Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 6

Constructions syntaxiques et relations de discours : l’émergence des constructions semi-clivées en moyen français

p. 107-120


Texte intégral

1La question des unités qui composent les énoncés et de leur pertinence a toujours été au cœur des recherches menées par Franck Neveu. On sait en particulier l’importance qu’il a accordée aux relations qu’il convient d’établir entre le niveau syntaxique et le niveau discursif. Il suffit de parcourir les travaux qu’il a consacrés à la macrosyntaxe, au détachement, à l’apposition, à la prédication seconde pour constater qu’il y a là un point fort de sa réflexion. C’est dans cette problématique que nous voudrions placer l’étude que nous présentons ici, qui portera sur la diachronie des constructions semi-clivées. Comme c’est le cas pour bon nombre de faits relevant de l’organisation de la « phrase complexe », observer l’évolution de structures telles que les semi-clivées conduit à s’intéresser aux interactions que peuvent avoir une construction syntaxique et une configuration discursive.

2L’expression de « semi-clivées » pour désigner les constructions de type ce qui importe, c’est qu’il vienne laisse entendre qu’il y a une relation plus ou moins étroite avec les phrases clivées telles que c’est X qui viendra. D’un point de vue synchronique, la parenté entre ces deux constructions peut sans doute être justifiée, ne serait-ce qu’en raison du rôle qu’elles jouent au niveau informationnel, en particulier dans le marquage du focus (Apothéloz 2018 ; Lambrecht 1994, 2001 ; Roubaud 2000). Si l’on prend en compte la diachronie, il paraît moins pertinent de rapprocher trop rapidement les deux structures, dans la mesure où la formation même de ces tours est très différente et qu’il semble en particulier difficile de considérer que l’un est dérivé de l’autre. Magali Rouquier, qui a étudié la formation et l’évolution des clivées en ancien français, constate que la construction semi-clivée n’est quasiment pas attestée, du moins sous sa forme moderne, avant le moyen français et cite quelques enchaînements de propositions qui s’en rapprochent (Rouquier 2014). Le schéma semi-clivé dans lequel le deuxième élément est de type « c’est que P » se subdivise en deux grandes variantes : l’élément initial peut être un SN : l’essentiel, c’est que P ; ou une proposition, d’ordinaire une relative : ce qui importe, c’est que P, d’autres types de subordonnées étant également possibles : s’il a répondu, c’est que P (Kuyumcuyan 2018). Alors que, dans le cas des structures en « c’est X » (celui qui est venu, c’est X), la comparaison avec c’est X qui est venu paraît s’imposer, il n’en va pas de même pour les propositions en « X, c’est que P » (l’important, c’est qu’il vienne), la formation de ce tour n’autorisant que plus difficilement un rapprochement avec c’est qu’il vienne qui est l’important.

3C’est sur la diachronie de cet emploi de c’est que comme introducteur du deuxième élément d’une structure semi-clivée que nous voudrions nous pencher ici, en examinant comment cette construction émerge et se développe en moyen français ; ce développement nous semble fournir une bonne illustration d’un changement de niveau, une organisation d’ordre discursif faisant l’objet d’un processus de syntactisation. Ce type d’évolution conduit à examiner deux aspects distincts : le changement syntaxique, avec les indices des modifications de la structure de l’énoncé ; le changement d’ordre discursif, avec, en particulier, l’examen des traces que la valeur première du tour peut laisser dans les emplois de la construction d’arrivée. On retrouve là certaines des caractéristiques décrites par Elizabeth Traugott et Graeme Trousdale (2013) lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre dans le domaine de la diachronie le cadre théorique des grammaires de constructions.

1. L’ancien français

4Sans être très fréquente, la séquence c’est que, combinant un pronom démonstratif et une proposition en que, est cependant bien attestée en ancien français. Du point de vue morphosyntaxique, il convient de relever comme le signe d’un certain degré de figement que cette séquence est essentiellement utilisée au présent et, beaucoup plus rarement à l’imparfait, les autres formes (passé simple, futur, forme en -rait) ne semblant pas être représentées. La valeur de la construction est nettement anaphorique, le démonstratif entrant en coréférence avec un élément du contexte gauche. Cet élément peut être un SN qui renvoie à un référent spécifique, mais, dans certains cas, il peut s’agir d’une reprise résomptive, le démonstratif évoquant une portion plus ou moins longue du contexte antérieur. La proposition en c’est que fonctionne, du point de vue discursif, comme une sorte de commentaire en ajout, destiné à apporter une clarification, à permettre l’identification d’un référent, à dévoiler telle ou telle de ses caractéristiques. L’apport d’information fourni par cette construction se laisse bien percevoir dans l’emploi en réponse à une question :

(1) Vos le me poez bien doner, fet ele ; et savez vos que ce est ? Ce est que vos sejorneroiz huimés ceans (La mort le roi Artu, 1230)

5Ce type d’enchaînement se caractérise – par définition, pourrait-on dire – par une rupture dans la continuité énonciative, la proposition en c’est que provenant d’une nouvelle source. Ce changement dans le flux discursif n’a cependant rien de systématique et, si l’on excepte le cas particulier de la situation de dialogue, le commentaire apporté par l’ajout ne s’accompagne pas obligatoirement d’un effet de double énonciation.

6Dans le cas où l’antécédent est un SN, il est assez naturel que l’élément nominal ait un sémantisme relativement large, qui, pour être interprété, appelle une clarification. Apparaît ainsi dans cet emploi le terme chose, qui sera par la suite très utilisé dans cette construction :

(2) Une seule chose crient entre tant de plaies : c’est que je ne fenisse mes tormens par mort (Pierre Abélard, La vie et les Epistres, 1290)
(3) Ayme religion et requier, au mains pour ceste seule chose : c’est que de moy […] ne soies pas departie (id.)

7Des termes abstraits comme volonté ou amour, qui renvoient à des états psychologiques, à des sentiments, sont également représentés :

(4) De cele volenté ja ne me partirai, tant com je viverai - Ce est que des preudomes volentiers parlerai (Adenet le Roi, Buevon de Conmarchis, 1271)
(5) Nuls homs n’a plus grant amour de ceste, c’est que aucuns mette s’ame pour ses amis (Pierre Abélard, La vie et les Epistres, 1290)

8Il faut noter la présence, dans le contexte gauche, de démonstratifs (cele, ceste), à fonctionnement cataphorique, qui font attendre, en quelque sorte, l’ajout explicatif et le rende quasiment obligatoire.

9Dans une deuxième série d’occurrences, bien moins représentée, c’est une unité textuelle – proposition ou ensemble de propositions – qui se trouve paraphrasée par la proposition c’est que P, qui peut se trouver placée en position d’incise :

(6) cum biens e mals […] seient contraire par contreposee front — ce est que n’i a nul moien — besoignable chose est que celes meesmes choses respondent par contraire (Del Confortement de Philosophie, 1240)

10Il est intéressant d’observer, dans quelques exemples, une disposition qui annonce les structures semi-clivées avec subordonnée relative en premier élément, l’antécédent étant constitué d’une proposition introduite par les formes de type ce qui ; cette proposition est toutefois fortement intégrée au contexte gauche, en fonction de complément régi, comme dans les extraits suivants où la relative est objet des verbes faire et dire :

(7) vos pri que vos façoiz ce que je vos requier, ce est que vos gisiez en ceste nuit o moi (La Queste del Saint Graal, 1220)
(8) Je ne voil mie dire ce que tuit seivent communalment, ce est que li malveis home sunt amendé par venjance […] (Del Confortement de Philosophie, 1240)

11On peut également relever, construite sur le même modèle, une relative en là où, qui dépend du verbe mener :

(9) et il se pense qu’il a hui esté menez la ou onques mes ne pot estre menez, ce est qu’il ne vint onques mes en tornoiement qu’il ne vainquist […] (La Queste del Saint Graal, 1220)

12L’exemple suivant est particulièrement intéressant, car il présente ce qu’on peut considérer comme une rupture de construction due à l’emploi du coordonnant et, la forme que (lui faisoit) pouvant être interprétée comme un équivalent de ce qui :

(10) Mais de toutez les paines que le conte souffroit et que le plus d’anoy et de mal lui faisoit, c’estoit que par le bos trebuchoit […] (Les enfances de Doon de Mayence, 1250)

13Ce type d’enchaînement autorise à penser que la structuration de l’énoncé sous la forme d’une semi-clivée autonome n’est pas encore disponible, alors qu’un siècle plus tard commence à apparaître la construction « moderne », qui permettrait la séquence :

(10’) Mais de toutes les peines que le comte souffrait, ce qui lui faisait le plus d’ennui, c’était que […]

14On constatera donc que l’ancien français ne semble pas encore offrir d’exemples nets d’une structure segmentée du type X, c’est que P, qui constituerait une unité indépendante, tant au plan syntaxique qu’au plan énonciatif. La proposition en c’est que fonctionne comme un ajout, semblable à une parenthèse, qui vient s’ajouter à un énoncé formellement complet, la relative étant syntaxiquement rattachée au contexte gauche avec une fonction de constituant régi. Du point de vue sémantique, l’ajout est toutefois essentiel pour l’interprétation ; dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’un commentaire qui pourrait être supprimé, mais bien d’une clarification indispensable à une interprétation satisfaisante de l’énoncé.

15Il faudra attendre le moyen français pour que ce dispositif textuel se modifie et que la proposition en c’est que, perdant ce statut d’ajout et de constituant périphérique, devienne la composante d’une structure autonome.

2. Le moyen français

16De même que pour d’autres types de constructions, le moyen français se présente, lorsqu’il s’agit des semi-clivées, comme une période de rupture, durant laquelle vont s’accélérer des changements déjà en germe en ancien français ou se créer des configurations nouvelles. C’est alors qu’apparaissent des occurrences – peu nombreuses sans doute, mais significatives – de la construction semi-clivée en c’est que, telle qu’elle se maintiendra, du moins en ce qui concerne sa forme, jusqu’en français contemporain. Ces exemples ne sont pas majoritaires, le tour ancien que nous venons de décrire plus haut étant toujours bien représenté. Loin d’être utilisée comme une construction figée, sentie comme vestige d’un état de langue ancien, la structure en ajout continue à être bien vivante et présente même des traces d’évolution en ce qui concerne le domaine sémantique et le niveau discursif. Ce sont ces innovations que nous allons observer à présent, en commençant par le schéma avec SN antécédent.

2.1. SN, c’est que

2.1.1. c’est que en ajout

17Le plus grand nombre d’exemples de ce schéma explique sans doute en partie que les éléments nominaux explicités par l’ajout sont beaucoup plus variés qu’en ancien français, les grandes catégories demeurant toutefois identiques. On retrouve ainsi les termes généraux comme chose ou point :

(11) Une chose vueil et me plaist : c’est que par toy me soit donnee ta fille a femme espousee (Estoire de Griseldis, 1395)
(12) Aussi nous a chargié le roy, ma treschiére dame, ce point, c’est que nous ne vous laissons point (Miracle de la fille d’un roy, 1379)

18Les termes abstraits sont par ailleurs toujours bien représentés. Dans la plupart des cas, ils peuvent être rattachés à un verbe de type dire ou penser ; en ce qui concerne l’aspect sémantique et informationnel, l’ajout est alors l’équivalent d’une complétive. Dans les exemples suivants, il est possible de reconstituer : vous avez convenu que… (13), ou : j’avais promis que… (14) :

(13) requier que vous me tenez le convenant que vous me feïstes […], c’est que vous me faciez mener sauvement (Bérinus, 1350)
(14) Car tenu n’ay pas la promesse qu’a Dieu fis, quant je fu professe : c’est que ma chasté li promis (Miracle de l’abbesse grosse, 1340)

19Il en va de même avec des verbes qui renvoient à la pensée ou aux sentiments. Les séquences ma volonté / mon désir / ma doute, c’est que… correspondant, en quelque sorte, à je veux / je désire / je doute (= redoute) que… :

(15) vous ferez toute ma volenté, c’est que chascuns se vueille retraire de femme (Bérinus, 1350)
(16) Puisse avenir a mon desir : c’est que ligniee puisse avoir (Le Miracle de l’enfant ressuscité, 1353)
(17) me fault vous ouvrir la doubte qu’en moy est entree, c’est que j’ay paeur, sans vous mentir, que […] (Charles d’Orléans, Ballades, 1415)

20Ce n’est sans doute pas dans les séquences contenant ces déverbaux qu’il faut rechercher l’origine du tour semi-clivé, même si des énoncés comme mon désir, c’est que… apparaissent assez rapidement lorsque la construction devient autonome. Il nous semble que c’est à un autre emploi de l’ajout qu’il faut s’intéresser si l’on veut déterminer un contexte favorable au développement de la structure nouvelle.

21Une deuxième possibilité est en effet observable, dans laquelle l’ajout n’explicite plus un terme abstrait mais renvoie à un point dans une énumération, en particulier dans un raisonnement, dans un passage argumentatif. La proposition en c’est que participe alors à l’organisation du texte, comme une sorte de « complément » élucidant les divers thèmes présentés dans une progression thématique à thèmes dérivés. Dans les exemples suivants, le SN sur lequel porte l’ajout entre dans une série (notre seconde raison, le second commandement, le premier point) :

(18) avec ce un autre inconvenient lui en vient, et est nostre seconde raison : c’est que il fait ou elle fait contre son honneur (Christine de Pisan, Le Livre des trois vertus, 1405)
(19) Li second conmandement voir est a ce premier ci semblables, c’est que tu soies amiables (Miracle de la Nativité, 1343)
(20) Ainsi appert le premier point de nostre sermon, c’est que la vierge par sa predestinacion en dignité preceda (Miracle de une femme que Nostre Dame garda d’estre arse, 1368)

22Le développement, durant la période du moyen français, de genres textuels jusque-là rédigés en latin – textes didactiques, en particulier – peut expliquer l’emploi relativement fréquent de ce tour. Il peut également expliquer le fait que la topicalisation, bien représentée dans ces textes, ait servi de modèle pour la création de la structure semi-clivée. Une structuration du texte par une progression à hyperthème et à thèmes dérivés s’accompagne en effet, de façon relativement naturelle, de schémas syntaxiques correspondant à l’articulation thème + commentaire, articulation qui se retrouve également dans une séquence : SN, c’est que P.

2.1.2. La construction clivée SN, c’est que P

23Cet enchaînement qui associe un ajout à un SN se réalise, à la même époque, sous la forme d’un énoncé autonome, dans lequel la proposition en c’est que perd ses caractéristiques d’ajout périphérique. La structure semi-clivée ainsi créée se réalise dans deux constructions qui se distinguent par leur fonction discursive. Dans un premier type d’enchaînement, identique à celui que nous venons de décrire, le SN, détaché du contexte gauche, a la fonction de thème dans une progression à thèmes dérivés. Ainsi, dans les exemples suivants, les SN la seconde des cinq, l’autre point, la première cause entrent-ils dans des séries plus ou moins longues :

(21) La seconde des cinq qui touche à qui il veult adrecier ses parolles, c’est que autrement appartient à un prince parler à ses pareulx (Christine de Pisan, Livre de la Paix, 1412)
(22) L’autre point, à quoy gueres de gens ne se laissent soubmettre, c’est que la place soit tant battue qu’il n’y ait plus de deffence (Jean de Bueil, Le Jouvencel, 1461)
(23) La cause de mariage est quadruple. La premiere cause, c’est que le consentement des voulentés et des couraiges soient expriméz par les paroles de present (Hugo Ripelinus, Du sacrement de mariage, 1481)

24Comme nous l’avons suggéré plus haut, ce type de tour se confond avec les topicalisations et il n’est pas surprenant de relever quelques exemples qui présentent ce schéma sans qu’il y ait vraiment progression à thèmes dérivés, le détachement du topique suffisant à justifier la construction en c’est que :

(24) Les signes de cognoistre le commencement dou chien enragié, c’est qu’il ne menjue mie si bien comme il souloit (Gaston Phébus, Livre de chasse, 1387)
(25) Mais mon advis, c’est qu’il ne se faict pas que par disposition divine (Commynes, Mémoires, 1489)

25Le deuxième type de construction, également bien représenté, est particulièrement intéressant : la relation de discours – la valeur de rectification – liée à l’origine de la construction conduit, dans bon nombre d’occurrences, à une sorte de routinisation, qui privilégie des SN à valeur intensive. C’est ainsi que la première partie de la construction est constituée de SN comprenant des formes de superlatif, qu’il s’agisse d’un syntagme adjectival (plus propice, plus honorable, meilleur) :

(26) Tout considéré, le plus propice qui leur estoit, c’estoit que ilz se mesissent au retour parmy France (Jean Froissart, Chroniques, 1390)
(27) Et la chose qui soit plus honnorable a ung juge, c’est qu’il monstre par ses manieres et execucion reelle que il ne veult que faire justice (Juvenal des Ursins, Audite illos, 1432)
(28) Le meilleur conseil que g’i voie, C’est que je me sueffre et m’en voise (Miracle de un parroissian esconmenié, 1356)

ou d’un SN formé sur un adverbial (le pis, le plus) :

(29) Le pis que chiens aient, c’est que ilz durent pou (Gaston Phébus, Livre de chasse, 1387)
(30) Le plus que on puet fere a chienz pour leur garder les piez et qu’ilz ne perdent les ongles, c’est que on ne les leisse trop soujourner (id.)

L’intensité peut parfois être aussi exprimée par le sémantisme de l’élément nominal, comme c’est le cas avec le terme excellence (= le meilleur) dans le passage suivant :

(31) Mais l’excellence et vertu de l’euvre, c’est que elle soit digne de estre consideree a grant admiracion (Oresme, Le Livre de Ethiques d’Aristote, 1370)

ou par un adjectif, comme droit dans l’exemple suivant, où droit point a pour sens le point exact :

(32) Brief, le droit poinct ou gist mon reconfort, c’est que la paix les premiers demandons (André de La Vigne, Le mystère de saint Martin, 1496)

26On notera, dans la plupart de ces exemples, l’emploi d’un marqueur – en général et – qui souligne l’enchaînement avec le contexte gauche et renforce de l’effet de rectification (et de plus) ; il faut également noter des expressions comme bref (32) ou tout considéré (26), qui vont dans le même sens en soulignant une certaine rupture dans le flux informatif.

27Du point de vue diachronique, ce schéma qui combine la valeur de l’ajout et la notion d’intensité n’a pas vraiment de correspondant dans la configuration première ; tout au plus peut-on rappeler, pour l’ancien français, l’exemple (10), qui présente l’expression le plus :

(10) Mais de toutez les paines que le conte souffroit et que le plus d’anoy et de mal lui faisoit, c’estoit que par le bos toute jour trebuchoit […] (Les enfances de Doon de Mayence, 1250)

ou citer, pour le moyen français, l’emploi de meilleur dans un exemple comme :

(33) mais meilleur raison y a, qui ceste destruit, c’est que sens et avis, noblece de courage, desir d’onneur, paour du contraire fait plus en fait d’armes que […] (Christine de Pisan, Le Livre des fais et bonnes meurs, 1404)

énoncés qui peuvent être rapprochés de (30) ou de (28).

28Toutes proportions gardées, ce qui vient d’être constaté à propos de la structure X, c’est que P se retrouve dans le cas des constructions avec subordonnée relative.

2.2. Les constructions avec relative

2.2.1. Relative régie

29Bon nombre d’exemples illustrent l’enchaînement attesté dès l’ancien français, la proposition en c’est que fonctionnant comme un ajout à un élément qui est un constituant régi du contexte gauche :

(34) et fache chaschun che que il doit faire, c’est que la main ne parle, ne la bouche ne escoute (Jean Daudin, De la erudition, 1360)
(35) plaise vous enteriner ce que me promettez en voz dittes lettres, c’est que de vostre grace me reteniez pour seul ami (Christine de Pisan, Le Livre du duc des vrais amants, 1405)

30Si cette disposition demeure bien représentée dans les textes de moyen français, on commence à relever, à partir du milieu du xive siècle, des exemples – certes moins nombreux – d’énoncés autonomes présentant la construction semi-clivée telle qu’elle se maintiendra par la suite dans l’histoire du français.

2.2.2. La construction clivée : relative, c’est que P

31Dans une première série d’exemples, on retrouve les tours intensifs évoqués plus haut à propos des SN, l’intensité étant exprimée par des adverbes comme plus ou mieux ou l’adjectif pire :

(36) Et ce qui le miex m’a pleu, c’est que j’ay vostre filz veu en tresbon point (Miracle de Barlaam et Josaphat, 1363)
(37) Ce m’est une seconde joie […] Mais celle que plus sui sentans et que plus a mon cuer amain, c’est que recouvré ay ma main (Miracle de la fille du roy de Hongrie, 1371)
(38) Et qui pirs est et qui plus traveille l’entendement, c’est que on voit tousjours chose en aultruy que on ne puet avoir en soy (Jean de Bueil, Le Jouvencel, 1461)

32Dans ce type d’exemples, peut à nouveau être relevé l’emploi de marqueurs comme et ou mais soulignant la relation de discours, l’addition d’une information dans la connaissance partagée.

33Une autre série d’occurrences n’est pas caractérisée par cette valeur intensive. C’est dans ce cas que la superposition avec une construction topicalisée est la plus nette. Les exemples qui suivent montrent bien comment la relative, tout en s’appuyant sur le contexte gauche, joue un rôle de « relance ». Se retrouve ici la trace de la valeur de rectification, tout se passant comme si la construction semi-clivée signalait à la fois l’acceptation, dans la connaissance partagée, du contenu du contexte gauche et l’apport d’une information nouvelle plus ou moins attendue, sollicitée. Le mouvement d’ensemble, qui pourrait être paraphrasé par des séquences comme oui, et  / car de plus…, se laisse bien percevoir dans un contexte dialogique où s’exprime la demande d’information :

(39) – Et si me dites, doulx ami, pour quoy tielx est.
– Ce qui en cest estat le met, c’est qu’il a moult d’ans qu’il fu nez (Miracle de Barlaam et Josaphat, 1363)
(40) Mais vous me povés demander pourquoy je me arreste tant en ceste consideracion […] Ce qui m’en fait parler c’est que on a veu et apparceu que l’avés dissimulé (Juvenal Des Ursins, Verba mea, 1452)

34Dans la plupart des cas, le questionnement n’est pas explicité mais la construction se présente bien comme un complément d’information destiné à combler une lacune ou à corriger une opinion :

(41) Ce qui luy a baillé l’avance, c’est que tu t’es tenu de rire (La Farce de maître Pierre Pathelin, 1456)
(42) Et ce qui le leur faisoit dire, c’estoit que ung pigeon blanc s’estoit trouvé sur la tente du roy d’Angleterre (Commynes, Mémoires, 1489)

35Comparée à une subordonnée causale, la valeur informative et discursive de la semi-clivée présente donc un trait supplémentaire, dans la mesure où l’articulation des deux propositions n’est pas seulement celle d’un fond et d’un focus « informatif », mais celle d’un fond et d’un focus « correctif », destiné à remplacer un savoir, dans une disposition qui se rapproche de celle d’un focus contrastif. Se retrouve ainsi, dans une construction syntaxique, la trace de la valeur première de l’ajout comme rectification.

2.2.3. Indices de topicalisation

36Si on fait l’hypothèse que l’origine de la construction semi-clivée se trouve dans les contextes où le SN antécédent est non seulement explicité mais repris comme un point de départ pour le contexte de droite, le rapprochement avec la topicalisation semble s’imposer.

37Quelques exemples présentent l’intérêt de montrer que la création de l’énoncé autonome est sans doute influencée par les schémas correspondant à un changement de statut du référent, qui prend une valeur de topique. Ces occurrences ne sont pas fréquentes ; au nombre de trois dans le corpus Frantext, elles se caractérisent par la reprise à l’identique d’un constituant du contexte gauche, dans un mouvement qui pourrait être paraphrasé par : quant au fait de dire X, (je dis que) c’est que P, la topicalisation se caractérisant par une portée sur énonciation. Pour deux d’entre elles, il s’agit de renommer comme topique un élément déjà évoqué dans une énumération – on retrouve les emplois déjà cités par exemple en (21) ou (23). On notera, dans ces deux exemples, la reprise à l’identique, dans le topique, de la préposition utilisée dans le contexte de gauche : en (qualité), par (soy taire), signalant en quelque sorte l’effet de citation et laissant ainsi percevoir l’énonciation sous-jacente : (dire) en qualité, c’est (dire) que… :

(43) en quatre choses principales […] la premiere en qualité, la seconde en quantité, […]. En qualité c’est que cellui qui veult parler doit avoir advis sur cinq choses (Christine de Pisan, Livre de la Paix, 1412)
(44) Concorde est gardee par trois choses […] En aprés par soy taire, c’est qu’on ne die chose qui puist grever son compaignon (Jean Daudin, De la erudition, 1360)

38Un troisième exemple relève des tours intensifs. Dans ce passage de Machaut, il faut sans doute interpréter la préposition de dans dou comme un équivalent de en ce qui concerne, pour ce qui est de :

(45) Or n’est voie que puisse trouver ne tour, et dou pis qu’Amours m’envoie, c’est que soie loing de vo faitis atour (Machaut, Les chansons baladées, 1377)

39Cet exemple doit être rapproché de (29) ou de (38), qui présentent également la forme pis / pire, mais sans qu’elle soit introduite par une préposition. On peut sans doute voir dans ces topicalisations où le commentaire est constitué par la proposition en c’est que un facteur favorisant la formation de la construction semi-clivée en énoncé autonome.

40Ce qu’on peut considérer comme la valeur énonciative de la construction demeure identique, mais c’est dans le domaine de la connaissance partagée qu’il convient de rechercher une évolution. La modification, qui concerne en effet la représentation des savoirs et des croyances du récepteur, est due à la nature même de ce qui était au départ un ajout. L’explicitation fournie par c’est que est supposée combler une lacune ou corriger une erreur dans un savoir jugé incomplet ou éloigné de la vérité. Alors que le contexte gauche renvoie à la connaissance partagée par un ensemble qui réunit énonciateur et énonciataire, la proposition en c’est que permet d’exprimer le point de vue d’un ensemble de locuteurs plus réduit, dont fait partie l’énonciateur mais non l’énonciataire ; d’où un effet qui se rapproche de celui de l’activité de rectification, effet qui se maintiendra après l’évolution syntaxique de la construction.

3. Conclusion

41Le mouvement général qui vient d’être examiné peut être caractérisé comme la création d’un énoncé autonome par la combinaison de deux constituants à l’origine séparés. Ce mouvement comporte deux aspects : le détachement de la relative, qui, jusque-là, était fortement dépendante du contexte gauche et le changement de statut de l’ajout, qui devient composante essentielle de la construction. Deux facteurs semblent jouer un rôle important dans ce processus de syntactisation : le lien sémantique très étroit qui unit, dès l’origine, l’ajout à son antécédent, prévaut, en quelque sorte sur la fonction périphérique de l’ajout ; par ailleurs, l’existence de schémas correspondant à une topicalisation : SN, c’est que… n’ont pu que servir de modèle pour la création de la nouvelle construction.

42La formation de la semi-clivée présente également un intérêt dans le domaine discursif. La configuration d’origine ne participe pas au codage de la structure informationnelle du contexte gauche et la proposition en c’est que, commentaire en ajout, pourrait être considérée comme une « apposition » à l’élément rhématique qui tient lieu d’antécédent. L’élaboration d’une construction en un énoncé autonome, si elle fait disparaître la valeur d’ajout, conserve toutefois la trace de la relation de rectification d’origine. Cette relation de discours va se trouver en quelque sorte réutilisée, déplacée, dans le marquage des degrés de dynamisme communicatif, la proposition en c’est que pouvant alors avoir une fonction de focus par rapport au fond que constitue le premier élément de la construction.

43Il faut rappeler par ailleurs que la création de ce tour semi-clivé n’élimine pas la construction en ajout, qui demeurera toujours bien vivante, tout en évoluant, de son côté, vers l’expression de la causalité, avec la valeur de c’est parce que.

44Le changement que nous avons examiné ici devrait être replacé dans un cadre plus général, celui du passage, qui s’opère sur la longue durée, du « discours continu », caractéristique du moyen français, à la « phrase complexe » du français moderne. Dans le premier ce sont les facteurs relevant de la discursivité, de la cohérence textuelle qui prédominent et l’emportent, en quelque sorte, sur les facteurs grammaticaux ; dans la deuxième, les propositions, moins soumises au flux discursif, entrent progressivement dans une hiérarchisation et un réseau de dépendances d’ordre syntaxique.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Apothéloz Denis, 2018, « Examen d’une famille de constructions : les constructions identificatives », Scolia, no 32, p. 13-41.

10.4000/scolia.284 :

Kuyumcuyan Annie, 2018, « L’extension des pseudo-clivées », Scolia, no 32, p. 95-116.

10.4000/scolia.316 :

Lambrecht Knud, 1994, Information Structure and Sentence Form: Topic, Focus and the Mental Representation of Discourse Referents, Cambridge, Cambridge University Press.

10.1017/CBO9780511620607 :

Lambrecht Knud, 2001, « A framework for the analysis of cleft constructions », Linguistics, vol. 39, no 3, p. 463-516.

10.1515/ling.2001.021 :

Roubaud Marie-Noëlle, 2000, Les constructions pseudo-clivées en français contemporain, Paris, Champion.

Rouquier Magali, 2014, L’émergence des constructions clivées, pseudo-clivées et liées en français, Paris, Garnier.

Traugott Elizabeth et Trousdale Graeme, 2013, Constructionalization and Constructional Changes, Oxford, Oxford University Press.

10.1093/acprof:oso/9780199679898.001.0001 :
Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.