Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Partie II. Connecteurs et particules

La reformulation par al fin y al cabo et en fin

Marie-Pierre Lavaud-Verrier

Texte intégral

  • 1 Bien qu’il soit toujours délicat d’établir des correspondances d’une langue à une autre, l’on peut (...)

1Notre intérêt pour les mots du discours nous conduit aujourd’hui à nous intéresser aux deux marqueurs al fin y al cabo et en fin1. Ces marqueurs ont retenu notre attention du fait de leur parenté, à la fois formelle puisqu’ils partagent un même substantif fin (fin) et pragmatique puisqu’ils appartiennent tous les deux à la catégorie des marqueurs de reformulation. En combinant l’analyse de leurs emplois et de leur signifiant respectif, nous essaierons de comprendre leur fonctionnement et de déterminer les instructions que chacun véhicule.

Reformulation paraphrastique versus non paraphrastique

  • 2 Toutes les traductions proposées sont les nôtres.

2Dans le chapitre consacré aux marcadores del discurso de la Gramática descriptiva de la lengua española, María Antonia Martín Zorraquino et José Portolés (1999, p. 4121-4138) placent en fin et al fin y al cabo dans la catégorie des reformuladores. Ils correspondent aux réévaluatifs dans la terminologie de l’École de Genève (Roulet 1991, p. 154).Nous employons le terme reformulation avec le sens que lui donne María Pilar Garcés Gómez2 :

La reformulación es un procedimiento de organización del discurso que permite al hablante volversobre un segmento anterior para reinterpretarlo y presentarlo de una manera distinta. Lo que caracteriza a la reformulación en contraste con otras funciones discursivas es el proceso retroactivoque permite explicar, rectificar, reconsiderar, recapitular o distanciarse de una formulación previa.
La reformulation est un procédé d’organisation du discours qui permet au locuteur de revenir sur un segment antérieur afin de le réinterpréter et de le présenter autrement. Ce qui caractérise la reformulation par rapport à d’autres fonctions discursives, c’est le processus rétroactif qui permet d’expliquer, de rectifier, de reconsidérer, de récapituler ou de prendre des distances par rapport à la formulation initiale.
(Garcés Gómez 2006, p. 654)

  • 3 Es decir et esto es sont des équivalents de c’est-à-dire. O sea, mejor dicho sont plutôt proches de(...)

3L’on distingue d’une part la reformulation paraphrastique qui instaure une relation d’équivalence sémantique ou discursive entre le segment reformulé et la nouvelle formulation, avec, en espagnol, des marqueurs comme es decir, o sea, esto es, a saber, mejor dicho…3 et, d’autre part, la reformulation non paraphrastique dont relèvent al fin y al cabo et en fin. L’on doit à Eddy Roulet l’expression reformulation non paraphrastique :

[…] reformulation, car l’énonciateur tente de mieux satisfaire à la complétude interactive en présentant l’intervention principale comme une nouvelle formulation, liée à un changement de perspective énonciative indiqué par le connecteur, d’un premier mouvement discursif (ou d’un implicite) ; non paraphrastique, pour la distinguer de la reformulation paraphrastique décrite par gülich et Kotschi (1983), qui lie deux constituants de même niveau hiérarchique et consiste, comme son nom l’indique, en une simple paraphrase.
(Roulet 1987, p. 115)

4Dans le cas de la reformulation non paraphrastique, le changement de perspective énonciative crée une distance entre les deux formulations et permet à María Pilar Garcés Gómez d’opérer un premier tri entre les différents marqueurs :

La reformulación no parafrástica se caracteriza por el cambio de perspectiva enunciativa entre la expresión de referencia y la reformulada y el proceso de distanciamiento que ese cambio conlleva ; de este modo, según el mayor o menor grado de distanciamiento entre ellas, se distinguen tres tipos : a) recapitulación (grado mínimo), b) reconsideración (grado medio), y c) separación (grado máximo).
La reformulation non périphrastique se caractérise par le changement de perspective énonciative entre l’expression de référence et celle reformulée et par le processus de distanciation entraîné par ce changement ; on peut ainsi distinguer trois types selon le degré de distanciation : a) récapitulation (degré minimal), b) reconsidération (degré intermédiaire) et c) séparation (degré maximal).
(Garcés Gómez 2006, p. 657)

5Pour elle, en fin est un marqueur de récapitulation, comme par exemple en suma (en somme), en resumen (en résumé, bref), en conclusión (en conclusion). Ces unités permettent au locuteur d’extraire de la première formulation ce qui lui paraît essentiel.

En este caso, no se pone en cuestión la primera formulación en cuanto al contenido de los segmentos que la integran, sino que la segunda parte es el resultado sintético, objetivo o subjetivo, de una visión englobadora de lo expresado en los segmentos anteriores […].
En fin marca el cierre de una serie discursiva y una vuelta a lo anterior para recapitular lo dicho o la propia enunciación con la intención de extraer conclusiones, de limitar o cancelar su validez o de señalar que no se añaden más segmentos informativos porque no tiene interés seguir con el tema tratado o porque se pasa a otro distinto.
Dans ce cas, on ne revient pas sur la première formulation pour ce qui est du contenu des segments qui la composent ; la seconde partie est le résultat synthétique, objectif ou subjectif, d’une vision englobante de ce qui a été exprimé dans les segments antérieurs […]. En fin indique la clôture d’une série discursive et un retour à ce qui a été dit précédemment pour récapituler le dit ou l’énonciation elle-même afin d’en tirer des conclusions, de limiter ou d’annuler sa validité ou de signaler que l’on n’ajoute pas d’autres segments informatifs parce que poursuivre sur le même sujet n’offre aucun intérêt ou parce que l’on passe à un autre.
(Garcés Gómez 2006, p. 664-665)

6Son analyse coïncide avec celle de Manuel Casado Velarde. Celui-ci considère en effet en fin comme un marqueur de clôture discursive, mais aussi de conclusion et de résumé (1998, p. 64-66). María Antonia Martín Zorraquino et José Portolés retiennent également l’idée de conclusion :

Como reformulador recapitulativo – su función más habitual, sobre todo en el discurso oral –, presenta al miembro del discurso que introduce como una conclusión de otros miembros anteriores. En tant que réévaluatif récapitulatif – sa fonction la plus habituelle, surtout dans le discours oral –, il présente le membre de discours qu’il introduit comme une conclusion d’autres membres antérieurs.
(Martín Zorraquino et Portolés 1999, p. 4136)

7Quant à al fin y al cabo, ce marqueur suppose une distance plus grande entre la formulation première et la nouvelle : pour María Pilar Garcés Gómez, il appartient à la sous-catégorie des marqueurs de « reconsidération », de même que des unités comme en definitiva (en définitive), en resumidas cuentas, a fin de cuentas (en fin de compte, tout compte fait), después de todo (après tout), total (bref)…

El grupo de los marcadores de reconsideración se caracteriza, en contraste con los de recapitulación, porque la vuelta a la primera formulación no se ha El grupo de los marcadores de reconsideración se caracteriza, en contraste con los de recapitulación, porque la vuelta a la primera formulación no se hace para extraer lo esencial, sino para presentarlo desde otra perspectiva. Por ello, la utilización de un marcador de este tipo supone que ha habido un proceso previo de consideración de otros puntos de vista, explícitos o implícitos, y a partir de esa reinterpretación se llega a la formulación de uno nuevo. ce para extraer lo esencial, sino para presentarlo desde otra perspectiva. Por ello, la utilización de un marcador de este tipo supone que ha habido un proceso previo de consideración de otros puntos de vista, explícitos o implícitos, y a partir de esa reinterpretación se llega a la formulación de uno nuevo.
[…] Al fin y al cabo indica que el segmento en el que se localiza supone una reconsideración de los miembros anteriores que, generalmente, presentan puntos de vista contrarios, y la formulación de un nuevo punto de vista, que se orienta o no en favor de una de las opciones anteriores.
La catégorie des marqueurs de reconsidération se caractérise, à la différence des récapitulatifs, par le fait que le retour sur la première formulation ne se fait pas pour en extraire l’essentiel, mais pour le présenter dans une autre perspective.
L’utilisation d’un marqueur de ce type suppose donc qu’on a préalablement pris en considération d’autres points de vue, explicites ou implicites, et que cette réinterprétation conduit à une formulation d’un nouveau point de vue.
[…] al fin y al cabo indique que le segment dans lequel il se trouve suppose une reconsidération des membres antérieurs qui, en général, présentent des points de vue contraires, et la formulation d’un nouveau point de vue, co-orienté ou non avec l’une des options antérieures.
(Garcés Gómez 2006, p. 666-667)

8Manuel Casado Velarde considère que al fin y al cabo sert à exprimer une conclusion et María Antonia Martín Zorraquino et José Portolés insistent sur la plus grande force argumentative du segment dans lequel se trouve al fin y al cabo :

El significado de los reformuladores al fin y al cabo y después de todo indica que el miembro discursivo en el que se encuentran tiene más fuerza argumentativa que otros miembros anteriores antiorientados con él.
Le sens des réévaluatifs al fin y al cabo et después de todo indique que le segment discursif où ils se trouvent a une plus grande force argumentative que d’autres segments antérieurs anti-orientés par rapport à lui.
(Martín Zorraquino et Portolés 1999, p. 4138)

Analyse de al fin y a cabo et de al fin

Le signifiant : a versus en

9Les deux marqueurs étudiés présentent, sur le plan formel, un point commun qui est le substantif fin. Par son sémantisme, il dit l’achèvement d’un déroulement temporel ou d’un parcours spatial nécessairement préalables. Nous dirons, en résumé, que ce substantif se focalise sur l’atteinte de la limite temporelle ou spatiale, c’est-à-dire qu’il pose comme atteinte une limite temporelle ou spatiale et qu’il présuppose, parallèlement, un avant temporel (déroulement) ou spatial (parcours). Cette idée est renforcée, dans al fin y al cabo, par le substantif cabo (le bout). Du latin caput qui signifiait « tête » et par extension « extrémité, pointe », cabo renvoie actuellement à l’idée d’extrémité et s’applique à la limite d’un espace envisagé de manière matérielle ou métaphorique.

10Ce sont les prépositions qui font la différence entre ces deux unités : notre hypothèse est que l’emploi de la préposition (a ou en) conditionne les instructions et donc le rôle de chaque marqueur.

  • 4 Dans estoy en el patio, la cour est vue comme un espace qui peut contenir le locuteur.
  • 5 Il existe, bien évidemment, des termes qui acceptent les deux représentations – limite ou étendue – (...)

11Nous utilisons ici la description de Bernard Pottier, reprise par Michel Camprubi (2001, p. 80-84). L’on oppose souvent, trop rapidement, a et en dans le domaine spatial sur le critère mouvement/absence de mouvement. Ainsi, a est considérée comme la préposition de la localisation avec mouvement – voy a París (je vais à Paris) – alors que en serait réservé au statisme – estoy en el patio (je suis dans la cour). Or, on le sait, a peut également intervenir lorsqu’il y a statisme – estoy a tu lado (je suis à côté de toi), al pie de la torre (au pied de la tour)… il ressort de l’examen des substantifs qui suivent les deux prépositions que ceux qui fonctionnent avec en renvoient en général à l’idée d’un espace contenant4, alors que ceux qui interviennent après a renvoient à la notion de limite. Selon l’endroit où se place le locuteur (le point de visée), cette limite sera soit le lieu supposé atteint en fin de parcours (voy a París), soit le point limite auquel on se place dans le cas d’énoncés du type estoy a tu lado. Dans ce dernier cas, a déclare la position en contiguïté de limite5. Nous pouvons représenter cela de la façon suivante :

– préposition en – en el patio (dans la cour) :

– préposition a voy a París (je vais à Paris), estoy a tu lado (je suis à côté de toi) :

12Pour Michel Camprubi, le trait distinctif est donc la notion d’intériorité véhiculée par en et inconnue de a. Cependant, la préposition en peut également être employée lorsque l’espace envisagé n’est pas une étendue mais un point – hay un árbol en el centro de la plaza (il y a un arbre au centre de la place), verás una farmacia en la esquina (tu verras une pharmacie au coin de la rue. Ce point est alors vu comme l’étendue réduite à sa plus simple expression :

En effet, si l’on considère le point comme la réduction extrême de la surface ou étendue, on comprend que en soit encore employé pour signifier que si l’on ne se situe plus, à proprement parler, « dans », on situe en exacte coïncidence avec ce point. C’est ainsi que en est la préposition de la localisation précise ou, en tout cas, ponctuelle.
(Camprubi 2001, p. 82)

13Nous nous proposons d’appliquer ces analyses à nos marqueurs. Nous commencerons par al fin y al cabo.

Al fin y al cabo ou la mise en scène d’une délibération

14Prenons deux exemples fournis par le Diccionario de uso del español de María Moliner :

(1)

L1 : Debes ser tú quien ceda, al fin y al cabo, es tu padre.
C’est à toi de céder, après tout, c’est ton père.

(2)

L2 : Pasaremos el río a nado, al fin y al cabo no es tan difícil.
Nous passerons la rivière à la nage, en fin de compte, ce n’est pas si difficile.

15Dans les deux cas, l’énoncé qui suit le marqueur est perçu comme un argument, une justification en faveur d’une conclusion explicitée dans le co-texte gauche. Dans le premier exemple, le locuteur L1 considère que l’on ne doit pas tenir tête à son père et s’appuie sur ce principe pour enjoindre à son interlocuteur de céder. Dans le deuxième exemple, le fait que la traversée à la nage ne soit pas difficile est un argument pour que l’interlocuteur ou les interlocuteurs se lancent. L’on pourrait multiplier les exemples qui fonctionnent selon ce schéma argumentatif :

(3)

Marcos y yo nos reconciliamos, pero pocas semanas más tarde tuvo lugar un episodio que resume mejor que cualquier otro la dimensión de mi deslealtad con él. No entraré en muchos detalles ; al fin y al cabo, el hecho en sí mismo (no lo que revela) tal vez carezca de importancia. Fue tras la presentación de un libro de un fotógrafo mexicano que yo había prologado.
Nous nous réconciliâmes, Marcos et moi, mais quelques semaines plus tard il y eut un épisode qui résume mieux que n’importe quel autre l’ampleur de mon manque de loyauté envers lui. Je ne vais pas m’attarder sur les détails ; en fin de compte, le fait en lui-même (pas ce qu’il révèle) n’a vraisemblablement pas d’importance. Cela se passa après la présentation d’un livre d’un photographe mexicain que j’avais préfacé.
(Cercas 2005, p. 197)

(4)

Yo mismo la he cavado esta mañana, entre la de Sabina y la de Sara, con mis últimas fuerzas […] Si he cavado mi tumba, ha sido simplemente para evitar ser enterrado lejos de mi mujer y de mi hija. También había pensado hacer mi propia caja, igual que un día hice las cajas de mis padres y mi padre hizo a su vez, las de los suyos. al fin y al cabo, yo ya no tengo a nadie que me pueda hacer la mía. Pero no pude.
Je l’ai creusée moi-même ce matin, entre celle de sabina et celle de sarah, avec mes dernières forces […] si j’ai creusé ma tombe, c’est simplement pour éviter d’être enterré loin de ma femme et de ma fille. J’avais aussi pensé à faire mon cercueil, comme je l’ai fait un jour pour mes parents et comme mon père avait fait à son tour ceux des siens. Après tout, moi je n’ai plus personne qui puisse me faire le mien. Mais je n’ai pas pu.
(Llamazares 1996, p. 131)

(5)

Pero Transi entusiasmada, pásmate, como borracha, « Evaristo tiene talento y es muy simpático », la muy pava, que a Evaristo la que le gustaba era yo, se notaba a la legua, que cada vez que nos paraban en la calle […], me miraba a mí y no a Transi, pero con un desahogo que no veas cosa igual. Ahora, que ella crea lo que quiera, a mí plin, que al fin y al cabo eran dos viejos.
Mais transi était enthousiasmée, tiens-toi bien, comme ivre, « evaristo a du talent et il est sympathique », l’imbécile, evaristo, c’était moi qui lui plaisait, ça se voyait à des kilomètres et chaque fois qu’ils nous arrêtaient dans la rue […], c’est moi qu’il regardait et pas Transi, et avec un aplomb pas possible. Cela dit, elle peut bien croire ce qu’elle veut, moi je m’en fiche, en fin de compte, c’était deux vieux.
(Delibes 2003, p. 56)

16Mais la fonction de al fin y al cabo n’est pas d’étayer une conclusion exposée antérieurement. Intuitivement, l’on sent bien que al fin y al cabo n’a rien de commun avec un connecteur comme porque (parce que). Dans les exemples précédents, ce sont les contenus propositionnels de part et d’autre de al fin y al cabo qui nous invitent à interpréter le co-texte droit comme un argument en faveur du co-texte gauche, mais cette relation n’est en aucun cas prédiquée par notre marqueur. Un exemple nous en persuadera :

(6)

No quiero entristecerme más de lo que estoy, Mario, cariño, pero la juventud está perdida, unos por el twist y otros por los libros, ninguno tiene arreglo, que yo recuerdo antes, ¿ cómo vas a comparar ?, hoy no les hables a estos chicos de la guerra, te llamarían loco, y sí, la guerra será todo lo horrible que tú quieras, pero al fin y al cabo, es oficio de valientes, después de todo no es para tanto, que yo, por mucho que digáis, lo pasé bien en la guerra.
Ah, je ne veux pas me rendre plus triste que je ne le suis, Mario, mon chéri, mais la jeunesse est perdue, les uns par le twist, les autres par les livres, il n’y en a pas un de récupérable. Moi, je me rappelle autrefois, comment peux-tu comparer ? De nos jours, ne leur parle pas de la guerre, ils te traiteraient de fou, et, certes, la guerre est peut-être aussi horrible que tu veux bien le dire, mais, en fin de compte c’est un truc pour les courageux, après tout il n’y a pas de quoi en faire tout un plat, parce que moi, quoique vous disiez, je me suis bien amusée pendant la guerre.
(Delibes 2003, p. 83)

17Dans le discours de Carmen, personnage principal du roman de Miguel Delibes Cinco horas con Mario, il est évident que es oficio de valientes (c’est un truc de courageux) n’est pas un argument en faveur de la conclusion la guerra es horrible (la guerre est horrible), conclusion qui, en réalité, est celle de son mari, Mario, et qu’elle ne partage pas vraiment.

18Par ailleurs, il est possible de supprimer le marqueur dans les énoncés précédents, l’interprétation des liens se fera grâce au contenu propositionnel des énoncés. Pour les énoncés de (7) à (11), on lira une relation de type conclusion-argument.

(7)

L1 : Debes ser tú quien ceda, es tu padre.
C’est à toi de céder, c’est ton père.

(8)

L2 : Pasaremos el río a nado, no es tan difícil.
nous passerons la rivière à la nage, ce n’est pas si diicile.

(9)

[…] No entraré en muchos detalles ; el hecho en sí mismo (no lo que revela) tal vez carezca de importancia. Fue tras la presentación de un libro de un fotógrafo mexicano que yo había prologado.
[…] Je ne vais pas m’attarder sur les détails ; le fait en lui-même (pas ce qu’il révèle) n’a vraisemblablement pas d’importance. Cela se passa après la présentation d’un livre d’un photographe mexicain que j’avais préfacé.

(10)

[…] También había pensado hacer mi propia caja, igual que un día hice las cajas de mis padres y mi padre hizo a su vez, las de los suyos. Yo ya no tengo a nadie que me pueda hacer la mía. Pero no pude… […] J’avais aussi pensé à faire mon cercueil, ainsi que comme je l’ai fait un jour pour mes parents et comme mon père avait fait à son tour ceux des siens. Moi, je n’ai plus personne qui puisse me faire le mien. Mais je n’ai pas pu.

(11)

[…] que a Evaristo la que le gustaba era yo, se notaba a la legua, que cada vez que nos paraban en la calle […] me miraba a mí y no a Transi, pero con un desahogo que no veas cosa igual. Ahora, que ella crea lo que quiera, a mí plin, que eran dos viejos.
[…] Evaristo, c’était moi qui lui plaisait, ça se voyait à des kilomètres et chaque fois qu’ils nous arrêtaient dans la rue […], c’est moi qu’il regardait et pas Transi, et avec un aplomb pas possible. Cela dit, elle peut bien croire ce qu’elle veut, moi je m’en iche, c’était deux vieux.

19Quant à l’énoncé (12), avec pero, il s’agit d’une relation entre deux arguments anti-orientés.

(12)

[…] y sí, la guerra será todo lo horrible que tú quieras, pero es oficio de valientes, después de todo no es para tanto, que yo, por mucho que digáis, lo pasé bien en la guerra.
[…] la guerre est peut-être aussi horrible que tu veux bien le dire, mais c’est un truc de courageux, après tout il n’y a pas de quoi en faire tout un plat, parce que moi, quoique vous disiez, je me suis bien amusée pendant la guerre.

20Mais les énoncés, selon qu’ils contiennent ou non al fin y al cabo, ne sont pas équivalents. Selon Corinne Rossari (1990, p. 348), la disparition d’un marqueur de reformulation non paraphrastique entraîne la disparition de l’opération, d’où l’importance de bien cerner les instructions délivrées par chaque marqueur. Un locuteur qui introduit un énoncé par al fin y al cabo donne l’impression d’avoir mûrement réfléchi, d’avoir mis en balance plusieurs arguments avant de prendre une décision et d’énoncer son point de vue.

21Reprenons les exemples précédents. Dans le premier, (1), le problème pour L1 est de savoir si l’on doit tenir tête à son père ou non. Il finit par trancher par la négative. Dans (2), L2 doit s’interroger : la traversée à la nage est-elle réalisable ? En (3), le locuteur s’est apparemment comporté de façon déloyale avec le dénommé Marcos et, au moment de raconter ce qui s’est passé, il se demande si ce qui est important est l’épisode en lui-même – auquel cas il en fera un récit détaillé – ou ce qu’il signifie. Le locuteur de (4) doit-il fabriquer lui-même son cercueil ou attendre que quelqu’un d’autre le fasse ? Quant à Carmen, dans l’exemple (5), que doit-elle faire ? Transi est persuadée de plaire à evaristo alors que celui-ci n’a d’yeux que pour Carmen. Celle-ci doit-elle la détromper ? Est-ce vraiment important ? Dans (6), après avoir concédé à son époux que la guerre est quelque chose d’affreux, l’on sent bien qu’elle met en balance différents points de vue avant de trancher : es oficio de valientes (c’est un truc de courageux).

22Dans al fin y al cabo, la préposition a indique la limite atteinte en fin de mouvement et renvoie implicitement au parcours antérieur accompli pour atteindre un certain point.

23Avec al fin y al cabo, le locuteur introduit un point de vue issu de la reconsidération a posteriori d’éléments le plus souvent implicites. Il met en scène une délibération et indique le terme du parcours délibératif. Il tranche entre différents points de vue, ce qui explique que des linguistes comme Manuel Casado Velarde le rangent parmi les conclusifs.

24Par ailleurs, l’énoncé introduit ou accompagné par al fin y al cabo a quelque chose de péremptoire. L’argument introduit par al fin y al cabo tire sa force du fait qu’il est présenté comme le terminus ad quem d’un raisonnement, d’une délibération, et il nous semble que la forme, autrement dit l’effet redondant que produit l’écho in/cabo (in/bout, extrémité), conforte cet aspect décisif.

25Ce marqueur renforce la cohésion du discours dans la mesure où il sert de guide à l’interlocuteur et constitue, en ce sens, une marque de la coopération du locuteur (au sens de H. P. Grice, 1979) : il contraint fortement l’interprétation des enchaînements. Le locuteur oblige, en effet, son interlocuteur à concevoir, en situation, un débat resté implicite, et à admettre l’aboutissement qu’il propose. C’est vraisemblablement pour cela que l’on rencontre si fréquemment al fin y al cabo dans des énoncés qui servent d’argument en faveur d’une conclusion donnée. Cela explique également qu’il soit décrit par María Antonia Martín Zorraquino et José Portolés (1999) comme un argument doté d’une grande force argumentative.

En fin ou comment clore pour mieux reprendre…

26Intéressons-nous maintenant à en fin et partons de quelques exemples.

(13)

Alfredo Angulo Echevarría le dice a su tía doña Lolita Echevarría de Cazuela :
– Visi es un encanto de chica, ya la verás. Es una chica moderna, con muy buen aire, inteligente, guapa, en in, todo. Yo creo que la quiero mucho.
Su tía Lolita está como distraída. Alfredo sospecha que no le está haciendo maldito el caso.
– Me parece, tía, que a ti no te importa nada esto que te estoy contando de mis relaciones.
Alfredo Angulo Echevarría dit à sa tante Lolita echevarría de Cazuela :
– Visi est un amour, tu verras. C’est une jeune ille moderne, avec beaucoup d’allure, elle est intelligente, jolie, enfin tout. Je crois, moi, que je l’aime beaucoup.
sa tante lolita semble comme distraite. Alfredo a l’impression qu’elle ne prête pas la moindre attention à ce qu’il lui dit.
– Je crois bien, ma tante, que tu te moques complètement de ce que je suis en train de te raconter sur mes fréquentations.
(Cela 1985, p. 141)

27Ici, un jeune homme fait le panégyrique d’une jeune ille, Visi, et l’indéini todo (tout), introduit par en fin, vient synthétiser toutes les qualités énumérées précédemment. Le marqueur annonce la finde l’énumération, et, en ce sens, il donne des indications sur l’organisation de l’information, mais ces qualités sont aussi autant d’arguments destinés à persuader sa tante doña Lolita du caractère exceptionnel de Visi.

(14)

– Qué pequeño es el mundo, ¿ verdad ? – dijo él. Me estaba preguntando, mientras venía a disculparme por lo de antes (una broma pesada, lo reconozco, pero en in, una broma), me estaba preguntando si te acordarías de mí.
– Comme le monde est petit, n’est-ce pas ? – dit-il. Je me demandais, en venant pour m’excuser pour ce qui s’est passé (une plaisanterie de mauvais goût, je le reconnais, mais enfin une plaisanterie), je me demandais si tu te souviendrais de moi.
(Marsé 1996, p. 39)

28Là encore, le substantif broma (plaisanterie) introduit par en fin vient synthétiser le dit précédent en apportant une correction. Dans la première formulation, le substantif broma qualifié par l’adjectif pesada (de mauvais goût) pose un sous-ensemble : celui des plaisanteries qui ne sont pas drôles. Par contre, la reformulation avec broma, renvoie à un ensemble englobant : la plaisanterie a beau ne pas avoir été drôle, elle appartient malgré tout à la catégorie générale des plaisanteries et c’est ainsi qu’il faut la comprendre.

(15)

Si supieras el milagro que es para mí volver a tener ganas de escribir una carta no de negocios, no de reproches, no para resolver nada. Una carta porque sí, sin tener de antemano el borrador en la cabeza, porque te sale del alma, porque te apetece muchísimo. Me había olvidado. Es lo más urgente del mundo, pero también lo menos obligatorio. De eso que dices, bueno, son las once y tengo toda la noche por delante, salga el sol por donde quiera, no voy a mirar la agenda de mañana y que se hunda el mundo, yo a lo mío, y te da pena de la gente que está cenando en restaurantes de cinco tenedores o se ha sentado a mirar la televisión o a eternizarse hablando por teléfono. En fin, lo que suelo hacer yo misma muchos viernes a estas horas.
Me acabo de beber la primera copa a tu salud, despacito, mirando al trasluz, entre sorbo y sorbo, cómo suben las burbujas, porque eso es lo importante del champán, que el líquido entre también por los ojos y estalle contra la imaginación. Está riquísimo, tan picante y tan fresco. El champán sin motivo no sabe a nada, ni siquiera es dorado. Pis de gato.
Antes de servirme la segunda copa, me he levantado a por pitillos y a encender el contestador automático. No pienso atender a ningún recado, llame quien llame.
Si tu savais le miracle que c’est pour moi d’avoir à nouveau envie d’écrire une lettre, pas une lettre d’affaires, ni une lettre de reproches, ni une lettre pour résoudre quelque chose. Une lettre, comme ça, sans avoir le brouillon à l’avance dans la tête, une lettre qui vient de l’âme, une lettre parce que tu en as très envie. J’avais oublié. C’est ce qu’il y a de plus urgent au monde, mais en même temps de moins obligatoire. Tu te dis, bon, il est onze heures et j’ai toute la nuit devant moi, le soleil peut bien se lever où il veut, je ne vais pas regarder mon agenda à la page de demain et le monde peut bien s’écrouler, moi je fais ce que j’ai à faire, et tu plains les gens qui dînent dans des restaurants à cinq fourchettes ou qui se sont installés devant la télévision ou qui s’éternisent au téléphone. Bref, ce que je fais moi-même d’habitude bien des vendredis à cette heure-là.
Je viens de boire le premier verre à ta santé, lentement, en regardant en transparence, entre deux gorgées, monter les bulles, car c’est ce qui est important dans le champagne, que le liquide entre bien par les yeux et éclate contre l’imagination. Il est délicieux, si piquant et si frais. Le champagne sans bonnes raisons n’a aucun goût, il n’est même pas doré. Du pipi de chat.
Avant de me servir le deuxième verre, je me suis levée pour chercher des cigarettes et mettre en marche le répondeur. Je ne compte pas prendre le moindre message, quelle que soit la personne qui appelle.
(Martín Gaite 1992, p. 20-21)

29L’énoncé introduit par en fin résume là encore ce qui précède en le reformulant : les activités des autres le vendredi soir deviennent celles de la narratrice elle-même, de son propre aveu.

30Dans l’exemple tiré de Luces de bohemia, en fin annonce l’abandon d’un thème discursif : le sujet est clos.

(16)

[…] El Marqués de Bradomín, con una sonrisa, se arrebuja en la capa. Rubén Darío conserva siempre en la mano el sobre de la carta donde ha escrito escasos renglones. Y dejando el socaire de unas bardas, se acerca a la puerta del cementerio el coche del viejo Marqués.
El Marqués : ¿ Son versos, Rubén ? ¿ Quiere usted leérmelos ?
Rubén : Cuando los haya depurado. Todavía son un monstruo.
El Marqués : Querido Rubén, los versos debieran publicarse con todo su proceso,
desde lo que usted llama monstruo hasta la manera definitiva. Tendrían entonces un valor como las pruebas de aguafuerte. ¿ Pero usted no quiere leérmelos ?
Rubén : Mañana, Marqués.
El Marqués : Ante mis años, y a la puerta de un cementerio, no se debe pronunciar la palabra mañana. En in, montemos en el coche, que aún hemos de visitar a un bandolero. Quiero que usted me ayude a venderle a un editor el manuscrito de mis Memorias. Necesito dinero. Estoy completamente arruinado ; desde que tuve la mala idea de recogerme en mi Pazo de Bradomín. ¡ No me han arruinado las mujeres, con haberlas amado tanto, y me arruina la agricultura !
Rubén : ¡ Admirable !
[…] Le marquis de Bradomín, avec un sourire, s’enveloppe dans sa cape. Rubén Darío tient toujours à la main l’enveloppe de la lettre où il a écrit quelques lignes. Et quittant l’abri du mur, la voiture du vieux marquis s’approche de la porte du cimetière.
El Marqués : Ce sont des vers, Rubén ? Vous voulez bien me les lire ?
Rubén : Quand je les aurai épurés. C’est encore un monstre.
el Marqués : Cher Rubén, on devrait publier les vers avec tout leur processus de création, depuis ce que vous appelez monstre jusqu’à la forme définitive. Ils auraient alors la valeur des épreuves d’eaux-fortes. Mais vous ne voulez pas me les lire ?
Rubén : Demain, Marquis.
El Marqués : Étant donné mon âge, et à la porte d’un cimetière, on ne doit pas prononcer le mot demain. Enfin, montons en voiture, je dois encore rendre visite à un brigand. Je veux que vous m’aidiez à vendre le manuscrit de mes Mémoires à un éditeur. J’ai besoin d’argent. Je suis complètement ruiné ; depuis que j’ai eu l’idée malencontreuse de me retirer dans mon manoir de Bradomín. Les femmes ne m’ont pas ruiné, même si je les ai beaucoup aimées, et c’est l’agriculture qui me ruine !
Rubén : Admirable !
(Valle-Inclán 2006, p. 201)

31Il arrive même que cela soit explicitement formulé :

(17)

[…] hablaba de espaldas a la cámara o algo así, pero la gente empezó a atar cabos y enseguida llegó a la conclusión de que era él. Yo no lo sé, ya le digo. Lo que sí sé es que antes de que pusieran el reportaje en la tele y todo se liase Rodney ya llevaba varias semanas sin salir de casa, y luego tampoco se supo nada de él hasta que, bueno, hasta que se quitó de en medio. En in, no me haga hablar de esto, es una historia muy jodida y yo no la conozco bien. A quien debería ver es a su mujer. A la mujer de Rodney, quiero decir. Ya que se ha molestado en hacer el viaje […].
– ¿ su mujer todavía vive en Rantoul ?
– Claro. Aquí al lado, en casa de Rodney.
[…] il parlait en tournant le dos à la caméra ou presque, mais les gens ont commencé à faire des déductions et ils en sont tout de suite arrivés à la conclusion que c’était lui. Moi, je ne sais pas, je vous le dis. Ce que je sais, c’est qu’avant que le reportage passe à la télé et que tout se complique, cela faisait plusieurs semaines que Rodney ne sortait plus de chez lui, et ensuite, on n’a rien su de lui, jusqu’à ce que, bon, jusqu’à sa disparition. Enfin, ne me faites pas parler de tout ça, c’est une sale histoire et je ne la connais pas bien. C’est sa femme que vous devriez voir. La femme de Rodney, je veux dire. Puisque vous avez pris la peine de faire le voyage […].
– Sa femme vit toujours à Randoul ?
– Bien sûr. Ici, à côté, dans la maison de Rodney.
(Cercas 2005, p. 250)

ou encore :

(18)

Con deliberada ingenuidad pregunté :
– ¿ Tú has fracasado ?
Una sonrisa mordaz curvó sus labios.
– Claro que no – dijo en un tono equívoco, entre agresivo y tranquilizador. Era sólo una forma de hablar, hombre. Ya todos sabemos que sólo fracasan los idiotas. Pero ahora dime una cosa : ¿ cómo le llamas tú a haber tirado por la borda dos matrimonios, estar más sola que una perra, tener cuarenta años y ni siquiera haber hecho una carrera académica decente ? – Hizo un silencio y, a la vista de que yo no contestaba, prosiguió sin acritud, como apaciguada por su propio sarcasmo – : En fin, vamos a dejarlo… ¿ Qué vas a hacer mañana ?
avec une ingénuité délibérée je questionnai :
– tu as échoué, toi ?
Un sourire acerbe courba ses lèvres.
– Bien sûr que non, dit-elle d’un ton ambigu, mi agressif, mi apaisant. Ce n’était qu’une façon de parler, voyons. Nous savons tous qu’il n’y a que les idiots pour échouer. Mais maintenant, dis-moi une chose : comment appelles-tu le fait d’avoir torpillé deux mariages, d’être plus seule qu’une chienne, d’avoir quarante ans et de ne pas même avoir fait des études convenables. – elle garda le silence et, comme je ne répondais pas, elle poursuivit sans aigreur, comme apaisée par ses propres sarcasmes – : enfin, laissons cela… Que vas-tu faire demain ?
(Ibid., p. 237)

32En fin signifie parfois l’abandon (momentané ou non) de l’acte discursif et il peut se suffire à lui-même comme dans la deuxième occurrence de l’exemple (19) :

(19)

– Cuando el estudioso de la literatura se enfrenta con el término realismo, encuentra ante él una falta de unidad de criterio para definir este concepto. ¿ Qué entiendes tú por realismo cuando lo aplicas a tu obra ? ¿ Coincide, o no, tu concepción del realismo con la que sustenta, en general, la crítica al referirse concretamente al realismo decimonónico ?

– […] Entonces el realismo tradicional, lo que se llama realismo, consiste pura y simplemente en disminuir el alcance de lo real y reducirlo a cosas tan evidentes como la realidad material y la realidad humana, e incluso a las relaciones interpersonales o a las que uno tiene consigo mismo. En fin1, todo este tipo de cosas que sirven, en diversas etapas, de pretexto literario. De manera que hay momentos en los que interesa más lo personal – que es la época de la novela psicológica –, las relaciones entre las personas, y otros en que se entiende lo social de maneras distintas, según las ideologías dominantes, se entiende como lucha de clases, como instalación de un hombre en la sociedad luchando contra ella…, ¡ en fin2… ! Ahora bien, esto no agota lo real ; no agota lo que quiere agotar : la realidad. Y no la agota porque la realidad es cambiante.
– Quand celui qui étudie la littérature rencontre le terme réalisme, il se trouve devant une absence d’unité de critère pour définir ce concept. Qu’entends-tu, toi, par réalisme lorsque tu l’appliques à ton œuvre ? Ta conception du réalisme coïncide-t-elle ou non avec celle que défend en général la critique lorsqu’elle se réfère concrètement au réalisme du dix-neuvième siècle ?
– […] le réalisme traditionnel, ce que l’on appelle réalisme, consiste alors purement et simplement à diminuer la portée du réel et à le réduire à des choses aussi évidentes que la réalité matérielle et la réalité humaine et même aux relations interpersonnelles ou à celles que l’on entretient avec soi-même. Bref 1, toutes ces choses qui servent, en diverses étapes, de prétexte littéraire. De sorte qu’il y a des moments où on est plus intéressé par ce qui est personnel – c’est l’époque du roman psychologique –, par les relations entre les personnes, et il y en a d’autres où on entend le social de différentes façons, selon les idéologies dominantes, on l’entend comme lutte de classes, comme installation d’un homme dans la société et en lutte contre elle… Enfin2 ! Mais, cela n’épuise pas le réel ; cela n’épuise pas ce que cela veut épuiser : la réalité. Et cela ne l’épuise pas parce que la réalité est changeante.
(Becerra 1990, p. 15-16)

33En fin, nous l’avons dit, partage avec al fin y al cabo l’idée d’achèvement véhiculée par le substantif fin : le segment dans lequel apparaît en fin vient clore quelque chose. Il permet de terminer une énumération, une série d’arguments co-orientés (13), il reformule en récapitulant (14), il introduit l’abandon d’un thème discursif (15 à 17) ou l’interruption d’un acte de parole (19, en fin 2).

34Mais il nous semble que la clôture n’est pas toujours une fin en soi. Autrement dit, même si en fin induit une conclusion et que celle-ci présuppose un avant discursif, il y a souvent avec ce marqueur une tension potentielle vers l’après : il réoriente très souvent le discours. Il clôt une perspective et en ouvre une autre simultanément. C’est un peu comme si le nouvel espace référentiel dans lequel la préposition en inclut le co-texte gauche se constituait en un nouveau point de départ.

35Reprenons quelques-uns des exemples cités précédemment. Dans (13), todo (tout), introduit par en in, synthétise, on l’a vu, les qualités citées par Alfredo : Visi a vraiment tout pour plaire. Mais ces qualités n’ont que peu d’intérêt en soi, elles prennent au contraire tout leur sens dans le cadre de la relation avec le jeune homme. Elles n’ont de sens que par ce qu’elles lui permettent d’enchaîner avec cet aveu : Yo creo que la quiero mucho (je crois, moi, que je l’aime beaucoup). La suite confirme cette interprétation : lorsque alfredo reproche à sa tante de ne pas l’écouter, il parle de mis relaciones (mes fréquentations), du lien existant entre Visi et lui. Le marqueur ouvre donc, grâce à la préposition en, un espace mental contenant dans lequel l’argument introduit subsume les arguments précédents.

36Dans (15), en fin opère une récapitulation, mais si l’on considère la suite du discours, l’on s’aperçoit que le segment introduit par en fin permet un recentrage sur la personne du locuteur. La narratrice, en effet, parle d’elle-même, puis des activités de ses semblables le vendredi soir. Elle semble s’exclure et envisager les choses de l’extérieur : y te da pena de la gente que está cenando en restaurantes… (et tu plains les gens qui dînent dans des restaurants…), puis elle revient clairement à elle : lo que suelo hacer yo misma… (ce que je fais moi-même d’habitude…). La personne du locuteur est exprimée à la fois par la désinence verbale du verbe soler (avoir l’habitude de) et par le pronom personnel sujet yo (je), renforcé par misma (même) qui fonctionne ici comme foyer au sens où il est le lieu de l’accent focal et reçoit une intonation marquée. Les paragraphes suivants continuent la focalisation sur la personne du locuteur : Me acabo de beber la primera copa a tu salud… (Je viens de boire la première coupe à ta santé…), Antes de servirme la segunda copa, me he levantado… (Avant de me servir la deuxième coupe, je me suis levée…). L’on constate donc un recentrage sur le locuteur en tant qu’être du monde (λ), c’est-à-dire objet du discours (Ducrot 1984, p. 199-201).

37La réorientation est souvent thématique : le locuteur abandonne un thème discursif parce qu’il ne sert à rien de continuer à en parler :

  • 6 Le duro est une pièce de monnaie de 5 pésètes.

(20)

Don José Rodríguez de Madrid está hablando con dos amigos que juegan a las damas.
– Ya ven ustedes, ocho duros, ocho cochinos duros. Después la gente, habla que te habla.
Uno de los jugadores le sonríe.
– ¡ Menos da una piedra, don José !
– ¡ Psché ! Poco menos. ¿ A dónde va uno con ocho duros ?
– Hombre, verdaderamente, con ocho duros poco se puede hacer, ésa es la verdad ; pero, ¡ en fin !, lo que yo digo, para casa todo, menos una bofetada.
– Sí, eso también es verdad ; después de todo, los he ganado bastante cómodamente…
Al violinista a quien echaron a la calle por contestar a don José, ocho duros le duraban hasta ocho días. Comía poco y mal, cierto es, y no fumaba más que de prestado, pero conseguía alargar los ocho duros durante una semana entera ; seguramente había otros que aún se defendían con menos
. Don José Rodríguez de Madrid parle avec deux amis qui jouent aux dames.
– Vous voyez, huit duros6, huit malheureux duros. Et les gens après, et vas-y que je parle. Un des joueurs lui sourit.
– C’est mieux que rien !
– Peuh ! À peine. Où va-t-on avec huit duros ?
– Réellement, mon vieux, avec huit duros on ne peut pas faire grand-chose, c’est bien vrai ; enfin  ! Moi, ce que j’en dis, c’est que tout ce qui rentre fait ventre, sauf les coups.
– Oui, c’est bien vrai ; après tout, je les ai gagnés assez facilement… au violoniste qu’on avait jeté à la rue parce qu’il avait répondu à don José, huit duros lui faisaient jusqu’à huit jours. Il mangeait peu et mal, c’est certain, et il ne fumait que les cigarettes qu’on lui donnait, mais il parvenait à faire durer les huit duros une semaine entière ; il y en avait sûrement d’autres qui se vivaient même avec moins. (Cela 1985, p. 49-50)

38Nombreux sont les cas où le segment introduit par en fin fait suite à un mouvement concessif et introduit une espèce d’aphorisme qui vient clore formellement l’échange avec l’interlocuteur. Ici, don José se plaint d’avoir gagné une misère à la loterie et ses amis lui font remarquer que c’est toujours mieux que rien : menos da una piedra (c’est mieux que rien), dit le premier. Le deuxième abonde, dans un premier temps, dans le sens de don José pour apporter ensuite un correctif : tout est bon à prendre. Il s’opère là encore un recentrage sur la personne du locuteur : l’on passe de l’indéfinition avec se poco se puede hacer (on ne peut pas faire grand-chose) – à l’individualisation absolue avec un verbe à la première personne du singulier renforcé par la présence du pronom sujet yo : lo que yo digo (moi, ce que j’en dis). Le locuteur, avec en in, dit clairement restons-en là, mais il a introduit avec pero un argument anti-orienté. Au point de vue de son interlocuteur, il oppose le sien qui devient le nouvel objet de discours et il compte bien que son argumentation fera son chemin dans l’esprit de son interlocuteur. C’est ce qui se passe dans notre exemple, puisque don José reconnaît finalement que son ami a raison.

39L’exemple (18) présente également un cas de réorientation thématique patent. L’on observe que, dans cet exemple, le segment introduit par en fin vient synthétiser ce qui précède : hizo un silencio (il garda le silence) et yo no contestaba (je ne répondais pas).

40La question qui se pose est la suivante : est-ce réellement en fin qui introduit la réorientation ? Nous avons le sentiment que non. En fin déclare, comme nous l’avons dit, que ce qui suit est à comprendre comme la fin de quelque chose (énumération, argumentation, thème discursif, acte de parole) et nous sommes tentée de croire qu’il ne fait que cela. Mais il favorise certainement la réorientation car, si le discours continue après la phase de clôture, il le fait nécessairement sur de nouvelles bases.

*

41Nous voici arrivée, nous aussi, au terme de notre parcours. Il ressort de l’examen du corpus étudié que le comportement de nos deux marqueurs doit beaucoup aux prépositions qu’ils renferment. Ainsi, a dans al fin y al cabo nous situe en contiguïté avec la limite et renvoie au parcours accompli antérieurement. Le marqueur va alors introduire le terme d’un parcours délibératif que l’interlocuteur devra reconstruire. Grâce à en, qui est la préposition de l’intériorité mais aussi de la localisation ponctuelle, en fin ouvre un espace mental englobant dans lequel il inclut la séquence qu’il introduit ou accompagne. Et cet espace mental peut se faire point de départ d’une nouvelle perspective. Très souvent, en fin sélectionne un nouveau topique qui réoriente le discours.

Bibliographie

CAMPRUBI Michel, 2001, Études fonctionnelles de grammaire espagnole, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

CASADO VELARDE Manuel, 1998, «Lingüística del texto y marcadores del discurso », Los marcadores del discurso. Teoría y análisis, M. A. Martín Zorraquino, e. Montolío Durán éd., Madrid, arco-libros, p. 55-70.

DUCROT Oswald, 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.

GARCÉS GÓMEZ María Pilar, 2006, «Las operaciones de reformulación », Actas del XXV Simposio internacional de la Sociedad española de lingüística, León, Université de León, p. 654-672 (en ligne : http://www3.unileon.es/dp/dfh/SEL/actas.htm).

GRICE Herbert Paul, 1979, «Logique et conversation », Communication, no 30, p. 57-72.

GÜLICH Elisabeth, KOTSCHI Thomas, 1983, «Les marqueurs de reformulation paraphrastique »,

Cahiers de linguistique française, no 5, p. 305-351.

MARTÍN ZORRAQUINO María Antonia, MONTOLÍO DURÁN Estrella éd., 1998, Los marcadores del discurso. Teoría y análisis, Madrid, Arco-Libros.

PORTOLÉS LÁZARO José, 1999, «Los marcadores del discurso », Gramática descriptiva de la lengua española, I. Bosque Ignacio, V. Demonte éd., Madrid, Espasa Calpe, cap. 63, vol. 3, p. 4051-4213.

ROSSARI Corinne, 1990, « Projet pour une typologie des opérations de reformulation », Cahiers de linguistique française, n o 11, p. 345-359.

ROULET Eddy, 1987, « Complétude interactive et connecteurs reformulatifs », Cahiers de linguistique française, n o 8, p. 111-140. — et al., 1991, L’articulation du discours en français contemporain, Berne, Peter Lang.

Corpus

BECERRA Carmen, 1990, Guardo la voz, cedo la palabra. Conversaciones con Gonzalo Torrente Ballester, Barcelone, Anthropos.

CELA Camilo José, 1985, La colmena, Madrid, PPP Ediciones.

CERCAS Javier, 2005, La velocidad de la luz, Barcelone, Tusquets.

DELIBES Miguel, 2003, Cinco horas con Mario, Barcelone, Destino.

LLAMAZARES Julio, 1996, La lluvia amarilla, Barcelone, Seix Barral.

MARSÉ Juan, 1996, Últimas tardes con Teresa, Barcelone, Seix Barral.

MARTÍN GAITE Carmen, 1992, Nubosidad variable, Barcelone, Anagrama.

VALLE-INCLÁN Ramón del, 2006, Luces de bohemia, Madrid, Espasa Calpe.

Notes

1 Bien qu’il soit toujours délicat d’établir des correspondances d’une langue à une autre, l’on peut dire que al fin y al cabo est très proche de marqueurs français en fin de compte, tout compte fait ou encore après tout. Quant à en in, il a de grandes affinités avec enfin – en sachant que ce dernier correspond, selon les contextes, à en fin ou à por fin – et avec bref.

2 Toutes les traductions proposées sont les nôtres.

3 Es decir et esto es sont des équivalents de c’est-à-dire. O sea, mejor dicho sont plutôt proches de autrement dit et a saber de à savoir.

4 Dans estoy en el patio, la cour est vue comme un espace qui peut contenir le locuteur.

5 Il existe, bien évidemment, des termes qui acceptent les deux représentations – limite ou étendue –, c’est alors la préposition qui indiquera la vision du locuteur : Bilbao está a orillas del Cantábrico / me quedo en la orilla (Bilbao est au bord de la mer cantabrique / je reste sur le bord).

6 Le duro est une pièce de monnaie de 5 pésètes.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540