Version classiqueVersion mobile

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Partie III. Formes sentencieuses

Le problème de l’antonymie dans le champ parémique

Jean-Claude Anscombre

Texte intégral

De bello paremiologico

1Traiter de l’antonymie des proverbes revient en fait à examiner deux problèmes successifs. En premier lieu, et bien avant de se poser la question de l’antonymie elle-même, il convient de savoir quelles entités linguistiques l’on va comparer de ce point de vue. En bref, et contre vents et marées, nous soutenons que la première tâche de la parémiologie est de définir son champ d’application, ce qui, jusqu’à une date récente, ne nous paraît pas avoir suscité un grand enthousiasme. L’on trouvera donc mélangé pêle-mêle sous l’appellation passe-partout de proverbe (ou autre) les choses les plus diverses. En voici un petit échantillonnage :

(1)

Tu es poussière et tu retourneras en poussière.
(Delacourt 1996)

(2)

Tu ne cuiras pas un agneau dans le lait de sa mère.
(Montreynaud - Pierron-Suzzoni 1989)

(3)

On ne tire pas sur une ambulance.
(Kleiber 1999b)

(4)

Les hommes préfèrent les blondes.
(Pierron 1997b)

(5)

La vie n’est pas rose.
(DesRuisseaux 1997)

(6)

Nous n’avons pas gardé les cochons ensemble.
(Ibid.)

(7)

Je n’enseigne pas, je raconte.
(Maloux 1995)

(8)

Les pères mangèrent des raisins verts, et les enfants eurent les dents agacées.
(Ibid.)

2Un corrélat immédiat en est la plus grande fantaisie dans l’application de mots de la langue tels que proverbe, dicton, maxime, etc., comme le montre le florilège suivant :

(9)

Une hirondelle ne fait pas le printemps (dicton : Pierron 1997 ; maxime : Delacourt 1996 ; proverbe : DesRuisseaux 1997 ; proverbe météorologique : Djavadi 1990).

(10)

Tel père, tel ils (proverbe : Montreynaud, Pierron, Suzzoni 1989 ; aphorisme : Delacourt 1996).

(11)

En avril, ne te découvre pas d’un il (dicton météorologique : Djavadi 1990, Montreynaud,
Pierron, Suzzoni 1989 ; dicton : Delacourt 1996 ; proverbe : Rey et Chantreau 2003 ; proverbes et dictons : Dournon 1986).

(12)

Ande yo caliente y ríase la gente (dicho, adagio : Romero 2001 ; refrán : Junceda 1998, Sevilla Muñoz et al. 2001, Larousse 2001 ; dichos y proverbios : González 1998 ; adagio antiguo : Iribarren, 1997 ; antiguo refrán : Buitrago 2002).

3L’exemple récent suivant montre de plus qu’il ne s’agit pas d’une querelle de lettrés, mais d’un authentique flou conceptuel :

(13)

[…] L’inventivité peut parfois déboussoler […] les routes de l’enfer sont pavées de bonnes intentions dit le dicton. La suite Microsoft Office 2007 en est l’illustration. En effet, le ruban a déconcerté de nombreux utilisateurs […].
(Windows News, n° 166, 2008, p. 72)

4Notons enfin qu’il était et semble toujours être traditionnel d’appliquer la dénomination de proverbe à toute expression plus ou moins figée. Ainsi : si le cœur vous en dit, les lendemains qui chantent (sommant 2003) ; enfant de la balle, payer en monnaie de singe (Dournon 1986) ; la foi du charbonnier (Rat, 1957) ; rire aux anges (Leroux de Lincy [1842] 1996), coiffer sainte Catherine (Delacourt 1996). La tradition espagnole semble être la même, puisque Gonzalo Correas ([1627] 1992) classe ensemble la locution a diestro y siniestro et la forme sentencieuse Abril, aguas mil. Tradition déjà présente chez Hernán Núñez ([1555] 2001) qui réunit la locution echar la soga trás el calderón et la forme sentencieuse Echar sopas y sorver, no puede todo ser ; et qui se prolonge également jusqu’à nos jours. L’excellent recueil de José Luis González Dichos y proverbios populares (1998) compile indistinctement les locutions (hacer acto de presencia) et les formes sentencieuses (Haz bien y no mires a quien).

5Une première étape de notre travail consiste donc à se munir de définitions stables, pour (au moins) une raison qui apparaîtra plus loin. Nous rappellerons donc ce que nous avons proposé dans un certain nombre de publications précédentes. Nous définissons l’ensemble des formes sentencieuses comme la classe générale des énoncés autonomes, combinables avec une expression du type comme dit x, et minimaux pour ces propriétés. Si l’auteur x est un auteur déterminé, spécifique, nous parlerons de sentence, d’aphorisme, de maxime, etc. Nous ne nous intéresserons pas à cette sous-classe ici, et n’envisagerons que le cas d’un auteur x anonyme et communautaire, ce que nous avons appelé ailleurs un ON-locuteur. Contrairement à certaines affirmations, un tel ON-locuteur apparaît fréquemment dans les textes, comme on peut le voir sur le (petit) échantillonnage suivant :

(14)

[…] Pardonnez-moi, dit grand au coin de la Place d’armes. Mais il faut que je prenne mon tramway. Mes soirées sont sacrées. Comme on dit dans mon pays : « il ne faut jamais remettre au lendemain… »
(Albert Camus, La Peste, 1947, p. 1252)

(15)

Inspecteur des finances : – Pauvre M. Brochant, pauvre M. Brochant, bon d’accord mais Pascal Meunot c’est un drôle de numéro, comme on dit dans mon village, « Le coq est lâché, gardez vos poules ». Ah, ah, ah.
(Un dîner de cons, film, 1998)

(16)

[…] Au premier abord, la neige ne paraît pas constituer un danger pour l’environnement. Mais comme le dit le vieil adage « Méfiez-vous de l’eau qui dort » ! En effet, au printemps, lorsque la neige fond, elle libère des polluants […].
(Le journal du CNRS, n° 172, mai 2004, p. 11)

(17)

[…] C’est gentil d’être venu, ricane-t-il, mais excusez-moi, l’abbé, je m’arrangerai directement avec le Bon Dieu, tout à l’heure. Vous savez ce qu’on dit chez nous : il vaut bien mieux s’adresser au Bon Dieu qu’à ses saints […].
(San Antonio, Sérénade pour une souris défunte, 1970, p. 18)

  • 1 Nous ne justifions pas ici le statut de ON-locuteur attribué aux introducteurs mentionnés dans ces (...)

6Les marques de ON-locuteur accompagnant une forme sentencieuse sont des procédés anciens en français, comme le montrent les exemples suivants1 :

(18)

Mais li vilains di plainement / Que cil par jugement desert / Qui tut conveit tot pert […].
(Benoît, Chronique des Ducs de Normandie, XIIe siècle, t. 1, p. 414, v. 9597)

(19)

[…] Uns proverbe dit et raconte/que tout n’est pas ors c’on voit luire […].
(Rutebeuf, « Li Diz de freire Denise, cordelier », Fabliaux et Contes, vol. 1, XIIIe siècle)

(20)

[…] Car on dit communément / En ung proverbe bien souvent / se harenc put, c’est sa nature / si leure bon, c’est aventure […].
(La Vie de saint Hareng martyr, XVe siècle)

(21)

[…] Compagnon, certes passience / Comme on dit, passe science […].
(Moralité nouvelle, à deux personnages, sur la prise de Calais, XVIe siècle)

7Et ne sont pas exclusifs du français :

(22)

[…] Ahora bebe, Charo, y a las penas puñaladas, como dicen los clásicos […].
(Manuel Vázquez Montalbán, Los pájaros de Bangkok, 1989, p. 34)

(23)

[…] Y como no en vano dicen que cuando Dios cierra una puerta abre una ventana y que no hay mal que por bien no venga, di en mis prospecciones con la descripción detallada de esta sustanciosa señorita […].
(Eduardo Mendoza, El laberinto de las aceitunas, 1986, p. 104)

(24)

[…] Sabido es que a quien madruga, Dios le ayuda, pero lo suyo es como pedirle una beca, joven […].
(Carlos Ruiz Zafón, La sombra del viento, 2005, p. 54)

(25)

[…] It did no good to think back. The mill cannot grind with the water that is past, as the old people in the mountain used to say […].
(Guy Richards,
Red Kill, 1980, p. XIV)

(26)

[…] As they say, no fool like an old fool […].
(Lilian Barnea,
Reported Missing, 1979, p. XVII)

(27)

[…] As the saying goes, Little things please little minds […].
(Galt Toy Catalogue, 1973, p. 35)

8Si l’on applique cette définition aux exemples numérotés de (1) à (8), on s’aperçoit que tous ne se comportent pas de la même façon. Ainsi, ni (2), ni (3) ne sont des formes sentencieuses à auteur anonyme, au contraire de (5) et (6).

9Parmi ces formes ou phrases sentencieuses ayant pour origine non un auteur spécifique, mais une prétendue communauté anonyme, nous distinguerons deux sous-classes principales : les phrases sentencieuses non génériques, ou phrases situationnelles, et les phrases (ou formes) sentencieuses génériques, ou phrases parémiques. Les phrases situationnelles commentent directement une situation, alors que les phrases parémiques le font par le biais d’un principe général. On trouvera dans le premier groupe des phrases comme Les carottes sont cuites, Il est passé de l’eau sous les ponts, Il y a anguille sous roche, Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages, etc. Et dans le second, des phrases comme Un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras, Un sou est un sou, Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès, À la Sainte Catherine, tout prend racine, etc. Enfin, parmi les phrases parémiques, nous distinguerons les tautologies (Quand faut y aller, faut y aller), les phrases parémiques à schémas rythmiques, elles-mêmes subdivisées en dictons (Noël au balcon, Pâques aux tisons), adages (À chacun son métier et les vaches seront bien gardées) et proverbes (Qui va à la chasse perd sa place). Une dernière classe, dénommée autres, rassemble les formes parémiques, n’ayant pas (ou plus) de caractéristiques particulières, ainsi Les apparences sont trompeuses, Chacun voit midi à sa porte, Les gros poissons mangent les petits, etc. Ces distinctions s’appuient sur des propriétés repérables à l’aide de critères : nous n’insisterons pas, ayant consacré plusieurs publications à ce problème. Cette classification peut être résumée sur le graphe page suivante.

10Une fois munis de cet outil, nous pouvons maintenant passer au problème de l’antonymie des proverbes, ou si l’on préfère, des phrases parémiques, dans notre terminologie.

L’antonymie dans le domaine parémique

Généralités

  • 2 Au travers de leurs deux équivalents espagnols Las apariencias engañan et El hábito no hace al monj (...)

11Une première remarque est que, d’une façon très générale, le phénomène de l’antonymie parémique – ainsi que son corrélé la synonymie – n’a jamais fait l’objet d’un traitement raisonné systématique, et que la dénomination d’antonyme (ou de synonyme) a été attribuée la plupart du temps sur une base totalement intuitive. D’où des résultats parfois divergents : ainsi, Anscombre (1994) voit comme antonymes les deux phrases parémiques Les apparences sont trompeuses et L’habit ne fait pas le moine, alors que Julia Sevilla Muñoz et al. (2001) les donnent comme synonymes2. Les mêmes auteurs donnent comme synonymes A los osados favorece la fortuna et Quien no se arriesga no pasa la mar, et anscombre (1994) caractérise les couples Qui se ressemble, s’assemble / Les extrêmes s’attirent et Une hirondelle ne fait pas le printemps/Il n’y a pas de fumée sans feu comme étant des paires d’antonymes, sans justifier cette affirmation. Le problème que nous allons traiter est donc celui des procédés pouvant être mis en œuvre pour décider de l’antonymie (ou aussi bien de la synonymie) de deux proverbes.

  • 3 L’on peut en particulier se poser la question pour le couple Un sou est un sou / L’avarice est un v (...)

12Une deuxième remarque qui a son importance, et qui justifie a posteriori l’usage de la classification ci-dessus, est que les antonymes – du moins au sens intuitif – ne se trouvent que dans les deux catégories proverbes et autres, et n’appartiennent pas nécessairement à la même catégorie. Il n’y a apparemment pas d’antonyme pour les catégories dictons et adages, et la question reste posée pour les tautologies3.

13Cette constatation n’est pas vraiment surprenante : les dictons sont en effet censés être fondés sur des observations de la nature, et les adages sur des vérités d’expérience, que seules de rares exceptions pourraient contredire. Rien de tel pour les proverbes, qui représentent une espèce de code à l’usage de la vie quotidienne, étant bien clair que les préceptes opposés fourniraient un code tout aussi efficace et tout aussi convaincant.

  • 4 Voir J. -C. Anscombre (2003b).
  • 5 Ces notions sont dues à i. Tamba (2000b).

14Beaucoup moins clair est le cas des tautologies. Leur forme de base est p → p, ce qui au passage ne donne aucune indication sur leur signification, laquelle provient d’ailleurs. Dans le cas de une femme est une femme ou une mère sera toujours une mère semble jouer un mécanisme du type de « un x a le comportement d’un x ». L’on ne peut généraliser au vu d’exemples comme l’heure, c’est l’heure ou un sou est un sou. Comme nous l’avons fait remarquer ailleurs4, l’interprétation d’une tautologie x est un x fait intervenir les éléments (du moins l’un d’entre eux) du stéréotype attaché à x. Pour qu’une tautologie ait un antonyme qui soit une phrase parémique, il faudrait grosso modo que son stéréotype comporte des phrases antonymes. Dans le cas de un sou est un sou, la recherche d’un antonyme devrait démontrer les points suivants : a) sou a pour hyperonyme argent ; b) dans le stéréotype de argent figurent deux phrases stéréotypiques du style de Il faut dépenser l’argent et Il faut économiser l’argent ; d) un sou est un sou est centrée sur Il faut économiser l’argent ; e) L’avarice est un vilain défaut est centrée sur Il faut dépenser l’argent. On voit ainsi qu’établir le caractère antonyme de deux formes parémiques n’est pas simple, puisqu’il faut, partant du sens formulaire qui est le seul visible, analyser le sens construit5, qui est celui qui intervient dans le fonctionnement de la parémie.

Quelques caractéristiques des exemples

15Nous traiterons donc ici du problème de la possible relation d’antonymie dans les quatre couples d’exemples : Les apparences sont trompeuses / L’habit ne fait pas le moine ; La fortune sourit aux audacieux / Qui ne risque rien, n’a rien ; Qui se ressemble, s’assemble / Les extrêmes s’attirent ; et Une hirondelle ne fait pas le printemps / Il n’y a pas de fumée sans feu.

16Une première remarque est qu’il s’agit bien dans tous les cas de phrases parémiques. En effet :

a) Elles sont génériques : outre la simple intuition, elles ont comme quasi-équivalents :

(28)

Les apparences sont souvent trompeuses / L’habit fait rarement le moine.

(29)

La fortune sourit généralement aux audacieux / Généralement, qui ne risque rien, n’a rien.

(30)

Généralement, qui se ressemble, s’assemble / Généralement, les extrêmes s’attirent.

(31)

Une hirondelle n’a jamais fait le printemps / Il n’y a jamais de fumée sans feu.

b) Elles admettent la combinaison avec comme on dit (ou tournures similaires) :

(32)

Comme on dit, (les apparences sont trompeuses + l’habit ne fait pas le moine).

(33)

Comme le dit la sagesse populaire, (la fortune sourit aux audacieux + qui ne risque rien n’a rien).

(34)

Comme on dit chez moi, (les extrêmes s’attirent + qui se ressemble, s’assemble).

(35)

Comme le dit le proverbe, (une hirondelle ne fait pas le printemps + il n’y a pas de fumée sans feu).

c) elles sont minimales, et visiblement autonomes.

  • 6 L’on notera cependant la structure 4 + 6 de Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais la rime –(...)
  • 7 Ces deux derniers cas sont donc des distiques avec rime, à défaut d’une des structures rythmiques s (...)

17Pour ce qui est de leur appartenance, on remarquera que Les apparences sont trompeuses, La fortune sourit aux audacieux, Les extrêmes s’attirent et Une hirondelle ne fait pas le printemps n’ont pas de structure rimique ou rythmique particulière, et sont donc à classer dans autres6. En revanche, L’habit ne fait pas le moine est un tercet a (2) b (3) b (2), Qui ne risque rien, n’a rien est de type a (5) a (2) et Qui se ressemble, s’assemble de type a (4) a (2)7 : ils appartiennent donc à la sous-classe proverbes. Enfin, Il n’y a pas de fumée sans feu ne présente pas de schéma rythmique particulier, mais comporte une assonance f/f. Cette dernière forme est à classer pour l’instant dans autres, même s’il se peut qu’une certaine structure rimique et / ou rythmique soit en train de se former.

Le critère d’enchaînement

18Nous avons fréquemment fait allusion dans de précédentes publications à l’un des rôles fondamentaux des formes sentencieuses en général, qui est d’assurer la validité des enchaînements conclusifs. Ainsi, un témoin oculaire interrogé par la police se justifie comme suit de ne pas avoir prêté grande attention au visage d’un suspect qui lui avait offert à boire :

(36)

[…] Ce compagnon, tu t’en souviens ? Comment était-il ? – Ben, c’est pas que j’ai pas de mémoire mais j’avais déjà pas mal éclusé, hein, faut tenir compte. Et il faisait nuit d’encre. Et puis à cheval donné, on ne regarde pas les dents. C’était pas le gars qui m’intéressait, c’était sa bibine […].
(Fred Vargas, Sous les vents de Neptune, 2004, p. 82)

19D’où l’idée que si des phrases parémiques sont réellement antonymes, l’on doit pouvoir le montrer en les opposant dans des enchaînements conclusifs en distribution complémentaire. Appliquons ce principe au couple Les apparences sont trompeuses / L’habit ne fait pas le moine. Un premier type d’enchaînement – que nous appellerons enchaînement de type A – nous donne :

(37a)

Il ne faut pas se fier aux apparences : elles sont trompeuses.

(38a)

Il ne faut pas se fier aux apparences : l’habit ne fait pas le moine.

20Sur la base d’un tel enchaînement, nos deux phrases parémiques apparaissent comme ayant un comportement identique, et devraient donc être considérées comme synonymes, et non comme antonymes. Le problème vient de ce qu’une seconde série d’enchaînements – de type B – nous fournit le résultat inverse.

(37b)

Pour pénétrer dans la banque, le malfaiteur s’était déguisé en policier, tablant sur le fait que (les apparences sont trompeuses + *l’habit ne fait pas le moine).

(38b)

Pour pénétrer dans la banque, le malfaiteur s’était déguisé en policier, mais il fut rapidement démasqué : (*les apparences sont trompeuses + l’habit ne fait pas le moine).

21Ce qui conduit à voir cette fois une antonymie entre nos deux proverbes. Que faire ?

22En fait, les enchaînements de type a et les enchaînements de type B relèvent de mécanismes totalement différents, que nous illustrerons à partir des exemples suivants :

(39)

C’est bizarre : Max est riche et il n’a pas d’amis.

(40)

? ? Max doit être très seul : il est riche et il n’a pas d’amis.

(41)

? ? Max s’est offert un immense appartement : il est riche et il n’a pas d’amis.

(42)

Max va faire des économies : (ses nombreux enfants sont partis de la maison + *il a de nombreux enfants).

(43)

Max a du mal à joindre les deux bouts : (*ses nombreux enfants sont partis de la maison + il a de nombreux enfants).

23Nous supposerons réalisé un contexte banal où, si l’on est riche, l’on a des amis, où les enfants présents à la maison sont à l’origine de frais, et leur départ une cause d’économie. Le comportement de (39) est alors clair : la conclusion c’est bizarre est tirée de la conjonction de Max est riche et Il n’a pas d’amis, deux « données » qui s’excluent habituellement dans le contexte précisé. Mais cette conclusion ne peut être une conclusion inférable d’aucune des deux données séparément, comme on le voit en (40) et (41). D’un tout autre ordre conclusif relèvent (42) et (43) : ils illustrent la règle selon laquelle un enchaînement argumentatif se fait toujours sur le posé, jamais sur le présupposé. C’est ce que montrent les enchaînements proposés en (42) et (43), et qui comportent l’existence de nombreux enfants soit sous forme de posé, soit sous forme de présupposé – par le biais de la description définie ses nombreux enfants. Notre thèse est que les enchaînements de type A sont précisément tirés d’un contraste entre deux contenus, également présents dans les deux phrases parémiques envisagées. Alors que les enchaînements du type B se font, comme dans le cas de (42) et (43), sur des posés qui ne sont donc pas les mêmes pour chacune des deux formes envisagées.

24On voit donc poindre la solution vers laquelle nous nous dirigeons : les enchaînements du type B – et non ceux du type A – correspondent à une authentique structuration de l’axe syntagmatique, et sont donc de véritables enchaînements. C’est cette hypothèse que nous allons tenter de justifier dans un premier temps.

25a) Une première remarque, qui prolonge ce qui a déjà été dit plus haut, est que les enchaînements du type a sont toujours du type « opposition de deux contenus », opposition qui débouche toujours sur une conclusion du type C’est bizarre / Je suis étonné, qui n’est pas inférable d’un seul de deux contenus, mais de la présence simultanée de deux contenus hétérogènes.

26b) Lorsque ces deux contenus sont explicités – ce qui n’est pas toujours le cas –, ils sont ou peuvent être joints par un et dit « et d’opposition » :

(44)

Je suis inquiet : lia a dit qu’elle viendrait, (et) elle n’est pas là.

(45)

Je suis admiratif : Max buvait comme un trou, (et) il a arrêté d’un seul coup.

27c) Dans les mêmes conditions que b), les deux contenus opposés sont commutables, puisque la conclusion provient uniquement de leur hétérogénéité :

(46)

Je suis inquiet : lia n’est pas là, et elle a dit qu’elle viendrait.

(47)

Je suis admiratif : Max a arrêté de boire d’un seul coup, et il buvait comme un trou.

28Un cas relativement fréquent est celui où les deux contenus opposés sont l’un posé, l’autre présupposé. Ainsi dans (48a) opposé à (48b) :

(48a)

C’est inhabituel : les enfants de Max ne lui coûtent pas un sou.

(48b)

Max va faire des économies : ses enfants ne lui coûtent pas un sou.

  • 8 Il s’agit bien sûr d’une approximation, mais le libellé exact n’a que peu d’importance ici.

29La phrase Les enfants de Max ne lui coûtent pas un sou présente dans les deux exemples a pour présupposé Max a des enfants, et pour posé Les enfants de Max n’occasionnent pas de frais8. Si l’on admet l’existence par ailleurs d’un lieu commun Les enfants occasionnent des frais, l’on voit que de ce point de vue, ces deux contenus posé et présupposé s’opposent, et que cette opposition autorise la conclusion c’est inhabituel de (48a). (48a) se comporte donc comme C’est inhabituel : les enfants de Max devraient lui occasionner des frais, et ils ne lui coûtent pas un sou. D’une tout autre nature est (48b). La conclusion Max va faire des économies est inférable de Les enfants de Max ne lui coûtent pas un sou : ni de Max a des enfants, ni même de Max a des enfants et ses enfants ne lui occasionnent pas de frais. (48b) est en fait non symétrique et est à comprendre comme Bien que Max ait des enfants, ils ne lui occasionnent pas de frais. Ou encore comme Max a des enfants, mais ils ne lui occasionnent pas de frais.

30Résumons : étant donné une phrase possédant un présupposé PP et un posé P, cette phrase est susceptible de deux interprétations : a) une interprétation oppositive, à savoir C : PP et P, où la conclusion C est tirée d’une éventuelle opposition (symétrique) entre PP et P (48a) ; b) une interprétation dissymétrique en enchaînement discursif, correspondant à une lecture de type C : PP mais P, où C est cette fois tirée de P seul (48b).

31Pour étudier l’antonymie dans le domaine sentencieux, nous allons appliquer ce qui vient d’être dit et montrer que les deux phrases parémiques Les apparences sont trompeuses / L’habit ne fait pas le moine justifient une telle double analyse. Puis nous montrerons que dans son fonctionnement normal, une phrase parémique donne lieu à des conclusions du type B, et non du type a. Ce qui nous permettra alors de conclure à l’antonymie des deux phrases parémiques considérées.

32Il s’agit maintenant de mettre en évidence ces contenus qui donnent lieu aux phénomènes signalés.

Analyse du cas Les apparences sont trompeuses / L’habit ne fait pas le moine

33Une idée qui vient assez spontanément à l’esprit est de voir dans Les apparences sont trompeuses quelque chose comme « Si a ressemble à un x, alors a est un x », qui correspondrait à une lecture quasi littérale de Les apparences sont trompeuses. De façon analogue, on verrait dans L’habit ne fait pas le moine quelque chose comme « il est faux que si a ressemble à un x, alors a est un x ». Ces deux représentations rendent compte de (37b) et (38b), mais échouent à expliquer (37a) et (38a), comme on le vérifie aisément. Il nous faut donc procéder à une analyse plus fine, le problème étant une nouvelle fois que le sens formulaire ne nous renseigne pas directement sur le sens construit, et qu’il convient précisément de reconstruire ce dernier.

  • 9 I. e. en voyant apparence comme un hyperonyme de habit.

34Pour ce faire, nous serons amené à faire un certain nombre d’hypothèses. La première est que la théorie des stéréotypes est valide, qui soutient qu’à toute entité lexicale est attaché un ensemble de phrases en définissant le sens, et parmi lesquelles des phrases génériques. Dans le cadre de cette hypothèse générale, nous ferons une seconde hypothèse, à savoir que des entités comme habit et plus généralement apparence9 possèdent dans leur stock stéréotypique une phrase comme L’aspect extérieur est révélateur de l’être, que nous transcrirons en pseudo-logique par [x a les apparences de a] > [x est un a], où le symbole > est à comprendre comme signifiant « représente », « est un indice de », « implique normalement ». L’existence d’une telle phrase stéréotypique est justifiée par des enchaînements comme :

  • 10 Sauf bien entendu dans un contexte où des non-moines seraient déguisés en moines. Mais alors le sté (...)

(49)

Ça doit être un moine, il a un habit de moine.

(50)

*Ça ne peut pas être un moine, il a un habit de moine10.

(51)

C’est un moine, mais (*il a + il n’a pas) un habit de moine.

(52)

Ce n’est pas un moine, mais (il a + *il n’a pas) un habit de moine.

  • 11 Sans compter des expressions comme Il en a l’air mais il n’en a pas la chanson, Les apparences sont(...)

35Notons que ce stéréotype est très bien représenté en langue par des tournures du type Ce doit être un x, il en a bien (l’aspect + l’apparence + la dégaine + la touche)11. Nous ferons enfin deux autres hypothèses, à savoir que nos deux phrases parémiques Les apparences sont trompeuses et L’habit ne fait pas le moine comportent les mêmes contenus :

(i)

[x a les apparences de a]

(ii)

[x n’est pas un a]

36La différence étant que Les apparences sont trompeuses possède (i) comme posé, et (ii) comme présupposé, alors que L’habit ne fait pas le moine possède cette fois (ii) comme posé, et (i) comme présupposé. Montrons le fonctionnement de ces hypothèses sur nos exemples :

(37a)

Il ne faut pas se fier aux apparences : elles sont trompeuses.

(38a)

Il ne faut pas se fier aux apparences : l’habit ne fait pas le moine.

37La conclusion est inférable de nos deux phrases parémiques, car elle est tirée en fait de la conjonction de (i) et de (ii), quelque soit leur statut de posé ou de présupposé. Il ne faut pas se fier aux apparences, puisqu’il y a des circonstances où l’on constate la coexistence simultanée d’une apparence de a (qui va dans le sens de « être un a ») et d’un non-être a. Passons maintenant au deuxième type d’exemples :

(37b)

Pour pénétrer dans la banque, le malfaiteur s’était déguisé en policier, tablant sur le fait que (les apparences sont trompeuses + *l’habit ne fait pas le moine).

(38b)

Pour pénétrer dans la banque, le malfaiteur s’était déguisé en policier, mais il fut rapidement démasqué : (*les apparences sont trompeuses + l’habit ne fait pas le moine).

38Dans (37b), le déguisement de policier a permis l’entrée dans la banque, ce qui est compatible avec « être un policier », et donc le posé [le malfaiteur a les apparences d’un policier] de Les apparences sont trompeuses, mais incompatible avec « ne pas être un policier », i. e. cette fois le posé [le malfaiteur n’est pas un policier] de L’habit ne fait pas le moine. L’on a le résultat inverse dans le cas de (38b).

39Nous pouvons donc conclure pour ce cas : nos deux phrases parémiques sont donc antonymes, si l’on entend par antonymique des fonctionnements contraires par rapport à un garant de type P > Q, ce qui est à nos yeux la base du fonctionnement parémique. Dans le cas de Les apparences sont trompeuses, le garant [x a les apparences de a] > [x est un a] est convoqué par le posé [x a les apparences de a]. Dans le cas de L’habit ne fait pas le moine en revanche, [x a les apparences de a] est présupposé et ne peut servir de base à un enchaînement sur la base du garant. Du fait du posé [x n’est pas un a], l’on en déduit que l’on est dans une situation où l’on a cette fois > [[x a les apparences de a] > [x est un a]], i. e. un cas d’exception au stéréotype : pour une fois, les apparences ne révèlent pas l’être.

40Résumons :

  • 12 Le terme est de M. Riegel (1987). Celui-ci voit dans les proverbes un pivot implicatif : nous ne so (...)

a) Selon une thèse déjà ancienne (Anscombre 1984, Riegel 1987, Kleiber 1989a), les phrases parémiques du type considéré fonctionnent sur un mécanisme de type P > Q. Ce que montrent nos deux exemples, c’est que ce « pivot »12 n’appartient pas nécessairement au sens (formulaire) du proverbe, contrairement à ce que l’on a parfois affirmé. Dans notre cas, ce pivot est convoqué par les mots apparence et habit : c’est un stéréotype lexical, et non un composant sémantique de la phrase parémique.

b) Quand deux phrases parémiques sont antonymes, il semble que l’une fonctionne comme illustration d’un stéréotype, et l’autre comme une exception à ce même stéréotype.

c) L’antonymie de nos deux phrases parémiques trouve une confirmation dans un critère supplémentaire, que nous avons déjà exploité (Anscombre 2000a), à savoir que deux antonymes parémiques peuvent être opposés par mais :

(37c)

Les apparences sont trompeuses, mais l’habit ne fait pas (toujours) le moine.

(38c)

L’habit ne fait pas le moine, mais les apparences sont (souvent) trompeuses.

41Comment expliquer ce phénomène ? En fait, si l’on regarde les deux enchaînements de type B qui nous ont servi de base de raisonnement, on constate que leur fonctionnement est le suivant : il y a dans les deux cas les deux contenus [x a les apparences de a] et [x est un a], reliés par un stéréotype de la forme P > Q, à savoir [x a les apparences de a] > [x est un a]. Nos deux exemples se glosent alors comme suit :

(37b)

[Le malfaiteur avait les apparences d’un policier](posé = p) + [x a les apparences de a] > [x est un a] ╟ [le malfaiteur a été pris pour un policier = r]

(38b)

[Le malfaiteur n’était pas un policier](posé = q) ╟ [Le malfaiteur n’a pas été pris pour un policier = ~ r]

  • 13 Il s’agit alors de ce que nous avions appelé une opposition directe, voir J. -C. Anscombre et O. Du (...)

42L’on remarque donc que, dans le cadre du stéréotype P > Q, les deux phrases parémiques font respectivement passer de p à r et de q à ~ r. C’est pourquoi l’on peut les relier par mais dans nos exemples (37c) et (38c). Les apparences sont trompeuses a pour posé [x a les apparences de a], qui est dirigé vers [x est un a]. L’habit ne fait pas le moine a en revanche pour posé [x n’est pas un a], d’où la possibilité de les relier par mais13.

43d) Pourquoi privilégier dans notre analyse de l’antonymie les enchaînements du type B et non ceux du type A ? Notre réponse est que seuls les enchaînements du type B correspondent à l’utilisation d’une phrase parémique en tant que telle, et non ceux du type A. Dans ces derniers en effet, la conclusion est tirée de la co-existence de deux contenus, indépendamment du fait que ces contenus proviennent ou non d’une phrase parémique. Pour nous en revanche, le fonctionnement d’une phrase parémique en tant que telle est de servir de garant à un enchaînement spécifique. Précisons ce point. Toute phrase parémique fonctionne sur un pivot de type (∀x) [(x est P) > (x est Q)], que ce pivot fasse partie de la valeur sémantique de la phrase parémique, ou qu’il provienne d’un stéréotype externe à cette phrase. Dans ce rôle de pivot, la phrase parémique sert de garant aux enchaînements : étant donné un a spécifique qui est P, elle permet d’en conclure que a est (vraisemblablement) Q. En voici un exemple :

Les événements que tu me rapportes sont purement ponctuels, on ne peut rien en tirer. Une hirondelle ne fait pas le printemps !

44Or rien de tel dans le cas des enchaînements de type A. Ils ne servent pas à qualifier un cas spécifique à la lueur d’une loi générale, puisque les deux conclusions qui sont tirées en (37a) et (38a) sont elles-mêmes des lois générales, à savoir dans les deux cas Il ne faut se fier aux apparences. Notons d’ailleurs qu’on ne peut, dans les enchaînements de type A sur des phrases parémiques, tirer des conclusions spécifiques. On le voit dans les exemples :

  • 14 Il s’agit là d’un phénomène général que nous avons signalé à plusieurs reprises, à savoir la diffic (...)

(54)

*C’est bizarre. Les apparences sont trompeuses.

(55)

*Je suis étonné. L’habit ne fait pas le moine14.

D’autres cas

Le cas La fortune sourit aux audacieux / Qui ne risque rien n’a rien

  • 15 L’analyse qui suit est vraisemblablement valide pour les correspondants espagnols A los osados favo (...)

45La première paire de candidats à l’antonymie que nous avons examinée était un exemple relativement simple. D’autres cas peuvent être évoqués, qui exigent un raisonnement beaucoup plus élaboré. Envisageons par exemple l’éventuelle opposition entre La fortune sourit aux audacieux et Qui ne risque rien n’a rien15. Là encore, on constate l’existence de deux types d’enchaînements conclusifs. À savoir le type A :

(56a)

Il faut prendre des risques, car la fortune sourit aux audacieux.

(57a)

Il faut prendre des risques, car qui ne risque rien n’a rien.

46Comme dans le cas précédent, on remarque que la conclusion est de type prescriptif et générique. En fait, comme dans le couple précédemment examiné, la conclusion choisie n’est pas discriminante, puisque nos deux enchaînements se paraphrasent par :

(58)

Il faut prendre des risques dans la vie, car (si on en prend, le succès est au bout + si on n’en prend pas, on n’obtient rien

47Passons au type B :

(56b)

Il est normal que Max ait brillamment réussi, car il a pris des risques, et (la fortune sourit aux audacieux + ? ? Qui ne risque rien n’a rien).

(57b)

Il est normal que Max ait échoué dans son entreprise, car il ne s’est pas mouillé, et (? ? La fortune sourit aux audacieux + Qui ne risque rien n’a rien).

48Et de même que dans le cas précédent, il s’agit de l’application de phrases parémiques à des cas particuliers, i. e. de leur emploi comme garants. Il semblerait donc qu’on soit de nouveau en présence d’une paire d’antonymes. Il n’en est en fait rien, comme le montrent les enchaînements avec mais, analogues pourtant à ceux qui nous avaient servi de critères, et que nous appellerons type C :

(56c)

La fortune sourit aux audacieux, *mais qui ne risque rien, n’a rien.

(57c)

Qui ne risque rien n’a rien, ? ? mais la fortune sourit aux audacieux.

49Le problème qui se pose est donc le suivant : notre nouveau couple de candidats à l’antonymie a le même comportement que le couple précédent dans les enchaînements de type a et B, mais diverge avec le type C.

  • 16 I. e. « si x prend des risques, alors x réussit ». Les notations pseudo-mathématiques que nous util (...)
  • 17 Sur ce type de lois, voir J.-C. Anscombre et O. Ducrot (1983).

50Pour tenter d’expliquer ces bizarreries, nous formulerons une première hypothèse, à savoir que La fortune sourit aux audacieux a pour signification basique (pour « sens construit ») quelque chose comme : F = [x prend des risques] > [x réussit]16. Notons que de ce point de vue, le sens construit de Qui ne risque rien n’a rien est cette fois du type de R = ~ [x prend des risques] > ~ [x réussit]. Par conséquent, R se déduit de F par la loi rhétorique banale qui veut que si a est argument pour b, alors ~ a est argument pour ~ b17.

51Une première remarque est qu’en tant qu’entités phrastiques représentant un point de vue général, nos deux phrases parémiques ne peuvent appuyer que des opinions comme Il faut prendre des risques et non les opinions inverses. On a (56a) et (57a), mais on n’a pas :

(59)

Pour avoir la paix, mieux vaut ne pas prendre de risques, car (*la fortune sourit aux audacieux + ? ? qui ne risque rien n’a rien).

  • 18 Nous rappelons que, pour nous, les phrases parémiques sont des énoncés autonomes et minimaux.
  • 19 Cette remarque nous a été faite par P. P. Haillet (communication personnelle).

52Nous expliquons ainsi le problème signalé en (56c) et (57c) (enchaînements du type C). Étant donné qu’en tant qu’unités phrastiques18 nos deux phrases parémiques représentent des schémas co-orientés, l’on peut se demander si l’une est conclusivement plus forte que l’autre ou non. Le critère de en tout cas nous permettra de fournir une réponse à ce point19. En effet, pour pouvoir dire p, en tout cas q, il faut absolument que q soit moins fort que p dans l’échelle des valeurs considérées. On le vérifiera sur l’opposition :

(60)

Je ne sais pas si c’est le pianiste du siècle, mais en tout cas, c’est un bon pianiste.

(61)

*Je ne sais pas si c’est un bon pianiste, mais en tout cas, c’est le pianiste du siècle.

53Appliquons ce critère à nos deux phrases :

(62)

La fortune sourit aux audacieux, et en tout cas qui ne risque rien n’a rien.

(63)

*Qui ne risque rien n’a rien, et en tout cas, la fortune sourit aux audacieux.

54C’est donc La fortune sourit aux audacieux qui est la plus forte – en tant qu’unité phrastique, résultat que conforte le critère de donc :

(64)

La fortune sourit aux audacieux, et donc, qui ne risque rien n’a rien.

(65)

Qui ne risque rien, n’a rien, et donc, ? ? la fortune sourit aux audacieux.

55Pour ce qui est du type A, la conclusion est tirée, à l’instar du cas précédent, non pas de l’un des deux contenus reliés par >, mais encore une fois de la co-existence de ces deux contenus. Notons au passage que les enchaînements de type a mettent en évidence un stéréotype lié à notre culture : la réussite est valorisée quel qu’en soit le prix, puisque l’on ne peut avoir, nous l’avons vu, une conclusion du type Il ne faut pas prendre de risques. Quant au type B, il fonctionne, comme dans le couple précédent, en parfaite conformité avec son rôle de garant.

56Résumons : nous avons dégagé trois critères pour tester l’antonymie de deux phrases parémiques, à savoir :

– Le type A, qui examine le comportement des parémies par rapport à une conclusion de type générique. Nous avons vu que ce critère ne différencie pas les couples de parémies auxquels nous l’avons appliqué.

– Le type C, qui est le critère de mais. Il oppose les parémies en tant qu’unités phrastiques représentatives de schémas de raisonnement, mais il dépend – nous l’avons vu – de la répartition des contenus. S’il peut fournir des indications, il n’est cependant pas généralisable.

– Le type B, qui est le seul critère qui semble stable. Il consiste à vérifier que certaines phrases parémiques, dans leur fonctionnement comme garant, i. e. dans la mise en jeu d’un pivot implicatif, conduisent à des conclusions spécifiques opposées lors de leur application respective à une situation particulière.

  • 20 Pour bien comprendre ce qui est en jeu, l’on vérifiera par exemple que, dans le cas de l’opposition(...)

57C’est donc ce critère d’enchaînement B, et lui seul, que nous retiendrons comme définition générale de l’antonymie de deux phrases parémiques. Ce qui ne signifie pas que les deux autres critères soient inutiles : a, lorsqu’il est satisfait, nous montre que le couple étudié comporte des contenus semblables, mais il ne nous dit rien sur leur statut. C, lorsqu’il s’applique, nous dit que les deux phrases parémiques examinées ont des contenus opposés, mais il ne s’applique pas toujours20.

Le cas Qui se ressemble, s’assemble / Les extrêmes s’attirent

58Nous testerons la validité de nos hypothèses sur un troisième et dernier cas, à savoir la paire Qui se ressemble, s’assemble / Les extrêmes s’attirent. Pour des raisons pédagogiques, nous assimilerons « a et b sont deux extrêmes » à « a et b ne se ressemblent pas », et nous ne distinguerons pas ici s’assembler et s’attirer, que nous transcrirons tous deux par « rechercher la compagnie ». Une fois admises ces conventions, Qui se ressemble s’assemble peut se représenter par : [x ressemble à y] > [x recherche la compagnie de y]. Pour ce qui est de Les extrêmes s’attirent, elle sera représentée avec nos conventions par ¬ [x ressemble à y] > [x recherche la compagnie de y]. Passons maintenant aux exemples :

(66a)

Pas étonnant que Max et lia soient ensemble, ils ont le même caractère, et tout le monde sait que (qui se ressemble s’assemble + *les extrêmes s’attirent).

(66b)

Pas étonnant que Max et lia soient ensemble : ils sont de caractères dissemblables, et tout le monde sait que (*qui se ressemble s’assemble + les extrêmes s’attirent).

59Selon (66a) et (66b), le critère B – celui qui considère les phrases parémiques dans leur rôle de garant – s’applique, et nous amène à conclure à l’antonymie de Qui se ressemble s’assemble et de Les extrêmes s’attirent. Qu’en est-il des deux autres critères ?

60Une première remarque est que le critère A ne semble pas pouvoir s’appliquer dans ce cas précis. En d’autres termes, il ne semble pas y avoir de conclusion générique inférable à la fois de l’une et l’autre phrase parémique. Phénomène qui provient vraisemblablement de ce que, contrairement aux exemples précédents, nos deux phrases parémiques n’ont pas de contenus sémantiques communs que l’on pourrait faire jouer en faveur d’une même conclusion.

61Pour ce qui est de C – l’opposition par mais – l’on constate les faits suivants :

(67a)

Qui se ressemble, s’assemble, mais par ailleurs, les extrêmes s’attirent, parfois.

(67b)

? Les extrêmes s’attirent, mais par ailleurs, parfois, qui se ressemble s’assemble.

62Sauf volonté d’ironie, (67b) est un peu bizarre, et souvent jugé tel par les sujets parlants, (67a) étant en revanche vu comme naturel. Cette bizarrerie provient de ce que bien qu’opposées, nos deux phrases parémiques ne sont pas pour autant symétriques. Leur asymétrie provient de l’opposition entre schéma doxal et schéma paradoxal étudiée dans Silvia Palma (2007). Certains couples de phrases parémiques ont comme propriété que l’une des deux possède une plus grande naturalité et une plus grande généralité que l’autre. La seconde apparaît alors comme ne concernant que les exceptions à la règle édictée par la première : d’où la dissymétrie.

  • 21 Nous insistons sur le fait qu’il ne s’agit pas de relations factuelles, mais d’une représentation d (...)

63Il nous reste maintenant à expliquer le fonctionnement du mais de (67a). Pour ce faire, nous commencerons par rappeler que nous avons affecté à nos deux phrases parémiques les schémas respectifs [x ressemble à y] > [x recherche la compagnie de y] et ¬ [x ressemble à y] > [x recherche la compagnie de y]. Nous ferons ensuite appel à deux lois de la rhétorique. Selon la première, si l’on a p > q, et si p appuie fortement q, alors ¬ p appuie faiblement q. Si par exemple l’on estime que « être anglais » est un argument fort pour « bien parler anglais », alors on verra « ne pas être anglais » comme un argument plutôt faible pour « bien parler anglais »21. De ce point de vue, et Qui se ressemble s’assemble étant le schéma doxal, [x ressemble à y] est un argument fort pour [x recherche la compagnie de y], et ¬ [x ressemble à y] un argument cette fois faible pour [x recherche la compagnie de y].

  • 22 Notons que la dissymétrie se manifeste à ce niveau. L’on n’aurait pas quelque chose comme : Je ne c (...)

64Passons à la seconde loi rhétorique, qui est cette fois une loi d’abduction. Selon cette dernière, si l’on a p > q, alors on a aussi q > p : mais là encore, la force argumentative intervient. Si p appuie fortement q, alors q appuie faiblement p, et vice-versa. Si l’on estime comme précédemment que « être anglais » est un argument fort pour « bien parler anglais », on jugera en revanche que « bien parler anglais » n’est pas décisif pour « être anglais ». Une fois muni de ces deux lois, passons à l’analyse de (67a). Remarquons que (67a) s’utilisera par exemple dans un contexte où quelqu’un s’étonne que Max et Lia se soient mariés alors qu’ils sont très différents sur de nombreux plans22. Pour arguer qu’il ne s’agit là que d’une conséquence somme toute « normale », un contradicteur fera valoir que c’est le schéma paradoxal (Les extrêmes s’attirent) qui prévaut ici. En effet, dans l’exemple choisi, Max et Lia sont mariés et ont donc recherché la compagnie l’un de l’autre. Par abduction, on en déduit que le fait que Max et lia sont mariés est un argument pour Max et Lia ne se ressemblent pas. À partir du schéma doxal (Qui se ressemble s’assemble) et de la loi d’abduction, on en déduit également que le fait que Max et Lia sont mariés est aussi un argument pour Max et lia se ressemblent. D’après notre première loi rhétorique, le schéma doxal fournit par application à un cas particulier un argument fort, et par abduction un argument faible. À l’inverse, le schéma paradoxal fournit un argument faible, qui devient fort si l’on raisonne par abduction. On est donc bien dans les conditions d’application de mais : la partie droite sert à introduire un argument plus fort pour une conclusion de type Il n’y a là rien d’étonnant. Notons que le mais n’oppose pas directement les phrases parémiques, mais leur application à un cas particulier, qui satisfait donc les conditions d’application de mais.

*

65Une première conclusion – et qui s’impose – est qu’il nous faut constater à quel point nous sommes démunis pour l’instant d’outils nous permettant de traiter correctement les manifestations les plus élémentaires du dire parémique.

66Une seconde conclusion – et qui ressort immédiatement de ce qui vient d’être exposé – est que le phénomène de l’antonymie semble se jouer au niveau de l’application syllogistique ou quasi-syllogistique des phrases parémiques. Les conclusions prescriptives générales inférables d’une forme sentencieuse sont apparemment indifférentes au phénomène antonymique.

67Troisième et dernière conclusion : dans le cadre de cette application syllogistique, deux phrases parémiques sont antonymiques si elles font jouer des contenus contraires ou contradictoires par rapport au pivot implicatif ou garant p > q, que ce garant soit attaché en propre aux phrases parémiques considérées, ou qu’il soit automatiquement déclenché par l’un des composants de l’entité parémique.

Bibliographie

ANSCOMBRE Jean-Claude, 1984, « Argumentation et topoi », Actes du 5e Colloque d’Albi, Toulouse, Université Toulouse-le-Mirail, p. 46-70.

— 1994, « Proverbes et formes proverbiales : les marques d’une certaine évidentialité », Langue française, n° 102, p. 95-107.

— 2000a, « Parole proverbiale et structures métriques », Langages, n° 139, p. 6-26.

— 2000b, « Refranes, polilexicalidad y expresiones fijas », La lingüística francesa en España camino del siglo XXI, M. L. Casal Silva, G. C. Conde Tarrío, J. L. Garabatos, L. Pino Serrano, N. Rodríguez Pereira éd., Madrid, Arrecife, p. 33-53.

— 2001, « Le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes », Langages, n° 142, p. 57-76.

— 2003a, « Les proverbes sont-ils des expressions figées ? », Cahiers de lexicologie, n° 1, p. 159-173

— 2003b, « Les tautologies en langue : pour une analyse stéréotypique de leur fonctionnement », Recherches en linguistique et psychologie cognitive, n° 20, actes des Journées scientifiques 2002 Les langues romanes d’un point de vue contrastif, Reims, Presses universitaires de Reims, p. 93-122.

— 2005, « Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages », Dialogisme, polyphonie. Approches linguistiques, J. Bres, P. P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke, L. Rosier éd., Bruxelles, de Boeck-Duculot, p. 75-94.

— 2006a, « Stéréotypes, gnomicité et polyphonie : la voix de son maître », Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, L. Perrin éd., Metz, Université Paul-Verlaine (Recherches linguistiques, n° 28), p. 349-378.

— 2006b, « Polyphonie et classification des énoncés sentencieux », Le Français moderne, vol. 74, n° 1, p. 87-99.

— 2007, « Hacia una classificación lingüística de las formas sentenciosas », Nuevas aportaciones al estudio de las expresiones fijas, G. Conde Tarrío éd., Fernelmont, E. M. E. (Proximités), p. 11-37.

— 2008, « Quelques propriétés linguistiques des formes sentencieuses et leur application à la traduction franco-espagnole », Estudios y análisis de fraseología contrastiva : lexicografía y traducción, C. González Royo, P. Mogorrón Huerta éd., Alicante, Faculté de philosophie et lettres de l’Université d’Alicante, p. 11-36.

DUCROT Oswald, 1983, L’argumentation dans la langue, Liège, Mardaga.

BERRENDONNER Alain, 1981, Éléments de pragmatique, Paris, Minuit.

KLEIBER Georges, 1989a, « généricité et typicalité », Le français moderne, vol. 67, n° 3-4, p. 127-154.

— 1989b, « Sur la définition du proverbe », Recherches germaniques, vol. 2, p. 233-252.

— 1999a, « Les proverbes : des dénominations d’un type “très très spécial” », Langue française, n° 123, p. 52-69.

— 1999b, « Les proverbes antinomiques : une grosse pierre logique dans le jardin toujours “universel” des proverbes », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, vol. 94, n° 1, p. 185-208.

PALMA Silvia, 2007, Les éléments figés de la langue. Étude comparative français-espagnol, Paris, l’Harmattan (langue et Parole).

RIEGEL Martin, 1987, « “Qui dort dîne” ou le pivot implication dans les énoncés parémiologies », L’implication dans les langues naturelles et dans les langages artificiels, M. Riegel, i. Tamba éd., Paris, Klincksieck, p. 85-99.

RODRÍGUEZ SOMOLINOS Amalia, 2008, « Voir dist li vilains. L’introduction des proverbes en ancien français », Revue romane, vol. 43, n° 1, p. 87-107.

TAMBA Irène, 2000a, « Le sens métaphorique argumentatif des proverbes », Cahiers de praxématique, vol. 35, p. 39-57.

— 2000b, « Formules et dire proverbial », Langages, n° 139, p. 110-118.

Corpus

BARELLA Ana, CAMPOS Juana, 1993, Diccionario de refranes, Madrid, espasa Calpe.

BERGUA José, 1998, Refranero español + Libro de los proverbios morales de Alonso de Barros, n° 28 de Tesoro Literario.

BUITRAGO Alberto, 2002, Dicionario de dichos y frases hechas, Irún, Espasa Calpe.

CANTERA ORTIZ DE URBINA Jesús, SEVILLA MUÑOZ Julia, SEVILLA MUÑOZ Manuel, 2005, Refranes, otras paremias y fraseologismos en Don Quijote de la Mancha, W. Mieder éd., Burlington, the University of Vermont.

CARBONELL BASSET Delfín, 2002, Diccionario panhispánico de refranes, Barcelone, Herder.

CONDE TARRIO Germán, 2001, Diccionario de refráns, Vigo, Editorial Galaxia.

CORREAS Gonzalo [1627], Vocabulario de refranes y frases proverbiales, Madrid, Visor Libros, 1992.

DELACOURT Frédéric, 1996, Proverbes, dictons, et citations, Paris, Éditions de Vecchi S. A.

DESRUISSEAUX Pierre, 1997, Le petit proverbier, Québec, Éd. Pierre DesRuisseaux.

DJAVADI Chafi, 1990, Rouge du soir. Dictionnaire des dictons météorologiques, Paris, Éditions Christian.

DOURNON Jean - Yves, 1986, Le dictionnaire des proverbes et dictons de France, Paris, Hachette (Le Livre de Poche).

ETXABE DIAZ Regino, 2001, Gran Diccionario de refranes, Barcelone, Larousse.

GONZÁLEZ José Luis, 1998, Dichos y proverbios populares, Madrid, Edimat.

IRIBARREN José María, 1997, El porqué de los dichos, Pampelune, Gobierno de Navarra.

JUNCEDA Luis, 1998, Diccionario de refranes, Espasa Calpe S. A.

LE ROUX DE LINCY Antoine [1842], Le livre des proverbes français, Paris, Hachette, 1996.

MALOUX Maurice, 1995, Dictionnaire des proverbes, sentences et maximes, Paris, Larousse (Références).

MARTÍNEZ KLEISER Luis [1953], Refranero general ideológico español, Madrid, editorial Hernando, 1993.

MONTREYNAUD Florence, PIERRON Agnès, SUZONNI François, 1989, Dictionnaire de proverbes et dictons, Les usuels du Robert, Paris, Le Robert.

MORAWSKI Joseph, 1925, Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris, Champion.

NÚÑEZ Hernán [1555], Refranes o proverbios en romance, 2 volumes, Edición crítica de L. Combet, J. Sevilla Muñoz, G. Conde Germán Tarrío, J. Guía y Marín, Madrid, Éditions D. Guillermo Blázquez, 2001.

ORBANEJA y MAJADA Eduardo, 2000, El saber del pueblo, Madrid, Cie Inversiones editoriales Dossat 2000 S. L.

PARÉS I PUNTAS Anna, 1999, Tots als refranys catalans, Barcelone, Edicions 62.

PIERRON Agnès, 1997a, Dictionnaire des dictons, Alleur, Marabout.

— 1997b, Dictionnaire des proverbes, Alleur, Marabout.

PINEAUX Jacques, 1967, Proverbes et dictons français, Paris, PUF (Que sais-je ?, n° 706).

QUITARD Pierre-Marie, 1842, Dictionnaire des proverbes, Paris, P. Bertrand Éditions.

RAT Maurice, 1957, Dictionnaire des locutions françaises, Paris, Larousse.

REY Alain, CHANTREAU Sophie, 2003, Dictionnaire des expressions et locutions, Paris, Le Robert (les Usuels).

RODRÍGUEZ MARÍN Francisco, 1926, Más de 21 000 refranes castellanos no contenidos en la copiosa obra del Maestro Gonzalo Correas, Tip. De la « Revista de archivos, Bibliotecas y Museos ».

ROMERO Constantino, 2001, Mil refranes, mil verdades, Barcelone, Éditions Martínez Roca.

SBARBI José Maria [1874-1878], El refranero general español, Madrid, Éditions Atlas, 1980, 10 volumes.

SEVILLA MUÑOZ Julia, CANTERA ORTIZ DE URBINA Jesús, 2001, 1001 Refranes españoles, con su correspondencia en alemán, árabe, francés, inglés, italiano, polaco, provenzal y ruso, Madrid, Ediciones Internacionales Universitarias.

SIMPSON John, 1982, The Concise Oxford Dictionary of Proverbs, Londres, Guild Publishing London.

SOMMANT Micheline, 2003, Dictionnaire des locutions et des expressions, Paris, Éditions Pocket (Les guides).

SOTO Alberto, 1989, Refranes de la lengua española, Barcelone, Vilmar Edicones S.A.

Notes

1 Nous ne justifions pas ici le statut de ON-locuteur attribué aux introducteurs mentionnés dans ces exemples : ils ne sont là que pour illustrer un phénomène. Pour les manifestations du ON-locuteur dans des étapes antérieures du français, voir certaines de nos remarques (Anscombre 2007) et une étude complète dans A. Rodríguez Somolinos (2008).

2 Au travers de leurs deux équivalents espagnols Las apariencias engañan et El hábito no hace al monje.

3 L’on peut en particulier se poser la question pour le couple Un sou est un sou / L’avarice est un vilain défaut.

4 Voir J. -C. Anscombre (2003b).

5 Ces notions sont dues à i. Tamba (2000b).

6 L’on notera cependant la structure 4 + 6 de Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais la rime – é / – ã est douteuse. À l’origine, la formulation était un distique isorime, à savoir : Une hirondelle en ce temps / Ne fait pas le printemps.

7 Ces deux derniers cas sont donc des distiques avec rime, à défaut d’une des structures rythmiques standard.

8 Il s’agit bien sûr d’une approximation, mais le libellé exact n’a que peu d’importance ici.

9 I. e. en voyant apparence comme un hyperonyme de habit.

10 Sauf bien entendu dans un contexte où des non-moines seraient déguisés en moines. Mais alors le stéréotype serait localement inversé, et l’on aurait les acceptations contraires pour (49) et (50).

11 Sans compter des expressions comme Il en a l’air mais il n’en a pas la chanson, Les apparences sont contre lui.

12 Le terme est de M. Riegel (1987). Celui-ci voit dans les proverbes un pivot implicatif : nous ne soutiendrons pas pour notre part qu’il s’agit d’une implication logique stricto sensu, mais seulement lato sensu. Il s’agit en fait du même type d’implication vague qu’on a dans Les oiseaux volent.

13 Il s’agit alors de ce que nous avions appelé une opposition directe, voir J. -C. Anscombre et O. Ducrot (1983).

14 Il s’agit là d’un phénomène général que nous avons signalé à plusieurs reprises, à savoir la difficile compatibilité des phrases parémiques avec des indications déictiques : *(Depuis aujourd’hui + Chez nous), il n’y a pas de fumée sans feu. Notons que les phrases situationnelles permettent de telles combinaisons : Depuis hier, il est passé de l’eau sous les ponts.

15 L’analyse qui suit est vraisemblablement valide pour les correspondants espagnols A los osados favorece la fortuna et Quien no se arriesga, no pasa la mar.

16 I. e. « si x prend des risques, alors x réussit ». Les notations pseudo-mathématiques que nous utilisons ne sont là que pour la commodité d’expression.

17 Sur ce type de lois, voir J.-C. Anscombre et O. Ducrot (1983).

18 Nous rappelons que, pour nous, les phrases parémiques sont des énoncés autonomes et minimaux.

19 Cette remarque nous a été faite par P. P. Haillet (communication personnelle).

20 Pour bien comprendre ce qui est en jeu, l’on vérifiera par exemple que, dans le cas de l’opposition Une hirondelle ne fait pas le printemps / Il n’y a pas de fumée sans feu que a ne s’applique pas (pas de contenus véritablement opposés), mais que B s’applique très bien : Je sais qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, mais il n’y a pas de fumée sans feu. Ce phénomène vient de ce que les contenus respectifs sont de la forme p > ¬ q et p > q.

21 Nous insistons sur le fait qu’il ne s’agit pas de relations factuelles, mais d’une représentation du monde.

22 Notons que la dissymétrie se manifeste à ce niveau. L’on n’aurait pas quelque chose comme : Je ne comprends pas que Max et Lia se soient mariés, ils se ressemblent vraiment sur beaucoup de points, car cela reviendrait à s’étonner de ce que le schéma doxal soit valide.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search