.

14 Jens Ivo Engels, Naturpolitik in der Bundesrepublik. Ideenwelt und politische Verhaltensstile in Naturschutz und Umweltbewegung, 1950-1980, Paderborn, Schöningh, 2006 ; Franz-Josef Brüggemeier et Jens Ivo Engels, Natur-und Umweltschutz nach 1945. Konzepte, Konlikte, Kompetenzen, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2005 ; Marie-Claire Robic éd., Du milieu à l’environnement : pratiques et représentations du rapport homme-nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 1992.

15 nous posons ici que les évolutions des campagnes européennes se dessinent sur un mode multiscalaire : niveau européen de redéfinition des grands équilibres économiques et sociaux, mais aussi de négociation interétatique et de définition de la politique agricole commune et de la politique régionale des fonds structurels ; niveaux nationaux de définition des objectifs prioritaires agricoles et territoriaux dans une double dynamique de transposition du droit européen et de formulation propre ; niveaux régionaux et locaux d’usage des instruments réglementaires et financiers mis à leur disposition, d’innovation économique et sociale, de valorisation des ressources ou de mobilisation militante.

16 Voir la carte de localisation des études de cas ci-après.

17 Hugo Conwentz, Die Gefährdung der Naturdenkmäler und Vorschläge zu ihrer Erhaltung, Berlin, Gebrüder Borntraeger, 1904.

18 Staatliche Stelle für Naturdenkmalpleger.

19 Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung, 2006, Leitbilder und Handlungs-strategien für die Raumordnung in Deutschland, publication de la conférence ministerielle sur l’aménagement du territoire, Berlin, Ministerkonferenz für Raumordnung (MKRO), 27 pages. Voir aussi la carte 3 dans la contribution de Winfried Schenk, p. 55.

20 Olivier Giraud, « Une école allemande d’analyse des politiques publiques entre traditions étatiques et théoriques », Revue française de sciences politiques, vol. 52, n° 1, février 2002, p. 5-21, ici p. 6.

21 Les programmes LEADER (liaisons entre actions de développement de l’économie rurale) font partie des programmes d’initiative communautaire de l’Union européenne.

22 Modellregionen du programme fédéral Regionen Aktiv – Land gestaltet Zukunft ; voir www.modellregionen.de.

23 Programmes REK pour Regionale Entwicklungkonzepte.

24 « L’IBA Emscher Park un anti-modèle », Projet urbain, n° 21, septembre 2000.

25 Ce croisement des regards a été rendu possible grâce à un programme de formation-recherche soutenu en 2005-2007 par le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA). Ce programme était intitulé : Vivre et penser la campagne dans l’Allemagne contemporaine, un modèle pour l’Europe ? Représentations, pratiques et politiques des espaces ruraux. Une approche pluridisciplinaire. Il a été conduit en association avec le laboratoire « mutations des territoires en Europe » (UMR 5045 du CNRS de l’Université Paul Valéry à Montpellier et de l’Université de perpignan), avec le Centre Marc Bloch de Berlin et avec le Centre Géophile (UMR 5600 du CNRS de l’école normale supérieure de lettres et Sciences humaines de Lyon). Les auteurs souhaitent remercier très chaleureusement ces quatre institutions pour le soutien actif qu’elles ont apporté à la mise en œuvre de ce programme et à la publication de cet ouvrage.

26 Augustin Berque, « Paysage-empreinte, paysage-matrice : éléments de problématique pour une géographie culturelle », Espace géographique, vol. 13, n° 1, 1984, p. 33-34.

Abbildungsverzeichnis

Titel Localisation des principales zones d’études
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4591/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 256k

© ENS Éditions, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540