Version classiqueVersion mobile

Discours de haine et de radicalisation

 | 
Nolwenn Lorenzi Bailly
, 
Claudine Moïse

Présentation des auteur·es

Texte intégral

Bilel Ainine

1Chercheur associé au CESDIP (CNRS) et enseignant à l’IEP de Saint-Germain-en-Laye, Bilel Ainine est politiste et spécialiste de la radicalisation violente chez les islamistes, notamment les salafistes djihadistes. En 2016, il a soutenu une thèse de doctorat sur les processus de radicalisation violente chez les islamistes algériens durant les années 1990. Dans le cadre de sa thèse, il a rencontré d’anciens djihadistes « repentis » en milieu ouvert. En 2017, il a participé à un projet de recherche mené pour le compte du ministère de la Justice qui a abouti à la rédaction d’un rapport intitulé Saisir les mécanismes de la radicalisation violente. Dans le cadre de ce projet, il a rencontré des individus radicalisés incarcérés en France. Il s’intéresse principalement à l’analyse des mécanismes cognitifs et émotionnels qui entrent dans le processus de radicalisation en menant des entretiens en milieu ouvert ou fermé.

2Crettiez Xavier et Ainine Bilel, 2017, Soldats de Dieu. Paroles de djihadistes incarcérés, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, Fondation Jean-Jaurès.

3Crettiez Xavier, Sèze Romain, Ainine Bilel et Lindemann Thomas, 2017, Saisir les mécanismes de la radicalisation violente, rapport de recherche pour la Mission de recherche Droit et Justice. En ligne : [http://www.gip-recherche-justice.fr/​wp-content/​uploads/​2017/​08/​Rapport-radicalisation_INHESJ_CESDIP_GIP-Justice_2017.pdf].

4Ainine Bilel, Crettiez Xavier, Gros Frédéric et Lindemann Thomas, 2016, Radicalisation. Processus ou basculement ?, Paris, Fondation Jean-Jaurès, Fondation européenne d’études progressistes. En ligne : [https://www.jean-jaures.org/​wp-content/​uploads/​drupal_fjj/​publication-print/​1_radicalisation.pdf].

Laura Ascone

5Titulaire d’un doctorat en sciences du langage, Laura Ascone s’intéresse à la communication médiée par les réseaux sociaux ainsi qu’à l’analyse de l’expression des émotions et du discours de haine. Sa thèse, soutenue à l’université de Cergy-Pontoise (désormais université Paris-Seine), porte sur les stratégies rhétoriques et argumentatives adoptées aussi bien dans la propagande djihadiste que dans le contre-discours institutionnel. Elle a ensuite mené une recherche postdoctorale à l’université de Lorraine sur le discours de haine contre les migrants, dans le cadre du projet ANR « M-Phasis ». Actuellement, elle est chercheuse postdoctorale à la Technische Universität Berlin pour le projet international « Decoding Antisemitism: An AI-driven Study on Hate Speech and Imagery Online ». Elle fait également partie de différents réseaux de recherche qui s’intéressent à des questions sociales, tels que R2DIP (Réseau de recherches sur les discours institutionnels et politiques) et R2S (Risques, société et sécurité).

6Ascone Laura, 2021, « Immigration et internet : le processus de distanciation dans le discours de haine contre les migrants sur YouTube », De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire, I. Tauzin-Castellanos éd., Morlaàs, Cairn, p. 255-270.

7Ascone Laura, 2020, « Hate and threat in French jihadist propaganda », Hate Speech in Asia and Europe. Beyond Hate and Fear, M. Kang, M.-O. Rivé-Lasan, W. Kim et P. Hall éd., Londres, Routledge, p. 76-92.

8Ascone Laura, 2020, « La spontanéité des émotions mise à l’épreuve sur internet : exprimer, susciter, manipuler », Lublin Studies in Modern Languages and Literature, vol. 44, no 1, p. 125-134.

Fabienne Baider

9Professeure titulaire à l’université de Chypre, Fabienne Baider travaille en socio-pragmatique et analyse du discours critique. Les données étudiées sont issues de textes échangés sur les réseaux sociaux, qui commentent notamment les événements politiques, mais également de discours et de débats politiques. Elle a dirigé un programme européen de recherche-action appelé CONTACT (2015-2017), composé de douze équipes dans dix pays et consacré au discours en ligne xénophobe et homophobe. Elle a été partenaire dans un autre projet européen, le projet SHELTER (2018-2020), qui avait pour objectif d’étudier et d’améliorer la communication entre personnel médical et victimes de crimes de haine. Elle dirige le programme de recherche HOPE (2019-2021), consacré aux contre-discours et aux discours alternatifs. Ses recherches s’inscrivent dans le cadre des études à l’interface de l’idéologie et des pratiques langagières, se focalisant notamment sur l’emploi des émotions dans la construction de rapports de pouvoir. Le cadre théorique est celui de la Critical Discourse Analysis et la méthodologie inclut l’analyse de corpus outillée.

10Assimakopoulos Stavros, Baider Fabienne et Millar Sharon éd., 2017, Online Hate Speech in the European Union, Cham, Springer.

11Baider Fabienne et Kopytowska Monika, 2017, « Conceptualising the Other: Online discourses on the current refugee crisis in Cyprus and in Poland », Lodz Paper in Pragmatics, vol. 13, no 2, p. 203-233.

12Abbou Julie et Baider Fabienne éd., 2016, Gender, Language and the Periphery, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company.

Geneviève Bernard Barbeau

13Geneviève Bernard Barbeau est professeure au département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). S’inscrivant dans une approche sociolinguistique de l’analyse de discours, elle s’intéresse aux mécanismes par lesquels se construit l’affrontement social dans l’espace public. Ses travaux interrogent le lien entre pratiques discursives, identité, conflit et société. Dans la continuité de ses recherches sur le dénigrement, la confrontation et la violence verbale, elle travaille sur les discours de menace, notamment en ligne, sur divers épisodes polémiques qui ont entraîné d’importants débats sociaux et sur les phénomènes qui en découlent, allant de la rhétorique du ressentiment aux discours de revendication.

14Bernard Barbeau Geneviève, 2017, « Disqualification d’autrui, disqualification de soi : l’auto-dévaluation chez les Québécois francophones », Minorités linguistiques et société, no 8, p. 83-101.

15Laforest Marty, Fortin Francis et Bernard Barbeau Geneviève, 2017, « Comprendre l’évaluation du tweet haineux par un spécialiste de la surveillance des réseaux sociaux », La violence verbale. Description, processus, effets discursifs et psycho-sociaux, I.-A. Mateiu éd., Cluj-Napoca, Presa Universitară Clujeană, p. 225-246.

16Bernard Barbeau Geneviève, 2015, Québec bashing. Analyse du discours entourant l’affaire Maclean’s, Montréal, Nota bene.

Xavier Crettiez

17Xavier Crettiez est professeur agrégé des universités en science politique et enseignant à l’IEP de Saint-Germain-en-Laye. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur les phénomènes de violence politique, principalement séparatiste et d’inspiration fondamentaliste islamiste, ainsi que sur l’activisme des mouvements sociaux. Il est également l’auteur d’un rapport de recherche sur les mécanismes de la radicalisation pour le compte du ministère de la Justice et d’un ouvrage d’entretiens avec des djihadistes incarcérés, en corédaction avec Bilel Ainine. Membre directeur de l’ANR Violence et radicalités militantes (VIORAMIL), il est responsable de la constitution d’une importante base de données sur les violences séparatistes en France, partie de la base plus large sur les violences militantes.

18Crettiez Xavier, 2016, « Penser la radicalisation », Revue française de science politique, vol. 66, no 5, p. 709-727.

19Crettiez Xavier, 2008, Les formes de la violence, Paris, La Découverte.

20Crettiez Xavier, 2006, Violence et nationalisme, Paris, Odile Jacob.

Béatrice Fracchiolla

21Professeure en sciences du langage à l’université de Lorraine, au sein du Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476), Béatrice Fracchiolla travaille plus particulièrement sur la violence verbale en analyse de discours, énonciation et analyse conversationnelle autour des notions d’agression, d’injure, d’attaque courtoise, de politesse et d’impolitesse, et ce plus particulièrement à propos du genre et en politique. Depuis 2007, elle coordonne le thème 7 de l’axe 1 « Anthropologie de la communication » à la MSH Paris Nord de Saint-Denis avec Georges Chapouthier, directeur de recherche émérite. C’est dans ce cadre qu’elle a développé un intérêt pour les approches interdisciplinaires qui visent à observer un même objet sous des angles différents, afin de mieux saisir la complexité du réel et des objets scientifiques, y compris lorsqu’ils sont linguistiques. Elle s’intéresse au langage dans sa dimension pragmatique et relationnelle, dans la mesure où toute parole est adressée à autrui, selon certaines fins. Ces dernières années, cette perspective l’a conduite à travailler en collaboration avec des médecins dans le cadre du projet COREV, soutenu et financé par la mission interdisciplinaire du CNRS, pour tenter de comprendre ce qui se produit lors de la réception d’un message, en particulier lorsque celui-ci est violent.

22Fracchiolla Béatrice, 2019, « Le décalage contextuel dans les communications médiées par écran : à la croisée de la dématérialisation du contexte et de la re-textualisation des échanges », Corela, hors-série no 27. En ligne : [https://journals.openedition.org/​corela/​7803].

23Fracchiolla Béatrice, 2015, « Violence verbale dans le discours des mouvements antagonistes : le cas de “Mariage pour tous” et “Manif pour tous” », Argumentation et analyse du discours, no 14. En ligne : [https://journals.openedition.org/​aad/​1940].

24Fracchiolla Béatrice et Romain Christina, 2015, « L’attaque courtoise : un modèle d’interaction pragmatique au service de la prise de pouvoir en politique », Semen, no 40, p. 71-90. En ligne : [https://journals.openedition.org/​semen/​10418].

Francis Grossmann

25Francis Grossmann est professeur émérite de linguistique à l’université Grenoble-Alpes et membre du laboratoire Lidilem. Ses travaux ont porté ces dernières années sur l’analyse du discours scientifique dans ses dimensions phraséologiques, sur le lexique des émotions, sur les marqueurs discursifs du discours rapporté, ainsi que sur les dimensions énonciatives de discours appartenant à des genres différents (romans, presse, blogs). Il a dirigé ou codirigé l’édition d’une quinzaine d’ouvrages collectifs, livres ou numéros de revues. Il a également copiloté plusieurs projets de recherche et il est l’auteur d’environ soixante-dix publications (articles ou chapitres d’ouvrage). Ses intérêts scientifiques le conduisent à explorer les interfaces lexique/discours et lexique/énonciation dans des genres variés, mettant en jeu des questions d’identité et de positionnement.

26Grossmann Francis, 2018, « Adverbes et adverbiaux d’habitude et de généralisation : fonctionnement linguistique et rôle dans l’écrit scientifique », Lexique transversal et formules discursives des sciences humaines, M.-P. Jacques et A. Tutin éd., Londres, ISTE Éditions, p. 51-71.

27Grossmann Francis, 2018, « La fragmentation de l’identité dans les rituels de présentation : le cas Modiano », Texte, fragmentation, créativité, vol. 1 : Penser le fragment en linguistique, A. Krzyżanowska et J. Rachwalska von Rejchwald éd., Berne, Peter Lang, p. 29-40.

28Grossmann Francis, Mejri Salah et Sfar Inès éd., 2017, La phraséologie. Sémantique, syntaxe, discours, Paris, Honoré Champion.

Mariem Guellouz

29Mariem Guellouz est sociolinguiste et performeuse à l’université Paris-Cité ainsi que chercheuse au CERLIS. Elle s’intéresse aux pratiques langagières et esthétiques liées aux mouvements sociaux et militants du monde arabe, notamment en Tunisie. Elle aborde les discours militants en tant que performances sociales et politiques et interroge leur performativité ainsi que leurs rapports avec les créations artistiques. Ses recherches portent en particulier sur les processus d’émancipation langagière, les cybermilitantismes et les luttes féministes de la nouvelle génération (2011-2021) en Tunisie.

30Guellouz Mariem, 2022, « Ideology and emancipation through the prism of performativity: Immolation and mottos of struggle as moments of popular counter-discourse », Mapping Ideology in Discourse Studies, S. K. Määttä et M. K. Hall éd., Berlin, De Gruyter, p. 67-86.

31Guellouz Mariem, 2020, « Les pratiques langagières arabes à l’épreuve des homosexualités », Les mots du désir. La langue de l’érotisme arabe et sa traduction, F. Lagrange et C. Savina éd., Marseille, Diacritiques Éditions, p. 370-390.

32Guellouz Mariem, 2017, « The construction of “Tunisianity” through sociolinguistics practices from the Tunisian independence to 2016 », Journal of Arabic and Islamic Studies, vol. 16, p. 290-298.

Claire Hugonnier

33Claire Hugonnier est docteure en sciences du langage et rattachée à l’université Grenoble-Alpes. Elle s’inscrit dans une approche sociolinguistique ethnographique et s’intéresse plus particulièrement à l’analyse des discours en situation de conflits. Depuis ses recherches menées en master, la construction discursive d’une altérité en tension est au centre de ses réflexions. Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Claire Hugonnier a analysé les discours contestataires du collectif « Marchons Enfants ! » face au projet de loi « PMA pour toutes ». L’objectif de son étude était de déconstruire ces discours d’opposition afin de saisir quelles stratégies linguistiques et discursives étaient mobilisées et quels pouvaient être les enjeux qui les sous-tendent.

34Hugonnier Claire, 2021, Étude ethnographique et argumentative d’un mouvement contestataire à la « PMA pour toutes » : entre revendication et dissimulation, thèse de doctorat, université Grenoble-Alpes.

35Moïse Claudine, Hugonnier Claire, Guellouz Mariem et Lorenzi Bailly Nolwenn, 2021, « Circonscrire le discours de haine numérique. Processus argumentatifs, idéologies et mémoires discursives », Travaux neuchâtelois de linguistique, no 75, p. 41-60.

36Moïse Claudine et Hugonnier Claire, 2019, « Discours homophobe. Le témoignage comme discours alternatif », Semen, no 47, p. 121-136.

Rolf Kailuweit

37Rolf Kailuweit est professeur de linguistique romane (espagnol et français) à l’université Heinrich Heine de Düsseldorf. Auparavant, il était professeur de linguistique romane et d’études médiatiques à l’université de Fribourg-en-Brisgau. Après des études de philologie romane, de philosophie et de droit à l’université libre de Berlin et à l’université de Barcelone, il a obtenu son doctorat en 1996 avec une thèse sur l’histoire du conflit linguistique en Catalogne et son doctorat d’État en 2003 à Heidelberg avec une thèse sur les verbes d’émotion français et italiens. Parmi ses domaines de recherche figurent l’interface entre la syntaxe et la sémantique, la présence médiatique des langues régionales et minoritaires romanes, la langue, la culture et l’histoire des médias en Argentine, ainsi que l’émergence d’un langage de deuil multimodal en réaction aux attaques islamistes dans les espaces réels et numériques.

38Kailuweit Rolf et Quintana Aldina, 2020, « The language of public mourning. De- and reterritorialization of public spaces as a reaction to terrorist attacks », Reterritorializing Linguistic Landscapes. Questioning Boundaries, Opening Spaces, D. Malinowski et S. Tufi éd., Londres, Bloomsbury, p. 284-306.

39Kailuweit Rolf, 2019, « Linguistic landscapes and regional languages in Southern France. A neo-semiotic approach to placemaking conflicts », Linguistic Landscape Studies. The French Connection, M. Castillo Lluch, R. Kailuweit et C. D. Pusch éd, Fribourg-en-Brisgau, Rombach, p. 131-161.

40Cremer Myriam et Kailuweit Rolf, 2018, « Ressources et limites d’un langage de la vengeance dans les réactions populaires aux attentats de Madrid (2004) et Paris (2005) », Mots. Les langages du politique, no 118, p. 117-135.

Marty Laforest

41Marty Laforest est membre du Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec (CRIFUQ) et de l’International Association of Forensic Linguists. Professeure titulaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières (Canada), elle y poursuit ses recherches dans les domaines de l’analyse de discours, de la sociolinguistique et de la pragmatique. Elle a longuement travaillé sur le discours conflictuel et la violence verbale telle qu’elle se déploie tant dans l’espace privé que public – notamment en contexte radiophonique – et, plus récemment, sur le discours de menace. Tous ces travaux l’ont amenée à s’intéresser de près à la linguistique légale et au développement d’applications de l’analyse de discours dans le domaine des enquêtes de police. Dans cette perspective, Marty Laforest travaille depuis plusieurs années à la détection des appelants dissimulateurs au service d’urgence téléphonique 911, projet mené en coopération avec la Sûreté du Québec. Avec Dominique Lagorgette (université Savoie-Mont-Blanc), elle est la cofondatrice de la première école annuelle d’été en linguistique légale dans la francophonie.

42Laforest Marty, Fortin Francis et Bernard Barbeau Geneviève, 2017, « Comprendre l’évaluation du tweet haineux par un spécialiste de la surveillance des réseaux sociaux », La violence verbale. Description, processus, effets discursifs et psycho-sociaux, I.-A. Mateiu éd., Cluj-Napoca (Roumanie), Prese Universitară Clujeană, p. 225-246.

43Laforest Marty et Rioux-Turcotte Jessica, 2016, « La personne déclarée morte par l’appelant au service téléphonique d’urgence : une source de désalignement interactionnel », Communiquer, no 18, p. 65-83.

44Laforest Marty et Moïse Claudine, 2013, « Entre reproche et insulte, comment définir les actes de condamnation ? », Violences verbales. Analyses, enjeux et perspectives, B. Fracchiolla, C. Moïse, C. Romain et N. Auger éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 85-101.

Nicolas Lebourg

45Chercheur au Centre d’études politiques de l’Europe latine (UMR 5112, CNRS et université de Montpellier) et research fellow du programme « Transnational History of the Far Right » de l’Institute for European, Russian and Eurasian Studies (George Washington University), Nicolas Lebourg travaille sur les extrêmes droites des xxe et xxie siècles.

46Lebourg Nicolas, 2019, Les nazis ont-ils survécu ? Enquête sur les Internationales fascistes et les croisés de la race blanche, Paris, Seuil.

47Lebourg Nicolas et Sommier Isabelle éd., 2017, La violence des marges politiques en France des années 1980 à nos jours, Paris, Riveneuve.

48Camus Jean-Yves et Lebourg Nicolas, 2015, Les droites extrêmes en Europe, Paris, Seuil.

Lotta Lehti

49Titulaire d’un doctorat en linguistique française, Lotta Lehti s’intéresse à l’analyse du discours et à la rhétorique. Sa recherche porte sur des corpus numériques. Elle travaille actuellement comme coordinatrice de recherche à la faculté de médecine à l’université de Turku, en Finlande. De 2018 à 2022, elle a travaillé comme enseignante-chercheuse à l’université de Helsinki. Dans sa thèse de doctorat (2013), elle a traité la question de l’ethos discursif dans les blogs des politiciens. Depuis, elle travaille sur des questions liées aux genres numériques variés, aux conflits verbaux et à l’argumentation dans les discussions numériques, ainsi qu’aux identités feintes en ligne. Selon elle, les réseaux sociaux représentent un espace multidimensionnel et dynamique dont l’importance dans la communication publique est aujourd’hui indéniable. Son objectif scientifique est d’améliorer, à travers l’étude de la rhétorique numérique, la compréhension de cette diversité et des multiples stratégies d’influence dans le domaine de la communication en ligne.

50Cozma Ana-Maria et Lehti Lotta, 2021, « Online petition as an echo chamber », Analyzing Digital Discourses. Between Convergence and Controversy, M. Johansson, S.-K. Tanskanen et J. Chovanec éd., Londres, Palgrave Macmillan, p. 333-363.

51Lehti Lotta et Kallio Johanna, 2017, « Discussing social policy online: Arguments in focus », Discourse, Context & Media, vol. 19, p. 58-65.

52Lehti Lotta, 2013, Genre et ethos. Des voies discursives de la construction d’une image de l’auteur dans les blogs des politiciens, Turku, université de Turku. En ligne : [https://www.utupub.fi/​handle/​10024/​93657].

Nolwenn Lorenzi Bailly

53Postdoctorante à l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (INSHS), et rattachée au laboratoire Praxiling de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, Nolwenn Lorenzi Bailly travaille en sociolinguistique critique et en analyse du discours. Depuis sa thèse de doctorat sur la violence verbale à l’école et sur les rapports de domination, elle tire le fil de ce qui serait une (re)médiation sociolinguistique. Au-delà des discours violents, voire de haine, elle analyse les identités en tension et la mise en mots des émotions des acteurs et des actrices de ses différents terrains d’enquête. La médiation, la gestion de conflit et la dimension affective du langage sont autant de notions prises en compte dans ses analyses interactionnelles. Trois terrains ethnographiques spécifiques ont permis de resserrer les analyses, le premier dans un établissement scolaire du second degré en situation difficile, le deuxième en milieu carcéral auprès de détenus considérés comme radicalisés et le troisième dans une unité élémentaire spécialisée pour les élèves autistes. Nolwenn Lorenzi Bailly démontre, par le biais de ces données, la mise en discours du « je », en regard souvent d’une prise de pouvoir sur l’autre. Elle rend compte des nombreuses stratégies discursives mises en avant au cœur des interactions verbales.

54Lorenzi Bailly Nolwenn et Moïse Claudine éd., 2021, La haine en discours, Lormont, Le Bord de l’eau.

55Lorenzi Bailly Nolwenn et Moïse Claudine, 2020, « Dar Al-Islam. Propagande, manipulation et malinformation », Fake news, rumeurs, intox… Stratégies et visées discursives de la désinformation, R. Cetro et L. Sini éd., Paris, L’Harmattan, p. 183-197.

56Lorenzi Bailly Nolwenn et Guellouz Mariem, 2019, « Homophobie et discours de haine dissimulée sur Twitter : celui qui voulait une poupée pour Noël », Semen, no 47, p. 43-58.

Simo K. Määttä

57Professeur associé de traductologie à l’université de Helsinki, Simo K. Määttä travaille en sociolinguistique et analyse du discours. Ses recherches portent sur les conséquences sociales du langage et de la variation linguistique dans des contextes larges tels que celui du multilinguisme et de la migration, et s’inscrivent dans la perspective de la sociolinguistique critique et de l’analyse critique de discours. Dans sa thèse de doctorat (université de Californie, Berkeley, 2004), il a analysé les idéologies linguistiques dans les politiques linguistiques de l’Union européenne à l’égard des langues régionales ou minoritaires. Par la suite, il a étudié la traduction de la variation sociolinguistique dans les textes littéraires et la théorie du discours et de l’idéologie. Actuellement, il travaille sur les questions de droit linguistique, d’affectivité et de communication dans l’interprétation de service public, la xénophobie dans les discours numériques et la vulnérabilité linguistique et épistémique dans les entretiens d’asile en Finlande.

58Määttä Simo K. et Wiklund Mari, 2019, « Réparations conversationnelles dans un entretien d’asile interprété par téléphone », Langage et société, no 166, p. 161-183.

59Määttä Simo K., 2014, « Interprétariat juridique en Finlande et autorité en matière de langage : savoir linguistique et pouvoir discursif », Les dossiers d’HEL (Histoire, épistémologie, langage), no 6. En ligne : [https://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-01115210].

60Määttä Simo K., 2008, « Langues et identité européenne ou “locuteur idéal” trilingue », Plurilinguismes et enseignement. Identités en construction, P. Martinez, D. Moore et V. Spaëth éd., Paris, Riveneuve, p. 91-100.

Emmanuel Meunier

61Emmanuel Meunier est chef de projet à la Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques (MMPCR), structure rattachée à la mairie de Paris et au conseil départemental de la Seine-Saint-Denis. Il travaille depuis plusieurs années sur la question de la violence dans le contexte des relations entre usagers et professionnels des secteurs du social, de l’éducatif et du sanitaire et des relations entre professionnels au sein des équipes. Il s’appuie sur son expérience professionnelle d’éducateur dans des quartiers et dans le champ des toxicomanies. Diplômé en anthropologie (EHESS), il privilégie une approche éclectique, dans une dynamique de co-construction des savoirs avec les acteurs de terrain et anime des formations au sein des services départementaux de la Seine-Saint-Denis (ASE, PMI, SSD). Il est aussi coauteur de La violence verbale dans l’espace de travail, avec Claudine Moïse et Christina Romain.

62Meunier Emmanuel, 2021, « Les jeunes filles en prostitution : observations et interventions de terrain », Protéger les enfants et les adolescents de la prostitution. Volet 1 : comprendre, voir, (se) mobiliser, É. Cole et M. Fougère-Ricaud éd., Paris, ONPE, p. 47-55.

63Meunier Emmanuel, 2017, « Lexique du trafic », Protéger la jeunesse contre l’usage et le trafic de drogues, Luc-Henry Choquet éd., Saint-Ouen, LEN, p. 19-43.

64Meunier Emmanuel, Di Charles et Moro Marie Rose, 2011, « Voyage d’Ulysse, voyage migratoire », Psycho média, no 32, p. 50-53.

65Meunier Emmanuel, 2010, « Un dispositif d’accueil des élèves exclus temporairement », Diversité Ville-École-Intégration, no 161, CNDP, p. 168-172.

Claudine Moïse

66Professeure des universités à l’université Grenoble-Alpes, Claudine Moïse travaille en sociolinguistique ethnographique et interactionnelle. Ses terrains d’enquête sont, au Canada, le nord de l’Ontario et, en France, les quartiers populaires et périurbains, dans une perspective de sociolinguistique urbaine. Elle est très investie depuis les années 2000 dans un vaste projet sur la violence verbale, particulièrement la violence verbale institutionnelle et celle en lien avec la violence sexuelle. Elle a été responsable en 2014 d’un axe de recherche ANR sur les processus de convivialité et d’habitabilité, dans les espaces périurbains, et en 2016 d’un axe de recherche d’un projet H2020 sur les discours de radicalisation. Quelles que soient les données, elle cherche à rendre compte des changements sociaux et des identités des sujets à partir des pratiques langagières, entre autres mondialisées, et de l’analyse des intérêts de pouvoir en jeu dans les discours en circulation et dans les interactions verbales. Ces travaux l’ont amenée à approfondir l’étude de la valorisation du sujet dans l’interaction. En prenant en compte la subjectivité des locuteurs et leurs négociations langagières, elle tente de rendre compte des stratégies linguistiques en jeu dans la présentation de soi.

67Lorenzi Bailly Nolwenn et Moïse Claudine éd., 2021, La haine en discours, Lormont, Le Bord de l’eau.

68Moïse Claudine et Hugonnier Claire, 2019, « Discours homophobe. Le témoignage comme discours alternatif », Semen, no 47, p. 121-136.

69Moïse Claudine, Meunier Emmanuel et Romain Christina, 2019 [2015], La violence verbale dans l’espace de travail. Analyses et solutions, Paris, Bréal.

Angeliki Monnier

70Directrice depuis septembre 2021 du Centre de recherche sur les médiations (CREM), Angeliki Monnier travaille depuis une vingtaine d’années sur les appropriations et usages collectifs des médias. Dans ce cadre, elle défend une approche communicationnelle des identités collectives au croisement des dispositifs, des pratiques (habitus), des représentations et des stratégies des acteurs impliqués. Ses responsabilités au sein de l’équipe Pixel (CREM) et du master « Journalisme et médias numériques » l’ont conduite, ces dernières années, à étendre ses champs de recherche sur des problématiques liées à la circulation de contenus et à l’accès à l’information en ligne. Elle a récemment piloté le projet ANR-DFG M-Phasis « Migration and Patterns of Hate Speech in Social Media », qui vise à faire progresser la compréhension et la détection du discours haineux en ligne contre les migrants, notamment dans une perspective franco-allemande.

71Monnier Angeliki, Boursier Axel, Seoane Annabelle éd., 2022, Cyberhate in the Context of Migrations, Cham, Springer International Publishing.

72Hernández-Fuentes Alejandra et Monnier Angeliki, 2022, « Twitter as a source of information? Practices of journalists working for the French national press », Journalism Practice, vol. 16, no 5, p. 920-937.

73Monnier Angeliki, Seoane Annabelle, Hubé Nicolas et Leroux Pierre éd., 2021, Discours de haine dans les réseaux socionumériques, no 125 de Mots. Les langages du politique.

Alain Rabatel

74Professeur de sciences du langage à l’université Lyon 1, Alain Rabatel est spécialiste d’énonciation, de linguistique textuelle et d’analyse des discours. Il s’est d’abord fait connaître pour ses travaux sur les points de vue, l’empathie et la polyphonie dans les récits. Il s’est ensuite intéressé aux liens entre argumentation indirecte, effacement énonciatif et points de vue. Outre des recherches sur le discours littéraire et le discours religieux, il conduit aussi des travaux sur l’analyse des discours médiatiques et politiques, à partir des notions de points de vue en confrontation, y compris dans les textes dits « objectifs ». Il interroge les discours politiques et médiatiques sur la façon dont ils rendent compte des événements conflictuels, à partir des notions de visibilité ou d’invisibilité, de reconnaissance, de déontologie et de responsabilité, dans le cadre d’une éthique de la discussion démocratique.

75Rabatel Alain, 2017, « Pour une analyse énonciative engagée et responsable des discours médiatiques. Entretien », Mots. Les langages du politique, no 113, p. 117-132.

76Rabatel Alain, 2012, « Positions, positionnements et postures de l’énonciateur », Travaux neuchâtelois de linguistique, no 56, p. 23-42.

77Rabatel Alain, 2009, « Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée… », Langue française, no 162, p. 71-87.

Laurène Renaut

78Diplômée du CELSA en sciences de l’information et de la communication, Laurène Renaut est doctorante en sciences du langage à CY Cergy Paris Université. Dans le cadre de sa thèse, elle réalise l’ethnographie d’une djihadosphère et analyse la fabrique techno-sémio-discursive de l’identité militante djihadiste en ligne. Pour ce faire, elle adopte une approche mixte quali-quantitative tant dans les méthodologies de récolte des données (observation manuelle couplée à un recours au web-scraping) que d’analyse des observables.

79Renaut Laurène et Ascone Laura, 2019, « Contre-discours au discours de haine djihadiste : de l’expression de la conflictualité à la fabrique du doute », Semen, no 47. En ligne : [https://journals.openedition.org/​semen/​12504].

80Renaut Laurène, Ascone Laura et Longhi Julien, 2017, « De la trace langagière a l’indice linguistique : enjeux et précautions d’une linguistique forensique », ÉLA. Études de linguistique appliquée, no 188, p. 423-442.

81Renaut Laurène, 2017, Le président qui voulait être normal, Paris, L’Harmattan.

Michael Rinn

82Professeur des universités en sciences du langage à l’université de Bretagne-Occidentale, Michael Rinn est membre du Centre de recherche interdisciplinaire en sociocritique des textes (CRIST) de l’Université de Montréal. Ses travaux, portant sur la sémiotique de l’indicible du génocide, se situent à l’intersection de trois concepts : l’esthétique des récits de la Shoah, l’éthique de la réception des témoignages littéraires et la politique de la mémoire des génocides. En analyse du discours, il contribue à la méthodologie de la recherche sur Internet dans les domaines de l’argumentation, de la sémantique et de la sémiologie de l’image. Il parvient à élaborer le modèle d’une « rhétorique multimodale » inspiré à la fois par les travaux sur la multimodalité et par la nouvelle rhétorique de Chaïm Perelman. Ces réflexions l’ont amené à une analyse du discours de haine sur des sites négationnistes. Enfin, il travaille actuellement sur le site de l’État islamique pour élaborer une modélisation nouvelle des limites de l’empire rhétorique. Le discours de haine est appréhendé comme un discours sous emprise des passions agressives, l’expression de l’ultra-violence empruntant au concept du sublime.

83Rinn Michael, 2016, « Est-ce que la neige est blanche ? Internet, un empire rhétorique sous l’emprise des négationnistes », Renaissances de la rhétorique. Perelman aujourd’hui, M. Angenot, M. A. Bernier et M. Côté éd., Montréal, Nota bene, p. 323-344.

84Rinn Michael, 2015, Témoignage sous influence. La vérité du sensible, Laval, Presses de l’Université Laval.

85Rinn Michael, 2014, « Argumentation, persuasion and manipulation on revisionist websites. A multimodal rhetorical analysis », Multimodal Epistemologies. Towards an Integrated Framework, A. Maiorani et C. Christie éd., New York, Routledge, p. 145-158.

Christina Romain

86Christina Romain est maîtresse de conférences à Aix-Marseille Université et membre du laboratoire Parole et Langage (UMR 7309). Ses recherches portent sur le discours en interaction dans un contexte conflictuel et plus spécifiquement sur la compréhension et la description des phénomènes de montées en tension verbale (de la politesse en passant par l’impolitesse jusqu’à la violence verbale). Elle s’intéresse également aux liens existants entre la (co-)construction de la relation interpersonnelle et la gestion de la montée en tension violente de l’interaction. Elle travaille actuellement à décrire la dimension haineuse du discours, notamment en regard des notions de manipulation, de montée en tension et de performativité. La sociolinguistique, la linguistique interactionnelle, l’analyse de discours, l’analyse conversationnelle, la pragmatique et la politesse linguistique occupent son cadre théorique.

87Lorenzi Bailly Nolwenn et Romain Christina, 2019, « Interactions verbales d’embrigadement : jeux d’ethos et violence verbale fulgurante », Identités, conflits et interventions sociolinguistiques, C. Alén Garabato, H. Boyer, K. Djordjevic et B. Pivot éd., Limoges, Éditions Lambert-Lucas, p. 253-259.

88Fonvielle Stéphanie et Romain Christina, 2017, « Argumentation-based resolution of ethos conflicts in educational context », Policy for Peace. Language Education Unlimited, F. V. Tochon et K. M. Harisson éd., Blue Mounds (Wisconsin), Deep University Press, p. 54-180.

89Romain Christina et Fracchiolla Béatrice, 2016, « Violence verbale et communication numérique écrite : la communication désincarnée en question », Cahiers de praxématique, no 66. En ligne : [http://praxematique.revues.org/​4263].

Laurence Rosier

90Née en 1967, Laurence Rosier est licenciée et docteure en philosophie et en lettres. Elle est professeure de linguistique, d’analyse du discours et de didactique du français à l’Université libre de Bruxelles. Auteure de nombreux ouvrages sur des thèmes aussi divers que la ponctuation, le discours comique, la citation, la langue française, les insultes et le sexisme, elle est régulièrement consultée par les médias pour son expertise langagière et féministe.

91Rosier Laurence, 2017, De l’insulte… aux femmes, Bruxelles, 180° éditions.

92Rosier Laurence, 2009, Petit traité de l’insulte (réédition revue et corrigée), Bruxelles, Espace de libertés.

93Rosier Laurence, 2008, Le discours rapporté en français, Paris, Ophrys.

Lorella Sini

94Lorella Sini est professeure de langue et linguistique françaises à l’université de Pise. Ses recherches et ses publications portent sur l’étude contrastive et comparative des deux langues que sont le français et l’italien, aussi bien du point de vue lexicologique que syntaxique et pragmatique. Depuis quelques années, elle analyse les discours politiques populistes et d’extrême droite en France et en Italie. Elle fait partie du groupe de recherche « Analyse du discours » au sein du Do.Ri.F (association italienne de francisants) et participe activement aux travaux du groupe de recherche international Draine (« Haine et rupture sociale : discours et performativité »).

95Cetro Rosa et Sini Lorella éd., 2020, Fake news, rumeurs, intox… Stratégies discursives de la désinformation, Paris, L’Harmattan.

96Sini Lorella, 2017, Il Front National di Marine Le Pen. Analisi del discorso neofrontista, Pise, Edizioni ETS.

97Sini Lorella, 2016, « De l’icône à l’exemple historique : le discours de commémoration de Jeanne d’Arc par Marine Le Pen », Argumentation et analyse du discours, no 16. En ligne : [https://journals.openedition.org/​aad/​2189?lang=en].

Béatrice Turpin

98Maîtresse de conférences en sciences du langage à Cergy Paris Université et chercheure au laboratoire « Lexiques, Textes, Discours, Dictionnaires : Centre Jean Pruvost » de cette même université, Béatrice Turpin travaille actuellement sur les stéréotypes affectant les groupes sociaux jugés « différents ». Dans ce cadre, elle a cherché à caractériser les marqueurs discursifs liés à la stigmatisation de l’autre (marqueurs évaluatifs, déontiques et rhétoriques). Cette réflexion l’a amenée à étudier des discours d’incitation au meurtre dans des contextes divers pour essayer de dégager des signes distinctifs qui peuvent expliquer le caractère « agissant » de ces discours. Elle a ainsi montré que les discours incriminant les Juifs et les Gitans reposent sur des schèmes narratifs communs que l’on peut qualifier de « meurtriers » dès lors qu’ils incitent à des actions extrêmes posées comme actions de défense. Elle étudie actuellement les discours de haine pouvant mener à des actions meurtrières, comme dans le cas du génocide des Tutsis au Rwanda ou des assassinats perpétrés à l’encontre des Rohingyas en Arakan, ces discours étant mis en regard avec les discours de propagande du mouvement Daech. Dans ce cadre, elle a co-organisé un colloque à Cerisy-la-Salle en juillet 2018 sur « les discours meurtriers aujourd’hui », dont les actes sont parus en 2022 aux éditions Peter Lang, dans la collection « Comparatisme et Société ».

99Turpin Béatrice, 2018, « L’implicite dans la circulation des discours. L’idéologie et ses marques », Textes et discours en confrontation dans l’espace européen, D. Ablali, G. Achard-Bayle, S. Reboul-Touré et M. Temmar éd., Berne, Peter Lang, p. 384-406.

100Turpin Béatrice, 2016, « A discriminação dos ciganos na imprensa francesa do inicio do ségulo XXI », Representações do outro, G. Lara et R. Limberti éd., Belo Horizonte, Autêntica, p. 117-134.

101Turpin Béatrice, 2013, « Inducteurs normatifs et discrimination. Les Tsiganes dans les journaux du début du xxe siècle », Cahiers internationaux de sociolinguistique, no 3, p. 107-121.

Samuel Vernet

102Samuel Vernet est maître de conférences en sciences du langage à Aix-Marseille Université, spécialisé en sociolinguistique ethnographique et critique et en analyse du discours. Ses recherches portent sur la construction et la circulation des discours et des idéologies. Il a particulièrement investi deux champs de recherche, celui des langues minorisées et de l’enseignement des langues, en Acadie, région francophone minoritaire du Canada, et celui des discours dits « de haine » et des contre-discours, en particulier dans les sphères médiatiques. En utilisant les outils de l’analyse critique et argumentative de discours, il s’agit dans tous les cas, à partir des pratiques langagières, de saisir comment se construisent et se reproduisent des phénomènes de domination sociale, en interrogeant la production des discours, vus comme des actualisations d’idéologies en circulation, leurs légitimités, mais aussi la façon dont les individus se positionnent, en tension parmi ces discours.

103Vernet Samuel et Määttä Simo K., 2021, « Modalités syntaxiques et argumentatives du discours homophobe en ligne : nouvelles chroniques de la haine ordinaire », Mots. Les langages du politique, no 125, p. 35-52.

104Vernet Samuel, 2020, « Au-delà de la notion de “minorité linguistique” en Acadie : penser le croisement des processus de minorisation », Minorisation linguistique et inégalités sociales, K. Gauvin et I. Violette éd., Berlin, Peter Lang, p. 45-67.

105Bernard Barbeau Geneviève, Moïse Claudine et Vernet Samuel, 2018, « De l’humour comme mise en jeu (enjeu) des identités : Djihad, une pièce de théâtre en contre-discours de propagande », dans « Tensions identitaires et discours de radicalisation », Identités, conflits et interventions sociolinguistiques, C. Alén Garabato, H. Boyer, K. Djordjevic et B. Pivot éd., Limoges, Éditions Lambert-Lucas, p. 266-273.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search