Avant-propos

Jean-François Kervégan

1Le bicentenaire de la mort de Kant a vu fleurir, comme il fallait s’y attendre, colloques et publications. La Société française pour la philosophie et la théorie juridique et politique (SFPJ), dont j’assurais alors la présidence, eut l’idée d’apporter sa pierre au monument commémoratif en fonction de la spécificité qui est la sienne : réunir en vue d’une réflexion commune sur les grandes questions actuelles, mais aussi passées, de la philosophie et de la théorie du droit des juristes, des philosophes et des spécialistes de science politique. Il nous semblait, en effet, que l’œuvre de Kant, qui suscite aujourd’hui un vif intérêt à l’échelle internationale parmi les juristes aussi bien que parmi les philosophes (un intérêt dont il convient de méditer les raisons), était de nature à donner lieu à des échanges féconds. Elle organisa donc, en association avec l’équipe de recherches « Normes, sociétés, philosophies   » (NoSoPhi), un colloque international sur le thème « Kant, droit et politique    », qui se tint en Sorbonne les 22 et 23 octobre 2004 devant un public vivement intéressé. Ce sont les actes de ce colloque qui sont ici présentés. Toutefois, certaines modifications sont intervenues par rapport à la liste des contributions alors présentées. D’une part, certains de ceux qui avaient pris ou devaient prendre part au colloque ont dû renoncer à ce que leur contribution soit intégrée à la présente publication, ce que je regrette vivement. D’autre part, j’ai pris l’initiative d’adjoindre trois contributions qui avaient été rédigées à une autre occasion et qu’il m’apparaissait important de porter à la connaissance du public francophone : celles de João Carlos Brum Torres, de Hans Friedrich Fulda (traduite par Thamar Rossi Leidi et moi-même) et de Bruno Haas (traduite et remaniée par l’auteur).

  • 1 Voir KrV, B 860, Ak. III, p. 536  ; CRP Pl., p. 1384. Voir la liste des abréviations.

2Ces deux dernières contributions ne portent pas directement sur la philosophie juridique ou politique de Kant, mais plutôt sur les fondements mêmes de sa philosophie pratique, à partir desquels la question des rapports entre normativité juridique et normativité éthique, qui est également au centre de ma propre contribution, peut et doit être examinée. Au demeurant, cette extension, ou plutôt cette régression vers le fondement, n’a rien d’illégitime : elle est même requise dans le cas d’une philosophie qui, comme celle de Kant, veut être un « système   » et non un « agrégat   »1. Il convient donc, et c’est ce que tentent de faire ces contributions (à partir de principes interprétatifs différents), de rapporter la théorie kantienne du droit (comme celle de l’éthique) à la théorie de la normativité pratique qui est exposée dans la Critique de la raison pratique.

3Un second ensemble de contributions, celles de João Carlos Brum Torres, de Robert Pippin, de Philippe Raynaud et de Myriam Revault d’Allonnes, examine ce qu’il en est de l’articulation entre droit et politique, donc aussi de celle entre droit privé et droit public, au sein de la philosophie kantienne du droit, telle qu’elle est exposée dans la Métaphysique des mœurs, mais aussi dans le prolongement que cette philosophie trouve chez un auteur comme Arendt. Ceci conduit, notamment, à revenir sur la question très discutée du rapport qu’entretient la philosophie de Kant avec la Révolution française, dont on sait l’impact majeur qu’elle a eu sur la pensée non seulement de Kant, mais aussi de Fichte et de Hegel. D’une certaine manière, comme l’ont noté il y a déjà longtemps des auteurs comme Joachim Ritter, Éric Weil et Norberto Bobbio, l’idéalisme allemand dans son ensemble apparaît comme une « philosophie de la révolution    », ce qui ne signifie aucunement que ses représentants en aient approuvé le cours, les pratiques, ni même les principes théoriques. Il importait de faire l’épreuve de ce constat dans le cas de Kant, dont on sait avec quelle attention passionnée il suivit les événements de France, et d’en tirer les conséquences. C’est ce qui est ici fait.

  • 2 Voir J. Habermas, La paix perpétuelle. Le bicentenaire d’une idée kantienne, Paris, Le Cerf, 2005 (...)

4Il est difficile d’évoquer les rapports entre droit et politique chez Kant sans évoquer sa réflexion sur le droit international, sur l’avenir des rapports entre États, et sans commenter l’introduction d’un point de vue cosmopolitique qui est, en un sens, métapolitique. C’est d’autant plus nécessaire que des travaux importants de Jürgen Habermas, John Rawls et Michael Walzer 2 entre autres, ont rendu, fût-ce en la, critiquant, une indéniable actualité à la thématique kantienne (pas exclusivement kantienne, d’ailleurs) de la paix perpétuelle. Les contributions de Monique Castillo, de Carla De Pascale et de Georg Mohr abordent donc à nouveaux frais l’idée kantienne d’une refondation philosophique du jus publicum europaeum, un droit qui s’était constitué au sein de l’Europe moderne, et dont la Révolution française a fait apparaître les limites.

5La mise au point de cet ensemble de contributions, dont on peut espérer qu’il fécondera la discussion francophone autour de la philosophie juridique et politique kantienne, a duré plus que de raison. Que les auteurs, et notamment ceux qui avaient fait l’effort de fournir rapidement leurs contributions, veuillent bien me le pardonner ! Cette publication, en tout état de cause, n’eût pas été possible sans la ténacité de Caroline Guibet Lafaye, que je tiens à remercier vivement pour la compétence et le dévouement dont elle a fait preuve.

Notes

1 Voir KrV, B 860, Ak. III, p. 536  ; CRP Pl., p. 1384. Voir la liste des abréviations.

2 Voir J. Habermas, La paix perpétuelle. Le bicentenaire d’une idée kantienne, Paris, Le Cerf, 2005  ; J. Rawls, Le droit des peuples, dans Paix et démocratie, Paris, La Découverte, 2006  ; M. Walzer, Guerres justes et injustes, Paris, Gallimard, 2006.

Auteur

Jean-François Kervégan