Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raison pratique et normativité chez Kant

 | 
Jean-François Kervégan

Du politique au cosmopolitique

L’idée d’Europe chez Kant

Monique Castillo

Texte intégral

1Il est banal de rappeler que l’idée d’Europe est intrinsèquement liée à la philosophie kantienne de la paix, puisque le nom de Kant est associé à celui de Société des Nations. Il est plus instructif, en revanche, de rappeler ce que l’alliance entre l’idée d’Europe et l’idée de paix veut dire en termes kantiens : elle signifie, en effet, que l’idée d’Europe appartient à la fois à la philosophie kantienne de l’histoire et à la philosophie kantienne du droit. En d’autres termes encore, l’idée d’Europe est porteuse d’une double signification : une signification culturelle et une signification politique. Or le terme « cosmopolitique » renferme ces deux dimensions chez Kant. On examinera donc, dans un premier moment, cette première caractéristique kantienne, qui consiste à regarder l’Europe d’un point de vue cosmopolitique, ce qui nous conduira à montrer, dans un deuxième temps, que l’histoire de l’Europe dépasse l’Europe. Nous analyserons, dans une troisième étape, l’expression de « futur grand corps politique », qui doit caractériser la Société des Nations, en insistant sur le jugement kantien qui précise que « notre histoire n’en fournit pas d’exemple ». Pour terminer cette exploration, nous nous demanderons dans quelle mesure il est possible de dire que l’Europe sera le fruit de la nécessité et dans quelle mesure elle pourrait être le fruit de la volonté.

Un point de vue cosmopolitique sur l’Europe

2On remarque que l’idée d’Europe chez Kant ne prend sens que dans une histoire écrite et conçue d’un point de vue cosmopolitique. Si Kant aspire à une organisation cosmopolitique du monde dans son ensemble, c’est afin que toutes les dispositions de l’espèce humaine puissent se développer. Or le terme « cosmopolitique » comporte plusieurs significations.

  • 1 KrV, p. 542.

3a. Une signification philosophique et méthodologique, tout d’abord, exposée dans l’Architectonique de la raison pure à la fin de la première Critique. Le point de vue cosmique de la philosophie (Weltbegriff, conceptus cosmicus1) est celui qui regarde ce que les intérêts de la raison ont en commun avec les intérêts de l’humanité.

4b. Une signification anthropologique. L’enquête anthropologique porte, comme on sait, sur la quatrième question critique (Qu’est-ce que l’homme ?), question qui interroge la place, le caractère et le destin des hommes en tant qu’ils sont les habitants du monde. Le véritable citoyen du monde est l’espèce humaine tout entière et le point de vue cosmopolitique regarde les individus comme citoyens de l’humanité, membres d’un tout dont le destin dépasse chacun d’eux et engage la responsabilité de chaque génération.

  • 2 Kant, Géographie physique, Paris, Aubier, 1999, p. 146.
  • 3 Paix B, p. 35.

5c. Une signification juridique : géographiquement juridique, si l’on peut dire, au sens où Kant écrit que « l’homme est fait pour vivre sur toute la terre ; le fait que la nature a constitué son corps pour s’habituer à tous les climats, et pour pouvoir s’habituer à en supporter les plus grandes différences, est peut-être à l’origine des différents caractères nationaux »2. Cette formule kantienne, extraite de son cours de géographie, résume assez bien le lien transcendantal et a priori qui existe entre l’anthropologie et le droit du point de vue cosmopolitique. La méthode anthropologique fait dériver la particularité de l’unité : ainsi, les caractères nationaux ne sont pas un obstacle à l’unité, ils sont la diversification géographique de l’unité. Le même raisonnement vaut pour les différences raciales : les races sont la pluralisation d’un seul et unique genre humain, contraint de se répartir sur la totalité de la terre. Ces considérations géographiques (au sens d’une géographie dynamique, à l’instar d’une dynamique sociologique) ont des conséquences juridiques directes : « À l’origine, personne n’a plus qu’un autre le droit d’être sur un lieu de la terre. »3 Le droit cosmopolitique repose ainsi sur cette condition juridique préalable, transcendantalement préalable : nul n’est propriétaire par nature du sol où il est né. Autrement dit, il n’y a pas de fait qui soit primitivement juridique, le droit ne dérive pas du fait mais du droit, d’un droit dont la nature est d’être reconnu par tout autre, ce qui constitue le caractère intelligible du droit chez Kant.

  • 4 « Même l’histoire de bons monarques, comme Titus et Marc Aurèle, n’a d’intérêt que biographique, pa (...)
  • 5 T. Bruns, Kant et l’Europe. Étude critique de l’interprétation et de l’influence de la pensée inter (...)

6d. Une signification politique : la valeur d’un gouvernement se mesure à ce qu’il apporte au monde et il faut donc regarder les États du point de vue du tout, de l’ensemble4. Kant innove en faisant du point de vue cosmopolitique ce qui caractérise la modernité dans le domaine des relations internationales. Car le cosmopolitisme kantien est relationnel : il ne cherche pas à abolir les États dans un unique empire, mais à donner aux États la conscience de leur interdépendance. À l’avenir, prophétise Kant, l’interdépendance entre les peuples ne cessera d’augmenter, si bien que les États devront prendre en compte des relations qui forgent désormais l’espace public. La paix s’articule ainsi à une nouvelle politique des relations internationales, à une politique internationaliste des relations internationales. Si l’on a pu présenter la doctrine kantienne comme la « première théorie internationaliste cohérente de l’histoire »5, c’est sans doute parce qu’elle s’élabore sur une épistémologie relationniste, tant dans la philosophie théorique que dans la philosophie pratique. L’internationalisme est appelé à devenir un inter-relationnalisme : il devra compter sur la nécessité, pour un peuple et pour un État, de n’être connu et perpétué que par la reconnaissance des autres. Or cela reste encore un défi pour l’avenir : que les États, les cultures et les religions se comprennent eux-mêmes comme des réalités construites par des relations à d’autres États, à d’autres peuples.

  • 6 L. Strauss, Sur le nihilisme allemand, conférence donnée en 1941, traduite et publiée dans Nihilism (...)

7e. Enfin une signification culturelle : elle tient au fait que Kant regarde l’histoire humaine du point de vue de la civilisation et non du point de vue des cultures. J’emprunte à Leo Strauss une définition synthétique et précise de la civilisation : « le terme de civilisation désigne immédiatement le processus visant à faire de l’homme un citoyen, et non pas un esclave », tandis que « le mot culture laisse dans l’indétermination ce qu’est la chose qu’il s’agit de cultiver (le sang et la terre ou l’esprit) »6. Kant aurait sans doute approuvé cette définition de la civilisation, car il récuse l’idée d’une appartenance nationale conçue en un sens possessif et patrimonial (un citoyen n’appartient pas à l’État) ; mais il donne à la civilisation un fondement que Strauss n’aurait certainement pas admis, car il s’agit d’un progressisme que ce dernier jugerait, quant à lui, indéterminé, si l’on en croit sa remarque sur la croyance en un but qui est lui-même « progressif » : elle ne se fonde sur aucun « critère connu et stable » (p. 50). En termes anthropologiques kantiens, cela revient à identifier la civilisation humaine à l’absence de nature humaine, au fait que le caractère de l’espèce humaine consiste à se créer un caractère. Aussi la raison n’est-elle pas, en effet, ce qui détermine l’homme, mais ce qui le rend indéterminé, indéterminable, inachevable :

  • 7 Anthropologie, Ak. VII, p. 321 ; Anthropologie, p. 253.

Pour assigner à l’homme sa classe dans le système de la nature, et pour le caractériser, il ne reste que ceci : il a un caractère qu’il se crée lui-même, car il a le pouvoir de se perfectionner selon des buts qu’il a choisis lui-même. C’est pourquoi, à partir d’un animal capable de raison (animal rationabile), il peut faire de lui-même un animal raisonnable (animal rationale) […].7

8Tel est le ressort de la possibilité d’une citoyenneté mondiale : aucun individu n’est redevable de son être et de ses droits à une société close dans laquelle il serait enfermé et dont il serait le débiteur. Être citoyen du monde et être citoyen de la civilisation sont une seule et même chose, c’est être membre d’un monde à construire.

9En résumé : s’il faut constater que l’idée d’Europe chez Kant ne trouve place que dans une histoire écrite d’un point de vue cosmopolitique, c’est parce que l’idée d’Europe ne prend sens que dans une histoire ouverte sur l’avenir du monde.

Une conception transeuropéenne de l’Europe

Une histoire philosophique

  • 8 Idée L, p. 100.

10Quant au point de vue historique sur l’Europe, une précision s’impose : ce n’est pas une histoire événementielle, mais une histoire philosophique de l’Europe qu’écrit Kant, comme il le précise explicitement dans la neuvième proposition de l’Idée pour une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique. Il ne s’agit pas d’une histoire documentaire en un sens historiciste, mais d’une histoire juridico-culturelle, dans laquelle les progrès de la civilisation devraient se traduire par les progrès du droit, en matière constitutionnelle principalement : telle est la principale raison de « faire la tentative d’une pareille histoire philosophique »8.

11On connaît la fameuse formule utilisée par Kant dans l’Idée pour une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique : notre continent « vraisemblablement donnera un jour des lois à tous les autres ». Il ne s’agit pas, bien entendu, de donner des ordres au reste du monde, mais de voir se répandre des principes qui pourront être fondateurs d’un vivre-ensemble collectif. Car une histoire philosophique adopte une méthodologie réfléchissante, et non pas déterminante, ce qui a pour effet de comprendre l’histoire de l’Europe comme un progrès plutôt que comme une évolution. C’est ce qui ressort de la manière réfléchissante dont la neuvième proposition de l’Idée en présente le récit :

… si on part de l’histoire grecque […] et si l’on s’attache à suivre son influence sur la manière dont s’est fait et s’est défait le corps politique du peuple romain […] puis l’influence de ce dernier sur les Barbares, qui l’ont détruit à son tour, et cela jusqu’à notre époque, […] alors on découvrira une marche régulière dans le perfectionnement politique de notre continent […]. (p. 99)

12Kant ne dit pas que le passé détermine l’avenir, et qu’il faudrait avoir été successivement Romain, puis Barbare pour accéder à la civilisation. Le point de vue cosmopolitique fait l’inverse : il part du plus grand bien politique à réaliser, à savoir la paix, pour découvrir, réflexivement, si un fil conducteur y conduit. Ce fil conducteur est alors rendu visible comme celui du progrès en matière constitutionnelle, un progrès qui n’a de sens que d’être inachevé et « ouvert » comme on parle aujourd’hui de société « ouverte ».

13C’est ce qui explique aussi le caractère assez général de la description historique chez Kant, cosmique en un sens cosmologique (si l’on suit l’analogie volontiers pratiquée par Kant entre la cosmologie et la philosophie cosmopolitique) : de même que le mouvement de la terre doit être regardé du point de vue du mouvement des planètes, de même le mouvement de l’histoire européenne doit être conçu dans un ensemble plus vaste, celui des étapes du procès de civilisation.

14Mais ce caractère très général du point de vue cosmopolitique sur l’histoire du monde n’ôte rien à la pertinence de l’idée : la civilisation des mœurs ne doit pas concerner les individus uniquement, mais aussi les États, les corps collectifs que sont les nations. Chercher à régler les différends par la voie du procès est la marque d’une civilisation des mœurs internationale. Un droit civil des peuples doit être possible, il signifie que l’état de nature des peuples doit être dépassé pour que l’idée de civilisation ait encore un sens dans l’avenir. L’argument n’est pas philanthropique, Kant le précise avec insistance, il est juridique. Tant qu’il n’existera pas un état légal des relations entre les peuples, tant qu’il n’existera pas de différence entre un recours à la violence et un recours à l’arbitrage, le droit des peuples sera provisoire, c’est-à-dire préjuridique, et donc toujours menacé. Autrement dit, la guerre ne conquiert que des avantages provisoires, qui restent à défendre par la violence. L’idée internationaliste de Kant est aussi simple que limpide : le droit des gens ne peut plus se borner à légitimer le droit de recourir à la guerre, il doit s’orienter vers la création d’un « droit public des gens ».

Un point de vue non pas consensualiste, mais juridiquement déterminant

  • 9 MM Ph., Droit, p. 234.

15On n’a pas affaire pour autant à un pacifisme naïf ou émotionnel : l’Idée de paix, affirme Kant, est « évidemment irréalisable »9 ; est exigible et réalisable, en revanche, un progrès des mœurs vers une priorité du droit dans les relations internationales. Il est difficile de lire cette idée aujourd’hui autrement qu’avec nos propres présupposés et attentes. Mais le risque est de réduire l’idéalisme kantien à ce qu’il n’est pas, à savoir un consensualisme. Nos habitudes médiatiques nous conduisent, aujourd’hui, à penser la paix en termes d’adhésion collective, de communication et d’opinion. Or chez Kant, les règles pratiques sont déterminantes, contraignantes et non consensuelles. Un devoir ne se réduit pas à une croyance partagée, et la rationalité de l’idée de paix n’est pas consensuelle, mais contraignante.

  • 10 T. Bruns, Kant et l’Europe, déjà cité, p. 109.

16Quand il s’agit de droit, il en va de même : c’est la force du concept de droit qui crédibilise la possibilité de la paix par arbitrage10. La conception du droit n’est pas utilitariste ni technique ; elle n’est pas politicienne, dirait-on aujourd’hui, car il existe une véritable « souveraineté de l’idée du droit » (p. 113), une souveraineté rationnelle qui s’impose à toute intelligence bien faite et qui justifie le républicanisme kantien : la seule manière de prétendre limiter la souveraineté autocratique des Princes sans tomber dans l’anarchie, le révolutionnarisme, le matérialisme ou le cynisme, tient à cette souveraineté du droit, incontestable aux yeux de Kant et dont les Rois ne sont jamais que les serviteurs. Par suite, l’universalisme juridique kantien n’est pas un choix d’Européen, au sens où l’on n’a pas affaire à un européocentrisme universalisé et désireux de s’exporter. C’est plutôt l’inverse qui est vrai : la nécessité d’une concertation entre des États organisés en un système juridique a une valeur impérative en soi et c’est elle qui donne sens à la perspective d’une Société européenne de nations. L’histoire de l’Europe dépasse l’Europe, elle est transeuropéenne. Il faut maintenant se demander quelle consistance et quelle unité peuvent lui être attribuées.

Un futur grand corps politique

17Le paradoxe a déjà été souligné : Kant emploie rarement le mot « Europe » dans ses écrits politiques, et il parle bien davantage de l’histoire du genre humain. Pourtant, le lecteur sait irrésistiblement que c’est de l’Europe qu’il parle, parce qu’il s’agit de république, de progrès constitutionnels, d’évolution des mentalités, de despotisme éclairé, etc., autant de critères qui fournissent la matière d’une Europe cultivée. Chacun sait que c’est en Europe que l’on débat de la manière de concevoir la paix, que l’on critique la thèse de l’équilibre des forces, parce qu’on a lu l’abbé de Saint-Pierre ou Rousseau.

Les références européennes

  • 11 MM Ph., Droit, p. 234.
  • 12 Théorie et pratique G, p. 58.

18Kant fait explicitement référence à l’Europe quand il fait mention, dans la Doctrine du droit, des « États généraux tenus à La Haye » : il s’agit vraisemblablement d’une allusion aux préliminaires du traité d’Utrecht (1713). Il use alors de termes qui évoquent une intégration européenne : « les ministres des différentes cours d’Europe […] virent l’Europe tout entière comme un seul État fédéré »11. Il fait également référence à l’Europe lorsqu’il critique la thèse de l’équilibre des pouvoirs : « une paix universelle qui durerait en vertu de ce qu’on appelle l’équilibre des forces en Europe […] est une pure chimère »12.

  • 13 Kant, Le conflit des facultés, 2e section, dans Histoire et politique, G. Leroy trad., Paris, Vrin, (...)

19Allusion à l’Europe encore, dans la deuxième section du Conflit des facultés, lorsqu’il justifie que la Prusse ne suive pas le modèle révolutionnaire français, en dépit de l’attachement porté par Kant à un mode de gouvernement républicain : « … car sa position géographique, s’étendant sur un très large espace au cœur de l’Europe, peut lui recommander cette constitution comme la seule capable de lui donner les moyens de subsister entre de puissants voisins »13.

  • 14 Paix B, p. 30.

20Le Projet de paix perpétuelle, quant à lui, évoque une possible union européenne par adhésion au modèle républicain français : « si la chance faisait qu’un peuple puissant et éclairé pût se constituer en république (qui doit par nature incliner à la paix perpétuelle) cette république fournirait un centre d’association fédérative à d’autres États »14. On note au passage que, dans cette allusion, il n’est pas fait mention de l’Europe, mais que celle-ci est parfaitement identifiable.

21Ces quelques références font apparaître le contenu précis des attentes kantiennes : une républicanisation des modes de gouvernement et une alliance de paix entre des peuples également tournés vers un régime républicain.

La question de la possibilité pratique réelle de l’Europe

  • 15 Idée L, p. 98.

22Or une telle perspective ne peut se réaliser qu’au futur et c’est pourquoi l’Europe est, comme l’Idée de Société des Nations, une réalité à venir. Kant écrit pour ceux qui viendront après lui, qui auront la charge de réaliser ce dont il a esquissé la possibilité pratique réelle. Que faut-il entendre par la possibilité pratique réelle de l’Europe ? Posons qu’elle consiste dans l’assurance qu’il existe un mouvement, une marche en avant irrésistible (ce que Kant appelle un progrès) vers une réalité juridique, culturelle et politique commune. Pour en garantir la possibilité réelle, il faut que puisse être identifiée et évaluée la distance qui nous sépare du but. Or, de ce but, l’article sur l’Histoire universelle donne la présentation la plus unifiée et la plus consistante, en évoquant « l’avènement d’un futur grand corps politique, dont notre histoire ne fournit pas d’exemple ». Par contraste, quand il s’agit de prendre la mesure des avancées vers le but, Kant est parfaitement prudent et circonspect : à la question « de savoir si l’expérience découvre quelque chose de cette marche du dessein de la nature. Peu de chose », répond-il dans la huitième proposition de l’Idée pour une histoire universelle. On pourrait d’ailleurs appliquer les propos kantiens à la description de la réalité contemporaine : il constate des progrès dans le domaine des Droits de l’homme (respect toujours plus grand de la liberté individuelle), il observe une intensification des politiques culturelles d’éducation, il perçoit la naissance d’un début de sentiment d’appartenance à une réalité commune : « en chacune des parties commence en quelque sorte à s’éveiller le sentiment de l’importance de la conservation de l’ensemble »15.

23C’est tout de même assez peu pour justifier la foi dans un « futur grand corps politique », doté d’une volonté commune et dont le degré d’union et d’intégration soit tel qu’il en résulte un pouvoir « qui donne à la loi toute sa force » (septième proposition), c’est-à-dire une puissance de décision et d’action. Il y a loin de la réalité au but, du présent à l’avenir, et l’Europe que décrit Kant n’est pas une Société de sociétés (pour reprendre l’expression de Montesquieu), elle n’est pas une communauté supranationale, elle n’est pas même une communauté internationale, elle a seulement vocation à produire un type nouveau et original d’unité. Kant nous prive de satisfaction sur un point : il ne nous donne aucune idée d’une fondation européenne de l’Europe, il ne se fonde pas sur un passé commun, ni sur une origine commune, ni sur une tradition collective qui permettrait de définir un minimum d’identité européenne. La description de l’Europe par Voltaire donne une plus grande satisfaction intuitive quand il parle d’une

  • 16 Voltaire, « Le Siècle de Louis XIV  », chap. II, Œuvres complètes, t. 19, Paris, Firmin-Didot Frère (...)

espèce de grande république, partagée entre plusieurs États, les uns monarchiques, les autres mixtes, ceux-ci aristocratiques, ceux-là populaires ; mais tous correspondant les uns avec les autres, tous ayant un même fond de religion, tous ayant les mêmes principes du droit public et de politique, inconnus des autres parties du monde.16

24Selon cette formule, l’Europe existera parce qu’elle existe déjà, parce qu’il existe déjà un même fonds de culture, de valeurs et de religion. Mais la notion spécifiquement kantienne de signe (historique) est bien différente : la méthode historique de Kant n’entend pas projeter dans l’avenir certains caractères du temps présent, elle a pour tâche de déceler des signes de ce qui n’existe pas, dont l’être est d’être nouveau. L’Europe de Kant n’est pas plus française qu’elle n’est prussienne ou anglaise, elle est une situation de sécurité cosmopolitique « dont notre histoire ne fournit pas d’exemple ».

Pas d’empire européen

25La formule mérite qu’on s’y arrête un instant : si l’histoire européenne ne fournit pas d’exemple à l’avenir de l’Europe, n’est-ce pas parce que Kant récuse, par avance, l’idée d’empire européen ? Pour dire les choses autrement : quel modèle d’union ou d’intégration est-il possible de cultiver sans projeter des modèles monarchiques, impériaux ou despo- tiques ? Lorsque Rousseau envisage une union européenne, il semble lui donner pour modèle l’Union germanique ou le Corps germanique :

  • 17 J. -J. Rousseau, Extrait du Projet de paix perpétuelle de Monsieur l’abbé de Saint-Pierre, vol. XXI (...)

Corps redoutable aux étrangers par son étendue, par le nombre et la valeur de ses Peuples […]. Malgré les défauts de cette constitution de l’Empire, il est certain que tant qu’elle subsistera, jamais l’équilibre de l’Europe ne sera rompu, qu’un Potentat n’aura pas à craindre d’être détrôné par un autre, et que le traité de Westphalie sera peut-être à jamais parmi nous la base du système politique. Ainsi le droit public, que les Allemands étudient avec tant de soin, est encore plus important qu’ils ne pensent, et n’est pas seulement le droit public Germanique, mais à certains égards, celui de toute l’Europe.17

  • 18 Kant et l’avenir de la culture, déjà cité, Annexe, p. 249.
  • 19 Anthropologie, Ak. VII, p. 319 ; Anthropologie, p. 251.

26Mais la méthode kantienne en matière de philosophie de l’histoire n’est pas inductive, elle est réfléchissante : est réfléchissante, on l’a vu, la méthode qui organise et interprète les signes du présent en fonction du futur et non du passé, en fonction d’une réalité dont nous n’avons que le concept et nul exemple. Ainsi, il n’existe pas encore de nationalité européenne ni de type d’homme européen. Il existe, en revanche, des caractères nationaux spécifiques en Europe. Comment déceler le signe d’un devenir européen des peuples ? Il se mesure, précisément, à la capacité de se dénationaliser, si l’on ose dire, de chaque peuple, qui se traduit par la capacité à voyager («  Les Européens ont toujours été les seuls qui aient voyagé par pure curiosité d’esprit »18), à communiquer (on sait l’importance anthropologique de la conversation chez Kant), à se sentir chez soi partout en Europe. Ce qui prédispose un peuple à devenir européen est sa disposition au cosmopolitisme ainsi que sa disposition à un perfectionnement continu. Ce qui conduit Kant à exprimer des réserves sur la possibilité d’intégrer la Russie et la Turquie dans l’Europe : « La Russie ne réunit pas encore ce qui permettrait de déterminer quelles dispositions sont prêtes à se développer chez elle »19 et « les éléments nationaux de la Turquie d’Europe n’ont jamais réalisé ce qu’on peut exiger pour qu’un peuple entre en possession d’un caractère déterminé » (ibid.). Il existerait ainsi une sorte de caractère occidental, mais dont la particularité consiste à se créer un caractère, à se traiter comme une réalité inachevée, en considérant l’individu comme un être de dispositions.

L’Europe, fruit de la nécessité ou œuvre de la volonté ?

27Reprenons à présent la question posée un peu plus haut : comment expliquer le contraste entre la foi dans l’avenir et la faiblesse des signes que nous en offre le présent ? Une première explication a pu être envisagée : pas de modèle impérial ou despotique emprunté au passé, l’Europe est un modèle à inventer. Il existe encore une autre interprétation possible : si Kant a tant d’assurance dans le devenir cosmopolitique de l’Europe, n’est-ce pas parce qu’il sera moins produit par la volonté des hommes que par la violence même de la guerre ? N’est-ce pas parce qu’une Europe juridique commune finira par être le fruit de la nécessité ?

De la guerre à l’Europe

  • 20 Idée L, p. 94.

28Selon cette hypothèse, Kant aurait bel et bien prophétisé ce que l’histoire n’a pas manqué de produire : n’est-ce pas, en effet, la puissance destructrice des guerres en Europe qui a fini par imposer l’idée de paix européenne ? Kant n’avait bien évidemment pas pu prévoir ni imaginer l’horreur des guerres totales et génocidaires. Toutefois, c’est bien de la destruction de la guerre par la guerre elle-même que l’article de 1784 sur l’Histoire universelle escompte un changement des mentalités, le passage d’une conception négative de la paix (dans laquelle la paix est seulement ce qui met fin à une guerre) à une conception positive de la paix (comme instauration d’un état de sécurité publique international). Certaines formules de Kant sont sans équivoque : à propos de l’idée de paix éternelle, par exemple, il convient de ce qu’elle a de chimérique quand on en croit la réalisation facile et proche, tout en accentuant l’idée que « c’est pourtant bien là qu’est la sortie inévitable de la détresse dans laquelle les hommes se plongent mutuellement », détresse qui contraindra par force les États à renoncer à leur liberté naturelle pour accepter une solution juridique des conflits20. Ainsi regardées sous l’angle de la nécessité,

  • 21 Idée L, p. 94.

les guerres sont, par conséquent, autant de tentatives (certes pas dans l’intention des hommes, mais bien dans l’intention de la nature) pour créer de nouvelles relations entre les États, et par la destruction, ou du moins par le démembrement des corps anciens, pour en former de nouveaux […] jusqu’à ce que, finalement […] se mette en place un état de choses qui fonctionne sur le modèle d’une société politique de citoyens.21

Confédération et volonté

  • 22 Par exemple, Alexis Philonenko, Jürgen Habermas. Voir le chapitre intitulé « De la finalité du cosm (...)
  • 23 Paix B, p. 32.

29Les commentateurs22 soulignent volontiers la différence de ton et d’audace entre le projet de Société des Nations esquissé en 1784 dans l’Idée pour une histoire universelle et le projet d’une « libre fédération » entre les États exposé en 1795 dans le Projet de paix perpétuelle. Leur constat s’accompagne d’une déception. Kant, pensent-ils, aurait reculé : en 1784, il aurait donné sa préférence à la naissance d’un État européen, un État d’États, une sorte de République universelle ; mais en 1795, il se replierait sur une position plus prudente et opterait pour une solution négative (une « alliance permanente ») contre « l’idée positive de République universelle »23.

  • 24 Idée L, p. 95.

30On peut toutefois comprendre les choses autrement. Il ne fait pas de doute que le texte de 1784 met en avant l’idée d’un corps commun porteur d’une volonté commune. Mais c’est en insistant sur la part de la nécessité : Kant prévoit (ou imagine) que la fureur des guerres deviendra telle que les Européens se verront contraints et forcés « d’inventer une loi d’équilibre »24. L’Europe dont il s’agit ici est alors le fruit de la guerre, c’est-à-dire de la nature. Quand il raisonne ainsi, Kant fait jouer le mécanisme hobbesien en l’appliquant aux relations internationales : de même que la réalisation de la liberté par la guerre a contraint les individus à s’unir, de même la réalisation de la liberté des États par la guerre les contraindra à s’associer.

31Certes. Mais un tel mécanisme, qui s’assimile à une production de la paix par la peur, peut fort bien conduire à un état de sécurité universelle par le moyen d’un empire, par la domination d’un pouvoir irrésistible, tout puissant. Or tel n’est pas le propos. S’il doit pouvoir exister une paix éternelle, il doit s’agir d’une paix qui préserve la liberté des États et qui la réalise mieux et plus sûrement que ne le fait la guerre. Et lorsque Kant cherche les signes d’une paix future en Europe telle qu’elle n’a encore jamais existé, ce n’est pas sur la destruction de la violence par la violence qu’il compte, mais bien sur le changement des volontés, des mentalités, des convictions et des dispositions. À ce niveau seulement, il est pertinent de s’interroger sur le modèle possible d’une organisation de la paix en Europe : un droit de la paix ne peut avoir d’autorité que sur des esprits capables de vouloir ce droit, et donc capables d’obéir à ce droit. C’est là toute la différence entre un esprit conditionné par la peur ou la terreur, et qui se soumet à l’inéluctable, et un esprit éclairé, devenu capable, par sa propre réformation intérieure, d’obéir librement à des lois qu’il place au-dessus de lui-même. Les analyses kantiennes ne cessent de se placer à la frontière entre ces deux postures, car elles escomptent de la guerre moins un asservissement généralisé des peuples européens qu’une prise de conscience collective d’un nouveau type d’intérêt général. Il n’est pas kantien de louer la fécondité de la violence et il n’est pas kantien non plus de s’abandonner à une quelconque Schwärmerei (exaltation) pacifiste. Entre les deux, Kant admet comme un fait anthropologique l’éducabilité ou la perfectibilité naturelle du genre humain.

La place de la disposition morale

  • 25 Paix B, p. 30.

32C’est ce qui explique la place que la philosophie de l’histoire accorde à la disposition morale du genre humain. Formulation mièvre en apparence, puisqu’il s’agit de moralité et que la moralité suscite le soupçon, soit de caractériser l’impuissance, soit de favoriser l’excès de pouvoir. Mais Kant ne réclame nullement la domination de la disposition morale sur le monde civilisé. Il attend d’elle seulement qu’elle fasse signe vers un nouveau développement possible de la civilisation. De là vient l’importance de la disposition morale pour la philosophie de la paix. L’écrit de 1784 précise que tout bien qui n’est pas issu d’une intention moralement bonne ne fait que perpétuer la logique infernale de la reproduction du manque («  misère clinquante », en vocabulaire kantien, p. 96). Le Projet de paix perpétuelle de 1795, quant à lui, cherche une trace indirecte de la disposition morale, et il la trouve dans le fait qu’aucun État n’oserait affirmer publiquement son mépris pour le droit, et cet hommage, même formel, peut être attribué à une disposition morale présente dans l’humanité25.

33Pourquoi un tel souci de greffer l’avenir de la paix sur l’existence d’une disposition morale en l’homme ? C’est, pour Kant, un problème d’anthropologie politique : il faut contredire la plus solide conviction des réalistes politiques que sont Machiavel et Hobbes, la conviction que la nature humaine est mauvaise et imperfectible. Et Kant est assez cohérent pour admettre que, tant que la civilisation des mœurs se réalisera par la crainte et la violence, la paix et la concorde ne seront que des mécanismes sans solidité, sans valeur et sans avenir. Or, entre l’Idée pour une histoire universelle de 1784 et le Projet de paix perpétuelle de 1795, la Révolution française a introduit une nouvelle justification du rôle de la disposition morale, à laquelle Le conflit des facultés (2e section) a même donné une signification publique européenne. Un peuple a pu vouloir échapper à son passé et se créer un avenir en instaurant une constitution républicaine : c’est là, aux yeux de Kant, la manifestation publique et inouïe d’une adhésion morale au droit. Le Projet de paix perpétuelle consacre d’ailleurs un appendice en deux parties à la récusation du pessimisme anthropologique sous-jacent à toute Realpolitik guerrière, que Kant analyse comme une position cynique du point de vue moral. Par suite, le signe qu’un progrès moralement fondé est possible permet d’espérer que l’Europe se constitue par adhésion à des principes communs plutôt que par usure, crainte et résignation. Plutôt qu’une simple communauté d’intérêts, elle peut être faite d’États-citoyens qui ont librement choisi leur propre réforme intérieure, le passage à une volonté républicaine de politique intérieure et extérieure. Certes, cette attente peut donner lieu à une espérance à long terme, et il est sage de penser que nous ne ferons jamais, pendant longtemps, que de nous rapprocher de cette Idée…

34Il est temps de conclure par trois remarques. Première remarque : le caractère général et juridiquement peu précis du modèle kantien de l’Europe (un congrès permanent des États qui ne soit pas une fédération à la manière des USA, comme le dit la Doctrine du droit) peut décevoir les lecteurs qui veulent croire à une production techniquement juridique de l’Europe, comme si le droit devait « formater » les volontés et les comportements. Mais le flou des indications kantiennes est bien plus conforme à ce qui est en question : l’invention d’une Europe librement unifiée.

35Deuxième remarque : les bases philosophiques prophétiquement données par Kant à cette union peuvent aussi se traduire par des ambiguïtés pourvoyeuses de confusion dans la construction actuelle de l’Europe. Kant a d’abord donné une signification juridique à l’Idée d’Europe, en précisant que son possible devenir cosmopolitique ne devait pas confondre le droit et la philanthropie. Mais il a également appuyé ces progrès du droit sur une sorte de mission morale : faire des progrès constitutionnels le signe de progrès dans la moralité. Il n’est pas facile de démêler la part de moralisme, de bienveillance, de pragmatisme et de naïveté qui peuvent faire oublier la rigueur nécessaire à la naissance d’une sorte d’esprit constitutionnel commun. L’idée européenne de Kant se laisse facilement récupérer par un idéalisme facile ou paresseux.

36Dernière remarque enfin : l’idée spécifiquement kantienne d’une approche indéfinie du but n’est pas, quant à elle, une idée paresseuse, mais bien plutôt une perception parfaitement adéquate de la situation d’une Europe mise en posture de promouvoir une situation de paix mondiale ; il faut alors penser son histoire comme celle d’un passage à la paix. Or c’est bien là que se place la réflexion kantienne : les ressources de son anthropologie et de sa philosophie du droit se combinent pour faire de lui un penseur d’une histoire en gestation, un penseur de la tension et de la transition, le penseur de la possibilité pratique de la paix en Europe.

Notes

1 KrV, p. 542.

2 Kant, Géographie physique, Paris, Aubier, 1999, p. 146.

3 Paix B, p. 35.

4 « Même l’histoire de bons monarques, comme Titus et Marc Aurèle, n’a d’intérêt que biographique, parce qu’ils n’ont pas apporté d’amélioration à la constitution de l’État  », écrit Kant dans une note ancienne. « Car d’un point de vue cosmopolitique, l’histoire des États doit être écrite de façon que l’on voie ce que le monde a tiré de profit de tel ou tel régime  », Kant et l’avenir de la culture, M. Castillo trad., Paris, PUF, 1989, Annexe, p. 249.

5 T. Bruns, Kant et l’Europe. Étude critique de l’interprétation et de l’influence de la pensée internationaliste kantienne, texte non publié, Sarrebruck, 1973, p. 2.

6 L. Strauss, Sur le nihilisme allemand, conférence donnée en 1941, traduite et publiée dans Nihilisme et politique, Paris, Payot et Rivages (Bibliothèque Rivages), 2001, p. 52.

7 Anthropologie, Ak. VII, p. 321 ; Anthropologie, p. 253.

8 Idée L, p. 100.

9 MM Ph., Droit, p. 234.

10 T. Bruns, Kant et l’Europe, déjà cité, p. 109.

11 MM Ph., Droit, p. 234.

12 Théorie et pratique G, p. 58.

13 Kant, Le conflit des facultés, 2e section, dans Histoire et politique, G. Leroy trad., Paris, Vrin, 1999, p. 125.

14 Paix B, p. 30.

15 Idée L, p. 98.

16 Voltaire, « Le Siècle de Louis XIV  », chap. II, Œuvres complètes, t. 19, Paris, Firmin-Didot Frères, 1830, p. 244.

17 J. -J. Rousseau, Extrait du Projet de paix perpétuelle de Monsieur l’abbé de Saint-Pierre, vol. XXIII, dans Œuvres complètes, Genève, 1782, p. XV et XVI.

18 Kant et l’avenir de la culture, déjà cité, Annexe, p. 249.

19 Anthropologie, Ak. VII, p. 319 ; Anthropologie, p. 251.

20 Idée L, p. 94.

21 Idée L, p. 94.

22 Par exemple, Alexis Philonenko, Jürgen Habermas. Voir le chapitre intitulé « De la finalité du cosmopolitisme kantien  », Histoire et politique, déjà cité, p. 47-57.

23 Paix B, p. 32.

24 Idée L, p. 95.

25 Paix B, p. 30.

© ENS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540