Version classiqueVersion mobile

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

La réception

Essai pour défendre le sexe féminin… écrit par une dame de qualité

An essay in defence of the female sex… written by a lady (1696)

Judith Drake

Texte intégral

An Essay in Defence of the Female Sex, publié sans nom d’auteur, a d’abord été attribué à Mary Astell, tant les échos de son premier traité semblent nombreux. Judith Drake ( ? - vers 1723), fille d’un homme de loi de Cambridge, est la sœur de James Drake, médecin et pamphlétaire. C’est probablement à son frère qu’elle doit sa connaissance de la médecine, discipline qu’elle pratique sans autorisation officielle, ce qui lui vaut d’être convoquée par les autorités en 1723. L’essai connaît un beau succès puisqu’il sera réédité quatre fois, à nouveau en 1696, puis en 1697 et en 1726. Écrit dans une prose élégante et fluide, il défend les femmes contre les accusations de vanité, d’envie et d’inconstance, et se termine par une série de « caractères » satiriques, où Judith Drake passe en revue plusieurs types masculins, comme le savant, le beau, le gentilhomme de province, etc. Bien que la première partie de l’Essai, dont sont tirés les extraits ci-dessous, soit manifestement inspirée par Mary Astell et par François Poullain de la Barre, Judith Drake ne s’intéresse pas ici en priorité à l’éducation.

*

  • 1 Allusion à [William Walsh], A Dialogue Concerning Women, Being a Defence of the Sex. Written to Eug (...)

1Défendre notre sexe contre tous les grands esprits qui l’ont attaqué avec tant de force peut sembler à juste titre une tâche trop ardue pour une femme. Non que je concède en rien que nous soyons, par nature, moins à même de mener à bien une telle entreprise que les hommes – ce que j’espère réfuter par des raisons plausibles dans ce traité –, mais parce qu’en raison de l’usurpation opérée par les hommes et de la tyrannie de la coutume (particulièrement ici, en Angleterre), elles ne sont guère que quelques-unes, par leur éducation et la formation de leur entendement, à être qualifiées pour un tel projet. Pour ma part, je confesse volontiers que, quoiqu’elles soient en effet peu nombreuses, il se peut qu’il en existe un bien plus grand nombre qui, dans leurs conversations quotidiennes, s’avèrent être des avocates plus douées et plus compétentes que moi-même ; et je regrette que leurs activités, leurs divertissements ou un trop coupable abandon à leur confort les empêchent de rendre publiquement justice à leur sexe. Les hommes, par intérêt ou par inclination, sont si généralement disposés contre nous qu’il est inutile d’espérer qu’un homme d’esprit se lève généreusement pour s’engager dans notre querelle et devenir le champion de notre sexe contre les blessures et l’oppression infligées par le sien. Ce temps romantique n’est plus et il ne reste même plus un Don Quichotte de la plume pour secourir les damoiselles en détresse. Il est vrai que l’on vit une pâle copie de quelque chose de ce genre il y a trois ou quatre ans, mais quoique son Eugénie lui soit bien obligée, je suis de l’opinion que le reste du beau sexe a peu de gratitude à lui témoigner1. Car comme vous l’avez justement fait observer, Madame, il donne plus de tranchant à sa satire que de force à son apologie ; il met en scène un faux combat dans lequel il reçoit plus de coups qu’il n’en distribue ; et, renégat félon, ne combat sous nos couleurs que pour nous trahir à la première occasion. Mais que peut-on espérer d’un petit maître ? Un animal qui ne sait pas plus louer l’esprit d’une femme que la personne d’un homme et qui ne complimente la nôtre que pour faire montre de ses belles manières et de ses talents. Il condamne tout notre sexe par ses calomnies et croit nous en avoir suffisamment lavées en choisissant dans deux mille ans d’histoire quelques exemples de femmes qui se sont illustrées par leur intelligence, leur savoir ou leur vertu, et d’hommes qui se sont rendus infâmes pour les raisons opposées. Pourtant, nos ennemis les plus invétérés même, je crois, auraient pu lui éviter cette peine en reconnaissant que tous les âges ont produit des spécimens remarquables et infâmes des deux sexes ; ou alors il faut qu’ils renoncent à toute apparence de modestie ou de rationalité.

  • 2 William Walsh. Voir note précédente.

2Je n’ai pas les connaissances suffisantes pour faire un précédent du livre de lieux communs de Monsieur W.2, encore moins le désir de l’utiliser, et je laisse aux pédants et aux écoliers le soin de ratisser les ruines de l’Antiquité pour énumérer tous les héros et les héroïnes possibles et fournir ainsi la matière à quelque pauvre harangue ou en truffer une misérable déclamation en lieu d’arguments de poids.

Les avantages dus à la disparité d’éducation3

  • 3 Ce que nous faisons apparaître comme des titres ici figuraient dans le texte original sous forme d’ (...)

3Je ne disputerai pas de savoir si les hommes ou les femmes sont en général plus intelligents ou plus savants les uns que les autres ; ce point doit être concédé aux hommes en raison de l’avantage qu’ils ont sur nous par l’éducation, la liberté de conversation et par des activités et une compagnie variées. Mais lorsqu’on les compare, il faut accorder une place primordiale à la disparité de circonstances. Je ne débattrai pas non plus de la prééminence ou non de nos vertus ; je sais qu’il existe trop de spécimens vicieux, et j’espère qu’il en existe aussi beaucoup de vertueux, des deux sexes. Pourtant, je peux dire ceci : quels que soient les vices présents chez nous, ils rencontrent en général force et encouragement chez eux.

4La question que j’aborderai maintenant est celle de savoir si le temps qu’un gentilhomme cultivé passe en compagnie des femmes est mal employé ou non. […] Notre compagnie est généralement présentée par nos adversaires comme vaine et nocive pour les hommes d’esprit, et même, par certains de nos adversaires les plus véhéments, comme criminelle. Ces imputations, injustes, surtout dans le cas de la dernière, respirent fort la méchanceté, l’arrogance et la sottise de ceux qui les avancent le plus souvent. Ce sont le plus communément soit des petits maîtres suffisants, dont le succès à obtenir les faveurs de notre sexe est aussi minime que leur mérite et qui se trouvent bafoués dans leur vanité et leur présomption, soit des espèces de rustres moroses, dépourvus de toute idée, qui n’ont d’hommes que leur habit et leur barbe et ne se distinguent de l’animal que par leur allure et leur rire. Mais passons sur ces réflexions pour l’instant, quelle qu’en soit la justesse, et allons droit à notre argument. Si les femmes ne sont pas qualifiées pour la conversation des hommes cultivés, ou, pour aller même plus loin, pour leur amitié, ce doit être parce qu’il leur manque au moins une condition nécessaire. Les conditions nécessaires en sont : l’intelligence et une bonne nature, auxquelles il faut ajouter, pour l’amitié, la fidélité et l’intégrité. Or s’il manque à notre sexe l’une ou l’autre de ces qualités, c’est soit parce que la nature n’a pas été assez généreuse pour nous en doter, soit parce qu’on n’a pas pris soin de cultiver suffisamment ces dons en nous.

5La première de ces raisons est celle qu’on nous oppose le plus fréquemment, par raillerie ou par mépris. Je pourrais aisément abréger cette partie de la controverse par un argument irréfutable, qui est que l’intention expresse de la création de la femme, sa raison d’être même, était qu’elle soit une compagne et un soutien pour l’homme ; et par conséquent que ceux qui le nient doivent forcément arguer une erreur de la Providence et se croire plus sages que leur Créateur. Mais ces gentilshommes sont généralement des admirateurs si passionnés d’eux-mêmes et ils possèdent une révérence tellement absolue pour leurs talents qu’ils sont prêts à tout moment à sacrifier leur religion à la réputation de leur bel esprit et, plutôt que de perdre la face, ils sont prêts à nier la vérité de l’histoire. Il en est d’autres qui, bien qu’acceptant cette vérité, affirment pourtant que seules la propagation et la reproduction de l’humanité justifient notre création, à nous autres femmes ; comme si la Sagesse qui créa l’homme à l’origine ne pouvait sans peine perpétuer l’espèce par la même méthode, ou par une autre, s’Il l’avait jugé préférable pour Sa créature, dont le bonheur est, par la grâce de Dieu, la seule raison de sa création. Mais ces gentilshommes superficiels portent leur compréhension comme leurs vêtements, toujours nets et tirés à quatre épingles, et ne voudraient paraître démodés ni dans leurs discours, ni dans leur tenue. Des fats qui, pour que leur apparence extérieure reste en tout immaculée, seraient prêts à essuyer leurs chaussures avec leur mouchoir et qui se croient infiniment plus intelligents d’adhérer aux absurdités du jour plutôt que d’écouter leur bon sens s’il va à l’encontre de la mode. Mais puisque je n’ai pas l’intention de faire de cela un argument religieux, je laisserai toute considération de cette nature aux théologiens, dont c’est la tâche principale d’étudier et d’affirmer la sagesse de la Providence dans l’ordre et la distribution de ce monde contre tous ceux qui la nient.

Pas de distinction de sexe pour ce qui est des âmes

  • 4 Judith Drake reprend à son compte la théorie du sensualisme de John Locke, qui implique un rejet du (...)

6Alors pour avancer, si nous sommes naturellement limitées, notre défaut doit relever soit de notre âme, soit de notre corps. Il est impossible que notre âme soit à blâmer, si ce que j’ai entendu affirmer par de très savants esprits est vrai : que toutes les âmes se valent et qu’elles sont égales et que, par conséquent, il ne saurait y avoir de distinction entre âme femelle et âme mâle ; en outre, il n’existe aucune idée innée, car toutes les notions que nous avons dérivent des sens extérieurs, soit immédiatement, soit par la réflexion4. Pour examiner ces spéculations métaphysiques comme il faut, je dois admettre, Madame, qu’il faudrait davantage de connaissances et une intelligence plus puissante que ce dont je suis capable. Pourtant, je peux bien me permettre l’audace de défendre ces opinions, quand n’importe lequel de nos bruyants détracteurs se permet de les réfuter.

Pas d’avantage dans l’organisation de leur corps

7De même, il est impossible que notre corps soit en cause (si je peux accorder foi aux dires des savants docteurs), car il n’y a pas de différence dans l’organisation des particules corporelles qui ont un lien avec l’esprit, ou qui agissent sur lui ; le cerveau, comme toutes les autres parties du corps (que je ne peux nommer, n’étant pas assez experte en anatomie), a été créé tout autant pour le transfert adéquat des esprits animaux – qu’on tient pour les instruments immédiats de la sensation – chez les femmes que chez les hommes. Je ne vois par conséquent aucun obstacle naturel dans la structure de notre corps : nous usons de nos facultés naturelles, ainsi que de nos facultés rationnelles, autant que les hommes […].

8Il nous reste à nous demander si les dons naturels ont été totalement négligés ou étouffés par nous, au point que cela nous rende indignes de la compagnie des hommes ; ou si c’est notre éducation (aussi mauvaise soit-elle) qui est insuffisante pour faire de nous une part de la société utile, voire nécessaire, pour la plus grande partie de l’humanité. Cette raison nous est rarement opposée par les hommes, bien que ce soit la seule qui leur donne un quelconque avantage en intelligence sur nous ; mais elle ne sert pas leur orgueil et il n’y a aucun honneur à gagner par elle : car un homme ne devrait pas plus se vanter d’être plus sage qu’une femme – s’il ne doit son avantage qu’à une meilleure éducation et à des moyens d’information supérieurs – qu’il ne devrait se vanter de son courage pour avoir battu un homme dont les mains étaient liées. Ce serait même d’autant plus déshonorant de se prévaloir de sa supériorité sur ce point qu’il serait coupable en même temps de tyrannie et de couardise : j’aurais pu me passer, je crois, de mentionner la seconde, car nul ne peut être un tyran s’il n’est un lâche.

Les femmes tenues volontairement dans l’ignorance

9Car rien n’explique mieux qu’une partie de l’humanité en tienne une autre dans l’oppression que la peur que la seconde puisse un jour rassembler ses forces et trouver le courage de se rendre égale, sinon supérieure, à ses maîtres. C’est notre cas ; car les hommes, sensibles tant aux capacités intellectuelles de notre sexe qu’à la force physique du leur, éprouvèrent de la jalousie à la pensée que nous qui, dans l’enfance du monde, étions leurs égales et leurs partenaires dans le partage du pouvoir, pussions bien un jour par la ruse et la subtilité leur devenir supérieures ; si bien qu’ils ne tardèrent pas à faire usage de la force (l’origine du pouvoir) pour nous obliger à un assujettissement que la nature n’avait jamais voulu, et qu’ils usèrent des libéralités de la nature à leur égard pour nous priver du bénéfice de sa bonté. Depuis ce jour, ils ont entrepris de nous conditionner complètement pour que nous tombions dans l’indolence et dans l’ignorance, comme faisaient autrefois les conquérants avec ceux qu’ils avaient réduits par la force, pour désarmer leur courage et leur esprit, et, ainsi soumis, les faire renoncer à leur liberté et abjectement courber le cou sous le joug de l’esclavage. Lorsque le monde devint plus peuplé, la nécessité aiguisa l’ingéniosité des hommes, leur jalousie crût en proportion et augmenta la tyrannie qu’ils exerçaient sur nous, jusqu’à ce que peu à peu elle atteignît ce sommet de sévérité, je pourrais même dire de cruauté, où on la voit dans la partie orientale du monde, là où les femmes, comme nos nègres des plantations occidentales, naissent esclaves, et vivent toute leur vie en prisonnières. Ce comportement barbare s’est si bien imposé et répandu que, dans certaines parties d’Europe qui se prétendent raffinées et civilisées, malgré le christianisme et le zèle religieux que leurs habitants affectent tant, notre condition est à peine meilleure. En France même, un pays qui traite notre sexe avec plus de respect que la plupart, nous sommes par la loi salique exclues du pouvoir souverain.

Origine de la loi salique

  • 5 Judith Drake propose ici une interprétation féministe de la loi salique. Voir p. 112 note 3 et p. 1 (...)
  • 6 Allusion à la guerre civile anglaise (1642-1649) qui se solda par l’exécution de Charles 1er. Judit (...)

10Les Français sont un peuple ingénieux et les inventeurs de cette loi savaient bien que nous ne sommes pas moins capables de régner et de gouverner qu’eux-mêmes ; mais ils craignaient que si le pouvoir royal tombait aux mains des femmes, elles pussent favoriser leur propre sexe et lui rendre ainsi sa liberté et son égalité primitive avec les hommes, et ainsi briser la nuque de cette autorité irrationnelle qu’ils affectent tant d’avoir sur nous ; c’est pourquoi ils firent cette loi pour l’empêcher5. Les historiens nous donnent en fait d’autres raisons, mais ils ne peuvent se mettre d’accord et, comme les hommes sont disposés contre nous, leurs preuves peuvent être justement rejetées. Pour dire le vrai, Madame, j’ignore comment prouver tout cela à l’aide des sources anciennes. Si des histoires ont jamais été écrites par des femmes dans l’Antiquité, le temps et les hommes, par méchanceté, ont efficacement conspiré à les supprimer ; et il n’est pas pensable que les hommes aient pu transmettre ou accepter de transmettre à la postérité quelque pièce que ce soit qui montre la faiblesse et l’illégitimité de leur titre à un pouvoir qu’ils exercent si arbitrairement et qui leur est si cher. Mais puisque l’expérience quotidienne montre, et leurs propres histoires nous le disent aussi, quel acharnement ils mettent à ce qu’ils entreprennent, et comment ils s’imposent entre eux le même traitement, il est naturel de supposer qu’ils prirent autrefois contre nous les mesures mêmes qu’ils prennent encore aujourd’hui contre d’autres, comme le firent les rebelles pendant nos récentes guerres civiles lorsqu’ils écrasèrent le parti royal, et comme ils le font maintenant en se tombant dessus à bras raccourcis pour en partager les dividendes6.

[…]

Notes

1 Allusion à [William Walsh], A Dialogue Concerning Women, Being a Defence of the Sex. Written to Eugenia (1691), défense prudente, empruntant largement à Henri Corneille Agrippa et à François Poullain de la Barre, de l’égalité spirituelle et intellectuelle entre les hommes et les femmes. La forme du traité est celle d’un dialogue entre un partisan et un satiriste des femmes. La préface de cet ouvrage est signée de John Dryden. Eugénie est un personnage de jeune femme spirituelle de deux comédies de Thomas Shadwell, données en 1690 et en 1692, The Scourers et The Volunteers.

2 William Walsh. Voir note précédente.

3 Ce que nous faisons apparaître comme des titres ici figuraient dans le texte original sous forme d’indications marginales.

4 Judith Drake reprend à son compte la théorie du sensualisme de John Locke, qui implique un rejet du néoplatonisme selon lequel il existe des idées innées. C’est l’une des grandes différences entre Judith Drake et Mary Astell, puisque Mary Astell se sert du néoplatonisme contre Locke.

5 Judith Drake propose ici une interprétation féministe de la loi salique. Voir p. 112 note 3 et p. 152.

6 Allusion à la guerre civile anglaise (1642-1649) qui se solda par l’exécution de Charles 1er. Judith Drake voit l’histoire comme un éternel recommencement de cycles de conflits et fait sans doute allusion, ici, à la Glorieuse Révolution (1688).

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search