Version classiqueVersion mobile

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Partie I. Polyphonie

Un point de vue polyphonique sur le point de vue

María Luisa Donaire

Texte intégral

  • 1 P. Dendale et D. Coltier (2006) passent en revue quelques conceptions linguistiques du pdv. Pour la (...)

1Si, parmi les notions associées à la polyphonie, il y en a une particulièrement problématique, c’est bien la notion de point de vue (pdv par la suite). D’une part, la définition, si l’on peut dire qu’il y en a une, ne semble pas bien établie ; elle est plutôt plurielle1 et hétérogène, ce qui a des conséquences dans l’identification des pdv dans les énoncés. D’autre part, il n’y a pas d’accord pour identifier ou séparer pdv et énonciateurs, ni sur la place à attribuer aux pdv dans l’énoncé et/ou dans la langue.

2Nous nous proposons de réfléchir ici à un aspect particulier de la notion de pdv : le rapport pdv/polyphonie – dans la mesure où celle-ci réfère à une pluralité de pdv – et, secondairement, le rapport pdv/énonciateurs.

Point de vue et polyphonie. Quelques problèmes

3En ce qui concerne le rapport pdv/polyphonie, si l’on identifie polyphonie à pluralité de pdv, un énoncé pourra être considéré polyphonique dès qu’il convoque au moins deux pdv, et il ne sera pas polyphonique si l’on n’entend que la voix du locuteur (L par la suite). À cette condition, si dans l’énoncé l’on entend l et un énonciateur, l’on pourrait considérer qu’il y a polyphonie. Mais, si l’on identifie pdv exclusivement à énonciateur et non pas à L, il n’y aurait alors qu’un pdv et non pas plusieurs : serait-ce alors un cas de polyphonie, c’est-à-dire de pluralité de pdv ? Une possibilité consiste à considérer que l manifeste dans ce cas son pdv, différent de celui de l’énonciateur en question : le pdv serait-il donc fonction tant de L que des énonciateurs ?

4Ces réflexions suscitent le problème de la polyphonie de ces énoncés qu’une certaine optique considère comme descriptifs ou objectifs et qui seraient donc dépourvus de pdv. Il s’agit d’énoncés qui ne contiennent apparemment aucun indice de l’intervention d’une autre instance que L, comme c’est le cas, par exemple de :

Le mur est blanc
Le chat est sur le paillasson

  • 2 Deux remarques, à ce propos. D’abord, dans le « langage ordinaire » l’on n’exprime pas les points d (...)

5Peut-on alors soutenir qu’ils contiennent un pdv ? La réponse est pour certains négative. Citons, à ce propos, l’argument de Patrick Dendale et Danielle Coltier (2003, p. 110) contre la considération de Le chat est sur le paillasson comme un pdv : « le langage ordinaire admet difficilement qu’on dise *Mon point de vue est que le chat est sur le paillasson. »2

6Nous ferons une hypothèse, à propos de la présence de pdv dans ce type d’énoncés, qu’il s’agira par la suite de vérifier : la paraphrase qui rend compte du sens de ces énoncés ne serait pas de la forme Mon point de vue est que le mur est blanc/que le chat est sur le paillasson, mais plutôt de la forme Du point de vue X, le mur est blanc/le chat est sur le paillasson. C’est-à-dire que, pour interpréter le sens de ces énoncés, il faudrait tenir compte d’un pdv x non explicite mais évoqué par l’énoncé, dont celui-ci est une manifestation discursive parmi d’autres possibles, et par rapport auquel l’énoncé en question constitue une stratégie discursive, consistant en l’occurrence en une attitude favorable à ce pdv. Cela suppose d’ailleurs que l ne serait pas directement responsable ni de ce pdv ni de l’attitude favorable, mais de l’ensemble, c’est-à-dire de la stratégie discursive.

7Pour tester cette hypothèse, nous allons revenir sur l’analyse de trois types d’énoncés à valeur polyphonique reconnue : l’énoncé négatif, l’énoncé au conditionnel et l’énoncé concessif.

L’énoncé négatif

  • 3 Par convention, nous distinguons entre (1), désignant un énoncé, et [pdv1], désignant un point de v (...)

(1)3 le mur n’est pas blanc

  • 4 O. Ducrot utilise déjà cet exemple dans Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1972.

8L’exemple (1), devenu classique4, est un énoncé simple où personne d’autre que l’auteur de l’énoncé n’est mentionné explicitement, mais où l’on identifie facilement deux pdv nettement opposés. Le test d’anaphorisation permet de rendre compte de cette double présence :

  • 5 Test proposé par H. Nølke (1993, p. 220).

(1a) le mur n’est pas blanc, pourquoi le serait-il ?5

9ici, le reprend un pdv tel que pdv2 : pdv2 le mur est blanc

10attribué à une instance différente de celle que l’énoncé présente comme responsable de sa globalité, L, et différente également de celle qui s’attribue pdv1 :

pdv1 [contre pdv2]

11Un autre test, dans (1b), permet de mettre en évidence le rapport discursif entre L et l’autre instance qui se voit attribuer pdv2, celle que l’on s’accorde à designer par l’étiquette énonciateur :

  • 6 Voir J. Bres (1999).

(1b) Contrairement à ce que tu crois, le mur n’est pas blanc6

12Ici, cette autre instance, l’énonciateur, est identifiée à l’allocutaire, tu.

13Un troisième test, dans (1c), permettrait cette fois d’attribuer un contenu précis à cet autre pdv qui s’oppose à celui qui est contesté dans (1) :

  • 7 Ou bien, tout simplement : le mur n’est pas blanc, il est gris.

(1c) le mur n’est pas blanc, mais gris7

14mais introduit ici un pdv opposé à pdv2, c’est-à-dire pdv2’, qui pourrait être identifié au pdv de L, bien que rien n’est dit à ce propos dans l’énoncé :

pdv2’ le mur est gris

15Le caractère polyphonique de (1) ne serait donc pas contestable, puisque l’on entend une pluralité de voix qui dialoguent, mais il me semble un peu plus problématique de caractériser ces voix comme des pdv et de les attribuer à une instance énonciative.

16Tel qu’on l’a vu, L n’apparaît pas comme directement responsable de pdv2, et l’énoncé ne dit pas si l’on doit lui attribuer pdv1, pourtant il assume la responsabilité de l’ensemble, ce qui ne serait pas le cas dans, par exemple :

Le mur n’est pas blanc, à ce qu’il paraît

17Il y a, par ailleurs, la difficulté de décrire pdv1 et pdv2 comme des pdv au même titre. Il semblerait que s’opposer à pdv2 n’est pas montrer un pdv différent, mais plutôt ne pas montrer de pdv. Sinon, quel serait donc ce pdv autre que pdv2 (le mur est blanc) qui est accepté et qui n’est pas non plus pdv2’ ? Il s’agirait plutôt d’une attitude à l’égard du pdv pdv2.

18Cette analyse suscite quelques problèmes concernant les notions de pdv, énonciateur et locuteur, ainsi que la notion même de polyphonie :

19a) ou bien l’on considère que L ne manifeste pas de pdv mais une attitude, et donc il n’y a pas deux mais un pdv dans (1). Ceci compromettrait la description polyphonique des énoncés négatifs, si l’on identifie polyphonie et pluralité de pdv ;

20b) ou bien il y a en effet deux pdv, le deuxième étant identifié à une attitude, c’est-à-dire l’opposition à pdv2, attribuée à L. il en découle alors deux conséquences :

    • 8 J.-C. Anscombre (2004, p. 67) semble accepter cette même idée : « tous les énonciateurs n’en sont p (...)

    il y a deux formes différentes de pdv, le type pdv2, d’une part, qui prend la forme d’un énoncé, et le type pdv1 qui s’oppose à pdv2, prenant la forme d’une attitude8 à l’égard d’un pdv de forme énoncé, dans ce cas contre pdv2, représenté dans l’énoncé par ne… pas ;

  • L se voit attribuer un pdv, concrètement pdv1, s’assimilant donc en ceci aux énonciateurs, ceux-ci apparaissant comme une espèce de locuteurs de second rang, et l accumulant deux fonctions, être source de pdv et d’attitudes à l’égard des pdv, les énonciateurs seulement la première. la notion d’énonciateur se trouverait donc compromise.

21c) finalement, l’on pourrait accepter qu’il y ait deux pdv, pdv2 et pdv1, mais les deux attribués à des énonciateurs et étant effectivement de rang différent. D’après cette option, L ne se voit pas attribuer de pdv dans l’énoncé, car il apparaît comme le responsable non pas d’un pdv mais de la globalité de l’énoncé. Cette globalité inclut les pdv et les relations entre les divers pdv, c’est-à-dire les attitudes manifestées, le tout constituant une stratégie discursive et déterminant l’orientation de l’énoncé.

  • 9 Pour une proposition concernant la hiérarchie des énonciateurs se reporter à J. Vázquez Molina (200 (...)
  • 10 Dans l’article de J. Bres (1998, p. 196), l’on trouve une hypothèse similaire concernant le fonctio (...)

22Cela conduirait d’ailleurs vers la distinction de plusieurs types d’énonciateurs, ainsi que vers l’existence d’une hiérarchie9 entre eux. Il y aurait, donc, des énonciateurs pdv-énoncés pdvE = (eE), et des énonciateurs pdv-attitude pdvA = (eA), les deux types intervenant à des étapes énonciatives différentes, car les eA auraient pour fonction d’établir des rapports entre les pdvE10. Dans (1), il y aurait donc un pdvE identifié à pdv2 et un pdvA identifié avec pdv1.

23Cette solution appelle en même temps de nouveaux problèmes.

24Il faudra, pour commencer, répondre à une première question : comment s’établit la relation discursive de l avec les énonciateurs et donc avec l’orientation de l’énoncé ? Ce qui revient à se demander, à propos du lien discursif entre les divers pdv convoqués, en vertu de quoi ils s’associent dans l’énoncé.

25Le cas de la négation apparaît comme assez simple. Dans (1) Le mur n’est pas blanc, l’on peut distinguer un pdvE tel que pdv2 le mur est blanc et un pdvA qui intervient après pour s’opposer à pdv2, identifié à pdv1. Mais ceci rend compte de la stratégie pour construire le sens de l’énoncé, non pas du sens lui-même. Celui-ci ne peut être mis en évidence qu’au moyen des enchaînements possibles :

  • 11 L’enchaînement serait possible dans le cas d’une négation métalinguistique.

(1c) le mur n’est pas blanc, mais gris/ ? mais grand11

(1’c) le mur n’est pas blanc, il est gris/ ? il est grand

(1d) le mur n’est pas blanc, donc un meuble blanc va bien/ ? un meuble grand va bien

26D’après les tests, l’énoncé parle de la couleur du mur et non pas, par exemple, de ses dimensions. Et tout ce que dit l’énoncé à propos de cette couleur c’est que le blanc est exclu. Il me semble donc que le sens de (1) pourrait être formulé le mur est d’une couleur autre que blanc, couleur qui n’est pas précisée mais qui peut l’être, comme c’est le cas dans (1c).

27Notre hypothèse : le lien entre les divers pdv convoqués dans l’énoncé et le sens que L lui attribue surgit de ce qu’ils ont tous en commun : le mur est blanc, le mur n’est pas blanc, le mur est d’une couleur autre que blanc constituent des réponses à une même question De quelle couleur est le mur ? et manifestent donc autant de réalisations discursives d’un pdv sous-jacent qui apparaît comme un présupposé, tant des pdv manifestes que de cette question commune :

  • 12 Ou bien un pdv encore plus général, de forme les objets ont une couleur.

pdv1” les murs ont une couleur12

28Ce pdv, qui présente la forme d’une phrase générique, n’est pas apparemment mentionné dans la surface de l’énoncé, mais il apparaît comme absolument nécessaire à l’interprétation de l’énoncé et de ses continuations possibles, convoqué par la signification des mots qui constituent l’énoncé : concrètement mur et blanc. Ce pdv intervient donc à un niveau encore plus profond que celui où se manifestent pdv1 (qui est un pdvA) et pdv2 (qui est un pdvE). Il s’agit de pdv de langue, attachés à la signification des unités lexicales, ce que Jean-Claude Anscombre (1996, 2001a, 2001b) définit comme des phrases stéréotypiques.

  • 13 D’après J.-C. Anscombre (1990) il s’agirait plutôt d’un ON-locuteur, puisqu’il s’agit d’un contenu (...)
  • 14 Ceci rejoint l’idée explicitée par J.-C. Anscombre (2001b, p. 62) : « il n’y a pas de contexte zéro (...)

29Notre hypothèse est donc que, dans (1), un énonciateur (pdvE)13 convoque la phrase stéréotypique attachée à la signification de mur, le pdv pdv1”, celui-ci intervenant dans la construction du sens et déterminant les relations entre les divers pdv identifiables dans la surface de l’énoncé14, dans ce cas pdv2 et pdv1.

30Si l’on en revient maintenant au cas des énoncés considérés comme descriptifs, de type (2) Le mur est blanc, (3) Le chat est sur le paillasson, l’hypothèse formulée à leur propos semble se confirmer, ce qui en ferait des énoncés polyphoniques au même titre que (1) par exemple.

31Dans (1), pdv1 et pdv2 apparaissent comme deux façons possibles de rendre compte, dans l’énoncé, du pdv pdv1” ; (2) serait alors aussi une façon possible de rendre compte d’un pdv de langue pdv1”. De même, (3), (3a) et (3b) seraient trois façons possibles de rendre compte d’un pdv de langue pdv3” :

(3) le chat est sur le paillasson
(3a) le chat n’est pas sur le paillasson
(3b) le chat est quelque part

  • 15 Ou bien un pdv encore plus général, de forme les êtres occupent une place dans l’espace.

32Ces trois énoncés constituent des réponses à une même question Où est le chat ? et manifestent donc autant de réalisations discursives d’un pdv sous-jacent pdv3” que l’on pourrait formuler le chat occupe une place dans l’espace15 (sur un objet) qui apparaît comme un présupposé, tant de (3), (3a) et (3b) que de la question :

  • 16 Une interprétation possible de Le chat est sur le paillasson ou nulle part serait l’expression d’un (...)
  • 17 Une interprétation possible de Le chat n’est pas sur le paillasson mais nulle part serait Je ne tro (...)

(3’) le chat est sur le paillasson ou ailleurs/ ?ou nulle part16
(3’a) le chat n’est pas sur le paillasson, mais ailleurs/ ?mais nulle part17
(3’b) ? ?le chat est quelque part et donc nulle part

33Alors, l’identification de ces pdv constituant des énoncés tels que (2) ou (3) ne se ferait pas au moyen de paraphrases de type mon point de vue est que, mais des paraphrases de type : Du point de vue de la couleur, le mur est blanc ; Du point de vue de la place dans l’espace, le chat est sur le paillasson.

34Ces pdv, désignés génériquement par pdvX”, seraient des pdv stéréotypiques, imposés par la langue, des propriétés linguistiques convoquées, dans le cas de (1), (2) et (3), par les mots eux-mêmes, mur et chat. La preuve en est que si l’on remplace mur et chat par amour, par exemple, les énoncés qui en résultent deviennent moins acceptables :

 ? ?L’amour n’est pas blanc
 ? ?L’amour est sur le paillasson

L’énoncé au conditionnel

35Le conditionnel se trouve aussi parmi les formes linguistiques pour lesquelles on s’accorde à reconnaître un cas de polyphonie :

  • 18 Exemple authentique trouvé sur internet (forums.marieclairemaison.com), mais simplifié pour la démo (...)

(4) Je compte refaire ma chambre : le mur en face de la porte serait blanc, le mur de gauche serait framboise et le mur de droite serait chocolat, le mur où il y a la porte serait aussi blanc avec des rayures chocolat et framboise.18

36Dans (4) l’on reconnaît, sous serait, un pdv concernant le mur et une attitude de distance à l’égard de ce pdv. (4) accepte des tests similaires à ceux auxquels on a soumis (1) :

(4a) le mur en face de la porte serait blanc, mais il ne l’est pas actuellement
(4b) le mur en face de la porte serait blanc, mais actuellement il est gris

37Il semblerait donc que (4) convoque aussi un pdv de la forme :

[pdv4] le mur en face de la porte est blanc

  • 19 Nous considérons que, comme dans le cas des énoncés négatifs, les hypothèses qui suivent seraient é (...)

38L’on est ici en présence d’un type de conditionnel que l’on pourrait grouper parmi ceux que Pierre Patrick Haillet (2002) qualifie d’hypothèse19 du type Si A, B, qui produisent un effet de désactualisation. Deux paraphrases sont possibles pour Je compte refaire ma chambre : le mur en face de la porte serait blanc : l’emploi de si + présent, qui fournit le cadre hypothétique et remplace le conditionnel par le futur, et la paraphrase (ici négative) au présent :

Si je refais ma chambre, le mur en face de la porte sera blanc
le mur en face de la porte n’est pas blanc

39D’après Pierre Patrick Haillet (2002, p. 13), cette paraphrase au présent est un pdv qui vient s’ajouter à celui qui est en corrélation avec le cadre hypothétique dans Si je refais ma chambre, le mur en face de la porte sera blanc. Pour le linguiste, ces deux pdv distincts et non contradictoires seraient tous les deux assumés par le locuteur.

  • 20 Pour la notion d’« espace discursif » se reporter à l’article de J.-C. Anscombre (1990).

40Ce cadre hypothétique, nécessaire à l’interprétation de (4), permet d’expliquer l’attitude de distance convoquée par le conditionnel : Je compte refaire la chambre construit, à notre avis, un double espace discursif20 où deux discours se trouvent confrontés, d’une part pdv4’ qui décrit l’état actuel de la chambre et reste implicite, sous forme de présupposé, et donc non précisé :

pdv4’ le mur en face de la porte est (gris ?/blanc ?/… ?)

41et, d’autre part pdv4 qui se manifeste en surface et qui décrit l’état de la chambre après réfection :

pdv4 le mur en face de la porte est blanc

42Le morphème de conditionnel dans (4) instruit la convocation simultanée de ces deux pdv et en même temps le décalage vers cet autre espace discursif qui convoque pdv4 et justifie l’attitude de distance.

43Quant au pdv présupposé mentionné par le conditionnel, il ne me semble pas, dans ce cas, justifié de lui attribuer la forme linguistique le mur en face de la porte n’est pas blanc, car rien n’est dit à ce propos dans l’énoncé. D’ailleurs, il se peut parfaitement que le mur en face de la porte soit actuellement blanc et que ce soit les autres murs, celui de droite, celui de gauche et celui de la porte, qui vont être refaits. Ce serait l’ensemble qui serait changé.

44Il me semble donc plus exact d’attribuer à pdv4’ la forme le mur en face de la porte a une couleur.

45La polyphonie de (4) n’est donc pas compromise car il y a au moins deux pdvE et un pdvA. Mais cette analyse n’explique pas le lien entre Je compte refaire ma chambre et les deux pdv pdv4 et pdv4’. L’explication est encore à chercher dans ce qu’ils ont tous les trois en commun, du point de vue sémantique.

  • 21 Voir l’ouvrage de G. Kleiber, L’anaphore associative, Paris, PUF, 2001

46D’abord, les deux points qui connectent dans la graphie Je compte refaire ma chambre et le mur en face de la porte serait blanc ouvrent sur une anaphore associative21 qui établit un lien sémantique entre chambre et mur, ce qui peut être formulé au moyen d’une phrase stéréotypique attachée à la signification de chambre :

pdv4” les chambres ont des murs

47D’ailleurs, refaire dans Je compte refaire ma chambre ne peut être interprété dans ce contexte que dans le sens de refaire les couleurs, ce qui appelle, comme pour (1), un pdv convoqué à un niveau encore plus profond, une phrase stéréotypique attachée cette fois à la signification de mur :

  • 22 Voir la note 12 ci-dessus.

pdv1” les murs ont une couleur22

48Ces pdv, que l’on pourrait qualifier de pdv de langue, déterminent les relations entre les divers pdv identifiables dans la surface de l’énoncé, en évoquant le lien entre des mots explicites dans l’énoncé, chambre, mur, et un mot générique, couleur, évoqué par blanc.

49Pour compléter l’analyse polyphonique de (4), l’on peut ajouter qu’il s’établit d’ailleurs une hiérarchie énonciative entre les pdv convoqués dans l’énoncé, pdv4 intervenant après pdv4’et celui-ci après pdv4” et pdv1”.

L’énoncé concessif

50Dans le cas des énoncés concessifs, les faits se présentent comme encore plus complexes :

(5) De tous les monastères, c’est celui de sucevita qui est ornementé du plus grand nombre de peintures, bien que son mur ouest soit blanc.23

  • 24 Voir, par exemple, l’ouvrage de M. L. Donaire éd., Dynamiques concessives/Dinámicas concesivas, Mad (...)

51Il est admis que l’interprétation de ces énoncés résulte de la superposition de plusieurs pdv24, dont certains ne sont pas assumés par L. Parmi ceux-ci, se trouvent ceux qui sont marqués par le connecteur concessif et par le verbe au subjonctif. Il s’agirait donc d’un énoncé polyphonique car il mentionne une pluralité de pdv.

52Un test faisant intervenir une paraphrase au moyen de car permet de montrer dans (5a) que pdv5 est l’un des pdv convoqués par (5) :

(5a) De tous les monastères, c’est celui de sucevita qui est ornementé du plus grand nombre de peintures, car sucevita est ornementé du plus grand nombre des peintures.
pdv5 sucevita est ornementé du plus grand nombre des peintures

53Le même test dans (5’a) permet aussi d’identifier pdv5’, sous la forme du subjonctif soit :

(5’a) De tous les monastères, c’est celui de sucevita qui est ornementé du plus grand nombre de peintures, bien que son mur ouest soit blanc, car son mur ouest est blanc.
pdv5’ le mur ouest est blanc

54L’on observe, cependant, que l’association de pdv5 et pdv5’ donnerait un énoncé sinon inacceptable, du moins bizarre, comme c’est le cas dans (6) :

(6) ?De tous les monastères, c’est celui de sucevita qui est ornementé du plus grand nombre de peintures, car le mur ouest est blanc

55Alors, il semble difficile à admettre que pdv5 et pdv5’ puissent être attribués à une même instance énonciative, ce qui rend nécessaire l’intervention d’un énonciateur.

56L’enchaînement que appelle est plutôt de forme (6’), où le pdv sélectionné est cette fois pdv6 :

(6’) De tous les monastères, c’est celui de sucevita qui est ornementé du plus grand nombre de peintures, car tous les murs ont des peintures.
pdv6 tous les murs de suscevita ont des peintures

57D’une part, pdv6 n’est pas directement lié à l’orientation de l’énoncé par rapport à laquelle il contraste fortement, donc il doit être attribué à un énonciateur. D’autre part, pdv6 contraste fortement avec pdv5’ (le mur ouest est blanc) parce que celui-ci équivaut à la négation de pdv6, rendue par pdv6’ :

pdv6’ le mur ouest n’a pas de peintures

58Ceci explique que pdv5’ apparaisse comme contradictoire de pdv6, mais cela n’explique pas qu’en même temps ils soient compatibles dans l’énoncé, moyennant l’explicitation de pdv5 et pdv5’.

59La compatibilité de pdv5 et pdv5’ est rendue formellement possible dans (5) par le connecteur bien que et par le subjonctif soit, et c’est justement cette compatibilité qui constitue le sens de (5), la stratégie concessive consistant à présenter comme compatibles dans l’énoncé des pdv-énoncés linguistiquement incompatibles.

60Mais, il me semble que l’explication doit passer par la considération de deux énonciateurs d’attitude. D’une part, un énonciateur pdvA1 accepte les conclusions que l’on peut tirer de pdv5, ce qui autorise un enchaînement tel que (6’), et d’autre part, un deuxième énonciateur pdvA2 refuse cette orientation et présente pdv5’ comme acceptable, comme une exception qui ne contrevient pas à (6’). Il en résulte un enchaînement exceptionnel, (5), rendu possible par le connecteur bien que.

61La polyphonie de (5) est donc assurée par la présence d’au moins quatre pdv, pdv5, pdv5’, pdva1 et pdva2, mais cette présence n’explique pas le caractère exceptionnel de l’enchaînement constituant le sens de (5). C’est plutôt la présence d’un pdv de langue qui autorise (6’) et par rapport auquel (5) apparaît comme exceptionnel. Ce pdv établit un certain lien sémantique entre grand nombre de peintures et mur blanc, c’est-à-dire une certaine opposition sémantique, blanc semblant exclure peintures, lorsqu’ils s’appliquent tous les deux au mot mur : ce pdv pourrait être formulé, par exemple sous la forme un mur blanc n’a pas de peintures.

  • 25 Voir la note 12 ci-dessus.

62Il s’agit de pdv liés à la signification des mots concernés, constituant leur stéréotype, comme nous l’avons vu dans le cas de (1) et de (4). Ici il faut considérer plusieurs phrases stéréotypiques convoquées par le lien sémantique entre grand nombre de peintures et mur blanc : au moins blanc est une couleur (* blanc est une pluralité de couleurs), et peintures est une pluralité de couleurs (* peinture est une couleur). Mais, encore une fois, il me semble que ce qui fait l’unité de tous ces pdv constituant le sens de l’énoncé est un pdv de langue, une phrase stéréotypique, qui intervient à un niveau encore plus profond, lié à la signification du mot mur : pdv1” les murs ont une couleur25, l’énoncé construisant effectivement un discours concernant la couleur, simple ou plurielle, des murs des monastères.

63Cette hypothèse, qui permet d’identifier des pdv pdvx” à un niveau plus profond que ceux qui sont manifestes dans l’énoncé, introduit à l’analyse d’un dernier problème : la possibilité de considérer la présence de pdv non marqués dans l’énoncé.

Un nouveau problème : les marques de pdv

64L’on oppose souvent comme argument contre la présence de pdv dans un énoncé l’absence de marque. Dans cette optique, un inconvénient pour considérer que dans (2) ou (3) il y a des pdv serait le fait que, à la différence de (1) où le morphème de négation signale la convocation d’un pdv différent de celui que le locuteur semble assumer, dans (2) et (3) il n’y a aucun morphème qui montre cette présence.

65Cela suppose que ce que l’on identifie comme marques constituent des ajouts à une forme neutre. Ces ajouts doivent d’ailleurs présenter une forme linguistique manifeste dans l’énoncé.

66Dans les exemples analysés, tous les pdv seraient marqués, sauf ceux désignés comme pdvX” : dans (1), ne… pas est la marque de la présence de deux pdv, pdv1 et pdv2 ; dans le cas de (4), le morphème de conditionnel-rait est aussi la marque de la présence de deux pdv, cette fois pdv4 et pdv4’ ; dans (5) les morphèmes bien que et le subjonctif soit constituent les marques. Toutes ces marques ont en commun leur nature morphologique et par conséquent leur présence dans la représentation superficielle de l’énoncé.

67Quant aux pdv de forme pdvX”, l’on ne peut pas dire strictement qu’ils ne sont pas marqués, mais en tout cas que la procédure est différente. Ici, la marque n’est pas morphologique mais lexicale, elle est représentée dans l’énoncé par des moyens lexicaux : dans les exemples proposés, les mots mur, blanc et peintures, ainsi que chat (et sur) dans le cas de (3). Ces pdv sont imposés par la langue et nécessaires à l’interprétation du sens de l’énoncé. Leur représentation lexicale suit car ils font partie du savoir linguistique collectif, ce qui n’est pas le cas pour les pdv construits dans l’énoncé, ceux-ci ayant une existence occasionnelle, liée à une énonciation particulière.

68Quatre nouveaux exemples serviront à poser le problème des marques sous une autre perspective. Il s’agit encore d’exemples authentiques, constitués cette fois par divers titres de presse (du 16 janvier 2008) concernant une même information ; c’est la série d’énoncés (7a) à (7d) :

(7a) Deux morts après les intempéries dans le nord-ouest de la France (Le Monde)
(7b) la tempête a fait deux morts dans le Val-d’Oise et l’orne (Le Parisien)
(7c) Deux personnes tuées par la tempête (Le Figaro)
(7d) la tempête fait deux morts, le Morbihan toujours en alerte (20 minutes)

69Ces quatre énoncés, que l’on qualifierait sans problème de descriptifs, décrivent un même fait en faisant appel à un nombre réduit d’éléments, et cependant la description est à chaque fois différente : (7a), (7b) et (7d) parlent de morts tandis que (7c) parle de personnes tuées ; (7b), (7c) et (7d) mentionnent la cause, la tempête, tandis que (7a) choisit le terme plus général intempéries ; (7b) présente les faits au passé tandis que (7d) le fait au présent ; dans (7b) et (7d) la tempête est le sujet actif tandis que dans (7c) c’est l’agent du passif.

70Il s’agit de quatre énoncés différents dont le locuteur est aussi différent, chacun construisant une représentation particulière des faits rapportés. Ces représentations sont, à notre avis, autant de stratégies différentes : le locuteur de (7a), l (7a), construit son énoncé du point de vue des conséquences, des victimes ; l (7b) construit l’énoncé du point de vue de la cause, de l’agent, et il présente les conséquences comme proches mais appartenant au passé (emploi du passé composé), comme n’étant plus une menace ; l (7c) construit l’énoncé, comme l (7a), du point de vue des victimes, mais il choisit le mot personne qui met l’accent sur l’importance de la perte, ainsi que le mot tuées qui lui permet de signaler la responsabilité de l’agent, la tempête ; quant à l (7d), il construit son énoncé du point de vue de la cause, comme 1 (7b), mais il la présente comme strictement actuelle (au présent), ce qui lui permet d’ajouter que l’alerte persiste.

  • 26 Il s’agirait du lien entre les mots tempête et danger.

71Ce qui diffère d’un énoncé à l’autre ce sont les choix linguistiques effectués, ceux-ci construisant à chaque fois une stratégie énonciative différente : il s’agit de quatre moyens possibles de rendre compte, dans l’énoncé, d’un pdv stéréotypique imposé par la langue pdv7”, lié à la signification du mot tempête26 et que l’on pourrait formuler par exemple comme les tempêtes sont dangereuses – dans le cas de (7a) sous la forme les intempéries sont dangereuses. Il me semble qu’il y a là deux fonctions différentes qui signalent la présence de deux instances différentes, le locuteur donnant existence à un être de discours, un énonciateur, qui donne forme énonciative au pdv stéréotypique pdv7”.

72Si l’on remplace tempête ou intempéries par brise, par exemple, les énoncés deviennent bizarres, du fait que la langue autorise la relation sémantique entre tempête et danger mais non pas entre brise et danger :

(8a) ??Deux morts après la brise dans le nord-ouest de la France
(8b) ??La brise a fait deux morts dans le Val-d’oise et l’orne
(8c) ??Deux personnes tuées par la brise
(8d) ??La brise fait deux morts, le Morbihan toujours en alerte

  • 27 Cette analyse en termes de stratégie énonciative recouvre la distinction pdv énonciatif et pdv lexi (...)

73Notons que, dans ce cas, non plus, il n’est pas possible d’ajouter Mon point de vue est que deux personnes sont mortes…/ que la tempête a fait deux morts… etc., et pourtant, il faut bien reconnaître que le pdv diffère. La série (7a) à (7d) correspond à quatre pdv énonciatifs différents construits par référence à un même pdv stéréotypique27.

74Ceci appelle la conclusion que, tant dans (2) ou (3) que dans la série (7) et dans tout autre énoncé apparemment descriptif, il y a deux pdv dont l’un construisant la stratégie, et celui-ci construit lui-même par référence à un pdv stéréotypique. L’on ne peut pas opposer l’argument de l’absence de marque car il y en a bien une, mais elle est lexicale.

***

75Une première conclusion d’ordre général : tout énoncé serait donc polyphonique et contiendrait une pluralité de pdv. Dans tout énoncé, même le plus simple, comme c’est le cas de (2) Le mur est blanc ou (3) Le chat est sur le paillasson, il s’établit des relations énonciatives entre des entités sémantiques. Celles-ci constituent ou bien des phrases stéréotypiques liées à la signification des mots de l’énoncé : c’est le cas dans (2) où il y a une relation énonciative entre mur et blanc, c’est-à-dire pdv1”, et pdv4” pour (4) ; ou bien ces entités sémantiques sont des phrases qui entretiennent des relations sémantiques et énonciatives entre elles : dans (4), par exemple, il s’établit une relation énonciative entre je compte refaire ma chambre, pdv4 le mur en face de la porte est blanc et pdv4’ le mur en face de la porte est d’une autre couleur moyennant leur lien sémantique avec pdv4” les chambres ont des murs et pdv1” les murs ont une couleur.

76Le locuteur apparaît comme responsable de la stratégie discursive mise en jeu par l’énoncé, les pdv étant fonction des énonciateurs. Ceux-ci ne se situent pas tous au même niveau : l’on peut distinguer un niveau énonciatif (stratégies énonciatives) et un niveau que l’on pourrait qualifier de « sous-énonciatif », plus profond, où se situeraient les pdv fournis par la langue, des phrases stéréotypiques. Les pdv se construisent ainsi, tant dans la langue que dans l’énoncé, par la mention d’une autre entité, phrase ou mot.

77Il y aurait, par ailleurs, des pdvE et des pdvA, les deux types intervenant à des étapes énonciatives différentes, car les pdvA auraient pour fonction d’établir des rapports entre les pdvE, ce qui détermine une hiérarchie des énonciateurs.

Bibliographie

Bibliographie

ANSCOMBRE Jean-Claude, 1990, « Thème, espaces discursifs et représentations événementielles », Fonctionnalisme et pragmatique, J. -C. Anscombre et G. Zaccaria éd., Milan, Edizioni Unicopli, p. 43-150.

— 1996, « Semántica y léxico : topoi, estereotipos y frases genéricas », Revista española de lingüística, vol. 25, n° 2, p. 297-310.

— 2001a, « le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes », Langages, n° 142, p. 57-76.

— 2001b, « Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux », Cahiers de praxématique, n° 36, p. 43-72.

— 2004, « Quelques remarques sur l’existence et le fonctionnement d’un si concessif en français contemporain », Dynamiques concessives/Dinámicas concesivas, M. L. Donaire éd., Madrid, Ediciones arrecife, p. 41-74.

— éd., 2006, Les objets de la polyphonie, vol. 74, n° 1 de Le Français moderne.

— 2010, « La polifonía : nociones y problemas », Archivum, vol. 58-59, p. 21-51.

BRES Jacques, 1998, « entendre des voix : de quelques marqueurs dialogiques en français », L’autre en discours, J. Bres et al. éd., Montpellier, Universtié Paul-Valéry et Praxiling, p. 191-212.

— 1999, « Vous les entendez ? Analyse du discours et dialogisme », Modèles linguistiques, vol. 20, no 2, p. 71-86.

et al. éd., 2005, Dialogisme et polyphonie. Approches linguistiques, Bruxelles, De Boeck-Duculot.

VERINE Bertrand, 2002, « le bruissement des voix dans le discours : dialogisme et discours rapporté », Faits de langue, n° 19, p. 159-169.

DENDALE Patrick, COLTIER Danielle, 2003, « Point de vue et évidentialité », Cahiers de praxématique, no 41, p. 105-130.

— 2006, « Éléments de comparaison de trois théories linguistiques de la polyphonie et du dialogisme », Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, L. Perrin éd., Metz, Université Paul-Verlaine (Recherches linguistiques, no 28), p. 271-299.

DONAIRE María Luisa, 1998, « los caminos del locutor. Reflexiones acerca de la polifonía enunciativa », Les chemins du texte, t. García-Sabell et al. éd., Saint-Jacques-de-Compostelle, APFFUE, p. 48-56.

— 2000, « Polifonía y punto de vista », Revista iberoamericana de discurso y sociedad, vol. 2, no 4, p. 73-87.

— 2004, « la polifonía, una relación binaria », Homenaje a Oswald Ducrot, E. N. de Arnoux et M. M. García Negroni éd., Buenos Aires, Editorial Eudeba, p. 117-133.

— 2006, « Les dialogues intérieurs à la langue », Le Français moderne, vol. 74, no 1, p. 61-73.

— 2009, La place de l’adjectif dans les stratégies énonciatives, Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

— 2010, « Un classement polyphonique des adjectifs : la mise en place des stéréotypes dans la stratégie discursive », Le Français moderne, vol. 78, n° 2, p. 206-235.

— 2011, « La (non) prise en charge, une dynamique polyphonique. Le cas de la stratégie concessive », La prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques, P. Dendale et D. Coltier dir., Bruxelles, De Boeck-Duculot, p. 55-74.

DUCROT Oswald, 1982, « La notion de sujet parlant », Recherches sur la philosophie et le langage, n° 2, p. 65-93.

— 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.

— 2001, « Quelques raisons de distinguer “locuteurs” et “énonciateurs” », Les polyphonistes scandinaves/De skandinaviske polyfonister, n° 3, M. Olsen éd., Roskilde trykkeri, p. 19-41.

HAILLET Pierre Patrick, 2002, Le conditionnel en français : une approche polyphonique, Paris, ophrys.

NØLKE Henning, 1993, Le regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives, Paris, Kimé.

et al., 2004, ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique, Paris, Kimé.

NONNON Élisabeth, 1998, « la notion de point de vue dans le discours », Pratiques, n° 100, p. 99-123.

NOREN Coco, 2000, « Remarques sur la notion de point de vue », Polyphonie – linguistique et littéraire, n° 2 (en ligne : www. hum. au. dk/romansk/polyfoni/Polyphonie _ II/poly2 _ Coco-Noren. htm).

PERRIN Laurent éd, 2006, Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Metz, Université Paul-Verlaine (Recherches linguistiques, n° 28).

RABATEL Alain, 2006, « le point de vue, une catégorie transversale », Le Français aujourd’hui, n° 151, p. 57-68.

VÁZQUEZ Molina Jesús, 2008, « Diálogo de enunciadores y jerarquía », Intertexto y Polifonía, vol. 2, F. M. Bango de la Campa et al. éd., Université d’Oviedo, p. 935-940.

Notes

1 P. Dendale et D. Coltier (2006) passent en revue quelques conceptions linguistiques du pdv. Pour la notion, se reporter, par exemple, aux travaux de J.-C. Anscombre (1990, 2010), J. Bres (1998, 1999), M. L. Donaire (2000, 2006), E. Nonnon (1998), C. Noren (2000) et A. Rabatel (2006).

2 Deux remarques, à ce propos. D’abord, dans le « langage ordinaire » l’on n’exprime pas les points de vue exclusivement au moyen de l’expression mon point de vue est, mais aussi au moyen d’autres expressions tel que je crois, à mon avis, pour moi, etc., qui construiraient des énoncés alors parfaitement acceptables : je crois que le chat est sur le paillasson, à mon avis le chat est sur le paillasson, pour moi le chat est sur le paillasson. D’ailleurs, l’identification de ce que l’on entend par « point de vue » dans le langage ordinaire et ce que l’on doit en entendre en linguistique ne me semble pas aller de soi.

3 Par convention, nous distinguons entre (1), désignant un énoncé, et [pdv1], désignant un point de vue. Les énoncés commencent par la majuscule, les points de vue par une minuscule.

4 O. Ducrot utilise déjà cet exemple dans Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1972.

5 Test proposé par H. Nølke (1993, p. 220).

6 Voir J. Bres (1999).

7 Ou bien, tout simplement : le mur n’est pas blanc, il est gris.

8 J.-C. Anscombre (2004, p. 67) semble accepter cette même idée : « tous les énonciateurs n’en sont pas réduits à présenter des points de vue. D’autres énonciateurs peuvent s’opposer à un point de vue, ce qui n’est peut-être qu’un cas particulier de l’attitude générale qui consiste à se distancier d’un point de vue. »

9 Pour une proposition concernant la hiérarchie des énonciateurs se reporter à J. Vázquez Molina (2008).

10 Dans l’article de J. Bres (1998, p. 196), l’on trouve une hypothèse similaire concernant le fonctionnement hiérarchique des diverses instances dialogiques, ce qu’il note au moyen d’une différence typographique : « E1 domine syntaxiquement e1. »

11 L’enchaînement serait possible dans le cas d’une négation métalinguistique.

12 Ou bien un pdv encore plus général, de forme les objets ont une couleur.

13 D’après J.-C. Anscombre (1990) il s’agirait plutôt d’un ON-locuteur, puisqu’il s’agit d’un contenu accepté par l’opinion générale. Nous laissons ici de côté une possible discussion relative à la responsabilité des pdv de type [pdv1”] et nous nous en tenons pour l’instant à la non-attribution à L et à son statut stéréotypique (voir J.-C. Anscombre 1996, 2001a, 2001b).

14 Ceci rejoint l’idée explicitée par J.-C. Anscombre (2001b, p. 62) : « il n’y a pas de contexte zéro, et [que] le contexte zéro est en fait le contexte stéréotypique (primaire). »

15 Ou bien un pdv encore plus général, de forme les êtres occupent une place dans l’espace.

16 Une interprétation possible de Le chat est sur le paillasson ou nulle part serait l’expression d’un pari, mais cet énoncé ne servirait pas à dire la localisation du chat.

17 Une interprétation possible de Le chat n’est pas sur le paillasson mais nulle part serait Je ne trouve pas le chat, mais le déterminant défini empêche de dire que ce chat concret n’occupe pas une place quelconque dans l’espace.

18 Exemple authentique trouvé sur internet (forums.marieclairemaison.com), mais simplifié pour la démonstration. Voilà l’exemple complet : Je compte refaire ma chambre. […] Je vous expose mon idée de départ : […] Quand on rentrerait, le mur juste en face aurait été blanc avec des rayures chocolat et framboise. Le mur de gauche aurait été framboise, le mur de droite aurait été chocolat, et le mur où il y a la porte serait aussi blanc avec des rayures chocolat et framboise.

19 Nous considérons que, comme dans le cas des énoncés négatifs, les hypothèses qui suivent seraient également d’application aux autres types de conditionnel distingués par P. P. Haillet (2002).

20 Pour la notion d’« espace discursif » se reporter à l’article de J.-C. Anscombre (1990).

21 Voir l’ouvrage de G. Kleiber, L’anaphore associative, Paris, PUF, 2001

22 Voir la note 12 ci-dessus.

23 Exemple trouvé sur internet (http://www.turism.ro). La suite contient une explication de pourquoi ce mur est blanc : Selon la légende, le peintre qui a décoré cette église est tombé de l’échafaudage et est mort. Ainsi le mur est-il resté blanc.

24 Voir, par exemple, l’ouvrage de M. L. Donaire éd., Dynamiques concessives/Dinámicas concesivas, Madrid, Arrecife, 2004.

25 Voir la note 12 ci-dessus.

26 Il s’agirait du lien entre les mots tempête et danger.

27 Cette analyse en termes de stratégie énonciative recouvre la distinction pdv énonciatif et pdv lexical, dans les travaux de M. L. Donaire (notamment 2009 et 2010).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search