Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

Mary Astell

Proposition sérieuse à l’attention des femmes de qualité, deuxième partie, assortie d’une méthode pour le développement de leur esprit

A serious proposal to the ladies, part II, wherein a method is offer’d for the improvement of their minds1 (1697)

Texte intégral

Introduction, avec une exhortation aux DAMES à se consacrer au développement de leur esprit2

  • 1 On a choisi de traduire the Improvement of their Minds par « développement de leur esprit », bien q (...)
  • 2 On a omis la dédicace à la princesse Anne, future reine Anne.
  • 3 Allusion à la réception contrastée de son premier essai.

1Si l’auteur de l’essai précédent sur l’éducation des dames avait considéré sa seule réputation, elle ne se hasarderait pas à nouveau à traiter d’un sujet aussi délicat dans un siècle si soupçonneux et si critique, mais se contenterait de l’accueil favorable que les gens du monde de bonne volonté ont fait à son premier essai3. Il n’est pas inhabituel pour un auteur, elle le sait, de ne pas regarder plus loin que son propre crédit : c’est bien assez de créer la sensation, de se faire un nom parmi les auteurs et de s’en sortir sans trop de critiques et avec quelques compliments. S’il existe quelques âmes généreuses ici ou là pour affronter la peur du vulgaire ou le désir d’être reconnues par lui, sans se soucier des applaudissements – eux-mêmes fruits du parti pris ou de la passion plus que du jugement –, elles tendent cependant en général à se satisfaire d’une bonne intention : elles se consolent en se disant qu’elles ont travaillé à réformer leur siècle, et tant pis pour ceux qui ne veulent pas suivre leurs conseils. Mais laissez votre auteur vous dire qu’elle n’a cure des critiques, du moment que les femmes de qualité retirent un quelconque avantage de ses efforts pour les servir ; il lui sera insupportable en revanche qu’ayant prouvé qu’elles sont capables de grandes choses, elle ne puisse les convaincre de s’y consacrer. Elle préférerait que son projet soit condamné comme sot ou impertinent plutôt que de voir qu’il rencontre l’approbation et que personne n’essaie ensuite de le mettre en œuvre ; dans le premier cas, en effet, son jugement seul serait en cause, tandis que le second serait la honte de l’humanité, puisqu’il prouverait que l’on discerne et que l’on approuve ce qui est juste, mais que l’on n’a ni la vertu, ni le courage d’agir en conséquence.

  • 4 L’expression est très forte : a wretched incogitancy.

2Et vous, Mesdames, pouvez-vous lui refuser une maigre récompense pour tout le bien qu’elle vous veut, en l’occurrence le plaisir de vous voir sages et heureuses ? Lui enviez-vous la joie de vous assister dans votre triomphe ? Car si elle réclame jamais des lauriers, ce sera seulement pour les déposer aux pieds des femmes de qualité. Pourquoi ne vous mettez-vous pas à penser, pour enfin arrêter de gâcher votre vie à rêvasser dans une misérable vacuité intellectuelle4 ? Pourquoi ne laissez-vous pas une généreuse émulation enflammer votre cœur et vous inspirer une noble et légitime colère ? Les hommes d’équité ont l’honnêteté de confesser les erreurs que les gens arrogants et inconsidérés ont véhiculées pour vous nuire, et ils reconnaissent que si vous leur attribuez une intelligence supérieure à la vôtre, ce n’est pas par nécessité, mais parce que vous le voulez bien. Se peut-il que vous soyez éprises de la servitude et de la folie ? Aimez-vous donc tant une vie si commune, passée dans l’ignorance et l’ignominie ? Une femme instruite n’est pas un prodige qui doit susciter la stupéfaction, car il est dans votre pouvoir d’informer le monde que chacune d’entre vous peut devenir telle, si elle le souhaite. Il ne suffit pas de le désirer et de le vouloir dans l’absolu, ou de faire un vague panégyrique de ce qui, dites-vous, est hors de votre portée ; l’imitation est l’éloge le plus sincère que vous puissiez faire d’elle et c’est une dette dont la justice exige qu’on rétribue toute action vertueuse. […]

[…]

3[…] J’espère que je n’ai pas perdu mon temps et que la théorie est suffisamment établie ; et si l’on voulait mettre son application à l’ordre du jour, la pratique serait si concluante que, je le crois, il n’y aurait guère lieu d’en débattre. Mais c’est à vous de jouer, Mesdames : car bien que je désire votre éducation passionnément, même si je l’avais montrée possible par la démonstration la plus claire et avais établi combien il est souhaitable pour vous de la mettre en place, je n’obtiendrais pas gain de cause tant que vous-mêmes persisteriez à la considérer impossible et en vertu de ce préjugé, ou d’un autre, à refuser de la mettre en pratique. Mes arguments, quoi qu’ils puissent être en eux-mêmes, vous paraissent faibles et impertinents, parce que vous les déclarez inutiles et les privez de la fin vers laquelle ils tendent. Mais je fonde sur vous les plus grands espoirs ; j’ose dire que vous connaissez trop bien votre intérêt pour le négliger aussi éperdument et vous avez trop de sens commun, quoi qu’en disent certains, pour consentir plus longtemps à rester sous le joug de leur tyrannie, dans l’ignorance et la vanité, car il est en votre pouvoir de retrouver votre liberté, à condition de le souhaiter. Je ne puis croire que d’aucunes parmi vous soient si obstinément arc-boutées contre ce qui est louable en elles et qu’elles l’envient et le censurent chez les autres ; qu’elles refusent à toute personne de leur sexe la faculté d’écrire avec intelligence, parce qu’elles en sont elles-mêmes incapables, ou qu’elles crachent leur bile au lieu de faire preuve de bienveillance ou d’émulation généreuse ; qu’elles s’affligent des vertus de leur prochain ou pensent que l’éloge d’une autre est une critique de leur propre caractère ; ou encore qu’elles puissent satisfaire bassement leur malveillance par quelque méchante plaisanterie contre ce qui mérite d’être approuvé et imité. […]

  • 5 « Haut goust », en français dans le texte.
  • 6 En français dans le texte.

4Je suppose donc que vous êtes emplies de la louable ambition d’illuminer et d’élever votre âme : la beauté de votre corps n’est pour vous qu’un souci secondaire, votre tenue vous est devenue indifférente et votre miroir n’est consulté que dans les intervalles laissés libres entre les heures destinées à des occupations plus nobles ; vous commencez désormais à rejeter vos anciens préjugés et en souriez comme de vieux oripeaux démodés. Les faux raisonnements ne vous touchent pas et les absurdités scintillantes qu’on vous adresse sous l’apparence spécieuse du respect et de l’amabilité ne sont plus du meilleur goût5. La sagesse est désormais jugée préférable au bel esprit et la piété à la bonne mine6. Désormais, vous estimez un homme seulement parce qu’il admire la vertu et pas uniquement parce qu’il est à vous. Les livres sont devenus les plus beaux ornements de votre cabinet et la contemplation votre plus agréable passe-temps pour occuper vos loisirs. Vos amitiés ne sont plus scellées par des intrigues, et ne servent plus de prétextes à de vains divertissements, mais à la poursuite de la connaissance et à l’acquisition d’habitudes vertueuses – pour lesquelles vous avez un amour partagé […].

[…]

Chapitre I

[…]

Chapitre II

5La première chose que je recommanderai est de s’armer contre la paresse et on peut lui joindre l’indifférence stupide à tout ce qui est excellent ; l’appellerai-je contentement à l’égard de sa propre condition, aussi basse et imparfaite soit-elle ? Je ne voudrais pas abuser de ce mot, il s’agit plutôt d’un désœuvrement indigne et mesquin ; nous sommeillons au milieu de nos voisins et nous avons de la compagnie et de l’oisiveté en abondance, sans considérer ce pour quoi nous avons été faites et ce que réclame la condition de notre état présent. Et nous pensons qu’ainsi nous sommes d’humbles et bonnes créatures, parce que nous ne nous préoccupons pas de ce qui est hors de notre sphère et n’a jamais été prévu pour nous, mais acceptons honnêtement et paisiblement ces occupations auxquelles l’immense majorité des femmes de tous les temps s’est vouée ; car pourquoi devrions-nous avoir une si haute opinion de nous-mêmes jusqu’à penser que nous pouvons être plus sages et meilleures que toutes les femmes qui nous ont précédées ? […]

[…]

*

6Dégageons-nous de tous nos préjugés antérieurs, de nos opinions concernant les grands noms, les autorités, les coutumes et autres, n’accordons plus notre crédit à quelque chose parce que nous le croyions autrefois, mais parce qu’il s’accompagne d’une preuve claire et incontestable. Il me semble que pour nous convaincre de cela, il suffit de constater les dommages que ces préjugés nous causent. Il est là, l’énorme obstacle à notre recherche de la vérité : ce sont eux qui nous disposent à recevoir l’erreur et une fois qu’elle est absorbée, nous confirment dans cette voie ; eux qui contractent notre âme et réduisent nos perspectives, empêchent la libre course de nos pensées et nous confinent dans le sillon particulier qu’ils suivent ; en un mot, qui établissent une tyrannie sur nos âmes nées libres, car ils ne souffrent pas que passe pour vraie une monnaie qui n’a pas été frappée de leur sceau. Mais ce n’est pas là la somme de leurs forfaits, car ils constituent aussi la source véritable du scepticisme. Quand, en effet, nous reprenons à notre compte une opinion qui repose sur des fondements faibles en y adhérant avec rigidité, s’il arrive ensuite par hasard que nous soyons convaincues de sa fausseté, la même disposition qui nous avait conduites à en accepter sans raison les prémisses nous incline désormais à tirer d’elles une conclusion tout aussi fausse ; et parce que nous paraissions auparavant si assurées de ce qui aujourd’hui nous semble être sans fondement, nous nous imaginons par conséquent qu’il n’est rien de certain, que toutes nos notions ne sont que des probabilités, qui tombent ou qui durent selon l’habileté de ceux dont c’est le fonds de commerce. Nous passons ainsi d’une obstination irraisonnée à une légèreté tout aussi irraisonnée, si insensible est la frontière entre croire trop fort et trop facilement et douter de tout.

[…]

Conclusion

  • 7 Il s’agit de A Serious Proposal (1694).
  • 8 Allusion possible aux collèges d’Oxford et de Cambridge fondés par des femmes.

7Voici, Mesdames, la meilleure méthode que je vois à présent pour promouvoir votre éducation ; le monde jugera de son efficacité. Si vous l’estimez un tant soit peu capable d’atteindre son objectif, il ne vous reste plus qu’à la mettre en pratique, quoique de la façon dont vous vivez il est peu probable que vous le souhaitiez ou le puissiez toutes, pour les raisons mentionnées dans la première partie7, notamment à cause de la manière dont vous dilapidez votre temps – sans remédier d’abord à cela, il n’y a rien à espérer. Mon intention n’est pas que vous vous retiriez du monde, je sais qu’un grand nombre d’entre vous doit y vivre ; mais il est insensé et barbare qu’on vous y introduise avant même que vous ne soyez capables d’y faire le bien, ou du moins de vous protéger du mal. Je ne suis pas si entichée de ma proposition que je ne la retirerais très volontiers si j’estimais que votre cause puisse être suffisamment avancée sans elle. Mais puisque des séminaires de cette nature sont considérés comme acceptables pour les hommes, et qu’ils jouissent des fruits de la bonté des nobles dames qui ont fondé plusieurs de leurs collèges8, pourquoi une telle méthode d’éducation ne serait-elle pas jugée aussi avantageuse pour les dames ? Et pourquoi devrions-nous désespérer d’en trouver quelques-unes pour faire preuve de générosité à l’égard de leur propre sexe, comme celles qui les ont précédées l’ont fait pour l’autre ? Quelques objections à ce projet ont déjà été considérées et celles que j’ai rencontrées depuis lors sont soit trop superficielles pour mériter une réponse sérieuse, soit trop malveillantes pour ne pas mériter une réponse plus sévère que je ne daigne leur faire. Il faut qu’ils soient bien ignorants ou bien méchants, ceux qui prétendent que nous voudrions imiter les monastères étrangers ou nous objectent les inconvénients inhérents à ces derniers ; une lecture un peu plus attentive les aurait convaincus que nos institutions sont académiques plutôt que monastiques. Si bien qu’il n’est pas pertinent de dire que l’existence y est trop recluse ou préjudiciable à la vie active ; c’est comme dire que, pour une femme de qualité, s’entraîner à la danse chez elle l’empêche de danser à la cour. Une vie active ne consiste pas simplement dans le fait d’être dans le monde, mais bien plutôt dans celui d’y faire le maximum de bien ; de sorte qu’il est souhaitable de nous en retirer quelque temps, pour nourrir notre entendement de principes utiles, réguler nos inclinations et contrôler nos passions ; et alors, et seulement alors, pourrons-nous nous aventurer au-dehors en toute sécurité.

8Quant à ceux qui ont l’impertinence de mépriser une partie considérable de la création divine en supposant que nous avons été créées seulement pour les admirer et les servir, et nous consacrer aux basses préoccupations d’une vie animale, nous avons pitié de leur erreur et supportons leurs moqueries avec calme, car ils n’expriment pas tant leur mépris à notre égard qu’à l’égard de notre Créateur ; par conséquent la censure de juges aussi incompétents n’est pas pour nous une offense, mais un honneur.

  • 9 Mary Astell emprunte aux néoplatoniciens de Cambridge, notamment John Norris, l’idée que le bonheur (...)

9Les femmes de qualité, je l’espère, ont une plus haute opinion d’elles-mêmes et n’ont pas besoin qu’on leur dise qu’elles ont été créées en vue de fins plus nobles ; car bien que je ne souhaite en aucune façon encourager l’orgueil, pourtant je ne voudrais pas qu’elles prennent un esprit bas et rampant pour la véritable humilité. Un être qui se satisfait de l’ignorance est en réalité une imposture, car la disposition de notre nature est telle qu’il est impossible que nous soyons ainsi ; même ces hypocrites ont une haute estime d’ellesmêmes pour ce qu’elles savent, quoi que cela soit, et même si ce savoir est dérisoire ou erroné. Celle qui fait le plus la grimace à une femme instruite, qui emploie tous ses petits tours pour tenter de rendre le savoir et l’intelligence ridicules, est cependant très soucieuse d’être reconnue experte dans la mode ou dans la conduite d’une intrigue, ou comme coquette ou comme maîtresse de maison. Alors si soit la noblesse, soit la nécessité de notre nature nous incite inexorablement à progresser, faut-il que la recherche des meilleures choses soit considérée comme une faute ? Et puisqu’il faut bien que nous fondions notre estime de nous-mêmes sur quelque chose, pourquoi ne serait-ce pas sur une base plus substantielle ? L’être vivant le plus humble possède de l’amour-propre et il n’est ni possible, ni souhaitable qu’il en soit dépourvu. Parce que nous négligeons toujours ce que nous méprisons, nous ne nous soucions ni de sa préservation, ni de son amélioration, et si nous étions complètement pénétrées du mépris de nous-mêmes, nous abandonnerions tout soin de notre destin à la fois temporel et éternel, et nous serions remplies d’envie envers notre prochain. La seule différence, par conséquent, entre la femme humble et la femme orgueilleuse est la suivante : la première ne s’enorgueillit pas de quelque excellence imaginaire ou de ce qui n’est pas vraiment précieux, elle ne s’attribue pas ce qui est dû à son Créateur et ne s’estime qu’en tant qu’elle a été créée par Dieu, dotée par lui de maintes qualités et telle qu’elle est capable de connaître l’unique et souverain bien et d’en jouir – si bien que son amour de soi n’est pas fondé sur elle seule, mais sur Dieu, et qu’elle ne s’estime que pour l’amour de Dieu9. L’orgueilleuse, au contraire, est dans l’erreur tant dans son estimation du bien que dans sa supposition qu’il lui est propre ; elle s’enorgueillit de choses qui n’ont pas de réelle excellence, ou du moins qui n’ajoutent rien à sa valeur, et elle oublie de qui elle les tient. Elle ne les met pas au service de son Bienfaiteur, elle ne pense qu’à se mettre en avant, sans considérer que les choses les plus excellentes sont distribuées aux autres femmes dans une égale mesure, et peut-être même plus largement – elles ont autant de possibilités qu’elle-même d’avancer et tant qu’elle est ainsi enflée de cette tumeur mentale, en vérité elles la dépassent en excellence.

10Les hommes peuvent bien, par conséquent, jouir de leurs prérogatives à nos dépens, nous n’avons pas l’intention de porter atteinte à leurs privilèges légitimes ; notre argument est simplement qu’ils ne peuvent nous surpasser dans la célébration de la gloire de Celui qui est notre Seigneur et le leur ; et en vertu de tout ceci, on voit que ce qui nous est commun ne peut nous opposer, il ne s’agit pas de rivaliser avec eux pour être de meilleurs chrétiens. Ils peuvent bien s’activer aux affaires de l’État et consacrer leur temps et leurs forces au service d’un maître incertain ou de la multitude inconstante, notre seul but à nous sera d’être monarques absolus de notre propre cœur. Ils pourront bien, s’ils le souhaitent, débattre de religion, qu’ils nous permettent seulement de la comprendre et de la pratiquer. À eux la gloire exclusive de parler autant de langues qu’à Babel, nous désirons seulement nous exprimer avec pertinence et justesse dans une seule. Nous ne leur ferons pas concurrence en parcourant mille auteurs et ne prétendrons pas être des bibliothèques ambulantes, pourvu qu’ils nous permettent d’acquérir une connaissance suffisante des livres de Dieu, je veux dire de la nature et des Saintes Écritures. Et pendant qu’ils se perfectionnent par la connaissance du monde et en expérimentent tous les plaisirs et toutes les folies, nous n’aspirons à rien d’autre qu’à connaître intimement notre cœur. Il est certain que le sexe faible et complaisant voudra bien nous accorder cela ; quant à ceux qui sont si sûrs de leur propre mérite, ils n’ont aucune raison de nous soupçonner de vouloir les supplanter. Aussi est-ce pour un autre motif qu’ils nous reprochent notre proposition, mais ce qu’il est, je ne saurais le dire, puisqu’ils ne daignent pas l’exprimer franchement.

[…]

11Nous n’espérons pas que toutes celles qui entrent dans notre société soient parfaites, mais nous tenterons de les rendre telles autant que faire se peut, et nous-mêmes par la même occasion. Nous n’en admettrons aucune qui n’ait, ou qui ne désire avoir, cet esprit angélique et humble à la fois, supérieur et généreux, et pourtant modeste et réservé, cet amour de Dieu et de toute l’humanité qui étaient en Jésus-Christ. Nous n’édicterons pas d’autres règles que celles de l’Évangile, car le christianisme représente le plus grand progrès que puisse atteindre une nature rationnelle et chacune d’entre nous se doit de respecter ses institutions, qu’elle vive dans une telle société ou non.

12Quant à la décadence dans laquelle celle-ci pourrait tomber, c’est une objection trop générale pour avoir du poids, qu’on pourrait reprocher aussi bien aux universités, à toutes sortes de gouvernements et en fait à toutes choses. Le jeu des si et des peut-être est sans fin et celui qui tenterait de prévoir toutes les contingences futures soit ne croit pas en Dieu, soit s’imagine en être un lui-même. Un homme prudent prévoit l’avenir autant qu’il peut et anticipe au mieux de ses connaissances et de son pouvoir, mais après cela, il sait qu’il n’est qu’un homme et qu’il lui est donc impossible de tout prédire et de parer à tout.

13Faisons donc ce qui est en notre pouvoir et laissons le reste à notre grand Bienfaiteur et Gouverneur ; attelons-nous à notre tâche, pas seulement là où la voie est ouverte et aisée – qui nous rendra grâce pour cela ? –, mais en affrontant les difficultés et le découragement, car nous avons à notre tête un Chef très glorieux, infatigable dans Ses travaux, dont l’amour est infini, un soutien omnipotent, qui ne manque ni de pouvoir ni de volonté pour nous assister. L’obstination et l’aigreur de ceux qui trouvent à redire à notre cher labeur et qui se déchaînent contre tout ce que nous faisons pour les servir, ne feront qu’ajouter à nos lauriers et augmenter notre triomphe, lorsque notre constance à faire le bien aura enfin vaincu ces pernicieux adversaires.

Notes

1 On a choisi de traduire the Improvement of their Minds par « développement de leur esprit », bien que selon Mary Astell cela inclût la formation de l’intellect, mais dans improvement of the ladies (par exemple), on traduira improvement par « éducation ».

2 On a omis la dédicace à la princesse Anne, future reine Anne.

3 Allusion à la réception contrastée de son premier essai.

4 L’expression est très forte : a wretched incogitancy.

5 « Haut goust », en français dans le texte.

6 En français dans le texte.

7 Il s’agit de A Serious Proposal (1694).

8 Allusion possible aux collèges d’Oxford et de Cambridge fondés par des femmes.

9 Mary Astell emprunte aux néoplatoniciens de Cambridge, notamment John Norris, l’idée que le bonheur le plus intense que puisse connaître l’âme est la contemplation de l’amour de Dieu. Voir John Norris, An Idea of Happiness, Londres, 1683, par exemple. Voir introduction, note 13, p. 16 et note 41, p. 27.

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540