Version classiqueVersion mobile

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Partie III. Formes sentencieuses

Sur le chemin des proverbes : questions de classification

Georges Kleiber

Texte intégral

Les proverbes servent de parapluie, même lorsqu’il ne pleut pas G. N. Djikey, No Sense Memories, Le - puy-en - velay, Éditions C’est-à-dire, 2048.

  • 1 M. Conenna (1990, p. 13) critique fort justement les défauts des classifications thématiques : « la (...)

1Il est possible de classer les proverbes selon différentes dimensions. En privilégiant l’orientation morphosyntaxique avec la mise au premier plan des principales structures formelles de proverbes. Ou, sur un plan conceptuel, en se fondant onomasiologiquement sur les thèmes, topoï, stéréotypes activés par les proverbes pour pouvoir ainsi les ranger dans différentes rubriques thématiques à ambition anthropologique et ethnoculturelle. L’on peut encore présider à leur regroupement en se servant des mots-vedettes qui en forment les piliers lexicaux ou utiliser comme balises classificatoires les objets métaphoriques qui y sont cristallisés. Tous ces classements contribuent à tracer les grandes lignes intralinguistiques et translinguistiques d’un paysage proverbial qui reste difficile – certains parlent même « de problème insoluble » (Visetti et Cadiot 2006, p. 317) – à cartographier comme en témoignent les critiques qu’ont pu connaître de telles classifications1.

  • 2 Pour M. Carel et P. Schultz (2002), la distinction ne tient pas. D’autres, comme C. Buridant (1976, (...)

2Leur utilité pratique et théorique est pourtant certaine et nous ne comptons pas dans ce travail en discuter le bien-fondé. Mais nous ne nous placerons pas sur le niveau classificatoire – celui des proverbes particuliers – auquel opèrent ces différents types de classements. C’est la catégorie générale du proverbe et la possibilité de distinguer de grandes sous-classes de proverbes qui retiendront notre attention ici. Et, il faut bien le constater, les sous-classifications proposées ne sont pas nombreuses, le prurit du classement n’ayant pas dû, sur ce plan-là du moins, démanger fortement les parémiologues. L’on sait, certes, que l’on peut opposer, pour ceux qui tiennent la distinction pour pertinente2, les proverbes métaphoriques aux proverbes non métaphoriques ou dits littéraux. Mais pour le reste, c’est comme si les proverbes faisaient un seul bloc ou alors étaient si hétérogènes que toute tentative d’organisation interne était d’avance vouée à l’échec. À une exception près et qui mérite donc d’être prise en considération, la piste que vient d’ouvrir Silvia Palma (2004, 2007) avec la distinction de deux grands types de proverbes, les proverbes doxaux et paradoxaux.

  • 3 Souvent reprise, mais aussi débattue (Tamba 2000).

3C’est cette division tout à fait inédite des proverbes en deux classes, selon qu’ils répondent ou non à la doxa, que nous allons examiner ici. Dans une première partie, nous présenterons l’opposition tracée par Silvia Palma, puis nous en discuterons, dans une deuxième partie, le bien-fondé avant de voir, dans la troisième et dernière partie, vers quelles distinctions peut conduire l’examen critique mené précédemment. Chemin faisant, on le verra, nous toucherons à l’importante question, posée par notre définition des proverbes comme des phrases génériques (Kleiber 1989a), encore ouverte aujourd’hui3, du type de généricité exprimée par les proverbes.

Proverbes doxaux et proverbes paradoxaux

Proverbes et loi générale

4Le point de départ de Silvia Palma est « l’idée que les proverbes font intervenir une règle générale, étroitement liée aux stéréotypes lexicaux en jeu dans l’énoncé » (Palma 2007, p. 134). Deux propriétés caractérisent une telle règle. En premier lieu, elle n’est pas analytique ou nécessaire, mais uniquement « généralement vraie » et peut donc donner lieu à ce titre à des contre-exemples qui ne l’invalident pas : « une vérité générale concerne une majorité de cas, tandis qu’une vérité nécessaire concerne forcément tous les individus » (ibid.). Elle correspond ainsi à une phrase générique non nécessaire ou non analytique, mais généralement vraie (Kleiber 1978, 1983a, 1988, 1989b) ou encore appelée extensive par Jean-Claude anscombre (2002).

  • 4 Ces phrases génériques s’opposent aux phrases génériques telles que Les castors sont amusants qui n (...)

5En second lieu, il s’agit d’une règle ou vérité a priori puisqu’elle se trouve liée aux stéréotypes des unités lexicales de l’énoncé proverbial. Elle exprime donc une propriété typique a priori à laquelle correspond une phrase générique typique a priori (Kleiber 1989b) ou typifiant a priori chez Jean-Claude Anscombre (1994, 1995, 2001, 2002)4, comme l’est l’exemple-vedette de la littérature sur le générique :

Les castors construisent des barrages

le proverbe :

Tel père, tel fils

6Permet d’illustrer ce premier stade du raisonnement de Silvia Palma. Les stéréotypes des unités lexicales père et ils conduisent à une phrase générique telle Les ils ressemblent à leur père ou On ressemble à ses géniteurs, phrase générique vraie a priori, donc typifiant a priori, et qui n’est que généralement vraie, puisqu’elle admet des exceptions, tout ils n’ayant pas besoin de ressembler à son père.

Deux « stratégies » de validation de la règle générale

  • 5 C’est la dimension dénominative du proverbe que nous rendions responsable du caractère de vérité a (...)
  • 6 En note, elle précise que, dans la première version de son texte, elle parlait de schéma d’exhausti (...)

7Jusque-là, l’analyse de Silvia Palma ne fait que suivre celle de Jean-Claude Anscombre (1994, 1995) qui assimile les proverbes à des phrases génériques typifiantes a priori et non, comme nous l’avions défendu dans notre premier travail sur les proverbes (Kleiber 1989a), à des phrases génériques typiques non a priori5. Silvia Palma apporte du neuf, lorsqu’elle fait de cette règle générale a priori le cadre qui sert à considérer la situation spécifique à propos de laquelle est énoncé le proverbe et qu’elle émet l’hypothèse que les proverbes donnent lieu à deux relations différentes, suivant qu’il y a vérification de la règle générale ou mise en avant de contre-exemples : « en tant que phrases génériques typifiantes a priori [souligne-t-elle en gras], les proverbes s’appuient sur une vérité de type général et nous postulons qu’ils peuvent soit focaliser sur la vérité générale, auquel cas ils font oublier l’existence éventuelle de contre-exemples, ce que nous appellerons le schéma doxal ; soit souligner la présence de cas s’éloignant de la règle, ce que nous appellerons le schéma paradoxal » (Palma 2007, p. 134)6. Autrement dit, les proverbes évoquent, selon elle, toujours une loi générale et l’évoquent toujours pour la valider, mais de deux manières différentes, « à travers deux stratégies possibles-a-la validation directe, lorsque le proverbe met en avant les cas dans lesquels la règle se vérifie, en faisant ainsi glisser la vérité générale vers une vérité nécessaire. C’est le cas que nous avons appelé schéma doxal. -b-la validation indirecte, lorsque le proverbe focalise, au contraire, sur la présence d’un (de) contre-exemple (s) prévu (s) par la règle générale. Ce cas introduit ainsi une règle générale complémentaire à Les X sont Y, pouvant prendre la forme Il y a des X qui sont Y’ou Il y a des X qui sont Z. Nous l’avons appelé schéma paradoxal. »

Les doxaux

8Les proverbes doxaux indiquent la vérification de la loi générale (Les X sont/font/ont Y) liée au proverbe. Ce sont les plus nombreux et les plus fréquemment étudiés et « il semble même, qu’ils soient considérés comme le modèle d’énoncé proverbial, le cas par excellence » (ibid., p. 135). Ils peuvent être à la forme positive :

Tel père, tel fils
Qui a bu boira
Les absents ont toujours tort
Qui vole un œuf vole un bœuf

comme négative :

Les chiens ne font pas de chats
Il n’y a pas de roses sans épines
On ne peut pas être et avoir été
Il n’est pas marchand qui toujours gagne

9Le point important est que l’accent est mis à chaque fois sur la vérification de la règle générale, de la doxa, « ce qui tend à rapprocher la loi générale évoquée d’une vérité nécessaire » (ibid.).

Les paradoxaux

  • 7 C’est nous qui explicitons l’analyse de cet exemple à partir de la théorie de Silvia Palma, étant d (...)

10Pour Silvia Palma, les proverbes paradoxaux sont moins nombreux et beaucoup moins étudiés que les doxaux. L’on peut même dire qu’ils n’ont pas été entrevus du tout jusqu’ici et qu’ils représentent donc la véritable innovation apportée par Silvia Palma, puisque la description des doxaux, mise à part sans doute la question de leur statut de générique typifiant a priori, peut être considérée comme une approche classique des proverbes. Les paradoxaux s’opposent aux doxaux en ce qu’ils « insistent sur la présence de contre-exemples, donc sur le caractère seulement général de la loi générale évoquée » (ibid., p. 142). Il n’y a donc pas focalisation sur la validité de la loi générale évoquée par le proverbe comme dans le cas des doxaux, mais l’accent se trouve mis sur les cas qui ne vérifient pas cette loi. si la loi générale sur laquelle s’appuie le proverbe est du type Les X sont Y, alors, s’il s’agit d’un proverbe paradoxal, le proverbe attire l’attention sur l’existence de x qui ne sont pas y et non pas sur la validité de la règle générale. Prenons l’exemple du proverbe7 :

L’habit ne fait pas le moine

11Il ne met pas en avant la validité de la loi générale Les gens habillés en moine sont généralement des moines associée stéréotypiquement aux unités lexicales du proverbe, mais, sans la remettre en cause, met en relief le fait qu’elle n’est pas toujours vraie, c’est-à-dire qu’il souligne le fait que l’on peut être habillé en moine sans l’être ou que, si l’on se met au niveau du sens proverbial, les apparences peuvent être trompeuses.

  • 8 Même remarque que dans la note précédente.

12Soit encore le proverbe8 :

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire

13L’unité lexicale vérité donne lieu à la phrase générique typifiant a priori :

Les vérités sont bonnes à dire

mais le proverbe est dirigé vers les exceptions à cette loi, c’est-à-dire vers les cas où il n’est pas bon de dire la vérité.

14L’existence ou la « présence » de contre-exemples peut se manifester de deux manières. Premièrement, par une négation de la règle générale Les X sont Y et donc « à travers un schéma liant x et y du type de : “Dans ce cas particulier, x n’est pas y”, ou “il se peut que x ne soit pas y”, “il ne faut pas croire que tous les x sont y” » (ibid., p. 142), comme dans :

Tout ce qui brille n’est pas or
Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué
Ce n’est pas à un vieux singe que l’on apprend à faire des grimaces
Une fois n’est pas coutume
Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire
L’habit fait le moine

15Deuxièmement, par un prédicat différent du y de la loi générale Les X sont Y, « à travers un schéma liant x et un autre élément, disons Z. la structure serait alors “x est Z”, “il se peut que x soit Z” » (ibid., p. 143), comme dans :

Qui aime bien châtie bien
Qui paie ses dettes s’enrichit
Après la mort, le médecin

16La focalisation sur les exceptions entraîne la mise en avant d’une règle complémentaire de la loi générale qui correspond aux deux manifestations de l’existence des contre-exemples : soit Il y a des X qui ne sont pas Y ou encore Il y a des cas où X est Z. les proverbes paradoxaux présentent ainsi la particularité de pointer sur une autre loi ou règle générale. En effet, comme le souligne Silvia Palma (ibid., p. 135), « le fait de signaler que l’on s’éloigne de la loi générale (les X sont Y) revient à signaler l’existence d’une autre loi générale (il y a des X qui sont Y’/Z), non repérée auparavant, ce qui entraîne l’enrichissement de nos connaissances sur la classe des X. Derrière la première règle, souvent proche de l’opinion, apparaît une autre règle, peut-être moins visible au départ, qui délimite plus précisément l’étendue de la première » (cf. On peut être habillé en moine sans l’être, Une vérité peut dans certaines circonstances être bonne à cacher).

Quelques remarques en transition

17En premier lieu, l’on soulignera qu’il s’agit d’une belle construction théorique, dans la mesure où la répartition des proverbes en deux grandes sous-classes se fait à partir d’une seule règle générale ou phrase typifiant a priori généralement vraie dont le proverbe soit met en avant les cas où les occurrences qui vérifient la règle, soit se focalise sur les contre-exemples prévus par la règle.

18En deuxième lieu, l’on notera que la règle complémentaire que font émerger les proverbes paradoxaux a pour correspondant générique une généricité de type partitive et non plus extensive ou généralement vraie. Et elle se manifeste dans des phrases génériques partitives a priori, c’est-à-dire des phrases qui, tout en étant génériques, du point de vue quantificationnel interprétatif ne correspondent plus à une quantification quasi universelle (du type généralement vrai), mais basculent du côté de parfois vrai. L’existence de telles phrases génériques partitives a été longtemps méconnue, étant donné que la contrainte d’universalité ou de quasi-universalité semblait définitoires même de la généricité. Nous avions en 1987, Hélène lazzaro et moi-même, explicitement déclaré les déterminants partitifs comme étant, « en règle générale, récalcitrants à une utilisation générique » (Kleiber et lazzaro 1987, p. 76). C’était aller un peu vite en besogne car la généricité partitive existe bien, même si elle est soumise à des conditions assez fortes touchant les déterminants des syntagmes nominaux concernés, le type de prédicat, la structure de la prédication, etc. il y a bien généricité, comme l’ont mentionné différents travaux (galmiche 1986, Bosveld-de Smet 1994, 1998, 2000, Peterson 1996, Tasmowski-de Ryck 1998, Kleiber 1986, 2001b, Anscombre 2002, Heyd 2003), dans des énoncés comme :

Des basketteurs sont petits
(Galmiche 1986)
Des maladies sont mortelles
Des enfants naissent aveugles
(Heyd 2003)

Beaucoup d’étudiants ont un ordinateur personnel
Certains chats aiment la musique religieuse
(Kleiber 2001b)
La nuit, certains chats sont gris
(Anscombre 2002)

  • 9 L’emploi sporadique de pouvoir équivaut en effet à une généricité partitive, comme nous l’avons mon (...)

et également, comme nous l’avons signalé (Kleiber 1986, p. 71), dans des énoncés comportant des adverbes de quantifications existentiels ou le verbe pouvoir en emploi « sporadique »9 :

Les alsaciens sont parfois buveurs de bière
Les alsaciens peuvent être obèses

  • 10 Comme souligné par s. Palma, deux schémas sont possibles, soit un schéma niant le prédicat de la lo (...)
  • 11 Le déterminant beaucoup est évidemment exclu, étant donné qu’il s’agit d’une règle a priori concern (...)

19Comment analyser une telle généricité ? L’article de Jean-Claude Anscombre (2002), entièrement consacré à cette généricité non standard, apporte d’intéressants éléments de réponse, auxquels fait écho la section consacrée dans sa thèse par Sophie Heyd (2003) à la généricité partitive exprimée par des. Mais notre but n’est pas d’élucider le fonctionnement d’une telle généricité, mais simplement de souligner que la règle générale complémentaire mise sur le devant par les proverbes paradoxaux a pour expression générique soit des phrases comportant un déterminant partitif comme certains10 (certaines vérités ne sont pas bonnes à dire) ou des (des vérités ne sont pas bonnes à dire)11, soit une universelle niée (toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire) ou une existentielle du type Il y a des vérités qui ne sont pas bonnes à dire, soit encore une phrase avec un adverbe de quantification existentiel (Les vérités ne sont parfois pas bonnes à dire) ou le modal pouvoir (Les vérités peuvent ne pas être bonnes à dire).

  • 12 Ce problème est laissé sous silence.

20Troisième remarque, il est important de garder à l’esprit que ce n’est pas le proverbe lui-même qui est responsable de la loi générale sur laquelle il s’adosse, puisqu’il s’agit d’une loi générale issue du ou des12 stéréotypes formant le sens des unités lexicales majeures du proverbe. il faut bien se rendre compte que, même en dehors de la théorie des deux classes de proverbes de Silvia Palma, le seul fait de considérer, comme le fait Jean-Claude Anscombre, tout proverbe comme exprimant une phrase générique typifiant a priori interdit par avance au proverbe d’être le responsable de la règle. Dans le modèle bipartite de Silvia Palma, doxaux et paradoxaux se voient pourtant assigner un rôle.

21Les proverbes doxaux ont pour mission d’aller vers l’exhaustivité : ils effacent les contre-exemples prévus par la règle générale et font donc que « la relation entre x et y est ici présentée comme si elle était nécessaire et non seulement générale » (Palma 2007, p. 141). Ce côté « nécessaire », d’une vérité qui n’est pourtant qu’une vérité générale, est facilité par le fait que très souvent l’on retrouve dans le prédicat y des traits stéréotypiques de x :

Si ces proverbes peuvent mettre en avant si fortement la vérifications de la loi générale, c’est sans doute en raison du fait qu’ils font intervenir dans le prédicat (y) des traits fortement liés au stéréotype du sujet (x), par exemple, un voleur c’est par définition quelqu’un qui vole, on peut donc difficilement se tromper en lui attribuant un prédicat fortement lié à cette notion, en l’occurrence continuer de voler. De la même manière, un feu stéréotypique est un feu avec des lammes, dégageant de la chaleur et de la fumée. il est donc naturel de lui attribuer cette propriété dans le proverbe. C’est probablement cette proximité qui rend les proverbes aussi naturels, aussi évidents. (Ibid.)

22Les paradoxaux ont pour rôle de transformer en quelque sorte les contre exemples de la règle générale sur lesquels ils se focalisent en une loi générale qui, comme nous venons de le voir, est complémentaire de la règle générale et qui contribue ainsi à l’enrichissement de nos connaissances.

  • 13 Rappelons que, pour J. -C. Anscombre, une propriété est essentielle pour une classe C si elle est « (...)
  • 14 « est propriété intrinsèque d’une entité toute propriété qui en est constitutive. Une propriété qui (...)
  • 15 elle ajoute à la caractérisation de la propriété des paradoxaux un « voire extrinsèque » dont la ra (...)

23Notre dernière remarque concerne le statut des propriétés mises en jeu dans les deux types de lois générales postulées pour rendre compte du fonctionnement des deux types de proverbes et leur correspondance avec le type de généricité. Silvia Palma se sert de la classification des propriétés opérées par Anscombre pour déterminer le statut de ces propriétés. Le recours d’une part à l’opposition propriétés essentielles et propriétés accidentelles13 et d’autre part à celle entre propriétés intrinsèques et propriétés extrinsèques14 lui permet de caractériser la propriété évoquée par le proverbe doxal comme étant une propriété intrinsèque essentielle et celle évoquée par le proverbe paradoxal comme étant une propriété intrinsèque accidentelle15 (ibid., p. 150-154).

24Pour ce qui est du lien entre propriétés et type de généricité, que n’aborde pas Silvia Palma, l’on peut compléter cette caractérisation en recourant aux deux relations établies par Jean-Claude Anscombre (2002, p. 25) entre types de propriétés et type de phrases génériques :

-1- « P est une propriété essentielle d’une classe C si Les x sont P est une phrase générique valide. P est une propriété accidentelle de C si Certains x sont P est générique valide, les x sont P n’étant évidemment pas valide. »

  • 16 Il s’ensuit qu’aux propriétés intrinsèques essentielles correspondent des phrases génériques extens (...)

-2- « P est une propriété intrinsèque d’une classe C si la phrase reliant C à P est typifiant a priori. Si cette phrase est typifiant locale, la propriété est extrinsèque. »16

  • 17 Exemple de J. -C. Anscombre (2002, p. 25).

25Ces correspondances conduisent à caractériser les proverbes doxaux comme évoquant des propriétés intrinsèques essentielles représentées par des phrases génériques extensives typifiantes a priori comme Les castors construisent des barrages et les proverbes paradoxaux comme évoquant des propriétés intrinsèques accidentelles représentées par des phrases génériques partitives typifiantes a priori du type de Certains Français sont blonds17.

Examen de la subdivision proverbes doxaux/proverbes paradoxaux

26Le moment est venu d’évaluer la division opérée par Silvia Palma : la répartition en deux classes de proverbes, les doxaux et les paradoxaux, est-elle pertinente ? la « nouveauté » que constitue la mise en relief des paradoxaux est-elle justifiée ? L’essentiel de notre examen critique portera sur les tests auxquels Silvia Palma recourt pour légitimer l’existence des deux sous-classes de proverbes. Mais il nous faut auparavant aborder la question du rapport entre le proverbe et la règle générale sur laquelle il s’appuie, parce qu’elle met en lumière un premier facteur contre la répartition en question.

Un point qui reste flou : la relation entre la règle générale et le proverbe

27Ce qui est gênant dans l’analyse de Silvia Palma, c’est qu’elle reste loue sur ce qui compte comme règle ou loi générale qui sert de base aussi bien aux doxaux qu’aux paradoxaux et sur le rapport entre cette règle et le proverbe lui-même.

  • 18 Ceci est rendu nécessaire si l’on assimile les proverbes à des typiiantes a priori.

28D’un côté, comme elle postule que tout proverbe est une phrase générique typifiante a priori, ainsi que le montre clairement le début de la citation (« En tant que phrases génériques typifiantes a priori, les proverbes s’appuient sur une vérité de type général… ») mentionnée supra, elle donne à penser que la règle générale18, en même temps qu’elle appartient au stéréotype d’une unité lexicale du proverbe, se trouve exprimée par le proverbe lui-même et que, par conséquent, la focalisation sur la vérification de la règle ou sur les contre-exemples provient de la situation ou des occurrences particulières auxquelles s’applique le proverbe. L’on observe qu’il en va effectivement toujours ainsi avec les doxaux où la règle générale se trouve être directement celle qu’exprime le proverbe lui-même et où la situation d’emploi du proverbe vérifie bien la règle en question. Reprenons le proverbe :

Tel père, tel fils

29L’on voit qu’il correspond directement à la loi générale On ressemble à ses géniteurs et que les situations pour lesquelles on l’emploie vérifient la loi en question, puisque l’on ne l’utiliserait normalement pas pour un contre-exemple, c’est-à-dire pour une situation où le « ils » serait différent du « père ». Ce n’est pas une affaire de métaphore ni de négation puisqu’un proverbe comme :

Il n’y a pas de roses sans épines

  • 19 Pour la montée hyperonymique des proverbes métaphoriques, voir g. Kleiber (2000a, 2007 et 2010), M. (...)

répond à la même analyse : il exprime lui-même la règle générale – que l’on reste au niveau littéral des « roses » et des « épines » ou que l’on monte hyperboliquement au sens proverbial19 – et s’applique plutôt aux occurrences qui vérifient la règle qu’à celles qui la contredisent.

30Avec les paradoxaux, mais pour certains seulement, l’on constate également que l’affaire suit le cours attendu : le proverbe représente directement la loi, mais apparaît cette fois-ci comme paradoxal, puisqu’il s’applique à des occurrences qui ne vérifient pas cette loi. Prenons le proverbe :

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

31Classé avec les paradoxaux : il exprime directement, abstraction toujours faite de l’aspect métaphorique, la règle générale et il s’applique, non plus aux situations qui vérifient la loi, mais bien à celles qui la contredisent. il serait pour le moins bizarre d’avoir utilisé le proverbe On ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué à propos des cris de victoire de l’équipe de France de football lors de la Coupe du monde de 1998.

32D’un autre côté, l’analyse d’autres exemples, uniquement au sein des paradoxaux d’après Silvia Palma, montre clairement que la loi générale invoquée ne peut plus être celle qu’exprime directement le proverbe, mais ne correspond plus qu’à une loi tirée du, ou fournie par, le stéréotype d’une unité lexicale (généralement le sujet), de telle sorte que la phrase générique qui représente cette loi ne peut plus être la phrase du proverbe, cette dernière correspondant précisément aux ou prenant en charge les exceptions de la loi en question, le proverbe s’appliquant, dans ce cas, à des situations qui vérifient le proverbe, mais contredisent la loi générale sur laquelle il s’appuie. La règle générale L’homme habillé en moine est un moine que l’approche de Silvia Palma conduit à mettre à la base du proverbe

L’habit ne fait pas le moine

n’est plus exprimée directement par le proverbe, puisque celui-ci exprime la négation de cette règle. Le proverbe ne s’applique pas aux situations qui vérifient cette loi, à savoir celles où les apparences ne sont pas trompeuses, mais bien à des contre exemples de cette loi, c’est-à-dire aux « faux moines ». Prenons encore le proverbe paradoxal :

Qui aime bien châtie bien

où la divergence entre loi générale et expression du proverbe est encore plus nette, puisque la loi générale stéréotypique liée à bien aimer quelqu’un correspond à une phrase telle que :

Si on aime bien quelqu’un, on est indulgent avec lui

là encore le proverbe ne s’applique évidemment pas aux occurrences vérifiant cette loi, mais bien à des occurrences qui la contredisent.

33L’on voit que la situation n’est pas claire, puisque les paradoxaux n’ont pas un comportement homogène vis-à-vis de la règle générale invoquée, contrairement aux doxaux. Cette dissymétrie, que le lou de la présentation contribue à masquer, est un premier indice de ce que la répartition entre doxaux et paradoxaux n’est pas aussi bien fondée que le pense Silvia Palma. L’examen des tests fournis par cette dernière fera apparaître d’une autre manière les limites de la distinction.

Examen des preuves

34Silvia Palma se sert de différents tests qui ont cours dans la littérature sur la généricité, dont certains ont été utilisés par nous-mêmes (1983a, 1988, 1989b et 2001b) et Jean-Claude Anscombre (1995 et 2002), pour apporter une preuve tangible à la pertinence de sa subdivision des proverbes en deux catégories. L’utilisation qu’en fait Silvia Palma se révèle toutefois défaillante sur plusieurs points que nous exposerons après avoir présenté au préalable l’argumentation qu’elle en a faite.

Les tests utilisés

35Pour prouver le bien-fondé de la division des proverbes en doxaux et paradoxaux, Silvia Palma (2007, p. 138-140 et p. 144-147) recourt à trois tests :

-i- l’insertion d’un quantificateur universel ou d’adverbes de haute fréquence

-ii- l’emploi d’opérateurs de co-orientation et d’anti-orientation

-iii- la représentation par un schéma implicatif

36Pour -i- les doxaux, comme le montre-a-, mais non les paradoxaux, comme le montre-b-, vérifieraient-i- :

  • 20 L’auteur se sert des proverbes en espagnol en donnant leur traduction en français. Nous procédons i (...)

-a-

Tout fils ressemble à son père (Todo hijo se parece a su padre) 20
Un fils ressemble toujours à son père (Un hijo siempre se parece a su padre)

-b-

* Toutes les vérités sont bonnes à dire (* Todas las verdades son para ser dichas)
* Les vérités sont toujours bonnes à dire (* Las verdades siempre son para ser dichas)
* Les vérités ne sont jamais bonnes à dire (* Las verdades nunca son para ser dichas)

37Pour -ii- : les doxaux sont compatibles avec et, mais non avec mais introduisant le prédicat à la forme positive et, lorsque le prédicat est nié, avec mais, mais non avec et, alors qu’avec les paradoxaux ce serait plus ou moins l’inverse :

-a-

C’est son fils et/* mais il ressemble à son père (Es su hijo y/* pero se le parece)
C’est son fils * et/mais il ne ressemble pas à son père (Es su hijo * y/pero no se le parece)

-b-

Il porte l’habit et/* mais il est moine (Lleva hábito y/* pero es monje)
Il porte l’habit et/mais il n’est pas moine (Lleva hábito y/pero no es monje)
C’est une vérité et/* mais elle est bonne à dire (Es una verdad y/* pero es para ser dicha)
C’est une vérité ? et/ mais elle n’est pas bonne à dire (Es una verdad ? y/pero no es para ser dicha)

38-iii- Seuls les doxaux donnent lieu à une explicitation du schéma implicatif « qui montre également le glissement du caractère général de la vérité à un caractère nécessaire et le caractère stéréotypique du lien » (Palma 2007, p. 140) :

-a-

Si c’est son ils, alors il lui ressemble (Si es su hijo, entonces se le parece)
S’il a volé, alors il volera encore une fois (pour le proverbe : Qui vole un œuf, vole un bœuf)
Voler une fois impliquera qu’il volera encore une fois

39Les paradoxaux ne donnent pas lieu à semblable schéma que ce soit en phrase positive ou négative :

-b-

* S’il porte l’habit, alors il est moine (* Si lleva hábito, entonces es monje)
* S’il porte l’habit, alors il n’est pas moine (* Si lleva hábito, entonces no es monje)
* Si c’est une vérité, alors elle est bonne à dire (* Si es una verdad, entonces es para ser dicha)
* Si c’est une vérité, alors elle n’est pas bonne à dire (* Si es una verdad, entonces no es para ser dicha)

40Silvia Palma apporte quatre propriétés supplémentaires pour caractériser les paradoxaux :

-1- la possibilité de se combiner avec des expressions indiquant la non-exhaustivité :

Ceux qui portent l’habit ne sont pas tous des moines (No todos los que llevan hábito son monjes)
Ceux qui portent l’habit ne sont pas toujours des moines (Los que llevan hábito no siempre son monjes)

Les vérités ne sont pas toutes bonnes à dire (No todas las verdades son para ser dichas)
Les vérités ne sont pas toujours bonnes à dire (Los verdades no siempre son para ser dichas)

-2- La combinaison avec un SN spécifique : elle n’est possible « que s’il s’agit d’indiquer une certaine anormalité par rapport à la phrase générique correspondante » (ibid., p. 146). L’on n’aura donc pas :

 ? ? Cet homme porte l’habit et c’est un moine ( ? ? Este hombre lleva hábito y es un monje)
 ? ? Cette vérité est bonne à dire ( ? ? Esta verdad es para se dicha)

mais :

Cet homme porte l’habit n’étant pas un moine (Este hombre lleva hábito sin ser monje)
Cette vérité n’est pas bonne à dire (Esta verdad no es para ser dicha)

-3- La possibilité de se combiner avec des expressions indiquant la concession en cas de négation :

Bien qu’il porte l’habit, il n’est pas moine (Aunque lleve hábito, no es monje)
* Bien qu’il porte l’habit, il est moine (* Aunque lleve hábito, es monje)
Bien que ce soit une vérité, elle n’est pas bonne à dire (Aunque sea una verdad, no es para ser dicha)
* Bien que ce soit une vérité, elle est bonne à dire (* Aunque sea una verdad, es para ser dicha)

-4- La « possibilité de combinaison avec une expression indiquant l’élargissement ou le passage à une autre notion (Z), ce qui revient à postuler une deuxième règle générale, moins connue ou moins évidente que la première » (ibid., p. 147) :

Quelqu’un qui n’est pas moine, peut aussi porter l’habit (Alguien que no es monje también puede llevar hábito)
Ne pas dire une vérité peut être une bonne chose aussi (Callar una verdad también puede ser bueno)

Défauts

  • 21 Voir à ce sujet l’éclairante mise au point de i. tamba (2000, p. 115).

41Plusieurs défauts viennent affaiblir la validité de ces différents tests. En premier lieu, il y a le fait de travailler, quand il s’agit de proverbes métaphoriques, essentiellement sur le sens littéral ou compositionnel du proverbe21, alors qu’il conviendrait plutôt d’exercer les « manipulations » linguistiques au niveau du sens proverbial. Pour plusieurs raisons. La première est qu’avec les proverbes dits littéraux, c’est bien le sens proverbial qui se trouve testé directement. À moins de nier la dimension métaphorique, ce qui est toujours possible, comme nous l’avons signalé ci-dessus, opérer sur la phrase littérale des proverbes métaphoriques entraîne une dissymétrie avec le traitement des proverbes non métaphoriques, puisque là c’est bien le sens proverbial qui se trouve testé. La deuxième raison est que les réactions aux tests obtenues au niveau du sens littéral ne sont pas automatiquement répercutables sur le plan du sens proverbial. La meilleure preuve en est que l’on peut avoir des proverbes, tel :

Il n’y a pas de fumée sans feu

dont la phrase littérale ne connaît pas d’exceptions, alors qu’il peut y en avoir au niveau du sens proverbial. Troisième raison enfin, certains proverbes métaphoriques ne se laissent pas directement « triturer » aussi facilement et du coup appellent le passage à un sens-amont différent. C’est ce que constate Silvia Palma elle-même face au proverbe :

Qui vole un œuf, vole un bœuf

qui, tel quel, ne se laisse pas, selon elle, appliquer le test de l’insertion d’un quantificateur universel

 ? ? Qui vole un œuf vole toujours un bœuf

 ? ? Toute personne volant un œuf vole (ra) un bœuf

et pour lequel elle propose alors de « considérer d’autres possibilités de formulation » (ibid., p. 139), du type de :

Un voleur continuera de voler
Un voleur volera toujours
Tout voleur continue de voler

42Ce passage possible, à géométrie variable, du littéral vers du non ou du moins littéral, amoindrit considérablement la pertinence de l’argumentation par le flou qu’entraîne cette possibilité de passer d’un plan à l’autre. Une telle équivoque est, empressons-nous de le souligner, fréquente dans les travaux sur le sens des proverbes, où l’on passe bien souvent allègrement du littéral au proverbial et vice versa sans précaution aucune.

43Si les tests s’appliquent le plus souvent directement à la phrase littérale des proverbes métaphoriques, c’est parce que l’hypothèse de base, à savoir que les proverbes sont des phrases typifiantes a priori, y conduit. En tant que phrases typifiantes a priori, ce ne sont pas eux qui sont directement responsables de la vérité générale exprimée, sinon ce ne serait plus une vérité a priori, mais c’est, comme souligné à plusieurs reprises ci-dessus, une ou des unités lexicales qui comportent dans leur stéréotype la phrase générique typifiante a priori en question. Du coup, l’on comprend pourquoi le plan littéral des proverbes métaphoriques est choisi comme exercice de manœuvres pour l’argumentation : ce sont les seules unités lexicales disponibles, le niveau proverbial en restant au niveau du sens et non de l’expression.

44Cela nous mène directement à notre seconde critique qui vaut aussi bien pour les proverbes dits littéraux que pour les proverbes métaphoriques. Comme les tests ont pour but de prouver le caractère de typifiance a priori, ce qui se trouve testé n’est finalement pas le proverbe lui-même, mais une unité lexicale qui est en gros celle du sujet du proverbe. Le problème est de savoir si un tel déplacement de l’objet d’enquête est justifié : autrement dit, est-ce que les résultats obtenus pour l’unité lexicale peuvent être portés sans plus au crédit du proverbe tout entier ? Nous ne le pensons pas. Nous le pensons d’autant moins que l’hypothèse qui est à la base des tests reste elle-même controversée : il n’est pas du tout acquis que les proverbes constituent réellement des phrases génériques typifiantes a priori (Kleiber 1989a, Perrin 2000) et, partant, la pertinence des tests n’est pas acquise non plus.

45La meilleure preuve en est que les résultats obtenus ne sont pas valides. Ce sera notre troisième et dernière critique. Une grande partie des résultats aichés par Silvia Palma peut en effet être remise en cause. Les quatre premiers tests utilisés pour séparer les doxaux des paradoxaux ne sont pas décisifs du tout. D’une part, parce que l’on peut mettre en doute certains jugements de grammaticalité. Il nous semble ainsi que l’on peut fort bien avoir les énoncés suivants exclus par Silvia Palma :

  • 22 La première peut s’appuyer sur Les vérités sont bonnes à dire, la seconde sur Les vérités ne sont p (...)

Toutes les vérités sont bonnes à dire
Les vérités sont toujours bonnes à dire
Les vérités ne sont jamais bonnes à dire
S’il porte l’habit, alors il est moine
Si c’est une vérité, alors elle est bonne à dire
Si c’est une vérité, alors elle n’est pas bonne à dire22

  • 23 Nous appliquons les tests à la phrase compositionnelle du proverbe pour bien rester au niveau de la (...)

46D’autre part, l’on peut fort bien appliquer à certains paradoxaux les tests censés révéler le caractère doxal du proverbe23.

47Test -i- : l’on peut avoir avec certains paradoxaux les expressions de quantification universelle :

  • 24 Au niveau du sens proverbial, l’on aurait aussi cette possibilité : Les apparences sont toujours tr (...)

L’habit ne fait jamais le moine24 Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué
Qui aime bien toujours châtie bien

48Test-ii- : avec les marqueurs de co-et d’anti-orientation, certains paradoxaux peuvent répondre au même balancement que les doxaux :

C’est un vieux singe et/* mais il ne faut pas lui apprendre à faire des grimaces
C’est un vieux singe * et/mais il faut lui apprendre à faire des grimace

49Test-iii- : le schéma implicatif n’est pas interdit aux paradoxaux :

Si quelqu’un aime, il châtie bien
Si quelqu’un veut vendre la peau de l’ours, il faut l’avoir tué

50L’on signalera enfin que, exception faite de l’élargissement, les tests donnés comme spécifiques des paradoxaux s’appliquent aussi aux doxaux, tout simplement parce que les trois tests en question (non-exhaustivité, spécificité et concession) sont des tests qui conviennent pour les propriétés seulement stéréotypiques, donc pour les « non nécessaires » :

Les fils ne ressemblent pas tous à leur père ?
Ce fils ressemble à son père
Ce fils ne ressemble pas à son père ?
Bien que ce soit son fils, il ressemble à son père
Bien qu’il soit son fils, il ne ressemble pourtant pas à son père

51Voilà qui compromet plus que sérieusement la pertinence de la division des proverbes en doxaux et paradoxaux. Est-ce à dire pour autant que l’entreprise de Silvia Palma a été inutile ? il nous semble que non et nous allons voir pourquoi dans notre troisième et dernière partie.

Vers d’autres subdivisions

52La tentative d’établir une subdivision des proverbes en doxaux et paradoxaux a permis de mettre en avant deux principes de classification différents, qui se trouvent entremêlés dans l’analyse de Silvia Palma, mais qui, si on les considère chacun de son côté, peuvent se révéler fructueux pour une approche typologique générale des proverbes. Un critère de répartition est fondé sur la quantité, l’autre sur le type d’occurrences pour lequel s’emploie le proverbe.

Proverbes « partitifs »

53La première opposition que l’on peut dégager clairement de la description de Silvia Palma est celle qui oppose, sur le plan des phrases génériques, celles donnant lieu à une interprétation de quantification universelle ou quasi universelle à celles qui ne donnent lieu qu’à une quantification « partitive ». De même que l’on a, ainsi qu’on l’a rappelé ci-dessus, du côté des phrases génériques, des phrases génériques vraies pour toute occurrence ou pour quasiment toute occurrence (les généralement vraies ou les extensives de Jean-Claude Anscombre) comme :

Les castors sont des animaux
Les castors construisent des barrages

et des phrases génériques qui ne valent que pour une partie restreinte de la classe des occurrences dénotée :

Certains chats aiment la musique religieuse
Tous les alsaciens ne boivent pas de la bière

de même l’on dispose, du côté des proverbes, de proverbes à validité universelle ou quasi universelle comme :

Il n’y a pas de roses sans épines

et des proverbes à généricité partitive comme :

Tout ce qui brille n’est pas de l’or
Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire
Un train peut en cacher un autre

54Notre distinction appelle plusieurs précisions. En premier lieu, elle ne correspond pas exactement à l’opposition proverbes doxaux/proverbes paradoxaux de silvia Palma, même si tous nos proverbes « partitifs » seraient classés chez cette dernière comme paradoxaux. Tous les proverbes rangés sous la bannière de paradoxaux tels :

L’habit ne fait pas le moine
Il ne faut pas apprendre à un vieux singe à grimacer
Qui aime bien châtie bien

figureront avec les proverbes généralement vrais et non avec les « partitifs », parce que nous nous fondons exclusivement sur le critère de l’expression quantitative : la partitivité doit être, comme c’est le cas pour les phrases génériques non proverbiales, exprimée explicitement et ne pas résulter d’autres considérations. Si les trois proverbes sont rangés ci-dessus comme proverbes à généricité partitive, c’est parce qu’ils comportent ou bien une négation du quantificateur universel tout qui, comme on sait, fait émerger préférentiellement une interprétation de quantification partitive – s’il est vrai que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, c’est qu’il y en a certaines qui le sont – ou bien le modal pouvoir en emploi « sporadique »

  • 25 Cela n’est par contre pas limité aux proverbes littéraux (cf. Tout ce qui brille n’est pas de l’or (...)

55Ceci conduit à une deuxième précision : il semble ne pas y avoir de proverbes de type « partitif » qui exprimeraient directement par un déterminant existentiel la généricité partitive en question25. Les phrases :

Certaines vérités ne sont pas bonnes à dire
Des vérités ne sont pas bonnes à dire

56ne sont pas de bonnes candidates à une expression proverbiale. La raison ? L’on peut penser, mais il faudrait le vérifier de plus près, que seule une phrase universelle niée ou une phrase générique comportant le modal pouvoir en emploi sporadique conserve le moule proverbial implicatif, si souvent mis en avant dans la description de la structure sémantique du proverbe (Kanyo 1981, Buridant 1984, Bloc-Durafour 1984, Riegel 1987, Kleiber 1989a, 2000a, etc.). À quoi revient en effet une générique partitive avec un déterminant « indéfini » comme certains, des, etc. sinon à l’assertion de l’existence d’une sous-classe de x, à savoir les x qui vérifient le prédicat en question. Ainsi :

Certaines maisons sont octogonales
(Kleiber 2001b)

correspond à l’existentielle :

Il y a des maisons qui sont octogonales

57Ce rôle de « poseur existentiel » ne semble pas être dans les cordes du proverbe. Mais ne nous avançons pas trop vite… ! Soulignons simplement le lien très fort entre syntaxe (universelle niée ou comportant le modal pouvoir) et sens proverbial, qui, d’une part, montre que cette sous-classe de proverbes partitifs est sans doute plutôt à considérer comme un cas spécial des proverbes universels ou quasi universels que comme une sous-classe de même niveau et qui, d’autre part, constitue un élément de réponse aux interrogations légitimes d’Irène tamba (2000, p. 115-116) sur la nécessité d’articuler la généricité de la formule proverbiale à celle du sens proverbial.

58Troisièmement, l’on peut préciser leur statut de phrase générique « spéciale » ou « marginale » que leur confère leur généricité partitive. Les proverbes partitifs présentent en effet les propriétés des phrases génériques de ce type et ont donc des propriétés qui ne sont plus toutes les mêmes que celles des proverbes universels ou quasi universels. Sans entrer dans des détails qui nous entraîneraient trop loin, nous signalerons simplement deux aspects.

59Le premier concerne les exceptions ou contre-exemples. Les phrases génériques du type :

Les castors construisent des barrages

sont généralement caractérisées par le fait d’admettre des exceptions qui ne remettent pas en cause leur validité. Cette propriété se retrouve chez les proverbes quasi universels du type de :

Tel père, tel fils
Il n’y a pas de roses sans épines

60et a souvent servi de propriété essentielle à la description des proverbes en général (Kleiber 1989a, Anscombre 1994, 1995, 2002). L’on voit toutefois immédiatement que cette propriété d’admettre des contre-exemples qui n’invalident pas la vérité du proverbe ne tient plus avec les proverbes partitifs, de même qu’elle ne tient plus avec les phrases génériques partitives. Tout simplement parce que la partitivité implique par avance qu’il y ait des occurrences qui ne vérifient pas le prédicat et ces occurrences ne peuvent nullement prétendre au statut de contre-exemples. L’on ne saurait après un proverbe tel que :

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire

poursuivre par une phrase telle que :

Tout à fait d’accord, mais celle-ci est bonne à dire

comme on peut le faire dans le cas d’un proverbe universel :

Tel père, tel fils. Tout à fait d’accord, mais Paul ne ressemble pas à son père

parce que d’emblée le proverbe partitif prévoit qu’il y a des vérités bonnes à dire et que ces cas ne sont nullement perçus comme étant des exceptions et encore moins comme étant des contre-exemples.

61Le second aspect a trait à un affaiblissement du pouvoir inférentiel. Les phrases génériques quasi universelles et donc les proverbes quasi universels permettent de faire des inférences par défaut sur les occurrences actuelles, potentielles et contrefactuelles (Kleiber 1989b, 2009). Ces déductions du type « probable » sont directement liées au caractère de quasi-universalité et ne persistent donc pas, telles quelles, du côté des phrases génériques partitives et, partant, du côté des proverbes partitifs. Avec les « partitifs », l’inférence par défaut n’est plus que de l’ordre du possible et non plus du probable. À partir du proverbe :

Tout ce qui brille n’est pas de l’or

l’on ne peut plus inférer que si quelque chose brille, ce n’est probablement pas de l’or, mais uniquement que si quelque chose brille, ce n’est peut-être pas de l’or.

62D’autres caractéristiques de ces proverbes partitifs mériteraient d’être prises en compte, comme leur émergence en relation avec le quasi universel, leur utilité parémique, l’absence de proverbes antonymes semblables à ceux que peuvent connaître les proverbes quasi universels (Kleiber 1999c), etc., tous points susceptibles de mieux éclairer leur constitution, leur fonctionnement et leur comportement.

Proverbes : prise en compte du type de situation

63Quittons le terrain de la quantité et passons à celui de l’application des proverbes sur lequel se place à plusieurs reprises Silvia Palma dans sa distinction doxaux/paradoxaux. L’une des raisons pour lesquelles, nous semble-t-il, elle place certains proverbes comme :

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué Ce n’est pas à un vieux singe qu’il faut apprendre à faire des grimaces

  • 26 Ci-dessus nous avions évoqué la situation des Français vainqueurs de la Coupe du monde de football.

dans la classe des paradoxaux est qu’ils sont utilisés préférentiellement pour des situations qui ne vérifient pas le proverbe ou, inversement, qui ne s’utiliseraient pas pour des situations qui répondent directement au proverbe. L’on emploie ainsi le proverbe Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant l’avoir tué plutôt pour une situation où quelqu’un « vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué », comme par exemple celle où un cycliste, seul en tête de la course à quelques mètres de l’arrivée, se relève et lève les bras en l’air en signe de victoire avant d’avoir franchi la ligne et se fait finalement dépasser par un poursuivant. On l’utiliserait beaucoup moins pour la situation inverse, celle où le même coureur continuerait de rouler à toute allure jusqu’au franchissement de la ligne26. Il suffirait toutefois pour ce dernier cas que l’on s’interroge sur les raisons de ce comportement (cf. Pourquoi continue-t-il à rouler ainsi, alors qu’il a gagné la course ?) et que l’on active par là même l’idée qu’il pourrait faire comme s’il avait déjà gagné, c’est-à-dire rouler plus doucement, pour que le proverbe retrouve pleinement droit de cité.

64Si l’on prend le proverbe :

Il n’y a pas de roses sans épines

l’on constate le contraire : il s’applique préférentiellement à des situations où efectivement quelque chose d’agréable a des contreparties qui le sont moins et non à des situations qui contredisent le proverbe, comme celles où quelque chose d’agréable n’aurait pas de contre-partie désagréable. L’on ne dirait pas pour une soirée réussie à tout point de vue Il n’y a pas de roses sans épines sans susciter une interrogation sur ce qui pourrait encore advenir d’épineux pour légitimer l’énonciation du proverbe.

65S’ouvre ainsi une autre répartition possible des proverbes, tout à fait diférente de la précédente appuyée sur la seule quantité, qui repose sur la prise en compte du type de situation auquel s’applique le proverbe : l’on peut répartir les proverbes en deux catégories, selon qu’ils sont prédestinés à s’employer pour une situation qui répond directement à ce qu’ils expriment ou pour une situation qui représente ou active une occurrence contraire. Cette subdivision ne correspond pas non plus à celle en doxaux/paradoxaux de silvia Palma, puisque des paradoxaux comme :

L’habit ne fait pas le moine
Qui aime bien châtie bien

et les proverbes partitifs de la section précédente comme :

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire

font partie des proverbes destinés à s’appliquer à des situations vérifiant le proverbe.

  • 27 Une vérification, bien entendu, s’impose.

66Mais là encore, l’on voit que la sous-classe des proverbes qui portent sur des contre-exemples n’est sans doute qu’un cas spécial de la classe des proverbes, dans la mesure où il y a un lien très fort entre la structure phrastique et le fait de s’employer pour une situation contraire : modalité déontique et négation semblent27 en effet indispensables et conduisent à réanalyser sans doute autrement la notion de contre-exemple. Nous ne poursuivrons pas plus loin cette piste, les travaux sur les proverbes négatifs (Hamm 1988, 1989, Palma 2000) ayant amplement déjà labouré ce terrain-là. Il nous suit d’avoir montré qu’il fallait l’emprunter pour évaluer plus justement la pertinence de la sous-classe des proverbes fonctionnant sur des contre-exemples.

*

67Nous pouvons donc conclure, même si nous ne sommes pas arrivés au bout du chemin. les objectifs que nous nous sommes fixés ont, en effet, nous semble-t-il, été atteints. Nous avons présenté en détail les tenants et les aboutissants de l’opposition faite par Silvia Palma entre proverbes doxaux et proverbes paradoxaux en essayant de faire ressortir les limites de la distinction, mais aussi les aspects intéressants, utiles et novateurs pour l’organisation de la diversité « sémantique » des proverbes. Nous avons ainsi débouché sur la mise en avant de deux types de répartition, l’une reposant sur la quantité, l’autre sur l’application à des occurrences-exemples ou des occurrences contre-exemples. Notre parcours nous a permis, par ailleurs, d’une part de poursuivre le débat sur le type de généricité exprimée par les proverbes et d’autre part d’apporter des éléments de réflexion nouveaux au problème central de l’articulation de la forme proverbiale et du sens proverbial.

Bibliographie

ANSCOMBRE Jean-Claude, 1989, « Théorie de l’argumentation, topoï et structuration discursive », Revue québécoise de linguistique, vol. 18, no 1, p. 13-56.

— 1994, « Proverbes et formes proverbiales : valeur évidentielle et argumentative », Langue française, no 102, p. 95-107.

— 1995, « la nature des topoï », La théorie des topoï, J. -C. Anscombre éd., Paris, Kimé, p. 49-84.

— éd., 2000, La parole proverbiale, no 139 de Langages.

— 2001, « le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes », Langages, no 142, p. 57-76.

— 2002, « La nuit, certains chats sont gris, ou la généricité sans syntagme générique », Linx, no 47, p. 13-30.

BLOC-DURAFFOUR Catherine, 1984, « Traitement de la logique des rôles narratifs dans les proverbes italiens », Richesse du proverbe, t. 2, F. Suard, C. Buridant éd., Lille, Presses universitaires de Lille, p. 37-49.

BOSVELD-DE SMET Leonie, 1994, « indéinis, quantiicateurs généralisés, lecture existentielle et lecture non existentielle », Faits de langue, no 4, p. 129-137.

— 1998, On Mass and Plural Quantiication. The Case of French des/du-NPs, Groningen, grodil, University Press Groningen.

— 2000, « les syntagmes nominaux en des et du : un couple curieux parmi les indéfinis », De l’indétermination à la qualification. Les Indéinis, l. Bosveld, M. Van Peteghem, D. Van de Velde éd., Arras, Artois Presses Université, p. 17-116.

BURIDANT Claude, 1976, « nature et fonction des proverbes dans les Jeux-Partis », Revue des sciences humaines, vol. 41, no 163, p. 377-418. — 1984, « Avant-propos », Richesse du proverbe, F. Suard, C. Buridant éd., Lille, Presses universitaires de Lille, p. 1-5.

CAREL Marion, SCHULTZ Patricia, 2002, « De la généricité des proverbes : une étude de l’argent ne fait pas le bonheur et il n’y pas de roses sans épines », Langage et société, no 102, p. 33-70.

CONENNA Mirella éd., 1990, Les proverbes divertissans, recueil bilingue publié en 1659 par

Juliani, Schena - nizet.

KLEIBER Georges, 2002, « De la métaphore dans les proverbes », Langue française, no 124, p. 58-77.

GALMICHE Michel, 1986, « Référence indéfinie, événements, propriétés et pertinence », Déterminants : syntaxe et sémantique, J. David, G. Kleiber éd., Paris, Klincksieck, p. 41-71.

HAMM Albert, 1988, Statut et fonctionnnement de la négation en anglais contemporain. Appplication à l’étude des proverbes et des slogans publicitaires, Paris, thèse de doctorat d’État.

— 1989, « Remarques sur le fonctionnement de la négation dans les proverbes. L’exemple de l’anglais », Recherches germaniques, no 2, p. 177-193.

HEYD Sophie, 2003, L’interprétation des syntagmes nominaux en des et de en position sujet et objet. Généricité, habitualité et incorporation sémantique, strasbourg, thèse de doctorat de l’Université Marc-Bloch.

KANYO Zoltan, 1981, Sprichwörter. Analyse einer einfachen Form, la Haye, Mouton.

KLEIBER Georges, 1978, « Phrases et valeurs de vérité », La notion de recevabilité en linguistique, R. Martin éd., Paris, Klincksieck, p. 21-66.

— 1983a, « Remarques sur la spécificité et la généricité », Le Français moderne, vol. 51, no 1, p. 36-49.

— 1983b, « L’emploi “sporadique” du verbe pouvoir en français », La notion sémantico-logique de modalité, J. David, g. Kleiber éd., Paris, Klincksieck, p. 183-203.

— 1986, « Généricité et implication ou l’histoire d’un couple », L’implication dans les langues naturelles et dans les langages artiiciels, M. Riegel, I. Tamba éd., Paris, Klincksieck, p. 67-83.

— 1988, « Phrases génériques et raisonnement par défaut », Le Français moderne, vol. 66, no 1-2, p. 1-16.

— 1989a, « sur la définition du proverbe », Recherches germaniques, no 2, p. 233-252 (repris dans g. Kleiber, Nominales. Essai de sémantiques référentielle, Paris, armand Colin, 1994, chap. 11).

— 1989b, « généricité et typicalité », Le Français moderne, vol. 67, no 3-4, p. 127-154.

— 1999a, « les proverbes ; des dénominations d’un type “très très spécial” », Langue française, no 123, p. 52-69.

— 1999b, « Proverbe : sens et dénomination », Nouveaux Cahiers d’allemand, vol. 17, no 3, p. 515-531.

— 1999c, « les proverbes antinomiques : une grosse pierre “logique” dans le jardin toujours “universel” des proverbes », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, vol. 94, no 1, p. 185-208.

— 2000a, « sur le sens des proverbes », Langages, no 139, p. 39-58.

— 2000b, « Proverbes, vérité générale et dénomination », Traiani Augusti Vestigia Pressa Sequamur. Studia Linguistica In Honorem Lilianae Tasmowski, M. Coene, W. de Mulder, P. Dendale, y. D’Hulst éd., Padova, Unipress, p. 705-717.

— 2001a, L’anaphore associative, Paris, PUF.

— 2001b, « Indéfinis : lecture existentielle et lecture partitive », Typologie des groupes nominaux, g. Kleiber, B. laca, l. tasmowski éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 47-97.

— 2002, « Lexique et cognition : de la dénomination en général au proverbe en particulier », Cognitio, no 11, p. 9-37.

— 2007, « Proverbes et métaphores », Scolia, no 21, p. 12-28.

— 2009, « Généricité standard », Des topoï à la théorie des stéréotypes en passant par la polyphonie et l’argumentation dans la langue. Hommages à Jean-Claude Anscombre, D. leeman éd., Chambéry, Université de savoie, p. 59-81.

— 2010, « Sémantique proverbiale : proverbe, dénomination et métaphore », Actes du XXV e Congrès international de linguistique et de philologie romanes, Berlin, M. Iliescu et al. éd., De Gruyter, tome 1, p. 19-46.

LAZZARO Hélène, 1987, « Qu’est-ce qu’un syntagme nominal générique ? ou Les carottes qui poussent ici sont plus grosses que les autres », Rencontre (s) avec la généricité, g. Kleiber éd., Paris, Klincksieck, p. 73-111.

PALMA Silvia, 2000, « La négation dans les proverbes », Langages, no 139, p. 59-68. — 2004, Pour une théorie de la polarité : locutions à polarité et proverbes. Étude comparative françaisespagnol, Habilitation à diriger des recherches, Reims, Université de Reims-ChampagneArdennes.

— 2007, Les éléments figés. Étude comparative français-espagnol, Paris, l’Harmattan.

PERRIN Laurent, 2000, « Remarques sur la dimension générique et sur la dimension dénominatives des proverbes », Langages, no 139, p. 69-80.

PETERSON Kerstin, 1996, Beaucoup de dans la théorie des quantiicateurs généralisés, mémoire de Dea, strasbourg, Université de strasbourg (94 p. dact.).

RIEGEL Martin, 1987, « “Qui dort dîne” ou le pivot implication dans les énoncés parémiologies », L’implication dans les langues naturelles et dans les langages artificiels, M. Riegel, I. Tamba éd., Paris, Klincksieck, p. 85-99.

TAMBA Irène, 2000, « Formules et dire proverbial », Langages, no 139, p. 110-118.

TASMOWSKI-DE RYCK Liliane, 1998, « l’introduction des référents dans le discours », Prédication, assertion, information, M. Forsgren, K. Jonasson, H. Kronning éd., Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, p. 551-559.

VISETTI Jean - Yves-marie, CADIOT Pierre, 2006, Motifs et proverbes. Essai de sémantique proverbiale, Paris, PUF.

Notes

1 M. Conenna (1990, p. 13) critique fort justement les défauts des classifications thématiques : « la production parémiologique a été normalement classée d’une façon surtout thématique, et toute comparaison a été établie dans le domaine ethnologique plutôt que linguistique. Or, plusieurs objections peuvent être soulevées contre ces recueils thématiques. Tout d’abord, la classification des proverbes n’a souvent aucune valeur générale : l’on ne se conforme qu’aux goûts de l’auteur, ce qui rend difficile le repérage rapide des proverbes ; en outre, une classification sémantique de ce type n’est pas rigoureuse, car le même proverbe se retrouve plusieurs fois, sous les différentes rubriques de ses mots clés, au lieu d’avoir comme entrée lexicale, le caractère distinctif de l’unicité. »

2 Pour M. Carel et P. Schultz (2002), la distinction ne tient pas. D’autres, comme C. Buridant (1976, 1984), pensent tout simplement qu’un proverbe non métaphorique n’est pas un vrai proverbe, mais un dicton. La distinction nous semble toutefois essentielle pour comprendre la sémantique du proverbe (Kleiber 2000a, 2007, 2010).

3 Souvent reprise, mais aussi débattue (Tamba 2000).

4 Ces phrases génériques s’opposent aux phrases génériques telles que Les castors sont amusants qui ne sont pas vraies a priori, mais « qui confèrent à la propriété présentée le caractère typique » (Kleiber 1989b, p. 129). Pour les caractériser, nous avions utilisé (Kleiber 1983a) l’opposition entre phrases génériques vraies pour tout locuteur et phrases génériques vraies pour au moins un locuteur. Jean-Claude Anscombre (1994, 1995, 2001 et 2002) se sert de la distinction phrases typifiantes a priori vs phrases typifiantes locales.

5 C’est la dimension dénominative du proverbe que nous rendions responsable du caractère de vérité a priori du proverbe et non la dimension générique. Nous avons à plusieurs reprises abordé et défendu cette dimension (Kleiber 1999a, 1999b, 2000b, 2002), mais le statut de dénomination des proverbes reste, tout comme celui de phrase générique, un sujet de discussion possible (Tamba 2000), même si les deux caractérisations ont été reprises par beaucoup de parémiologues.

6 En note, elle précise que, dans la première version de son texte, elle parlait de schéma d’exhaustivité et de schéma d’exceptivité, mais qu’elle y a renoncé pour éviter les interférences que cela pouvait produire avec la logique.

7 C’est nous qui explicitons l’analyse de cet exemple à partir de la théorie de Silvia Palma, étant donné que l’auteur reste bien souvent trop elliptique.

8 Même remarque que dans la note précédente.

9 L’emploi sporadique de pouvoir équivaut en effet à une généricité partitive, comme nous l’avons montré (Kleiber 1983b).

10 Comme souligné par s. Palma, deux schémas sont possibles, soit un schéma niant le prédicat de la loi générale Les X sont Y associée au proverbe (certains X ne sont pas Y), soit un schéma postulant un prédicat Z différent de y (certains X sont Z).

11 Le déterminant beaucoup est évidemment exclu, étant donné qu’il s’agit d’une règle a priori concernant les exceptions.

12 Ce problème est laissé sous silence.

13 Rappelons que, pour J. -C. Anscombre, une propriété est essentielle pour une classe C si elle est « commune aux éléments de C, et qu’elle est accidentelle si elle n’est partagée que par les éléments d’une sous-classe de C » (anscombre 2002, p. 24).

14 « est propriété intrinsèque d’une entité toute propriété qui en est constitutive. Une propriété qui n’est intrinsèque sera extrinsèque. C’est par exemple une propriété intrinsèque d’un livre qu’il ait des pages, mais c’est en revanche une propriété extrinsèque qu’un livre soit relié plein cuir ou ait une reliure en carton » (Anscombre 2002, p. 25).

15 elle ajoute à la caractérisation de la propriété des paradoxaux un « voire extrinsèque » dont la raison nous échappe : « Pour ce qui est des cas que nous avons appelés à schéma paradoxal, au contraire, la propriété évoquée apparaît comme étant intrinsèque accidentelle, voire extrinsèque » (Palma 2007, p. 153).

16 Il s’ensuit qu’aux propriétés intrinsèques essentielles correspondent des phrases génériques extensives typifiantes a priori (Les castors construisent des barrages), aux propriétés intrinsèques accidentelles des phrases génériques partitives typifiantes a priori (Certains Français sont blonds), aux propriétés extrinsèques essentielles des phrases génériques extensives typifiantes locales (Les castors sont amusants) et aux propriétés extrinsèques accidentelles des phrases génériques partitives typifiantes locales (Certaines voitures ont quatre roues).

17 Exemple de J. -C. Anscombre (2002, p. 25).

18 Ceci est rendu nécessaire si l’on assimile les proverbes à des typiiantes a priori.

19 Pour la montée hyperonymique des proverbes métaphoriques, voir g. Kleiber (2000a, 2007 et 2010), M. Conenna et g. Kleiber (2002).

20 L’auteur se sert des proverbes en espagnol en donnant leur traduction en français. Nous procédons ici à la présentation inverse.

21 Voir à ce sujet l’éclairante mise au point de i. tamba (2000, p. 115).

22 La première peut s’appuyer sur Les vérités sont bonnes à dire, la seconde sur Les vérités ne sont pas bonnes à dire.

23 Nous appliquons les tests à la phrase compositionnelle du proverbe pour bien rester au niveau de la démonstration de S. Palma.

24 Au niveau du sens proverbial, l’on aurait aussi cette possibilité : Les apparences sont toujours trompeuses.

25 Cela n’est par contre pas limité aux proverbes littéraux (cf. Tout ce qui brille n’est pas de l’or ou encore le proverbe-parapluie Tout nuage ne donne pas de la pluie).

26 Ci-dessus nous avions évoqué la situation des Français vainqueurs de la Coupe du monde de football.

27 Une vérification, bien entendu, s’impose.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search