Version classiqueVersion mobile

Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l'argument d'autorité

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Amalia Rodríguez Somolinos
, 
Sonia Gómez-Jordana Ferary

Présentation1

Jean-Claude Anscombre, Amalia Rodríguez Somolinos et Sonia Gomez-Jordana Ferary

Texte intégral

  • 1 Le présent volume a été réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI 2010-15158/FILO du ministe (...)
  • 2 M. Bréal, Essai de sémantique, Paris, Hachette, 1897.
  • 3 Voir par exemple M. Grevisse et A. Goosse (2007 [1936]), s. Ullmann (1952), W. Von Wartburg et P. Z (...)

1Il n’y a pas si longtemps que la sémantique linguistique, pourtant lancée par Michel Bréal2 dès la fin du XIXe siècle, a acquis droit de cité au même titre que la syntaxe ou la lexicologie, de tradition plus ancienne. Il existait bien sûr une sémantique logique, d’inspiration fortement anglo-saxonne et essentiellement préoccupée de formalisation, et d’une formalisation encore très proche des modèles logiques standards. il existait également une sémantique lexicale, majoritairement dédiée à l’étude de ce qu’il était habituel d’appeler des mots pleins, opposés aux conjonctions et autres mots vides, dont l’éventuelle étude sémantique était étroitement subordonnée à des considérations syntaxiques. L’on aura reconnu là le schéma de base de nos grammaires traditionnelles. La langue y est fondamentalement une structure syntaxique, la sémantique ne se manifestant qu’au niveau du lexique3.

2Or la sémantique linguistique telle que nous l’entendons aujourd’hui, et qui nie en particulier la pertinence de l’opposition mot vide/mot plein, traque le sens dans toutes les parties du discours et même hors de la phrase. Longtemps parente pauvre de la linguistique, le plus souvent reléguée au rang d’ornement d’une syntaxe hégémonique, nous la voyons se constituer peu à peu en discipline autonome. La pertinence de certains concepts est maintenant largement reconnue dans le monde de la sémantique, les méthodes s’affinent et se généralisent, des résultats surgissent et sont acceptés par tous. Un exemple emblématique de cet état de choses est celui de la polyphonie. Toutes les discussions qui ont lieu à l’heure actuelle autour de ce concept concernent non sa pertinence – elle n’est mise en doute par personne – mais sa place et son importance dans l’édifice théorique, ou encore ses diverses manifestations. On le verra plus loin.

  • 4 Selon C. Morris (1938), tout système sémiotique – en particulier la langue – comprend trois composa (...)

3Cette évolution de la linguistique est due, nous semble-t-il, à plusieurs facteurs. le premier et le plus important réside dans le choix de considérer la sémantique comme une composante autonome de la description linguistique : interdépendante certes avec d’autres composantes, mais non plus à la remorque d’une syntaxe régnant en maître absolu et imposant sa loi, comme dans le modèle morrissien4 qui a longtemps été de mise en linguistique et a servi de patron à plus d’une grammaire, mais aussi à plus d’une théorie contemporaine, à commencer par les premiers stades de la grammaire générative. Par ailleurs, l’apparition en sémantique de cette partie de la pragmatique considérée comme comprise dans le noyau sémantique fondamental – et que l’on appelle la pragmatique intégrée – a recentré la langue comme lieu d’action, et donc ouvert aux phénomènes énonciatifs la porte de la sémantique. et ce, au travers de diverses théories comme la théorie des actes de langage, les études de discours rapporté, les connecteurs, la polyphonie et bien d’autres encore. Enfin, la tendance à s’éloigner des intuitions de surface pour élaborer un niveau abstrait, le niveau profond, en favorisant l’apparition de sémantiques de type instructionnel, a permis de dépasser le cadre strict de la phrase pour s’intéresser éventuellement à l’articulation interphrastique.

4L’on aura reconnu, au travers de ce panorama simplifié à l’extrême, quelques-uns des grands thèmes de la sémantique contemporaine : l’organisation des relations interphrastiques par marqueurs et connecteurs, les phénomènes de discours rapporté et de polyphonie, c’est-à-dire les divers rôles mis en scène dans cette comédie qu’est la parole, et les contenus qui s’articulent autour de ces notions, comme les savoirs communs et doxaux ou encore les arguments d’autorité.

5Le présent ouvrage réunit des spécialistes dont les recherches concernent les domaines évoqués ci-dessus. Notre ambition est essentiellement de fournir un document de travail aux sémanticiens, qui à la fois donne accès à un état de la question dans le domaine considéré, et à des travaux récents susceptibles de faire avancer la recherche. Pour ce faire, nous avons dû choisir, et choisir c’est exclure, disait Albert Camus. C’est de propos délibéré que nous avons écarté d’entrée les problèmes de référence et de quantifieurs : des congrès ont régulièrement lieu qui abordent ces thématiques. Nous avons donc privilégié les thèmes plus directement liés à l’énonciation, au travers de quatre grands axes, qui, distingués ici par pur souci pédagogique, ne sont bien sûr pas indépendants : ce sont la polyphonie, les connecteurs et particules, les formes sentencieuses, et les voix du récit et l’autorité discursive.

  • 5 Voir à ce sujet les travaux de base de J. Authier-Revuz (1966), M. Plénat (1978) et a. Banfield (19 (...)
  • 6 Pour de telles théories, la langue est une description du monde réel, et un énoncé est vrai ou faux (...)
  • 7 Un exemple classique est celui de la négation dans des énoncés comme Jean n’est pas venu. Une analy (...)
  • 8 Dans l’exemple précédent de la négation (voir la note précédente), l’on aurait affaire en structure (...)

6À tout seigneur, tout honneur. Le premier thème, celui de la polyphonie, est actuellement l’objet de nombreux débats. Rappelons que l’optique polyphonique, issue de différents travaux sur le discours rapporté, l’énonciation et la médiativité5, refuse d’entrée la thèse traditionnelle de l’unicité du sujet parlant, et pose à l’inverse celle d’une hétérogénéité constitutive de tout discours. Tout discours, et partant tout énoncé, bien qu’émis par une seule entité physique (le sujet parlant), se définit comme l’œuvre d’un ou plusieurs artisans linguistiques (le ou les locuteurs) dont le rôle est de mettre en scène, par le biais de l’énoncé ou du texte, une pluralité de voix qui constituent la structure sémantique de l’énoncé ou du texte. De ce point de vue, le sens n’apparaît plus comme le rapport d’un discours à un monde qu’il décrit, comme dans les théories sémantiques descriptivistes6, mais comme un réseau de relations à d’autres discours. Ainsi esquissée à grands traits, la polyphonie n’est pas sans poser de redoutables problèmes théoriques, concernant en particulier la nature et le rôle des entités à l’œuvre dans cette approche. Le plus redoutable d’entre eux, parce que le plus central, est celui concernant les voix. Pour certains, il s’agit d’authentiques personnages du discours, appelés énonciateurs7. D’autres distinguent une structure profonde et une structure superficielle : au niveau de la structure profonde, point d’énonciateurs, mais des points de vue, entités abstraites comportant éventuellement des variables, et chargées de représenter le contenu sémantique de l’énoncé8. La structure superficielle est alors obtenue au travers de l’interprétation de ces points de vue, en les rattachant en particulier aux interlocuteurs. C’est à de tels problèmes que s’attaquent dans le présent volume deux représentants bien connus de la solution polyphonique : María Luisa Donaire et Pierre Patrick Haillet.

7La contribution de María Luisa Donaire s’attaque de front, précisément, au délicat problème de la relation entre la polyphonie – considérée comme ensemble de voix – et la notion de point de vue. Pour elle, la polyphonie d’un énoncé et le rôle de son locuteur doivent être fondamentalement définis en termes de point(s) de vue et de stratégie discursive.

  • 9 Ainsi, Personne ne s’est demandé ce qui arriverait au bout de cette première année.

8Toujours dans la perspective polyphonique, Pierre Patrick Haillet envisage tout discours comme une mise en scène de points de vue, qu’il voit comme un agencement plus ou moins complexe de représentations. Proposant une approche polyphonique des questions totales et des questions partielles et s’appuyant sur des critères explicites, l’auteur distingue différentes espèces de telles interrogations, pour terminer par le cas des questions représentées explicitement comme n’ayant pas été posées9.

9L’un des domaines où s’entremêlent à la fois la sémantique polyphonique et la pragmatique intégrée est celui des connecteurs et particules pragmatiques, catégorie qui recoupe très largement celle des mots vides (conjonctions, etc.) et des interjections de la grammaire traditionnelle. La ligne de partage entre connecteurs et particules pragmatiques n’est pas toujours facilement repérable. Très souvent en effet, les particules pragmatiques font intervenir, outre l’énoncé sur lequel elles portent, diverses sortes de dire : discours préalables, doxas, présuppositions, etc. la question est par conséquent de déterminer si un tel fonctionnement les qualifie comme connecteurs ou non. C’est donc en fait l’absence de définition communément admise de connecteur qui fait problème. Quoi qu’il en soit, ce ne sont pas moins de quatre contributions qui sont consacrées à ces entités, dont la charge sémantique a pour fonction l’organisation du discours.

10Sonia Gómez-Jordana se penche sur le cas fort complexe de l’adverbe justement du français contemporain. En se fondant sur des caractéristiques linguistiques précises, elle distingue quatre grandes fonctions que cet adverbe est susceptible de remplir, dont certaines pragmatiques. Bizarrement, le correspondant espagnol justamente ne possède pas toutes ces valeurs, ce qui pose la question de l’évolution respective de ces deux adverbes en diachronie, et conduit à les examiner d’un point de vue polyphonique.

11Toujours dans le cadre de la catégorie adverbiale, Adelaida Hermoso Mellado procède à un examen critique des définitions traditionnelles des adverbes d’énonciation, lesquels expriment l’attitude du sujet parlant envers son dire. Or le niveau énonciatif n’est pas homogène et fait intervenir en réalité plusieurs paramètres, un adverbe d’énonciation pouvant affecter l’un ou l’autre de ces éléments. L’étude examine de ce point de vue le fonctionnement de franchement et sincèrement dans le discours, par le biais d’une approche polyphonique fondée sur des critères à la fois syntaxiques et sémantiques.

12L’étude de Marie-Pierre Lavaud-Verrier est consacrée aux deux marqueurs espagnols al fin y al cabo et en fin. Leur parenté est à la fois formelle – ils partagent un même substantif fin – et pragmatique – ils appartiennent tous les deux à la catégorie des marqueurs de reformulation non paraphrastique. Son analyse s’inspire des travaux menés par Jean-Claude Anscombre et Oswald Ducrot sur les connecteurs, et met par ailleurs l’accent sur le rôle fondamental des prépositions : à opposée à en et entraînant par là même un jeu instructionnel différent pour chaque marqueur.

13José Portolés, enfin, clôt cette rubrique en nous présentant une analyse de además (en plus), connecteur additif de l’espagnol. Faisant ressortir le caractère scalaire de ce connecteur – qu’il oppose à encima (autre façon de dire en plus) –, il étudie les contraintes de co-orientation que celui-ci impose aux deux éléments discursifs qu’il unit, ainsi que la répartition des valeurs scalaires en jeu. Il montre enfin l’intervention de deux points de vue distincts dans le fonctionnement de ce connecteur.

14Les études parémiologiques ont longtemps été reléguées au rang d’aimable complément des analyses littéraires, leur objet étant habituellement considéré comme relevant de l’anecdote folklorique. l’on s’est rendu compte depuis un certain temps déjà qu’en fait la problématique linguistique qu’ils suscitent n’est nullement marginale puisqu’elle touche à des thèmes aussi centraux en sémantique que la gnomicité, la généricité, la polyphonie (à travers la notion de marqueur médiatif), les doxas, etc. il n’est donc pas surprenant que pas moins de quatre contributions soient ici consacrées à ce sujet.

  • 10 Rappelons que, pour M. Riegel (1987), tout proverbe met en jeu une implication sous-jacente de type (...)

15Dans la première, Jean-Claude Anscombre dissèque la notion de proverbes antonymes. Si beaucoup de travaux et de compilations considèrent en effet que tel couple de proverbes est antonyme ou aussi bien synonyme, cette caractérisation n’a jamais dépassé le niveau de la simple affirmation. En fait, l’application de critères linguistiques précis montre que le problème est complexe, et met en jeu l’articulation entre contenus stéréotypiques et pivot implicatif10.

16Se fondant sur les travaux de Silvia Palma (2007), Georges Kleiber se propose d’analyser la classification inédite des proverbes en doxaux et paradoxaux qu’elle préconise. L’examen critique de cette thèse l’amène à réexaminer le débat sur le type de généricité exprimée par les proverbes à la lumière de l’articulation de la forme proverbiale et du sens proverbial.

17Laurent Perrin se propose de son côté de produire une définition unitaire des proverbes en partant de leur nature idiomatique et polyphonique. Il aborde leurs propriétés génériques à travers une discussion de ce qui les rapproche et à la fois les oppose aux phrases exprimant un stéréotype, pour en conclure que leur rôle fondamental consiste à contrer un stéréotype à l’aide d’un idiotisme.

18Irène Tamba pose la question (centrale) de la vérité générale attachée aux proverbes. À cet effet, elle oppose deux approches théoriques récentes, la thèse dénominative – les proverbes seraient la dénomination d’une situation – et la thèse polyphonique – les proverbes relèveraient d’une parole collective. Elle propose une structure sémantique reposant sur trois types de généralisation : par induction, par analogie, par principe, en fonction des différents moules phrastiques des proverbes. Elle s’interroge enfin sur l’autorité proverbiale, en comparant la paire d’expressions introductrices, comme on dit et comme on dit proverbialement.

19Jusqu’à présent, les contributions présentées concernaient des aspects théoriques généraux, même si c’était en prenant prétexte de certaines études spécifiques. Et il est bien sûr tout à fait légitime de procéder de la sorte. Mais il est tout aussi légitime, en se penchant sur des textes effectivement produits, de voir comment leur fonctionnement éclaire les théories qui leur sont appliquées, remet éventuellement en question certaines des thèses qui y sont affirmées, ou propose simplement de nouvelles pistes.

20S’il est clair que les localisations spatio-temporelles obéissent dans le récit à des contraintes textuelles, il est moins évident cependant qu’elles aient elles-mêmes des fonctions textuelles, voire énonciatives. Or, comme le montre Amalia Rodríguez Somolinos, elles peuvent effectivement servir à la structuration du récit et de ses épisodes. Plus : elles interviennent également au niveau polyphonique, en mettant en scène la voix du narrateur ou celle des personnages, et sont susceptibles d’indiquer d’éventuels changements de perspective, ainsi le passage du point de vue du narrateur à celui d’un personnage.

  • 11 Rappelons que les marqueurs épistémiques ont trait aux croyances et aux savoirs. Par ailleurs, le t (...)

21Le discours de Carmen Sotillo, personnage principal de Cinco horas con Mario – roman de Miguel Delibes, publié en 1966 –, est un discours complexe, dominé par la crainte de la locutrice d’être démentie ou contrariée. Il est donc tout à fait justifié, comme le propose Bernard Darbord, de vouloir y repérer les marqueurs épistémiques et d’examiner l’usage que Carmen fait des parémies11, ainsi que la nature des autorités qu’elle convoque à l’appui de ses dires. L’étude est essentiellement centrée sur les divers recours qui sont faits à des proverbes dans le cadre d’une stratégie de persuasion.

22Renaud Cazalbou tente de démêler les liens compliqués, voire paradoxaux, entre citation et autorité dans le discours argumentatif. En fait, et contrairement aux apparences, le discours rapporté fait bel et bien partie du processus argumentatif. Dans le fond, il vise essentiellement à proclamer que le locuteur n’est pas seul à avoir la responsabilité de son discours. L’étude se fonde sur l’analyse d’un acte d’accusation de sorcellerie, et aborde un certain nombre de problèmes théoriques.

23Manuel Casado Velarde s’intéresse aux expressions métalinguistiques de l’espagnol qui font référence au discours d’un autre, ainsi portavoz (porte-parole) ou encore traducción (traduction), et qu’il inclut dans la catégorie des phénomènes polyphoniques. Il examine plus particulièrement, au travers d’un abondant corpus, les marqueurs de désengagement du discours d’autrui, très nombreux en espagnol : sedicente (soi-disant), entre comillas (entre guillemets), dizque (prétendu [ment]), así se escribe la historia (voilà comment on écrit l’histoire), etc. Ce sont là des procédés intralinguistiques utilisés par le locuteur pour se distancier ou diverger des énoncés d’autrui.

24Nous espérons que ce vaste panorama – qui n’a aucune prétention à l’exhaustivité – saura aider le lecteur sur le chemin de la sémantique et, qui sait, peut-être même l’intéresser et susciter de nouvelles recherches et de nouvelles questions.

Bibliographie

Bibliographie

ANSCOMBRE, Jean-Claude éd., 2000, La parole proverbiale, no 139 de Langages.

— 2006, Les objets de la polyphonie, vol. 74, no 1 de Le Français moderne, 2006.

— 2009a, « La comédie de la polyphonie et ses personnages », Langue française, no 164, p. 11-31.

— éd. 2009b, Les marqueurs d’attitude énonciative, no 161 de Langue française.

DUCROT Oswald, 1983, L’argumentation dans la langue, Liège, Mardaga.

AUSTIN John Langshaw, 1970, Quand dire, c’est faire, Paris, seuil.

AUTHIER-REVUZ Jacqueline, 1966, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, 2 volumes.

BANFIELD Ann, 1995, Phrases sans paroles. Théorie du récit et du style indirect libre, Paris, seuil.

BRES Jacques, HAILLET Patrick Pierre, MELLET Sylvie, NØLKE Henning, ROSIER Laurence, 2005, Dialogisme et polyphonie. Approches linguistiques, Bruxelles, De Boeck-Duculot.

DOSTIE Gaétane, PUSCH Claus D. éd., 2007, Les marqueurs discursifs, no 154 de Langue française.

DUCROT Oswald, 1984, « l’argumentation par autorité », Le dire et le dit. Paris, Minuit, p. 149-169. — et al., 1980, Les mots du discours, Paris, Minuit.

GREVISSE Maurice, GOOSSE Andrée [1936], Le bon usage, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 2007.

MORRIS Charles W., 1938, « Foundations of the theory of signs », International Encyclopedia of Uniied Science, vol. 1, no 2.

PALMA Silvia, 2007, Les éléments figés. Étude comparative français-espagnol, Paris, l’Harmattan.

PERRIN Laurent éd., 2006, Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Metz, Université Paul-Verlaine (Recherches linguistiques, no 28).

PLÉNAT Marc, 1978, « sur la grammaire du style indirect libre », Cahiers de grammaire, no 1, p. 95-137.

RIEGEL, Martin, 1987, « “Qui dort dîne” ou le pivot implicatif dans les énoncés parémiques », L’implication dans les langues naturelles et dans les langages artificiels (Colloque de Strasbourg, 1985), M. Riegel, I. Tamba éd., Paris, Klicksieck, p. 85-99.

SANDFELD, Kristian, 1977, Syntaxe du français contemporain. Les propositions subordonnées, Genève, Droz.

STEUCKARDT Agnès, NIKLAS-SALMINEN Aïno, 2005, Les marqueurs de glose, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence.

ULLMANN Stephen, 1952, Précis de sémantique française, Berne, A. Francke.

WARTBURG Walter Von, ZUMTHOR Paul, 1958, Précis de syntaxe du français contemporain, Berne, A. Francke.

Notes

1 Le présent volume a été réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI 2010-15158/FILO du ministerio de Economía y Competitividad, Espagne. Il fait suite à un colloque qui a eu lieu à l’université Complutense de Madrid en mars 2008.

2 M. Bréal, Essai de sémantique, Paris, Hachette, 1897.

3 Voir par exemple M. Grevisse et A. Goosse (2007 [1936]), s. Ullmann (1952), W. Von Wartburg et P. Zumthor (1958), K. Sandfeld (1977).

4 Selon C. Morris (1938), tout système sémiotique – en particulier la langue – comprend trois composants, qui sont, par ordre d’importance, la syntaxe, la sémantique et la pragmatique.

5 Voir à ce sujet les travaux de base de J. Authier-Revuz (1966), M. Plénat (1978) et a. Banfield (1995).

6 Pour de telles théories, la langue est une description du monde réel, et un énoncé est vrai ou faux en fonction de son adéquation à ce monde.

7 Un exemple classique est celui de la négation dans des énoncés comme Jean n’est pas venu. Une analyse polyphonique habituelle y voit deux énonciateurs. L’un « dit » « Jean est venu » ; l’autre, généralement assimilé au locuteur, s’oppose au premier. Signalons par ailleurs que, dans les travaux réalisés autour de A. Culioli, ce que nous appelons locuteur est un énonciateur, et vice versa. Nous avons choisi ici la terminologie la plus utilisée par les auteurs du volume.

8 Dans l’exemple précédent de la négation (voir la note précédente), l’on aurait affaire en structure profonde à deux points de vue et non plus à deux énonciateurs.

9 Ainsi, Personne ne s’est demandé ce qui arriverait au bout de cette première année.

10 Rappelons que, pour M. Riegel (1987), tout proverbe met en jeu une implication sous-jacente de type P → Q.

11 Rappelons que les marqueurs épistémiques ont trait aux croyances et aux savoirs. Par ailleurs, le terme de parémie a été récemment adopté pour désigner la catégorie des énoncés sentencieux.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search