Version classiqueVersion mobile

Deux agents littéraires dans le siècle américain

 | 
Laurence Cossu-Beaumont

Remerciements

Texte intégral

1Le travail mené pour l’écriture de cet ouvrage a bénéficié du soutien du Center for Research on the English-Speaking World (CREW) de l’université de la Sorbonne Nouvelle sous forme d’aide au financement de missions de recherche dans les archives à l’université de Columbia à New York, à l’université du Texas à Austin et à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) près de Caen entre 2018 et 2022. Les programmes de la direction des affaires internationales (DAI) de la Sorbonne Nouvelle ont également facilité deux séjours à New York en 2017 et 2022. En 2018, l’université de la Sorbonne Nouvelle m’a attribué un congé pour recherches ou conversions thématiques (CRCT). Aux financements reçus de la Sorbonne Nouvelle s’ajoute une bourse conjointe de l’Association française d’études américaines (AFEA) et de la Société des anglicistes de l’enseignement supérieur (SAES), attribuée en 2017. Je remercie ces institutions et sociétés savantes de leur accompagnement pour ce projet de livre.

2Le fonds d’archives sur l’agence Bradley conservé à l’université du Texas à Austin constitue la source principale de cette étude. Il a pu être consulté dans le cadre du programme d’accueil des chercheurs et chercheuses au Harry Ransom Center de l’université du Texas qui m’a décerné, en 2018, la bourse « Alfred and Blanche Knopf Fellowship ». Pour l’obtention de cette bourse, je remercie Cécile Cottenet (Aix-Marseille Université) et Glenda Carpio (université d’Harvard) pour leurs lettres de soutien à ma candidature. Les fonds alloués dans le cadre de cette bourse et les conditions de travail permises par le programme d’accueil du Harry Ransom Center (attribution d’un bureau dans les locaux de la bibliothèque, mise à disposition de matériel et collaboration avec les conservateurs et archivistes) ont grandement facilité mon travail de consultation du fonds Bradley. Je remercie tout particulièrement Elizabeth Garver, conservatrice, et Greg Curtis, professeur rattaché au Harry Ransom Center, tout comme le personnel travaillant au Harry Ransom Center, pour leur disponibilité et leur efficacité, ainsi que pour l’animation de ce programme qui permet non seulement d’exploiter les fonds d’archives de cette institution, mais aussi de nouer des contacts avec d’autres chercheurs comme avec les conservateurs et archivistes. À Austin, j’ai aussi été appuyée dans mes recherches par Mia Carter, professeure au département d’anglais et vice-doyenne aux affaires étudiantes de l’université du Texas, qui m’a permis d’obtenir un précieux documentaire sur Gertrude Stein, dans lequel Jenny Bradley apparaît, ainsi que par Kalyani Allums, qui m’a assistée dans la collecte de documents d’archives.

3D’autres chercheurs et chercheuses ont contribué, par nos échanges, par leurs travaux, conseils et questions, à faire avancer ce travail. Je remercie donc, pour leurs éclairages et commentaires, James Cohen, Cécile Cottenet, Nancy Green, Jean Kempf et Claire Parfait. J’ai eu l’occasion de partager mes premières trouvailles, mes débuts d’analyse et mes questionnements tout au long du parcours de recherche et d’écriture. Je mesure donc l’importance d’avoir pu échanger avec des collègues spécialistes d’histoire du livre, d’histoire littéraire, d’histoire culturelle ou de circulations européennes et transatlantiques, notamment lors de colloques, séminaires et autres événements de recherche, organisés sous l’égide de l’équipe CREW de la Sorbonne Nouvelle, de l’Atelier d’études transnationales (ADET) et du Centre de recherche sur l’Espagne contemporaine (CREC) de la Sorbonne Nouvelle, du projet « ANR / FAPESP Transatlantic Cultures », du Laboratoire de recherche sur les cultures anglophones (LARCA – CNRS UMR 8225) de l’université de Paris Cité, de l’Institut des Amériques et de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing (SHARP). Le projet collectif d’un dictionnaire des passeurs de la littérature américaine en France (DicoPaLitUS) animé par le Laboratoire d’études et de recherche sur le monde anglophone (LERMA) de l’université d’Aix-Marseille a offert un écho à l’intérêt de la recherche pour les figures de l’ombre ayant porté les grandes œuvres jusqu’aux lecteurs. Malgré des années marquées par une pandémie mondiale et des obstacles nombreux aux rencontres, la communauté scientifique a déployé des énergies nouvelles et su poursuivre les échanges indispensables à nos productions, même individuelles.

4Des conversations à distance avec des universitaires rencontrés grâce aux Bradley se sont révélées riches d’enseignements, portant à ma connaissance des documents inédits qui m’ont ouvert de nouvelles pistes. Je remercie donc Marjan Sterckx (Gand) et Jay Bochner (Montréal) pour leur intérêt et leur générosité. D’autres experts, anonymes cette fois, m’ont formulé d’utiles critiques et suggestions lors des évaluations de deux articles déjà parus sur l’agence Bradley dans la Revue française d’études américaines (RFEA) et dans la revue Transatlantica, ainsi que pour le manuscrit de cet ouvrage. Cette forme de dialogue a également nourri mon travail pour cet ouvrage et je salue le travail important que représentent ces expertises avant publication.

5Ce travail n’aurait pu non plus voir le jour sans l’appui des personnels de la bibliothèque Butler à l’université de Columbia, de la bibliothèque Jacques Doucet à Paris, de l’American Library in Paris, tout particulièrement Abigail Altman, et de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine. Outre les fonds d’archives à New York, Austin, Caen et Paris, j’ai pu avoir accès aux archives privées de la famille Serruys, grâce à Yves Serruys, filleul de Jenny Bradley, que je remercie chaleureusement pour le temps qu’il m’a consacré et pour les documents qu’il a bien voulu me confier, tout comme je remercie Cynthia Fudji, petite-nièce de William Bradley qui m’a également apporté ses éclairages sur la famille Bradley.

6Je suis très reconnaissante à Jean-Yves Mollier pour son soutien et ses encouragements, ses suggestions et la préface qu’il a rédigée.

7Le volume publié doit beaucoup au travail de l’équipe éditoriale d’ENS Éditions. Je remercie tout particulièrement Aurélie Blanc pour ses relectures précises et toute l’équipe pour ses suggestions dans la dernière étape si importante d’accompagnement du manuscrit vers les lecteurs.

8Enfin, j’adresse mes plus vifs remerciements à Hélène Le Dantec-Lowry, professeure émérite à l’université de la Sorbonne Nouvelle et garante de mon habilitation à diriger des recherches, qui m’a accompagnée et conseillée tout au long du projet et de la rédaction de l’ouvrage. Sans sa curiosité, ses conseils, ses relectures attentives et sa disponibilité bienveillante et rigoureuse à la fois, ce travail ne serait pas le même.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search