Version classiqueVersion mobile

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Partie II. Connecteurs et particules

Une approche polyphonique de deux adverbes d’énonciation, franchement et sincèrement

Adelaida Hermoso Mellado-Damas

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du corpus Frantext, base textuelle développée par le ATILF (Analyse et traitement informa (...)

1Malgré son importance, la classe dite des adverbes d’énonciation n’a pas reçu, à notre avis, une description complète et homogène, capable de rendre compte de la diversité et de la nature des éléments qui l’intègrent. Les études qui leur sont consacrées soulèvent, d’après nous, deux objections : d’une part, l’on y privilégie très souvent les critères distributionnels et formels plutôt que les traits sémantiques correspondant à chaque item lexical (Mørdrup 1976, Molinier 1990, Porroche 2006) ; d’autre part, même dans les cas où les critères sémantiques sont effectivement pris en compte, l’analyse des corpus étudiés n’est, la plupart du temps, que partielle. En effet, l’on a tendance à éliminer les occurrences qui présentent une position syntaxique interne – dénotant l’adverbe en tant que constituant – pour conserver uniquement celles qui opèrent en dehors du cadre de la phrase (Schreiber 1972, Nølke 1987, Hermoso 2000). Afin de pallier ces insuffisances, notre approche aura un caractère fondamentalement sémantique et tiendra compte de la totalité des occurrences du corpus objet d’analyse1.

  • 2 Voir A. Hermoso (2009).

2Partant des mêmes principes que ceux développés dans notre dernier travail2, nous nous proposons de faire cette fois une étude comparative de franchement et sincèrement (FR et SR, respectivement, par la suite), qui nous permette d’arriver au constat que ces deux unités, tout en appartenant à la même classe, présentent toutefois des comportements différents, et ce du fait des traits sémantiques qui leur sont associés. L’objectif de confronter deux adverbes si proches quant aux niveaux et points d’incidence qu’ils présentent consiste justement à faire remarquer l’importance du rôle joué par leurs contenus sémantiques respectifs dans la lecture d’ensemble de la séquence où ils figurent.

  • 3 « Lorsque l’on parle – affirme l’auteur –, on se situe toujours d’un certain point de vue, que le d (...)

3Prenant comme outil d’analyse la théorie standard de la polyphonie – inscrite dans le cadre général de la sémantique argumentative (Anscombre et Ducrot 1983) –, et nous inspirant de certains concepts plus spécifiques développés par Jean-Claude Anscombre (1992), nous considérons que tant FR que SR, lorsqu’ils opèrent comme marqueurs d’attitude énonciative, construisent un « espace discursif »3 qui offre un cadre à partir duquel situer et gérer les différentes voix évoquées lors de la production de tout acte énonciatif.

  • 4 C’est-à-dire : une certaine stratégie discursive, qui peut être réalisée de différentes façons, y c (...)

4Dans une première partie, nous focaliserons notre attention sur les aspects syntaxique et sémantique de l’analyse de ces deux unités. Nous verrons ainsi les différentes positions qu’elles peuvent occuper au niveau de la phrase et les traits sémantiques primaires qui leur permettent d’occuper ces positions. Dans une deuxième partie, nous nous proposerons de voir comment ces incidences phrastiques se transposent au niveau énonciatif, et dans quelle mesure, les instructions sémantiques associées à FR et SR aident à construire une dynamique polyphonique4 distincte pour chacun d’eux.

Traits syntaxiques et sémantiques de FR et SR

  • 5 Ce qui vient à dire que l’on peut trouver un même type d’incidence, de modification, mais opérant à (...)

5Suivant les principes esquissés par Oswald Ducrot (1984), nous partons d’une première hypothèse selon laquelle derrière toute manifestation discursive il existe trois types de phrases : la phrase de base qui correspond aux contenus assertés ; la phrase modale qui dénote l’attitude du sujet parlant vis-à-vis de ces contenus ; et enfin la phrase d’énonciation qui décrit les circonstances communicatives ou l’attitude énonciative du locuteur par rapport à son dire. Suivant ces principes, lorsque nous parlons de traits syntaxiques de FR et SR, nous ne faisons pas référence uniquement aux positions que ces adverbes occupent à l’intérieur de la phrase, mais également – et surtout – à celles qu’ils sont censés occuper dans le reste des niveaux5.

FR et SR à incidence phrastique

6À partir des acceptions données par le dictionnaire Le Petit Robert (2002) de ces deux adverbes, et à l’aide de notre corpus, nous avons établi les types d’incidences phrastiques que présentent FR et SR, ainsi que le trait sémantique que nous considérons commun à ces acceptions.

  • 6 Voir a. Hermoso (2009).

7Comme nous l’avons déjà souligné ailleurs6, l’adverbe FR présente deux types de fonctions phrastiques, illustrées en (1) et (2) respectivement :

(1) Le public dansait franchement (Mohamed Embarek)
(1a) Ce que le public faisait franchement c’était danser
(1b) Le public était franc en dansant/lorsqu’il dansait
(2) Je fus franchement heureux de la retrouver un court moment (René Char)

  • 7 Paraphrase proposée par S. Schlyter (1977).

8En (1), FR agit en tant que « adverbe de manière-sujet » (Schlyter 1972, p. 139), c’est-à-dire modifie le verbe danser de la phrase (1a), se rapportant en même temps, sémantiquement, au sujet le public de celle-ci (1b) ; les paraphrases (a)7 et (b) illustrent ce caractère double de l’incidence. FR correspond ici à la première acception donnée par le dictionnaire (sans hésitation, d’une manière décidée : y aller franchement).

9En (2), FR modifie l’adjectif heureux, avec comme finalité de renforcer son contenu sémantique et un sens voisin de celui des adverbes intensifs très ou bien. Il correspond ici à la deuxième acception donnée par le dictionnaire (vraiment ou indiscutablement). La seule contrainte à retenir dans ce cas serait positionnelle : l’adverbe doit toujours précéder l’adjectif qu’il modifie.

10Pour ce qui est de SR, Le Petit Robert (2002) présente une seule entrée, à savoir : d’une manière sincère, de bonne foi, illustrée par un passage d’André Maurois : Don Quichotte, sincèrement et ardemment, voulait être chevalier.

11Pourtant nous avons repéré dans notre corpus deux types d’incidences phrastiques, parallèles à celles que présente FR : la première, retenue en (3), coïncide en effet avec la seule acception donnée par le dictionnaire, selon laquelle SR modifie le verbe de la phrase :

(3) Stéphane y croyait sincèrement (Hervé Guibert)
(3a) Ce que Stéphane faisait sincèrement c’était y croire
(3b) Stéphane était sincère en y croyant/lorsqu’il y croyait

12Il s’agit dans ce cas d’un adverbe de manière-sujet, ce qui permet de lui faire passer les tests employés ci-dessus – (1a) et (1b) – : le premier, (3a), qui remarque le côté verbal de l’incidence, le second, (3b), qui illustre le lien existant entre l’adverbe et le sujet de la phrase.

  • 8 Les seules occurrences dans notre corpus qui montrent l’adverbe dans cette position.

13La deuxième incidence de SR est montrée en (4), (5) et (6)8, trois phrases attributives où l’adverbe modifie les adjectifs étonnée, surpris et soulagé, respectivement.

(4) Elle parut sincèrement étonnée (Émile Ajar)
(5) Il semblait sincèrement surpris, Bauer (Anne Page)
(6) J’étais profondément et sincèrement soulagé (Hervé Guibert)

14En principe, l’on ne trouve pas de différence quant aux fonctions phrastiques présentées par FR et SR. Mais ce parallélisme dans la syntaxe des deux adverbes n’est en réalité qu’une apparence. Pour ce qui est de la première fonction syntaxique, il y a une distance entre ces deux unités qui concerne les types des verbes modifiés. Si l’on compare les exemples (1) et (3), l’on constate déjà une première différence quant à la nature sémantique des procès dénotés par les verbes danser et croire, et le rôle que les sujets respectifs, le public et Stéphane, jouent dans ces deux procès. Cette différence se voit plus nettement si l’on observe les deux séries de verbes affectés par chaque adverbe, d’après l’analyse du corpus. Dans le cas de FR, les verbes repérés sont les suivants : rigoler, rire, danser, aller, poser (une question), crier ; SR, pour sa part, accompagne des verbes tels que : penser, réfléchir, croire, songer, se réjouir, regretter, aimer, se plaindre. Au premier abord, l’on constate déjà quel est le trait commun à toutes ces formes verbales : elles impliquent un actant humain en tant que responsable direct du fait dénoté, mais présentent cependant une différence qui concerne le type d’implication mis en jeu. FR accompagne des verbes qui dénotent un degré d’expressivité que le sujet parlant a l’occasion de montrer et donc d’augmenter, d’exagérer. En revanche, SR modifie des verbes qui présentent un caractère plutôt introspectif, des verbes psychologiques qui dénotent des procès beaucoup plus difficiles à montrer et donc moins aptes à être quantifiés. Remarquons à cet effet la différence entre crier et se plaindre ; entre rire, rigoler et se réjouir ; entre poser une question et penser, croire, songer ou réfléchir.

  • 9 Les verbes modifiés par FR présentent par ailleurs une plus grande diversité sémantique que ceux af (...)

15En effet, comme on l’a déjà affirmé ailleurs, FR a pour objectif d’amplifier le degré de la notion exprimée par le verbe qu’il modifie, et d’accroître ainsi sa force argumentative – on l’a considéré de ce fait comme un modificateur réalisant (Ducrot 1995). Quant à SR, il déclenche un effet sémantique différent qui concernerait, non pas la quantité du sémantisme verbal, mais plutôt sa qualité. il ne s’agit pas dans le cas de SR de mesurer une force mais de la décrire : SR ajoute un qualificatif à la façon dont le sujet exprime une sensation ou conçoit une idée. De ce point de vue l’on peut dire que FR tend à souligner le côté verbal de la relation, tandis que SR penche son incidence plutôt du côté du sujet de la phrase9.

16Et cette différence sémantique que présentent FR et SR se voit confirmée lorsque l’on observe les segments où ces deux unités opèrent en tant que modificateurs d’adjectif – exemples (2), (4), (5) et (6). Dans ces cas, ils présentent aussi quelques divergences, surtout en ce qui concerne les contraintes qui régissent les occurrences de SR. À part celle – partagée par les deux adverbes – qui les oblige à précéder l’adjectif modifié, deux conditions sont nécessaires pour que SR puisse occuper cette position syntaxique : la première concerne le caractère animé du sujet de la phrase ; la seconde le sémantisme de l’adjectif modifié :

(7) L’inverse me paraissait franchement (*SR) douteux (François Séguin)
(8) Le silence devenait franchement (*SR) nu (René Char)

17Les sujets inanimés de (7) et (8) rendent la présence de SR inacceptable. Même dans les cas où l’adjectif opère en tant qu’attribut du complément d’objet, celui-ci doit référer, obligatoirement, à une personne, et jamais à une chose, ce qui vient souligner le lien qu’entretient SR non seulement avec l’adjectif attributif mais aussi – et surtout – avec le substantif base de l’attribution. Comparons :

(9) Paul a laissé Marie FR/SR étonnée
(10) Paul a laissé le livre FR/*SR déchiré

18À la vue de ces exemples l’on peut affirmer que contrairement à FR qui limite son incidence à intensifier le sens de l’adjectif qui le suit, SR présente une double portée sujet-attribut ou, ce qui revient au même, il modifie le rapport existant entre l’adjectif et le substantif, c’est-à-dire l’attribution.

19Mais, comme nous l’avons déjà signalé ci-dessus, le caractère animé du substantif impliqué – sujet ou objet – n’est pas la seule condition pertinente dans cette acception de SR, le sémantisme de l’adjectif modifié jouant également un rôle capital à ce propos. Observons les exemples (11) et (12) :

(11) Elle le trouvait franchement (*SR) nul (Ewelina Hanska)
(12) Elle le trouvait franchement (SR) surpris

  • 10 Notons qu’il s’agit dans tous ces cas d’adjectifs construits sur des participes passés, ce qui soul (...)

20Comme illustré en (12), SR est acceptable lorsqu’il modifie un adjectif du genre de ceux trouvés dans les exemples (4-6) ci-dessus (étonné, surpris, soulagé, ému, intéressé, affligé, etc.), qui impliquent la participation d’un sujet animé dans la notion exprimée10 – voire qui dénotent un sentiment ou un état d’âme que le sujet a le choix de montrer ou non –, et non pas seulement une qualification faite par une troisième personne, comme celle dénotée par des adjectifs du type nul, beau, intelligent, grand, etc. Ces adjectifs ne font aucune allusion à l’expressivité ou aux sentiments de la personne imputée et donc échappent à la portée de SR. Les segments (13), (14) et (15), ainsi que leurs paraphrases respectives (13a), (14a) et (15a), en font preuve :

(13) Je la crois SR affligée
(13a) Je crois que son affliction est sincère/qu’elle est sincère en montrant son affliction
(14) Je la crois *SR belle
(14a)* Je crois que sa beauté est sincère/qu’elle est sincère en montrant sa beauté
(15) Je la crois FR belle
(15a) Je crois qu’elle est très belle

  • 11 C’est peut-être la raison pour laquelle, dans notre corpus, cet adverbe accompagne toujours des adj (...)

21Comme le montrent ces exemples, l’adverbe FR admet n’importe quel contexte. Dans la deuxième acception apportée par le Petit Robert (2002), FR modifie uniquement l’adjectif qualificatif. SR par contre n’opère pas en tant qu’adverbe intensif dans de tels cas, mais comme modificateur du rapport existant entre un adjectif et le substantif qu’il qualifie ; il modifie donc l’adjectif uniquement dans son rapport à un substantif faisant référence à une personne11. En effet, l’adverbe en (4), (5) et (6) réfère à la manière dont le sujet exprime l’étonnement, la surprise et le soulagement, respectivement ; l’adverbe en (2) par contre souligne le degré dans l’expression dénotée par l’adjectif heureux.

22L’étude des incidences phrastiques occupées par ces deux adverbes nous permet de voir quels sont les traits sémantiques attachés à chaque unité : l’on constate que FR amplifie le degré de la notion exprimée soit par le verbe, soit par l’adjectif et, comme tel, il peut accompagner n’importe quel élément, avec la seule condition que celui-ci présente un caractère graduel. L’instruction sémantique qui lui est associée consiste à agir en tant que modificateur réalisant de l’élément qu’il modifie ; SR pour sa part ne joue pas ce rôle intensif : il décrit la façon dont un sujet animé montre une sensation ou exprime une pensée en lui attribuant un qualificatif.

Fr et SR à incidence énonciative

  • 12 Voir a. Hermoso (2009).

23Selon notre hypothèse de départ – déjà esquissée ailleurs12 –, lorsque ces deux unités opèrent en tant qu’adverbes d’énonciation, elles ne font que transporter l’une de leurs fonctions phrastiques à un niveau supérieur de la structure énonciative, sans perdre pour autant les traits sémantiques qui les caractérisent, ni les contraintes combinatoires qui font partie de leurs spécificités syntaxiques.

24Quant au point d’incidence, il est donc évident que les deux adverbes subissent le même type de transposition au niveau énonciatif : ils portent sur le verbe dire, noyau de l’énonciation, se rapportant en même temps au sujet de la phrase énonciative, et adoptant par là même le premier type de fonction phrastique signalée ci-dessus, à savoir la fonction d’adverbe de manière-sujet. Les exemples (16) et (17) cachent la forme paraphrasée en (16a) et (17a), respectivement, et peuvent donc subir les mêmes transformations que les occurrences (1) et (3) déjà citées, comme le montrent les variantes respectives (b) et (c) ci-dessous :

(16) Franchement, je n’ai pas de pitié pour eux (Victoria Therame)
(16a) Je te dis franchement X (X = je n’ai pas de pitié pour eux)
(16b) Ce que je fais franchement c’est te dire que je n’ai pas de pitié pour eux
(16c) Je suis franc en te disant/lorsque je te dis que je n’ai pas de pitié pour eux
(17) sincèrement, ça ne pouvait pas être pire (Philippe Djian)
(17a) Je te dis sincèrement X (X = ça pouvait pas être pire)
(17b) Ce que je fais sincèrement c’est te dire que ça ne pouvait pas être pire
(17c) Je suis sincère en te disant/lorsque je te dis que ça ne pouvait pas être pire

25Or, même si ces deux unités partagent et le niveau et le point d’incidence – le verbe d’énonciation –, elles ne présentent pas pour autant le même type d’incidence. En effet, le rapport que FR et SR entretiennent avec le reste des arguments inscrits au prédicat énonciatif – le sujet je, le complément d’objet indirect te et le complément d’objet direct ou contenus assertés – marquera la différence quant à la spécificité syntaxique de ces deux unités.

  • 13 L’on pourrait donc, à partir de là, affiner l’analyse et dire que FR est un adverbe de manière-obje (...)

26Considérant ainsi le type d’incidence qui concerne chaque adverbe, l’on dira que FR est en rapport avec la deuxième personne impliquée dans le prédicat énonciatif, face à SR qui fait plutôt porter sa modification du côté du sujet énonciateur. Par conséquent, même si les paraphrases (b) et (c) de (16) et (17) sont identiques en forme et grammaticalité, elles ne le sont pas en importance : en (16), la paraphrase (b) est celle qui s’ajuste de manière plus précise au sémantisme de FR, en ce sens que c’est celle qui détache le côté verbal de l’incidence de l’adverbe, et avec lui le reste des actants qui en dépendent. En (17), par contre, la glose (c), en tant que mise en relief du rôle joué par le sujet de la phrase dans l’instance de discours impliquée, est celle qui correspond le mieux au sémantisme de SR13.

27Qui plus est, ces deux paraphrases mettent en relief encore un détail, petit mais important : il s’agit de la présence du pro-verbe faire en (16b), face à celle du verbe être en (17c) ; le premier soulignant le caractère actif du prédicat énonciatif, le second en détachant par contre le caractère descriptif – deux nuances de sens qui se feront sentir, comme on le verra, dans notre analyse polyphonique.

Analyse polyphonique de FR et SR

28Compte tenu du fait qu’une dynamique discursive dépend du nombre et du type d’énonciateurs évoqués par un énoncé, ainsi que de la relation que le locuteur entretient avec eux, l’on peut affirmer que FR et SR en position énonciative vont déterminer – au moins en partie – la dynamique polyphonique de l’énoncé qu’ils accompagnent, et cela en vertu de leurs traits sémantiques respectifs.

29Enchaînant donc avec les résultats exposés dans notre première partie, nous verrons comment les traits sémantiques et les conditions syntaxiques de FR et SR se traduisent en deux schémas polyphoniques très proches mais différents. Deux critères seront retenus dans ce cas : le premier concerne le type d’incidence que présente chaque adverbe – l’on partira donc des notions esquissées ci-dessus dans la deuxième section de notre première partie – ; le second a trait aux effets déclenchés par les instructions sémantiques qui leur sont associées – présentées dans la première section de notre première partie.

D’après le type d’incidence

30Comme nous l’avons vu ci-dessus, l’adverbe FR présente une incidence orientée vers le verbe dire et le sujet je, mais qui souligne en particulier la marque de deuxième personne te qui participe au prédicat énonciatif – ainsi que les contenus objet de ce prédicat. Cette orientation de l’incidence va entraîner l’inclusion d’un second actant, l’allocutaire, parmi les énonciateurs impliqués dans le jeu polyphonique qui construit le sens de l’énoncé.

  • 14 À la suite de O. Ducrot (1984).
  • 15 Il peut aussi bien, dans ce cas, s’agir d’un personnage autre que l’allocutaire, mais en tout cas f (...)

31Une fois admis14 que derrière tout énoncé négatif il y a au moins deux énonciateurs – l’un responsable du point de vue explicitement évoqué (e1), l’autre qui soutient le point de vue contraire (e2) –, l’on dira qu’en tant que cadre discursif, FR construit une dynamique polyphonique double. D’une part, l’adverbe impute la responsabilité de (e2) – au moins en première instance – à l’allocutaire (a)15 – présent dans la marque de deuxième personne inscrite au verbe dire. D’autre part, il attribue les contenus explicitement énoncés au locuteur (l), sujet de l’énonciation. À partir de ces considérations, l’exemple (16) présenterait le schéma polyphonique suivant :

(16)

FR, je n’ai pas de pitié pour eux
e1 : je n’ai pas de pitié pour eux
e2 : j’ai de la pitié pour eux
e3 : A = e2
e4 : L = e1

32Le cas de SR s’avère différent. il souligne le rôle représenté par la première personne dans la gestion des voix impliquées : il coïncide avec FR en ce qu’il attribue les contenus explicitement énoncés au locuteur, mais en diffère quant au rôle accordé à la deuxième personne inscrite dans le verbe dire, pratiquement absente dans ce cas. Ce que détermine la présence de SR, c’est la non-identification du locuteur avec une voix qui préexiste au moment de l’énonciation et qui souscrit au point de vue contraire à celui exposé dans l’énoncé. le locuteur fait ainsi appel à un point de vue qu’il aurait pu choisir mais qu’il a rejeté en faveur du point de vue contraire. À partir de ces considérations, l’on peut proposer pour (17) l’ébauche polyphonique suivante :

(17)

SR, ça ne pouvait pas être pire
e1 : ça ne pouvait pas être pire
e2 : ça pouvait être pire
e3 : L ≠ e2
e4 : L = e1

33Comme le montrent les deux structures développées en (16) et (17), les dynamiques déclenchées par FR et SR se trouvent très proches l’une de l’autre mais sans être tout à fait identiques : toutes les deux dénotent une distance entre deux points de vue mais elles diffèrent quant à l’assignation de ces deux points de vue. Dans le premier cas (FR), il y a deux personnages impliqués, dans le second (SR), il n’y en a qu’un.

D’après les instructions sémantiques qui leur sont attachées

34D’après l’instruction sémantique associée à FR, celui-ci opère en tant que modificateur réalisant du verbe d’énonciation dire et de ses arguments, ce qui suppose accroître la force du point de vue évoqué dans l’énoncé (e1) et, par conséquent, réduire celle de la voix implicitement attribuée à l’allocutaire (e2). FR construit ainsi un espace polémique étant donné qu’il augmente la distance qui existe entre les deux voix opposées. Nous ajouterons donc deux énonciateurs à notre schéma polyphonique de départ : le premier (e5) désignant le degré de l’opposition, le second (e6) la réalisation qui en résulte :

(16)

FR, je n’ai pas de pitié pour eux
e1 : je n’ai pas de pitié pour eux
e2 : j’ai de la pitié pour eux
e3 : a = e2
e4 : L = e1
e5 s’oppose ouvertement à e3
e6 : e5 accroît la force argumentative de e1

35Le deuxième adverbe, SR, déploie par contre une dynamique polyphonique distincte de celle instaurée par FR. tel qu’on l’a vu, le trait sémantique associé à SR est descriptif et qualificatif – et non pas intensif ou impliquant une quantité. D’après les instructions sémantiques qui lui sont associées, SR attribue la qualité de sincère à l’identification du locuteur avec la voix qui adhère aux contenus assertés (e1). Ceci suppose que l’on augmente la distance entre le locuteur et l’énonciateur qui souscrit au point de vue contraire à (e1), (e2), et que l’on accroît ainsi, indirectement, la force argumentative de (e1). C’est grâce au sémantisme de l’adjectif de base, sincère, que l’on assiste à ce dédoublement du locuteur. Comme l’affirme María Luisa Donaire (2006, p. 66), « dans ce cas “l’autre” n’est pas une règle, ni un autre locuteur, il ne représente rien d’extérieur au locuteur, mais lui-même, cet autre moi qui dirait le contraire de ce que je pense ». Effectivement, l’adverbe implique l’ajout de deux énonciateurs à notre schéma de l’énoncé (17) : le premier (e5) désigne la qualification de l’attribution ; le second, (e6), la distance dénotée en (e3) qui est donc augmentée par cette attribution :

(17)

SR, ça ne pouvait pas être pire
e1 : ça ne pouvait pas être pire
e2 : ça pouvait être pire
e3 : L ≠ e2 (implicite)
e4 : L = e1 (implicite)
e5 : L est sincère lorsqu’il s’identifie à e1
e6 : e5 accroît la distance dénotée en e3 (et réalise indirectement la force de e1)

36Comme illustré dans le schéma de (17), SR opère aussi en tant que modificateur réalisant des contenus énoncés, mais par une voie indirecte, comme effet d’une gestion antérieure : SR attribue une qualité au sujet qui déclenche ce dédoublement de voix ; il souligne par là le choix fait par le locuteur – sa prise en charge de (e1) et sa distanciation de (e2) – et, d’une manière indirecte naturellement, l’objet de ce choix, (e1).

37À cause de cette dynamique polyphonique mise en jeu par SR, même dans un énoncé simple tel que celui illustré en (19), nous avons l’impression que l’adverbe SR instruit la présence d’un prédicat d’opinion implicite du type je trouve que, je pense que qui dénoterait l’adhésion du locuteur aux contenus Marie est mécontente – (e4) –, au lieu de porter directement sur les contenus eux-mêmes – (e1) –, comme c’est effectivement le cas de FR en (18) :

(18) FR, Marie est mécontente
(18a) Je dis que Marie est mécontente parce que je ne suis pas d’accord avec toi
(19) SR, Marie est mécontente
(19a) Je dis que Marie est mécontente parce que je le pense

  • 16 Bien entendu, il s’agit dans ces deux cas (18a et 19a) d’apporter une paraphrase illustrative – et (...)

38Dans les deux cas, les adverbes portent sur le prédicat énonciatif mais avec deux effets de sens différents paraphrasés en (18a) et (19a)16 : en (18a) l’on conteste une opinion ; en (19a) on la fait explicite et on la souligne. Le cadre instauré par FR serait polémique ; celui établi par SR descriptif.

39Cette nuance de sens qui différencie les deux unités se voit clairement illustrée dans les cas où l’adverbe accompagne un énoncé qui dénote un acte explicite, comme c’est le cas de FR en (20) :

(20)

(A) : J’ai du saucisson, aussi
(B) : Franchement, merci, mais j’ai du travail (A. Verne)

40L’adverbe en (20) ne concerne pas l’acte de remerciement mais plutôt les contenus qui ont déclenché cet acte : l’adverbe se met ici à la place d’une phrase négative qui refuse l’offre de l’interlocuteur (a) – comme par exemple je ne veux pas de saucisson – le vocatif merci étant ajouté après coup. Illustrons cette stratégie discursive à l’aide du plan polyphonique correspondant à (20) :

e1 : je ne prendrai pas de saucisson
e2 : je prendrai du saucisson
e3 : A = e2
e4 : L = e1
e5 s’oppose ouvertement à e3
e6 : e5 accroît la force argumentative de e1

41Si l’on remplace FR par SR en (20), ce qui donne l’énoncé (21), l’on s’aperçoit que l’effet déclenché par la présence de l’adverbe est différent :

(21)

Sincèrement, merci, mais j’ai du travail e1 : je vous remercie e2 : je ne vous remercie pas e3 : L ≠ e2 e4 : L = e1 e5 : L est sincère lorsqu’il s’identifie à e1 e6 : e5 accroît la distance dénotée en e3 (et réalise indirectement la force de e1)

  • 17 Rappelons ici la présence des verbes d’opinion penser et croire parmi ceux qui figurent sur la list (...)

42En effet, cette fois l’adverbe ne concerne pas les contenus qui ont motivé l’acte de remerciement, mais l’acte même de remerciement, et cela en vertu de cette référence obligée au sujet de l’énonciation – et sa prise en charge – instruite par l’adverbe. la base sémantique de SR, étroitement liée au locuteur et sa description en tant que sujet parlant, dirige sa portée vers l’acte d’adhésion aux contenus assertés17 ; les traits sémantiques associés à FR et qui ont pour cible le verbe et ses arguments – la deuxième personne et les contenus assertés – vont produire d’autres effets discursifs.

43Voyons à ce propos l’exemple (22), où SR marque l’attitude du locuteur vis-à-vis de l’acte de remerciement, comme le montre la paraphrase (22a) :

  • 18 Notons que le verbe remercier constitue un cas de ce que J. Cervoni (1987, p. 90) appelle synthèse (...)

(22) Sincèrement, je vous remercie (A. Vergne)
(22a) Je suis sincère en vous disant/lorsque je vous dis merci18

  • 19 Il ne l’implique pas de manière explicite au moins. Voici pourquoi : le verbe remercier – ainsi que (...)

44L’on constate que, si l’on substitue FR à SR dans cet exemple, ce qui donne l’exemple (23), la paraphrase qui en résulte (23a) nous montre l’orientation de l’incidence vers le verbe et son côté actif, plutôt que vers le sujet et sa description. Ceci nous amène à penser qu’en réalité, lorsqu’il s’agit de modifier l’acte de remerciement par FR, l’énoncé (24) est plus naturel que l’énoncé (23), en ce sens qu’en (24) l’adverbe modifie le verbe directement sans impliquer nécessairement l’acte d’énonciation19, ni la zone modale de l’adhésion.

(23) FR, je vous remercie
(23a) Ce que je fais franchement c’est vous dire merci
(24) Je vous remercie FR

45Cette série de considérations nous amènent à conclure que FR et SR organisent, à partir de leurs positions énonciatives, les différents énonciateurs convoqués par l’énoncé qu’ils accompagnent sans que cela suppose pour autant la modification des contenus qui donnent forme explicite à cet énoncé.

  • 20 Et il ajoute : « Comme l’illocutif personnalise de cette façon l’acte de communication, l’effet sém (...)

46Cela est particulièrement décisif lorsque ces adverbes accompagnent des énoncés impératifs ou interrogatifs. Morten Nøjgaard (1993, p. 167), à la suite de Ludo Melis (1983, p. 133), affirme à ce propos que dans un énoncé comme (25), FR équivaut à la phrase impérative sois franc, et affirme : « il s’ensuit que l’adverbial illocutif peut fort bien précéder l’ordre, précisant l’attitude dans laquelle l’interlocuteur doit recevoir – et réaliser – l’ordre »20

(25) Franchement, ne fais pas l’imbécile (cité par Ludo Melis 1983, p. 133) = Sois franc

47Or, le problème de cette analyse se trouve pour nous dans le fait d’avoir considéré FR en tant qu’adverbe concernant les contenus explicitement montrés, c’est-à-dire la phrase impérative, au lieu de lui conférer le rôle qui lui correspond effectivement : celui de déceler les différentes voix convoquées lors de l’énonciation de (25), et de gérer le rapport que le locuteur entretient avec ces voix. En effet, il s’oppose ouvertement à la voix qui souscrit au point de vue contraire à (e1) Tu ne fais pas l’imbécile, et souligne par-là celle qui adhère à (e1) Tu fais l’imbécile :

e1 : Tu fais l’imbécile
e2 : Tu ne fais pas l’imbécile
e3 : A = e2
e4 : L = e1
e5 s’oppose ouvertement à e3
e6 : e5 accroît la force argumentative de e1

48Le locuteur de (25) ne donne aucun ordre à son interlocuteur, mais l’accuse discrètement, en évitant par-là d’utiliser un ton plus agressif : c’est l’adverbe FR et les instructions sémantiques qui lui sont associées qui lui permet d’accomplir cette stratégie discursive.

49SR, pour sa part, qui instruit un cadre plus descriptif que polémique, se prête mieux à introduire des phrases interrogatives qu’à être placé en tête des phrases impératives. À cette occasion aussi, l’analyse polyphonique est la seule qui se trouve être explicative.

(26)

SR, elle est contente ?
e1 : elle est contente
e2 : elle n’est pas contente
e3 : L ≠ e1
e4 : L = e2
e5 : L est sincère lorsqu’il s’identifie à e2
e6 : e5 accroît la distance dénotée en e3 (et réalise indirectement la force de e2)

  • 21 Voir à ce propos S. Schlyter (1977) et M. Nøjgaard (1993), entre autres.

50Dans l’exemple (26), SR ne concerne pas la phrase interrogative, ni la future réponse de l’interlocuteur – comme le signalent la plupart des auteurs consultés21 –, mais les voix implicitement convoquées par l’énoncé – (e1) et (e2). Cependant elles sont évoquées en ordre inverse cette fois : (26) montre explicitement la voix contestée par le locuteur (e1) et cache celle à laquelle il dit adhérer (e2). Le locuteur de (26) ne s’attend pas à avoir une réponse sincère de la part de son interlocuteur, mais exprime – et souligne –, implicitement, quelle est son opinion.

***

51FR et SR dénotent deux attitudes énonciatives différentes dont la nature dépend de leurs traits sémantiques respectifs. Comme nous avons essayé de le montrer dans ces pages, l’analyse polyphonique nous permet de faire la transposition du niveau de la phrase au niveau de l’énonciation, et voir ainsi dans quel sens les instructions sémantiques de base de chaque unité déploient une dynamique discursive différente pour chacun d’eux : polémique dans le cas de FR, descriptive dans celui de SR. Nous passons ainsi du sens du mot au sens de l’énoncé.

52Nous avons constaté par là même que la classe des adverbes d’énonciation cache en réalité des unités avec des comportements syntaxiques et discursifs très divers. Ce n’est qu’à partir d’une analyse sémantique détaillée des unités qui l’intègrent que l’on peut obtenir une description cohérente de leur comportement ainsi qu’une classification bien fondée et opératoire.

Bibliographie

ANSCOMBRE Jean-Claude, 1985, « Grammaire traditionnelle et grammaire argumentative de la concession », Revue internationale de philosophie, n° 155, p. 333-349.
— 1992 «Espaces discursifs et contraintes adjectivales sur les groupes nominaux à article zéro », Énonciation et parti pris, W. de Mulder, F. Schuerewegen, L. Tasmowski éd., Amsterdam, Rodopi, p. 17-33.
DUCROT Oswald, 1983, L’argumentation dans la langue, Liège, Mardaga.

BELLERT Irena, 1977, « On semantic and distributional properties of sentential adverbs », Linguistic Inquiry, n° 8, p. 337-351.

CERVONI Jean, 1987, L’énonciation, Paris, PUF.

DONAIRE María Luisa, 2006, « les dialogues intérieurs à la langue », Le Français moderne, vol. 74, n° 1, p. 58-70.

DUCROT Oswald, 1980, « analyses pragmatiques », Communications, n° 32, p. 11-60.
— 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.
— 1995, « Les modificateurs déréalisants », Journal of Pragmatics, n° 24, p. 145-165.

GREENBAUM Sidney, 1970, Studies in English Adverbial Usage, Londres, Longman.

GUTIÉRREZ ORDÓÑEZ Salvador, 1997, La Oración y sus funciones, Madrid, Arcos libros.

HERMOSO Adelaida, 2000, « Adverbios de enunciación : caracterización y clasificación », Estudios pragmáticos : voz, narración y argumentación, Séville, Grupo andaluz de Pragmática, p. 131-158.
— 2008, « Personnellement : syntaxe, polyphonie, stéréotype », Des topoï à la théorie des stéréotypes en passant par la polyphonie et l’argumentation dans la langue, Chambéry, Université de Savoie, p. 335-347.
— 2009, « Franchement et personnellement : deux attitudes énonciatives, deux moments de l’énonciation », Langue française, n° 161, p. 23-38.

KOVACCI Ofelia, 1986, « sobre los adverbios oracionales », Estudios de gramática española, p. 163-179. MELIS Ludo, 1983, Les circonstants et la phrase, Louvain, Presses universitaires de Louvain.

MOLINIER Christian, 1990, « Une classification des adverbes en – ment », Langue française, n° 88, p. 28-40.

MØRDRUP Ole, 1976, « Sur la classification des adverbes en – ment », Revue romane, vol. 11, n° 2, p. 317-333.

NØLKE Henning, 1987, « Modality and polyphony. A study of some French adverbials », Travaux du Cercle linguistique de Copenhague, n° 23, p. 45-63.

NØJGAARD Morten, 1993, Les adverbes français. Essai de description fonctionnelle, Copenhague, Munksgaard.

PORROCHE Margarita, 2005, « Sobre francamente », Las gramáticas y los diccionarios de la enseñanza del español como segunda lengua : deseo y realidad, M. A. Castillo Carballo et al. éd., Séville, Université de Séville, p. 693-699.
— 2006, « Sobre los adverbios enunciativos españoles. Caracterización, clasificación y funciones pragmáticas y discursivas fundamentales », Revista española de lingüística, vol. 35, n° 2, p. 495-522.

SCHLYTER Suzanne, 1972, « Une hiérarchie d’adverbes en français », Recherches linguistiques, n° 1, p. 139-157.
— 1977, La place des adverbes en – ment en français, Konstant, Dissertation.

Notes

1 Il s’agit du corpus Frantext, base textuelle développée par le ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française), CNRS - Université de Nancy-2, disponible en ligne : www. frantext. fr

2 Voir A. Hermoso (2009).

3 « Lorsque l’on parle – affirme l’auteur –, on se situe toujours d’un certain point de vue, que le déroulement de la parole se fait à l’intérieur de certains cadres. Nous appellerons espaces discursifs ces points de vue. » (Anscombre 1992, p. 28)

4 C’est-à-dire : une certaine stratégie discursive, qui peut être réalisée de différentes façons, y compris syntaxique (Anscombre 1985, p. 345).

5 Ce qui vient à dire que l’on peut trouver un même type d’incidence, de modification, mais opérant à des niveaux énonciatifs différents.

6 Voir a. Hermoso (2009).

7 Paraphrase proposée par S. Schlyter (1977).

8 Les seules occurrences dans notre corpus qui montrent l’adverbe dans cette position.

9 Les verbes modifiés par FR présentent par ailleurs une plus grande diversité sémantique que ceux affectés par SR, ce qui pourrait très bien expliquer la seule entrée de SR donnée par le dictionnaire, face aux trois acceptions que l’on y trouve de FR. Ce fait se laisse voir aussi dans le nombre total d’occurrences figurant dans le corpus Frantext : 93 pour FR, 31 pour SR.

10 Notons qu’il s’agit dans tous ces cas d’adjectifs construits sur des participes passés, ce qui souligne le côté actif de la notion qu’ils expriment.

11 C’est peut-être la raison pour laquelle, dans notre corpus, cet adverbe accompagne toujours des adjectifs en position d’attribut, ce qui ne veut pas dire qu’il ne puisse modifier un adjectif épithète ou mis en apposition. Les conditions d’emploi dans les deux cas sont toujours les mêmes. Comparons : (a) Il a des amis FR/SR émotifs face à (b) Il assistait à des films franchement (*SR) niais (a. Vergne) ; et (c) Les enfants, FR/*SR bien élevés, attendent en silence, contre (d) Mais pourquoi ? it le commissaire, franchement (SR) surpris (a. Vergne).

12 Voir a. Hermoso (2009).

13 L’on pourrait donc, à partir de là, affiner l’analyse et dire que FR est un adverbe de manière-objet, face à SR qui serait un véritable adverbe de manière-sujet, tous les deux incident sur le prédicat énonciatif.

14 À la suite de O. Ducrot (1984).

15 Il peut aussi bien, dans ce cas, s’agir d’un personnage autre que l’allocutaire, mais en tout cas faisant partie d’une instance énonciative antérieure à celle introduite par l’adverbe (Donaire 2006).

16 Bien entendu, il s’agit dans ces deux cas (18a et 19a) d’apporter une paraphrase illustrative – et approximative – du sens déclenché par la présence de chaque adverbe, et jamais de construire une glose qui prétende s’accorder exactement à l’énoncé source.

17 Rappelons ici la présence des verbes d’opinion penser et croire parmi ceux qui figurent sur la liste montrée ci-dessus.

18 Notons que le verbe remercier constitue un cas de ce que J. Cervoni (1987, p. 90) appelle synthèse lexémique du verbe dire et le substantif merci, ce qui nous permet de paraphraser l’énoncé (22) sans la nécessité de rendre explicite le verbe de parole : Je suis sincère en vous remerciant.

19 Il ne l’implique pas de manière explicite au moins. Voici pourquoi : le verbe remercier – ainsi que d’autres du même groupe, tels que pardonner, saluer, etc. –, en tant que synthèse lexémique (voir la note précédente), a la capacité de réactiver une proposition énonciative sous-jacente du type je vous dis (FR) merci/pardon/salut, susceptible d’être modifiée par l’adverbe – mis entre parenthèse – et d’en déplacer par là le niveau d’incidence – du syntagme verbal de la phrase au syntagme verbal énonciatif. Ce n’est pas le cas par contre pour des verbes tels que conseiller ou suggérer, lesquels, bien que désignant le déroulement d’un acte de parole, sont construits sur des bases lexicales autres que dire, ne pouvant dès lors être sous la portée d’un adverbe d’énonciation. en fait, FR et SR en (a) et (b) modifient le verbe de la phrase, sans qu’ils puissent être déplacés : ainsi, par exemple, (a) je vous conseille FR/SR (x) et (b) je vous suggère FR/SR (x), équivaudraient à (a’) Je vous donne un conseil franc/sincère, et (b’) je vous fait une suggestion franche/sincère, respectivement.

20 Et il ajoute : « Comme l’illocutif personnalise de cette façon l’acte de communication, l’effet sémantique est de présenter l’ordre plutôt comme un souhait, une suggestion » (Nøjgaard 1993, p. 167)

21 Voir à ce propos S. Schlyter (1977) et M. Nøjgaard (1993), entre autres.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search