Version classiqueVersion mobile

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

La réception

The tatler (n° 32, 23 juin 1709)12

Jonathan Swift

Texte intégral

  • 12 Titre traduit au XVIIIe siècle même par Le Babillard. Cet essai est souvent attribué à Jonathan Swi (...)

Jonathan Swift (1667-1745), satiriste et romancier irlandais, doyen de la cathédrale Saint-Patrick de Dublin. Lors de son séjour londonien, il lie des relations d’amitié avec le milieu des whigs, dont Joseph Addison et Richard Steele. Pendant quelques années, il contribue même à leurs périodiques, comme c’est le cas avec The Tatler. Pamphlétaire tory, il publie plusieurs de ses œuvres sous le pseudonyme d’Isaac Bickerstaff, que lui emprunte Richard Steele pour The Tatler. Plusieurs numéros de ce périodique prennent Mary Astell pour cible. Il est intéressant de voir que l’on se moque encore de son projet d’une communauté « platonique » féminine quelque quinze ans après la publication de A Serious Proposal.

*

À Monsieur Isaac Bickerstaff.

18 juin 1709

Monsieur,

  • 13 Henry More (1614-1687), philosophe néoplatonicien de Cambridge ; John Norris (1657-1711), philosoph (...)

1Je ne sais pas s’il faut que vous ayez pitié ou que vous riiez de moi ; car je suis tombé désespérément amoureux d’une platonne déclarée, la créature la plus singulière de son sexe. L’entendre parler de choses séraphiques et discourir de norris, de more, de milton et de l’ensemble de ces bouffons intellectuels me met au supplice13 ; car pour un amant qui entend les métaphores, tout ce joli galimatias d’idées offre de très belles vues humoristiques, qu’hélas la chère discoureuse entend au contraire dans un sens littéral : pourquoi donc faut-il qu’elle désire tant être un chérubin, quand elle est un être de chair et de sang adorable ? Si je lui adresse la parole, c’est une infraction grave à l’idée d’intuition. Si je m’offre à lui baiser la main ou la bouche, elle se recule pour éviter d’être touchée, comme une plante sensitive, comme si elle voulait se rétracter pour n’être que pur esprit. […]

Charles Vigoureux

[Réponse]

2Mon patient met tant de chaleur à exposer son cas et nous le présente d’une manière si vivante que j’imagine très clairement à la fois son tourment et son tourmenteur. Il convient de traiter cet ordre de dames platoniques différemment du reste du beau sexe. La flatterie est en général la méthode à employer et c’est celle-là qu’il faut suivre dans notre cas ; mais il ne faut pas en user grossièrement. Tout homme qui a de l’esprit, de l’humour et aime à railler peut être un bon flatteur pour la femme en général ; mais une platonne ne se laisse pas toucher par un éloge : elle vous dira que c’est faire preuve de sensualité d’âme que d’y trouver du plaisir. Aussi ne faut-il pas la louer, mais tacitement consentir à tout ce qu’elle dit et ce qu’elle fait. Il vous faut considérer que son mépris pour vous ne procède pas de son humeur, mais de l’opinion.

  • 14 Ce surnom, dérivé de Madone, ou Vierge Marie, est particulièrement approprié pour une femme qui se (...)

3Il y a eu, il y a quelques années de cela, un groupe de dames qui se réclamaient de cette qualité et qui prétendaient que la virginité serait leur règle pendant leur existence mortelle ; aussi résolurent- elles de mettre en commun leur fortune et d’ériger un couvent. On rechercha un lieu de résidence ; sept des fondatrices choisirent un joli coin regorgeant de sources et de cascades, avec des bosquets ombragés et des voûtes de verdure tapissées de fleurs. Ils furent nombreux, ceux de notre sexe, à prendre la liberté de visiter la propriété qu’elles destinaient à cette austérité absolue ; parmi eux, un célèbre libertin de ce temps-là, qui contrefaisait excellemment la gravité. Il entra le premier ; voyant une servante qui approchait dans le dessein de lui dire que lui et ses compagnons n’avaient rien à faire là, voici que mon grand imposteur lui dit : « Jeune femme, si certaines des dames se trouvent de ce côté de la maison, s’il vous plaît emmeneznous de l’autre côté vers les jardins ; nous sommes, sachez-le, des gentilshommes qui visitons l’Angleterre ; ensuite, nous irons à l’étranger, où certains d’entre nous sont déjà allés ». Alors, il salua de la manière la plus humble et embrassa la fille, qui ne savait que faire face à ce comportement. Il continua : « Il faut que vous sachiez que nous avons l’intention de faire savoir qu’en Angleterre il existe un couvent protestant » […]. Alors apparut madonella14, une dame qui avait écrit un excellent livre sur le thème de la vie recluse et qui était l’inventrice de la fondation. Elle approche dans le vestibule ; le libertin, qui connaît la dignité de son apparence et de son allure, s’avance alors à sa rencontre, en ambassade. Elle commence : « Monsieur, vous m’obligez à suivre la servante qui vous a été envoyée pour savoir pourquoi des inconnus insistent tant pour entrer dans cette retraite que nous, ses habitantes, avons consacrée au Ciel et à nos propres pensées. » « Madame, répond le libertin, affichant un air distant, mêlé d’indifférence, votre grand projet a fait plus de bruit dans le monde que vous ne le pensez ; et nous, voyageurs, qui avons vu beaucoup d’institutions de cette sorte à l’étranger, sommes curieux de visiter, dans ses premiers balbutiements, ce siège de la piété originelle ; car c’est ainsi qu’il faudra bien l’appeler dans des temps futurs, pour l’honneur éternel de ses fondatrices. J’ai lu l’excellent et séraphique discours de Madonella sur ce sujet. » La dame répondit aussitôt : « Si ce que j’ai dit a pu servir à susciter en vous une pensée quelle qu’elle soit qui puisse contribuer à la conversation divine et intellectuelle, j’en suis très heureuse. » Lui recule, comme sous l’effet de la vénération la plus profonde, puis s’avançant à nouveau : « Ainsi vous êtes cette admirable dame ? Si vous me laissez approcher ces lèvres qui ont prononcé des paroles si sacrées… » Il la salue ; ses amis font de même. Les résidantes à l’intérieur, stupéfaites, se demandent comment tout cela va finir, à voir ainsi Madonella accepter leurs compliments et leur compagnie. Mais le libertin continue : « Nous ne voulons nullement transgresser les règles ; mais si nous avions la liberté de visiter le lieu que vous avez jugé bon de choisir pour toujours, nous pourrions voir les parties des jardins qui sont compatibles avec les interdictions que vous vous êtes imposées. »

4Bref, Madonella permit au libertin de la mener au beau milieu de l’assemblée des nonnes, avec à sa suite ses amis, et chacun prit la belle de son choix par la main, après quelques mots d’explication, pour faire le tour des jardins. La conversation tourna autour des lys, des fleurs, des roses trémières et du potager ; et le libertin se permit l’insolence, alors que toute la compagnie l’entourait, de déclarer solennellement qu’« il aurait tant aimé que les hommes pussent sortir du sol comme les plantes, afin que leur esprit ne fût pas nécessairement souillé par un appétit carnivore pour la génération, et pour la perpétuation de notre espèce ». Cela fut dit avec une telle aisance et une telle assurance tranquille que Madonella répondit : « Monsieur, sous couvert de pensée pieuse, vous vous abusez d’appeler de vos vœux une institution si étrangère à la Providence. Ces désirs ont été implantés en nous pour des raisons sacrées, pour préserver la race des hommes et donner à notre chasteté la possibilité d’être plus héroïque. » La conférence continua sur ce mode céleste et fut si bien poursuivie par les deux parties qu’elle mena à une seconde, puis à une troisième entrevue ; enfin, sans entrer dans plus de détails, on eut du mal à en trouver un parmi eux qui, douze mois après ce jour, ne fût devenu père ou mère.

5Toute posture non naturelle prend du temps à devenir une seconde nature, et il en faut autant pour la rejeter. Aussi Monsieur Vigoureux peut être sûr que Platonica fuira toujours un comporte- ment licencieux ; mais s’il l’approche comme dans notre modèle, elle cédera aux nécessités de la vie mortelle et condescendra à considérer avec pitié un malheureux, emprisonné dans tant de chair et sollicité par des désirs si violents. […]

Notes

12 Titre traduit au XVIIIe siècle même par Le Babillard. Cet essai est souvent attribué à Jonathan Swift, contributeur occasionnel au périodique, bien que Patricia Springbord pense qu’il soit de Richard Steele (voir « Introduction », A Serious Proposal to the Ladies, P. Springborg éd., p. 15, note 3). Les numéros 63, 166 et 253 de The Tatler prennent aussi Mary Astell pour cible.

13 Henry More (1614-1687), philosophe néoplatonicien de Cambridge ; John Norris (1657-1711), philosophe et théologien, associé aux néoplatoniciens de Cambridge, mais surtout grand admirateur de Malebranche, avec qui Mary Astell eut une correspondance qui fut publiée sous le titre Letters Concerning the Love of God, 1695 (voir introduction). John Milton (1608-1674), poète puritain. L’article, qui est une satire du néoplatonisme de Mary Astell, joue sur les sens du mot : elle est néoplatonicienne, c’est-à-dire inspirée par Platon et les néoplatoniciens de Cambridge, mais prône en outre un mode de vie platonique.

14 Ce surnom, dérivé de Madone, ou Vierge Marie, est particulièrement approprié pour une femme qui se prénomme Mary.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search