Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

La manière indienne d’être moderne

p. 9-12


Texte intégral

1Le livre d’Anne Gagnant de Weck est le produit d’une thèse qui a suscité l’éloge unanime de son jury. Il est évidemment débarrassé des contraintes académiques qui alourdissent la lecture. Avant d’évoquer le contenu du livre, il faut souligner la limpidité de l’écriture, la justesse du ton, la sensibilité de l’auteure à autrui. Anne Gagnant de Weck a du style, le lecteur lira le contraire d’un pensum. Il y découvrira un sens subtil de la description qui fait d’elle une véritable « peintre de la vie moderne », pour rappeler Baudelaire.

2Nous avons devant les yeux un travail de première main d’une auteure qui a observé directement les petits milieux psychanalytiques et psychothérapeutiques à Mumbai et surtout à Delhi pendant quatorze mois. Ils sont très majoritairement composés de jeunes femmes. À travers cette enquête ethnosociologique, appuyée sur une connaissance approfondie de la littérature en sciences sociales sur l’Inde, le livre offre au lecteur un regard éclairant, à la fois précis et synthétique, sur les nouvelles tensions morales d’une société qui commence à devenir individualiste. Les classes moyennes des grands centres urbains sont évidemment le support de cette transformation, particulièrement les franges qui travaillent dans les entreprises multinationales, et le livre est également une contribution à la sociologie de cette catégorie hétérogène.

3La psychanalyse est introduite en Inde dans les années 1920, au cours de la période coloniale pendant laquelle se développe un premier individualisme (limité à une élite de hautes castes, de fonctionnaires de l’Empire britannique). À partir des années 1970, on assiste à une expansion des psychothérapies, nettement renforcée à partir des années 1990 par l’explosion libérale et la participation à la mondialisation. Nous assistons alors à une deuxième vague individualiste qui voit l’autonomie individuelle devenir une aspiration collective. Les thérapies comportementales cognitives et la psychanalyse connaissent une diffusion dans les grands centres urbains (surtout Delhi, Mumbai et Calcutta) tandis que la puissante tradition spiritualiste du travail sur soi connaît un tournant moderniste : les gurus ne visent plus à faire de leurs disciples des individus hors du monde, devant rejeter ses illusions, mais des individus dans le monde, en promouvant le bien-être, le bonheur et la prospérité.

4Comment les manières de penser et d’agir dans une société se modifient-elles ? Quels rôles jouent les pratiques psychothérapeutiques dans ces changements ? À travers la description fine de cette psychanalyse inattendue, l’enjeu est de comprendre ce changement social majeur qu’est la diffusion de l’individualisme en Inde à travers ce que l’Inde fait à la psychanalyse. Loin de voir celle-ci comme une importation de la modernité occidentale, Anne Gagnant de Weck soulève une question bien plus intéressante : comment une société participe-t-elle à sa façon à la modernité ? L’enquête nous fait découvrir d’autres façons de devenir moderne que celle des sociétés occidentales. Car la modernité est plurielle. De là, la nécessité de décrire, pour reprendre les mots de l’auteure, « la coloration spécifique » de la psychanalyse, imprégnée des idéaux sociaux de l’Inde. Le lecteur saisit à l’échelle des individus comment homo hierarchicus (titre de l’ouvrage classique de Louis Dumont publié en 1966), devient homo individualis, comment il en fait l’apprentissage dans une société où les idéaux hiérarchiques traditionnels sont certes ébranlés, mais encore largement présents. Tel est le vrai sujet du livre.

5Pour ce faire, l’auteure étudie les significations sociales de la thérapie dans les vies individuelles et les caractéristiques spécifiques de la thérapie indienne, c’est-à-dire le type de relation thérapeutique qui s’établit entre le professionnel et le patient. À ces deux niveaux se confrontent les idéaux sociaux hiérarchiques et individualistes. Ils sont le cadre des tensions morales que connaissent les individus en voie d’émancipation. La complexité des relations entre autonomie et hétéronomie est le fil conducteur de l’ouvrage.

6Le mariage et le choix du métier de psychologue sont les sujets majeurs des tensions morales entre la « tradition » de la décision familiale qui s’appuie sur la hiérarchie et la « modernité » du choix individuel pour laquelle la valeur va à l’individu et non au groupe, à la liberté de choisir sa vie. Si les représentations dominantes opposent les deux catégories de la soumise et de la rebelle, les observations sur le mariage et le choix du métier montrent qu’ils font surtout l’objet de compromis aux multiples configurations entre agentivité individuelle et agentivité collective. Dans le premier cas, un compromis est souvent trouvé dans le « mariage d’amour arrangé » qui représente ce que l’auteure appelle la stratégie de l’adjustment, c’est-à-dire les efforts faits par un individu et par les membres de sa famille pour réinscrire les désirs individuels dans le cadre des intérêts du groupe. Cette stratégie reste dominante par rapport à celle de l’autonomie individuelle. Dans le second cas, si un métier comme celui de psychothérapeute a peu de valeur auprès des familles, alors que la réussite sociale fait l’objet d’un investissement majeur (au point que les dépressions et suicides chez les adolescents et les jeunes adultes sont devenus une question sensible), les parents ont, moins qu’auparavant, la possibilité d’imposer sans contestation le choix d’une profession et, ici encore, toutes sortes de compromis s’inventent entre la volonté des parents et le désir des enfants. Entre autonomie et hétéronomie, « les frontières sont floues, négociables et susceptibles de différentes interprétations » (p. 105). Chez les personnes se confrontent le désir de respecter l’honneur des familles, en ne leur faisant pas honte (s’ouvrir à un étranger pour parler de ses difficultés intimes et familiales est tout bonnement impensable pour homo hierarchicus), donc de rester dans la communauté, et celui de devenir un individu libre de ses choix. La jeunesse des classes moyennes en voie d’émancipation choisit d’être, comme l’écrit Anne Gagnant de Weck, la moins subversive possible. Pour reprendre sa formule, « il s’agit d’habiller l’autonomie des atours de l’hétéronomie ». Telle est la forme prise par l’individualisme indien.

7L’introspection devient une pratique sociale avec la psychothérapie, pratique qui consiste à constituer « un espace à soi ». Cet espace n’est pas seulement psychologique, il est aussi spatial, car dans les maisons l’unité est la famille, pas l’individu. Notons, du côté des sentiments moraux, que la culpabilité a tendance à subordonner la honte. Car la volonté de réussir rend coupable à l’égard de ses devoirs traditionnels, surtout pour une femme. Il s’agit d’une culpabilité de faire honte à sa famille. De la honte à la culpabilité, là où dominait le souci de la réputation d’une famille se substitue celui de la reconnaissance d’un individu. Devenir un individu, c’est nécessairement entrer dans le malaise de la modernité, c’est-à-dire dans la question : que m’est-il permis de faire ? Celle-ci est l’arrière-plan sociologique de la névrose freudienne qui est un conflit (inconscient) entre le Moi est le Surmoi.

8La relation thérapeutique, c’est-à-dire la relation transférentielle, entre le psychanalyste et le patient, est imprégnée de modèles sociaux fort différents de l’Occident. Chez nous, le transfert s’opère par identification au père ou à la mère dans le cadre du modèle social de la famille nucléaire ; chez eux, il emprunte à d’autres modèles, principalement familiaux (comme la relation entre aîné et cadet au sein de la parenté élargie), secondairement religieux (comme la relation entre guru et disciple). Cela conduit à une coloration spécifique de la pratique psychanalytique où les relations hiérarchiques sont souvent reconduites dans la cure. Par exemple, l’appui sur la relation aîné/cadet fait que le patient identifie le psychanalyste à un aîné, rôle dont il doit remplir certaines fonctions, ce qui peut l’amener à intervenir dans la vie du patient ou à être l’objet de demandes diverses en ce sens, notamment pour contourner les interdictions parentales. La question des frontières entre thérapie et vie réelle se pose ainsi en permanence, et les professionnels y répondent de diverses manières. Dans ce contexte l’opposition fondamentale entre le transfert et la suggestion est relativisée par nombre de psychanalystes. Néanmoins, une partie des patients refuse cette relation hiérarchique et préfère entreprendre une analyse avec des psychanalystes de leur génération dans une perspective égalitaire.

*

9Pour conclure, la force de cet ouvrage est de nous livrer à hauteur des individus les clés des grands changements sociaux que connaît la société indienne depuis les années 1990, et des tensions qu’ils génèrent. N’opposant pas comme on le fait trop souvent, y compris en sociologie, le social et l’individuel, il montre comment les transformations de l’esprit social (ou commun) et celle de l’esprit individuel sont entrelacées. En mettant en lumière la façon indienne de participer au mouvement planétaire de la modernité, il constitue un apport à l’anthropologie comparative de l’individualisme.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.