Version classiqueVersion mobile

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

La réception

Essai sur divers projets

An essay upon projects (1697)

Daniel Defoe

Texte intégral

An Essay upon Projects est publié anonymement par le prolifique Daniel Defoe (vers 1661-1731), pamphlétaire, journaliste et, bientôt, romancier à succès. Dans la section qui nous intéresse, il reprend à son compte et nuance l’idée, développée par Mary Astell, d’un « monastère » laïc, institution éducative destinée aux femmes, tout en y ajoutant un projet architectural original qui en permettrait la surveillance optimale. Il semble ici curieusement préfigurer Jeremy Bentham et son institution pénitentiaire décrite dans Panopticon : or The Inspection House (Londres, 1791).

*

1[…] Dans cette section sur les académies, je souhaite exposer un projet pour une Académie pour femmes.

2J’ai souvent pensé que c’était l’une des coutumes les plus barbares du monde, considérant que nous sommes un pays civilisé et chrétien, de priver les femmes des avantages du savoir : nous reprochons chaque jour au beau sexe ses folies et son impertinence ; elles en seraient pourtant, j’en suis sûr, moins que nous la proie, si elles jouissaient comme nous des avantages de l’éducation.

3On peut se demander, en effet, comment il se fait qu’elles puissent même avoir de la conversation, car elles ne doivent tout ce qu’elles savent qu’à leurs facultés naturelles : leur jeunesse est consacrée à l’apprentissage de la couture et du reprisage, ou à fabriquer des babioles. Bien sûr, on leur apprend à lire et peut-être à écrire à peu près leur nom : voilà le sommet de l’éducation d’une femme. Je demande à tout homme qui méprise le beau sexe pour son jugement à quoi serait bon un homme (un gentilhomme, je veux dire), si c’était là tout ce qu’on lui apprenait.

4Je n’ai pas besoin de donner des exemples ou d’examiner le caractère d’un gentilhomme ayant de la fortune, issu d’une bonne famille, doué de facultés naturelles tolérables, pour observer ce qu’il advient de lui lorsqu’il est privé d’éducation.

5L’âme est dans le corps comme un diamant brut qui doit être poli, sinon son lustre n’apparaît jamais ; il est manifeste que, de même que l’âme rationnelle est ce qui nous distingue de l’animal, l’éducation renforce cette distinction et fait de quelques-uns d’entre nous des êtres moins animaux que les autres. Cela est trop évident pour nécessiter une démonstration, mais pourquoi les femmes devraient-elles être privées des bénéfices de l’instruction ? Si la connaissance et le jugement n’étaient que des additions inutiles pour le beau sexe, le Seigneur tout-puissant ne leur aurait pas donné les mêmes capacités ; car Il ne fait rien en vain. En outre, je pose la question à ceux qui sont contre, que voient-ils dans l’ignorance pour qu’elle puisse leur sembler un ornement nécessaire à une femme ? Ou encore, en quoi une femme instruite est-elle pire qu’une sotte ? Ou, qu’a donc fait la femme pour devoir renoncer au privilège de recevoir une éducation ? Nous assomme-t-elle de son orgueil et de son impertinence ? Que ne l’avons-nous laissée s’instruire pour avoir plus d’esprit ! Allons-nous reprocher aux femmes leur folie, quand c’est seulement l’erreur de cette coutume inhumaine qui les a empêchées de devenir plus sages ?

  • 7 La source pourrait être ici François Poullain de la Barre.

6Il paraît que les femmes ont plus de capacités et les sens plus aiguisés que les hommes7 ; et ce qu’elles seraient capables de faire avec une bonne éducation est évident lorsqu’on observe les exemples d’intelligence féminine que compte notre époque. Cela devrait nous rendre honteux de notre injustice et donne l’impression que si nous avons privé les femmes des avantages de l’éducation, c’est par peur qu’elles ne rivalisent avec les hommes par leurs progrès.

7Afin de répondre à cette objection et pour que les femmes puissent avoir au moins une possibilité décente d’éducation dans toutes sortes de disciplines utiles, je propose cette ébauche de projet pour une académie érigée dans ce but.

  • 8 Daniel Defoe cite de façon erronée le titre de l’ouvrage de Mary Astell, et critique ici le caractè (...)

8Je sais qu’il est dangereux de favoriser les apparitions publiques du beau sexe ; les femmes ne doivent être ni confinées, ni trop exposées. Le confinement s’oppose à leur inclination et l’exposition à leur réputation, ce qui présente une difficulté certaine ; et j’ai bien peur que la méthode proposée par une dame ingénieuse dans un petit ouvrage intitulé Conseil aux dames ne s’avère impraticable8. Car, malgré tout le respect que je dois au beau sexe, la légèreté qui lui est peut-être propre, au moins dans sa jeunesse, ne pourra s’accommoder de l’isolement ; et je suis sûr que rien, sinon le sommet de la bigoterie, ne pourra justifier l’existence durable d’un couvent : les femmes désirent monter au Ciel de manière extravagante et pour atteindre ce but sont prêtes à humilier leur joli corps, et rien d’autre ne les satisfera ; mais lorsque c’est ce qu’elles font, il arrive que la nature prenne sa revanche.

9Aussi lorsque je parle d’une académie de femmes, j’entends qu’à la fois le modèle, l’enseignement et la structure soient différents de ceux proposés par cette dame ingénieuse, dont la proposition m’inspire beaucoup d’estime, ainsi qu’une haute idée de son intelligence ; qu’ils soient différents aussi de toutes les sortes de clôtures religieuses et surtout de celles qui impliquent le vœu de célibat.

10Ainsi, l’académie que je propose diffère peu des écoles publiques et les dames désireuses d’étudier y trouveraient tous les avantages du savoir qui conviennent à leur génie propre.

11Mais comme il faudrait absolument établir une discipline bien supérieure à la normale pour assurer la réputation de l’établissement, afin que les personnes de qualité fortunées ne craignent pas de lui confier leurs filles, je propose un court projet sous forme d’essai :

  • 9 Ceci annonce Jeremy Bentham, et son Panopticon, bien que dans son cas, la structure envisagée soit (...)

12J’entends que notre établissement soit construit spécifiquement dans ce but, et qu’il soit isolé. Le bâtiment doit être triangulaire, avec trois façades sobres, sans avancées ni piliers extérieurs, de sorte que l’on puisse embrasser d’un seul coup d’œil l’étendue qui va d’un coin à l’autre ; les jardins seraient au cœur de cette structure triangulaire, et le tout serait entouré de larges douves, avec une seule entrée9.

13Quand on aura mis en place cette structure qui permettra de surveiller l’ensemble et ainsi de rendre toute intrigue dangereuse, il sera selon moi inutile de prévoir des gardes ou des espions pour surveiller les demoiselles, et on attendra d’elles qu’elles se comportent selon les principes de l’honneur et de la vertu les plus stricts.

[…]

14Sur ces bases, j’estime possible de faire en sorte que les dames jouissent de toute la liberté du monde au sein de leurs murs, sans que cela donne lieu à aucune intrigue indécente ou à un quelconque motif de scandale ; et pour qu’il en soit ainsi, on observera les règles et principes suivants dans ces collèges, dont je suggère qu’il en soit créé au moins un dans chaque comté d’Angleterre, et environ une dizaine dans la ville de Londres.

15J’ai déjà décrit plus haut la structure du bâtiment :

(1) Il faudrait que toutes les demoiselles qui entrent dans l’établissement contresignent son règlement, pour signifier leur adhésion à ses principes.

(2) De même qu’aucune femme ne devrait être admise sans s’être déclarée consentante et sans avoir précisé que son admission relève d’un acte volontaire de sa part, aucune ne pourrait être contrainte à y demeurer une minute de plus qu’elle ne le souhaite.

(3) Les frais d’entretien de l’établissement seraient réglés par les dames, chacune des arrivantes ayant pour seule obligation de payer pour une année entière, même si elle changeait d’avis en cours d’année.

  • 10 Selon la loi anglaise, le benefit of clergy (avantage de l’instruction) permet à toute personne de (...)

(4) Il faudrait qu’une loi du parlement fasse un délit de félonie, sans que puisse s’appliquer l’avantage de l’instruction10, de l’intrusion d’un homme par la force ou par la ruse dans l’établissement, et même du fait de solliciter une de ses résidantes, quand bien même ce serait pour l’épouser, tant qu’elle est dans l’établissement : cette loi n’est pas trop sévère, puisque toute femme qui serait désireuse de recevoir les hommages d’un homme pourrait à tout moment se libérer et sortir de l’établissement ; et à l’inverse, toute femme qui le jugerait bon pourrait se mettre hors d’atteinte des sollicitations importunes de toute personne pour laquelle elle aurait de l’aversion en entrant dans notre établissement.

Dans l’établissement

16Les personnes qui y seraient admises recevraient une éducation dans toutes sortes de domaines qui conviennent à leur génie et à leur qualité ; en particulier en musique et en danse, dont il serait cruel de priver le beau sexe puisque ce sont leurs disciplines favorites ; outre cela, on leur enseignerait les langues, particulièrement le français et l’italien, et j’oserais préconiser d’enseigner aux femmes plus d’une langue.

17Il faudrait qu’on leur enseigne toutes les grâces du discours et tout l’art de la conversation, choses qui laissent tellement à désirer dans l’éducation ordinaire, et je ne m’étendrai pas sur la question. Elles doivent être encouragées à lire, surtout des livres d’histoire, de sorte qu’elles puissent comprendre le monde et être capables de juger des choses quand elles en entendent parler.

18Pour celles dont le génie les y prédispose, je ne leur interdirai aucune forme de savoir ; mais la chose la plus importante est de cultiver leur intelligence, qu’elles soient capables de la conversation la plus variée, de manière à ce qu’ayant perfectionné leur jugement et leurs talents, elles puissent par leur conversation édifier autant que divertir leurs interlocuteurs.

19Les femmes, d’après mon humble expérience, sont assez semblables les unes aux autres, mais elles sortent ou ne sortent pas du rang par leur éducation. Le tempérament les influence jusqu’à un certain point, mais ce qui les distingue vraiment les unes des autres, c’est leur instruction.

20Le beau sexe dans son ensemble est généralement vif et éveillé : je pense que je peux dire qu’il en va généralement ainsi ; car on voit rarement des filles molles ou indolentes lorsqu’elles sont enfants, ce qui est souvent le cas avec les garçons. Si une femme est bien éduquée et qu’on lui enseigne le gouvernement correct de son jugement inné, elle s’avère en général fort raisonnable et elle apprend vite ; et sans être partial, une femme d’esprit aux belles manières forme la partie la plus raffinée et la plus belle de la Création, la gloire du Créateur et le plus grand exemple de Sa considération singulière pour l’homme, Sa créature favorite, à qui Il a fait ainsi le plus beau cadeau qu’Il puisse lui accorder et que l’homme puisse recevoir. Aussi c’est faire preuve de la folie et de l’ingratitude les plus sordides que de refuser au beau sexe le juste lustre que les avantages de l’éducation donnent à la beauté naturelle de son esprit.

21Une femme instruite qui a reçu une bonne éducation, ainsi dotée des avantages du savoir et de la bonne conduite, est une créature sans pareille : sa société est l’emblème de récompenses plus hautes ; sa personne est angélique et sa conversation sainte. Elle est toute douceur et bonté, paix, amour, intelligence et agrément. Elle est tout à fait digne des désirs les plus hauts et l’homme qui a la chance d’avoir une telle femme à ses côtés n’a qu’à s’en féliciter et en rendre grâce au Ciel.

22En revanche, supposons la même femme et ôtons-lui le bénéfice de l’éducation ; voici ce qu’il advient :

23Si elle a le caractère bon, l’absence d’éducation la rend douce et passive. Son esprit, par manque d’instruction, fait d’elle quelqu’un d’impertinent et de bavard. Ses connaissances limitées la rendent capricieuse et lunatique par manque de jugement et d’expérience. Si elle a mauvais caractère, une éducation insuffisante aggrave encore ses défauts et elle devient hautaine, insolente et querelleuse. Si elle est passionnée, le manque de bonnes manières fait d’elle une virago et une mégère, autant dire qu’elle ne vaut pas mieux qu’une folle.

24Si elle est orgueilleuse, le manque de réserve (qui fait partie des bonnes manières) la rend vaniteuse, fantasque et ridicule.

25Et c’est ainsi qu’elle dégénère, pour devenir turbulente, criarde, tapageuse, agressive, en un mot, un vrai démon.

[…]

26Mais pour revenir à mon propos, la grande différence dans le monde entre l’homme et la femme concerne l’éducation ; […].

27Ici, j’aurai l’audace d’affirmer que toute la pratique du monde à l’égard des femmes est erronée ; car je ne peux pas penser que Dieu tout-puissant ait pu faire d’elles des créatures si glorieuses et les doter de tels charmes, si agréables et si plaisants à l’humanité, et d’une âme avec les mêmes avantages que celle des hommes, seulement pour qu’elles soient les intendantes de nos maisons, nos cuisinières et nos esclaves.

28Non que je veuille exalter le gouvernement des femmes ; mais, en bref, je voudrais que les hommes prennent les femmes pour compagnes et leur donnent l’éducation qui les rende dignes de l’être. Une femme d’esprit bien élevée dédaignera d’enfreindre la prérogative de l’homme, autant que l’homme d’esprit d’opprimer la faiblesse de la femme. Mais si l’âme de la femme était raffinée et développée par l’éducation, cette dernière proposition n’aurait même pas de sens : parler de la faiblesse de la femme serait une absurdité, car l’ignorance et la folie n’existeraient pas plus chez les femmes que chez les hommes. Je me rappelle les propos que m’a tenus une fois une femme remarquable : douée d’esprit et de certaines capacités, elle était très riche et avait en outre la taille fort belle et un visage extraordinaire ; mais ayant passé toute sa vie cloîtrée de peur d’être enlevée, elle n’avait pas eu la liberté de recevoir l’éducation nécessaire aux femmes pour mener leurs affaires. Quand vint le jour où elle put converser dans le monde, son intelligence naturelle lui fit prendre conscience de son manque d’instruction, si bien qu’elle fit cette réflexion sur elle-même : « J’ai honte de parler avec mes propres servantes, disait-elle, car je ne sais pas si elles ont raison ou tort ; il m’aurait été plus utile d’aller à l’école que de me marier. »

29Je n’ai pas besoin de développer quelle perte représente pour le beau sexe le manque d’éducation, ni de défendre le bénéfice qu’au contraire, on trouverait à la développer ; c’est une chose qu’on concède plus facilement qu’on y remédie. Ce chapitre n’est qu’une proposition allant dans ce sens et je renvoie son application aux jours heureux, s’ils viennent jamais, où les hommes seront assez sages pour y pourvoir.

Notes

7 La source pourrait être ici François Poullain de la Barre.

8 Daniel Defoe cite de façon erronée le titre de l’ouvrage de Mary Astell, et critique ici le caractère cérébral de son projet (voir p. 55-56).

9 Ceci annonce Jeremy Bentham, et son Panopticon, bien que dans son cas, la structure envisagée soit circulaire.

10 Selon la loi anglaise, le benefit of clergy (avantage de l’instruction) permet à toute personne de sexe masculin d’échapper à la peine capitale s’il est capable de lire et d’écrire.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search