Version classiqueVersion mobile

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

Les précurseurs

Lettre sur un collège de jeunes filles, ou une société de vierges, écrite le 12 août 1675

A Letter Touching a Colledge of Maids, or, a Virgin-Society. written aug. 12. 1675 (1675)

Clement Barksdale

Texte intégral

Clement Barksdale (1609-1687), homme d’église diplômé d’Oxford, dirige l’école publique de Hereford de 1637 à 1646, puis fonde une école privée à Hawling dans les Cotswolds pendant l’intermède républicain. À la Restauration, il devient pasteur de Stow-on-the-Wold et de Naunton, près de Hawling, où il demeure jusqu’à sa mort. C’est un érudit qui se consacre à l’enseignement, à la rédaction de sermons et à la traduction d’œuvres latines, comme celles de Grotius ou de Cyprien. Il est aussi le traducteur d’Anna Maria Van Schurman en anglais, en 1659, avec The Learned Maid. Dans le pamphlet qui suit, traduit ici intégralement, il rapporte un projet pour une institution éducative entièrement féminine. L’origine de ce projet est obscure, et on ne sait si les circonstances rapportées sont réelles ou fictives, mais le texte témoigne, quoi qu’il en soit, de l’actualité du débat sur la question.

*

Noble Seigneur,

1Vous êtes en droit d’espérer que je vous détaille le projet mentionné hier pendant notre partie de chasse (où nous avions avec nous une demi-douzaine de belles jeunes femmes, riches et vertueuses), concernant le Collège de jeunes filles, ou la Société de vierges, au moins pour le laver de tout ridicule. Le voici :

2Premièrement, la fin (car c’est la première chose à considérer) est d’éduquer les jeunes filles ingénieuses pour qu’elles perfectionnent les qualités qui conviennent le mieux à leur sexe pour atteindre le bonheur dans cette vie et dans l’autre.

3Deuxièmement, le moyen, c’est d’abord de les isoler de la contagion du commun (qui est rarement sans corruption) et de leur trouver des activités et des occupations décentes, à la fois dans les domaines religieux et humains, ainsi que des divertissements modérés, dans une maison adaptée, où elles auraient le gîte et le couvert, tout en étant sous tutelle, un peu comme dans les collèges d’Oxford.

4Troisièmement, à l’entrée, chacune met une caution entre les mains d’un intendant, un vieux et grave gentilhomme, dont l’intégrité est connue ; plus ou moins cinq livres, selon la qualité de la personne.

5Quatrièmement, il y a deux tables pour les convives, une haute et une basse, avec la gouvernante en chef qui préside la table haute et la personne qui assure la fonction de préfet à la table basse.

6Cinquièmement, elles sont servies par des jeunes filles de fortune et de rang inférieurs, et certaines d’entre elles sont entretenues par leurs amies et servent à la table haute, tandis que d’autres (moins nombreuses) servent à la table basse. Toutes servent aussi les jeunes filles de la noblesse dans leurs appartements et sont récompensées généreusement pour leur service.

7Sixièmement, est rattaché à la maison un vieux prêtre, pondéré et très sage (approuvé par l’évêque du diocèse), qui officie à la chapelle ou au réfectoire une ou deux fois par jour ; il prêche aussi une ou deux fois par semaine.

8Septièmement, les gouvernantes, qui peuvent être nommées à l’année par consentement, sur la recommandation de l’aumônier, choisissent pour les dames et leurs suivantes une méthode de lecture privée et de dévotion.

9Huitièmement, les pères des jeunes filles (ou deux hommes choisis parmi eux) visitent régulièrement le collège et peuvent, lorsqu’ils le souhaitent, emmener leurs filles chez eux pour quelques jours et aussi les marier à leur guise, après qu’elles ont poliment pris congé de la société.

10Neuvièmement, la maison possède un beau jardin, caractérisé par sa variété, avec des promenades plaisantes et des berceaux de verdure, avec de belles fleurs, mais aussi des herbes bénéfiques et des plantes médicinales dont les jeunes filles apprennent l’usage et les vertus.

11Dixièmement, la bibliothèque, ou le cabinet de lecture, dans le réfectoire, contient une sélection d’auteurs d’histoire, de poésie et surtout de théologie pratique et de dévotion ; pas seulement en anglais, mais aussi dans les langues anciennes et modernes – langues que divers membres de la société connaissent bien et que ces dames acceptent d’enseigner aux autres, car elles sont nombreuses à être enclines à apprendre et à être douées pour cela.

12Onzièmement, elles sont aussi plusieurs à enseigner la musique et la danse (outre les travaux d’aiguille et le dessin), à condition de rester dans les limites de la décence et de la mesure, et ces moments peuvent tenir lieu de récréation ou servir aux dévotions, du moins pour ce qui est du chant ou de la musique instrumentale.

13Douzièmement, certaines d’entre elles ont des prédispositions et un talent particulier pour les études de philosophie, surtout la philosophie naturelle et morale, et seront ravies de préparer quelques-unes des expériences les plus faciles de la science naturelle.

14Treizièmement, leurs appartements, ainsi que leur liberté de sortir et de visiter leurs amies, sont soumis au contrôle de leurs parents, que nous avons nommés visiteurs ou superviseurs, ainsi qu’à celui des gouvernantes.

15Quatorzièmement, leur tenue est modeste, à l’image de leur esprit. Elles portent une robe ample avec une capuche ; les dames de qualité portent de la soie fine, de couleur sombre, leurs suivantes de la serge fine. Mais lorsqu’elles sont avec leurs parents et amis, elles portent n’importe quelle tenue seyante, en veillant à ce que tout le corps soit couvert, à part le visage et les mains.

16Quinzièmement, les jours de fête, elles se rendent en bon ordre à l’église de la paroisse près de la maison, où une galerie privée leur est réservée.

17Voilà le projet (auquel vous pouvez ajouter ou retrancher) qui est soumis à votre bienveillance, par

Votre humble serviteur, B. C.

Le 12 août 1675

18Post-scriptum

19Monsieur,

20L’abbaye, qui sera prise en location, comptera vingt jeunes filles de qualité et leurs dix suivantes ; deux serviront à la cuisine, deux à la laiterie et six au réfectoire. On trouvera les résidantes dans un rayon de sept miles, je suppose.

21Quant aux ordres religieux de vierges dans l’église catholique, bien que certains d’entre eux soient pervertis par de grands abus, il me semble cependant qu’il est dommage que ceux qui les ont supprimés dans notre nation ne se soient pas limités à une réforme, et qu’ils n’aient pas choisi de les corriger et de les réglementer plutôt que de les abolir.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search