Version classiqueVersion mobile

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

Les précurseurs

Le compagnon de la femme de qualité, ou guide pour le sexe féminin

The gentlewomans companion ; or, a guide to the female sex (1673)

Hannah Woolley

Texte intégral

Hannah Woolley ou Wolley (1620 - vers 1675), Hannah Challinor à partir de 1666, est d’abord maîtresse d’école à Hackney jusqu’à la mort en 1661 de son premier mari, lui aussi maître d’école, puis elle s’emploie comme préceptrice auprès de jeunes filles de la noblesse. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages de cuisine, dont The Cook’s Guide (Londres, 1664) et de manuels de conduite pour femmes. Son Gentlewomans Companion rencontre un certain succès et connaîtra quatre éditions entre 1675 et 1711. Cet ouvrage présente l’originalité de combiner les formules bien établies du livre de conduite, avec son parti pris moralisateur et prescriptif, et du manuel d’économie domestique, plus concret et plus moderne. Il témoigne de l’évolution sociale de son temps, car il s’adresse aux femmes d’une classe sociale plus mobile, à l’intersection de la petite noblesse et de la bourgeoisie.

Introduction

1On doit déplorer que partout la gent féminine soit privée d’une bonne éducation. La plupart des hommes, en ces temps dépravés, pensent qu’une femme est bien assez savante et assez sage si elle sait faire la différence entre le lit de son mari et un autre. Assurément, l’âme de l’homme ne possède pas un original plus sublime que la nôtre ; toutes deux reçurent également leur flux de la même immensité éternelle et sont ainsi capables des mêmes progrès avec une bonne éducation. L’homme vain peut bien penser que nous avons été mises au monde seulement pour la procréation et pour faire en sorte que les créatures du Seigneur soient propres et bien élevées ; mais avec sa permission, si nous recevions la même éducation que lui, il découvrirait que nos esprits sont aussi fertiles que nos corps. C’est pourquoi j’en suis à penser qu’on nous empêche d’accéder à la connaissance de peur que notre intelligence féconde ne porte ombrage aux prétentions inouïes de nos insultants seigneurs et maîtres.

  • 46 . Position légaliste similaire à celle de Mary Astell.

2Pardonnez-moi la sévérité de cette formulation, puisque je n’entends pas ici instiller la rébellion amère dans le doux sang des femmes ; car sachez que j’entends que toutes celles qui sont entrées dans l’état honorable de mariage restent des sujets loyaux et aimants pour leurs époux légitimes (bien qu’autoritaires)46. Je ne peux que me plaindre de la négligence des parents, que je déplore vivement, quand ils laissent le terreau fertile de leurs filles en jachère, tout en envoyant leurs dadais de fils à l’université où ils restent juste assez longtemps pour remplir leurs pauvres cervelles de vaines notions qui alimenteront les conversations de province.

  • 47 . La source est pour ce passage Juan Luis Vives, De institutione feminæ christianæ [1524], traduit (...)

3Les païens d’autrefois pourraient bien donner à nos parents chrétiens une nouvelle leçon. Édésia, une infidèle, donna à ses filles une éducation savante et morale ; Cornélie enseigna aux siennes la piété (en même temps que la langue grecque) ; Portia les fondements exemplaires de la chasteté (avec le savoir des Égyptiens) ; Sulpicia les préceptes de l’union conjugale (et plusieurs langues)47. Toutes ces femmes, bien que barbares, ont été d’excellentes préceptrices pour la jeunesse ; si bien que leurs enfants leur étaient plus redevables de leur éducation que de leur naissance, de leur culture que de leurs soins. L’émulation vertueuse est tout à fait digne d’éloge ; et bien que vous ne puissiez mettre aux murs les portraits de ces dignes femmes pour que leur souvenir vous soit présent, il faut néanmoins imiter leurs vertus pour que leur mémoire revive en vous. Les monuments, objets matériels, ne durent pas pour l’éternité, soumis qu’ils sont à la mutabilité ; seuls les précieux mémoriaux de la vertu survivent au temps qui passe, car ils ont le souffle de l’éternité.

4Aussi suivez les bons exemples, soyez des modèles maternels de vertu pour vos filles : que vos actions présentes soient les grandes lignes de leur éducation. Tant qu’elles sont sous votre commandement, l’erreur est de votre fait et non du leur, si elles font fausse route. Leur honneur doit être l’un de vos sujets de préoccupation principaux, et s’il est terni, c’est votre propre crédit qui en est affecté.

5J’ai connu des mères inconsidérées, et pas de rangs et de qualités les plus inférieurs, qui, soit par excès de confiance dans la conduite de leurs filles, soit dans l’espoir de voir quelque riche prétendant les demander en mariage, leur ont laissé trop de liberté, avec pour résultat l’opprobre jeté sur le nom de ces jeunes filles. […]

6Pour être une bonne mère pour elles, soyez un guide attentif à leur côté ; et si vos affaires le permettent, apprenez-leur vous-mêmes les lettres et les bonnes manières. Car il y a chez les enfants une peur filiale innée à l’égard de leurs parents, qui génère en eux une attention supérieure à ce qu’on leur dit, et qui fait qu’ils retiennent aussi plus facilement. Mais si cela vous est impossible, et que vous devez remettre la tutelle et l’éducation de vos enfants aux mains d’une gouvernante, permettez-moi de vous informer de ce qu’elle doit être.

Les devoirs et qualifications d’une gouvernante pour filles de gentilshommes

7Celles qui se consacrent à l’emploi difficile de préceptrice ou de gouvernante doivent être des personnes d’une certaine naissance, d’une éducation supérieure, de noble maintien, et douées d’une conversation plaisante et qui emporte l’adhésion. Elles ne sauraient s’exprimer avec dureté ou traiter avec trop de sévérité les filles confiées à leur responsabilité, mais doivent les instruire avec douceur, les encourager gaiement dans tout ce qu’on leur fait faire, sans les frapper soudain ou les faire sursauter par un reproche véhément, ce qui pourrait générer un rejet là où elles ne devraient ressentir que de l’amour, gâchant tout le plaisir qu’elles avaient jusque-là à apprendre. Alors que si vous les gagnez par la douceur des mots, vous verrez qu’elles seront vite convaincues par le témoignage de leurs bonnes actions.

8Il y a tant de servilité dans la rigueur et la contrainte qu’il n’existe pas de plus grands ennemis pour l’intelligence et la franchise. On gronde constamment les imbéciles et les coups sont plus adaptés aux animaux qu’aux créatures rationnelles ; c’est pourquoi rien n’engage davantage une âme généreuse et douée de raison que la bonne humeur et la liberté. J’ai souvent pu constater les nombreuses conséquences néfastes que peut générer une sévérité déplacée. Une dame de qualité de ma connaissance, bien née et instruite, qui avait tout pour être tutrice pour demoiselles, perdit tout emploi pour une raison unique, son tempérament colérique. Une autre dans le comté du Dorset, un peu âgée et soupçonnant qu’elle pourrait ne pas avoir assez de force pour faire face à une jeunesse active, appela sa servante à la rescousse, et avec l’aide de cette dernière elle punit si cruellement une jeune demoiselle pour quelque faute qu’elle avait commise qu’elle en mourut de chagrin et de honte quelque temps plus tard. Je pourrais inclure beaucoup d’autres exemples, mais je m’abstiendrai de rendre publique la honte liée à de telles imprudences.

[…]

9La lecture est indubitablement le premier pas vers la perfection de la connaissance ; grâce à elle [les jeunes filles] voient leur compréhension progresser avec l’aide de guides : lire les aide à acquérir un discours agréable et les entraîne pour la conversation avec les plus cultivés, et sans cela, on voit mal comment l’imagination pourrait se nourrir de ce qui est agréable à l’auditeur. Comme la conversation serait pauvre, si la lecture ne permettait en toutes occasions de trouver matière à réflexion ! C’est le manque de lecture qui rend tant de femmes de province muettes, ou en fait des statues quand elles se trouvent par hasard en compagnie de gens cultivés ; les expressions recherchées de ces derniers leur semblent de l’hébreu et elles regardent fixement devant elles comme si elles avaient perdu la tête, reconnaissant le son de l’anglais, mais sans comprendre plus d’un mot ici ou là. Cette considération suffit, me semble-t-il, pour dissiper les soupçons ridicules de ceux qui s’imaginent à tort que les livres sont des académies où les femmes apprennent à faire le mal avec plus de subtilité et de ruse, alors que le soutien qu’elles tirent du savoir, non content de les fortifier dans leurs meilleures inclinations, permet aussi de perfectionner une capacité médiocre.

10On a prouvé que la lecture contribue au développement de l’intelligence des jeunes femmes ; il appartient ensuite à la gouvernante de veiller au choix des ouvrages. Tout d’abord, il faut qu’elles lisent des morceaux choisis d’ouvrages pieux, pour enflammer leur cœur de l’amour de Dieu et allumer en elles l’ardent désir de suivre aussi tôt que possible la doctrine de Jésus-Christ. […]

  • 48 . Il s’agit de romans héroïques et galants publiés pendant la période : Cassandre (1646-1658) et Cl (...)

11Certains s’imaginent sans doute que la lecture de romans après ces ouvrages de dévotion pratique est vaine et détruira la structure que je m’efforce d’ériger : je suis d’opinion contraire et je pense sincèrement que les romans qui parlent de générosité, de galanterie et de vertu, comme Cassandre, Clélie, Le Grand Cyrus, Cléopâtre, Parthenissa, sans oublier l’Arcadie de Sir Philip Sidney48, sont des livres tout à fait dignes de leur considération. Peu de dames y sont mentionnées, mais elles sont caractérisées comme il convient ; la magnanimité, la vertu, la galanterie, la patience, la constance et le courage des hommes font d’eux de dignes époux pour les exemples les plus méritants du sexe féminin.

[…]

Instructions pour une jeune fille de six à seize ans

  • 49 . Respectivement Ecclésiaste, 12, 3, et citation approximative de l’Évangile selon Marc, 10, 20 : « (...)
  • 50 . Écho du Psaume 119, verset 70.

12Je supposerai que vos parents n’ont pas été négligents de leurs devoirs et que vous aurez été formée dès votre plus jeune âge à tout ce que vous étiez capable de comprendre ; alors il ne fait pas de doute que vous sachiez lire couramment, coudre et écrire indifféremment ; mais je voudrais, bien avant que vous n’arriviez à l’âge de dix ans, que votre première enfance ait baigné dans la sainte et saine doctrine de la crainte du Seigneur. Souviens-toi de ton Créateur pendant les jours de ta jeunesse49, pour pouvoir dire au seuil de la vieillesse, avec David, ces paroles rassurantes sur toi-même, Depuis ma jeunesse jusqu’à aujourd’hui j’ai aimé la Loi50.

13Je ne saurais assez déplorer la négligence inconsidérée des parents sur ce point : ils pensent que ni Dieu ni la nature ne les obligent à faire davantage pour leurs filles que les nourrir et leur apprendre à se pavaner à la mode, à danser et à chanter, pour finalement débourser une somme considérable pour lui attacher un homme quelconque qu’ils estiment pour son titre, non pour sa vertu. Pour constater combien ce comportement s’éloigne de ce qu’on attend de parents, il suffit d’en examiner les effets : blasphème envers Dieu, mépris envers Son peuple et infraction quotidienne non seulement à Ses lois sacrées, mais aussi aux lois d’une société civile.

14Avant tout, que la crainte de Dieu vous habite. N’omettez en aucun cas les devoirs de la prière, matin et soir ; et n’oubliez pas de lire un passage des Écritures chaque jour.

15Soyez très prudente dans le choix de vos compagnes, et lorsque l’âge vous rendra prête pour la société, prenez garde à vos fréquentations. Si vous estimez votre réputation, il vous faudra veiller à qui vous voyez, car la rumeur vous définira par la compagnie que vous tenez. Aussi, voulez-vous préserver les précieux parfums de votre bonne réputation ? Ne fréquentez que celles dont le nom n’a jamais été souillé, ne conversez qu’avec celles dont la langue n’a jamais été accusée d’immodestie. De même qu’on peut corriger des manières vicieuses par de bonnes paroles, les bonnes manières peuvent aussi être corrompues par de mauvaises paroles.

16Ne demeurez pas là où se manifeste la moindre occasion de légèreté ; fermez vos oreilles dès que vous en entendez, mais surtout votre cœur, de peur qu’elle n’entre en vous.

  • 51 . Les livres de conduite de la première moitié du XVIIe siècle ne cessent de recommander le silence (...)

17Il est proverbial de dire que les jeunes filles doivent être vues, pas entendues51 ; non pas qu’elles ne doivent pas parler, mais elles ne doivent pas être trop bavardes. Un voyageur brille le plus par son discours, mais une jeune fille brille davantage par son silence.

  • 52 . Au sens ancien de « mesuré », « moyen ».

18Quant à votre comportement, qu’il soit médiocre52, ni trop réservé, ni trop libre. Ces minauderies et ces mines affectées sont plus propres à une femme de chambre qu’à une femme de qualité.

19Plus tard, on vous convaincra, peut-être, d’échanger des faveurs ; bagues et rubans semblent de simples babioles, pourtant croyez-moi, ce ne sont pas des babioles que ces échanges signifient. Aussi ne vous séparez de rien qui puisse en quelque façon que ce soit mettre votre avenir en péril ou donner à d’autres un avantage sur vous. Il est probable que votre crédulité innocente est tout autant dépourvue de la moindre conception du vice que leur conception du vice est dépourvue de bonnes intentions. Mais ces échanges de courtoisies ne sauraient être tolérés, de peur que cette familiarité n’ouvre une brèche à l’affection, inexistante jusque-là. Il est dangereux de parlementer avec un ennemi qui vous assiège ; cela implique une faiblesse chez l’assiégée.

  • 53 . Croyance populaire selon laquelle la vipère était dévorée par ses petits.

20Présumer de vos propres forces est une grande faiblesse ; et la meilleure façon de vous jeter au devant du danger est de le mépriser. La présomption est un péché d’orgueil et génère toujours quelque naissance inopportune qui, comme une vipère, entraîne la destruction de sa génitrice53. Je m’abstiendrai d’offrir ici d’autres règles de prudence et de comportement, car j’ai l’intention de développer ce point ailleurs.

[…]

Quelles sont les qualifications les plus seyantes et les plus convenables pour une femme de qualité

  • 54 . Le traité d’Henri Corneille Agrippa [Henricus Cornelius Agrippa von Nettesheim] (1485-1535), De n (...)
  • 55 . Anna Commena, princesse byzantine, fille de l’empereur Alexius, est l’auteur d’une histoire grecq (...)
  • 56 . Anna Maria Van Schurman (1607-1678), célèbre érudite hollandaise, avait fait paraître un traité, (...)
  • 57 . Claude Saumaise (1588-1653), érudit et pamphlétaire protestant d’origine française, célèbre en An (...)

21J’ai déjà démontré que bien que la nature ait divisé l’humanité en deux sexes, elle n’a cependant jamais voulu de différence radicale d’intellect. Cela apparaît évident non seulement à la lecture des nombreux arguments que l’érudit Cornelius Agrippa54 a exposés dans un certain traité pour défendre l’excellence du sexe féminin, mais aussi à celle de nombre d’écrits incomparables et érudits qui ont pour auteurs des femmes célèbres, anciennes et modernes, particulièrement Anna Commena55, auteur d’une histoire de l’Orient parue en grec en in-folio. Nous ne pouvons pas, sans faire preuve d’ingratitude notoire, oublier la mémoire de cette remarquable dame hollandaise, Anna Maria Schurman56, si admirée par les plus grands savants d’Europe pour ses talents exceptionnels, naturels et acquis, qu’ils étaient très nombreux (par exemple, le grand Saumaise57) à correspondre fréquemment avec elle. On trouve encore ses Opuscula ou œuvres brèves, imprimés en Hollande en latin, en grec et en hébreu, et ils incluent un court traité prouvant que les capacités de la femme ne sont en aucune façon inférieures à celle de l’homme pour l’acquisition de tout type de savoir. Elle termine par une exhortation à tous les parents qui ont assez de fortune à ne pas laisser leurs filles gâcher un temps précieux à filer ou à broder, courbées sur leurs modèles, en épuisant leurs jours une aiguille à la main, mais plutôt à leur apprendre les principes des langues savantes, afin qu’elles puissent à l’envi forcer les trésors de connaissances contenus dans ces langues pour les adapter à la conversation et au discours de la plupart des nations.

  • 58 . Voir p. 71, note 2. Sa traduction de Pompée de Corneille est publiée en 1663.
  • 59 . Gentilhomme curieux de sciences. Le terme est si spécifique à cette seconde moitié du XVIIe siècl (...)

22Je n’ai pas besoin de quitter notre pays natal pour trouver des exemples de notre sexe à imiter, et ils doivent vous encourager à emprunter les voies du savoir. Je m’abstiendrai de parler du mérite remarquable et des prodigieux talents de dames récemment décédées, comme Madame Philips58, l’ingénieuse traductrice de Pompée, etc., puisque ses œuvres et celles de ses contemporaines, encore disponibles, peuvent, bien mieux que moi, exprimer leur valeur incomparable. Je me garderai aussi de louer ou de célébrer les dames encore en vie et de les nommer, de peur d’être accusée de m’adonner en quelque façon à la flatterie. Pourtant permettez-moi de dire que je pourrais en citer beaucoup qui (pour la gloire de notre sexe et celle de leur patrie), si l’occasion se présentait, ne rougiraient pas de répondre à un virtuoso59 ombrageux dans trois des langues vivantes ou mortes les plus utiles, soit le latin, le français et l’italien.

  • 60 . Allusion à la science expérimentale telle qu’elle est pratiquée à la Royal Society, et notamment (...)

23Je ne souhaite pas faire ici d’éloge hyperbolique ; certes, elles sont sans doute moins expertes que nos beaux esprits académiques pour disséquer un insecte ou mettre au jour quelque création monstrueuse ; pourtant, pour autant que je sache, il se pourrait que ces monstres découverts par nos savants ne soient que des créatures issues de leur propre cerveau, le produit de l’exploration trop subtile des profondeurs de leur intellect narcissique60.

24Puisqu’il apparaît ainsi, Mesdames, que vous n’êtes pas des Pygmées par l’âme, mais êtes tout aussi capables de progrès considérables que vos rivaux de sexe masculin, appliquez-vous à votre grammaire dès à présent ; que vos efforts soient infatigables ; ne vous épuisez pas dès les premiers principes de la langue latine. Je m’abstiendrai de vous donner des règles pour en atteindre une connaissance parfaite, mais je vous renvoie à la méthode que votre tutrice ou votre gouvernante habile proposera à votre sagacité.

25Je n’ai pas besoin de vous dire les avantages considérables qui en découleront, votre propre expérience vous l’apprendra suffisamment.

26J’en mentionnerai pourtant quelques-uns : tout d’abord, votre connaissance du latin vous permettra d’écrire et de parler un anglais correct et juste ; ensuite, il vous donnera un style éloquent à l’oral et vous fournira matière à n’importe quel discours ; enfin, vous serez délivrée de la crainte de rencontrer ceux dont c’est la profession de ratisser tous les dictionnaires pour en collecter les mots longs et obscurs – sans considération de leur sens, pourvu qu’ils soient bien ronflants. Ces petits maîtres de la rhétorique, créatures de la non-intelligence, pourront ainsi toujours faire fourcher leur langue et tordre leur bouche avant de pouvoir mettre en défaut l’intellect d’une jeune fille.

Notes

46 . Position légaliste similaire à celle de Mary Astell.

47 . La source est pour ce passage Juan Luis Vives, De institutione feminæ christianæ [1524], traduit plusieurs fois en anglais au cours du XVIe siècle. Édésia : femme, particulièrement érudite, du philosophe néoplatonicien Hermias ; elle est l’élève de Proclus. Cornélie, voir note 3, p. 132. Portia : fille de Caton le jeune et femme de Brutus, elle fut remarquée pour sa prudence, son courage et sa tendresse conjugale. Sulpicia (1er siècle après J. -C.) : poète et femme de Calenus, auteur de poésie érotique à la gloire de l’amour conjugal, elle est célébrée par Martial.

48 . Il s’agit de romans héroïques et galants publiés pendant la période : Cassandre (1646-1658) et Cléopâtre (1642-1645), de Gautier de Costes de La Calprenède, et Clélie (1649-1654) et Le Grand Cyrus (1648-1653) de Melle de Scudéry, traduits très tôt en anglais ; du côté anglais, Parthenissa de Roger Boyle (1654), et bien sûr, plus ancien, le grand roman pastoral de Sir Philip Sidney, The Countess of Pembrolee’s Arcadia (1590).

49 . Respectivement Ecclésiaste, 12, 3, et citation approximative de l’Évangile selon Marc, 10, 20 : « j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse ».

50 . Écho du Psaume 119, verset 70.

51 . Les livres de conduite de la première moitié du XVIIe siècle ne cessent de recommander le silence pour les femmes.

52 . Au sens ancien de « mesuré », « moyen ».

53 . Croyance populaire selon laquelle la vipère était dévorée par ses petits.

54 . Le traité d’Henri Corneille Agrippa [Henricus Cornelius Agrippa von Nettesheim] (1485-1535), De nobilitate et praecellentia foeminei sexus (Anvers, 1529), est traduit plusieurs fois. Voir introduction p. 21, note 30.

55 . Anna Commena, princesse byzantine, fille de l’empereur Alexius, est l’auteur d’une histoire grecque, L’Alexiade (écrite au XIIe siècle, mais éditée à Paris en 1651).

56 . Anna Maria Van Schurman (1607-1678), célèbre érudite hollandaise, avait fait paraître un traité, Amica dissertatio inter Annam Mariam Schurmanniam et Andr. Rivetum de capacitate ingenii muliebris ad scientiam (Paris, 1638), traduit en anglais en 1659 par Clement Barksdale sous le titre The Learned Maid.

57 . Claude Saumaise (1588-1653), érudit et pamphlétaire protestant d’origine française, célèbre en Angleterre pour sa controverse avec John Milton.

58 . Voir p. 71, note 2. Sa traduction de Pompée de Corneille est publiée en 1663.

59 . Gentilhomme curieux de sciences. Le terme est si spécifique à cette seconde moitié du XVIIe siècle, qui voit l’essor des sciences expérimentales sous l’impulsion de la Royal Society (créée en 1660), que l’on a choisi de ne pas le traduire.

60 . Allusion à la science expérimentale telle qu’elle est pratiquée à la Royal Society, et notamment aux observations microscopiques. Robert Hooke avait publié en 1665 un volume illustré de ses observations, Micrographia, dans lequel certains avaient vu un véritable catalogue de monstres (poux observés au microscope, œil de mouche, etc.)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search