Version classiqueVersion mobile

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Partie III. Formes sentencieuses

Idiotismes, proverbes et stéréotypes

Laurent Perrin

Texte intégral

  • 1 G. Kleiber reprend à ce sujet également cette affirmation de G. Milner (1969, p. 50) : « On dirait (...)

1Les proverbes semblent à la fois familiers et insaisissables. D’une part, ils donnent l’impression de correspondre à un fonctionnement élémentaire immédiatement identifiable. Mais d’autre part ils s’ingénient à faire échec aux définitions simples et unitaires. Georges Kleiber insiste notamment à plusieurs reprises sur cette difficulté, rappelant que certains parémiologues comme archer Taylor (1931) en sont même arrivés à la conclusion « qu’une qualité incommunicable nous révèle que, de deux phrases, l’une est un proverbe et l’autre pas » (cité par georges Kleiber 2002, p. 9, et par Charlotte Schapira 1987, p. 35)1. L’on comprend dans ces conditions que si l’on ne renonce pas, de guerre lasse, à définir sémantiquement les proverbes, l’on puisse en venir à les concevoir sous différents angles, comme le produit d’un faisceau de propriétés distinctes dont aucune ne suit, à elle seule, à faire d’une phrase un proverbe, mais dont le cumul aboutit à une impression, si ce n’est à une forme proverbiale. Pour correspondre à la notion de proverbe – être perçues comme telles –, les phrases sont ainsi réputées devoir être à la fois idiomatiques, génériques, doxiques, implicatives, allégoriques, etc.

2Quels que soient ses avantages (souplesse, qualification graduelle des proverbes), ce genre d’approche a deux inconvénients majeurs à notre avis. D’une part, il a pour efet de présenter les proverbes comme un phénomène par essence hétérogène, pourvu de diverses composantes distinctes et indépendantes, si ce n’est comme un ensemble de phénomènes aux effets partiellement identiques, ce que contredit l’intuition d’unité qui leur est associée. D’autre part ce genre d’approche entraîne certaines redondances définitionnelles aboutissant à une indétermination de ce qui fondamentalement permet de rendre compte des proverbes.

3Afin de tenter de remédier à ces inconvénients, cette étude cherchera à déterminer, en prenant appui sur certaines observations de Georges Kleiber (1988 à 2002) et de Jean-Claude Anscombre (1994 à 2000), ce qui se joue au carrefour de ces propriétés, en vue de produire une définition homogène ou du moins unitaire des proverbes. Partant de leur nature idiomatique et polyphonique, nous aborderons ensuite leurs propriétés génériques à travers une discussion de ce qui les rapproche et à la fois les oppose aux phrases exprimant un stéréotype. Ce parcours nous conduira finalement à une conception selon laquelle les proverbes, Loin d’exprimer un stéréotype ou même une simple idée reçue comme certains le soutiennent, consistent au contraire à contrer un stéréotype à l’aide d’un idiotisme.

Les proverbes comme phrases idiomatiques

  • 2 Pour une vision d’ensemble se référer à G. Gross (1996) ainsi qu’à S. Mejri (1999).

4Les expressions idiomatiques – également appelées parfois expressions toutes faites, ou figées – correspondent à des séquences discursives souvent complexes, polylexicales, et néanmoins globalement figées, c’est-à-dire fixées à la fois dans leur forme et dans leur signification2. Quelle que soit leur complexité, les expressions idiomatiques manifestent une certaine rigidité syntaxique interne, une certaine résistance aux variations ou recompositions diverses ; leur forme est reconnue comme un tout plus ou moins indécomposable, une unité formelle, si ce n’est invariante, du moins dont la variabilité est limitée. Et de même, leur signification est globalement codée, partiellement indécomposable et inanalysable. Elle relève d’une forme de dénomination selon georges Kleiber (2001), c’est-à-dire d’une représentation préalablement codée et mémorisée, plutôt que d’une représentation intégralement construite, élaborée par composition syntaxico-sémantique et pragmatique.

5Les expressions idiomatiques sont des sortes de lexies, des unités lexicales inabouties, ou émergentes, qui se situent quelque part à mi-chemin, ou à cheval, entre ce qui est construit, c’est-à-dire calculé et interprété, et ce qui est reconnu sur la base d’une mémorisation préalable. Les mots composés, tout comme le sens métaphorique des termes simples, plus généralement leurs sens dérivés, l’ensemble des faits polysémiques émanent à l’origine, au plan diachronique, d’expressions idiomatiques et autres créations lexicales. Qu’elles soient simples ou complexes, polylexicales, les expressions idiomatiques sont en voie de lexicalisation inachevée. Au plan synchronique, cela signifie qu’elles possèdent une double signification. Outre leur sens compositionnel ordinaire, que nous dirons ascendant, elles possèdent un sens codé embryonnaire, un sens lexical émergent, que nous dirons descendant (Perrin 2007 et 2011). Leur sens compositionnel ascendant se trouvant alors relayé, parfois même supplanté, par ce sens lexical descendant plus ou moins marqué. Contrairement aux unités lexicales simples et aux noms composés, la plupart des locutions verbales en particulier restent lexicalement inachevées du seul fait qu’elles conservent un sens ascendant activé derrière leur sens lexical descendant. Ainsi les exemples suivants restent perçus comme idiomatiques, car leur sens lexical n’est pas totalement détaché de la métaphore dont il émane :

Prendre la balle au bond
Mettre la charrue avant les bœufs
Remettre l’église au milieu du village

6Prendre la balle au bond signiie réagir au pied levé ou à la volée (autres expressions igées analogues), réagir par surprise et opportunément à une situation, plutôt que réagir avec dextérité, par exemple, comme l’aurait autorisé la métaphore vive à l’origine. Mais pour autant cette dernière n’est pas morte ; l’image métaphorique ascendante est encore – ou peut encore être – activée derrière le sens codé descendant qui désormais la gouverne. Ainsi l’expression Prendre la balle au bond repose toujours sur l’image sportive d’une prise de balle, dont elle exploite et à la fois contraint, contrôle les effets dans le sens du code. Tout se passe comme si la dimension syntagmatique du figement était alors trop complexe pour achever de se lexicaliser comme dans le cas des termes simples ou des noms composés. Ces exemples sont intéressants dans la mesure où ils se rencontrent non seulement sous la forme de locutions verbales lorsque l’on dit, par exemple :

Il a pris la balle au bond
Il a mis la charrue avant les bœufs
Il a vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué

mais aussi sous la forme de phrases idiomatiques ou proverbiales du type :

Il faut prendre la balle au bond
Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs
Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

7La frontière entre locutions verbales syntagmatiques et phrases figées, notamment proverbiales, est souvent loue. Dans certains cas, le figement phrastique semble dominer jusqu’aux emplois syntagmatiques de l’expression – si l’on dit Il a mis la charrue avant les bœufs, c’est généralement pour formuler un reproche au nom du proverbe. De fait, les locutions de rang syntagmatique ne sont bien souvent que le reste en quelque sorte cristallisée d’idiotismes phrastiques et notamment de proverbes. L’analyse de Georges Kleiber (1989, 1999a, 2000) selon laquelle les proverbes sont des dénominations se fonde sur leur caractère idiomatique. n’importe quelle séquence discursive, du niveau lexical simple au niveau phrastique ou même transphrastique, peut-être plus ou moins idiomatique, codée lexicalement en tant que dénomination. Ainsi un proverbe comme :

Il n’y a pas de roses sans épines

8Dénomme un état de choses selon lequel la perfection est un leurre. La phrase est alors dénomination selon Georges Kleiber, plutôt que simple description propositionnelle d’un état de choses, dans la mesure où sa signification est globalement codée en ce sens. La phrase ne se contente pas de décrire la rose et la beauté, en vertu de son sens compositionnel ascendant ; sa forme prise comme un tout encode alors globalement que la perfection est un leurre. Certes la phrase possède un sens ascendant calculable et intelligible, mais ce sens n’est pas libre. Il n’y a pas de roses sans épines ne peut servir à communiquer que la beauté, la perfection, est intraitable ou intouchable, par exemple, compatible avec ce que la phrase décrit mais non ce qu’elle dénomme. Cela ne serait pas sous le contrôle de la dénomination. Ce qui est exprimé ne peut alors être analysé et interprété que selon le code de la dénomination. La phrase ne dit, ne décrit, que ce qu’elle montre en vertu de sa forme idiomatique.

9L’on comprend ainsi que les proverbes, en tant que phrases idiomatiques, résistent aux recompositions et reformulations diverses. Le fait qu’il existe parfois plusieurs versions d’un même proverbe ou plusieurs formes proverbiales apparentées ne change rien à l’affaire. Un même proverbe peut apparaître sous diverses formes plus ou moins familières, qui sont toutes recensées et codées comme plus ou moins équivalentes (à des époques différentes, selon différents registres ou des variantes géographiques régionales) :

Il n’y a pas de roses sans épines
Nulle rose sans épines
La rose a l’épine pour amie

10Et de même, inversement, certaines formes proverbiales complètement différentes peuvent être codées dans le même sens, ou du moins se recouper sémantiquement. Les proverbes ci-dessous signifient tous qu’il ne faut pas se fier aux apparences – à des nuances près relatives à leurs différences de sens ascendant :

L’habit ne fait pas le moine
Tout ce qui brille n’est pas d’or
Une hirondelle ne fait pas le printemps

11Loin de mettre en cause une hypothèse selon laquelle les proverbes sont des phrases idiomatiques, ces observations la renforcent au contraire, car les formes concernées ne se paraphrasent pas mutuellement. Si ces phrases se recoupent sémantiquement, c’est en raison des conventions associées à leur sens lexical descendant.

12En tant que phrases idiomatiques, les proverbes reposent sur la reprise manifeste, la répétition ostentatoire d’une séquence, c’est-à-dire sur une forme de citation impliquant un ON-locuteur (Anscombre 2005, 2006). Le test même susceptible de vérifier si telle ou telle expression est ou non idiomatique consiste à pouvoir y insérer comme on dit sans perturber ni modifier le sens de l’expression. Que le figement soit centré sur une unité lexicale simple, par exemple métaphorique, sur une locution ou encore sur une phrase idiomatique, l’expression semble toujours véhiculer une sorte de comme on dit implicite. L’expression comprend alors, dans son sens même, de par son caractère idiomatique, une allusion aux usages dont elle procède, à savoir une information du type : ce qu’on a pris l’habitude de dire, d’appeler, de désigner, de telle ou telle façon, ou en ce sens. Ce faisant, l’expression ne dénomme pas directement une situation. Si elle représente quelque chose lexicalement, si elle dénomme une situation, comme dit Georges Kleiber (1989), ce ne peut être que la situation que représentent ses énonciations antérieures auxquelles elle fait écho. C’est ce qui explique selon moi que les expressions idiomatiques sont des dénominations lexicales inachevées, non détachées de la métaphore originelle ou plus généralement de toute interprétation contextuelle, calcul interprétatif qu’elles ont sous contrôle et dont elles procèdent. Cela tient au fait que les expressions idiomatiques ne dénomment pas, comme les mots ordinaires, une simple situation (un concept ou une notion), mais la situation dont relèvent et à laquelle réfèrent les usages antérieurs, souvent métaphoriques, auxquels elles font écho. Une telle valeur dénominative n’est en fait qu’une instruction donnée à l’interprète de se référer à son expérience des énonciations passées de l’expression, pour identifier ce qu’elle dénomme. L’on comprend ainsi que le sens ascendant des proverbes et autres expressions idiomatiques ne soit pas libre, mais sous le contrôle de la dénomination qui en découle, puisque cette dernière consiste précisément à reconduire citativement les usages métaphoriques et plus généralement compositionnels dont elle procède.

13Au plan diachronique, ce type de dénomination citative ou délocutive est un passage obligé de toute création lexicale. Transitoire pour les mots simples et certains noms composés, cette transition s’allonge parfois dans le cas de certaines locutions verbales. Lorsqu’il s’agit de phrases, la transition s’éternise, et semble se fixer définitivement dans le cas des proverbes. Ces différences sont dues à ce qui oppose structurellement le rang lexical aux rangs syntagmatique et phrastique. Les phrases n’étant pas lexicalisables (en tant que phrases), il n’est pas étonnant que les proverbes restent définitivement cantonnés à ce stade intermédiaire, pré-lexical en quelque sorte, que nous avons appelé citatif ou auto-délocutif (Perrin 2000, 2007, 2011). La dimension polyphonique souvent attribuée aux proverbes tient à notre avis essentiellement à la force citative (ou délocutive) de la dénomination associée à leur nature idiomatique.

Les proverbes comme phrases génériques

14Il est bien connu cependant que toutes les phrases idiomatiques ne sont pas pour autant des proverbes. Ainsi les phrases dont le sens descriptif fait allusion à tel ou tel aspect de leur situation d’énonciation, notamment au locuteur ou à l’interlocuteur, peuvent être idiomatiques, mais ne sont en rien proverbiales. C’est le cas des exemples ci-dessous qui font allusion soit à l’interlocuteur, soit au locuteur, soit encore aux deux à la fois, ou à n’importe quel élément de leur situation d’énonciation :

Vous ne perdez rien pour attendre
on n’a pas gardé les vaches ensemble
Qui m’aime me suive
À bon entendeur, salut

15En raison de la force citative associée à sa nature idiomatique, la phrase encode alors une valeur de menace, de mise en garde, d’invitation ou d’avertissement. Un grand nombre de phrases énonciatives de ce genre, notamment centrées sur le verbe dire, peuvent encoder lexicalement diverses significations incompatibles avec les propriétés des proverbes :

C’est vous qui le dites
Je ne vous le fais pas dire
C’est mon petit doigt qui me l’a dit, C’est moi qui vous le dis
C’est bien le cas de le dire, Ce n’est pas peu dire, Cela va sans dire, C’est facile à dire

16En raison de leurs propriétés énonciatives ces derniers exemples relèvent d’un ensemble de phrases que nous appellerons événementielles (à la suite de Kleiber 1989), qui décrivent une situation occasionnelle, un événement particulier auquel elles réfèrent. Tout comme les précédents, les exemples ci-dessous ne sont pas des proverbes :

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase
Les carottes sont cuites
Un ange passe

  • 3 Voir à ce sujet notamment S. Meleuc (1969, p. 69), P. Zumthor (1976, p. 316), M. -l. Ollier (1976, (...)

17Comme le soutiennent la plupart des parémiologues, les phrases proverbiales ne sont pas seulement idiomatiques, mais elles sont aussi génériques3. Elles ne décrivent pas un événement ou une situation occasionnelle, ce qui se passe (ou s’est passé) dans un contexte auquel elles réfèrent, mais une situation générique définitoire d’une règle de comportement humain ; les proverbes décrivent ce qui se passe en général si l’on se met dans telle ou telle situation. Outre leur sens descendant idiomatique, ils sont pourvus d’un sens ascendant générique, c’est-à-dire généralisant, universalisant, typifiant, relatif à une loi, à une règle de comportement ou de raisonnement (versus singularisant, relatif à un fait). Comme l’écrit Georges Kleiber, les phrases génériques et les proverbes « constituent des régularités structurantes et non des assertions particulières » (1989, p. 242). Ces phrases représentent une réalité virtuelle, de nature gnomique, c’est-à-dire prédictive et normative, plutôt qu’accidentelle ou contingente. Il faut opposer scrupuleusement, parfois sous une même forme superficielle, les phrases idiomatiques événementielles, qui décrivent une situation occasionnelle et ne sont donc pas proverbiales :

Il n’y a pas péril en la demeure
Il n’y a pas le feu (au lac)
Il y a à boire et à manger

aux phrases idiomatiques génériques et donc proverbiales de forme analogue :

Il n’y a pas de roses sans épines
Il n’y a pas de fumée sans feu
Il y a un temps pour tout

ou encore les phrases événementielles du type :

Il ne faut pas tourner autour du pot
Il faut prendre la balle au bond

aux phrases proverbiales analogues :

Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs
Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué
Il faut laver son linge sale en famille

18Le meilleur test permettant d’opposer les proverbes aux phrases idiomatiques événementielles consiste à tenter d’y insérer cette fois, pour une fois, ou toute autre marque incompatible avec la généricité des proverbes. Seules les phrases idiomatiques événementielles tolèrent ce genre de manipulations :

Cette fois, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd
Pour une fois, ce n’est pas la mer à boire
Cette fois c’est la goutte qui fait déborder le vase

19La même manipulation n’est pas aussi aisée en ce qui concerne les proverbes. elle ne semble admissible qu’au prix d’une forme de déproverbialisation, qui de surcroît semble alors avoir pour efet de réfuter le proverbe correspondant :

Cette fois, il n’y a pas de roses sans épines
Pour une fois, il n’y a pas de fumée sans feu
Cette fois au moins, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes

20En tant que phrases génériques, les proverbes se combinent en revanche avec toujours, généralement, souvent – ou avec jamais, rarement, lorsqu’ils sont à la forme négative (Anscombre 1994, p. 104). La seule résistance éventuelle tient alors au caractère idiomatique de la phrase, nullement à sa portée générique :

Il n’y a jamais de roses sans épines
Ce n’est généralement pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces
C’est dans les vieux pots qu’on fait souvent les meilleures soupes
L’habit fait rarement le moine

21Si l’on tente en revanche de faire subir cette dernière manipulation à une phrase idiomatique événementielle, l’effet semble être alors de la proverbialiser, d’en faire une sorte de pseudo-proverbe, au moins sous l’angle générique :

Rien n’est jamais la mer à boire
C’est toujours la dernière goutte qui fait déborder le vase
Rira bien qui rira souvent le dernier

22Malgré la netteté de ce qui oppose les phrases proverbiales aux phrases idiomatiques événementielles, certaines phrases idiomatiques semblent néanmoins ambivalentes, susceptibles d’être employées soit comme des phrases singularisantes relatives à une situation ponctuelle, soit comme des proverbes relatifs à une situation générique :

Il y a loin de la coupe aux lèvres
Il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu

23Si on leur ajoute cette fois, pour une fois, ces phrases ne sont pas senties comme des proverbes ; mais il suit d’y insérer souvent, toujours ou jamais, pour qu’elles soient à nouveau perçues comme telles. Les manipulations dont il vient d’être question semblent alors s’appliquer indifféremment, imposant respectivement l’une ou l’autre interprétation. Les devises entrent notamment dans cette catégorie de phrases idiomatiques ambivalentes, susceptibles d’être interprétées soit comme événementielles lorsqu’elles servent à qualifier une situation ponctuelle, soit comme génériques et proverbiales lorsqu’elles expriment une vérité générale :

Chacun pour soi et Dieu pour tous
Œil pour œil, dent pour dent
Liberté, égalité, fraternité

24Ce genre d’ambiguïté n’est pas surprenant. Il touche aussi un grand nombre de phrases non idiomatiques, notamment parmi les exemples emblématiques de la généricité, comme :

La terre tourne autour du soleil
Les castors construisent des barrages
Les singes mangent des bananes

25La généricité n’est qu’une propriété par défaut, relative à un contexte où la phrase ne réfère pas à un événement particulier. Celle-ci est alors interprétée comme définitoire du mouvement perpétuel de la terre, du comportement des castors ou des singes en général. Elle ne s’applique alors qu’indirectement, par le moyen d’une forme de syllogisme, au fait que la terre est en train de tourner au moment où l’on parle, ou le cas échéant que certains castors ou singes particuliers sont en train d’agir de telle façon (Kleiber 1988). Il suffit cependant d’un contexte adéquat (ou d’une incise comme en ce moment, par exemple) pour que les phrases en question servent à qualifier simplement le fait que la terre est en train de tourner, que certains castors sont occupés à construire des barrages ou certains singes à manger des bananes au moment où l’on parle. Il en va exactement de même des phrases idiomatiques ambivalentes dont il vient d’être question, qui simplement perdent leur dimension proverbiale lorsqu’elles sont interprétées comme événementielles. Ou qui, inversement, prennent un tour proverbial lorsqu’elles sont vues comme génériques.

26Ce qui est plus étonnant en revanche, c’est que toutes les phrases proverbiales ne soient pas ambivalentes comme dans ces derniers exemples ; que la plupart d’entre elles au contraire aient un tour proverbial bien marqué. C’est ce que nous allons tenter d’éclaircir dans la suite de cette étude.

Phrases stéréotypiques ou phrases d’opinions ?

27Les phrases génériques que Jean-Claude Anscombre (1994) ou Jean-Michel Gouvard (1996) appellent typifiantes définissent un type, présentent une propriété comme typique d’une classe ou d’un spécimen (la terre, les castors ou les singes dans nos derniers exemples). Parmi les phrases typifiantes, celles qui sont vraies a priori portent sur une propriété établie, consensuelle, un savoir associé à un stéréotype préexistant à l’énonciation – comme le fait que la terre tourne ou que les castors construisent des barrages, que les singes mangent des bananes. Les phrases typifiantes a priori s’opposent aux phrases typifiantes dites locales, qui prennent pour objet une propriété que seule l’énonciation effective établit comme typique. Ces dernières n’expriment pas un savoir stéréotypé, mais une opinion présentée comme discutable et contestable :

La terre est la seule planète habitée dans l’univers
Les castors sont plus obstinés et têtus que les loutres
Les singes aiment les tartines

28Reste à savoir si les proverbes sont des phrases typifiantes locales ou a priori, s’ils expriment une opinion ou un stéréotype pour le dire moins techniquement. La question est plus délicate qu’il y paraît ; en témoigne le désaccord entre Jean-Claude Anscombre et Georges Kleiber (Anscombre 1995, p. 80), tout comme le revirement ultérieur de Kleiber (2002, p. 28) sur ce point. Étant unanimement perçus comme établissant une croyance consensuelle, partagée par toute une communauté linguistique, les proverbes semblent à première vue devoir être rangés, comme cherchent à le faire Jean-Claude Anscombre (1994, p. 100, 1995, p. 79), et Georges Kleiber dans la foulée, du côté des phrases exprimant un stéréotype. Jean-Claude Anscombre relève à ce sujet que les proverbes se comportent à différents niveaux comme des phrases exprimant un stéréotype, plutôt que comme des phrases d’opinion. Les phrases proverbiales ne peuvent notamment être conclusives – elles se laissent dificilement introduire par alors – et ne peuvent par ailleurs être préfacées par je pense que, à mon avis, ou par certains adverbes d’énonciation comme sincèrement, visiblement. Les phrases comme :

À mon avis, la terre tourne autour du soleil
Alors, les castors construisent des barrages

sont tout aussi bizarres que les constructions du type :

À mon avis, l’habit ne fait pas le moine
Alors, il n’y a pas de rose sans épines

29Ce genre de manipulation ne pose en revanche aucun problème aux phrases d’opinion :

À mon avis, la terre est la seule planète habitée dans l’univers
Alors, les castors sont plus obstinés, plus têtus que les loutres

30L’on peut remarquer en outre que les proverbes réagissent à la négation comme des stéréotypes, plutôt que comme des phrases d’opinion ; ils ne tolèrent que la négation polémique. Pour Jean-Claude Anscombre (1994, p. 101), « les proverbes ne supportent pas la négation descriptive ». L’on ne peut le tester bien sûr que sur ceux qui ne sont pas déjà assortis, en tant que proverbes, d’une négation polémique – les moins nombreux, nous y reviendrons. Ainsi les phrases proverbiales positives, lorsqu’on les met à la forme négative, non seulement ne sont plus proverbiales, mais consistent alors forcément à réfuter la validité du proverbe associé à leurs versions positives correspondantes :

Qui va à la chasse ne perd pas sa place
La fortune ne sourit pas aux audacieux
L’enfer n’est nullement pavé de bonnes intentions

31Exactement semble-t-il comme si l’on dit, fain de réfuter le stéréotype correspondant :

La terre ne tourne pas autour du soleil
Les castors ne construisent pas de barrages
Les singes ne mangent pas de bananes

32Les phrases ci-dessous, en revanche, ne sont pas forcément polémiques. Assorties d’une négation descriptive, les phrases d’opinion ne font qu’exprimer une nouvelle opinion, sans pour autant réfuter l’opinion contraire associée à leur version positive correspondante. Comme le relève toujours Jean-Claude Anscombre (1995, p. 79), la négation d’une phrase typifiante locale redonne en effet la plupart du temps, une phrase typifiante locale :

La terre n’est pas la seule planète habitée dans l’univers
Les castors ne sont pas plus obstinés, plus têtus que les loutres
Les singes n’aiment pas les tartines

  • 4 Nous soulignons.

33Ces différentes observations ont amené Jean-Claude Anscombre à considérer, avec prudence néanmoins, que « d’une certaine façon, le proverbe joue le rôle d’un stéréotype » (1994, p. 105). « Il nous semble que l’utilisation des proverbes – et non le proverbe lui-même – relève d’une certaine stéréotypicité », ajoute-t-il (ibid.)4. La prudence de ces considérations tient au fait que les observations qui précèdent n’impliquent nullement que les phrases proverbiales, en tant que phrases génériques, expriment forcément un stéréotype ; elles impliquent seulement que les proverbes se comportent, dans certaines circonstances, comme des phrases exprimant un stéréotype, ce qui est tout à fait différent. Or il apparaît qu’un grand nombre de proverbes n’expriment en rien une vérité avérée a priori, un savoir stéréotypé, indépendant de leur énonciation. Certains constituent même de véritables contre-exemples à l’hypothèse selon laquelle les proverbes consisteraient à exprimer un stéréotype :

Qui aime bien châtie bien
Qui fait l’ange fait la bête
L’enfer est pavé de bonnes intentions
À quelque chose malheur est bon
L’argent ne fait pas le bonheur

34Comme l’a relevé Georges Kleiber (1989) à propos de Qui aime bien châtie bien, le châtiment ne fait évidemment pas partie du stéréotype associé au verbe aimer. Pas davantage que la bête n’est dans le stéréotype de l’ange, que les bonnes intentions ne conduisent communément à l’enfer, que le malheur est réputé bon à quelque chose ou que l’argent ne rend malheureux. Quelles que soient les similitudes entre proverbes et stéréotypes, il n’en demeure pas moins que la vérité exprimée par beaucoup de proverbes n’est nullement avérée a priori ; les proverbes ne la posent pas comme telle – nous y reviendrons.

35Parmi les arguments susceptibles d’être évoqués à l’appui de cette thèse, le plus décisif tient au fait que les proverbes peuvent être contrés, réfutés, et surtout qu’ils peuvent se contrer, se contredire mutuellement. L’on peut relever à ce sujet que les phrases du type Qui va à la chasse ne perd pas sa place se rencontrent fréquemment en corpus pour réfuter un proverbe. Tandis que les phrases du type La terre ne tourne pas autour du soleil sont des contrevérités pratiquement exclues (sauf ironiquement). Cette différence tient au fait que les stéréotypes ne sauraient se contredire ; ils ne s’opposent à rien – si ce n’est à l’ignorance – et surtout pas à d’autres stéréotypes antagonistes. Les proverbes en revanche peuvent se contredire mutuellement, si ce n’est littéralement :

Tel père, tel fils versus À père avare, fils prodigue
Qui ne risque rien n’a rien versus la prudence est mère de sûreté
L’argent ne fait pas le bonheur versus abondance de bien ne nuit pas

36Au moins argumentativement, de par leurs implications plus ou moins directes :

Chaque chose en son temps versus il ne faut pas remettre au lendemain ce qu’on pourrait faire le jour même

Mieux vaut être seul que mal accompagné versus Mieux vaut être fou avec tous que sage tout seul
La colère est mauvaise conseillère versus la colère est une courte folie

37Voire encore figurément :

Il n’y a pas de fumée sans feu versus l’habit ne fait pas le moine
Il faut battre le fer tant qu’il est chaud versus Petit à petit l’oiseau fait son nid, Rome ne s’est pas faite en un jour

38Même à l’intérieur d’un univers de croyance associé au discours d’un même locuteur (Martin 1987), ces paires de proverbes antagonistes sont susceptibles de cohabiter, notamment dans le cadre d’un enchaînement concessif :

Tel père, tel fils, certes, mais à père avare, fils prodigue
Chaque chose en son temps, c’est vrai, pourtant, il ne faut pas remettre au lendemain…
L’habit ne fait pas le moine, vous avez raison, néanmoins il n’y a pas de fumée sans feu

39Selon Georges Kleiber (1999b), s’ils se contredisent mutuellement, s’il existe des paires proverbiales antagonistes dans le langage et jusque dans le discours d’un même locuteur, c’est que les proverbes sont des phrases génériques affaiblies, moins fortes que les phrases à quantificateur quasi universel (comme généralement, normalement, la plupart), mais « néanmoins assez fortes pour assurer un pouvoir inférentiel aux propositions et rendre ainsi compte des vertus inférentielles reconnues aux proverbes. En l’absence d’un tel pouvoir inférentiel par défaut, l’on ne saurait en effet plus parler de vérité générale pour les proverbes » (ibid., p. 202). L’existence de paires antagonistes s’expliquerait ainsi logiquement par la faiblesse relative de la généricité associée à la vérité exprimée dans les proverbes – comparable, selon Georges Kleiber, à celle de phrases dont la quantification est marquée par souvent, beaucoup, plutôt que par généralement.

40Pour diverses raisons, la solution de Georges Kleiber ne nous semble pas vraiment satisfaisante. D’abord au plan empirique, dans la mesure où les proverbes ne sont pas perçus comme plus faibles que les phrases à quantificateur quasi universel ; ainsi l’insertion de généralement ou de normalement dans un proverbe n’a pas pour effet de le renforcer, mais au contraire de l’affaiblir. ensuite, au plan théorique, il nous semble qu’une solution qui ne touche pas à la quantification associée aux proverbes, qui n’alourdit pas inutilement la tâche dévolue à la quantification et à la généricité, plus fondamentalement à la vérité exprimée dans les proverbes, serait avantageuse. Les proverbes ne sont pas tant affaire de logique et de vérité que d’opinion et de persuasion. Les stéréotypes ont trait à la vérité et au savoir ; ils ne s’organisent donc pas cognitivement en oppositions, mais plutôt en réseaux encyclopédiques structurés. Les proverbes en revanche ont trait au langage et à l’argumentation ; ils ne sont pas détenteurs d’un savoir, d’une vérité même, mais d’un point de vue, d’une opinion associée à une formule (tamba 2000), et ils s’inscrivent de ce fait dans des relations d’opposition argumentative. Vus sous cet angle, les pro- verbes se rapprochent davantage, en tant que phrases génériques, des phrases d’opinion que de celles exprimant un stéréotype. Mais alors la question reste entière. Comment expliquer que les proverbes se comportent pragmatiquement (si ce n’est sémantiquement) comme des phrases génériques vraies a priori, notamment face aux différents tests discutés par Jean-Claude Anscombre (1994), s’il ne s’agit que de phrases d’opinion ?

41Les proverbes comme idiotismes doxiques

42Plutôt que de chercher une explication, à la suite de Georges Kleiber (1999b), du côté de la quantification et du degré de généricité des proverbes, nous serons tentés d’y voir une manifestation de leur nature idiomatique, plus précisément de la dimension citative associée à ce que dénomment les phrases idiomatiques génériques. La question essentielle, en ce qui concerne les proverbes, ne tient pas tant à ce qui oppose les stéréotypes aux phrases d’opinion parmi les phrases génériques, débattue ci-dessus dans notre troisième section. La question essentielle, un peu laissée en suspens à la deuxième section, tient plutôt à notre avis à ce qui oppose, en tant que phrases idiomatiques, les phrases génériques aux phrases événementielles. si les proverbes donnent l’impression de se comporter comme des phrases génériques vraies a priori, c’est-à-dire exprimant un stéréotype, une idée reçue – comme Les castors construisent des barrages, Les singes mangent des bananes –, alors qu’il s’agit en fait généralement de phrases d’opinion comme Les castors sont (ne sont pas) plus têtus que les loutres, c’est essentiellement en raison de leur nature idiomatique. Tout ce qui empêche en effets une phrase d’opinion comme cette dernière de passer pour un proverbe (amérindien), c’est essentiellement de ne pas faire écho à un usage amérindien relatif à une conduite humaine inspirée des castors et des loutres. Si tel était le cas la phrase serait un proverbe amérindien ; toutes les conditions linguistiques seraient réunies, comme c’est le cas des phrases suivantes, qui lui ressemblent à certains égards, à ceci près qu’il s’agit là de véritables proverbes :

Chat échaudé craint l’eau froide
Les plus beaux oiseaux sont les pires chanteurs
Le loup apprivoisé rêve toujours de la forêt

43La nature idiomatique d’une phrase générique, fût-elle d’opinion comme dans ces derniers exemples, suit à expliquer que, comme le relève Jean-Claude Anscombre (1994, p. 105) « d’une certaine façon, le proverbe joue le rôle d’un stéréotype ». Ce pouvoir est en quelque sorte transmis à l’opinion exprimée, transféré à ce qui est dit, par la nature idiomatique de la phrase. Sous l’effet idiomatique associé à la phrase, l’opinion se transforme en stéréotype, pourrait-on dire, à ceci près qu’il ne s’agit pas alors d’un véritable stéréotype (au sens de georges Kleiber et de Jean-Claude anscombre), mais d’une forme d’idiotisme particulier qui fait les proverbes. Seules idiotismes, ProVerbes et stéréotypes 177 les phrases génériques (ou typifiantes) autorisent ce transfert, qui est au cœur de la formation des proverbes, qu’elles soient ou non initialement des stéréotypes. Ce transfert est tout à fait étranger aux phrases idiomatiques événementielles. L’on observe notamment à ce sujet que la dimension citative de la dénomination associée aux proverbes n’a pas du tout la même valeur que celle des locutions figées, ou des phrases idiomatiques singularisantes. Si l’on dit par exemple :

Il a pris la balle au bond, comme on dit
Ce n’est pas la mer à boire, comme on dit
C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, comme on dit

44Le ON-locuteur associé à comme on dit ne prend en charge que la force locutoire de l’énonciation, l’acte consistant à avoir recours à l’expression figée. Le ON-locuteur n’assume alors nullement ce qui est dit, en l’occurrence que quelqu’un a pris la balle au bond, que ce n’est pas la mer à boire, ou que c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. L’acte d’affirmation, le contenu associé à ce qui est dit, la vérité qui s’y rapporte, tout cela reste alors le fait du seul sujet parlant. Le ON-locuteur n’assume que l’expression, non l’acte d’affirmation ni la vérité qui s’y rapporte. Aucune forme de ON-vérité (à la Alain Berrendonner 1981) n’est alors associée au comme on dit dans le cas des expressions et phrases idiomatiques événementielles. Nous parlerons à ce sujet d’idiotisme locutoire (ou linguistique), que nous assimilerons à une simple forme de modalisation autonymique (au sens de Jacqueline Authier - revuz 1995). Rien de tel en revanche en ce qui concerne les proverbes :

il n’y a pas de roses sans épines, comme on dit
l’habit ne fait pas le moine, comme on dit

  • 5 Ce qui explique que les proverbes puissent être assimilés à des formes d’argument d’autorité (M. - (...)

45Le ON-locuteur associé au comme on dit prend alors en charge non seulement la force locutoire, mais la force illocutoire de l’acte ainsi que le contenu de l’énoncé, l’information, la vérité qui s’y rapporte. Dans le cas des proverbes, la dénomination citative donne lieu à une forme de modalisation en discours second (Authier-Revuz 1995), plutôt que de simple modalisation autonymique5. L’on peut sentir la différence en substituant le verbe savoir au verbe dire, dans nos derniers exemples, en remplaçant comme on dit par comme on sait ou comme chacun sait. En cas de locutions figées ou de phrases idiomatiques événementielles, ce genre de manipulation abolit toute allusion à l’énonciation ; comme on sait ou comme chacun sait ne porte pas dans ces conditions sur l’énonciation de l’expression, mais sur l’événement qu’elle relate :

Il a pris la balle au bond, comme on sait
Ce n’est pas la mer à boire, comme chacun sait

  • 6 D’autres tests, fondés par exemple sur une substitution du verbe affirmer au verbe dire, possibles (...)

46La même manipulation n’a pas du tout le même effet dans le cas des proverbes, où comme on sait, comme chacun sait et comme on dit sont à peu près équivalents. La substitution ne change rien au fait que la prédication concerne alors l’énonciation de la phrase non seulement comme acte locutoire, mais comme affirmation, comme acte illocutoire portant sur un contenu propositionnel6 :

Il n’y a pas de roses sans épines, comme on sait
L’habit ne fait pas le moine, comme chacun sait

47Nous parlerons à ce sujet d’idiotismes illocutoires (ou doxiques), plutôt que locutoires, dans la mesure où le ON-locuteur assume l’acte d’affirmation dans toute sa complexité, qui comprend à la fois une forme phrastique et un contenu doxique. Cette précision me semble tout à fait centrale, en ce qui concerne les proverbes, dans la mesure où elle permet d’expliquer que si ces derniers se comportent en apparence comme des phrases génériques vraies a priori, cela ne tient pas en soi à la vérité qu’ils expriment, qui n’est généralement en rien stéréotypique et reste en ce sens indissociable de l’énonciation de la phrase. En tant que phrase d’opinion, cette dernière n’exprime pas un savoir préexistant ou du moins indépendant de son énonciation. si les proverbes semblent transformer, en quelque sorte, une simple opinion en stéréotype préexistant à l’énonciation, cela tient simplement au fait qu’ils reposent sur une forme d’idiotisme doxique selon lequel, non seulement la forme linguistique, mais la force illocutoire et le contenu de l’énoncé, la vérité qui s’y rapporte, sont présentés comme collectifs, comme le fait d’un ON-locuteur. La force illocutoire ou doxique associée à la nature idiomatique des proverbes les oppose non seulement aux phrases idiomatiques événementielles qui ne sont en rien doxiques, mais aussi aux simples stéréotypes qui ne sont en rien idiomatiques. Ce n’est pas alors la croyance exprimée par les proverbes qui précède – et transcende – leur énonciation comme dans le cas des phrases exprimant une vérité préétablie. C’est alors au contraire la force de conviction associée à la voix collective dont relève l’énonciation des proverbes qui transcende et précède la vérité qu’ils expriment.

Idiotismes réfutatifs et polémiques

48Les proverbes sont des idiotismes doxiques exprimant une opinion qui peut ou non être assimilée à un stéréotype. Rien n’interdit en effets de considérer que certains proverbes expriment accessoirement une idée reçue, plutôt qu’une simple opinion discutable. Les proverbes suivants, par exemple, ont ceci de particulier qu’ils consistent à confirmer idiomatiquement une idée reçue :

Tel père, tel fils
L’union fait la force
La curiosité est un vilain défaut

49Ce qui n’est pas forcément le cas des suivants :

Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie
Chat échaudé craint l’eau froide L’habit ne fait pas le moine

et moins encore des suivants qui semblent plutôt, à l’inverse, contrer, réfuter un stéréotype :

Qui aime bien châtie bien
Qui fait l’ange fait la bête
L’enfer est pavé de bonnes intentions
À quelque chose malheur est bon
L’argent ne fait pas le bonheur

50Loin d’exprimer un stéréotype à travers un idiotisme, les proverbes de ce genre consistent au contraire à réfuter un stéréotype à l’aide d’un idiotisme. Qui aime bien châtie bien réfute un stéréotype associant amour et tendresse, Qui fait l’ange fait la bête, L’enfer est pavé de bonnes intentions récusent rien de moins que l’opposition entre le bien et le mal, À quelque chose malheur est bon s’en prend au caractère irrémédiable du malheur, L’argent ne fait pas le bonheur s’attaque aux rêves de richesse. Le réservoir de proverbes anti-stéréotypiques semble inépuisable. Même les proverbes qui paraissent exprimer littéralement un stéréotype encodent généralement un sens dérivé ou figuré réfutatif, opposé à une idée reçue plus abstraite et générale :

On ne meurt qu’une fois
Il n’y a pas de roses sans épines
Pierre qui roule n’amasse pas mousse

  • 7 Pour certains sujets anglophones, ou influencés par la version anglophone du même proverbe (Rolling (...)

51On ne meurt qu’une fois réfute la gravité de la mort en rappelant l’une de ses qualités essentielles, Il n’y a pas de rose sans épines met en cause une idée de perfection associée à la beauté à travers la représentation élémentaire d’une rose, Pierre qui roule n’amasse pas mousse s’en prend au dynamisme et à l’action par le biais d’une image de pierres vives et de mousse – la notion de mousse est alors associée à l’opulence et le proverbe encode que l’agitation désordonnée, le remue-ménage n’est en rien profitable ; comme dans Qui va lentement va sûrement, Rome ne s’est pas faite en un jour7. Nombre de proverbes semblent ainsi exprimer une sorte de truisme, mais ceci afin de contester un stéréotype plus abstrait associé à leur sens codé idiomatique. À y regarder de près, la plupart des proverbes ont une dimension réfutative ou polémique. Cela explique notamment qu’ils soient si souvent assortis d’une négation polémique – comme dans Il n’y a pas de roses sans épines, Pierre qui roule n’amasse pas mousse –, ou assortis d’un opérateur d’inversion argumentative – comme ne que dans On ne meurt qu’une fois.

52Cette force réfutative ou contre-argumentative associée aux proverbes n’est pas accessoire ou accidentelle. Les proverbes limités à l’expression d’un stéréotype, qui se contentent de confirmer idiomatiquement une idée reçue, sont un cas à part assez atypique en fait. non que les proverbes imposent de réfuter une idée reçue ; rien n’interdit à une phrase stéréotypique de s’idiotiser (ou idiomatiser), c’est-à-dire de se proverbialiser. Simplement cela n’est pas dans la nature des proverbes, qui est de rappeler à l’ordre, de corriger, de donner une leçon par le langage, plutôt que de confirmer ce que l’on sait déjà, un savoir établi.

53Il a été souligné à diverses reprises (Buridant 1984, Kleiber 2002) que les proverbes mettent en jeu, parfois à un niveau sémantique abstrait, davantage qu’une simple prédication générique, plutôt une forme implicative du type : Si on se trouve engagé dans telle ou telle situation, alors il s’ensuit telle ou telle situation. Il n’apparaît pas alors que l’on puisse aisément assimiler cette implication – comme le fait Georges Kleiber 2002, p. 28 – à un stéréotype implicatif. Ainsi les proverbes à structure métrique binaire (Anscombre, 2000), qui manifestent formellement une telle implication, n’expriment pas un topos du type On aime bien donc on châtie bien, On fait l’ange alors on fait la bête. La relation entre les termes entraîne une inversion d’orientation dans les proverbes, une forme d’oxymoron argumentatif, incompatible avec un connecteur consécutif comme donc ou alors. Ces connecteurs ne sauraient être insérés dans les proverbes ci-dessous :

Qui aime bien châtie bien
Qui fait l’ange fait la bête
Pas de nouvelles, bonnes nouvelles
Pas de chance aux cartes, chance en amour
Après la pluie, le beau temps

54Parmi les connecteurs susceptibles d’articuler l’enchaînement des proverbes à structure implicative, néanmoins, pourtant, cependant feraient l’affaire (contrairement à donc ou alors), mais c’est eh bien qui semble le meilleur candidat, car ce connecteur sert à qualiier, précisément, une conséquence comme inattendue, contraire aux prévisions stéréotypiques (Ducrot et al. 1980). il est frappant de constater à quel point ce connecteur accompagne adéquatement la relation implicative associée aux proverbes :

Qui aime bien, eh bien châtie bien
Qui fait l’ange, eh bien fait la bête
Pas de nouvelles, eh bien bonnes nouvelles

55Même les proverbes dont la structure métrique ne marque pas à première vue d’implication peuvent aisément être reformulés dans les termes de eh bien :

Les roses, eh bien elles ne sont pas sans épines
La mort, eh bien elle ne survient qu’une fois
Le malheur, eh bien il est quand même bon à quelque chose
Les bonnes intentions, eh bien elles conduisent en enfer

56Les proverbes semblent donc être bel et bien, à notre avis, des idiotismes réfutatifs (plutôt que confirmatifs) d’un stéréotype ; ils consistent à réfuter un stéréotype implicatif. L’on a souvent soutenu que les proverbes véhiculaient une pensée commune, une sagesse des anciens. Certes ! Mais il faut préciser qu’il s’agit d’une sagesse avant tout verbale, sous le contrôle d’une forme d’idiotisme à la fois doxique et polémique, plutôt que d’une simple vérité partagée. Ce qui fait la force des proverbes, leur pérennité, leur vivacité, c’est qu’ils mettent en jeu une opinion subversive associée à une forme idiomatique polémique. Une sagesse si l’on veut, mais qui puise sa force dans les usages associés au langage, les conventions associées à la langue même, pour s’en prendre aux idées reçues.

Bibliographie

ANSCOMBRE Jean-Claude, 1990, « Le syllogisme en langue naturelle ? Déduction logique ou inférence discursive ? », Cahiers de linguistique française, no 11, p. 215-240.

— 1994, « Proverbes et formes proverbiales : valeur évidentielle et argumentative », Langue française, no 102, p. 95-107.

— éd., 1995, Théorie des topoï, Paris, Kimé.

— 2000, « Parole proverbiale et structure métrique », Langages, no 139, p. 6-26.

— 2001, « Le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes », Langages, no 142, p. 57-76.

— 2005, « Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages », Dialogisme et polyphonie.

Approches linguistiques, J. Bres, P. P. Haillet, s. Mellet, H. Nølke, l. Rosier éd., Bruxelles, De Boeck-Duculot, p. 75-94.

— 2006, « Stéréotypes, gnomicité et polyphonie : La voix de son maître », Le sens et ses voix.

Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, l. Perrin éd., Metz, Université Paul Verlaine (Recherches linguistiques, no 28), p. 349-378.

ARNAUD Pierre, 1991, « Réflexions sur le proverbe », Cahiers de lexicologie, vol. 59, no 2, p. 6-27.

AUTHIER-REVUZ Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.

BERRENDONNER Alain, 1981, Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit.

BURIDANT Claude, 1984, « Avant-propos » Richesse du proverbe, F. suard, C. Buridant éd., Lille,

Presses universitaires de Lille, p. 1-5.

DUCROT Oswald et al., 1980, Les mots du discours, Paris, Minuit.

GOUVARD Jean-Michel, 1996, « les formes proverbiales », Langue française, no 110, p. 49-63.

GROSS Gaston, 1996, Les expressions figées, Paris, Ophrys.

KLEIBER Georges, 1988, « Phrases génériques et raisonnement par défaut », Le Français moderne, no 56, p. 127-154.

— 1989, « Sur la définition du proverbe », Actes du colloque Europhras 88 : Phraséologie contrastive, Université de Strasbourg, Recherches germaniques, no 2, p. 233-252.

— 1999a, « Les proverbes : des dénominations d’un type “très spécial” », Langue française, no 123, p. 52-69.

— 1999b, « Les proverbes antinomiques : une grosse pierre logique dans le jardin toujours universel des proverbes », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, no 94, p. 185-208.

— 2000, « Sur le sens des proverbes », Langages, no 123, p. 39-58.

— 2001, « Remarques sur la dénomination », Cahiers de praxématique, no 36, p. 21-41.

— 2002, « Lexique et cognition : de la dénomination en général au proverbe en particulier », Cognition, no 11, p. 9-37.

MARTIN Robert, 1987, Langage et croyance. Les « univers de croyance » dans la théorie sémantique, liège, Mardaga.

MEJRI salah, 1999, « Unité polylexicale et polylexicalité », Linx, no 40, p. 79-93.

MELEUC Serge, 1969, « Structure de la maxime », Langage, no 13, p. 69-95.

MILNER George B., 1969, « De l’armature des locutions proverbiales, essais de taxonomie sémantique », L’Homme, vol. 9, no 3, p. 49-70.

NORRICK Neal, 1985, How Proverbs Mean. Semantic Studies in English Proverbs, Berlin, Mouton.

OLLIER Maire - louise, 1976, « Proverbe et sentence. Le discours d’autorité chez Chrétien de troyes », Revue des sciences humaines vol. 16, no 163, p. 329-357.

PERRIN Laurent, 2000, « Remarques sur la dimension générique et sur la dimension dénominative des proverbes », Langages, no 139, p. 69-80. — 2007, « Énonciation, grammaticalisation et lexicalisation », Cahiers de praxématique, no 46, p. 81-101. — 2011, « Figement, énonciation et lexicalisation citative », Études sur le figement : la parole entravée, J. -C. Anscombre et S. Mejri éd., Paris, Champion, p. 80-94.

REY Alain, CHANTREAU Sophie, 1993, Dictionnaire des expressions et locutions, Paris, Le Robert. SCHAPIRA Charlotte, 1987, La maxime et le discours d’autorité, Paris, Sedes. TAMBA Irène, 2000, « Formule et dire proverbial », Langage, no 139, p. 110-118.

TAYLOR Archer, 1931, The Proverb, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

ZUMTHOR Paul, 1967, « L’épiphénomène proverbial », Revue des sciences humaines, no 41, p. 313-328.

Notes

1 G. Kleiber reprend à ce sujet également cette affirmation de G. Milner (1969, p. 50) : « On dirait que chaque parémiographe sait intuitivement ce que c’est qu’un proverbe, et qu’il a pourtant une difficulté à donner de bonnes raisons pour admettre les uns et écarter les autres. »

2 Pour une vision d’ensemble se référer à G. Gross (1996) ainsi qu’à S. Mejri (1999).

3 Voir à ce sujet notamment S. Meleuc (1969, p. 69), P. Zumthor (1976, p. 316), M. -l. Ollier (1976, p. 330), N. Norrick (1985, p. 75), G. Kleiber (1989), P. Arnaud (1991, p. 10), J. -C. Anscombre (1994, p. 98), J. M. Gouvard (1996, p. 53).

4 Nous soulignons.

5 Ce qui explique que les proverbes puissent être assimilés à des formes d’argument d’autorité (M. - l. Ollier 1976, C. Schapira 1987) ou recevoir une valeur évidentielle d’ouï-dire (J. -C. Anscombre 1994).

6 D’autres tests, fondés par exemple sur une substitution du verbe affirmer au verbe dire, possibles exclusivement dans le cas des proverbes, permettraient de faire ressortir cette opposition.

7 Pour certains sujets anglophones, ou influencés par la version anglophone du même proverbe (Rolling stones gather no moss), ce proverbe s’en prend au contraire à la paresse. La notion de mousse est alors associée à la décrépitude et le proverbe encode qu’il faut s’activer – comme dans L’avenir appartient à celui qui se lève tôt, Les voyages forment la jeunesse.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search