Version classiqueVersion mobile

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Partie IV. Voix du récit et autorité discursive

Polyphonie et métalangage de l’espagnol. La désautorisation du discours rapporté1

Manuel Casado Velarde

Texte intégral

  • 1 Je remercie Sonia Gómez-Jordana de sa traduction du présent chapitre vers le français.

1Il ne semble pas nécessaire de souligner de nos jours l’importance et l’intérêt du métalangage. Dans des contributions précédentes (Casado Velarde 2006, 2008), nous avons proposé quelques remarques à propos de la façon dont certaines unités lexicales, expressions ou proverbes métalinguistiques de l’espagnol – reflet du savoir des locuteurs non linguistes – établissent des distinctions et des conceptions traditionnelles qui reflètent une connaissance précise de l’activité orale. Il s’agit d’une connaissance authentique, liée à l’expérience et étrangère aux allers et retours des modes méthodologiques plus ou moins passagères, et qui représente un point de départ sûr et incontournable pour la réflexion linguistique « professionnelle ». Une connaissance qui peut enrichir les approches théoriques des sciences du langage au fur et à mesure qu’elle sera explorée plus précisément et qu’elle fera l’objet d’études comparatives (Casado Velarde 2006).

2Dans la première partie de cette contribution nous exposerons brièvement l’explication de la connaissance polyphonique présente dans certaines unités lexicales et phraséologiques (de type métalinguistique) de l’espagnol, anticipant ainsi des résultats partiels d’une recherche en cours. Dans la deuxième partie, nous étudierons plusieurs locutions de l’espagnol employées pour désautoriser le discours rapporté ou bien pour se distancier de celui-ci.

3Avant que Mijail Bakhtine (1997) ne reconnaisse l’existence, dans certains textes, de plusieurs voix simultanées s’accordant ou se contredisant, et qu’Oswald Ducrot (1984) et Jean-Claude Anscombre (Anscombre et Ducrot 1994) ne développent de forme plausible ces approches (avec les distinctions entre sujet parlant, locuteur, énonciateur) ; avant que Deirdre Wilson et Dan Sperber (1998) n’exposent leur théorie des énoncés échoïques (représentations d’idées ou d’énoncés a attribués à d’autres), la langue espagnole – et probablement d’autres langues – avait déjà forgé des distinctions de type polyphonique.

4Et si connaître c’est distinguer, les distinctions que réalisent les langues nous offrent de véritables connaissances des domaines de la réalité qui font l’objet de ces distinctions, dans le cas présent, de la polyphonie discursive.

Polyphonie et métalangage de l’espagnol

5Ce n’est pas le lieu pour aborder ce que l’on entend généralement par polyphonie discursive. Nous renverrons simplement aux auteurs suivants : Eddy Roulet et al. (1985), Jean-Claude Anscombre et Oswald Ducrot (1994), Jacques Moeschler et Anne Reboul ([1994] 1999), Salvador Gutiérrez Ordóñez (2002), Graciela Reyes (1994, 2002), José Portolés (2004), etc.

  • 2 Nous considérons ici les unités lexicales métalinguistiques, nominales, et non terminologiques, c’e (...)
  • 3 Nous faisons référence à l’acception linguistique des lexèmes que nous citons.

6Il y a en espagnol des lexèmes dont le sens métalinguistique reflète la présence de différentes instances émettrices2. Par exemple, cita (citation)3, copia (copie), plagio (plagiat), traducción (traduction), subtítulo (sous-titre), paráfrasis (paraphrase), eufemismo (euphémisme)…

  • 4 Pour une vision d’ensemble des substantifs formés avec le préfixe auto-en espagnol, voir e. Felíu A (...)

7Le contenu polyphonique de ces lexèmes est si évident que pour l’annuler – et qu’il devienne ainsi autophonique, dans le sens d’Eddy Roulet –, les sujets parlants ont recours parfois à des préfixes tels que auto- : autocita, autocitarse, autoplagio (autocitation, s’autociter, autoplagiat)… Voyons quelques occurrences où le locuteur essaie d’éliminer le contenu polyphonique4 :

  • 5 Sauf indication contraire, nous soulignons.
  • 6 CREA (Corpus de Referencia del Español Actual), base de données développée par la Real Academia Esp (...)

(1)

Nada del « hiperrealismo casi fotográico » ni del « realismo mágico » de los que habla el catálogo de la subasta. « Antonio López García – escribí recientemente – es primerísima figura del realismo metafísico español […]. Téngase también en cuenta que su mercado principal está en Nueva York ». Perdón por la autocita.5
Rien de « l’hyperréalisme presque photographique » ni du « réalisme magique » dont parle le catalogue de la vente aux enchères. « Antonio López García – ai-je écrit récemment – est un des grands représentants du réalisme métaphysique espagnol […]. il faut tenir compte que son marché principal se trouve à New York ». Excusez-moi de l’autocitation.
(CREA6, 9 décembre 2006, où l’on trouve 9 occurrences de plus)

(2)

Más tarde, en los años setenta, reencontré a Allais, y en particular un cuento suyo que sigo considerando sublime y del que he escrito que « pertenece a un club reinado de textos […] : el club de los textos que cuentan historias sobre la forma en que se hacen las historias ». Pido perdón por autocitarme, pero creo que tengo derecho.
Plus tard, dans les années 1970, j’ai retrouvé allais, et plus particulièrement un de ses contes que je considère toujours comme sublime et dont j’ai écrit qu’il « appartient à un club rainé de textes […] : le club des textes qui racontent des histoires sur la façon dont on fait les histoires ». Je m’excuse de m’autociter, mais je crois en avoir le droit.
(CREA, 9 décembre 2006, où l’on trouve 3 occurrences de plus)

(3)

Este peculiar método ha funcionado hasta ahora aceptablemente en lo que se refiere a los temas económicos que exige nuestra peregrinación a Maastricht. […] Veamos por qué, pero para ello me perdonarán que me autocite.
Cette méthode particulière a fonctionné jusqu’à ce jour de façon acceptable par rapport aux sujets économiques qu’exige notre pérégrination à Maastricht. […] Voyons pourquoi, mais pour cela vous voudrez bien vouloir m’excuser de m’autociter.
(CREA, 9 décembre 2006)

8Nous signalerons d’ailleurs que la citation de soi semble enfreindre un principe de courtoisie linguistique qui réclamerait une excuse explicite.

  • 7 Nous ne disposons pas d’occurrences de autocopiarse.

9Il en est de même avec copia (copie) et plagio (plagiat), bien que le contenu de ces lexèmes ne soit pas exclusivement métalinguistique : autocopia, autoplagio (autoplagiarse) (autocopie, autoplagiat [et s’autoplagier]7) :

(4)

Aparece también en el catálogo de Britten un tercer tipo de realizaciones a medio camino : atractivas en parte ; con brillo y aciertos eventuales ; oscilando, sin embargo, hacia el estereotipo mismo que produce con frecuencia la sensación de encontrarse ante una autocopia. Pugna interna que cobra cuerpo en su ballet El Príncipe de las Pagodas (1956) o el Réquiem de Guerra (1961)
Nous trouvons également dans le catalogue de Britten un troisième type de réalisations à mi-chemin : séduisantes en partie ; éclatantes et pourvues de quelques réussites. Cependant elles oscillent vers le stéréotype que produit fréquemment la sensation de se trouver face à une autocopie. Lutte interne qui prend corps dans son ballet le Prince des Pagodes (1956) ou Le Requiem de guerre (1961).
(CREA, 28 juin 2007)

(5)

Si Enríquez es uno de los pocos compositores jóvenes mexicanos que saben escribir – y esta afirmación no tiene nada que ver con las reiteraciones, repeticiones y autoplagios –, no resulta aventurado airmar que es, también, uno de los pocos que tienen cosas que decir.
Si Enríquez est un des rares jeunes compositeurs mexicains sachant écrire – et cette affirmation n’a rien à voir avec les répétitions et autoplagiats – il n’est pas hasardeux d’affirmer qu’il est, également, un des rares ayant quelque chose à dire.
(CREA, 9 décembre 2006, où l’on peut trouver cinq autres occurrences).

(6)

Este otoño también […] televisión española intentará un nuevo programa cultural […]. Yo lo espero con ansia, y confío en que hable de libros, incluso de los publicados en Alfaguara, como antes, y de poesía, y de Emilio Lledó, e incluso de Manuel Vicent, que últimamente se autoplagia que es un placer valenciano.
Cet automne également […] la télévision espagnole tentera d’émettre un nouveau programme culturel […]. Je l’attends avec impatience, et j’espère qu’il parlera de livres, voire de ceux publiés chez Alfaguara, comme auparavant, et de poésie, et d’Emilio Lledó, et même de Manuel Vicent, qui dernièrement s’autoplagie, ce qui est un plaisir cher aux Valenciens.
(CREA, 9 décembre 2006, où l’on peut trouver une autre occurrence)

10Le terme doblaje (doublage) – et doblar (doubler) – avec un sens exclusivement métalinguistique connaît également des formes en auto- autodoblaje (autodoublage), autodoblar (autodoubler) :

(7)

Un curso práctico introducirá a actores y actrices en la técnica del autodoblaje.
Un stage pratique initiera les acteurs et les actrices à la technique de l’autodoublage.
(La Voz de Galicia, édition d’Arousa, 7 septembre 2006)

(8)

Los actores y actrices tienen la posibilidad de participar en un curso de iniciación al doblaje que organizan el Consorcio Audiovisual de Galicia y la Fundación Aisge (Actores, Interpretes Sociedad de Gestión). El objetivo principal es facilitar a los profesionales de la escena la posibilidad de autodoblarse en producciones en las que participan.
Les acteurs et actrices ont la possibilité de participer à un concours d’initiation au doublage qu’organisent le Consorcio Audiovisual de Galicia et la Fundación Aisge (acteurs et interprètes de la Société de gestion). Le principal objectif consiste à ce que les professionnels de la scène puissent s’autodoubler dans des productions où ils participent.
(Ibid.)

  • 8 Dans le langage administratif l’on emploie également le mot interpretación (interprétation) avec le (...)

11Nous trouvons également des préfixes tels que auto-du terme polyphonique traducción (traduction)8 – et de traducir (traduire) –, au sens non polyphonique :

(9)

La autotraducción es una práctica muy extendida en toda España y, sobre todo, en Cataluña. l’autotraduction est une pratique très répandue dans toute l’Espagne et, surtout, en Catalogne.
(en ligne : http://www.fti.uab.es/​departament/​grups/​autotrad/​index_es.htm, 25 avril 2012)

(10)

Queridos nuevos amigos de foro, fue muy fuerte la emoción de encontrar mis versos citados por ustedes. […] Por ejemplo, les aclaro que escribí el poema en Brasil y lo escribí en castellano, o sea que la versión original es en español, y lo tuve que autotraducir para la edición de mi libro, que es bilingüe. Eso sí, yo soy italiana, precisamente de Venecia.
Chers nouveaux amis du forum, l’émotion a été immense lorsque j’ai vu que vous citiez mes vers. […] Par exemple, je vous indique que j’ai écrit le poème au Brésil et je l’ai fait en espagnol, c’est-à-dire que la version originale est en espagnol et j’ai dû l’autotraduire pour l’édition de mon livre, qui est bilingue. Mais je suis italienne, de Venise justement.
(en ligne : http://www.el-recreo.com/​foros/​topic.asp?TOPIC_ID=235&ARCHIVE=, 26 décembre 2005).

  • 9 Voici d’autres lexèmes polyphoniques ayant un comportement combinatoire similaire : transcripción « (...)

12Les lexèmes nominaux polyphoniques9 que nous avons cités ont en commun de se combiner avec des adjectifs faisant référence à la plus grande ou plus petite exactitude dans la reproduction de ce qui a été « dit » : literal, textual, fiel (littéral, textuel, fidèle). Et les lexèmes verbaux, avec les adverbes correspondants literalmente, textualmente, ielmente (littéralement, textuellement, fidèlement).

  • 10 Persona que habla en nombre de otra, o de un grupo, institución, entidad, etc., llevando su voz y r (...)
  • 11 Persona que está autorizada para hablar en nombre y representación de un grupo o de cualquier insti (...)
  • 12 Oficialpúblico que en alta voz da los pregones, publica y hace notorio lo que se quiere hacer saber (...)

13Les sémèmes des noms vocero -ra10, portavoz11 (porte-parole) et pregonero -ra12 (crieur public) contiennent également un trait d’hétéroglose. Ils possèdent tous la possible combinaison avec l’adjectif fiel (fidèle), avec une préférence pour l’antéposition, ce qui souligne le trait inhérent de l’exactitude avec laquelle est reproduit ce qui est dit par une autre instance. Les préfixes avec auto-, bien que rares, soulignent le caractère nettement polyphonique des termes sans préfixe :

(11)

Hasta Roncero, paradigma del optimismo-forofete madridista, investigador de conspiraciones y autoportavoz de rarísimas peñas del madridismo repartidas por la geografia del país.
Même Roncero, paradigme de l’optimisme-fan du Real Madrid, chercheur de conspirations et autoporte-parole des très rares clubs du « madridismo » distribués par la géographie du pays.
(en ligne : http://foros.as.com/​topic/​120232-roncero-llama-a-la-epica/​, 3 novembre 2008)

(12)

¿Por qué Chávez, y no un profesional de la salud, es el autovocero por capítulos de un drama nacional que ya ha eclipsado, incluso, la campaña presidencial ?
Pourquoi Chavez, et pas un professionnel de la santé, est l’autoporte-parole par chapitres d’un drame national qu’a déjà éclipsé même la campagne présidentielle ? (en ligne : http://sur.infonews.com/​notas/​el-cancer-como-una-guerra, 26 février 2012)

  • 13 Ni paráfrasis (paraphrase) ni parafrasear (paraphraser) n’apparaissent dans le Diccionario combinat (...)

14Le lexème espagnol paráfrasis (paraphrase) – « lo que se dice interpretando lo dicho con libertad » (« ce qui est dit en l’interprétant librement »), Loureda lamas 2003, p. 57 –, quoiqu’ayant un contenu polyphonique évident, se démarque des formes précédentes en ce qu’il ne se combine pas avec les adjectifs cités13. Voici une occurrence de autoparafrasearse (s’auto-paraphraser) qui montre indirectement le sens polyphonique de la forme non préfixée :

(13)

Sus letras ahora ni siquiera llegan a poemas, como sí lo fueron muchas, sobre todo el inicio de su carrera. Ahora Sabina se regodea en los juegos de palabras, en la métrica impecable, pero con palabras metidas con calzador, que no tienen sentido. Y lo peor de todo es que Sabina empieza a ¡autocitarse y autoparafrasearse !
Ses paroles ne sont même plus des poèmes, contrairement à ce qu’elles étaient, surtout au début de sa carrière. Maintenant Sabina se délecte dans les jeux de mots, dans une métrique impeccable, mais avec des mots placés artificiellement, qui n’ont aucun sens. Et le pire c’est que Sabina commence à s’autociter et à s’autoparaphraser !
(en ligne : ombloguismo.blogspot.com/2005/10/el-regreso-del-laco.html)

15L’on vérifie aussi l’existence d’un vaste champ d’unités phraséologiques descriptives d’activités verbales de caractère polyphonique en espagnol : hablar [alguien] por boca deganso o por boca de [otra persona] (parler à la place de quelqu’un d’autre), poner [un dicho] enboca [de alguien] (rapporter une expression à quelqu’un), decírselo todo [alguien] (tout dire). Nous trouvons également des expressions ou des adverbes qui soulignent la relation d’un discours avec des formulations précédentes, fréquemment provenant d’un autre émetteur ; entre autres : de cabo a rabo (entièrement), de pe a pa (de a à z), textualmente (textuellement), literalmente (littéralement), a la letra, al pie de la letra (au pied de la lettre), palabra por palabra (mot à mot), con puntos y comas (avec tous les détails), etc.

16Dans les énoncés ironiques, dans la mesure où l’on fait comme si l’on disait une chose mais en voulant en dire une autre, il se produit une duplicité d’émetteurs, présente dans les sens que l’on donne normalement au terme ironía (ironie). Mais il y a en espagnol un ensemble d’unités phraséologiques intégrées par un verbe dire + con segundas (avec des sous-entendus), con sorna (sur un ton sarcastique), con retintín (sur un ton moqueur), en broma, de (en blaguant) qui explicitent la dissociation entre ce que le sujet parlant dit et l’intention qu’il a en le disant.

17Certains énoncés spécifiques et certains proverbes sont également polyphoniques, tels que Así se escribe la historia (Voilà comment on écrit l’histoire) ou Dicen los niños en el solejar lo que oyen a sus padres en el hogar (les enfants disent ce qu’ils entendent dire chez eux par leurs parents). Cependant, la plupart des proverbes métalinguistiques sont considérés comme étant polyphoniques parce qu’ils reflètent la dissociation entre ce qui est dit et ce qui veut être dit.

  • 14 T. Albaladejo (2000) emploie le terme poliacroasis, symétrique de polyphonie, pour faire référence (...)

18En ce qui concerne le phénomène linguistique de la polyphonie discursive, la langue espagnole offre, dans son lexique et dans ses expressions figées, un ensemble d’unités dans lesquelles on distingue nettement plusieurs instances locutrices. Il s’agit d’une théorie polyphonique avant la lettre, qui montre que la connaissance reflétée dans les conceptualisations et distinctions de la langue courante mérite l’intérêt des linguistes. De même, la distinction entre interlocuteur et destinataire auditeur est claire, ce que nous pouvons voir dans d’anciens proverbes castillans tels que : A ti lo digo, hijuela ; entiéndelo tú, mi nuera (C’est à toi que je le dis, ma fille, note bien, ma belle-fille) (Correas [1627] 2000, n° 989) ; A ti lo digo, hijuela ; respóndeme tú, dueña. Cuando, so color de uno, decimos y queremos otro (lorsqu’en disant une chose nous voulons dire quelque chose d’autre) (Correas [1627] 2000, n° 990)14.

Le discours rapporté et l’évaluation du sujet parlant

19Après une première partie où nous avons révisé les unités lexicales et phraséologiques de l’espagnol, descriptives de phénomènes polyphoniques, nous étudierons la désautorisation du discours rapporté. Il s’agira d’aborder la fonction désautorisée du discours d’autrui qui utilise des recours métalinguistiques lexicalisés de l’espagnol.

Les verba dicendi en tant qu’instance/voix évaluatrice de l’énonciateur et de son discours

20Comme l’ont déjà signalé divers auteurs (Méndez 2000, Casado 2008), les différentes possibilités de reproduction d’un discours constituent un continuum, dont l’une des limites serait la narration d’un acte de parole sans spécifier son contenu ou en le mentionnant par des termes très généraux, comme par exemple dans :

(14)

Anguita tronaba en la clausura del 14 Congreso del PCE y lanzaba sus venablos de encendida ira contra la clase empresarial, los demás partidos y los medios de comunicación.
Anguita tonnait à la clôture du 14e congrès du PCe et lançait des lèches furieuses contre la classe patronale, les autres partis et les médias.
(El País, 11 décembre 1995, p. 15 ; voir Elena Méndez García de Paredes 2000)

(15)

Aznar arremete contra todo en 191 páginas.
Aznar s’en prend à tout en 191 pages.
(elpaís.com, 24 octobre 2007)

21L’autre limite serait le discours direct sans verbe introducteur que certains appellent le discours direct libre.

  • 15 « Hay siempre por parte del discurso que acoge una especie de evaluación de lo dicho por otro o de (...)

22Le discours rapporté n’est pas simplement un procédé grammatical pour reproduire sans plus le discours d’autrui. Plusieurs auteurs ont déjà signalé (Méndez García de Paredes 2000, p. 149) qu’il implique une attitude active d’un discours par rapport à un autre15.

  • 16 Nous ne ferons pas référence non plus à des constructions grammaticales de réfutation (Coseriu [198 (...)

23L’intention communicative apparaît fréquemment dans le verbe introducteur dont le choix représente un important atout entre les mains du locuteur. Depuis les verba dicendi neutres comme decir (dire) ou airmar (airmer) jusqu’aux verbes marqués négativement comme espetar (lancer), criticar (critiquer), reprobar (réprouver), censurar (censurer), acusar (accuser), tronar (tonner), arremeter contra (s’en prendre à), etc. la langue offre un vaste éventail axiologique. Le paradigme de lexèmes positifs est plus réduit16.

D’autres recours de distanciation ou de divergence

24Parmi d’autres recours de distanciation par rapport à la source d’information ou à l’énoncé dont on diverge, l’espagnol dispose d’expressions telles que así (ou mal) llamado (a) (mal nommé), denominado (a) (dénommé), que llaman (qu’on appelle), sedicente (soi-disant), entre comillas (entre guillemets), l’indicateur sic, l’inclusion d’un segment entre guillemets ou sa reproduction en italique, les signes d’interrogation entre parenthèses, l’introduction dans le discours rapporté d’un élément entre crochets, etc. En voici quelques occurrences :

(16)

La ruptura de la sedicente tregua de la organización terrorista ETA ha teñido todavía de mayor dramatismo nuestra escena política, ya harto tensionada, de manera que se hace difícil encarar cualquier problema con serenidad y buen tino.
La rupture de la soi-disant trêve de l’organisation terroriste ETA rend notre scénario politique, déjà très tendu, encore plus dramatique, de telle sorte qu’il est difficile d’afronter un problème quelconque de façon sereine.
(Juan José Solozábal, El País, 23 juin 2007, Tribuna)

(17)

Barcelona. (Europa Press) – El Gobierno considera que el cuartel del Bruc de Barcelona es de « interés para la Defensa Nacional », por lo que seguirá destinándolo al uso militar como « una base permanente » del Ejército español, según una respuesta parlamentaria del Ministerio de la Presidencia. Según el Gobierno, « el cuartel del Bruch (sic) continúa afectado al uso de la Defensa, no existiendo razones técnicas ni operativas que aconsejen una nueva ubicación ».
Le gouvernement considère que la caserne du Bruc de Barcelone est d’« intérêt pour la défense nationale », c’est pourquoi il continuera de le destiner à l’usage militaire comme « une base permanente » de l’armée espagnole, d’après une réponse parlementaire du ministère de la Présidence. D’après le gouvernement, « la caserne du Bruch (sic) est toujours affectée à l’usage de la Défense, et il n’existe guère de raisons techniques ni opérationnelles qui conseillent un nouvel emplacement ».
(La Vanguardia, 25 février 2007)

  • 17 Il s’agit plutôt de l’emploi d’un autre système graphique que d’une incompétence orthographique.

25L’indicateur sic, dans l’exemple (17), qui est en principe redondant avec les guillemets, essaie d’attirer l’attention sur un point de plus (l’incompétence orthographique sur la langue catalane) séparant le gouvernement autonome du gouvernement central ; point qui aurait pu échapper à un lecteur rapide17.

26Dans l’exemple suivant, le locuteur montre sa divergence envers le genre de l’ouvrage dont il parle par le biais de points d’interrogation entre parenthèses.

(18)

La política se cuela en el Cervantes de la mano de Zapatero/Suso de Toro presenta su amistosa semblanza del presidente del Gobierno. /[…] Una hagiografía política de abierta simpatía y militancia política […]. El autor de esta biografía política (¿?) no se cortó un pelo y dijo que el presidente es « un poco chulo ».
La politique s’infiltre dans le Cervantes grâce à Zapatero/Suso de Toro présente son amical portrait du président du gouvernement. /[…] Une hagiographie politique de caractère sympathique et de militantisme politique […]. L’auteur de cette biographie politique (?) n’a pas sa langue dans la poche et a dit que le président est « un peu crâneur ».
(El País, 14 novembre 2007, p. 49)

(19)

El portavoz socialista en la Cámara de Vitoria dijo que hasta ahora no ha habido ningún contacto con el PNV, partido con el que aseguró que el PSE hablará « no para ser [su] muletilla », sino para solucionar los problemas de los ciudadanos « mal que le pese a Ibarretxe ».
Le porte-parole socialiste a dit dans la chambre de Vitoria qu’il n’y a pas eu pour le moment de contact avec le PNV, parti avec lequel, a-t-il affirmé, le PSE parlera « non pour être son soutien » mais pour résoudre les problèmes des citoyens « même si cela ennuie ibarretxe ».
(El País, 17 octobre 2007, p. 31)

27Nous parlerons ci-dessous de certaines locutions que nous employons de nos jours pour nous distancier du discours rapporté – ou bien du discours d’une instance énonciatrice en particulier, ou bien d’une façon de dire acceptée par la communauté linguistique ou par un secteur de celle-ci. Il s’agit des formes dizque et dixit (soi-disant), (que si) patatín (que si) patatán (et bla et bla et bla), blablablá (blablabla), chaucháu (cancans) et de l’énoncé à valeur spécifique Así se escribe la historia (Voilà comment on écrit l’histoire).

La forme dizque (soi-disant)

  • 18 « (De dice que). 1. m. Dicho, murmuración, reparo. U. m. en pl.2. adv. Am. Al parecer, presuntament (...)

28Rolf Eberenz (2004), dans son article « Dizque : antecedentes medievales de un arcaísmo afortunado », aborde l’histoire de cette forme, courante dans presque tout l’espagnol d’Amérique18, et pas totalement absente de nos jours en Espagne, notamment dans la langue littéraire. Dans son développement historique l’on observe un changement sémantique qui part de sa fonction initiale de « souligner l’autorité d’une source », à « la connotation de véracité problématique » paraphrasable par l’adverbe modalisateur aparentemente (Eberenz 2004, p. 147 et 151).

29Le Diccionario panhispánico de dudas (Real Academia Española 2005 – abrégé ensuite DPD –) signale qu’elle est en vigueur dans de vastes zones d’Amérique (« amplias zonas de América ») (DPD, s. v. dizque). « Se usa normalmente – añade – como adverbio, con el sentido de “al parecer” o “supuestamente” […]. También se emplea como adjetivo invariable, antepuesto siempre al sustantivo, con el sentido de “presunto” o “pretendido” » (« Elle est employée généralement – ajoute-t-il – comme adverbe, avec le sens de “apparemment”, “soi-disant” […]. Elle est aussi employée comme adjectif invariable toujours antéposé au substantif, avec le sens de “présumé”. ») (Ibid.).

  • 19 M. Seco et al. (2004, DEA) attestent diz « transitif impersonnel (littéraire ou populaire) On dit q (...)

30De l’étude de deux cents témoignages de l’espagnol actuel d’Espagne19 l’on déduit que, dans la plupart de ses emplois, cette unité – qui avait à peine survécu dans des contextes ruraux – exprime la prétention (d’autrui) dénominative ou qualificative, non partagée par le locuteur. Nous voyons ces emplois, où la forme peut être remplacée par sedicente(s) (soi-disant), (auto) denominado(s) (autodénommés), (auto) considerado(s) (autoconsidérés), que se (auto) denomina(n) (qui s’autodénomment), (auto) considera(n) (autoconsidèrent), dans les exemples (20) à (25), provenant d’écrivains espagnols contemporains :

(20)

La fotografía aparece aquí como testigo de cargo de lo que nunca tenía que haber ocurrido. […] Sucedió que vino de tierras catalanas un dizque escultor decidido a sacudirnos la modorra provinciana. Fuera mugre, pensó el hombre.
La photographie apparaît ici comme témoin à charge de ce qui n’aurait jamais dû arriver. […] Il se produisit qu’un soi-disant sculpteur arriva en Catalogne décidé à nous débarrasser de la somnolence provinciale. Enlevons la crasse, pensa l’homme.
(José Miguel Iriberri, Diario de Navarra, 23 août 2007, p. 29)

(21)

Este es un ensayo satírico, escrito desde la A a la Z, entre el amor y la zozobra que me produce asistir a la dilapidación del capital más valioso del que dispongo : la lengua castellana. No me refiero tanto a la que figura en gramáticas y diccionarios como a la que se utiliza realmente hoy por los españoles dizque instruidos.
Il s’agit d’un essai satirique, écrit de A à Z, entre l’amour et l’angoisse que me produit le fait d’assister à la dilapidation du capital le plus précieux dont je dispose : la langue espagnole. Je ne fais pas tellement référence à celle qui apparaît dans les grammaires et dictionnaires qu’à celle qui est employée réellement de nos jours par les espagnols soi-disant instruits. (Amando de Miguel, La perversión del lenguaje, 1994 ; CREA)

(22)

Pues bien : los papeles de Salamanca fueron tomados ieramente por un numeroso grupo de geos a oscuras, a las seis de la madrugada ; y ayer llegaron de forma clandestina a Sant Cugat en dos furgonetas blancas […]. Políticamente es la operación más abyecta perpetrada en muchos años por un Gobierno dizque español.
Alors : les papiers de Salamanque furent saisis de façon féroce par un fort détachement du GIGN dans le noir, à six heures du matin ; et ils sont arrivés hier clandestinement à Sant Cugat dans deux fourgonnettes blanches […]. Politiquement c’est l’opération la plus abjecte réalisée par un gouvernement soi-disant espagnol.
(Federico Jiménez Losantos, El Mundo, 1er février 2006, p. 4)

(23)

Sólo ha aclarado, de momento, que el « secreto de Estado » – como lo calificó – que encerraba la anunciada liberación de cientos de guerrilleros de las FARC, consistía en que uno de ellos era Rodrigo Granda […]. Y que lo hacía a petición del presidente francés, Nicolas Sarkozy, de lo que habría que deducir que París confía en que, así, la tropa de bandoleros dizque marxistas se avendrá a soltar a la ex candidata presidencial Ingrid Betancourt, de nacionalidad también francesa, lo que constituiría un gran éxito para un presidente recién inaugurado en el Elíseo, a la vista de las elecciones legislativas del domingo.
Il a seulement éclairci pour le moment, que le « secret d’État » – comme il l’a qualifié – qui contenait la libération annoncée de centaines de guerrilleros des FARC, consistait en ce que l’un d’eux était Rodrigo Granda […]. Et il le faisait sous la demande du président français, Nicolas Sarkozy, ce dont il faudrait déduire que Paris pense qu’ainsi le groupe de brigands soi-disant marxistes consentira à libérer l’ex-candidate présidentielle Ingrid Betancourt, de nationalité française, ce qui serait un grand succès pour un président qui vient de s’installer à l’Élysée, à la vue des élections législatives de dimanche.
(Miguel Ángel Bastenier, El País, 6 juin 2007)

(24)

Los políticos pueden ponerse de acuerdo en que Catalunya es una nación, sobre todo cuando no se deine esa palabra y cada cual puede entenderla como quiera ; pero los pobres están ahí, aunque intentemos deinirlos y procuremos barrerlos debajo de nuestras alfombras (expresión afortunada de Vázquez Montalbán). Sería trágico por eso que, en nuestros grupos políticos dizque de izquierdas, la C de Catalunya se coma la E de Esquerra o la S de Socialista. Por ahí vamos.
Les hommes politiques peuvent s’entendre sur le fait que la Catalogne est une nation, surtout quand on ne définit pas ce mot et chacun peut la comprendre à sa guise ; mais les pauvres sont là, même si on essaie de les définir et qu’on tente de les balayer sous nos tapis (selon l’heureuse expression de Vázquez Montalbán). Ce serait tragique pour cela que, dans nos groupes politiques soi-disant de gauche, le C de Catalogne fasse sauter le E de esquerra ou le s de socialiste. C’est ce qui risque d’arriver.
(José Ignacio González Faus, La Vanguardia, 28 juillet 2005)
(25) A lo que no me apunto es a morir
igual que Jimi Hendrix,
con catorce pinchazos
diz que de paraíso
debajo de la lengua
Je ne m’inscris pas pour la mort,
À la façon de Jimi Hendrix,
Avec quatorze piqûres soi-disant de paradis
Sous la langue
(Miguel d’Ors, 2001 (Poesías escogidas), 2001, p. 138)

31Nous ferons remarquer dans cette dernière occurrence, la présentation graphique séparée du verbe et de la conjonction : diz que.

32La particule dizque (soi-disant) se place devant le substantif dénominateur considéré impropre ou devant l’adjectif ou syntagme prépositionnel dont on diverge. Il est possible que la connotation archaïsante de dizque contribue à sa valeur désautorisante.

33Dans l’occurrence suivante (26), l’interposition de dizque dans une dénomination complexe qui devient alors transparente produit un effet humoristique :

(26)

Ha corrido por el mundo la voz de que somos memos y se nos puede colar cualquier cosa de matute (en plural : Abel, que menudo globo tiene por la alusión de la Thatcher contra la Armada dizque Invencible).
La rumeur court dans le monde que nous sommes bêtes et qu’on peut nous faire accepter n’importe quoi sans plus (au pluriel : Abel est vraiment fâché à cause de l’allusion de Thatcher à la soi-disant invincible Armada).
(Maruja Torres, El País, 8 mars 2000)

34D’autres emplois maintiennent la valeur étymologique de verbe principal, bien que le locuteur puisse exprimer de la divergence envers ce qui est dit. La forme peut commuter avec le syntagme verbal pretende(n)/se pretende que (on prétend que) :

(27)

Monte arriba […] ganamos en media hora la cima del histórico cerro. A su vera, bosteza una cueva donde los iberos rendían culto a Venus – otros dizque a Diana –.
On continue tout droit sur la montagne […] on atteint en une demi-heure le sommet de cette colline historique. À côté, une grotte bâille, là où les ibères rendirent culte à Vénus – d’autres prétendent que ce fut à Diane.
(Andrés Campos, El País, 6 mars 1998)

(28)

Mas, tras las once personas muertas en el incendio de Guadalajara : espeso silencio de sepulcros. Y Galdeano murió en el cuartelillo, ahora dizque por sobredosis : curioso, la cocaína rompió su esternón. Y las porras eléctricas, y tantos moratones.
Mais, à la suite des onze personnes mortes dans l’incendie de Guadalajara : épais silence de tombeau. Et Galdeano mourut au commissariat, maintenant on prétend que ce fut d’une overdose : c’est curieux, la cocaïne lui brisa le sternum. Et les matraques électriques, et tous ces bleus.
(Erasmo, El Mundo, 16 janvier 2006, p. 3)

(29)

Juegan diez contra doce (once del Barça, más el árbitro) y empatan en tal anochecer de iniquidad. El reino de la fullería y el gangsterismo en clave balompédica : partidos robados y ahora Beckham : dizque está loco (sic).
Ils sont dix contre douze (onze du Barça, plus l’arbitre) et ils font match nul dans cette nuit d’iniquité. Le royaume de triche et le gangstérisme sous code footballeur : des matchs volés et maintenant Beckham : on prétend qu’il est fou (sic).
(Erasmo, El Mundo, 6 avril 2006, p. 3)

35Dans ce dernier cas, il se produit une ultra-caractérisation polyphonique, mise en relief non seulement par dizque, mais aussi par l’emploi de l’italique pour présenter ce à quoi l’on réfère, et par l’emploi de l’adverbe latin sic.

36Il ne manque pas les valeurs de al parecer (apparemment) ou supuestamente (soi-disant), plus courantes en Amérique, comme nous pouvons le voir dans les exemples (30) et (31) :

(30)

Y es que yo […] me encuentro con que podré dedicar mi materia más grisácea al Warren Beatty del Partido Popular y, por ende – Michael Ende, la historia interminable –, del nuevo Gobierno, señor don Francisco Álvarez Cascos, dizque inminente ministro de la Presidencia. Quien, también dizque, coordinará los servicios secretos del Cesid, Interior, Defensa y Exteriores.
Et moi […] je me vois dans la situation où je pourrai consacrer ma matière la plus grise au Warren Beatty du Parti populaire et, par conséquent – Michael Ende, L’histoire interminable –, du nouveau gouvernement, monsieur Francisco álvarez Cascos, apparemment imminent ministre de la Présidence. Dont on dit également qu’il coordonnera les services secrets du Cesid, intérieur, Défense et affaires étrangères.
(M. Torres, El País, 1er mai 1996 ; souligné par l’auteur)

37Nous ferons remarquer la combinaison dans la deuxième occurrence de dizque et también (également), rare dans l’usage actuel.

(31)

No acabo de entender qué razón política o personal impulsó al presidente del Gobierno a recibir en La Moncloa a Felipe González, dizque para conferenciar sobre la mejor manera de introducir a España en la OTAN.
Je n’arrive pas à comprendre quelle raison politique ou personnelle a poussé le président du gouvernement à recevoir Felipe González à la Moncloa, apparemment pour s’entretenir sur la meilleure façon d’introduire l’Espagne dans l’OTAN.
(ABC, 19 octobre 1996)

La forme dixit

38Ce latinisme ne connaît guère de flexion en espagnol contemporain et il est précédé du sujet énonciateur, constituant tous les deux un membre parenthétique qui suit un segment énoncé. « On l’emploie pour mentionner de façon humoristique l’auteur de la phrase que l’on vient de citer » (DEA, s. v. dixit), pour se moquer de quelque chose ou pour montrer qu’on l’accepte difficilement, ce qui entraîne un effet de perte de crédibilité.

(32)

El proceso penal contra el grupo Ginemedex […] ha vuelto a suscitar el debate sobre la regulación en España de la interrupción voluntaria del embarazo (IVE). La Iglesia católica oicial y elementos afines […] han arremetido de nuevo, por escrito y en la calle, contra el crimen nefando del aborto (Mn. [sic] Blázquez dixit) y en favor de la familia, es decir, de su tipo de familia.
Le procès pénal contre le groupe Ginemedex […] a suscité à nouveau le débat sur la régulation en Espagne de l’interruption volontaire de grossesse (IVE). L’Église catholique officielle et les éléments proches […] ont critiqué à nouveau, par écrit et dans la rue, le crime abominable de l’avortement (dixit Mn. [sic] Blázquez) et ont loué la famille, c’est-à-dire, son type de famille.
(Joan J. Queralt, El País, 10 janvier 2008, p. 37)

(33)

A ver si aprenden los políticos del perverso bipartidismo imperante, que descargan su artillería como tahures del Misisipí (Alfonso Guerra dixit).
Ce serait bien que les hommes politiques apprennent une fois pour toutes quelque chose du bipartisme dominant, eux qui déchargent leur artillerie comme des tricheurs du Mississipi (dixit Alfonso Guerra).
(El Mundo, 15 août 2004, p. 33)

(34)

Por un lado tenemos mujeres jóvenes, agradables, tranquilas, sonrientes, representadas por decenas de korai ; por otro, agresivas y peligrosas medusas, arpías, ménades o amazonas […]. Las primeras no sólo están integradas en la cultura dominante, sino que la representan. Las korai se transforman en cariátides que, como es sabido, soportan el peso de los templos ; el modelo de mujer que representan está vinculado a la idea de conservadurismo y sumisión voluntaria. « En el hogar difieren bastante los deberes del hombre y de la mujer. El del uno es adquirir, el de la otra, conservar », Aristóteles dixit.
D’un côté, nous avons des femmes jeunes, agréables, tranquilles, souriantes, représentées par des dizaines de korai [jeunes femmes] ; d’un autre côté, des femmes agressives et de dangereuses méduses, des harpies, des ménades ou des amazones […]. Les premières sont non seulement intégrées dans la culture dominante, mais elles la représentent. Les korai se transforment en cariatides qui, comme on le sait, supportent le poids des temples ; le modèle de femme qui est représenté est lié à l’idée de conservatisme et de soumission volontaire. « Les devoirs de l’homme et de la femme divergent assez au foyer. Celui de l’homme, acquérir, celui de la femme, conserver », dixit Aristote.
(Carmen Alborch, Malas. Rivalidad y complicidad entre mujeres, 2002 ; CREA)

39Le terme n’est pas toujours employé dans sa forme la plus normative, comme dans l’exemple suivant :

(35)

El hecho mismo de cumplir con la palabra empeñada demuestra que, según Fujimori dixit, Antonio es un perdedor nato en nuestra sociedad.
Le fait même de tenir parole démontre que, d’après Fujimori, Antonio est un perdant-né dans notre société.
(Caretas, Perú, 18 janvier 1996 ; CREA)

La forme que si, que si patatín, que si patatán (et bla et bla et bla)

40Óscar Loureda a étudié un ensemble d’unités structuratrices de la conversation, au sens métalinguistique, comme que si, que si patatín, que si patatán ; que si tal (cosa), que si cual (otra) ; que no sé qué, que no sé cuál ; que si para arriba, que si para abajo ; que si para aquí, que si para allá (Loureda Lamas 2002). Ce sont des formes qui montrent, de façon générique, des discours d’autrui.

41Le DEA qualifie cette unité de « fórmula con que se alude a palabras dichas por otro a las que se concede poco valor » (« formule avec laquelle on fait allusion à des mots dits par un autre et auxquels on concède peu de valeur ») (DEA, s. v. patatín [(y) que si patatín (y) que si patatán]). Dans le contexte immédiat il y a souvent un verbe de langue :

(36)

Y así, desde hace años, la gente de derechas en España anda inventándose rocambolescas designaciones que disfracen su adscripción ideológica : que si liberal, que si reformista, que si patatín, que si patatán. La batalla de las ideas empieza a perderse en la batalla de las palabras.
Et de cette façon, les gens de droite en Espagne inventent des désignations rocambolesques qui déguisent leur rattachement idéologique : tantôt libéral, tantôt réformiste, et bla et bla et bla. La bataille des idées commence à se perdre dans la bataille des mots.
(Juan Manuel de Prada, ABC, 23 février 2008, p. 5)

(37)

Serpentea la manguera sobre el césped de la ciudad deportiva de Majadahonda. Javier Aguirre se quita su gorra azul y se atusa el pelo. Hoy debuta con el Atlético en Santander (19.00 h., PPV) y ya siente la presión de este club « especial ». Huele a barbacoa y El Profe tiene hambre. Pero es paciente y relexivo. No regala una respuesta.
Pregunta. – Se acaba la pretemporada y empieza el baile…
Respuesta. – Empieza el baile, lo bueno. Ya se especuló, se habló, se jugó mal, bien, regular…
Patatín, patatán, empieza la verdad.
Le tuyau d’arrosage serpente sur le gazon de la cité sportive de Majadahonda. Javier Aguirre enlève sa casquette bleue et se lisse les cheveux de la main. Il débute aujourd’hui avec l’Atlético à Santander (19h00, PPV) et il sent déjà la pression de ce club « spécial ». Ça sent le barbecue et Le Prof a faim. Mais il est patient et réfléchi. Il ne fait pas cadeau des réponses.
Question. – L’avant-saison se finit et le bal commence…
Réponse. – Le bal commence, ce qui est bon. On a déjà fait des spéculations, on a parlé, on a mal joué, pas bien… Et bla et bla et bla, la vérité commence.
(El Mundo, 27 août 2006, p. 43)

La forme blablablá (blablabla)

42Il s’agit d’un terme onomatopéique caractéristique de la langue orale. Il possède des usages différents. Le premier est comme substantif masculin : « bla-bla-bla o blablablá. Voz onomat., 2. m. Discurso vacío de contenido » (« bla-bla-bla ou blabla. Voix onomatopéique. 2. Discours vide de contenu ») (DRAE) :

Aquello fue un blablablá del que no sacamos nada en limpio.
Ce fut un blabla dont on n’a rien tiré de clair.

43Nous ne voulons pas traiter ce terme ici. L’autre usage est un remplacement péjoratif et désautorisant du discours rapporté, soit la première des deux acceptions du DRAE : « 1. onomat. U. para imitar el ruido de la conversación ininterrumpida e insustancial » (« pour imiter le bruit de la conversation ininterrompue et creuse ») :

(38)

En este debate se ha dicho que hacen falta normas más severas, nuevos planes urbanísticos y bla, bla, bla. No es que eso sea inútil, no. Pero hay que actuar para acabar con los adefesios con los que ahora tenemos que convivir y los que ninguna nueva ley hará que desaparezcan.
Dans ce débat on a dit qu’il faut des normes plus sévères, de nouveaux plans urbanistiques et bla, bla, bla. Ça ne veut pas dire que ce soit inutile, non. Mais il faut agir pour en finir avec les horreurs avec lesquels nous devons vivre et qu’aucune nouvelle loi ne fera disparaître.
(La Voz de Galicia, 15 janvier 2004 ; CREA)

(39)

De boquilla, no faltan las airmaciones solemnes de apoyo, de identificación, de bla-bla-bla. Pero la realidad es la misma : esa fe tan cacareada no se traduce en entrega, porque se expresa mucha querencia, pero se produce poca mantenencia.
Il ne manque pas d’affirmations solennelles de soutien dites en l’air, d’identification, de blablabla. Mais la réalité est la même : cette foi que l’on a criée sur les toits ne se traduit pas par le dévouement, parce qu’on exprime un grand attachement, mais il se produit peu de soutien.
(El Norte de Castilla, 18 novembre 2002 ; CREA)

44Il peut être employé comme segment subordonné complétif d’un verbe principal, introduit par que, comme nous pouvons le voir ci-dessous :

(40)

Mi mujer escritora ideal escribe cosas que, traten de lo que traten […], se justifican únicamente por su alto nivel espiritual, intelectual y estético ; no me chantajea recordándome en cada línea que es una mujer y que, claro, con lo difícil que lo han tenido las pobrecillas hay que comprender que bla, bla, bla.
Ma femme écrivain idéale écrit des choses qui, quoi qu’elles abordent […], elles se justifient uniquement par leur niveau élevé sur le plan spirituel, intellectuel et esthétique ; elle ne me fait pas du chantage à chaque ligne en me rappelant que c’est une femme et que, bien sûr, ça a été tellement dur pour elles, il faut comprendre que blablabla.
(Miguel d’Ors, Virutas de taller, 2007, p. 209).

45La forme admet une prolongation phonique, courante dans la langue orale :

(41)

« Interés por mantener clima de diálogo y normalidad institucional », « trabajar juntos en un marco de diálogo de máximo consenso por la paz y el entendimiento en Euskadi », « clima de diálogo y entendimiento que haga posible la paz y la normalización política »… blablablablablablablablabla.
Poco respeto a los ciudadanos el del presidente Zapatero y el lehendakari en funciones cuando se despachan dos horas de entrevista con párrafos de nada.
« Intérêt pour maintenir un climat de dialogue et de normalité institutionnelle », « travailler ensemble dans un cadre de dialogue de consensus maximum pour la paix et la bonne entente à Euskadi », « climat de dialogue et de bonne entente qui rende possible la paix et la normalisation politique »… blablablablablablablablabla.
Le président Zapatero et le lehendakari [président en langue vasque] en fonction ont peu de respect envers les citoyens quand ils débattent pendant deux heures sur des paragraphes vides.
(Pilar Cernuda, Diario de Navarra, 6 mai 2005, p. 2)

La forme chaucháu (ou chau-chau)

46Le DEA présente cette forme comme substantif masculin familier et humoristique, ayant le sens de « conversation », « parler incompréhensible ». Dans la plupart des emplois que nous avons trouvés il pourrait être remplacé par « conversation » avec le sens péjoratif de « cancans », « bavardage » :

(42)

Todos los presidentes en democracia han negociado más o menos con ETA, salvo Calvo Sotelo, que sólo tuvo tiempo para ingresarnos en la OTAN : Adolfo Suárez desmovilizó a ETA políticomilitar, pero el resto de la banda siguió apostando por un golpe de Estado ; Felipe González se enojó de tal manera que a los negociadores de Argel los deportó a la República Dominicana ; y Aznar suspendió el chauchau de Ginebra en cuanto advirtió que la tregua etarra era una trampa.
Tous les présidents de la démocratie ont négocié plus ou moins avec l’ETA, à l’exception de Calvo Sotelo, qui eut seulement le temps de nous faire rentrer dans l’OTAN : Adolfo Suárez démobilisa l’ETA politico-militaire, mais l’autre partie du groupe continuait de miser sur un coup d’État ; Felipe Gonzalez se mit en colère à tel point qu’il déporta les négociateurs d’Alger en République dominicaine ; et Aznar suspendit le bavardage de Genève dès qu’il vit que la trêve de l’ETA était un piège.
(Martín Prieto, El Mundo, 7 juin 2007, p. 2 ; souligné par l’auteur)

(43)

Si tendrá fuerza esta fiesta cívica con remate en las urnas que desde que Zapatero ha nombrado no se qué de algo a Trinidad Jiménez para apartarla de la lucha por la alcaldía madrileña, todos son quinielas, nervios, conidencias. Es la apoteosis del chau chau. « País de porteras », diría Boyer.
La fête civique dont la fin aura lieu dans les urnes a vraiment de l’ampleur : depuis que Zapatero a donné un poste de je ne sais quoi à Trinidad Jiménez pour l’écarter de la lutte pour la mairie madrilène, ce n’est plus que partis, nerfs et confidences. C’est l’apothéose du bavardage. « Pays de commères », dirait Boyer.
(Federico Jiménez Losantos, El Mundo, 7 septembre 2006, p. 4 ; souligné par l’auteur)

(44)

En pleno fervor negociador ETA en una de sus grandes obras de demolición asesina a dos pobres desdichados el 29-D en Barajas y ni Zapatero suspendió sus vacaciones. […] Por supuesto que ETA aún no se ha dignado a dar ninguna explicación a qué tamaña demostración pirotécnica en medio del fervorín del chau-chau con el Gobierno. Se inventaron otra novedad : la tregua con muertos.
En plein dans la fièvre des négociations, l’ETA, dans une de ses grandes œuvres de démolition, assassine deux pauvres malheureux le 29 décembre à l’aéroport de Barajas et Zapatero ne suspend même pas ses vacances. […] Évidemment l’ETA n’a même pas daigné donner une explication de cette énorme démonstration pyrotechnique en plein dans la fièvre du bavardage avec le gouvernement. Ils ont inventé une autre nouveauté : la trêve avec des morts.
(Martín Prieto, El Mundo, 2 mai 2007, p. 5 ; souligné par l’auteur)

(45)

Lo que podría haber pasado a la historia como un rumor más, otro ejercicio de « chau-chau » en este mundillo ultra-secreto, […] se convirtió en un caso de espionaje en toda regla.
Ce qui aurait pu entrer dans l’histoire comme une rumeur de plus, un autre exercice de bavardage dans ce petit monde ultra-secret, […] est devenu un véritable cas d’espionnage.
(José Luis Carabias, El Correo, 13 septembre 2007, p. 53 ; souligné par l’auteur)

47Nous avons également recueilli des usages onomatopéiques non nominaux – ceux qui nous intéressent ici – pour disqualifier le discours d’autrui considéré comme insignifiant ou peu utile :

(46)

Creo que lo más ingenioso y gráico que se haya dicho nunca a propósito del tratose lo dijo un moro marroquí a un turista español, que le estaba regateando un premio [sic], harto ya de tanta porfía : « Vamos a ver, ¿usted quiere comprar o chau-chau ? ». Pues del trato, que es una caricia, al maltrato, que es la pura soba, no hay más que un paso.
Je crois que la chose la plus ingénieuse et graphique que l’on ait pu dire à propos du comportement c’est un arabe qui l’a dit à un touriste espagnol qui marchandait un prix, en ayant assez de toute cette discussion : « Voyons, vous voulez acheter ou c’est du bavardage ? ». Et bien du comportement, qui est une caresse, au mauvais comportement, qui est du tripotage, il n’y a qu’un pas.
(A. Trapiello, La Vanguardia, 6 décembre 2004 ; souligné par l’auteur)

L’énoncé à valeur spécifique Así se escribe la historia

48Pour finir, nous voudrions faire référence à l’énoncé de valeur spécifique Así se escribe la historia (Voilà comment on écrit l’histoire), qui peut être considéré comme une expression qui désautorise. Grâce à cette locution, le locuteur étiquette comme menteur ou inexact le discours rapporté d’autrui. Voici quelques occurrences :

(47)

Pronto tendremos historiadores contemporáneos nacidos cuando Franco ya había muerto, que serán los grandes especialistas del franquismo. He leído hace poco cuatro o cinco memorias de la Guerra Civil. Todas producían una impresión de realidad, compleja, paradójica, humanísima. […] Un historiador, en cambio, aunque no haya vivido lo que cuenta, no deja de ser un historiador y sabe cómo se escribe la historia. Sobre la inconsciente nostalgia de lo que pudo haber sido, pone un hilo, un sentido y lo hace verosímil con documentación abundante, sacada de acá y de allá. Los que vivieron entonces quedan asombrados y escandalizados, y no reconocen sus recuerdos en la historia de los expertos. Pero estos escriben libros y artículos, los publican, cuentan su versión a centenares de alumnos y vigilan en los exámenes que estos repitan lo que ellos propugnan. Y, como decimos con resignación, así se escribe la historia.
Nous aurons bientôt des historiens contemporains nés quand Franco était déjà mort, qui seront les spécialistes du franquisme. J’ai lu récemment quatre ou cinq livres de mémoires sur la guerre civile. Ils produisaient tous une impression de réalité, complexe, paradoxale, très humaine. […] Un historien, par contre, même s’il n’a pas vécu ce qu’il raconte, est toujours un historien et il sait comment on écrit l’histoire. À propos de l’inconsciente nostalgie de ce qui aurait pu être, il établit un fil, un sens, et rend tout cela vraisemblable grâce à une riche documentation, provenant de toutes parts. Ceux qui vécurent à cette époque restent surpris et scandalisés, et ne reconnaissent pas leurs souvenirs dans l’histoire des experts. Mais ceux-ci écrivent des livres et des articles, les publient, racontent leur versions à des centaines d’élèves et veillent dans les examens à ce qu’ils répètent ce qu’ils ont soutenu. et comme on dit de façon résignée, Voilà comment on écrit l’histoire.
(La Vanguardia, 8 février 1999)

(48)

Así se escribe la historia (título de carta al director)
En mi colegio « nacional » se me enseñó que el Cid Campeador era el genuino representante del héroe español, que los Reyes Católicos eran, un suponer, de Falange, y que Agustina Zaragoza o de Aragón era mejor no mencionar de dónde era. Ahora puedo leer en cualquier diccionario que el Cid mató tanto a moros como a cristianos, según las alianzas del momento. Tan pronto formaba equipo con el rey árabe de Sevilla como con el de Zaragoza. Hoy le llamarían mercenario.
Voilà comment on écrit l’histoire
(titre d’une lettre au directeur)
Dans mon école « nationale » on m’a enseigné que le Cid était le représentant authentique du héros espagnol, que les rois catholiques étaient, on suppose, de la Falange, et qu’il valait mieux ne pas mentionner d’où venait Agustina Zaragoza ou d’Aragon. Maintenant je peux lire dans n’importe quel dictionnaire que le Cid tua autant d’arabes que de chrétiens, d’après les alliances de l’époque. Tantôt il faisait partie de l’équipe du roi arabe de Séville, tantôt de celui de Saragosse. Aujourd’hui on l’appellerait mercenaire. (La Vanguardia, 6 juillet 2000)

49Fréquemment avec les proverbes et les énoncés sentencieux, le locuteur dispose de la possibilité de déproverbialiser la formule, en la reproduisant partiellement, en ajoutant des mots, en remplaçant des termes, etc.

(49)

Abiertas aún las heridas del recuerdo, las Madres de la Plaza de Mayo convocaron su última marcha por la resistencia con lemas contra el hambre. Sobre uno de los dos precarios escenarios, el cantante Horacio Fontova evocaba al gran compositor de tangos Osvaldo Pugliese, un símbolo de la izquierda comunista, y entonaba las notas del Resistiré, que un día muy lejano popularizó el Dúo Dinámico. Así se escribe la historia en este país.
Les blessures du souvenir encore fraîches, les mères de la Plaza de Mayo ont convoqué leur dernière marche pour la résistance avec des devises contre la faim. Sur l’une des scènes précaires, le chanteur Horacio Fontova évoquait le grand compositeur de tangos Osvaldo Pugliese, un symbole de la gauche communiste, et il chantait les notes du Resistiré, qu’un jour très lointain le Dúo Dinámico rendit populaire. Voilà comment on écrit l’histoire dans ce pays.
(La Vanguardia, 27 janvier 2006, en ligne : http://www.pressmon.com/​cgi-bin/​press_view.cgi?id=509460)

(50)

La propuesta inicial de la Mesa del Congreso era muy distinta […]. Decía así : « La ausencia de las adhesiones pretendidas o fabuladas por los protagonistas del intento de golpe de Estado, la carencia de cualquier atisbo de respaldo social y, sobre todo, la apelación del Rey a los españoles y su emplazamiento a los mandos de las Fuerzas Armadas para que se atuvieran al cumplimiento estricto de su obligación de garantizar la integridad del orden constitucional bastaron para disuadir y frustrar la intentona golpista ». En definitiva, esta propuesta venía a decir que el golpe falló porque los ciudadanos no lo apoyaron y el Rey actuó como debía : pues bien, este texto fue reemplazado por el anterior, mucho más inexacto pero, por lo visto, más políticamente correcto. Así se escribe la historia oficial, así se escribe lo que en estos tiempos se denomina memoria histórica.
La proposition initiale du Bureau du Congrès était très différente […]. Voici ce qu’elle disait : « L’absence d’adhésions prétendues ou inventées par les protagonistes de la tentative de coup d’État, l’absence de soutien social, et surtout, l’appel du Roi aux Espagnols et l’ordre qu’il donna aux dirigeants des forces armées pour qu’ils s’en tiennent à accomplir strictement leur devoir de garantir l’intégrité de l’ordre constitutionnel suffirent à dissuader et à faire échouer la tentative de coup d’État. » En fin de compte, cette proposition disait que le coup d’État échoua parce que les citoyens ne le soutinrent pas et parce que le Roi agit comme il fallait : et bien, ce texte fut remplacé par le précédent, bien plus inexact mais, apparemment, plus politiquement correct. Voilà comment on écrit l’histoire officielle, c’est ainsi que l’on écrit ce que dernièrement on dénomme mémoire historique.
(La Vanguardia, 2 mars 2006, en ligne : http://www.almendron.com/​tribuna/​ni-memoria-ni-historia/​ ; nous sommes responsables des caractères soulignés ; les termes en italique proviennent du texte d’origine)

***

50La présence d’une diversité de voix dans l’énonciation discursive est reconnue par les usagers de la langue (espagnole dans notre cas), comme nous pouvons le constater dans le paradigme d’expressions au sens polyphonique que nous avons citées dans cette contribution. Bien que l’usage métalinguistique ne soit pas quelque chose de constitutif du langage – Hans-Georg Gadamer (1998, p. 149) faisait référence plutôt à l’« auto-oubli » comme élément essentiel du langage –, l’exploration attentive des unités métalinguistiques de la langue reflète et concède un véritable savoir sur le langage, un savoir partagé qui s’est déposé à travers les générations de locuteurs, et que le linguiste – un locuteur de plus – ne peut ignorer ou mépriser.

  • 20 Dans notre traduction, nous avons remplacé le terme correction par « adéquation ».

51D’un autre côté, les ressources linguistiques pour se distancier ou diverger des énoncés d’autrui représentent bien un trait que Johann Gottfried Herder considérait comme essentiel dans le langage humain : nous faisons référence à la notion de Besonnenheit (que l’on traduit par « réflexivité »), et c’est ce qui nous rend usagers du langage. Alors que les êtres prélinguistiques se limitent à réagir face aux choses qui les entourent – fuir devant un prédateur ou chercher de la nourriture – avec une « adéquation » « appropriée pour leurs propos (non linguistiques) », le langage implique un autre genre d’« adéquation ». « Employer le mot adéquat – écrit Charles Taylor – implique d’identifier un objet comme ayant les propriétés qui justifient l’usage de ce mot. […] ici l’adéquation est irréductible au succès d’une entreprise extralinguistique […]. Être une personne réflexive c’est opérer dans cette dimension, ce qui veut dire exprimer de la sensibilité envers des sujets d’adéquation irréductible. » (Taylor 1997, p. 146-147)20. Désautoriser l’usage d’un mot ou mettre en cause le fait que cet emploi soit adéquat, nous situe, évidemment, dans une dimension linguistique privilégiée.

Bibliographie

ALBALADEJO Tomás, 2000, « Polifonía y poliacroasis en la oratoria política : Propuestas para una retórica bajtiniana », Retórica, política e ideología : desde la Antigüedad hasta nuestros días, vol. III, F. Cortés Gabaudan et al. éd., Salamanque, Logo, p. 11-21.

ANSCOMBRE Jean-Claude, 1995, « Semántica y léxico : topoi, estereotipos y frases genéricas », RSEL, vol. 25, n° 2, p. 297-310.

DUCROT Oswald, 1994, La argumentación en la lengua, traduction espagnole par J. Sevilla, M. Tordesillas, Madrid, Gredos.

AZNÁREZ MAULEÓN Mónica, 2006, La fraseología metalingüística con verbos de lengua en español actual, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang.

BAKHTINE Mijail, 1997, Estética de la creación verbal, México, Siglo veintiuno editores, 7e éd. en espagnol.

BOSQUE Ignacio, 1984, « Negación y elipsis », Estudios de lingüística, n° 2, p. 171-199.

— éd., 2004, Redes. Diccionario combinatorio del español contemporáneo, Madrid, SM.

BRUCART José María, 1999, « La elipsis », Gramática descriptiva de la lengua española, vol. II, I. Bosque, V. Demonte éd., Madrid, Espasa Calpe, p. 1787-1866.

CASADO VELARDE Manuel, 2006, « El saber metalingüístico de los hablantes, base de la lingüística », Discurso lengua y metalenguaje. Balance y perspectivas, R. González Ruiz, M. Casado Velarde, M. A. Esparza Torres éd., Hambourg, Buske, p. 49-62.

— 2008, « Algunas estrategias discursivas en el lenguaje periodístico de hoy », Boletín Hispánico Helvético, 12, p. 71-97.

GONZÁLEZ RUIZ Ramón, LOUREDA LAMAS Óscar éd., 2005, Lo metalingüístico (en español), Francfort-sur-le-Main, Peter Lang.

CORREAS Gonzalo [1627], Vocabulario de refranes y frases proverbiales, Rafael Zafra éd., Pampelune - Kassel, Universidad de Navarra - Édition Reichenberger, GRISO, 2000.

COSERIU Eugenio [1981], Lingüística del texto. Introducción a la hermenéutica del sentido, Ó. Loureda Lamas éd., Madrid, Arco-Libros, 2007.

DUCROT Oswald, 1984, El decir y lo dicho : Polifonía de la enunciación, Irene Agoff éd., Barcelone, Paidós.

EBERENZ Rolf, 2004, « Dizque : antecedentes medievales de un arcaísmo afortunado », Lexis. Revista de lingüística y literatura, vol. 28, n° 1-2, p. 139-156.

FELÍU ARQUIOLA Elena, 2005, « los sustantivos formados con el preijo auto-en español », Verba, n° 32, p. 331-350.

FERNÁNDEZ BERNÁRDEZ Cristina, 2002, Expresiones metalingüísticas con el verbo decir, la Corogne, Université de la Corogne.

GADAMER Hans-Georg, 1998, Verdad y método, II, Salamanque, Sígueme, 3e éd.

GARCÍA NEGRONI María Marta, TORDESILLAS COLADO Marta, 2001, La enunciación en la lengua. De la deixis a la polifonía, Madrid, Gredos.

GONZÁLEZ RUIZ Ramón, CASADO VELARDE Manuel, ESPARZA TORRES Miguel Ángel éd., 2006, Discurso lengua y metalenguaje. Balance y perspectivas, n° 15 de Romanistik in Geschichte und Gegenwart, Hambourg, Buske.

GUTIÉRREZ ORDÓÑEZ Salvador, 2002, De pragmática y semántica, Madrid, Arco-Libros.

LOUREDA LAMAS Óscar, 2002, « Polifonía y enumeración en el español actual », Oralia, n° 5, p. 133-151.

— 2003, Los nombres de los tipos de texto : el campo léxico « lo que se dice » en el español actual, Pampelune, EUNSA.

— 2006, « Los hablantes como lingüistas : algunas distinciones pragmáticas en el léxico del español », Análisis del discurso : lengua, cultura, valores, M. Casado Velarde, R. González Ruiz, M. V. Romero Gualda éd., Madrid, Arco-Libros, p. 1623-1634.

MAINGUENEAU Dominique, 1981, Approche de l’énonciation en linguistique française, Paris, Hachette.

MARTÍN ZORRAQUINO María Antonia, PORTOLÉS José, 1999, « Los marcadores del discurso », Gramática descriptiva de la lengua española, vol. III, I. Bosque, V. Demonte éd., Madrid, Espasa, p. 4051-4213.

MÉNDEZ GARCÍA DE PAREDES Elena, 2000, « La literalidad de la cita en los textos periodísticos », RSEL, vol. 30, n° 1, p. 147-167.

MOESCHLER Jacques, REBOUL Anne [1994], Diccionario enciclopédico de pragmática, M. L. Donaire, M. Tordesillas éd., Madrid, Arrecife, 1999.

MOLINER María [1966-1967], Diccionario de uso del español, Madrid, Gredos, 2007, 3e édition.

OLZA MORENO Inés, 2008, « Metáfora y argumentación en el lenguaje político y la prensa españoles. Aproximación a las metáforas relacionadas con el proceso de paz », ELUA, n° 22, p. 213-242.

GONZÁLEZ RUIZ Ramón, 2007, « Fraseología metafórica de contenido metalingüístico en español : aproximación a las unidades basadas en el plano gráfico », Lenguaje figurado y motivación. Una perspectiva desde la fraseología, M. Álvarez de la Granja éd., Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, p. 221-238.

PORTOLÉS José, 2004, Pragmática para hispanistas, Madrid, Síntesis.

Real Academia Española, 2001, Diccionario de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe, 22e édition.

— 2005, Diccionario panhispánico de dudas, Madrid, Santillana.

Nuevo tesoro lexicográico de la lengua española (en ligne : http://buscon.rae.es/ntlle/srvltgUILoginNtlle).

REYES Graciela, 1994, Los procedimientos de cita : citas encubiertas y ecos, Madrid, Arco-Libros.

— 2002, Metapragmática. Lenguaje sobre lenguaje, ficciones, figuras, Valladolid, Universidad de Valladolid.

ROULET Eddy, AUCHLIN Antoine, SCHELLING Marianne, MOESCHLER Jacques, RUBATTEL Christian, 1985, L’articulation du discours en français contemporain, Berne, Peter Lang.

SECO Manuel, ANDRÉS Olimpia, RAMOS Gabino, 2004, Diccionario del español actual, Madrid, Aguilar.

SPERBER Dan, WILSON Deirdre, 1998, Relevance : communication and cognition, Oxford, Blackwell, 2e éd.

TAYLOR Charles, 1997, Argumentos filosóicos. Ensayos sobre el conocimiento, el lenguaje y la modernidad, Barcelone, Ediciones Paidós Ibérica.

Notes

1 Je remercie Sonia Gómez-Jordana de sa traduction du présent chapitre vers le français.

2 Nous considérons ici les unités lexicales métalinguistiques, nominales, et non terminologiques, c’est-à-dire celles qui appartiennent au lexique commun. Cela ne veut pas dire qu’il s’agisse de mots d’usage général en langue, étant donné que certains d’entre eux peuvent appartenir à une langue déterminée fonctionnelle ou sectorielle. Ce qui est important pour nous est qu’ils n’appartiennent pas à la terminologie linguistique, bien que certains lexèmes métalinguistiques aient pu être adoptés par les linguistes – palabra, frase, discurso (mot, phrase, discours), etc. nous excluons les noms des genres de texte et les formes verbales correspondantes qui impliquent plus d’un sujet parlant, comme par exemple conversación, debate, diálogo (conversation, débat, dialogue)… D’autres lexèmes dénominatifs de genre de texte, comme respuesta, réplica, contrarréplica (réponse, réplique, réfutation) impliquent également une pluralité d’instances productrices de discours (au moins deux), mais elles agissent de façon successive, de sorte que nous ne nous occuperons pas non plus de ces lexèmes. C’est la somme de par exemple « question » + « réponse » qui serait polyphonique.

3 Nous faisons référence à l’acception linguistique des lexèmes que nous citons.

4 Pour une vision d’ensemble des substantifs formés avec le préfixe auto-en espagnol, voir e. Felíu Arquiola (2005). Toutes les traductions proposées sont de Sonia Gómez-Jordana.

5 Sauf indication contraire, nous soulignons.

6 CREA (Corpus de Referencia del Español Actual), base de données développée par la Real Academia Española, disponible en ligne : www.rae.es.

7 Nous ne disposons pas d’occurrences de autocopiarse.

8 Dans le langage administratif l’on emploie également le mot interpretación (interprétation) avec le sens de traduction : interpretación de lenguas, interpretación simultánea (interprétation de langues, interprétation simultanée) (Seco, Andrés, Ramos 2004 – abrégé ensuite DEA –, s. v. interpretación).

9 Voici d’autres lexèmes polyphoniques ayant un comportement combinatoire similaire : transcripción « acción y efecto de transcribir » (transcription : action et efet de transcrire) ; transcribir « copiar (escribir en una parte lo escrito en otra) » (transcrire, copier [écrire dans une partie ce qui a été écrit dans une autre partie]) (Real Academia Española 2001 – abrégé ensuite DRAE –).

10 Persona que habla en nombre de otra, o de un grupo, institución, entidad, etc., llevando su voz y representación (Personne qui parle au nom d’une autre, ou d’un groupe, d’une institution, entité, etc. portant sa voix et sa représentation) (DRAE).

11 Persona que está autorizada para hablar en nombre y representación de un grupo o de cualquier institución o entidad. (Personne qui est autorisée à parler au nom et en représentation d’un groupe ou de n’importe quelle institution ou entité.) 2. Persona autorizada para comunicar a la opinión pública lo que piensan acerca de un asunto determinado las instituciones políticas o sus dirigentes. (Personne autorisée à communiquer à l’opinion publique ce que pensent les institutions politiques ou leurs dirigeants à propos d’un sujet précis.) (DRAE)

12 Oficialpúblico que en alta voz da los pregones, publica y hace notorio lo que se quiere hacer saber a todos. (Officier public qui à voix haute dit les discours et rend public ce que l’on veut faire savoir à tous.) (DRAE)

13 Ni paráfrasis (paraphrase) ni parafrasear (paraphraser) n’apparaissent dans le Diccionario combinatorio de I. Bosque (2004).

14 T. Albaladejo (2000) emploie le terme poliacroasis, symétrique de polyphonie, pour faire référence à la pluralité d’auditeurs. D’autre part, la comparaison avec d’autres langues peut dévoiler des résultats fort intéressants.

15 « Hay siempre por parte del discurso que acoge una especie de evaluación de lo dicho por otro o de réplica […] que empieza por la propia elección de lo referido (qué partes del discurso del otro interesa destacar como tema del nuevo discurso), sigue con la explicitación de la intención comunicativa de esas palabras y termina con la elección del tipo de discurso referido (en estilo directo o en estilo indirecto o en otras variantes). » (« Il y a toujours du côté du discours qui reçoit un genre d’évaluation de ce qui a été dit par un autre […] qui commence par le propre choix de ce qui est rapporté (quelles parties du discours de l’autre il convient de mettre en relief comme thème du nouveau discours) continue avec l’explicitation de l’intention communicative de ces mots et finit avec le choix du genre de discours rapporté (en style direct ou en style indirect ou dans d’autres variantes). ») (Méndez García de Paredes 2000, p. 149)

16 Nous ne ferons pas référence non plus à des constructions grammaticales de réfutation (Coseriu [1981] 2007), ni à la négation « polémique » (Ducrot 1984) ou à la négation « corrective » (Bosque 1984, Brucart 1999).

17 Il s’agit plutôt de l’emploi d’un autre système graphique que d’une incompétence orthographique.

18 « (De dice que). 1. m. Dicho, murmuración, reparo. U. m. en pl.2. adv. Am. Al parecer, presuntamente. » (« On dit que 1. m. Dicton, médisance, objection. 2. Am. Apparemment, soi-disant. ») (DRAE, s. v. dizque).

19 M. Seco et al. (2004, DEA) attestent diz « transitif impersonnel (littéraire ou populaire) On dit que. Généralement dans la construction – que ». Dans les trois occurrences qu’ils présentent, nous trouvons séparés diz et que. Le DPD dit que « aunque aún se documenta la grafía en dos palabras diz que, es siempre preferible la grafía simple dizque (sub voce dizque). » (« bien qu’on présente la graphie en deux mots diz que, la graphie simple dizque est préférable »).

20 Dans notre traduction, nous avons remplacé le terme correction par « adéquation ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search