Version classiqueVersion mobile

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

Les précurseurs

La vocation des dames

The ladies calling (1673)

Richard Allestree

Texte intégral

1Richard Allestree (1619-1681), théologien royaliste pendant la guerre civile, est nommé chanoine de Christ Church, Oxford, à la Restauration, puis il dirige la prestigieuse école d’Eton de 1665 à 1679. Il est aussi l’auteur d’un livre de conduite destiné aux hommes intitulé The Gentleman’s Calling (1660). The Ladies Calling, assez conventionnel dans son argumentation, a longtemps été attribué à Lady Dorothy Pakington (1623-1679). Résolument aristocratique dans son parti pris, le traité se présente comme un livre de conduite pour dames, dont la vocation, mentionnée dans le titre, doit être purement religieuse. L’auteur reprend à son compte les arguments de la réhabilitation théologique de la femme. Ce débat qui perdure tout au long du XVIIe siècle témoigne encore de la résistance aux idées d’une possible « égalité » intellectuelle ou morale. La vision de l’éducation de Richard Allestree, qui n’est mentionnée que dans la préface, n’est pas précisément décrite et seule la morale et la religion sont mises en avant, tandis que, comme dans les livres de conduite du début du siècle, on continue à prôner pour les femmes la décence et la réserve. Le point de vue est celui d’un conservateur éclairé, puisque, tout en rappelant l’infériorité intellectuelle de la femme, il défend son égalité spirituelle et son droit à l’éducation. Ce texte rencontra un certain succès et connut sept éditions entre 1673 et 1700.

Préface

  • 2 Selon la tradition, Théano, femme de Pythagore, continua l’école de Pythagore après sa mort. Elle é (...)
  • 3 Tanaquil, femme de Tarquin l’Ancien : douée du don de prophétie, elle devint la conseillère de ce d (...)
  • 4 Épître de Paul aux Galates, 3, 28. La fin de la citation est omise : « car tous vous êtes un en Jés (...)

2[…] On verra d’abord qu’il est difficile d’affirmer que [les femmes] sont naturellement inférieures aux hommes, lorsqu’on considère combien de poids extrinsèque est mis dans la balance pour la faire pencher en faveur de ces derniers. Les aptitudes naturelles des hommes sont cultivées et perfectionnées par l’éducation, raffinées et rendues plus subtiles par le savoir et les arts ; ils sont comme un lopin de terre enclos sur des communaux et qui, par la culture et l’industrie, devient différent du reste, bien que le sol ne présente aucune inégalité naturelle au départ. Et vraiment, si les femmes avaient le même avantage, je ne doute pas qu’elles donneraient autant de fruits ; les rares femmes qui ont été mises à l’épreuve se sont avérées éminentes dans différentes disciplines du savoir. Sans parler des exemples modernes, Théano après la mort de Pythagore a repris l’école de ce dernier ; Socrate reconnaît avoir appris la rhétorique par Aspasia, mais aussi avoir été instruit des questions de philosophie les plus complexes par Diotime2. L’histoire romaine nous informe de la profonde sagesse de Tanaquil, de Cornélie, de Livia3, pour ne nommer qu’elles ; et si nous étions sûrs que les femmes avaient assez de jugeote et d’humilité à opposer à la vanité de la connaissance, je ne vois pas pourquoi elles ne pourraient être plus souvent autorisées à y accéder. Car si elles pouvaient être protégées contre les mauvaises herbes, nul doute que leur sol est assez riche pour offrir une riche moisson. Mais sans vouloir réfuter une opinion reçue, admettons qu’en ce qui concerne leur intellect elles soient inférieures aux hommes ; en revanche, en ce qui concerne la partie la plus élevée de l’humanité, elles sont leurs égales : elles possèdent une âme d’une origine tout aussi divine et éternelle, et tout autant capable de béatitude infinie. Cette essence spirituelle, ce rayon de divinité, ne connaît pas de différence de sexe ; si bien que dans ce sens aussi, cet aphorisme de l’apôtre se vérifie, Il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un (Galates 3, 28)4. Et assurément, c’est là la seule et unique excellence transcendante de la nature humaine.

  • 5 La formulation, très clairement néoplatonicienne ici, semble préfigurer Mary Astell.

3[…] Aussi laissez-moi supplier les dames de se faire justice en évitant de se sous-estimer. Pourquoi abâtardiraient-elles leur grandeur en se glorifiant d’un titre qui n’est que du vent, quand elles pourraient se targuer de descendre de bien au-delà des étoiles et d’entretenir une parenté avec la divinité ? Pourquoi adoreraient-elles l’image fictive de la beauté, peut-être plus fictive encore que celle que leur présente leur miroir, quand il suffit qu’elles regardent à l’intérieur pour découvrir une Idée infiniment plus belle, une émanation de la Lumière éternelle5 ? Si à cet égard elles s’évaluaient à leur juste valeur, elles balaieraient toutes ces choses insignifiantes et vaines auxquelles elles s’adonnent aujourd’hui et ne souffriraient pas que la partie la plus noble de leur être soit ainsi offensée par la compétition inégale de la partie la plus vile.

[…]

  • 6 Exode, 14, 24.
  • 7 Exode, 16.
  • 8 Référence non identifiée, qui ne figure pas dans Malachie, 2.

4Nous pouvons ainsi conclure que, quelle que soit l’impuissance qui caractérise les femmes, elle n’est pas naturelle, mais acquise ; elle ne vient pas de l’avarice du Seigneur, mais de la mauvaise gestion de ses bienfaits. Il a placé en leur sein une colonne de feu et de nuées6 suffisante pour les protéger et les conduire à travers toutes les tempêtes, toutes les difficultés qui peuvent se présenter pendant leur voyage vers Canaan ; si elles oublient cette partie intrinsèque de leur être, vivent comme si elles n’étaient qu’un corps et rejettent la manne pour adorer les cailles7, elles doivent reconnaître que la destruction qui s’ensuit est de leur faute. Qu’elles n’accusent pas Dieu sottement ou pensent qu’en les faisant femmes, Il a voulu qu’elles soient orgueilleuses, ou impudiques, vaines ou querelleuses ; puisqu’il est manifeste qu’Il les a créées pour de plus hautes fonctions, n’a pas été partial pour l’autre sexe, mais que, caractérisé par l’abondance d’esprit (Mal. 2) comme le dit le prophète8, Il l’a également réparti et a donné à la plus faible des femmes une âme aussi large et aussi capable que celle du plus grand héros.

Notes

2 Selon la tradition, Théano, femme de Pythagore, continua l’école de Pythagore après sa mort. Elle écrivit des traités de mathématiques et de médecine. Aspasia, qui vécut au Ve siècle avant Jésus-Christ, est décrite comme l’une des femmes les plus belles et les plus érudites de son temps ; elle devint la compagne de Périclès. Platon lui rend hommage : Socrate aurait appris d’elle la rhétorique. Diotime est une prêtresse, personnage du Banquet de Platon.

3 Tanaquil, femme de Tarquin l’Ancien : douée du don de prophétie, elle devint la conseillère de ce dernier lorsqu’il fut élu roi. Cornélie, Romaine, femme de Tibère Gracchus le Grand : à la mort de son mari en 154 avant J.-C., elle refuse de se remarier et se consacre à l’éducation de ses enfants, sa fille Sempronia et les tribuns Tibère Sempronius Gracchus et Gaius Gracchus. Elle est admirée de Cicéron et elle est souvent citée comme modèle de sagesse et de vertu. Déjà avancée en âge, elle étudie le grec et le latin. Livia Drusilla (58-17 avant J.-C.), femme de Tibère Claude Néron, divorce de son premier mari pour épouser Octave. Étroitement associée à l’exercice du pouvoir par son mari, elle incarne (paradoxalement) les valeurs romaines de la famille.

4 Épître de Paul aux Galates, 3, 28. La fin de la citation est omise : « car tous vous êtes un en Jésus-Christ ».

5 La formulation, très clairement néoplatonicienne ici, semble préfigurer Mary Astell.

6 Exode, 14, 24.

7 Exode, 16.

8 Référence non identifiée, qui ne figure pas dans Malachie, 2.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search