Version classiqueVersion mobile

Concert mondial de linguistique française

 | 
Audrey Roig
, 
Anne-Gaëlle Toutain

Première partie. Histoire et épistémologie des sciences du langage

Chapitre 2

La sémantique : de Bréal à Meillet

Gabriel Bergounioux

Texte intégral

1Franck Neveu, tout en faisant retour sur la transmission des savoirs linguistiques, a intégré à sa réflexion, dès ses premiers travaux, la nature des relations qui s’établissent dans un énoncé entre la fonction grammaticale et le contenu sémantique. Sa thèse de doctorat, consacrée à l’emploi des « constructions appositives détachées » dans certains écrits de Sartre, avait pris pour titre : Syntaxe et pensée. Elle s’inscrivait dans une filiation qui remonte en France à Michel Bréal. C’est dans l’Essai de sémantique que celui-ci s’est proposé de renouer, entre la langue et les représentations mentales, des liens que le comparatisme avait relâchés en rompant avec la grammaire générale. Dans sa recherche, Franck Neveu se portait au-delà d’un débat qui, comme on se propose de le montrer, était en son temps resté focalisé sur les mots.

2Le 13 février 1906, à l’âge de trente-neuf ans, Antoine Meillet succède dans la chaire de « Grammaire comparée des langues indo-européennes » à Michel Bréal qui, âgé de soixante-treize ans, a dû résigner sa charge. De sa leçon inaugurale, l’historiographie retient la permanence de l’intitulé générique de l’enseignement que reprendra ensuite Émile Benveniste, la continuité académique entre l’élève et le maître et la position institutionnelle, en tout point comparable, que ceux-ci occupent dans le champ scientifique en France, à commencer par leur fonction de secrétaire inamovible de la Société de linguistique de Paris. Après avoir rappelé le contexte dans lequel s’inscrit l’introduction de la grammaire comparée en France et la proposition faite par Bréal d’adjoindre la « sémantique » à la phonétique et à la morphologie au nombre des disciplines de la linguistique, on examinera la façon dont Meillet reformule une théorie du sens qui est une critique des propositions de son prédécesseur.

1. La création d’une école comparatiste

3La linguistique historique constitue une rupture majeure dans la tradition grammaticale (Neveu et Mejri 2007). On date de l’étude publiée par Franz Bopp en 1816 l’apparition de la grammaire comparée et il faut attendre un demi-siècle avant qu’elle ne franchisse le Rhin. Après quelques tentatives sans lendemain, le transfert au Collège de France en 1864 de la chaire de « grammaire comparée des langues indo-européennes » ouverte une douzaine d’années auparavant à la Sorbonne et la création d’une direction d’études spécifique au sein de la IVe section de l’École pratique des hautes études – « sciences historiques et philologiques » – en 1867-1868 préludent aux réformes des années 1870 qui implantent dans quelques facultés de lettres des enseignements de linguistique historique, souvent confiés à de jeunes maîtres recrutés dans le nouveau corps des « maîtres de conférences ». Si quelques savants se distinguent au xixe siècle en Europe et jusqu’aux États-Unis (William Dwight Whitney), la grammaire comparée reste l’apanage de l’Allemagne, de l’Autriche-Hongrie et de la Suisse alémanique. Leur suprématie est telle que l’EPHE impose à ses étudiants de linguistique un examen d’allemand en préalable à leur inscription.

4Michel Bréal, d’origine alsacienne, est bilingue. Toute sa carrière s’est décidée lorsqu’un fonctionnaire délégué par le Ministère est venu recruter un élève de l’École normale supérieure pour qu’il suive à l’université de Berlin les cours de Bopp afin de préparer une traduction de la Vergleichende Grammatik. Son parcours académique épouse les transformations institutionnelles de l’enseignement supérieur que conclut la création des universités à la fin du siècle, parallèlement aux avancées scientifiques. On lui est redevable du transfert d’une approche comparatiste qui exclut toute visée pratique ou culturelle et qui fonde le rapprochement des formes des différentes langues sur la transcription phonétique des sources philologiques et sur la segmentation des morphèmes grammaticaux.

5Dix ans avant que, à la fin des années 1870, les Junggrammatiker ne parachèvent l’œuvre de la linguistique comparée en posant comme principes de la reconstruction les « lois aveugles de la phonétique » et le rôle de l’analogie, Bréal s’est déjà engagé dans une autre direction. Peu intéressé par le versant sonore des langues et moins attaché à la grammaire qu’à l’interprétation des racines, il annonce ce qui sera l’œuvre de sa vie dans sa leçon au Collège de France sur « les idées latentes dans le langage » (1868). Après le peu de considération accordé par les spécialistes à son étude sur les Tables eugubines (1874) où, délaissant le sanskrit qu’il maîtrise mal, il se focalisait sur les langues italiques, dès lors que le nouveau cours des sciences du langage lui signifie qu’il doit renoncer à s’imposer sur le plan international, il change d’orientation. Il s’investit dans une intense activité administrative, notamment auprès du Ministère de l’instruction publique, participe aux séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres où il a été élu en 1875, écrit dans la Revue des Deux Mondes et compose deux ouvrages, sur Goethe (1898) et sur Homère (1906), d’inspiration plus littéraire que scientifique.

6Ne parvenant plus à suivre les développements de sa discipline, comme il le reconnaît lui-même en privé, il confie la phonétique à Rousselot qu’il appelle au Collège de France dans un laboratoire établi à son intention (Bréal 1898) et sa direction d’études à l’EPHE à Ferdinand de Saussure. Lorsque celui-ci regagne Genève, Bréal tergiverse. Bien que, pour lui succéder en 1891, face à la candidature de Louis Duvau (1864-1903), il déclare soutenir Antoine Meillet qui effectue alors une mission en Arménie (Meillet 2014, p. 173, 190), les relations entre eux sont difficiles. Et Meillet n’est pas tendre avec son mentor.

20 mai 1897
Plus je vois le mouvement scientifique, plus je suis frappé du peu d’intelligence des savants. Il en est bien peu qui se soient rendu compte des idées essentielles de la science qu’ils cultivent. Assurément [pas moi]. Combien de F. de Saussure ? Bréal et J. Schmidt sont plutôt bêtes.
28 novembre 1904
Si je ne me fais pas d’illusion, j’ai rompu aujourd’hui avec le dernier désir extérieur qui me restait. Je suis libre désormais. Car il ne dépend plus de personne de troubler ma paix en m’accordant ou en me refusant quelque chose. Bréal, par sa manière de se comporter à mon égard, a atteint ce résultat ; ce n’est sans doute pas le moindre service qu’il m’ait rendu.
4 décembre
J’ai dégagé Bréal de toutes ses promesses envers moi. Je me sens plus libéré que lui. Il faut choisir d’être quelqu’un ou quelque chose. Toute charge est une diminution de la liberté, et plus grande est la charge, plus grande est la diminution d’indépendance. (Bergounioux et Lamberterie 2006, p. 31 ; 80)

7Les deux notations de 1904 sont à mettre en rapport avec la candidature de Meillet au Collège de France.

2. Bréal et la sémantique

8Il est d’usage de présenter la sémantique comme une création de Michel Bréal et d’en dater l’apparition avec l’ouvrage éponyme paru chez Hachette où le néologisme est revendiqué : « Je prie donc le lecteur de regarder ce livre comme une simple Introduction à la science que j’ai proposé d’appeler la Sémantique » (Bréal 1897a, p. 9). Le terme existait avant et la chose plus encore (Neveu 2009, Bisconti 2017), en particulier, pour en rester au cas de la France, avec la publication de La Vie des mots d’Arsène Darmesteter (1887). Celui-ci privilégiait une conception darwinienne dont August Schleicher avait donné l’exemple et, pour le nom à attribuer à cette branche de la linguistique, il s’était prononcé en faveur de « psychologie historique ».

9En deçà du contenu des ouvrages, une intention est commune à ces deux auteurs, qui était déjà présente dans l’essai de Littré (1863) dont Bréal préface une réédition (1897b) : s’adresser, au-delà du cercle étroit des professionnels, au grand public. Bréal sollicite son éditeur, Hachette, qui était à même de lui assurer, à côté de ses publications scolaires et universitaires, une large diffusion. Au moment de la parution, la Revue des Deux Mondes publie les bonnes pages d’un livre (1897c) qui, dès l’introduction, rassure le lecteur sur le choix des références.

J’ai pris à dessein mes exemples dans les langues les plus généralement connues : il sera facile d’en augmenter le nombre ; il sera facile d’en apporter aussi de régions moins explorées. Les lois que j’ai indiquées étant plutôt d’ordre psychologique, je ne doute pas qu’elles ne se vérifient hors de la famille indo-européenne. (Bréal 1897, p. 8-9)

10Rétrospectivement, la sémantique apparaît comme une issue prévisible aux progrès du comparatisme. Bopp avait écarté toute considération archéologique ou anthropologique : « Les langues dont traite cet ouvrage sont étudiées pour elles-mêmes » (Bopp 1866, p. 8). Dès les années 1820, la décision de s’en tenir à l’analyse formelle des unités linguistiques avait été relativisée par l’entreprise de recension lexicale à laquelle s’était consacré August Friedrich Pott. Son inventaire verbal établissait la liste de toutes les correspondances ayant pour origine une même racine qui n’était plus considérée d’un point de vue grammatical, comme le support d’affixes dérivationnels ou grammaticaux, mais comme le réceptacle étymologique d’une désignation de chose, d’action ou de qualité.

11À partir de là, des hypothèses pouvaient être échafaudées, à la fois géographiques (de quel environnement naturel les mots offraient-ils le reflet ?) et historiques (comment ces populations s’organisaient-elles socialement et quel était leur degré d’avancement technologique ?). Faute de découvrir malgré cela les traces matérielles du foyer indo-européen initial, on s’attachait au vocabulaire dans l’établissement d’une « paléontologie linguistique » que synthétise Adolphe Pictet (1859-1863) avec Les Origines indo-européennes ou les Aryas primitifs qui se termine sur un aperçu concernant l’univers mental.

12Max Müller prolonge cette orientation et pose les principes de la « mythologie comparée ». Il condense en une formule l’hypothèse du mythe conçu comme une « maladie du langage ». Il propose de considérer les panthéons indo-européens, les figurations polythéistes, les contes et les rites qui leur sont associés (Müller est luthérien et il maintient une stricte distinction entre religion et mythologie) à la fois comme une projection des affects et comme autant d’essais d’explication des phénomènes naturels en figures et récits. Bréal (1863) a emprunté cette voie au temps de sa formation. En dépit des efforts réitérés de Max Müller, les limites de l’exercice ont provoqué son décri au profit de recherches comme celles de James George Frazer (1890) ou de Rudolf Meringer (1904-1905) qui portent sur les objets plutôt que sur les mots.

13La validité d’une transposition qui infère d’une recension des divinités, des présages et des sacrifices le monde intérieur et les mécanismes de la pensée est contredite par l’observation des sociétés archaïques. Émile Durkheim (1912) met au premier plan la dimension sociale :

Une religion est un système solidaire de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées, c’est-à-dire séparées, interdites, croyances et pratiques qui unissent en une même communauté morale, appelée Église, tous ceux qui y adhèrent. (Durkheim 2003, p. 65)

14Dans la mythologie comparée, la différence entre les langues traduirait une différence de mentalité propre à chaque ethnie, voire à chaque race. Max Müller, par conviction monogéniste, s’est toujours opposé à une interprétation biologique que Bréal récuse également comme le laisse entendre sa prétérition sur le choix des exemples qui, tout indo-européens qu’ils sont, ont une portée universelle.

15On peut considérer comme des réponses aux hypothèses racistes d’Arthur de Gobineau ou de Houston S. Chamberlain aussi bien le postulat « psychologique » qui sous-tend la sémantique de Bréal que l’analyse que propose Meillet dans sa thèse latine (1897). Partant de prémisses différentes, tous deux s’inscrivent dans le postulat cartésien d’une raison également partagée entre tous les hommes et assument les conséquences qu’en ont tirées les Lumières.

16Après sa conférence du 7 décembre 1868 où il rend publiques ses premières pensées sur le sujet en traitant des « idées latentes du langage » (1877), Bréal reprend l’exposition devant les professeurs de lycée (1883), renouvelle l’expérience auprès de ses collègues des cinq académies de l’Institut (1884) et du grand public dans la Revue des Deux Mondes (1887). À cette liste, non exhaustive, s’ajoutent les notes étymologiques égrenées dans les Mémoires de la Société de linguistique de Paris. Pourtant, il a fallu trente ans avant que Bréal ne se décide à publier l’Essai de sémantique dont la préface, comme le titre, traduit un sentiment d’inachèvement.

Ce livre, commencé et laissé bien des fois, et dont, à titre d’essai, j’ai fait paraître à diverses reprises quelques extraits, je me décide aujourd’hui à le livrer au public. Que de fois, rebuté par les difficultés de mon sujet, me suis-je promis de n’y plus revenir ! (Bréal 1897, p. 6-7)

17Au nombre des motifs qui ont pu décider de la parution, il y a l’Affaire Dreyfus. D’origine juive, assimilationniste, républicain, laïque, Bréal est meurtri par le déferlement de l’antisémitisme, par la régression sociale d’une division de la société fondée sur des considérants religieux, traduits en termes de race, des critères que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen avait exclus de l’ordre politique. Il met au premier plan la relation entre la langue et la raison et non la relation entre langue et nation, a fortiori entre langue et race. S’il se réclame de la psychologie, il prend ses distances en inscrivant dans l’évolution de la pensée des notions historiques comme celles de progrès et de civilisation.

3. Meillet et Bréal

18Quoique l’intitulé de la chaire du Collège de France soit restreint aux langues indo-européennes, Bréal en avait élargi la portée en traitant du « langage ». À son tour, Meillet donne pour titre à sa leçon solennelle « L’État actuel des études de linguistique générale ». L’hommage rendu à son devancier, un exercice obligé, est très ambigu :

M. Bréal se retire au moment où il vient de publier ce livre sur la Sémantique, dont tout le monde a senti le charme et dont les progrès de nos études font chaque jour mieux apprécier la portée par les spécialistes. […] Mais il est un trait de caractère que je tiens à indiquer, parce que j’en ai souvent éprouvé le bienfait, et dont la simple mention dira plus que beaucoup de louanges : M. Bréal a conseillé, soutenu et encouragé les jeunes gens sans leur demander de penser comme lui, et lorsque, après un enseignement long et glorieux, attristé seulement par la mort d’élèves éminents qu’il aimait, il a voulu abandonner sa chaire, il a souhaité d’y avoir pour successeur un disciple qui le continuerait en ne le répétant pas. (Meillet 1921a, p. 1)

19Mentionner le « charme » de l’opus bréalien et rester évasif sur la portée de l’ouvrage aux yeux des spécialistes, c’est refuser de lui accorder quelque mérite scientifique. Parler de l’heureux caractère de Bréal, et en prendre prétexte pour raccourcir le témoignage de reconnaissance attendu, qui aurait dû inclure un rappel de son œuvre, c’est retirer au maître son apport intellectuel et ne lui réserver qu’un rôle moral. L’introduction entière écarte Bréal des progrès du comparatisme en France. Le renouvellement de génération : « La jeune école linguistique française, dont une amitié fraternelle unit les membres, n’a présenté qu’un seul des siens à l’élection des corps savants » (Meillet, 1921a, p. 2) efface l’image du père et le portrait tracé de Saussure est à lire par contraste quand il est fait état de « la précision d’une méthode inflexiblement rigoureuse [qui] ne laissait qu’à peine entrevoir la génialité de l’intuition » (Meillet, 1921a, p. 2). La conclusion élude tout développement « Mes dettes de reconnaissance sont immenses. Permettez-moi de ne pas les énumérer toutes » (Meillet, 1921a, p. 2) et la dernière phrase de la conférence entérine l’abandon de la référence à Bréal à l’instant qu’il est nommé pour la dernière fois :

Regarder vers l’avenir plutôt que vers le passé est le moyen de suivre l’exemple du maître qui m’a précédé dans cette chaire, et de demeurer fidèle à l’esprit de la noble maison qui m’a fait l’honneur de m’accueillir. (Meillet 1906a, p. 18)

20Derrière une allégeance formelle, Meillet rejoignait Saussure dans sa critique de l’Essai : « Lire Sémantique de Bréal, p. 29-35, par exemple ; il arrive un moment où on voit d’une part qu’il ne peut rien rester dans l’esprit de telles Ausführungen [explications] […] » (Saussure 2002, p. 256-257). La langue est un système et non une collection de mots. Les changements de sens relèvent d’une redistribution entre les unités lexicales, un déplacement continu de « valeurs ». Aussi Meillet se montre-t-il très réservé sur la validité de l’approche étymologique à laquelle il a cependant contribué avec Alfred Ernout pour le latin (1932) ; il se situe à l’opposé des manuels scolaires rédigés par Bréal et Bailly (1881-1885) comme le montre le compte rendu d’un dictionnaire étymologique du français (1921b), probablement la première édition allemande de l’ouvrage de Walther von Wartburg dont il préfacera la version française établie par Oscar Bloch (1932).

4. Meillet et la sociologie

21Meillet ne croit pas que le rationalisme cartésien, même reformulé en psychologie, suffise au xxe siècle. Il prend acte de la naissance des sciences humaines et, toujours dans une inspiration saussurienne, il affirme la nature sociale des langues tout en soutenant l’indépendance de la linguistique à l’égard de l’anthropologie comme en proposent la définition, dans des directions diamétralement opposées, l’école américaine de Franz Boas et l’école idéaliste allemande de Karl Vossler. Il s’oppose parallèlement à une réduction de la linguistique à la psychologie comme la définissent Wilhelm Wundt (1900), Jacques van Ginneken (1907) ou Albert Sechehaye (1908), ou à la phénoménologie (Bühler 1934). Meillet pose la question d’un modèle scientifique des formations sociales qui, au-delà des transformations dans le temps – de l’histoire –, analyse leur fonctionnement. Dans les deux courants rivaux qui dominent alors en France, et après le refus de la psychologie sociale de Gustave Le Bon (1895), il fait le choix de rejoindre les durkheimiens contre les hypothèses avancées par Gabriel Tarde (1890). On lit dans son journal ce qu’ont été ses hésitations et comment il tranche dès 1898 (Les règles de la méthode sociologique ont paru trois ans avant) :

2 janvier
En sociologie Tarde, de qui je lis Les Lois de l’imitation met au premier plan l’imitation qui est en effet le fait essentiel de toute société. Mais il a tort de nier l’existence de tendances qui se réalisent indépendamment chez chaque individu. […] Maintenir qu’il se produit des faits identiques sans imitation – là où la situation est exactement pareille. […] Tarde a raison de dire que là où il n’y a pas imitation, il n’y a pas ressemblance. Mais l’imitation n’est tout de même que le moyen – indispensable, elle est l’instance sur quoi repose la cause. Si ce que j’ai affirmé des lois phonétiques est vrai, Tarde se trompe ! (Bergounioux et Lamberterie 2006, p. 37)

22Ce qui transparaît derrière cette décision de « traiter les faits sociaux comme des choses », c’est la conviction que la structure (linguistique) dépasse les décisions personnelles, la psychologie interindividuelle. Les lois aveugles de la phonétique ne s’imposent pas seulement à la morphologie mais aussi aux locuteurs.

23Meillet retient, en diachronie, trois « notions fondamentales distinctes » (Meillet 1921a, p. 3) : « Les “lois phonétiques”, l’analogie, l’emprunt » (Meillet 1921a, p. 4). Que l’esprit humain soit un n’autorise pas le réductionnisme.

[…] il n’y a pas de fait linguistique qui ne repose sur quelque activité psychique, et dans l’étude duquel on ne puisse profiter des découvertes de la psychologie. Quelques linguistes sont même allés jusqu’à vouloir trouver dans la psychologie l’explication de tous les faits linguistiques ; c’est une grave erreur […]. (Meillet 1921a, p. 6)

24Présentant la linguistique générale, Meillet insiste sur le caractère universel des phénomènes du fait que la raison transcende les différences de civilisation. Il limite à deux les disciplines constitutives et la sémantique n’en fait pas partie :

La recherche des lois générales, tant morphologiques que phonétiques, doit être désormais l’un des principaux objets de la linguistique. Mais, de par leur définition même, ces lois dépassent les limites des familles de langues ; elles s’appliquent à l’humanité entière. (Meillet 1921a, p. 13)

Parvenu à ce point de sa démonstration, Meillet constate pourtant :

Les lois de la phonétique ou de la morphologie générale historique ne suffisent donc à expliquer aucun fait […]. Mais il y a un élément dont les circonstances provoquent de perpétuelles variations, tantôt soudaines, et tantôt lentes, mais jamais entièrement interrompues : c’est la structure de la société. Or, le langage est éminemment un fait social. (Meillet 1921a, p. 16)

Et il conclut :

Le xixe siècle a été le siècle de l’histoire, et les progrès qu’a réalisés la linguistique en se plaçant au point de vue historique ont été admirables ; les sciences sociales se constituent maintenant, et la linguistique y doit prendre la place que sa nature lui assigne. Le moment est donc venu de marquer la position des problèmes linguistiques au point de vue social. (Meillet 1921a, p. 18)

Restait à faire l’application de ce principe à la sémantique.

5. Meillet et la sémantique

25Rien ne montre mieux l’importance que Meillet accorde à l’apport de la sociologie, en particulier pour la sémantique, que son article « Comment les mots changent de sens » paru en 1906 dans la revue de Durkheim, L’Année sociologique, l’année où il succède à Bréal au Collège de France. S’il recourt à des explications inspirées des sciences sociales comme l’emprunt, le bilinguisme, l’écriture, le tabou, c’est sur le changement de sens qu’il choisit de concentrer son attention afin de mieux se démarquer de son prédécesseur. L’introduction reprend l’orientation que Meillet entend donner désormais à la linguistique :

Le langage a pour première condition l’existence des sociétés humaines dont il est de son côté l’instrument indispensable et constamment employé […]. Les caractères d’extériorité à l’individu et de coercition par lesquels Durkheim définit le fait social apparaissent donc dans le langage avec la dernière évidence. (Meillet 1921a, p. 230)

Et Meillet précise :

Le groupe de faits linguistiques où l’action de causes sociales est dès maintenant reconnue de la manière la plus certaine et la plus exactement déterminée est celui des innovations apportées au sens des mots. (1921a, p. 233)

26Sont mentionnées les études de Darmesteter, Bréal, Wundt avant que ne soient donnés un certain nombre d’exemples qui illustrent une typologie des changements de sens :

  • des faits de « grammaticalisation », un concept inventé par l’auteur, qu’il développera en 1912,
  • des changements liés à la réalité désignée, culturelle (l’interprétation de pater, du protecteur au géniteur) ou technique, auxquels sont rattachés les « tabous »,
  • l’effet des divisions internes à une société qui constitue le cœur de sa démonstration.

Le fait fondamental est donc qu’un mot qui, dans la langue commune d’une société, a un sens étendu s’applique, dans un des groupes restreints qui existent à l’intérieur de cette société, à des objets plus étroitement déterminés, et inversement. (1921a, p. 245)

27L’appréciation de ces particularismes s’attache à la question de l’argot et aux usages linguistiques spécifiques de professions dont le caractère transdialectal est souligné, notamment dans le vocabulaire religieux ou savant. L’emprunt fait l’objet d’un développement étendu qui propose de retracer, pour chaque mot, par quels groupes sociaux il a été introduit ou relayé.

Il apparaît ainsi que le principe essentiel du changement de sens est dans l’existence de groupements sociaux à l’intérieur du milieu où une langue est parlée, c’est-à-dire dans un fait de structure sociale. (1921a, p. 257)

28La conclusion de l’article reprend la tripartition et recentre la question du changement sémantique, dans une perspective qui reste diachronique, sur la division sociale :

[…] on voit que, partout, le moment essentiel est le passage d’un mot de la langue générale à une langue particulière, ou le fait inverse, ou tous les deux, et que par suite, les changements de sens doivent être considérés comme ayant pour condition principale la différenciation des éléments qui constituent les sociétés. (1921a, p. 271)

Conclusion

29Il y a, dans la sémantique bréalienne, une téléologie, l’idée d’un progrès des langues corrélé au rôle de la conscience. Une pensée s’éveille qui s’approprie le monde de manière rationnelle. L’évolution du sens est assimilable à une épuration des interprétations vers lesquelles converge l’humanité. Meillet transpose le principe d’universalité vers les conditions de réalisation du processus dont il identifie le mécanisme aux effets de la division sociale, qu’elle soit interne (professionnelle, religieuse…) ou externe (rôle des dialectes et des contacts de langue). À suivre les développements de la discipline, il semble que la vision structurale ait plutôt repris la voie ouverte par Bréal d’un classement des sens que celle d’une articulation aux interactions collectives. C’est la même difficulté qu’a rencontrée la sociolinguistique à s’imposer au sein des sciences du langage.

Bibliographie

Bergounioux Gabriel éd., 2000, Bréal et le sens de la sémantique, Orléans, Presses universitaires d’Orléans.

Bergounioux Gabriel et Lamberterie Charles de, 2006, Meillet aujourd’hui, Paris-Louvain, Peeters.

Bergounioux Gabriel, 2020, « Introduire le comparatisme en France : les “introductions” de Bréal à la Grammaire comparée de Bopp », Les linguistes allemands du xixe siècle et leurs interlocuteurs étrangers, J. François éd., Paris, Éditions de la SLP, p. 31-49.

Bisconti Valentina, 2017, Le sens en partage. Dictionnaires et théorie du sens. xixe-xxe siècles, Lyon, ENS Éditions.

Bloch Oscar et Wartburg Walther von, 1932, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF.

Bopp Franz, 1866-1874, Grammaire comparée des langues indo-européennes, Paris, Imprimerie impériale puis nationale. [Traduction de la deuxième édition publiée à partir de 1857 à Berlin par F. Dümmler].

Bréal Michel, 1863, Hercule et Cacus. Étude de mythologie comparée, Paris, Durand.

Bréal Michel, 1864, « De la méthode comparative appliquée à l’étude des langues », Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, 10 décembre, p. 20-23, et 17 décembre, p. 43-47.

Bréal Michel, 1866, « De la forme et de la fonction des mots », Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, 29 décembre, p. 65-71.

Bréal Michel, 1867, « Des racines », Revue archéologique, no 16, p. 262-268.

Bréal Michel, 1868, « Les progrès de la grammaire comparée », Mémoires de la Société de linguistique de Paris, no 1, p. 72-89.

Bréal Michel, 1872, Quelques mots sur l’instruction publique en France, Paris, Hachette.

Bréal Michel, 1875, Les tables eugubines, Paris, Franck.

Bréal Michel, 1877, Mélanges de mythologie et de linguistique, Paris, Hachette.

Bréal Michel et Bailly Anatole, 1881-1885, Leçons de mots. Les mots latins groupés d’après le sens et l’étymologie, Paris, Hachette.

Bréal Michel, 1883, « Les lois intellectuelles du langage. Fragment de sémantique », Annuaire de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, no 17, p. 132-142.

Bréal Michel, 1884, « Comment les mots sont classés dans notre esprit », Revue politique et littéraire, 3e série, no 8, p. 552-555.

Bréal Michel, 1887, « L’histoire des mots », Revue des Deux Mondes, no 82, 1er juillet 1887, p. 187-212

Bréal Michel, 1888, Comment les mots changent de sens d’É. Littré, avant-propos et notes de M. Bréal, Paris, Hachette et Delagrave.

Bréal Michel, 1897a, Essai de sémantique, Paris, Hachette.

Bréal Michel, 1897b, « Une science nouvelle : la sémantique », Revue des Deux Mondes, no 141, 15 juin 1897, p. 807-836.

Bréal Michel, 1898a, Deux études sur Goethe, Paris, Hachette.

Bréal Michel, 1898b, « Des lois phoniques. À propos de la création du laboratoire de phonétique expérimentale au Collège de France », Mémoires de la Société de linguistique de Paris, no 10, p. CLXXVII-CLXXXVIII.

Bréal Michel, 1906, Pour mieux connaître Homère, Paris, Hachette.

Bühler Karl, 1934, Sprachtheorie. Die Darstellungsfunktion der Sprache, Iéna, Gustav Fischer. [Théorie du langage, Agone, 2009].

Darmesteter Arsène, 1887, La vie des mots, Paris, Delagrave.

Desmet Piet et Swiggers Pierre, 1995, De la grammaire comparée à la sémantique, textes de Michel Bréal publiés entre 1864 et 1898, Paris/Louvain, Peeters.

Durkheim Émile, 1895, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Alcan.

Durkheim Émile, 1912, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Alcan. [Réédition PUF 2003].

Frazer James George, 1890, The Golden Bough, Londres, Macmillan.

Gandon Francis dir., 2014, Meillet en Arménie. Journaux et correspondance (1891, 1903), Limoges, Lambert-Lucas.

Le Bon Gustave, 1895, La psychologie des foules, Paris, Alcan.

Littré Émile, 1863, Histoire de la langue française, Paris, Didier.

Meillet Antoine, 1897, De indo-europaea radice *men- « mente agitare », Paris, Bouillon.

Meillet Antoine, 1906a, « L’état actuel des études de linguistique générale », Revue des idées, 3e année, avril, p. 296-308, cité d’après Meillet 1921a, p. 1-18.

Meillet Antoine, 1906b, « Comment les mots changent de sens », Année sociologique, no IX, p. 1-38, cité d’après Meillet 1921a, p. 230-271.

Meillet Antoine, 1912, « L’évolution des formes grammaticales », Scientia, no 12, p. 384-400.

Meillet Antoine, 1921a, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion.

Meillet Antoine, 1921b, « À propos d’un récent dictionnaire étymologique du français », cité d’après Meillet 1921a, p. 292-296.

Meillet Antoine et Ernout Alfred, 1931, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, Paris, Klincksieck.

Meringer Rudolf, 1904-1905, « Wörter und Sachen », Indogermanische Forschungen, no 16, p. 101-196 et no 17, p. 100-166.

Neveu Franck et Mejri Salah dir., 2007, « La tradition grammaticale », Langages, no 167.

Neveu Franck, 2009, « Les configurations du sens dans la terminologie linguistique », Les configurations du sens, P. Blumenthal et S. Mejri éd., Zeitschrift für Französische Sprache und Literatur, no 37, p. 87-102.

Saussure Ferdinand de, 2002, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Sechehaye Albert, 1908, Programme et méthodes de la linguistique théorique. Psychologie du langage, Paris, Champion.

Tarde Gabriel, 1890, Les lois de l’imitation, Paris, Alcan.

Van Ginneken Jacobus, 1907, Principes de linguistique psychologique, essai de synthèse, Paris, M. Rivière.

Wartburg Walther von, 1922, Französisches Etymologisches Wörterbuch, eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes, Bâle, Presses universitaires de Bâle.

Wundt Wilhelm, 1900, Völkerpsychologie. Einer Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte I. Die Sprache, Leipzig, Engelmann.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search