Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

Mary Astell

Réflexions sur le mariage, à l’occasion de l’affaire du duc et de la duchesse de mazarin

Some reflections upon marriage, occasion’d by the duke and dutchess of mazarine’s case1 (1700)

Texte intégral

Préface2

  • 1 Les circonstances de ce texte sont les suivantes : à l’instigation de son oncle, le cardinal de Maz (...)
  • 2 Cette préface ne fait son apparition que dans la 3e édition du texte, en 1706.

[…]

1Loin d’elle [l’auteur] le désir de susciter une quelconque sédition, nul ne l’abhorre davantage ; et elle désire du fond du cœur que nos maîtres montrent la même obéissance à l’égard de leurs gouverneurs civils et ecclésiastiques que celle qu’ils exigent de leurs sujets domestiques. Elle ne peut comprendre en quoi elle sape l’empire masculin ou fait sonner la trompette de la rébellion aux oreilles d’une moitié de l’humanité. Est-ce en exhortant les femmes à ne pas s’attendre à voir leurs désirs exaucés en quoi que ce soit, mais à être totalement soumises dès le moment où elles se sont choisies un seigneur et maître, même s’il s’avère n’être pas un gouverneur aussi sage, aussi bon, ni même aussi juste qu’elles le pensaient ? Il est vrai qu’elle ne leur a pas conseillé de prendre sa folie pour de la sagesse, ou sa brutalité pour l’amour et la dévotion qu’il leur avait promis par le serment du mariage, car cela eût demandé un tour d’esprit et une ampleur d’imagination bien trop vastes pour ses pauvres facultés et dont seul un entendement masculin est capable. Quoi qu’il en soit, elle ne les a en aucune manière incitées à résister à l’époux parjure ou à le renverser, bien que les lois de Dieu et du royaume prévoient des dispositions spéciales dans ce cas où, on peut le craindre, bien peu d’hommes peuvent vraiment plaider non coupables.

  • 3 La loi salique, codifiée au VIe siècle par les Francs Saliens, prévoit que les femmes ne peuvent hé (...)

2Il est vrai que, faute d’éducation et privée de ce génie supérieur que revendiquent les hommes en tant qu’hommes, elle n’était pas au courant de l’infériorité naturelle de notre sexe, que nos maîtres posent comme vérité fondamentale et évidente. Elle ne voyait rien dans la raison naturelle qui en fît un principe ou une conclusion, bien au contraire, mais c’était sédition pour le moins, sinon trahison, que de l’affirmer dans ce royaume. Car si par la supériorité naturelle de leur sexe, ils veulent dire que chaque homme est par nature supérieur à chaque femme – ce qui est la signification de leur propos, à laquelle il faut bien se tenir s’ils veulent être logiques –, le pouvoir exercé par toute femme sur tout homme serait un péché, et la plus grande reine ne devrait pas même commander son propre valet mais lui obéir, sous prétexte qu’aucune loi locale ne saurait se substituer à la loi de nature ou la modifier ; si bien que, si le pouvoir des hommes était tel, la loi salique, si injuste paraisse-t-elle aux yeux des Anglais depuis toujours, devrait s’imposer à la terre entière et les règnes très glorieux décrits dans les annales anglaises, danoises, castillanes et autres n’auraient été que des infractions immorales à la loi de nature3 !

  • 4 Allusion au couronnement de la reine Anne en 1702.

3S’ils veulent dire que certains hommes sont supérieurs à certaines femmes, ce n’est pas là une grande découverte ; s’ils avaient inversé les points de vue, ils se seraient avisés que certaines femmes sont supérieures à certains hommes. Ou, s’ils avaient bien voulu se remémorer leur serment d’allégeance et de suprématie, ils se seraient souvenus qu’une femme est supérieure à tous les hommes dans nos contrées, à moins qu’ils n’aient prêté serment en l’air4. Et on ne saurait supposer que leur raison et leur religion puissent les autoriser à prononcer des serments contraires à la loi de nature et à la raison naturelle.

[…]

  • 5 Allusion possible à Thomas Hobbes qui, dans le Leviathan, accorde à la mère un pouvoir absolu sur s (...)
  • 6 William Whiston, dans A New Theory of the Earth, 1696, avait en effet souligné l’égalité entre les (...)

4Que la coutume du monde ait mis les femmes, dans leur ensemble, dans un état de sujétion, cela est indéniable ; mais le droit ne peut pas être plus démontré par les faits que justifié par la prédominance du vice. Un certain grand homme a entrepris de prouver par des raisons non négligeables que dans l’état de nature originel, la femme était supérieure à l’homme et que sa soumission à ce dernier est une conséquence de la Chute et la punition pour son péché5. Et cet ingénieux théoricien, Monsieur Whiston, affirme qu’avant la Chute régnait une plus grande égalité entre les sexes6. Quoi qu’il en soit, ce n’est certainement pas faire preuve d’arrogance pour une femme de conclure qu’elle a été créée pour le service de Dieu et que c’est là sa fin, car Dieu a créé toutes choses pour Lui-même et un esprit rationnel est trop noble pour avoir été fait à la seule fin de servir une autre créature. Qu’elle se voit obligée à tout moment de servir un homme n’est qu’une occupation fortuite, comme peut l’être par exemple pour n’importe quel homme la nécessité et l’obligation de garder des cochons : il n’a pas été créé pour cela, mais s’il loue ses services pour un tel emploi, il faut bien qu’il s’en acquitte consciencieusement.

[…]

  • 7 Tout ce passage est une attaque dirigée contre John Locke et sa justification de la
  • 8 Mary Astell se réfère ici à John Locke, Two Treatises of Government, Londres, 1690, par
  • 9 exemple Second Treatise, section 4, 22, 87, 95.
  • 10 Paraphrase de Locke, Second Treatise, livre II, section 22 (ibid., p. 283-84). Dans toute cette sec (...)

5À nouveau, si la souveraineté absolue n’est pas nécessaire dans l’État, pourquoi le serait-elle dans la famille ?7 Ou si elle l’est dans la famille, pourquoi pas dans l’État, puisqu’on ne peut arguer d’une raison pour l’un qui ne puisse s’appliquer avec encore plus de force pour l’autre ? Si l’autorité du mari, aussi loin qu’elle aille, est sacrée et inaliénable, pourquoi pas celle du Prince ? Sans conteste, le souverain domestique est élu et les stipulations comme le contrat sont mutuels, aussi n’est-il pas partial au dernier degré pour les hommes de revendiquer et d’appliquer dans leur famille ce pouvoir arbitraire qu’ils abhorrent et dénoncent à grands cris dans l’État ? Car si le pouvoir arbitraire est mauvais en lui-même, s’il est une méthode impropre pour gouverner des agents rationnels et libres, on ne devrait l’appliquer nulle part ; et il est encore plus néfaste dans les familles que dans l’État, car on compte alors cent mille tyrans au lieu d’un seul. Ce n’est rien qu’un mari puisse ôter la vie à sa femme sans être responsable aux yeux de la loi ; il peut faire pis encore pour un esprit généreux : lui rendre la vie misérable, ce contre quoi elle n’a aucun recours, pas même la pitié qu’on accorde à tous les plaignants, puisqu’on considère que c’est le devoir d’une épouse que de tout souffrir sans se plaindre. Si tous les hommes naissent libres, comment se fait-il que toutes les femmes naissent esclaves8 ? Comme c’est le cas, si l’on considère qu’être soumises au bon vouloir des hommes, inconstant, incertain, imprévisible et arbitraire, est la nature même de l’esclavage9, et que l’essence de la liberté consiste, comme le disent nos maîtres, dans le fait d’avoir une règle établie selon laquelle vivre10. Et pourquoi l’esclavage est-il tellement condamné et combattu dans un cas, et applaudi, voire considéré comme aussi nécessaire et sacré dans l’autre ?

[…]

  • 11 Josué 2 et 6, 22-25.
  • 12 II Samuel 3.
  • 13 II Samuel 17, 17-20.
  • 14 Évangile selon Luc, 10, 38-39.
  • 15 Actes 12, 7-14.

6Certains hommes diront que la raison pour laquelle notre Seigneur apparut d’abord aux femmes est qu’elles étaient les moins susceptibles de garder un secret ; une remarque bien masculine et bien spirituelle, qui montre une piété extraordinaire ! Mais sans débattre pour savoir si ces femmes étaient des commères ou pas, on trouve de nombreux exemples dans les Saintes Écritures de femmes qui n’ont pas trahi la confiance qu’on a placée en elles. Ainsi Rahab, bien que précédemment femme de mauvaise vie, se convertit après avoir entendu rapporter les miracles que les Juifs avaient vus, bien qu’ils n’eussent pas cru en Dieu et qu’ils eussent refusé d’accorder foi à sa parole, et elle reconnaît le Dieu du Ciel ; en récompense de services rendus en cachant les espions de Josué, elle et sa famille sont épargnées pendant la destruction de son pays et elle a l’honneur d’être mentionnée dans la généalogie du Messie11. Mical, pour sauver la vie de David, s’exposa à la furie d’un prince tyrannique et jaloux12 : les graves conseillers de David chargèrent la jeune fille d’envoyer à ce dernier des informateurs pendant la rébellion de son fils ; et lorsqu’un jeune homme les surprit et en avertit Absalon, elle ne trahit pas les amis du roi qui avaient fait ainsi confiance à la prudence et à la fidélité d’une femme13. Lorsque notre Seigneur échappa aux Juifs, il se remit en toute confiance entre les mains de Marthe et de Marie14. De même, Pierre avec une autre Marie, lorsque l’ange le délivra des prisons d’Hérode, et que c’est une demoiselle Rhode qui reçut la nouvelle15. On pourrait continuer longtemps, mais on a suffisamment montré, il me semble, que quelles que soient les grandes et sages raisons que les hommes ont de mépriser les femmes et de les maintenir dans l’ignorance et l’esclavage, il est impossible qu’ils les tiennent des Saintes Écritures. La Bible nous est favorable, non le contraire, et elle ne peut être utilisée pour justifier notre exploitation, à moins de lui faire absolument violence.

7Cependant, il existe des raisons fortes et convaincantes à l’appui de la supériorité et de la prééminence des hommes. Tout d’abord, on consacre beaucoup de temps, de soins, d’attention et d’argent à l’éducation des garçons, rien ou très peu pour les filles. Les premiers sont initiés aux sciences, on leur parle des découvertes anciennes et modernes, ils étudient la littérature et les hommes, reçoivent toutes les sortes d’encouragements imaginables : la gloire – récompense ô combien stérile de nos jours –, mais aussi les titres, l’autorité, le pouvoir et les richesses mêmes, qui leur permettent ensuite de tout acquérir, sont les récompenses de leurs progrès. Les secondes sont enfermées, réprimandées et battues, non pour les inciter à l’étude des muses, mais pour les empêcher de s’y consacrer ; le rire et le ridicule – épouvantails infaillibles – sont utilisés pour les éloigner de l’arbre de la connaissance. Mais si, en dépit de ces difficultés, la nature l’emporte et qu’on ne parvienne pas à les garder aussi ignorantes que leurs maîtres le voudraient, on les regarde comme des monstres, on les censure, on les envie et on les décourage chaque jour ; au mieux elles ont la destinée que leur prédit le proverbe : Vertu louée est affamée. Aussi, puisque, n’importe quel ouvrier pourra vous le dire, les matières les plus grossières requièrent un raffinage maximal et le sol le moins bon le plus de travail, il s’ensuit de manière indéniable que l’entendement des hommes est supérieur à celui des femmes, car après de nombreuses années d’étude et d’expérience, ils deviennent sages et instruits, alors que les femmes ne naissent pas telles !

8Encore une fois, aux hommes reviennent toutes les positions de pouvoir, de confiance et de supériorité ; ils font les lois et exercent la magistrature. Non seulement ils possèdent l’épée au fil le plus tranchant, mais toutes les épées et aussi toutes les arquebuses, ce qui, par la logique la plus évidente du monde, leur donne le meilleur titre à tout ce à quoi ils prétendent comme étant leur prérogative. Qui pourra lutter avec eux ? La prescription immémoriale est de leur côté dans cette partie du monde, comme la tradition antique et l’usage moderne ! Nos pères ont depuis toujours enseigné et en même temps pratiqué la supériorité sur le sexe faible, et par conséquent, les femmes sont par nature inférieures aux hommes, ce qu’il fallait démontrer. Voilà un argument qu’il faut bien reconnaître comme irréfutable, car bien que j’aime beaucoup mon sexe, je ne prétendrai pas répondre à une telle démonstration.

9Laissez-moi seulement vous prier de m’informer à qui nous autres, pauvres filles sans père et veuves qui avons perdu notre maître, devons soumission ? Il n’est pas possible que ce soit à tous les hommes en général, à moins que tous les hommes ne s’accordent pour donner les mêmes ordres ; est-ce qu’il nous faut tomber, comme les chiens perdus, sous le joug du premier qui nous trouve ? D’après les maximes de certains hommes et la conduite de certaines femmes, il semblerait que oui. Mais quel que soit celui qui devient ainsi notre maître, s’il nous autorise à être des créatures raisonnables et ne se contente pas de nous en attribuer seulement le titre, dans la mesure où personne ne nie notre penchant à user de notre langue, il serait dans son intérêt, et nous l’y invitons chaleureusement, à nous apprendre à éduquer notre raison. Mais si on ne nous reconnaît de raison que par raillerie et que la maxime secrète est que nous n’en avons pas, ou à peine plus que les animaux, c’est encore là le meilleur moyen de nous confiner par les chaînes et par les fers au coin du feu, ce qui permet d’ailleurs sans doute d’éviter la faillite et le déshonneur de certaines familles.

10Je ne propose pas cela pour empêcher une rébellion, car les femmes ne sont pas si unies qu’elles puissent organiser une insurrection. Elles ont pour la plupart suffisamment de bon sens pour aimer leurs chaînes et pour réaliser combien elles leur conviennent. Elles ont d’elles-mêmes une opinion aussi humble que leurs maîtres puissent le désirer, quand elles observent l’autre sexe, mais quand elles considèrent le leur, elles ont une touche d’ambition toute masculine, toutes voudraient mener et aucune suivre. Les deux sexes, étant trop sensibles à l’envie et trop réticents à l’égard de l’émulation, préfèrent médire de la vertu de leur prochain plutôt que perfectionner la leur. Ainsi, ces femmes, nées pour l’esclavage, sont si convaincues de leur infériorité qu’elles croient impossible d’atteindre à quelque excellence que ce soit ; et elles estiment sotte celle qui voudrait tenter de se libérer ou de progresser, car elles connaissent mieux que quiconque, ou du moins le croient-elles, leur force et leur génie propres. Non, qu’elles continuent donc de jouir du grand honneur et de la félicité de leur condition soumise, dépendante, humble ! Que les hommes applaudissent et qu’ils se glorifient de cette merveilleuse humilité ! Qu’elles reçoivent toujours les flatteries et les grimaces du sexe opposé, qu’elles vivent sans connaître l’envie du leur et soient aimées autant que puissent l’être des femmes de cette sorte ! Qu’elles jouissent donc de la gloire de marcher dans les pas de celles qui les ont précédées et, prudentes, d’éviter toute tentative audacieuse de s’élever au-delà de leur sphère ! Qu’elles continuent à tenir leur maison, à s’adonner au jeu et à se pomponner pour recevoir gaiement en société ! Ou, mieux encore, qu’elles soulagent les pauvres pour apaiser leur propre compassion, qu’elles lisent des livres pieux, disent leurs prières et aillent à l’église parce qu’on leur a appris à le faire, bien qu’elles soient incapables de faire raison de leur foi et de leurs pratiques ! Qu’en aucun cas elles n’aspirent à être des femmes d’esprit, car aucun homme ne peut souffrir une femme d’intelligence supérieure ; ou s’il traite une femme raisonnable de manière civile, ce n’est que parce qu’il pense lui être supérieur ou la croit assez sage pour faire une exception pour lui et ajuster sa conduite à ses instructions. Elles peuvent bien prétendre, en effet, à l’intelligence, puisque les prétentions seules ne font que nous rendre plus ridicules ! Qu’on les appelle, en un mot, femmes, car cela, c’est acceptable pour tous les hommes, ou qu’elles aspirent au titre de bonnes dévotes, puisque certains le tolèrent ; mais qu’elles ne jugent pas du beau sexe selon leur propre futilité. Car le grand Auteur de la nature, fontaine de toute perfection, n’a jamais voulu que le symbole de toutes les autres créatures soit une créature médiocre et imparfaite : au contraire, Il en a fait la plus complète et la plus excellente.

  • 16 Oiseau mythologique vivant sur la mer. Pour lui permettre de couver ses œufs, Zeus lui avait accord (...)
  • 17 Allusion apocalyptique à l’avènement de la Nouvelle Jérusalem (Apocalypse de Jean, 20-21), nouveau (...)

11Pour conclure, si cette GRANDE REINE qui a soumis les orgueilleux et fait fuir plus d’une fois devant elle ceux qui se prétendaient invincibles, qui a secouru un empire, vaincu un royaume, conquis des provinces en aussi peu de temps qu’il en faut pour les traverser, et qui semble avoir enchaîné la Victoire à son étendard ; cette reine qui fait valser les couronnes, donne des lois et la liberté à l’Europe, qui est l’instrument majeur dans les mains du Tout-Puissant pour renverser et établir les grands hommes de la Terre ; qui conquiert partout pour d’autres et nulle part pour son seul profit, sinon dans le cœur des vaincus – vaincus qui sont parmi les bénéficiaires de ses triomphes, car elle ne récolte pour elle-même que les lauriers d’une gloire désintéressée et le royal plaisir d’agir héroïquement ; si cette gloire de son sexe, dis-je, objet d’envie de l’autre sexe, pense que nous n’avons pas besoin de la protection de son bras victorieux – à moins qu’elle ne nous en juge pas dignes –, et si les hommes n’ont pas la gratitude, pas même pour l’amour d’elle, de rendre justice à son sexe, bien qu’elle ait été pour eux une telle bienfaitrice, alors il nous faut dire adieu aux libertés, non pas seulement dans cette région ou cette nation, mais pour la moitié de l’humanité ! Adieu à toutes les grandes choses que les femmes pourraient accomplir inspirées par son exemple, encouragées par ses sourires et soutenues par son pouvoir ! Adieu à l’exploration par elles de nouveaux mondes où cette reine pourrait exercer sa bonté, adieu à la découverte par elles de nouvelles sciences qui permettraient de publier sa gloire et de soumettre la nature elle-même à son empire ! Adieu à l’annihilation de ces terribles tyrans, l’impiété et l’im moralité, qui osent défiler dans ses possessions et dévorer des âmes presque jusque devant son trône, laissant derrière eux une puanteur que l’encens de ses dévotions peine à couvrir ! Adieu à l’ouverture par les femmes de nouvelles voies pour l’honneur, que seules suivront celles qui méprisent de s’élever par des courbettes et qui sont insensibles à la flatterie reçue ou donnée. En un mot, adieu à ces jours de l’Alcyon16, ou si vous préférez aux jours du millenium17, où le loup et l’agneau pourront paître ensemble, et où une domination tyrannique que la nature n’avait jamais voulue ne rendra plus inutiles, voire néfastes, l’industrie et l’intelligence de la moitié de l’humanité !

Réflexions sur le mariage

[…]

  • 18 Philosophical Lady.

12Mais des personnes avisées objecteront peut-être que si les femmes étaient autorisées à se perfectionner au lieu d’en être dissuadées, entre autres, par ces quolibets et ces railleries si spirituelles dont on accable toute femme raisonnable ou intellectuelle, ou femme savante18, comme on l’appelle avec dérision, elles deviendraient trop sages et trop parfaites pour les hommes. Je le concède, pour les hommes vicieux et sots. Il ne faut pas s’étonner que l’homme résolu à ne pas trop se soucier de sa propre éducation s’inquiète de ne pouvoir les gouverner si elles en ont trop. Mais nous l’espérons, ils ne sont pas très nombreux à raisonner ainsi, les sots sans doute, et loin de constituer un argument contre l’éducation des femmes, c’en est bien plutôt un en sa faveur, si nous supposons les hommes autant capables de progresser que les femmes – et a fortiori si, selon la tradition, on considère qu’ils ont même une capacité supérieure pour le faire. Voilà en effet matière à les inciter à être ce qu’ils devraient être, à les empêcher de perdre leur temps et d’abuser de leurs facultés pour servir leurs appétits déréglés et leurs désirs irraisonnés ; que les pauvres et méprisables femmes, qui sont leurs esclaves, les poussent donc à exceller dans ce qui est véritablement excellent ! Ils auraient honte alors de consacrer un esprit immortel à des objets aussi indignes que tous ces calculs pour satisfaire leurs désirs sensuels, alors que les femmes, par une conduite plus sage, se sont élevées à un degré de pensée, à une exigence d’intelligence, à une clarté et une force de raisonnement, à une pureté et une élévation d’esprit, à une maîtrise de leurs passions, à une égalité de volonté et d’affection tels – en un mot à un sommet de perfection si rare, de cette perfection que l’âme humaine est capable d’atteindre en cette vie par la grâce de Dieu, à une sagesse si vraie et une grandeur si véritable que, bien que cela ne leur permette pas de recevoir la reconnaissance dans le monde, ni de fonder ou de renverser des empires, pourtant elles se rendent dignes de ce qui est infiniment meilleur, un royaume indestructible, une couronne de gloire incorruptible.

13En outre, il serait ridicule de supposer qu’une femme, même avec de l’instruction, puisse seulement approcher le génie supérieur des hommes, alors pourquoi nous envieraient-ils, pourquoi voudraientils nous décourager ? La force d’esprit accompagne la force physique, et c’est seulement le plus grand des hasards qui fait que les philosophes n’ont pas encore jugé bon d’étudier pourquoi le porteur le plus vigoureux n’est pas l’homme le plus sage ! Comme, en conséquence, les hommes détiennent le pouvoir entre leurs mains, il est inutile de se demander s’ils ont assez d’intelligence pour l’exercer ! Peut-on seulement supposer que l’intelligence et le bon sens existent sur terre, si ce n’est pas en eux ? Est-ce que, dans l’ensemble, ils ne sont pas derrière toutes les grandes actions et toutes les affaires impor tantes de ce monde, laissant celles qui concernent l’au-delà aux femmes ? Leur subtilité dans l’art de fomenter des cabales et des complots secrets, leur courage et leur façon de rompre tous les liens sacrés et civils pour mettre ces desseins en pratique, non seulement tout cela les promeut à un statut honorable et les y maintient en toute sécurité pendant vingt ou trente ans, mais cela leur permet en outre de se faire un nom qui passera ensuite à la postérité pour plusieurs siècles – et qui ira y regarder à deux fois ? La justice et l’injustice sont dispensées par leurs soins, les cours et les écoles sont remplies de ces sages ; ce sont les hommes qui débattent entre eux pour établir la vérité et eux encore qui combattent cette dernière. Ils écrivent les livres d’histoire, se racontent entre eux les grands exploits des uns et des autres, comme ils l’ont toujours fait. Tous les arts illustres ont été inventés par les hommes, depuis les armes à feu jusqu’aux mystères de la gastronomie. Et pour montrer que rien n’est trop vulgaire ni trop noble pour leur sollicitude, ils ont fait du jeu un art et une science, bien plus profitable et plus honorable qu’aucun de ces arts qu’on appelait autrefois libéraux ! En effet, y a-t-il quelque chose qu’ils ne puissent accomplir, lorsqu’ils s’y appliquent ? La force de leur intelligence est aussi clairement manifeste à la taverne qu’au Sénat et lorsqu’ils le souhaitent, ils sont capables de faire passer pour une marque de sagesse tout aussi docte le fait de lever le coude que de raisonner avec profondeur ; et pour preuve supérieure de courage, et par conséquent de jugement, de s’exposer à la vengeance du Ciel plutôt que de supporter patiemment la raillerie de certains des pires de leurs semblables.

14À nouveau, on pourrait dire que si la situation d’une épouse est bien telle qu’elle est présentée ici, alors il n’est pas bon pour une femme de se marier et ainsi c’en est fait de la race humaine. Mais cette conclusion n’est pas juste, car tout ce qu’on peut en déduire, c’est qu’une femme n’a pas d’obligation considérable à l’égard de l’homme qui lui fait la cour, qu’elle n’a aucune raison de se réjouir d’être une épouse ou de considérer comme un progrès le fait de devenir la servante en chef d’un homme. Ce n’est pas un avantage pour elle ici-bas, même si, tout bien considéré, ce pourrait le devenir dans l’autre monde. Car celle qui se marie purement pour faire le bien, pour éduquer les âmes et les préparer au Ciel, qui peut véritablement se mortifier pour laisser de côté sa volonté et ses désirs propres et se résigner à vie à l’entière soumission à celui dont elle n’est pas sûre qu’il le mérite toujours, celle-là accomplit assurément une action plus héroïque que celles dont peuvent se vanter tous les célèbres héros de sexe masculin : elle souffre le martyre continuel pour la gloire du Seigneur et le service de l’humanité, considération qui pourra sans doute lui permettre de surmonter toutes les difficultés – car je ne sais pas ce qui sinon le fera – et de l’engager à aimer celui qui se montre peut-être bien pire qu’un animal avec elle, au point de rendre sa condition plus affligeante qu’il n’est nécessaire. Il lui faut une raison assurée, un esprit véritablement chrétien et bien trempé, toute l’assistance de la meilleure éducation et l’assurance de sa propre fermeté et de sa vertu, à celle qui se lance dans une telle épreuve ; et pour cette raison, il ne faut pas autant s’étonner que les femmes se marient sous l’effet d’une impulsion, car peut-être que si elles prenaient le temps de réfléchir et de considérer leur condition, elles se marieraient rarement.

*

  • 19 Proverbial : veritas filia tempus (vérité est fille du temps).
  • 20 Métaphore politique, qui renvoie à la théorie du pouvoir absolutiste. Selon Jacques Ier, par exempl (...)

15Pour conclure, j’en ai peut-être trop dit pour que la plupart des hommes me remercient. Je n’y peux rien, car bien que je sois leur amie et leur humble servante, je suis encore davantage une amie de la vérité. La vérité est forte et finit toujours pas triompher19, un jour ou l’autre ; il n’est pas honorable qu’ils soient partiaux envers eux-mêmes et injustes envers d’autres et on pourrait estimer que là n’est pas non plus leur intérêt. Ils peuvent toujours penser que j’ai fait des révélations concernant des choses qui, comme les Arcana imperii20, devaient rester secrètes, mais en toute sincérité, j’ai trop de respect pour eux pour supposer que leurs prérogatives légitimes aient besoin d’être justifiées par quelque artifice indigne. S’ils ont usurpé leur pouvoir, j’aime trop la justice pour souhaiter le succès et la continuation d’une usurpation qui, bien que l’on s’y soumette par prudence et pour sa propre tranquillité, n’en laisse pas moins chacun libre de reprendre son droit légitime dès qu’on en a le pouvoir et la possibilité. Je ne dis pas qu’il est inévitable que la tyrannie pousse les opprimés à rejeter un joug légitime lorsqu’il est trop pesant, mais on voit bien qu’en pratique, c’est ce qui arrive. Quant à celui qui est librement élu, si, après toutes ses belles promesses et les beaux espoirs qu’il a suscités, il s’avère un tyran, la considération selon laquelle on l’a soi-même choisi ne rend pas pour autant plus soumis et plus patient, mais, je le crains, encore plus réfractaire. Car bien que ce soit là un comportement vraiment très peu raisonnable, on voit bien pourtant que dans le monde on a coutume de rendre coup pour coup, et injustice pour injustice ; en réalité, les deux parties sont coupables, mais les agresseurs portent une double responsabilité, celle de leur propre ruine et celle de leur prochain.

16Quant à la lectrice, j’espère qu’elle voudra bien reconnaître que j’ai tenté de lui faire justice et que je n’ai pas trahi sa cause comme le font fréquemment ses avocats, sous couvert de la défendre – pratique trop indigne pour tous ceux qui ont le moindre sens de l’honneur et qui entendent faire plus que simplement feindre de servir la femme. Je pense que j’ai pesé le pour et le contre, et n’ayant pas conscience d’une quelconque partialité, je n’en demande pas pardon. Plaider pour les opprimés et défendre les faibles me paraît être une entreprise généreuse ; car bien que cela soit plus sûr, il n’est pas toujours honorable de prendre le parti du plus fort. Si la lectrice déduit de ce que j’ai dit que le mariage est un état très heureux pour les hommes, s’ils jugent souhaitables de le rendre tel ; qu’ils gouvernent le monde et ont le passé de leur côté ; que les femmes sont trop faibles pour leur disputer ce pouvoir et que, par conséquent, comme tous les autres gouvernants, ce sont eux qui sont partiellement responsables de tout ce qui va mal – voire intégralement, car, que les autres mandats aient été à l’origine conférés ou non selon le mérite de la personne, dans notre cas au moins, puisque le Ciel a choisi les hommes pour gouverner, Il les en a rendus dignes –, jusque-là je suis d’accord avec elle. Mais si ma lectrice en déduit encore que si un homme n’est pas digne de ce mandat, alors qu’est-ce qui justifie son droit ? Que s’il l’emploie à mauvais escient, il en abuse, et que s’il en abuse, alors selon un principe moderne de déduction, il y renonce, alors je ne la suis plus. Une femme paisible, en effet, ne voudra pas aller jusque-là, elle ne mettra pas non plus en question le droit de son époux, ni son aptitude à gouverner – oui, mais à gouverner comment ? Pas en seigneur et maître absolu en exerçant un pouvoir arbitraire et tyrannique, mais comme la raison gouverne et conduit un homme, en proposant ce qui est juste et approprié. Et l’homme qui agit selon la sagesse à laquelle il prétend et qui voudrait avoir la supériorité qu’il revendique (et qu’elle soit reconnue comme juste), cet homme ne sera lésé en rien par ce qui a été proposé ici. Une femme respectera encore davantage l’homme qui se montre si sage et si bon, quand elle percevra combien il excelle parmi les autres représentants de son noble sexe. Moins il lui en demandera, plus il méritera cette estime et cette déférence que ceux qui les exigent avec tant d’insistance semblent conscients de ne pas mériter. Aussi la prérogative de l’homme n’est-elle ici nullement menacée, tandis que les privilèges de la femme en sortent renforcés ; et si une femme se considère lésée, elle a toujours un remède en réserve que peu d’hommes lui envient et qu’ils n’essaieront pas de lui voler, l’exercice et le progrès de sa vertu ici-bas et sa récompense dans l’au-delà.

Notes

1 Les circonstances de ce texte sont les suivantes : à l’instigation de son oncle, le cardinal de Mazarin, Hortense de Mancini (1646-1699) épouse le duc de la Meilleraye et Mayenne ; mentalement instable, il la maltraite et dilapide sa fortune. Hortense demande une séparation devant les tribunaux, qui lui est refusée. Elle se réfugie en Angleterre en 1675, où, son mari lui ayant coupé les vivres, elle obtient de Charles II une généreuse pension. Bien que menant une vie passablement dissipée, la duchesse de Mazarin, qui réside non loin de chez Mary Astell à Chelsea, lui inspire de la pitié et son cas l’amène à réfléchir sur la condition de la femme mariée.

2 Cette préface ne fait son apparition que dans la 3e édition du texte, en 1706.

3 La loi salique, codifiée au VIe siècle par les Francs Saliens, prévoit que les femmes ne peuvent hériter de bien matériels ou de terre, ce qui les exclut de la succession tant qu’il reste des héritiers de sexe masculin. Cette loi, qui ne s’applique pas à l’Angleterre, devient prétexte au XIVe siècle pour exclure les femmes de la succession à la couronne de France. Elle permet en 1328 à Philippe de Valois, neveu de Philippe le Bel par son père, de faire valoir ses droits à la couronne contre l’Anglais Édouard III, petit-fils par sa mère de Philippe le Bel. Cette querelle sera l’origine officielle de la guerre de Cent Ans. Cette loi permet aussi à Henri IV en 1589 de défendre sa légitimité contre les Espagnols qui cherchent à imposer à la tête du royaume la fille d’Élisabeth de France et de Philippe II d’Espagne, petite-fille d’Henri II. Voir p. 152 et p. 181.

4 Allusion au couronnement de la reine Anne en 1702.

5 Allusion possible à Thomas Hobbes qui, dans le Leviathan, accorde à la mère un pouvoir absolu sur ses enfants hors de tout contrat social. Voir Leviathan [1651], The English Works of Thomas Hobbes of Malmesbury (Londres, John Bohn, 1841), vol. III, chap. xx, p. 188.

6 William Whiston, dans A New Theory of the Earth, 1696, avait en effet souligné l’égalité entre les hommes et les femmes avant la Chute (livre IV, chapitre II, section 25).

7 Tout ce passage est une attaque dirigée contre John Locke et sa justification de la

8 Mary Astell se réfère ici à John Locke, Two Treatises of Government, Londres, 1690, par

9 exemple Second Treatise, section 4, 22, 87, 95.

Allusion à John Locke, Second Treatise, dans Two Treatises… [1690], P. Laslett éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1988, livre II, section 22, p. 283-284, et livre II, section 149, p. 367.

10 Paraphrase de Locke, Second Treatise, livre II, section 22 (ibid., p. 283-84). Dans toute cette section, Mary Astell reproche à Locke son incohérence, puisqu’il exclut de facto les femmes de la pensée du contrat.

11 Josué 2 et 6, 22-25.

12 II Samuel 3.

13 II Samuel 17, 17-20.

14 Évangile selon Luc, 10, 38-39.

15 Actes 12, 7-14.

16 Oiseau mythologique vivant sur la mer. Pour lui permettre de couver ses œufs, Zeus lui avait accordé sept jours de mer étale. Il est un symbole de la paix et de l’harmonie.

17 Allusion apocalyptique à l’avènement de la Nouvelle Jérusalem (Apocalypse de Jean, 20-21), nouveau règne de Jésus-Christ, bien que le mot « millenium » n’apparaisse pas dans la Bible.

18 Philosophical Lady.

19 Proverbial : veritas filia tempus (vérité est fille du temps).

20 Métaphore politique, qui renvoie à la théorie du pouvoir absolutiste. Selon Jacques Ier, par exemple, « les arcanes du pouvoir » devaient demeurer secrètes aux yeux du plus grand nombre.

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540