Version classiqueVersion mobile

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

Les précurseurs

Essai pour restaurer l’ancienne éducation des femmes de qualité, dans la religion, les mœurs, les arts et les langues

An essay to revive the antient education of gentlewomen, in religion, manners, arts & tongues (1673)

Bathsua Makin

Texte intégral

Bathsua Makin (vers 1600-1673), fille d’un Recteur du Sussex, est la sœur de John Pell, mathématicien célèbre. Elle est l’une des érudites les plus célèbres de son temps et correspond avec Anna Maria Van Schurman, érudite hollandaise connue dans toute l’Europe. En 1641, Bathsua est nommée gouvernante de la princesse Élisabeth, fille de Charles Ier, alors âgée de 6 ans, fonction qu’elle assure pendant plusieurs années, avant de devenir gouvernante de plusieurs jeunes filles de l’aristocratie. En 1649, on pense qu’elle dirige l’école de filles de Putney. Dans l’essai ci-dessous, qui n’est publié qu’en 1673, elle inclut en annexe une réclame pour une nouvelle école qu’elle a fondée à Tottenham (voir ci-dessous). Elle n’écrit pas ici en son nom propre, mais sous couvert d’anonymat – derrière le masque d’un homme –, ce qui lui permet de détourner la censure de ses lecteurs. Ses idées sur l’éducation des filles sont progressistes : influencée par Jan Amos Comenius (1592-1670), pédagogue réformiste d’origine morave, elle propose une pédagogie adaptée à l’enfant. Son essai présente à cet effet une attaque en règle de l’éducation présente des filles, mais aussi de celle qui est dispensée dans les écoles publiques de garçons, notamment en ce qui concerne l’apprentissage des langues. Son point de vue est résolument celui d’une pédagogue, puisqu’elle aborde la question de la fondation de pensionnats privés pour jeunes filles. Il faut noter qu’elle s’adresse elle aussi à une classe aristocratique aisée, comme le fera plus tard Mary Astell.

  • 9 Marie (1662-1694), fille aînée de Jacques, duc d’York (ensuite Jacques II), épouse le prince d’Oran (...)

À toutes les dames vertueuses et raisonnables, et plus particulièrement à sa Grâce, Lady Marie, fille aînée de son Altesse royale, le duc d’York9.

  • 10 Bathsua Makin met ici l’accent sur la disproportion entre petite cause et grands effets.

1La coutume, lorsqu’elle est ancrée, exerce une puissante influence : elle a en elle la force de la nature. La coutume barbare qui consiste à élever les femmes dans l’ignorance est si commune parmi nous et si enracinée que l’on croit vraiment (surtout parmi les sots débauchés) que les femmes ne sont pas douées de la même raison que les hommes ; et qu’elles ne sont pas capables des mêmes progrès par l’éducation. On considère qu’il est monstrueux de prétendre le contraire. Une femme instruite est vue comme une comète, qui annonce un désastre où qu’elle paraisse. Proposer au monde une éducation libérale pour les femmes, c’est défigurer l’image de Dieu en l’homme ; c’est élever les femmes et rabaisser les hommes, et par un simple feu de cheminée, embraser le monde tout entier10.

  • 11 Bathsua Makin idéalise l’éducation de la Renaissance, qui produisit des érudites comme la reine Éli (...)

2Nombreux sont ceux qui, tout en se croyant sages, parlent de tout cela comme d’une évidence et y croient dur comme fer ; les contredire est une entreprise osée, où l’audacieux doit s’attendre à rencontrer bien des oppositions. C’est pourquoi, Mesdames, je sollicite l’opinion candide de votre sexe, dont je défends ici l’intérêt. Et en particulier, j’implore la faveur de la plus éminente d’entre vous, son Altesse royale, dont le patronage seul sera une protection suffisante. Je n’ai pas écrit tout cela pour montrer qu’on peut faire des discours sur n’importe quel sujet. Je pense vraiment que les femmes étaient autrefois élevées dans la connaissance des arts et des langues, et qu’en vertu de leur éducation, beaucoup atteignaient à l’excellence dans le savoir11. Si les femmes étaient ainsi instruites aujourd’hui, je suis convaincu qu’on y trouverait un avantage considérable : les femmes y gagneraient honneur et plaisir, leur famille en tirerait profit et toute la nation y verrait son avantage. Je suis bien conscient que notre époque n’est pas la plus indiquée pour mener à bien ce projet, en ces temps où le savoir et la vertu même se voient négligés, voire raillés comme choses pédantes, juste bonnes pour le commun. Je ne connais pas de meilleure manière pour réformer ces extravagances que de persuader les femmes de mépriser les récréations et les futilités qui occupent aujourd’hui tout leur temps pour se consacrer aux plus nobles desseins que je leur suggère ici même. L’effet en sera soit de réformer les hommes, soit de les rendre honteux d’affirmer leur souveraineté sur des êtres qui sont plus sages ou plus vertueux qu’eux.

3Si un nombre suffisant d’écoles était érigé pour éduquer les dames rationnellement, je vois déjà la honte que ressentiraient les hommes devant leur propre ignorance et avec quelle hâte la prochaine génération tenterait de laver cette ignominie.

  • 12 Allusion probable à Henri Corneille Agrippa et à ceux qui, tout au long du XVIIe siècle, se réclame (...)
  • 13 Au sens de « tête », ici. Allusion à saint Paul : Première Épître aux Corinthiens, 11, 3-4 ou Épîtr (...)

4Je m’attends à bien des railleries et à bien des quolibets de la part des hommes irréfléchis et illettrés, qui accordent plus d’importance à la satisfaction de leurs désirs sensuels qu’à votre contentement et à votre profit. Je n’aurai aucun mal à les ignorer tant que j’aurai votre soutien ; et ce discours pourrait être une arme de défense entre vos mains, quand vous voudrez polir vos âmes pour glorifier Dieu, justifier le dessein de votre Création et être les soutiens avisés de vos époux. Que votre Seigneurie ne s’offense pas si (contrairement à certains) je ne plaide pas ici pour la prééminence de la femme12. À trop en demander on s’expose à se voir tout refuser. Dieu a fait de l’homme le chef13, et si vous, Mesdames, êtes éduquées et instruites comme je le propose, je suis sûre que vous le reconnaîtrez et vous satisferez d’être pour votre mari le soutien qui peut, si on le consulte, le conseiller (ce dont il sera reconnaissant si vous êtes sages), tout en lui accordant le pouvoir de décision et en acquiesçant à ses choix. Que ce soit là l’effet de cette éducation chez toutes les dames qui la reçoivent, voilà le désir de –

Votre serviteur.

*

Au Lecteur

  • 14 Déesse romaine de la guerre, de la sagesse et des arts, fille de Jupiter et de Hébé.

5J’espère ne pas avoir à prier les dames d’avoir la patience d’examiner ce pamphlet ; j’ai déjà anticipé votre protection et je compte sur vous, parce que c’est votre cause que je plaide, contre une méchante coutume qui vous est préjudiciable et que les hommes ne verront pas changer d’un bon œil. Je souhaite que les hommes quant à eux n’aient pas d’a priori et qu’ils ne rejettent pas ce livre sur la simple foi de son titre. Si j’ai solidement prouvé ce à quoi je prétends, judicieusement répondu aux objections opposées à mes affirmations et proposé quelque chose qui peut être profitable à l’humanité, qu’ils ne le rejettent pas. Si cette méthode pour éduquer les dames était universellement pratiquée – on peut craindre hélas qu’elle ne le soit jamais –, le plus grand mal que je puisse prédire est que vos fils seraient encouragés à progresser dans les arts et les langues avec encore plus de diligence, pour rester supérieurs aux femmes par leurs accomplissements autant que par leur statut. Voilà le grand dessein que j’envisage. Comme je suis moi-même un homme, je ne saurais rien envisager qui soit préjudiciable à notre sexe. Proposer aux femmes de rivaliser avec nous en savoir nous obligera à courtiser Minerve14 avec plus d’ardeur, de peur qu’elles n’obtiennent davantage sa faveur que nous. Je pense vraiment que c’est là la meilleure façon de dissiper les nuées de l’ignorance et d’endiguer les flots de la débauche, pour que la prochaine génération soit plus sage et plus vertueuse que toutes celles qui l’ont précédée. Il est aisé d’ironiser et de railler à propos d’un sujet de cette nature et de se moquer des femmes qu’on a maintenues dans l’ignorance pour qu’elles soient esclaves. Ce n’est pas la marque d’un esprit galant que de piétiner un adversaire à terre. J’interdis la raillerie et les quolibets. Que celui qui se sent offensé entre en lice pour se mesurer loyalement au sexe faible, avec de solides arguments pour réfuter ce que j’ai affirmé, et je crois que je peux promettre d’être son champion.

*

  • 15 Dans cette épître (fictive), Bathsua Makin introduit le point de vue d’un opposant au traité, ce qu (...)

À mon très honorable et très estimable ami, etc.15

Monsieur,

6Je vous ai entendu discourir de l’éducation des femmes de qualité dans les arts et les langues. Je me demande bien ce qui vous prend de vous préoccuper d’une chose aussi vaine.

7Les femmes ne désirent pas vraiment la connaissance ; elles ont des facultés grossières, elles sont futiles et faibles par nature et elles ont autre chose à faire que de penser à étudier. La fin de l’éducation est de rendre un individu apte à un emploi public, ce dont les femmes ne sont pas capables. Les femmes ne doivent pas parler à l’église, la coutume l’interdit. La bonne femme de Salomon n’est pas louée pour sa connaissance des arts et des langues, mais pour le gouvernement des domestiques de sa maison ; et ce qui est pis, elles sont si vicieuses par nature qu’elles ne manqueront pas d’abuser de leur éducation et de devenir si intolérablement orgueilleuses que l’on ne pourra plus vivre avec elles. […]

*

[Réponse]

Le 19 mai 1673

Monsieur,

8Tout homme se doit d’employer sa vie à servir les fins nobles et excellentes pour lesquelles le Créateur omnipotent et omniscient l’a créé, qui sont la gloire de Dieu, le bonheur éternel de son âme immortelle et le devoir de se rendre utile où qu’il se trouve. […]

  • 16 Apocalypse de Jean, 2, 14.
  • 17 I Rois, 18.
  • 18 I Rois, 11, 1-13.

9Grande est la force de la première impression que reçoit toute chose, qu’elle soit bonne ou mauvaise ; de même que les plantes des jardins sont supérieures aux plantes sauvages ou que les animaux dressés changent du tout au tout, ainsi les hommes, avec une éducation libérale, progressent énormément en intellect et en morale. Tous s’accordent pour souligner la nécessité de prendre soin des garçons ; mais le doute que vous émettez dans votre lettre concerne les filles. Je pense pour ma part qu’il faut leur accorder un soin encore supérieur, car le mal semble trouver son origine en elles, comme avec Ève, et se propager par les filles de cette dernière. Lorsque les fils de Dieu connurent les filles des hommes, le mal commença rapidement à se multiplier. Le pernicieux plan de Balaam était de débaucher Israël par l’intermédiaire des femmes idolâtres de Balak16. La misérable Jézabel encouragea Achab à des méfaits encore plus terribles que tout ce qu’il pouvait lui-même imaginer17. Dieu donna aux Juifs l’ordre le plus strict de ne pas épouser de femmes idolâtres. Lorsque néanmoins Salomon lui-même (le plus sage des hommes) le fit, ces femmes ne tardèrent pas à le détourner de Dieu18. Les femmes, perverses, sont trop faibles pour résister à la tentation et trop fortes pour qu’on leur résiste ; c’est pourquoi sans aucun doute il convient de prendre grand soin de leur inculquer la piété et la vertu.

10Votre grande question est de savoir si instruire les femmes dans les arts et dans les langues n’est pas simplement une nouvelle lubie qui ne s’est jamais pratiquée auparavant dans le monde. Ce qui vous fait dire cela, c’est que les femmes ont des facultés grossières et qu’elles sont incapables de progresser par une telle éducation. Et si elles le pouvaient, vous doutez qu’elles puissent en tirer bénéfice. Et si elles pouvaient en tirer bénéfice, vous vous demandez où elles pourraient recevoir une telle éducation et s’il faudrait qu’elles aillent à l’école avec les garçons, pour devenir deux fois plus impudentes encore que savantes. Bref, vous avez toute une myriade d’objections.

11Je prendrai chacune de vos questions séparément et répondrai à vos objections.

[…]

  • 19 L’argument est tiré directement d’Henri Corneille Agrippa. Voir C. Gheeraert-Graffeuille, La cuisin (...)
  • 20 L’Asie est censée être la patrie d’Asie, nymphe des océans, fille d’Océan et de Téthys, mère (avec (...)
  • 21 Europe, princesse phénicienne, est fille d’Agénor (roi de Tyr) et de Télépassa, et sœur de Cadmos. (...)
  • 22 Lybie est fille d’Épaphos (fils de Zeus et d’Io). Tout ce passage est tiré directement de la traduc (...)

12Ceux qui étudient l’Antiquité peuvent bien maintenant se demander pourquoi les vertus, les disciplines, les neuf muses, les sibylles, les protectrices de tous les arts et les trois grâces sont toujours représentées comme étant de sexe féminin et pourquoi leurs images sont des portraits de damoiselles, plutôt que des effigies d’hommes et des dénominations masculines. Et pourquoi les chrétiens eux-mêmes, dans tous les livres et les écrits qu’ils ont laissés à la postérité, perpétuent cette pratique. Pourquoi la sagesse est-elle décrite comme la fille du Très Haut et non comme son fils ? Pourquoi la foi, l’espérance et la charité, ses filles, sont-elles représentées par des femmes ? Pourquoi les sept arts libéraux sont-ils représentés sous les traits de femmes ? Il existe bien une raison : c’est que les femmes ont inventé un grand nombre de ces arts et qu’elles les ont perfectionnés19 ; et depuis, elles les ont étudiés et y ont excellé. Comme elles se sont parées et embellies de ces arts, pour les remercier de les avoir créés et en guise d’hommage à leur habileté, nous faisons des femmes les emblèmes de toutes ces choses, en l’absence de hiéroglyphes plus adéquats pour les exprimer. J’ajouterai seulement une remarque, qui mérite l’attention, car c’est un éloge qui est tout à l’honneur du sexe féminin : les parties du monde elles-mêmes tirent leur nom des femmes – l’Asie est appelée ainsi en raison de la nymphe Asie, mère de Iapetus et de Prométhée20 ; l’Europe, d’Europe, fille d’Agénor21 ; Lybie (qui est l’Afrique) de Lybie, fille d’Épaphos22 ; l’Amérique (récemment découverte) est elle aussi représentée par un personnage féminin.

13Il est coutumier pour les hommes de se vanter de la sagesse, de la valeur et de la fortune de leurs ancêtres : quels hommes sages ont été leurs aïeux, quelles grandes choses ils ont faites, quelles riches possessions ils ont eues, alors qu’eux-mêmes ont dégénéré et sont devenus sots, ignorants, lâches, méprisables et débauchés.

14J’espère que les femmes vont faire un autre usage de ce que j’ai dit ; qu’au lieu de se glorifier de ce que les femmes ont été autrefois, elles vont travailler à les imiter, en apprenant ces arts que leur sexe a inventés, en étudiant ces langues qu’elles connaissaient autrefois et en pratiquant ces vertus qui sont représentées sous leurs traits ; la connaissance des arts et des langues et l’exercice de la vertu et de la piété les rendront assurément honorables, quoi qu’en disent les hommes.

15Il nous revient de veiller à l’éducation des femmes. Pour être plus précis dans mon propos, je ferai une distinction entre elles : les femmes sont de deux sortes,

  • riches (en facultés naturelles) ;

  • pauvres (en facultés).

  • 23 « Minerve n’est pas née de n’importe quel bois/arbre ». Il faut lire ligno. En fait, Minerve sortit (...)
  • 24 Dans l’Odyssée, l’enchanteresse Circé tente de séduire Ulysse et de lui faire boire une potion magi (...)
  • 25 Bathsua Makin emploie ici un néologisme très fort : Under-breeding.

16Je ne veux pas dire qu’il est nécessaire à l’esse, à l’être, ou au salut des femmes d’être ainsi instruites. Celles qui n’ont pas de fortune dans le monde n’ont pas la possibilité d’accéder à cette éducation ; celles qui sont pauvres en facultés, même si elles en ont la possibilité, ne peuvent y atteindre : Ex quovis liguo non fit Minerva23. Mon propos est le suivant : les personnes que Dieu a bénies en leur accordant de la fortune en ce monde et qui sont compétentes doivent recevoir une éducation, car il est préférable qu’elles passent leur jeunesse à s’instruire et à se familiariser avec ces choses qu’on enseigne généralement aux jeunes filles à l’école, et qu’elles passent le reste de leur temps à s’exercer dans les arts, les langues et toute autre connaissance utile, plutôt que de perdre une foule de précieuses minutes à simplement s’occuper de leurs mains et de leurs pieds, à friser leurs cheveux, à s’habiller et à parer leur corps, tout en négligeant leur âme et en ne faisant rien, ou si peu, pour essayer de connaître Dieu, Jésus-Christ, elles-mêmes et les choses de la nature – notamment les arts et les langues. Je ne nie pas qu’il faille éduquer les femmes pour qu’elles se conduisent décemment et convenablement, qu’elles puissent subvenir à leurs besoins, qu’elles soient soignées et con naissent tout ce qui revient à leur sexe. Mais pour ce qui ne les concerne pas particulièrement, si elles sont formées pour cela, si elles ont des prédispositions naturelles et suffisamment de loisirs, alors il leur est permis de se consacrer à des quêtes plus nobles. Enseigner aux jeunes dames à gambader et à danser, à peindre leur visage, à friser leurs cheveux, à faire un chignon, à porter des vêtements à la mode, ce n’est pas véritablement parer, mais déformer leur corps et même, pis encore, corrompre leur âme. Car, comme la coupe de Circé24, tout cela les transforme en bêtes ; quand leur estomac est leur Dieu, elles se transforment en porcs ; si c’est la luxure, elles deviennent des chèvres, et si c’est l’orgueil, elles se changent en démons. Il ne fait aucun doute que cette sous-éducation25 des femmes a commencé parmi les païens et les peuples barbares ; elle se poursuit avec les Indiens, qui font de leurs femmes de simples esclaves et les épuisent à des tâches diverses. Elle se retrouve chez les chrétiens dégénérés et apostats, avec les mêmes effets, et fait maintenant partie de leur religion ; ainsi il faudrait une Réforme partielle pour corriger cette coutume […].

17Si Dieu avait voulu faire des femmes une forme à peine plus raffinée de bétail, il ne les eût pas faites raisonnables. Des animaux, de quelques degrés à peine plus élevés que les babouins ou les singes (que les Indiens utilisent pour servir à de nombreux usages), pourraient sans doute mieux satisfaire les désirs, l’orgueil et le plaisir de certains hommes, surtout de ceux qui désirent garder les femmes dans l’ignorance pour mieux exercer sur elles leur tyrannie.

18Dieu a fait de la femme un soutien pour l’homme, par sa conversation constante et pour affronter les soucis familiaux ou matériels, en prévision des moments où il aurait plus particulièrement besoin d’elle, comme en cas de maladie, de faiblesse, d’absence, de deuil, etc. Tant que nous négligeons de la préparer à toutes ces choses, nous renonçons au bienfait pour lequel Dieu a élu la femme, nous faisons preuve d’ingratitude à Son égard, de cruauté envers elle et nous nous faisons du tort à nous-mêmes.

  • 26 « Abbatis et eruditæ », dans Familiarium colloquiorum formulæ [Bâle, 1524]. Il en existe de nombreu (...)

19Je me rappelle un discours d’Érasme entre un abbé et une savante26. Celle-ci donne de nombreuses raisons pour lesquelles les femmes devraient être instruites : pour connaître Dieu, leur Sauveur, comprendre Sa parole divine et L’admirer à travers Ses merveilleuses créations ; mais aussi pour mieux administrer leur maison au milieu d’une multitude de domestiques qui auraient d’autant plus de révérence pour elles qu’elles les domineraient par leur jugement. En outre, cette femme trouvait une grande satisfaction à lire les bons auteurs pendant son temps libre. L’abbé lui fit cette seule réponse, Que les femmes ne seraient jamais soumises si elles étaient instruites ; de son expérience parmi ses moines, il avait déduit qu’il ne détestait rien moins qu’un moine instruit, car celui-ci contredit toujours son supérieur, en s’appuyant sur les décrets papaux de Pierre ou de Paul. Peu lui importait que tous ses moines fussent transformés en cochons, pourvu qu’ils fussent obéissants et ne le dérangeassent pas pendant qu’il était à ses plaisirs. Nul doute que si cette génération d’imbéciles (qui dénient aux femmes toute éducation honnête) s’exprimait, ils vous diraient que si on autorisait aux femmes l’accès aux arts, elles seraient plus sages qu’eux-mêmes (chose intolérable), et ainsi refuseraient de continuer à être ces sottes dociles, ces véritables esclaves qu’ils ont faites d’elles aujourd’hui ; par conséquent, que c’est une chose scandaleuse et néfaste que de restaurer cette ancienne coutume de leur éducation.

20Quand on voit que la nature produit des femmes pleines de talents, qu’elles égalent souvent les hommes, voire leur sont parfois supérieures, quel que soit le domaine auquel elles se consacrent, quelle raison peut-on donner pour les empêcher de progresser ?

21Rien n’est plus excellent que l’homme ; son excellence ne consiste pas seulement dans sa peau lisse ou dans le fait qu’il se tienne debout, mais aussi dans son âme raisonnable ; or l’excellence de la raison procède de son perfectionnement par les arts. Le savoir est la perfection et l’ornement de l’âme et c’est vers cela que tendent toutes les créatures ; mieux encore, le plus important dans la création de l’homme à l’image de Dieu était la connaissance. Le péché l’a occultée ; pourquoi ne tenterions-nous pas de réparer par l’instruction ce qui ensuite atteindra sa perfection au Ciel ?

  • 27 Toutes sont des figures féminines positives de la Bible : respectivement Exode, 15, 20 ; Juges, 4, (...)
  • 28 Phœbé, diaconesse louée par Paul (Épître aux Romains, 16, 1) ; Priscilla : ibid., 16, 3 ; Loïs et E (...)

22Nul ne nie que les femmes ne possèdent la compréhension des choses les plus hautes, comme la connaissance de Dieu, la médiation de Son Verbe, la contemplation de Ses œuvres ; et elles ont depuis toujours été éminemment employées dans les grandes transactions de l’Église, comme Marie, Débora, Jaël, Judith, Esther dans l’Ancien Testament27, la Sainte Vierge, Anne, Phœbé, Priscilla, Loïs, Eunice, l’élue,28 etc. dans le Nouveau Testament, femmes qui se sont toutes rendues utiles au service de l’Église. Alors qui leur interdira l’étude des arts, des langues, de l’histoire, de la philosophie, etc. ? Nul ne peut révérer la majesté de Dieu ou admirer Ses œuvres merveilleuses sans dans une certaine mesure Le connaître, Lui et Ses œuvres.

[…]

23Désire-t-on savoir en quoi elles doivent être instruites ? Je réponds que je ne vois pas quelle partie du savoir leur autoriser et laquelle leur interdire, eu égard à leurs capacités. Toute l’encyclopédie de la connaissance peut leur être utile d’une façon ou d’une autre. […] Je ne leur interdis pas la connaissance de la grammaire et de la rhétorique, car elles en ont besoin pour bien parler. La logique doit leur être autorisée, puisque c’est la clé de toutes les sciences. La médecine, surtout la pratique, comme les herbes, les plantes, les drogues, etc., doit être étudiée, parce qu’elle va leur plaire infiniment et leur permettre d’aider autrui. Les langues doivent aussi être étudiées, surtout le grec et l’hébreu, pour leur permettre de mieux comprendre les Écritures.

24Les mathématiques, particulièrement la géographie, leur seront utiles ; cette dernière rend l’histoire vivante. La musique, la peinture, la poésie, etc., sont une source de plaisir et un ornement consi dérable.

[…]

*

25Une telle éducation sera très utile aux femmes.

261. Elle leur sera personnellement d’un grand profit. En général, elles doivent être capables de comprendre, de lire, d’écrire et de parler leur langue maternelle, ce qui leur est impossible sans éducation. Il faut qu’elles aient quelque chose pour exercer leur esprit, qu’elles ont vif et actif. Leur statut les tient attachées dans leur maison. Si l’instruction est leur compagne, le plaisir et le divertissement ne les quitteront pas ; car il n’y a pas de plus grand plaisir, ni de plaisir plus convenable pour un esprit ingénieux, que celui qui accompagne le savoir. Ce sont les premiers fruits du Ciel et un aperçu de cette gloire qui nous attend ensuite. En chacun, il existe un désir inné de connaître et le satisfaire est l’un des plus grands plaisirs qui existent. Les hommes sont bien cruels de leur permettre d’observer tout cela de loin, juste assez pour savoir qu’elles ne savent rien ; soumettre ainsi un être à une telle tentation est cause d’une grande souffrance.

Cette éducation constituera un rempart contre les hérésies. C’est pour cette raison qu’on éduque les hommes dans les arts et dans les langues, pour qu’ils puissent faire taire leurs adversaires. Et les femmes devraient être instruites pour pouvoir rester sourdes aux séducteurs. Il serait impossible que tant de personnes de qualité se laissent aussi aisément emporter par tous les vents de la doctrine, si on leur fournissait des armes pour se défendre, je veux dire, si on leur inculquait les règles simples du raisonnement, pour distinguer par exemple un argument vrai et convaincant d’un argument vain et fallacieux, et si on leur fournissait des exemples des stratagèmes les plus fréquemment utilisés par les vils séducteurs. […]

27Ce ne doit pas être la dernière de nos considérations qu’une femme ainsi éduquée, qui use avec modestie de ses connaissances, est honorée par le plus grand nombre, surtout par les hommes sages et vertueux ; une telle femme est même admirée et adorée du vulgaire et des illettrés.

28On peut noter que les personnes de qualité qui n’ont pas cette éducation n’ont rien à faire et sont forcées de jouer aux cartes et aux dés, de lire des pièces ou des romans futiles, simplement pour tuer le temps, alors que la connaissance des arts et des langues leur donnerait de quoi s’occuper plaisamment, et à l’occasion de rendre service à autrui.

  • 29 Sénèque est l’auteur d’une consolation à sa mère, Consolatio ad Helviam. Il faut lire Helvia, non H (...)

29Sénèque, en voulant consoler sa mère Helvigia29, alors qu’il avait été banni, lui suggèra que puisqu’elle avait reçu une éducation libérale, elle allait maintenant avoir l’opportunité de continuer à se perfectionner et trouver le réconfort dans l’étude de la philosophie.

30Nous ne pouvons être stupides au point d’imaginer que Dieu donne aux dames une fortune considérable pour qu’elles passent leur temps simplement à manger, à boire, à dormir, et à se lever le matin pour jouer. Il ne fait pas de doute qu’elles ne devraient pas vivre ainsi. Dieu, qui se soucie de toute pensée oiseuse, demandera certainement des comptes aux personnes qui passent toute leur vie à jouer et à bavarder. Les pauvres femmes invoqueront de bien piètres excuses au dernier jour de leur vaine existence. C’est une chose de dire qu’on ne leur a pas appris à mieux faire ; mais quelle réponse feront les hommes, qui leur refusent avec tant de constance la possibilité de progresser de peur qu’elles ne deviennent plus sages qu’eux, je n’ose l’imaginer.

31En ce qui concerne les femmes célibataires qui peuvent subvenir à leurs besoins sans dépendre de personne, elles ont plus de chance que les hommes, si leur situation est stable, de progresser selon les principes qu’elles auront intégrés et de faire mûrir les semences du savoir qui auront été plantées dans leur esprit à l’âge tendre. En outre, elles y trouveront un divertissement honnête et profitable pour s’occuper l’esprit et lutter contre les mauvaises pensées. Les jeunes filles dépendantes d’autrui pour leur subsistance, les domestiques par exemple, pourront grâce à leur éducation choisir leur place et servir des personnes honorables, ou trouver à s’employer à élever des enfants ; par leur conversation, elles pourront enseigner les langues, dès le berceau, à ceux qui peut-être, lorsqu’ils marcheront, n’échapperont pas, eux, à l’ennui de l’école.

  • 30 Peut-être Edward Montagu, deuxième comte de Sandwich (1648-1688), amateur de sciences. Il est le fi (...)
  • 31 La mère de Jules César (100-44 av. J. -C.), Aurélie, est une figure d’érudite.

32Le célèbre Lord Montagu30, qui suscita l’admiration de tous, reçut une éducation de cette sorte, ce qui lui fit haïr pour toujours toute éducation pédante. Jules César fut élevé dans un environnement semblable dès le parc d’enfant et c’est lui qui régénéra la langue latine de son temps31.

33Les femmes mariées, grâce à leur éducation, peuvent devenir extrêmement utiles à leur époux dans leur profession, comme les femmes de Hollande, et à leurs enfants, en les éduquant très tôt, avant même qu’ils soient assez grands pour aller à l’école, comme Jules César et Lord Montagu.

34Je n’ai pas besoin de démontrer comment une personne ainsi élevée, si elle devient veuve, sera mieux à même de comprendre et de gérer ses propres affaires.

*

  • 32 I Rois, 18.

352. Ainsi instruites, les femmes constituent un avantage pour leurs parents. C’est une véritable bénédiction divine pour une famille que son chef, aussi éminent soit-il, ait une bonne épouse ; et c’est un présage de ruine lorsqu’Il envoie une Jézabel querelleuse à un doux Achab32.

  • 33 II Rois, 8.

36Une certaine Athalie, mariée à Joram, attire la ruine sur la maison de Josaphat33. Combien de familles ont été ruinées par la faute d’une seule chose, la mauvaise éducation des femmes ? Lorsque les hommes ne trouvent pas de conversation ou de divertissement satisfaisants chez eux, ils les recherchent à l’extérieur par pure lassitude et finissent par négliger leurs affaires, dépenser leurs revenus, corrompre leur corps et souvent courir ainsi à la damnation.

37Les Italiens fuient leurs épouses, parce que toutes les connaissances propres à les rendre utiles leur sont refusées : mais ils courtisent, adorent et adulent leurs courtisanes, bien qu’elles soient des prostituées communes, parce qu’elles sont polies par une éducation plus généreuse.

38Beaucoup d’hommes instruits, ayant épousé des femmes pleines de talents, leur ont eux-mêmes inculqué toutes sortes de connaissances pour les rendre dignes de leur conversation et de leur société, et ainsi plus chères à leurs yeux et admirables aux yeux des autres. La femme est la gloire de l’homme ; nous nous réjouissons lorsque nos enfants se surpassent et lorsque nos femmes excellent par leur beauté ou par leur esprit.

[…]

*

393. Les femmes ainsi instruites sont bénéfiques pour la nation entière. Regardez dans l’histoire : les nations qui ont été, sont et seront toujours les pires des nations sont celles où les femmes sont sous estimées, comme en Russie, en Éthiopie et dans toutes les nations barbares du monde. Une des grandes raisons qui font que nos voisins les Hollandais ont gagné l’admiration de tous est le soin qu’ils mettent dans l’éducation de leurs femmes ; si bien que, il faut bien le reconnaître, elles sont plus vertueuses et sans nul doute, savent mieux se rendre utiles que n’importe quelle femme au monde. Nous ne pouvons autrement espérer l’emporter contre l’ignorance, l’athéisme, le blasphème, la superstition, l’idolâtrie, la licence qui règnent dans la nation, sans l’éducation prudente, sobre, pieuse et vertueuse de nos filles. Leur éducation aurait pour effet d’inciter nos fils, que Dieu et la nature ont fait supérieurs, à une émulation vertueuse.

40Si nous avions un nombre suffisant de femmes ainsi instruites, postées dans toutes les chambres d’enfants des familles nobles, leurs rejetons pourraient progresser dans la connaissance des langues savantes avant même d’en être conscients – je mentionne ce point une troisième fois, car il est vraiment capital.

  • 34 Élisabeth Ire (1533-1603), qui règne en Angleterre de 1558 à 1603, est elle-même une érudite. Elle (...)

41Le souvenir de la reine Élisabeth est encore frais dans les mé moires34. Par son savoir, elle était apte au gouvernement et tenait le sceptre de cette nation avec autant d’honneur que n’importe quel homme avant elle.

  • 35 Anne Askew (1521-1546), poète, considérée comme martyre protestante, fut persécutée comme hérétique (...)

42Notre Réforme religieuse semble avoir été commencée, puis poursuivie par les femmes. Madame Anne Askew35, célèbre pour son savoir et sa piété, inspira la Reine et les dames de la cour par son exemple et ses préceptes, puis scella sa profession de foi de son sang, de sorte que la semence de la Réforme paraît avoir été plantée de sa main. Henry VIII la commença par stratégie politique, les femmes de sa famille la continuèrent par piété véritable. […]

43Je déduis de tout cela que les femmes ne sont pas des créatures futiles et superficielles, comme beaucoup d’hommes ignorants le prétendent, comme si elles étaient incapables de tout progrès par l’éducation ou dans les arts libéraux, sous prétexte que ceux-ci exigent une certaine solidité de jugement. Beaucoup d’hommes vous diront qu’elles sont si instables et inconstantes, tellement submergées en toutes occasions par un torrent de peur, d’amour, de haine, de concupiscence, de vanité et de toutes sortes de passions excessives, qu’il leur est impossible de pratiquer les vertus qui demandent de la grandeur d’esprit et de la résolution. Qu’ils regardent donc dans l’histoire et ils trouveront assez d’exemples de femmes illustres pour réfuter leur argument.

44Avant de passer aux objections, j’énoncerai les propositions que j’entreprends de démontrer. Voici ce que je propose : les personnes de sexe féminin douées de talents naturels et enclines au savoir, à qui Dieu a fait don de suffisamment de fortune pour qu’elles ne soient pas dépendantes dans le monde, et qui ont une enfance libre, ouverte à une somme de possibilités, ces jeunes femmes, si elles ont reçu une instruction adéquate dans toutes les choses utiles qui les concernent en tant que femmes, peuvent et doivent recevoir une éducation plus approfondie dans les domaines de la religion, des arts et des sciences de la nature, des langues aussi, plutôt que de passer le reste de leur jeunesse à faire des rubans pour leurs toilettes, à s’habiller et à se parer comme des phénomènes de foire, à se maquiller et à danser, à faire des fleurs de paille colorée, des maisons de papier marbré et autres vaines occupations.

[…]

*

45Objection : Si nous élevons nos filles pour le savoir, personne n’en voudra comme épouses.

46Réponse :

471. Bien des hommes passablement sots se croient sages (Dieu sait !) et n’oseront jamais épouser une femme sage de peur d’être dominés. 2. De même que certains maris, eux-mêmes débauchés, désirent que leur femme soit chaste et leurs enfants vertueux, certains, conscients de leurs défauts (causés par la négligence de leurs parents), choisiront une femme sage, dont ils pourront être fiers et qui par sa prudence pourra suppléer à leurs manques.

483. Les hommes instruits, assurément, choisiront une femme qui l’est aussi, parce qu’elle leur convient. Certains hommes, en épousant une femme cultivée, ont progressé eux-mêmes dans les arts et les langues, pour se hausser au niveau de leur compagne. 4. Bien des femmes ont naguère été choisies précisément pour cette raison.

[…]

49Objection : Il est contraire à la coutume d’éduquer les femmes de qualité.

50Réponse : Les mauvaises coutumes sont faites pour être transgressées, sinon beaucoup de bonnes choses n’existeraient pas. J’ai montré que c’était une coutume païenne, ou pis, et qu’elle s’est perpétuée jusqu’à nous pour de très mauvaises raisons.

[…]

  • 36 C’est ce que dit John Milton, lorsqu’il montre Ève choisissant de se retirer, alors que Raphaël ens (...)
  • 37 Respectivement Exode, 15 et Juge, 4, 14.
  • 38 Voir p. 112, note 3 et p. 181.

51Objection : La fin de l’éducation est de servir les affaires publiques, ce dont les femmes sont incapables. Elles n’ont pas le droit de parler à l’église et il est plus convenable pour les hommes que pour elles de servir l’État. Réponse : Elles n’ont pas le droit de parler à l’église, mais elles peuvent questionner leur mari à la maison36 ; c’est pour l’instruction privée que je plaide, non pour un emploi public. Pourtant, il n’y a pas de contradiction dans les termes : Marie et Débora37 furent particulièrement distinguées par Dieu, tout comme Aaron et Barak. Il arrive parfois que les femmes s’occupent d’affaires publiques, en tant que veuves ou épouses en l’absence de leur mari, mais surtout lorsqu’elles sont nées pour le gouvernement. La loi salique ne s’impose pas partout dans le monde et pour de bonnes raisons38 ; et les femmes sur le trône ont exercé un empire tout aussi glorieux que beaucoup d’hommes, comme je l’ai montré plus haut. Mais à part cela, il existe d’autres finalités à l’éducation que celle de plaider au tribunal ou de monter en chaire. Les particuliers, comme je l’ai montré, peuvent en tirer de multiples satisfactions et en faire bénéficier autrui. Cette objection s’applique aussi bien à tous les hommes qui n’ont pas d’emploi public.

[…]

*

  • 39 Rappelons que les garçons allaient à l’université parfois très tôt, dès treize ou quatorze ans.

52Objection : Une autre objection qui semble aisée à lever est celle-ci : Comment trouver le temps d’enseigner aux petites filles tout ce qui est proposé ici ? Les garçons vont d’ordinaire à l’école de sept heures à dix-sept heures, et moins d’un sur quatre maîtrise suffisamment les langues pour être admis à l’université, où on ne leur demande pas de connaissances très approfondies et où ils n’apprennent rien d’autre, généralement, qu’un peu d’histoire39. Les femmes de qualité, d’ordinaire, n’entrent pas dans le monde aussi tôt qu’eux, mais il n’est pas convenable non plus qu’elles continuent à s’instruire aussi longtemps que les garçons. En outre, la moitié de leur temps, nous le supposons, doit être consacrée à l’apprentissage des choses qui les concernent en tant que femmes. Si bien qu’on propose ici d’apprendre aux filles deux fois plus de choses en moitié moins de temps qu’aux garçons, ce qui est impossible. Réponse : Cette objection fait de tout ce projet un leurre, à moins d’y apporter une réponse satisfaisante.

53C’est pourquoi je dis que l’apprentissage des choses ne doit pas empêcher l’acquisition des mots. Les mots sont les marques des choses et on apprend mieux lorsqu’on apprend les deux ensemble. De même qu’un homme se souviendra mieux des noms s’il voit les personnes, une petite fille fixera bien plus vite dans sa mémoire les noms des herbes, des plantes, des minéraux, des métaux, des pierres précieuses, des oiseaux, de la faune, des poissons et des parties du corps, si elle voit ces choses elles-mêmes en vrai, ou par des illustrations et des représentations lorsque la chose elle-même est inaccessible. C’est une grande vérité […] que la perception de la chose mène tout naturellement au mot. En outre, apprendre ainsi les mots est tout à fait plaisant et divertissant, même pour les enfants. […] Que personne ne s’affole d’apprendre tant de choses, quand apprendre est si plaisant – et si profitable, inutile de le dire.

  • 40 Jan Amos Comenius (voir la notice sur Bathsua Makin, p. 135, et introduction, p. 23), philosophe et (...)

54Si d’aucuns se demandent encore comment procéder et quels auteurs utiliser pour apprendre ensemble les mots et les choses, je réponds que Comenius a préparé des nomenclatures à cet usage40.

55Son Orbis Pictus contient tous les mots latins fondamentaux et la représentation de la plupart des choses qu’on puisse présenter en images ; il peut être appris par les débutants en trois mois et constitue la clé pour comprendre ensuite son Januæ Linguarum.

56Ce Januæ Linguarum, un système de choses, consiste en mille sentences ; à raison de dix par jour, cinquante par semaine, il faut vingt-six semaines pour en apprendre la totalité, en prévoyant un jour par semaine et une semaine par mois pour les révisions, afin de bien intégrer ce qu’on apprend. Ainsi neuf mois se sont écoulés pour la jeune fille qui passe six heures par jour à lire ; les trois mois qui restent peuvent être employés à apprendre la langue française, ainsi que je le démontrerai.

57Si la version latine du Januæ peut s’apprendre en six mois, bien que tous les mots soient nouveaux, ensuite la version française n’en demandera que trois, pour quelqu’un qui connaît l’anglais et le latin ; car il n’y a guère qu’un mot sur dix en français qui ne puisse facilement être retrouvé en latin ou en anglais.

58Une fois ces deux nouvelles langues apprises, l’une servira à entretenir l’autre. Ce programme peut être envisagé pour toute jeune fille de neuf ou dix ans normalement douée ; si elle est l’est moins, il faudra plus de temps.

  • 41 Il s’agit là d’un programme scolaire classique pour un garçon. Les Sententiæ pueriles de Leonhard C (...)
  • 42 Manuel en grec. C’est aussi le titre du manuel d’Épictète dont le titre latin est Epicteti Enchirid (...)

59Si on devait procéder au petit bonheur la chance comme on le fait généralement, cela prendrait plus de temps ; d’ordinaire les garçons apprennent chaque jour une page ou deux des Pueriles, vingt pages de Corderius, une partie des Fables d’Ésope, un peu d’Ovide, des bouts de Virgile, de Térence, etc.41, et au bout du compte, ils ne possèdent guère plus de la moitié des mots que ce petit Enchiridon42, le Januæ, leur fournit.

60Il est vrai, cette méthode ne nous apprend qu’à posséder les mots ; mais c’est tant mieux, car le mouvement universel de la nature est de progresser par degrés, d’aller des semences aux feuilles, des feuilles aux fleurs, des choses simples aux choses ornementales. On dirait qu’ils sont fous, ces hommes instruits qui procèdent à l’inverse et se proposent d’enseigner par la rhétorique ou le style à lire des classiques obscurs comme Térence, etc., avant même que les enfants ne comprennent la signification des mots simples.

61Mais il me semble que j’entends mon lecteur se plaindre que je l’abuse ; je l’entends admettre que certes ce que je dis fait sens, mais il pense que j’élude la difficulté en ne disant rien de la grammaire, la base de tout. […]

62Comprendre la grammaire et la retenir par cœur prend au moins deux années supplémentaires et il se pourrait bien qu’il faille encore une ou deux années pour écrire un latin simple. Peut-être mon lecteur pense-t-il que j’ai oublié ou omis volontairement de prévoir le temps nécessaire pour tout ceci ?

  • 43 La grammaire la plus fréquemment utilisée dans les écoles était celle de William Lily (vers 1468-15 (...)

63Je reconnais que par la méthode de Lily43, l’apprentissage par cœur des accidents et de la grammaire demande bien trois ou quatre ans, quelquefois plus (ainsi que beaucoup peuvent en témoigner d’après leur douloureuse expérience), et après cela, à part décliner les noms, former les verbes et mémoriser quelques mots, l’enfant n’en tire plus grand-chose. Il est peu probable que des enfants d’une intelligence normale puissent en aussi peu de temps progresser en latin de manière significative.

64La grande raison de ces difficultés est que la méthode dans sa globalité ne suit pas les règles de la vraie didactique. C’est un principe indéniable que toutes les règles doivent être évidentes de manière à être comprises facilement, surtout celles qui sont destinées à être apprises par les enfants, auxquels il nous faut nous adapter. Les règles dans la grammaire de Lily ne sont pas claires, parce qu’elles sont données en latin, une langue que le débutant ne comprend pas, et pis encore, une grande partie d’entre elles sont données en vers et sont difficilement compréhensibles par un enfant, même une fois traduites en anglais grammatical. […]

65J’espère par ce discours persuader quelques parents de prêter plus d’attention à l’avenir à l’éducation de leurs filles. Vous vous faites des cheveux blancs pour leur amasser une belle dot, qui parfois les mène à la ruine. Voici une dot assurée, un moyen aisé de les rendre excellentes. Combien de filles nées dans l’opulence en ont été réduites à subvenir à leurs propres besoins et à ceux de leur famille, une fois leurs richesses dilapidées, avec comme seul recours leur propre jugement ?

  • 44 Paul, Épître aux Galates, 3, 28 : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libr (...)

66J’espère que certaines de ces considérations vont au moins amener quelques personnes de ce sexe si abusé à s’estimer à leur juste valeur, selon la dignité de leur création, de sorte que, remplies d’une fierté honnête et de magnanimité, elles auront honte d’être asservies et de plier l’échine devant toutes ces folies, ces vanités, ces frivolités et ces divertissements tellement en dessous d’elles, tellement indignes de leur âme noble – une âme qui n’a rien d’inférieur à celle de l’homme et qui est également précieuse à Dieu dans le Christ, en qui il n’est ni homme, ni femme44.

67Et puisque aujourd’hui les hommes se sont même accaparé les vices féminins, qu’une détermination généreuse enflamme vos esprits et vous pousse à reprendre possession de ces vertus qu’ils ont parfois injustement usurpées pour eux seuls – quand elles auraient dû être partagées entre les deux sexes.

Post-scriptum45

  • 45 Cet encart publicitaire a au moins un précédent parmi les émules de Comenius, puisque Charles Hoole (...)

68Si vous vous demandez où cette éducation peut s’obtenir, sachez qu’une école a été récemment créée par une femme de qualité à Tottenham High Cross, à moins de quatre miles de Londres, sur la route de Ware, où enseigne Madame Makin – après avoir été autrefois gouvernante de la princesse Élisabeth, fille du roi Charles Ier. Là, par la grâce de Dieu, on donne aux jeunes filles les principes de la religion et une éducation sobre et vertueuse, et plus particulièrement tout ce qu’on enseigne d’ordinaire dans les autres écoles, soit : divers travaux manuels, la danse, la musique, le chant, l’écriture, la tenue de comptes. La moitié du temps est consacrée à toutes ces activités. L’autre moitié est consacrée à l’apprentissage du latin et du français ; ajoutez à cela, pour celles qui le souhaitent, le grec et l’hébreu, l’italien et l’espagnol, langues que cette dame maîtrise parfaitement.

69Les filles de huit ou neuf ans qui savent déjà bien lire peuvent y recevoir pendant un an ou deux, selon leurs aptitudes, un enseignement de latin et de français, transmis sous la forme de règles simples et courtes accommodées à la grammaire de la langue anglaise, de sorte qu’elles retiendront aisément ce qu’elles auront appris et retrouveront ce qu’elles auront oublié, à la manière de celles qui apprennent la musique par les notes. Celles qui souhaitent rester plus longtemps pourront apprendre les autres langues mentionnées ci-dessus, selon leurs désirs.

70On préparera des expositions pour les leçons de choses, qui permettront aux jeunes filles d’apprendre par l’observation les noms, la nature, les vertus des herbes, des plantes, des arbres, des minéraux, des métaux et des pierres. Celles qui le souhaitent pourront apprendre à peindre, à faire des conserves, des pâtisseries et toute la cuisine. Celles qui resteront plus longtemps pourront acquérir des connaissances générales en astronomie, en géographie et surtout en arithmétique et en histoire.

71Celles qui pensent qu’une langue est suffisante pour une femme pourront se passer des langues et n’apprendre que la philosophie expérimentale ; et plus ou moins de matières parmi celles mentionnées ci-dessus, selon leur souhait.

72Le tarif sera de vingt livres par an ; mais si les progrès en langues et dans les autres disciplines mentionnées ci-dessus (selon ce qui aura été convenu) sont importants, on demandera un supplément ; ce sont les parents eux-mêmes qui jugeront de ce que mérite la préceptrice.

73Ceux qui trouvent ce programme improbable ou infaisable pourront obtenir de plus amples renseignements auprès d’une personne désignée par Madame Makin, tous les mardis au café de Monsieur Mason à Cornhill, près du Royal Exchange, et le jeudi à la taverne de la Flèche et du Tonneau dans Fleetstreet, entre trois et six heures de l’après-midi.

Notes

9 Marie (1662-1694), fille aînée de Jacques, duc d’York (ensuite Jacques II), épouse le prince d’Orange en 1675. Elle accède au pouvoir en 1689 sous le titre de Marie II.

10 Bathsua Makin met ici l’accent sur la disproportion entre petite cause et grands effets.

11 Bathsua Makin idéalise l’éducation de la Renaissance, qui produisit des érudites comme la reine Élisabeth (1533-1603), Jane Grey (1537-1554) ou les filles de Thomas More.

12 Allusion probable à Henri Corneille Agrippa et à ceux qui, tout au long du XVIIe siècle, se réclament de lui, comme John Shirley, William Walsh et Nahum Tate. Voir p. 32, note 12.

13 Au sens de « tête », ici. Allusion à saint Paul : Première Épître aux Corinthiens, 11, 3-4 ou Épître aux Éphésiens, 5, 244.

14 Déesse romaine de la guerre, de la sagesse et des arts, fille de Jupiter et de Hébé.

15 Dans cette épître (fictive), Bathsua Makin introduit le point de vue d’un opposant au traité, ce qui lui permet de réfuter ses objections.

16 Apocalypse de Jean, 2, 14.

17 I Rois, 18.

18 I Rois, 11, 1-13.

19 L’argument est tiré directement d’Henri Corneille Agrippa. Voir C. Gheeraert-Graffeuille, La cuisine et le forum, p. 289 et note 105.

20 L’Asie est censée être la patrie d’Asie, nymphe des océans, fille d’Océan et de Téthys, mère (avec le titan Iapetus, ou Japet) d’Atlas, de Prométhée et d’Épiméthée. Bathsua Makin fait d’Iapetus un de ses enfants, le confondant avec Épiméthée.

21 Europe, princesse phénicienne, est fille d’Agénor (roi de Tyr) et de Télépassa, et sœur de Cadmos. Elle donne son nom au continent européen.

22 Lybie est fille d’Épaphos (fils de Zeus et d’Io). Tout ce passage est tiré directement de la traduction d’Agrippa par Henry Care (Female Pre-Eminence : Or the Dignity and Excellency of that Sex, above the Make, Londres, 1670, p. 52)

23 « Minerve n’est pas née de n’importe quel bois/arbre ». Il faut lire ligno. En fait, Minerve sortit tout armée du crâne de son père, Zeus. Elle correspond à l’Athéna des Grecs.

24 Dans l’Odyssée, l’enchanteresse Circé tente de séduire Ulysse et de lui faire boire une potion magique qui transforme quiconque en boit en cochon ; Ulysse échappe à la métamorphose grâce à une plante offerte par Hermès.

25 Bathsua Makin emploie ici un néologisme très fort : Under-breeding.

26 « Abbatis et eruditæ », dans Familiarium colloquiorum formulæ [Bâle, 1524]. Il en existe de nombreuses éditions et traductions anglaises au XVIIe siècle. Dans cette satire de l’abbé, Érasme défend l’éducation des femmes, rejoignant sur ce point Juan Luis Vives (De institutione feminæ christianæ, Antverpiæ, 1524).

27 Toutes sont des figures féminines positives de la Bible : respectivement Exode, 15, 20 ; Juges, 4, 4-9 ; Juges, 4, 17-22 ; Livre de Judith (apocryphe) ; Esther, 4-8.

28 Phœbé, diaconesse louée par Paul (Épître aux Romains, 16, 1) ; Priscilla : ibid., 16, 3 ; Loïs et Eunice : Seconde Épître à Timothée, 1, 5. La « femme élue » est mentionnée dans Seconde Épître de Jean, 1.

29 Sénèque est l’auteur d’une consolation à sa mère, Consolatio ad Helviam. Il faut lire Helvia, non Helvigia.

30 Peut-être Edward Montagu, deuxième comte de Sandwich (1648-1688), amateur de sciences. Il est le fils d’Edward, premier comte de Sandwich (1626-1672) et de Jemima Crew ; et il épousa la fille de Sir Robert Boyle, dont il eut deux enfants. Samuel Pepys, dans son Journal, l’appelle familièrement « l’enfant ».

31 La mère de Jules César (100-44 av. J. -C.), Aurélie, est une figure d’érudite.

32 I Rois, 18.

33 II Rois, 8.

34 Élisabeth Ire (1533-1603), qui règne en Angleterre de 1558 à 1603, est elle-même une érudite. Elle traduit Marguerite de Navarre ainsi que les psaumes, et est l’auteur de poèmes.

35 Anne Askew (1521-1546), poète, considérée comme martyre protestante, fut persécutée comme hérétique sous Henry VIII. Forcée par son père à épouser un catholique, elle se réfugie à Londres, où elle donne des sermons et distribue des livres protestants alors interdits ; elle engage des démarches pour obtenir le divorce. Elle est arrêtée et torturée, avant d’être brûlée vive.

36 C’est ce que dit John Milton, lorsqu’il montre Ève choisissant de se retirer, alors que Raphaël enseigne à Adam l’histoire du monde, pour pouvoir ne tenir ses connaissances que de lui : « Her husband the Relater she preferr’d/Before the Angel, and of him to ask/Chose rather » (Paradise Lost, Londres, 1674, livre VIII, v. 52-54).

37 Respectivement Exode, 15 et Juge, 4, 14.

38 Voir p. 112, note 3 et p. 181.

39 Rappelons que les garçons allaient à l’université parfois très tôt, dès treize ou quatorze ans.

40 Jan Amos Comenius (voir la notice sur Bathsua Makin, p. 135, et introduction, p. 23), philosophe et pédagogue, est l’auteur de manuels destinés aux enfants et fondés sur une notion moderne de la pédagogie. Présentés de manière systématique, ils utilisent largement la mémoire visuelle, incluant par exemple des images dans le texte, mais en privilégiant toujours les exemples et l’expérience sur l’apprentissage des règles. Orbis sensualium pictus (Le monde illustré des choses sensibles, Noribergæ, 1658) peut être considéré comme l’un des premiers livres d’images destinés aux enfants et sera utilisé pendant deux cents ans. Januæ linguarum reseratæ (La porte ouverte des langues, Leszno, 1631) présente une méthode systématique d’apprentissage des langues : il s’agit d’un glossaire organisé selon les disciplines et domaines du savoir en trois langues. Cet ouvrage sera adapté pendant tout le siècle selon les pays, les deux premières langues étant le latin et le grec, mais la langue vernaculaire pouvant varier (anglais, français, allemand…).

41 Il s’agit là d’un programme scolaire classique pour un garçon. Les Sententiæ pueriles de Leonhard Culmann (vers 1498-1562) sont rééditées de nombreuses fois tout au long du siècle ; les Colloquia de Corderius ou Mathurin Cordier (vers 1480-1564), grammairien français protestant, maître de Calvin à Genève, ont beaucoup de succès.

42 Manuel en grec. C’est aussi le titre du manuel d’Épictète dont le titre latin est Epicteti Enchiridon (nombreuses traductions et rééditions au XVIIe siècle).

43 La grammaire la plus fréquemment utilisée dans les écoles était celle de William Lily (vers 1468-1522) (Gillelmi Lilii grammatici et poetæ eximii, 1528, nombreuses éditions ultérieures) ; plusieurs fois remaniée, elle reste en usage jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Bathsua Makin dénonce aussi l’apprentissage scolastique fondé sur la mémorisation et non sur l’entraînement de l’intelligence et le raisonnement.

44 Paul, Épître aux Galates, 3, 28 : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. »

45 Cet encart publicitaire a au moins un précédent parmi les émules de Comenius, puisque Charles Hoole (1610-1667), grammairien, maître d’école et traducteur du Orbis pictus de Comenius en Angleterre, inclut dans l’édition anglaise de Comenius de 1659 une annonce tout à fait semblable, pour annoncer la création de son école (Joh. Amos Commenii Orbis sensualium pictus… Joh. Amos Commenius’s Visible World. Or, A Picture and Nomenclature of all the Chief Things that are in the World, Londres, 1659).

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search