Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Opinions de philosophie et de physique

The philosophical and physical opinions (1655)

p. 127-128


Texte intégral

1Dans The Philosophical and Physical Opinions, qui vient après un recueil de poésie, Poems and Fancies (1653), Margaret Cavendish (1623-1673) inaugure sa carrière de penseur philosophique. En l’espace de seize ans, elle publiera près d’une vingtaine d’ouvrages à compte d’auteur et dans tous les genres, malgré les railleries de ses contemporains – et surtout de ses contemporaines. En exil à Paris puis à Anvers pendant la guerre civile et le Commonwealth, elle fréquente les intellectuels les plus importants de son temps, qui sont reçus par son mari, le général royaliste et mécène William Cavendish, marquis puis duc de Newcastle. Passionnée de philosophie de la nature, elle revendique dans cet ouvrage sa liberté de pensée, liberté qu’elle tient, selon elle, du fait de n’avoir lu ni les autorités de l’Antiquité, ni les textes philosophiques marquants de son époque, provocation que l’on peut interpréter comme une déclaration éminemment « moderne ». Dans cet extrait en particulier, une épître aux universités d’Oxford et de Cambridge, temples du savoir, elle dénonce l’ignorance dans laquelle sont tenues les femmes.

Aux deux universités.
Illustres érudits,

2Je vous fais ici présent de la somme de mes travaux, non pas que je pense que les sages de l’École et que des étudiants si laborieux puissent attribuer quelque mérite à mon livre, mais pour qu’ils le reçoivent sans mépris, au nom de l’encouragement dû à notre sexe, de peur qu’avec le temps nous ne devenions aussi hébétées que des simples d’esprit, à cause de l’abattement intellectuel qui va avec la négligente insouciance et le mépris dans lesquels le sexe masculin tient le sexe féminin – puisque les hommes estiment impossible que nous ayons de l’érudition, de l’intelligence, de l’esprit ou du bon sens, comme si nous n’avions pas une âme rationnelle aussi bien qu’eux. Et nous, à cause de l’accoutumance à cet abattement, nous finissons par le penser aussi et abandonnons tout effort pour acquérir des connaissances profitables. Nous nous consacrons seulement à l’amour et autres occupations mesquines qui nous privent de nos capacités non seulement pour les arts libéraux1, mais aussi pour la spéculation d’ordre supérieur, si bien que nous sommes comme des vers de terre qui ne connaissent rien d’autre que la morne terre de l’ignorance. Nous parvenons parfois à nous tortiller juste assez pour émerger à l’air libre grâce à l’assistance de la pluie rafraîchissante de l’éducation – mais elle nous est rarement offerte ; car on nous tient enfermées comme des oiseaux en cage, juste bons à sautiller de-ci de-là dans notre maison, sans pouvoir aller voir au-dehors les mille et une manifestations changeantes de la fortune et les humeurs infiniment variées que la nature a créées et ordonnées. Ainsi privées de l’expérience de la nature, comment pourrions-nous ne pas manquer d’intelligence et de connaissances, et par conséquent de la prudence et de l’invention qui caractérisent les hommes ? C’est ainsi qu’en vertu d’une opinion masculine que j’espère erronée, on nous tient à l’écart de toute position de pouvoir et d’autorité, et qu’on ne nous emploie jamais dans les affaires civiles ou militaires ; notre avis est méprisé et raillé, les meilleures de nos actions sont foulées aux pieds avec dédain, tout cela à cause de l’opinion excessivement orgueilleuse que les hommes se font d’eux-mêmes, et de leur morgue à notre égard. (f. B2v)

Notes de bas de page

1 Les arts libéraux qui, au Moyen Âge, étaient constitués du Trivium – didactique, grammaire, rhétorique – et du Quadrivium – arithmétique, astronomie, géométrie et musique –, étaient enseignés dans toutes les universités européennes.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.