Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mary Astell et le féminisme en Angleterre au xviie siècle

 | 
Line Cottegnies

Mary Astell

Proposition sérieuse à l’attention des femmes de qualité, en vue de l’avancement de leur véritable et meilleur intérêt, par une femme aimant son sexe

A serious proposal to the ladies, for the advancement of their true and greatest interest. By a lover of her sex. (1694)

Texte intégral

Mesdames,

  • 1 Mary Astell fait peut-être allusion aux textes de ses prédécesseurs : Bathsua Makin, Hannah Woolley (...)

1Puisque les projets à visée profitable qui ont été publiés de par le monde y ont rencontré un encouragement considérable […]1, j’ose espérer que vous ne serez pas moins favorables à une proposition qui vous apporte un gain bien plus certain et plus substantiel, et dont le seul but est d’augmenter vos charmes et d’ajouter à votre mérite, en refusant que vous soyez plus longtemps traitées comme des êtres vulgaires et méprisables. Son objectif est de développer, en la rendant durable et permanente, cette beauté que la nature ne peut vous garantir, malgré le recours à tous les artifices, et de la placer hors d’atteinte de la maladie et de la vieillesse en la transférant d’un corps corruptible à un esprit immortel. Un projet obligeant qui offrira une beauté intérieure à celles que la nature ingrate a privé de beauté extérieure et empêchera les dames dotées d’un corps aimable de ternir leur gloire par une âme difforme ; un projet qui voudrait faire de vous toutes de beaux esprits, ou, mieux encore, vous rendre sages ; qui voudrait que vous vous éleviez au-dessus du vulgaire par quelque chose de plus véritablement illustre que par un titre pompeux ou une grande fortune ; qui voudrait exciter en vous une généreuse émulation pour exceller dans les meilleures choses et non dans ces futilités que n’importe qui peut tout aussi bien s’acheter, avec un peu de fortune ; un projet qui ne saurait tolérer que vous vous abaissiez à chercher à vous distinguer par ce qui n’est pas vraiment honorable ; et qui vous procurera des ornements que tous les trésors des Indes ne suffiraient à acquérir. Un projet qui entend vous aider à surpasser les hommes tant en vertu qu’en intelligence, comme vous le faites déjà en beauté, pour que vous soyez à l’égal des anges non seulement en beauté, mais aussi en sagesse ; un projet qui vous exaltera et fera votre renommée mieux que les plus habiles poèmes et les panégyriques les plus éclatants, en anoblissant votre esprit par les grâces qu’il mérite ; enfin, un projet qui vous vaudra les applaudissements des honnêtes gens et des anges, et l’approbation de Celui qui jamais ne se trompe, au lieu des compliments hyperboliques et des prolixes flatteries de vos admirateurs ; en un mot, qui fera de vous la gloire et la bénédiction de notre siècle et un objet d’admiration et d’imitation pour la postérité.

  • 2 Orinda : nom de plume de Katherine Philips (1631-1664), poète anglaise. Dans ses poèmes, publiés po (...)
  • 3 Allusion à l’Évangile selon Jean, 14, 2 : « Il y a plusieurs demeures dans ma maison de mon père. [ (...)
  • 4 Référence aux adorateurs des idoles dorées (Daniel 3, 7-14) et de l’agneau d’or (II Rois, 10, 29).
  • 5 Ironie de Mary Astell vis-à-vis de la querelle des Anciens et des Modernes. Elle se prononce claire (...)

2Assurément, je n’ai pas besoin de m’étendre pour vous persuader d’accepter cette proposition. L’offre en elle-même doit suffire à vous convaincre […]. Puisque vous ne pouvez vous faire cette injustice de refuser votre véritable intérêt, je vous supplie seulement d’avoir la sagesse d’examiner en quoi elle consiste ; car rien n’est plus grave que d’être trompé sur un sujet d’une telle importance. Il n’est indigne ni de votre grandeur, ni de votre prudence d’examiner avec précaution ce que l’on vous offre ici, et de vous assurer que de rusés charlatans ne sont pas en train de vous imposer leur marchandise frauduleuse. C’est ici une matière infiniment plus digne de vos conversations que de savoir quelles couleurs ou quelle robe vous siéent le mieux ! L’image renvoyée par votre miroir ne vous sera jamais aussi utile que le grave reflet de votre esprit qu’ici on vous fera voir ; vous y découvrirez des irrégularités qui méritent bien davantage d’être corrigées et qui vous empêcheront de ressentir de la joie ou de la tristesse excessive face à ce que votre miroir vous révèle. Il vous deviendra mille fois plus avantageux de consulter vos propres pensées plutôt que votre maître à danser, pour savoir comment emprunter sans faillir les chemins de la vertu – dont la beauté est sans égale, de même que la sagesse l’emporte sur tout par sa mine gracieuse. Que ces deux-là soient vos compagnes et votre équipage ne laissera jamais rien à désirer ; et tout ce que vous ferez aura un je-ne-sais-quoi qui le recommandera. Il ne s’agit pas de vous dissuader de parer votre personne, pourvu que vous mettiez tous vos soins à entretenir ce qui est vraiment vous-mêmes et que vous ne négligiez pas cette particule de divinité qui est en vous et doit survivre ; car elle pourra (si vous le permettez) s’épanouir, heureuse et parfaite, tandis que son compagnon incommode, de beaucoup son inférieur, se corrompra pour retourner à la poussière. Sachez qu’aucun plaisir ne vous sera refusé et qu’on vous demande simplement de ne pas lâcher la substance pour le reflet. Vous pourrez être aussi ambitieuses que vous le voudrez, pourvu que vous aspiriez aux meilleures choses ; et vous pourrez rivaliser avec vos voisines autant que vous le voudrez, pourvu que ce soit pour veiller à ce qu’elles ne vous surpassent pas en quelque qualité honorable. Qu’il ne soit jamais dit que celles qui aiment tant dominer se satisfont d’en voir d’autres les surpasser en cela et les précéder dans un monde meilleur ! Souvenez-vous, je vous en prie, des femmes célèbres d’antan, des Orinda d’il y a peu et plus récemment encore des Dacier2 (entre autres), et rougissez à la pensée de ce qu’on dit d’elles maintenant et de ce qu’on en dira demain, tandis que vous-mêmes, quelle que soit votre superbe, finirez dans le silence et l’oubli ! Faut-il que votre faculté d’émulation échoue là et là seulement où elle est honorable ? Pourquoi vous interdire par une humilité si ridicule de prétendre au séjour le plus haut à la cour du Ciel ? Croyez-moi, Mesdames, c’est la seule place digne qu’on se batte pour elle et il ne vous avance pas à grand-chose d’être en tête ou à la traîne ici-bas3 ; mais quel progrès, quelle ascension quand vous serez au sommet de l’orbe de gloire ! Comment pouvez-vous vous satisfaire de ce monde où vous êtes comme des tulipes dans un jardin, tout juste bonnes à être belles, où toutes vos gloires sont destinées au tombeau, peut-être même plus tôt que vous ne le pensez ? Ce qu’est votre sentiment sur la question, je l’ignore, mais je ne peux considérer sans pitié ni colère que ces temples glorieux auxquels votre bienfaisant Créateur a consacré tant de soins n’abritent rien de mieux que des déesses égyptiennes4, qu’ils ne soient que des sépulcres ternis, en dépit de leur apparence brillante, et cachent le vide ou la putréfaction ! Quelle pitié que tant que votre beauté répand autour d’elle son halo, vous permettiez à votre âme en jachère, pourtant infiniment plus radieuse et plus brillante, de monter en graine, privée de toute grâce – si vous aviez seulement une idée claire de votre âme et de sa beauté, quoi que vous en pensiez maintenant, vous en viendriez à mépriser l’humble coffret qui la contient. […] Par pitié, laissons là ces usages anciens, et par conséquent désuets, pourrait-on penser, que sont la chasse aux papillons et la poursuite de futilités5 ! Ne piétinons plus le morne sentier battu de la Vanité et de la Folie que tant de femmes ont emprunté avant nous ; osons rompre le cercle enchanté où la coutume nous a enfermées, et méprisons cette pratique vulgaire qui consiste à imiter toutes les impertinences de nos voisines. Apprenons à être fières de nous-mêmes pour un motif plus noble que l’invention d’une mode ; et cessons d’avoir de notre propre mérite une idée dégradante, au point d’imaginer que notre âme nous a été donnée seulement pour servir le corps et que le seul progrès possible pour nous consiste à attirer le regard des hommes. Nous les estimons trop et nous-mêmes pas assez, pour placer ainsi une partie de notre mérite dans l’opinion qu’ils ont de nous ; et nous ne nous pensons pas capables d’une entreprise plus noble que la conquête pathétique d’un cœur sans valeur. […]

  • 6 Empereur romain (81-96 après J. -C.), second fils de Vespasien. Célèbre pour ses excentricités, il (...)

3Pardonnez l’apparente impolitesse de cette proposition, qui procède de la supposition que quelque chose de fautif en vous doit être corrigé. Mon dessein n’est pas de mettre au jour, mais de rectifier vos erreurs. Être au-dessus de tout reproche est un privilège dont peu de gens peuvent se flatter et le plus grave serait d’être au-delà de toute persuasion et d’être trop obstiné pour se réformer. Les hommes euxmêmes, malgré leur rigueur apparente, et bien qu’ils se divertissent tant de nos faux pas, sont très souvent coupables de fautes bien plus graves, bien plus inexcusables au regard des avantages dont ils jouissent. Mais je ne prétends pas corriger les erreurs de ceux qui sont trop sages (ou du moins se croient tels) pour être instruits par la plume d’une femme. Mon désir le plus cher est que vous, Mesdames, soyez aussi parfaites et aussi heureuses que possible dans cet état imparfait qui est le nôtre ; car je vous aime trop pour supporter la présence d’une tache sur votre beauté, si je puis par quelque moyen la laver et la faire disparaître. Je voudrais que vous vous rendiez dignes de votre nature et exprimiez votre reconnaissance à DIEU pour les bienfaits dont vous jouissez en les développant, comme je sais que beaucoup d’entre vous le font déjà, par la pratique de cette piété que les hommes dédaignent et en étant les modèles de religion les plus resplendissants de notre siècle. Je m’afflige que le reste de notre sexe n’imite pas d’aussi illustres exemples ; et c’est pourquoi je voudrais que ceux-ci se multiplient et soient encore davantage célébrés, pour que le vice, plein de dépit de ce que la vertu seule désormais est à la mode, s’éclipse de la scène du monde et que sa noirceur soit dissipée par la confluence de tant de grâces resplendissantes. Les hommes, peut-être, crieront que je vous enseigne une fausse doctrine ; sous prétexte qu’à cause de leurs séductions certaines d’entre nous sont devenues communes et méprisables, ils voudraient persuader les autres d’être aussi viles et aussi abjectes. Nous leur sommes en effet bien reconnaissantes de la peine qu’ils se donnent pour nous rendre telles, eux qui usent de tous les artifices possibles pour nous cor rompre et nous priver des moyens de notre perfectionnement ; si bien qu’au lieu de nous demander pourquoi toutes les femmes ne sont pas bonnes et sages, nous ferions mieux de nous demander comment il se fait que certaines le soient. Si les hommes étaient autant laissés à eux-mêmes que nous le sommes, et si on prenait aussi peu de soin à les cultiver et à les instruire, peut-être seraient-ils si loin de surpasser celles qu’ils méprisent aujourd’hui qu’ils tomberaient eux-mêmes dans la stupidité et l’imbécillité les plus complètes. Les bénéfices ridicules que la grande majorité d’entre eux tirent de tout le soin et des peines qu’on a pris pour eux font de cette idée une conjecture ni si malveillante ni si improbable qu’on pourrait le croire à première vue. On pourrait presque penser que le sage Dispensateur de toutes choses, prévoyant avec quelle injustice les femmes seraient privées des possibilités de se développer par des causes extérieures, les a dotées, comme par une sorte de compensation, de propensions supérieures à la vertu et d’une bonté naturelle de tempérament à l’intérieur, qui, cultivées correctement, peuvent les mener jusqu’au sommet éminent de la vertu héroïque. C’est à cela, Mesdames, que je désire vous voir aspirer, c’est là une noble et juste ambition, et le dessein de ce discours est d’ôter les obstacles qui obstruent votre chemin. Nous allons donc nous interroger sur ce qui empêche votre envol et vous maintient dans la sujétion ici-bas, pareilles à Domitien capturant les mouches6, quand vous devriez vous occuper de conquérir des empires.

4Bien qu’il ait été dit par des hommes doués de plus d’esprit que de sagesse (et peut-être de plus de méchanceté encore), soit que les femmes sont naturellement incapables d’agir avec prudence, soit qu’elles tendent nécessairement à la folie, je me dois de réfuter vigoureusement ce jugement. Cette hypothèse rendrait ma tâche impertinente, car il serait vain alors de vouloir adresser mes conseils aux premières ou de m’attacher à réformer les secondes. En outre, il y a suffisamment d’exemples à toutes les époques qui prouvent toute l’ignorance et la méchanceté d’une telle affirmation.

  • 7 C’est à ce passage en particulier que fait allusion Elizabeth Thomas dans son poème à la gloire de (...)

5L’incapacité, si elle existe, est acquise et non naturelle7 ; et aucune des folies des femmes n’est si nécessaire qu’elles ne puissent l’éviter si elles le désirent. Certes, elles souffrent de certains désavantages, et ce qu’ils sont, nous le verrons plus bas, pour apprendre à les surmonter ; mais les femmes ne sont pas obligées de se consacrer à des choses communes, car, si elles ne sont pas injustes envers elles-mêmes, elles sont capables du meilleur. Ni Dieu, ni la nature ne leur ont interdit d’être les ornements de leurs familles et d’être utiles par la procréation ; il n’y a donc aucune raison qu’elles se satisfassent d’être des non-entités dans le monde, inutiles dans le meilleur des cas, et bientôt une charge et un embarras pour tous ceux qui les entourent. Et c’est vraiment grande pitié qu’elles, si promptes à se surestimer pour les petites choses, soient insensibles à leur propre mérite, quand il est si important pour elles qu’elles connaissent leur valeur pour la défendre.

  • 8 Dans la physiologie classique, on distingue trois étapes dans la digestion alimentaire : la premièr (...)

6La cause, donc, des défauts dont nous souffrons doit, sinon entièrement, du moins en premier lieu, être attribuée aux erreurs de notre éducation qui, comme une faute dans la première concoction8, répand son influence dans toute notre vie.

  • 9 Expression proverbiale en anglais, dont l’origine est biblique : dans Exode 5, 7, Pharaon punit les (...)

7Le sol est riche et, s’il était bien cultivé, il produirait une noble moisson ; si les jardiniers malhabiles laissent croître les mauvaises herbes nuisibles, et même les encouragent, bien que ce soit nous qui souffrions de leur négligence, ils n’ont qu’eux-mêmes à blâmer, en toute justice, s’ils récoltent les fruits de leur propre folie. On prive les femmes dès leur enfance des avantages dont on leur reproche ensuite l’absence et on les élève dans ces vices mêmes pour lesquels on les blâme plus tard. Les hommes sont si partiaux qu’ils attendent des briques alors qu’ils n’ont pas fourni la paille9 et si courtois qu’ils font en sorte que nous soyons l’illustration même de cet obligeant épithète, ignorantes, qu’ils se plaisent à nous attribuer par excès de bonnes manières !

8On ferait bien de s’aviser que les parents devraient accorder tout le soin possible à l’éducation de leurs enfants, non seulement dans l’intérêt de ces derniers, mais aussi pour eux-mêmes. Or, bien que le fils donne une postérité au nom, une grande partie de l’honneur des familles dépend des filles. C’est l’éducation qui nous attache le plus sûrement à notre devoir : car être la cause de notre venue au monde ne relève pas d’un choix et ne nous oblige en rien, alors que nous procurer ce qui nous permettra de vivre dans la sagesse et le bonheur, et de jouir de joies infinies dans l’au-delà, est un avantage pour lequel nous ne pourrons jamais suffisamment rendre grâce. Introduire de pauvres enfants dans le monde et négliger de les protéger contre les tentations qu’il recèle en les laissant ainsi exposés aux misères temporelles et éternelles est un péché pour lequel je n’ai pas de nom ; c’est au-dessous de l’animalité : les bêtes mêmes sont plus obéissantes à la nature en ce qu’elles prennent soin de leur descendance jusqu’à ce qu’elle soit capable de se prendre en charge elle-même. Si les mères, aussi nobles soient-elles, avaient un égal souci de leur postérité, elles ne considéreraient pas qu’elles sont au-dessus de faire ce que la nature réclame et elles n’abandonneraient pas leur pauvre petite aux soins d’une nourrice, par orgueil ou par excès d’affectation. Et si la nécessité leur impose de déléguer à une autre l’exercice de leur propre devoir, elles seraient aussi exigeantes quant aux mœurs et aux inclinations de la nourrice qu’elles le sont pour son teint, de peur que par son lait elle ne transmette ses vices et n’apprenne à l’enfant de mauvaises habitudes difficiles à éradiquer ensuite.

9La nature, aussi mauvaise soit-elle et bien qu’on s’en plaigne abondamment, est perfectible, par la grâce de Dieu et grâce à nos efforts honnêtes et vigoureux ; si bien qu’à condition de ne pas être déficientes en nous-mêmes, nous pouvons toutes, dans une certaine mesure, sinon également, être un instrument de Sa gloire, une bénédiction pour ce monde, et connaître la félicité éternelle dans l’audelà. Mais si notre nature est gâtée au lieu d’être perfectionnée dès les premiers moments, que dès l’enfance on nous élève dans l’ignorance et la vanité, qu’on nous apprend à être orgueilleuses et colériques, affectées et fantasques, lunatiques et inconstantes, alors il n’est pas étonnant que les effets pervers de cette conduite se manifestent dans toutes les actions de notre vie ultérieure. Et dans la mesure où c’est l’ignorance, ponctuelle ou habituelle, qui est la cause du péché, comment pourraient-elles échapper à celui-ci, celles qui sont élevées dans l’ignorance ? Que les femmes soient nuisibles pour la plupart des hommes et qu’elles soient une plaie ou une source de déshonneur pour quelques-uns, cela ne doit pas être déploré : c’est le résultat même de leur folie, puisqu’ils refusent aux femmes les avantages d’une éducation libérale et généreuse – moyens les plus efficaces pour les guider sur les chemins de la vertu et assurer leur pas.

10L’ignorance est la cause de la plupart des vices féminins : la preuve en est que l’orgueil et la vanité généralement imputés aux femmes apparaissent, je suppose, à bien y regarder, comme l’origine et la source de tous les autres. Ces deux vices, bien qu’ils soient de très mauvaises herbes, sont le produit d’un bon sol ; ils ne sont rien d’autre que la générosité dénaturée et corrompue. Le désir de se développer et de perfectionner son être est implanté par Dieu dans toutes les natures rationnelles, pour les exciter aux actions nobles et honorables ; car après la grâce divine, il n’est rien de si puissant pour tenir l’individu éloigné du vice et l’inciter à la vertu qu’un tempérament généreux. […] Celle qui comprend clairement en quoi consiste la perfection de sa nature mettra toutes ses pensées et toute son industrie à acquérir de telles perfections. Mais celle qui est maintenue dans l’ignorance dans ce domaine accordera toute son attention aux objets qui s’offrent d’abord à elle et qui portent une ressemblance plausible avec ce qu’elle désire ; une apparence d’avantages suffit pour faire d’eux d’agréables appâts, aux yeux de celle à qui font défaut le jugement et la faculté de discerner la réalité de l’illusion. De là il s’ensuit sans peine que la femme qui n’a rien d’autre pour se mettre en valeur s’enorgueillira de sa beauté et de sa fortune, ou de ce qu’elle peut acheter ; et qu’elle se sentira immensément obligée envers celui qui lui dit qu’elle possède ces perfections que, par nature, elle désire si ardemment. Son estime de soi et son désir du bien, tous deux innés, dégénèrent ainsi en orgueil et se fourvoient en amour-propre ; ils la rendent alors sensible à tout discours qui vise à alimenter ces derniers et à leur complaire. Et quand un ennemi de l’extérieur, tout de ruse et de fourberie, parvient à gagner à son parti ces traîtres de l’intérieur, il tient la pauvre, la misérable femme à sa merci, et elle avale maintenant sans résister son poison, parce qu’il lui est présenté dans une coupe d’or. Crédule, elle prête l’oreille aux propositions les plus désastreuses, parce qu’elles sont faites avec une apparence de respect. […] Chacun estime naturellement l’amour et l’honneur, ce sont deux choses excellentes en elles-mêmes et tout à fait dignes de notre considération ; et parce que nous sommes prêtes à embrasser sans aucune hésitation tout ce qui leur ressemble, il est fort dangereux que des misérables abusent de ces mots vénérables pour leur donner un sens tout à fait contraire – et pourtant, c’est là la coutume du monde. Comment peut-elle détecter la fraude, celle qui n’a de connaissance de l’un et de l’autre que ce qu’elle en a vu au théâtre ou lu dans les romans ? Comment peut-elle être armée de principes solides, celle dont les gouvernantes sont la vacuité et la frivolité ? Alors que si les femmes recevaient l’éducation adéquate, si on formait leur jugement et leur discernement, elles seraient à l’épreuve de ces attaques et perceraient à jour ces petits artifices sans subtilité dont on use pour les surprendre et les séduire. Une telle femme ne fonderait son estime de soi que sur sa vertu et on peut imaginer, par conséquent, le soin qu’elle aurait de protéger ce qui lui est si cher. Elle saurait que le vrai mérite, qui seul peut lui permettre de se distinguer, ne dépend aucunement de ce que les autres disent d’elle, mais de ce qu’elle fait. […]

  • 10 Mary Astell reprend une image biblique familière, celle des « demeures » (Évangile selon Jean, 14, (...)

11Ainsi, c’est par ignorance, par manque du jugement nécessaire pour comparer et discerner les choses, faire un bon choix, proportionner les moyens à la fin et apprécier chaque chose à sa juste valeur, que nous prenons le reflet pour la substance, l’apparence pour la réalité, et que nous poursuivons ce que, si nous le comprenions, nous devrions haïr et fuir, au lieu de l’accepter simplement parce qu’il usurpe le nom de ces choses vénérables que nous désirons et recherchons (bien qu’il n’ait rien de leur nature). Sans cette méprise, est-il seulement plausible qu’une dame qui désire passionnément être admirée, consente à des actions qui la rendent vile et méprisable ? Aurait-elle aussi peu de jugement pour penser trouver l’amour, ou le conserver, par des méthodes qui suscitent le mépris et finissent par causer la haine ? Pourrait-elle s’estimer grandie ou espérer se faire valoir par des excès qui lui font grand tort auprès de toutes les personnes graves et judicieuses ? […] En résumé, si l’ignorance ne nous entravait pas, nous ne perdrions pas la plus grande partie de notre temps dans les soins que nous consacrons d’ordinaire à orner cette maison d’argile qui nous est allouée pour une période si brève et qui, malgré toute notre industrie, perdra sa beauté avant même la fin de notre terme, tandis que nous négligeons une demeure plus glorieuse et plus durable10 ! Nous ne serions pas si soucieuses de la maison et si indifférentes à son occupante, elle dont la beauté peut être perfectionnée et peut durer éternellement sans perte ni dégénérescence.

  • 11 François Poullain de la Barre avait lui aussi attaqué la coutume qui tient les femmes dans l’inféri (...)

12Ainsi l’ignorance et une éducation étroite sont les fondations du vice et c’est sur elles que construisent l’imitation et la coutume – la coutume, ce torrent impétueux qui emporte tout dans sa course et qu’on ne peut estimer à sa juste place qu’à l’aide d’une bonne dose de prudence et de vertu. […] C’est la coutume, par conséquent, la coutume ce tyran, qui est le grand moteur de toutes ces décisions irrationnelles qui sont prises dans le monde en contradiction directe avec notre intérêt et notre félicité dans le présent, pour ne rien dire de notre avenir11. Nous croyons que c’est une erreur impardonnable de ne pas faire comme les autres et nous perdons ainsi de vue notre tranquillité et notre bonheur, en même temps que l’innocence et la vertu, simplement pour suivre une mode extravagante. Après nous être ainsi habituées à la folie, nous ne savons pas comment nous en dégager, nous persistons dans le vice, non parce que nous y trouvons de la satisfaction, mais parce que nous ne connaissons pas les délices de la vertu.

13Ajoutons à cela la rumeur et le tumulte du monde, qui en général nous occupent et même nous accaparent tant que nous avons peu le loisir, et encore moins l’envie, de nous arrêter pour réfléchir sur nous-mêmes. Ces amusements impertinents qui nous prennent et nous attachent tellement, bruissent toujours si fort à nos oreilles que nous ne pouvons suivre ni les préceptes de la raison, ni les doux chuchotements et les puissantes invitations de l’esprit saint, dont l’aide nous permettrait pourtant, si tant est que nous soyons disposées à en faire usage, de nous affranchir de ces folies et de reprendre notre liberté. Mais hélas ! Pour comble de malheur, par notre application continuelle à la folie et à la vanité, nous achevons de gâter la structure et la matière de notre esprit : négligé, il se relâche et ne peut rien retenir de solide ou de substantiel. Par une forme habituelle de dissipation, nous nous rendons incapables de toute réflexion sérieuse et utile, au point que notre esprit lui-même devient aussi vain et frivole que les choses qui l’occupent. […] […]

  • 12 On traduit ici par « progrès » ce terme si souvent employé de improve (qui signifie embellir, perfe (...)

14Ayant ainsi découvert le mal et sa cause, il nous faut maintenant administrer un remède ; une drogue unique n’est pas assez puissante pour soigner des maladies aussi complexes, il faut appliquer une pharmacopée complète ; et une femme vertueuse peut-elle refuser de s’y employer si elle a par là l’espoir de servir la majeure partie de l’humanité et d’apporter à son sexe le progrès de l’éducation et de la vraie religion12 ? Je ne doute pas, Mesdames, que vous ne soyez très nombreuses dans ce siècle, aussi mauvais soit-il, à être prêtes à embrasser tout ce qui tend tout ensemble à la gloire de Dieu et à votre propre édification, en vue de ranimer l’ancien esprit de piété dans le monde pour le transmettre aux générations suivantes. […]

15Quant à notre proposition, il s’agirait d’ériger un monastère ; ou si vous préférez (pour ne pas offenser les lecteurs tatillons et obtus par des mots, en eux-mêmes bien innocents, qui ont été pervertis par des pratiques superstitieuses), nous l’appellerons retraite religieuse et elle possédera un double caractère : ce sera un refuge pour celles qui désirent se retirer du monde, mais aussi une institution où sera dispensée une éducation académique propre à nous rendre aptes à faire ensuite le plus grand bien dans le monde. Une telle institution (à moins que je ne m’abuse gravement) me semble offrir la méthode la plus sûre pour réformer le présent et travailler au progrès futur. Car là, celles qui sont convaincues de la vacuité des plaisirs terrestres, qui en ont assez de la vanité du monde et de ses impertinences, pourraient trouver des occupations plus satisfaisantes et plus substantielles, et elles ne seraient pas obligées d’en rester à ce qu’elles haïssent avec raison. Quant à celles qui sont désireuses de connaître leurs faiblesses et de se fortifier, d’abord dans leur intérêt, pour ensuite être capables de faire le bien autour d’elles, ou qui veulent éviter la tentation (pour leur plus grande sûreté), elles pourraient échapper à ce danger auquel le spectacle constant de l’ennemi et la familiarité avec les assauts toujours renouvelés de la tentation ne manqueraient pas de les exposer. Elles pourraient alors trouver la possibilité de regarder en elles-mêmes, de se connaître sans risque, pour cesser d’être d’absolues étrangères à leur cœur. Celles en particulier qui désirent accomplir en toute sérénité l’office pour lequel elles sont nées, le service de Dieu et le développement de leur propre esprit, celles-là trouveraient ici un refuge adapté et paisible, loin du bruit et de la presse du monde – un monde si envahissant, si contagieux, que même si par la grâce de Dieu et par l’effet de leur stricte vigilance elles sont protégées de ses corruptions, il plombera pourtant leur envol vers le ciel et les empêchera d’atteindre la plénitude de la vertu.

16Aussi êtes-vous invitées, Mesdames, dans un lieu où vous ne souffrirez l’isolement que pour échapper à la voie du péché : vous ne serez pas privées de votre grandeur, mais échangerez simplement les vaines pompes et les frivolités du monde, les rangs et les titres creux, contre la véritable et pleine noblesse qui consiste à pouvoir mépriser tout cela. Vous allez seulement troquer les bavardages des gens superficiels contre une conversation féconde, la brillante futilité des mots d’esprit contre la véritable sagesse, les fables insignifiantes contre les discours édifiants, les flatteries trompeuses de ceux qui, sous prétexte de vous aimer et de vous admirer, servent en réalité leurs propres fins méprisables, contre les conseils avisés de vos vertueux bienfaiteurs et de vos amis affectueux – ils vous aideront à atteindre ces perfections que vos faux amants feignaient de voir en vous, tout en vous empêchant de les atteindre. On ne vous accablera d’aucune tâche pénible, tout votre labeur sera de vous préparer au plus haut degré de cette gloire (et dont le degré le plus bas est déjà au-delà de ce qu’à présent vous pouvez même concevoir) ; et cette perspective seule devrait suffire à compenser toutes les peines de la religion, si tant est qu’elle en génère – car en vérité elle en est dépourvue. Tout ce qu’on vous demande, c’est d’être aussi heureuses que possible et de vous consacrer à cette félicité qui remplira toutes les capacités de votre âme ! Un bonheur tel que dès que vous y aurez goûté, vous serez totalement convaincues que vous n’en ferez jamais trop pour l’obtenir et pour enrichir votre âme par des dispositions et des qualités qui font dès aujourd’hui de vous, dans une certaine mesure, des créatures célestes et saintes, ce que vous espérez devenir un jour sur un mode encore plus parfait. […] Heureuse retraite ! Qui vous fera ainsi entrer dans un paradis semblable à celui que perdit notre mère Ève, et où vous allez connaître des bienfaits qui, contrairement à ceux de ce monde, ne frustreront pas vos attentes, ne décevront pas vos appétits et qui ne vous mèneront pas, par le dégoût qu’ils vous inspirent, à la quête de nouveaux plaisirs, aussi vides, une fois obtenus, que les précédents. Ces bienfaits seront au contraire si merveilleux qu’ils vous rendront véritablement heureuses ici-bas et vous prépareront à l’être parfaitement dans l’au-delà. Il n’y aura pas de serpent, ici, pour vous tromper, tandis que vous vous délecterez dans ces jardins délicieux. On ne vous donnera pas d’injonctions, dans cette bienveillante société, sinon celle d’aimer et d’accomplir de bonnes œuvres ; et cet emploi sera si prenant qu’il ne vous laissera guère le loisir et l’inclination de poursuivre ces folies qui, du temps de votre ignorance, passaient pour de l’amour, bien qu’il n’y ait rien de si différent dans la nature que l’amour véritable et la passion sensuelle qui prétend mimer ce dernier. Ici la seule rivalité s’appliquera à l’amour de Dieu, la seule ambition sera de vous attirer Ses faveurs, et rien ne vous rapprochera plus de ce but qu’une douce et profonde affection des unes pour les autres. L’envie, ce chancre, n’agitera pas vos cœurs ; car peut-elle se tourmenter du bien-être d’une autre, celle pour qui il constitue une grande part du sien propre ? La convoitise n’entrera pas dans ce lieu béni, sinon peut-être pour amasser d’innombrables trésors de bonnes œuvres afin de recevoir la couronne de gloire la plus brillante.

17Vous ne chercherez pas à augmenter votre fortune, mais à enrichir votre esprit, et n’estimerez rien au-dessus du service de l’humble et doux Jésus-Christ. Ainsi, vous ne vous retirerez du tumulte et de la presse du monde, de sa folie et de ses tentations, que pour jouir plus paisiblement de vous-mêmes et de tous les plaisirs innocents que cette retraite peut vous offrir et en particulier, ce qui vaut bien tout le reste, d’une noble amitié, vertueuse et désintéressée. […] En bref, on vous invite dans un séjour qui est l’image et l’antichambre du Ciel, où votre tâche sera ici comme là-haut de louer le Seigneur, de vous aimer les unes les autres et de transmettre ce savoir utile que vous aurez peu à peu acquis à force d’étude et de contemplation et qui, une fois possédé, est une source de plaisirs bien plus doux et plus durables que ces distractions pathétiques, ces récréations et ces amusements qui seuls aujourd’hui vous semblent plaisants et valables, parce que vous n’en connaissez pas d’autres.

18Mais parce que nous n’avons pas été créées pour nous seules et que nous ne saurions assez glorifier le Seigneur et perfectionner notre âme qu’en faisant le bien et en pratiquant la charité envers notre prochain, […] cette retraite sera telle qu’elle ne séparera pas les bonnes actions qui résultent d’une vie active, des plaisirs sereins d’une vie contemplative. Par une juste combinaison des deux, elle retiendra de chacun tous les avantages et en évitera les inconvénients. Elle ne vous coupera point du monde pour vous empêcher de le réformer et de l’améliorer, mais vous formera à faire le plus grand bien ; elle sera un séminaire destiné à peupler le royaume de dames pieuses et prudentes, dont l’exemple, espérons-le, influencera le reste de leur sexe, pour que les femmes ne passent plus pour ces petits animaux inutiles et impertinents, comme la mauvaise conduite d’un trop grand nombre d’entre elles l’a laissé penser à tort.

  • a M. Norris : Reflections upon the Conduct of Human Life. [Il s’agit d’une référence à John Norris, L (...)
  • 13 A Female Virtuoso. On désigne par virtuoso dans la seconde moitié du XVIIe siècle le curieux, l’ama (...)

19Nous n’avons jusqu’à présent considéré leur retraite qu’en rapport avec la religion, qui est en effet son principal but, mais point le seul. Ce mot ne doit d’ailleurs pas être pris dans un sens trop despotique, car la religion est l’emploi le plus honnête de notre vie, et entendue au sens large, elle implique tout ce qui nous échoit ; car il n’est aucune activité digne d’une créature rationnelle qui ne tende directement ou indirectement à cette grande et unique fin. Mais comme nous l’avons déjà observé, la religion n’apparaît dans toute sa beauté véritable qu’accompagnée de la sagesse et de la discrétion ; et sans un entendement droit, nous pouvons à peine approcher le véritable bien, jamais le bien éminent, sujettes que nous sommes à mille erreurs et séductions – les hommes eux-mêmes, à moins qu’ils n’aient un niveau compétent de connaissances, flottent au gré de tous les vents de l’opinion. C’est pourquoi l’un des grands objectifs de cette institution sera de dissiper ces nuées de l’ignorance auxquelles la coutume nous a habituées, pour armer nos esprits d’un ensemble de connaissances solides et utiles, afin que l’âme de la femme ne soit plus cette chose ingrate et négligée. Il ne s’agit pas que nos reli gieuses perdent leur temps avec des connaissances inutiles, comme c’est devenu la vogue actuelle dans l’éducation qu’on dispense dans le monde – vogue excellemment dénoncée par un auteur ingénieuxa mais qu’elles se consacrent à la recherche de vérités nécessaires et salutaires, indispensables pour elles parce qu’elles servent leur intérêt réel et leur quête de perfection ; et en quoi consiste ce programme, l’excellent auteur déjà mentionné nous le décrit suffisamment. Il n’est ni trop ennuyeux, ni trop difficile pour le virtuoso au féminin13 ; car il n’est pas question qu’elle passe son temps à apprendre des mots, mais des choses, et elle n’a donc pas besoin de connaître plus de langues qu’il n’est nécessaire pour lire les auteurs utiles. De même, il ne sert à rien qu’elle se fatigue à parcourir un grand nombre de livres, il suffit qu’elle prenne la peine de comprendre et de digérer quelques bons ouvrages, bien choisis.

  • 14 Ce programme est typiquement cartésien. Voir par exemple Méditations métaphysiques, traduites en an (...)
  • b M. Wotton, Reflections on Ancient and Modern Learning, p. 349, 350. [William Wotton (1666-1727) déf (...)

20Qu’elle se forge des idées droites et connaisse véritablement la nature des choses qui se présentent à son esprit, et alors peu importe qu’elle ne soit pas capable de rapporter ce que des importuns ont dit de ces choses14. Comprendre profondément le christianisme professé par l’Église d’Angleterre sera suffisant pour la confirmer dans la vérité, même si elle ne connaît pas le catalogue de toutes les erreurs particulières qui s’y opposent. Il est vrai, une éducation savante pour les femmes semblera si contraire aux usages que je me suis moi-même d’abord inquiétée de la singularité de la proposition, mais j’ai eu l’extrême plaisir de voir qu’un de nos ingénieux auteurs (dont j’ai lu l’ouvrage après avoir terminé cet essaib était d’accord avec moi. Parlant de la renommée dans laquelle on tenait la science il y a à peu près cent cinquante ans, « il était très courant, dit-il, pour le beau sexe de penser que le grec et le latin ajoutaient à leurs charmes ; et Platon et Aristote en version originale constituaient fréquemment les ornements de leur cabinet. Les résultats de cette éducation laissent penser que c’était la meilleure possible, puisque l’histoire n’a jamais donné autant de femmes illustres qu’entre l’an 15 et l’an 1600. »

21Puisque Dieu a donné aux femmes aussi bien qu’aux hommes une âme rationnelle, pourquoi leur serait-il interdit de la perfectionner ? Puisqu’Il ne les a pas privées de la faculté de penser, pourquoi ne devrions-nous pas (ne serait-ce que par gratitude envers Lui) Lui dédier nos pensées, à Lui, leur objet le plus noble, au lieu de les consacrer à des futilités, à des divertissements et autres occupations profanes ? […] Qu’est-ce qui rend la plupart des conversations féminines si insipides et superficielles et la solitude si insupportable aux femmes, sinon le manque d’éducation ? C’est l’instruction qui les rend plus agréables et plus bénéfiques à fréquenter, qui leur permet de s’occuper lorsqu’elles sont seules et qui leur évite d’être réduites à ces expédients auxquels elles sont si nombreuses à recourir pour passer le temps […].

  • 15 Paul, Première Épître à Timothée, 3, 1 : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps (...)
  • 16 Paul, Deuxième Épître à Timothée, 3, 6 : « Il en est parmi eux qui s’introduisent dans les maisons, (...)
  • 17 Voir note 2, p. 71.

22Loin de nous de prétendre que les femmes devraient enseigner à l’église ou usurper une autorité à laquelle elles n’ont pas droit. Qu’on nous permette seulement de comprendre où réside notre propre devoir plutôt que de le tenir des autres, sans discussion possible ; d’en savoir au moins assez pour pouvoir nous faire dans notre esprit une idée juste du christianisme, qui est si nécessaire pour nous protéger des dangers inhérents à ces derniers jours, si périlleux15, où les corrupteurs (dont l’une des caractéristiques est de séduire les femmes sottes) n’ont pas besoin de s’introduire dans nos maisons, puisqu’ils peuvent se permettre de prêcher leurs erreurs sur tous les toits16. Il nous faut acquérir une véritable éducation pratique, qui doit nous convaincre de l’absolue nécessité de mener une vie sainte et d’adhérer à la foi véritable, et qu’il n’est pas d’hérésie plus dangereuse qu’une vie méchante et corrompue. Puisque la plupart des femmes de condition comprennent la langue française, il me semble qu’elles feraient bien de l’améliorer, comme le font les dames de France, à ce qu’on m’a dit, par l’étude de la philosophie de Descartes, de Malebranche et d’autres, plutôt que par la lecture de récits et de romans légers. Il est étrange que nous soyons si soucieuses d’imiter leurs modes et leurs toilettes et pourtant sourdes à ce qui mérite d’être imité chez elles ! Et pourquoi ne serait-il pas aussi élégant de comprendre la philosophie française que d’être vêtues à la mode française ? Que la célèbre Madame Dacier, entre autres, et chez nous l’incomparable Orinda17 suscitent donc l’émulation des dames anglaises !

23Les dames de qualité, j’en suis sûre, n’ont pas de raison de désapprouver cette proposition, mais j’ignore comment les hommes la recevront, voyant ainsi leurs enclos mis à bas et les femmes invitées à goûter au fruit de l’arbre de la connaissance qu’ils ont si longtemps monopolisé injustement. Mais il faut qu’ils m’excusent si je suis partiale envers mon sexe comme ils le sont envers le leur, et si je pense que les femmes sont tout aussi capables de s’instruire que les hommes, et que le savoir leur va aussi bien. Car je ne vois pas quel mal il y aurait à ce qu’au lieu de se nuire mutuellement par une conversation vaine et malveillante, les femmes puissent au moins éduquer et instruire les membres de leur propre sexe […].

24[…] Une partie de leur journée sera assignée au service du Seigneur par la prière et les actions de grâce, le reste sera occupé par des activités innocentes, charitables et utiles : l’étude (l’instruction qu’elles reçoivent ou celle qu’elles dispensent à leurs élèves) ou encore l’exercice de la charité spirituelle ou matérielle, comme secourir les pauvres, soigner les malades, allier le réconfort de l’âme à celui du corps, instruire les ignorants, conseiller ceux qui doutent, consoler les affligés et réformer ceux qui sont dans l’erreur ou dans le péché. […] […]

25Quant au logement, à la tenue vestimentaire et à l’alimentation, ces questions seront aisément résolues par les femmes qui souscrivent à ce projet ; nul doute que l’humilité et la décence absolues gouverneront leurs choix : la nature les guidera, non le luxe. Et comme ni les vêtements, ni la nourriture n’importent au Seigneur, elles se contenteront juste de ce qu’il faut, sans s’attirer le blâme ou causer de tort à personne. […]

  • 18 « car… générale » : membre de phrase omis à partir de l’édition de 1695.

26En un mot, cette heureuse société ne formera qu’un seul corps, animé et informé par son âme, cet amour qui s’exhale perpétuellement pour nourrir les flammes du saint désir de DIEU et les actes de bienveillance des unes envers les autres. L’envie et l’absence de charité sont les vices des seuls cœurs étriqués et secs et l’on supposera donc qu’elles n’entreront pas ici chez des personnes dont les dispositions et la naissance sont généreuses. La censure, purifiée, se fera amicale admonition, la moquerie et les railleries désobligeantes seront disqualifiées et bannies de ce lieu, où les mots et les actes, mais aussi les pensées mêmes et les désirs des religieuses tendront à promouvoir l’amour le plus communicatif et la bonne volonté universelle ; car si des amitiés particulières peuvent exister, il ne faut pas qu’elles empêchent une amitié générale18. C’est ainsi que se déroulera l’existence de ces âmes innocentes et saintes, rythmée par leurs dévotions et leurs œuvres charitables. […]

27Et pour que ce grand projet soit mené à bien de la manière la plus efficace, on veillera à ce que nos religieuses soient sous la tutelle de personnes aux mœurs irréprochables, d’une prudence parfaite, d’une piété sincère et d’une austérité véritable, qui ne soient pas novices en religion, mais aient passé la majeure partie de leur vie à étudier et à pratiquer le christianisme ; des femmes qui aient beaucoup vécu, quel que soit le temps qu’elles aient passé dans le monde, qui aient l’entendement ample et juste, qui sachent dominer leurs passions et modérer leurs affections, et dont le savoir puisse gouverner le zèle. […] Des femmes qui sachent se conduire parfaitement et qui, en conséquence, gouverneront selon la raison et non selon l’humeur, en fonction du seul bien de la société et non selon un pouvoir personnel arbitraire ; mais qui sauront pourtant affirmer leur autorité le cas échéant et ne mettront pas leur pouvoir en péril par une indulgence inopportune ou par le relâchement des rênes de la discipline. […]

28Maintenant, je vais supposer que vous m’épargnerez la peine de prouver que cette institution servira largement les fins de la piété et de la charité ; il me semble que c’est assez évident et que cette proposition se suffit à elle-même. Mais si elle ne parvient pas à promouvoir ces grands desseins, je m’estimerai très reconnaissante envers celui qui me montrera ce qui pourrait bien le faire ; car pourvu que l’on ait en vue le bien de mon prochain, il m’est parfaitement indifférent que ce soit par ma méthode ou par une autre. On bannira d’ici les visites impertinentes, les amourettes superficielles, les vains divertissements qui pourraient nous distraire de nos pensées et nous faire perdre un temps précieux ; et seule une partie infime de ce temps sera consacrée à la toilette, cette grande dévoreuse, et à tout ce qui l’accompagne, et le strict nécessaire au sommeil et aux repas – ce qui fait qu’on gagne ici un immense trésor qui pourrait bien, à ce que je crois, nous valoir un bonheur éternel. Mais laissons là les généralités, un examen rapide de quelques cas particuliers démontrera amplement l’utilité considérable d’une telle retraite, qui sera évidente à l’exposé de quelques-uns des inconvénients auxquels les femmes sont exposées lorsqu’elles vivent dans le monde, puis dans un second temps des avantages d’un retrait.

  • 19 La formulation est ici vaguement inspirée de Locke. Mary Astell, malgré un résidu de néoplatonisme (...)

29Tout d’abord, parmi les inconvénients de la vie dans le monde, le premier et non des moindres, est de nous donner de ses vanités une idée forte et une impression pressante. Puisqu’elles sont toujours sous nos yeux, à nous entourer, elles écartent nécessairement tout autre objet : l’esprit, prédisposé en leur faveur et agréablement diverti par ces impressions plaisantes causées par les objets extérieurs, les identifie comme son seul bien ; et il n’est pas en mesure de goûter ces plaisirs qui procèdent de l’introspection, ni de recevoir les idées qui accompagnent une telle réflexion. En conséquence, toutes les notions qu’il forme sont fondées sur des idées qui ne dérivent que de la sensation, puisqu’il ne connaît pas ces idées supérieures qui procèdent de leurs propres opérations et d’une réflexion sur ellesmêmes, et qui sont nécessaires pour corriger les erreurs et suppléer aux défauts des premières19. Il en découle une connaissance très partielle des choses et même presque une ignorance complète de celles qui s’avèrent les plus importantes. […] […]

30Pour finir, tout ce temps perdu et le tourbillon perpétuel dans lequel nous nous trouvons toujours rendent impossible le recul de la réflexion et de la méditation ; nous sommes si occupées par ce qui arrive au-dehors que nous n’avons pas le loisir d’examiner ce qui se passe en nous et d’en rectifier les désordres. Un mode de vie aussi mécanique et frivole, où, comme des machines, nous sommes condamnées chaque jour à répéter les impertinences de la veille, réduit nos perspectives, contracte notre esprit, nous expose à mille erreurs pratiques et rend tout progrès impossible, car il ne nous permet pas d’examiner et de réfléchir, ce qui est la seule manière d’y parvenir. Voilà pour les inconvénients de la vie dans le monde ; si nous passons à la retraite, nous verrons que non seulement elle les prévient tous, mais qu’elle apporte en outre de nombreux avantages propres.

  • 20 Exode, 13, 17.

31Premièrement, elle nous aide à rivaliser avec la coutume et nous délivre de sa tyrannie, ce qui est la nécessité la plus vitale, puisqu’elle n’est rien d’autre que notre accoutumance à la folie qui nous la rend acceptable. Mais qu’il est difficile de quitter un chemin familier ! Quel courage et quelle prudence il faut montrer ! Quelle perspicacité de jugement est nécessaire pour ignorer les préjugés de l’éducation et de l’exemple et pour discerner ce qui est juste ; et quelle force de résolution ne faut-il pas pour y adhérer, au milieu des quolibets et des huées du monde ! Car la coutume a usurpé une autorité si absolue que toute femme qui tenterait de mettre un coup d’arrêt à son pouvoir arbitraire et de lui demander des comptes risquerait de devenir la cible des traits railleurs de tous les impertinents petits maîtres de la ville. Et bien qu’une femme sage sache ignorer leur censure, elle apprécie peu, cependant, d’être le sujet de leurs discours. Ainsi, la seule solution est de se retirer du monde, comme le peuple d’Israël quitta l’Égypte20, de peur que le sacrifice que nous devons faire de ses folies ne provoque son aigreur.

32[…]

  • 21 Au sens de trajectoire déviante.

33Pour faire bref, une telle institution nous confirmera assurément dans la voie de la vertu et nous aidera à y persévérer. En outre, par la piété substantielle et le savoir solide que nous y acquerrons, elle nous préparera à propager la religion lorsque nous retournerons dans le monde. Une pratique de la piété régulière pendant quelques années l’établira et l’enracinera si profondément en nous que la religion nous deviendra une seconde nature, et il nous faudra nous faire extraordinairement violence pour oser nous y opposer ensuite. Car outre tous les autres avantages que la vertu possède sur le vice, elle saura lui faire rendre les armes que lui donne la coutume, la seule chose qui le soutienne, et elle saura courageusement venir à bout de son bastion le mieux armé pour retourner son propre canon contre lui-même. Pécher deviendra quasiment impossible, pour celle dont l’entendement, illuminé par la connaissance de la vérité, est trop sage pour se laisser manipuler par ces fausses représentations par lesquelles le péché voudrait la tromper, celle dont la volonté a découvert, pour s’y unir, son véritable centre et qui, s’étant depuis longtemps habituée à se mouvoir en ligne droite, ne ressent pas la tentation de décrire une trajectoire oblique21 ! Celle dont les affections se sont journellement régalées de ces délicieux fruits de paradis que la religion lui offre et qui est ainsi devenue trop sublime et trop raffinée pour se délecter des plaisirs fangeux des satisfactions sensuelles ! Ce serait assurément un miracle qu’une telle femme renonce à la gloire et à la joie ; il faudrait qu’elle soit aussi méchante que Lucifer lui-même pour rejeter son paradis, après avoir connu de telles délices. La pensée d’une telle apostate relève de l’absurde et la supposition qu’elle puisse exister est monstrueuse ; ainsi on peut en déduire que cela ne se produira jamais, ou très rarement. Alors quelle félicité régnera dans un monde où resplendiront toutes ces étoiles de vertu ! Ces femmes qui, loin de se contenter de leur propre bonheur – car ce serait là faire preuve d’une étroitesse d’esprit indigne de leur tempérament divin –, voudront être les glorieux flambeaux du ciel, ou plutôt, à l’image de Celui qui les a créées, diffuser leur influence bienfaisante autour d’elles. Ayant elles-mêmes gagné leur entrée au Paradis, elles voudront montrer la voie et inviter tous les autres à prendre part à leur félicité. […]

34Et si après tant d’avantages spirituels, il est permis de mentionner les avantages temporels, les héritières et les personnes fortunées pourront trouver en ce lieu un refuge contre les attaques brutales des scélérats ; et celle qui a plus d’argent que de discernement n’aura pas à maudire son étoile d’avoir été la proie de vautours importuns et avides. Ici, elle ne sera ni dupée ni tyrannisée, elle ne sera pas non plus achetée ou vendue, ou encore forcée de se marier sans en avoir le désir, pour avoir la paix et simplement mettre fin à d’incessantes et importunes sollicitations. Ou si elle est disposée à se marier, elle pourra séjourner ici en toute sécurité jusqu’à ce que ses amis lui présentent un parti avantageux, à l’abri de toute alliance déshonorante. La modestie exige d’une femme qu’elle n’aime pas avant le mariage, mais seulement qu’elle choisisse un homme qu’elle puisse aimer après, et celle qui n’a que des affections innocentes n’a pas de difficulté à les fixer sur l’objet que le devoir lui désigne.

  • 22 Allusion obscure. Il est clair que le projet de Mary Astell est caractérisé par des préjugés de cla (...)

35Bien que j’aie annoncé que je ne décrirais pas en détail les activités des religieuses, je souhaiterais dire ici, pour offrir un aperçu de ce en quoi elles peuvent être utiles pour le monde, qu’une partie de leur temps sera consacré à donner aux filles des personnes de qualité la meilleure éducation possible. Celles-ci seront servies et instruites pour les matières les moins importantes par des personnes de rang inférieur à qui on aura délégué cette tâche, mais former leur esprit sera la responsabilité particulière des femmes de leur rang, qui ne pourront avoir de tâche plus plaisante et plus utile que d’exercer et d’étoffer leurs propres connaissances tout en les transmettant à ces jeunes esprits qui sauront à merveille mettre à profit de telles préceptrices. Car comment leurs petites élèves pourraient-elles ne pas accorder toute leur attention à celles qui rejettent le monde non (comme on peut le dire de certaines) parce qu’elles n’étaient pas capables d’y vivre, mais au contraire parce que lorsqu’elles y étaient, on recherchait leur compagnie, elles étaient reconnues, mais que pour de très bonnes raisons et après mûre réflexion, elles choisirent de s’en retirer et de renoncer à ses faveurs pour se consacrer à une vie meilleure ? D’ailleurs, des personnes mercenaires ne sauraient avoir une influence aussi bénéfique sur de telles élèves, car, comme elles ont souvent seulement une connaissance limitée des choses et une disposition basse et sordide, il leur est impossible de former un tempérament généreux dans l’esprit de leurs disciples. Il avait sans nul doute raison, celui qui refusa de confier l’éducation de son fils à un esclave, car il n’y a rien de grand ou d’excellent à attendre d’un homme de cette condition22.

36Et quand, grâce à l’augmentation de leurs revenus, les religieuses pourront se consacrer à une telle œuvre de charité, l’éducation qu’elles dispenseront aux filles de gentilshommes tombés dans la pauvreté constituera un avantage indéniable pour la nation. De nombreuses âmes seront ainsi sauvées d’un déshonneur considérable et on leur donnera les moyens d’assurer confortablement leur subsistance, soit en les intégrant à la communauté si elles le désirent, soit en trouvant à les marier. On supposera que les hommes prudents sauront reconnaître que les talents qu’elles acquièrent ici seront pour elles une dot suffisante et qu’une femme de condition, discrète et vertueuse, fera une meilleure épouse que la femme dont la cervelle est vide malgré un porte-monnaie bien garni.

37Mais certains me demanderont : ne peut-on être vertueux sans cette réclusion ? Ces femmes ne peuvent-elles vivre librement au milieu du monde et pourtant servir Dieu de la même façon qu’ici ? On leur concédera que c’est possible : les âmes véritablement sages et vertueuses y parviendront, avec l’aide de la grâce divine et en dépit de toutes les tentations ; et j’aimerais de tout mon cœur que toutes les femmes aient le même caractère. Mais il faut considérer qu’il existe des vertus délicates qu’il faut protéger des effluves mauvais du monde : nombreuses sont celles qui avaient bien commencé et auraient pu finir leur vie dans la paix et l’innocence si elles n’avaient eu la malchance de connaître de violentes tentations. Car celles qui ont le cœur honnête n’ont pas toujours l’entendement le plus ferme ; et parfois les appâts du monde et les insinuations subtiles de tous ceux qui se tiennent en embuscade pour abuser de leurs proies réussissent à leur faire tourner la tête, à ébranler leur résolution et à réduire à néant tous les beaux espoirs d’un début si prometteur. Il est bon, par conséquent, que des scions aussi délicats soient transplantés, qu’ils puissent être soutenus par le tuteur de l’amitié vertueuse et confirmés dans le bien par de saints exemples, tels qu’hélas on en rencontre bien peu dans le monde. […] Une retraite dévote permettra non seulement d’affermir et de fortifier l’âme de ces femmes contre les corruptions du monde, mais aussi de les purifier et de les raffiner de telle manière qu’elles seront autant d’antidotes pour expulser le poison chez les autres et assainir l’air tout autour.

38Si d’aucuns reprochent à une éducation savante de rendre les femmes vaines et prétentieuses, et au lieu de les corriger d’aggraver leur orgueil, je leur accorde que ce pourrait être vrai d’un saupoudrage d’éducation, car il a cet effet sur les hommes, dont nul n’est plus dogmatique et désireux de montrer ses talents que celui qui peut se vanter de connaître un peu les sciences. Mais je ne veux pas que les femmes se contentent d’un semblant de connaissances, il faut qu’elles en acquièrent la substance. Alors, la plus savante pourra avouer avec le sage Socrate qu’elle ne sait rien : rien qui justifie l’orgueil et l’ostentation, rien qui ne s’accompagne de tant d’ignorance et d’imperfection qu’il puisse légitimer la morgue et la suffisance. Plus elle connaît de choses et moins elle sera sujette au bavardage et à ses vices connexes, car elle comprendra que la partie la plus difficile d’une éducation est de savoir quand laisser courir sa langue et quand la retenir, et de ne parler que lorsque cela est pertinent.

  • 23 Voir déjà Bathsua Makin en 1673 sur ce sujet (p. 148).

39Mais si les hommes comprennent où réside leur véritable intérêt, ils n’ont aucune raison de s’opposer à l’éducation raisonnée des femmes, car elle permettrait aussi de corriger les hommes : grande est l’influence que nous avons sur eux pendant leur enfance et une mère réfléchie, instruite et dévote, aura amplement le temps de former la tendre intelligence de son enfant et de préparer son épanouissement, de sorte que les bons effets s’en feront sentir pendant toute sa vie23. Mais même si vous niez que la mère puisse être bénéfique, il ne fait pas de doute qu’elle puisse être néfaste pour lui : si elle ne façonne pas complètement l’enfant, elle a tout pouvoir pour le corrompre, en laissant son amour l’emporter sur une affection mesurée. En outre, une bonne et prudente épouse ferait des merveilles sur un méchant homme ; il faudrait qu’il soit un animal, en effet, pour résister aux admonestations innocentes, aux douces persuasions et aux autres méthodes irrésistibles qu’elle saurait utiliser pour le corriger. La piété est souvent intolérable lorsqu’elle s’accompagne d’indiscrétion, mais la femme bonne et sage possède des charmes qui l’emportent sans coup férir. Son mari est sans conteste un homme bien plus heureux et bien plus susceptible d’abandonner toutes ses mauvaises habitudes que celui qui, rentrant chez lui, y retrouve une écervelée ignorante et frivole. Une conversation intelligente rendra sa vie plaisante, et celui qui est ainsi diverti chez lui ne risque pas de succomber aux tentations en recherchant les distractions au-dehors. Le seul danger est que l’épouse soit plus savante que son mari ; mais si c’est le cas, c’est sa faute à lui, puisque rien ne l’empêche de s’améliorer – à moins bien sûr qu’il ne soit un imbécile, mais alors un tel homme a besoin d’être guidé par une femme sage, dont la prudence sera telle qu’elle saura cacher sa bêtise aux yeux du monde et couvrir ses défauts tout en y remédiant. Laissez-moi espérer, par conséquent, que nul gentilhomme dont les intentions sont honorables ne raillera l’intelligence et le savoir chez celle qu’il prétend honorer. S’il se moque d’elle, son attitude pourra servir de test pour départager l’amant faux et méprisable et l’amant véritable.

40Ainsi donc, quel être doté d’une étincelle de piété osera s’opposer à un dessein si religieux ? Quel est cet esprit généreux, soucieux du bien de l’humanité, qui désirera contribuer à son avancement et à son progrès ? Qui trouvera que cinq cents livres sont une somme trop importante pour acquérir tant de sagesse et de bonheur ? Assurément, nous estimerions un montant bien plus élevé un prix encore trop bas pour obtenir ces richesses, si nos esprits bas et pathétiques n’attribuaient à l’argent une valeur bien plus importante qu’il ne le mérite. […]

41Certains pensent-ils que cet argent sera perdu pour leur famille s’il est investi dans ce projet ? Je leur demanderai seulement comment ils comptent l’épargner et en même temps préserver leur fortune, leur honneur et leurs filles ? S’ils étaient sûrs que ces dames mourraient célibataires, j’avoue que je les féliciterais pour leur économie ; mais l’expérience nous a souvent montré la vanité de tels espoirs. Car la pauvre fille, après avoir passé sa jeunesse en société dans l’insouciance, à faire le tour de toutes les vanités que lui offre la ville, après avoir tendu tous ses filets et usé de tous les artifices pour conquérir un parti, découvre que l’appât est inefficace là où elle voulait qu’il prenne, et comme elle a pendant tout ce temps consacré tous ses soins à entretenir son corps, elle n’a pas eu le temps de former son esprit qui, de ce fait, ne lui est d’aucun secours maintenant qu’elle rencontre des déceptions dans le monde. Elle prend conscience tous les jours davantage que le respect qu’on lui témoignait hier encore diminue aussi vite que sa beauté, et absolument terrifiée par cet effroyable titre de vieille fille, dont seuls les imbéciles l’accablent et que la femme sage ne craint pas, pour éviter cette terrible méduse, et avec elle les quolibets qu’on jette aux vierges surannées, elle se rue sur un parti déshonorant croyant y trouver son dernier refuge, ô combien illusoire, pour la honte de sa famille et sa ruine irrémédiable. Et maintenant je mets au défi une personne d’honneur de me dire s’il n’aurait pas mieux valu dépenser quelques milliers de livres pour empêcher ce malheur et éviter d’avoir à entretenir un incapable, avec peut-être même une portée d’enfants miséreux pendus à ses basques.

  • 24 En français dans le texte.

42Si je pouvais imaginer une quelconque autre objection, j’y répondrais ; il n’est rien que des personnes d’esprit ne puissent défendre ou objecter, mais ceux qui pèsent dûment les arguments des deux parties, à moins d’être extrêmement prévenus contre cette institution, n’auront pas de mal à distinguer son utilité considérable. Les galants, peut-être, et les petits maîtres qui en ville tiennent le haut du pavé, ne manqueront pas de railler et de se moquer. Car la vertu elle-même, aussi éclatante soit-elle, est impuissante face à la censure des mauvaises langues ; la seule consolation est que, bien que ces railleurs tentent en vain de salir la vertu, ils sont incapables de souiller sa beauté et ne font que se rendre plus méprisables encore. Aussi peuvent-ils bien, s’ils le souhaitent, se gargariser de leur chère folie et se divertir de leurs facéties insipides. Elle fait preuve de bien peu de sagesse et d’encore moins de vertu, la femme qui se détourne de ce qu’elle juge raisonnable par peur des quolibets et autres invectives de beaux esprits ridicules et de bouffons insolents. Et il n’est pas surprenant que ce soit eux – qui n’ont rien d’autre à montrer pour prouver leurs prétentions au bel esprit que quelques fragments de pièces et des vers ampoulés et grotesques, et qui s’imaginent qu’une perruque bien ajustée pallie l’absence de cervelle et que parler beaucoup est un signe d’intelligence, quand c’est tout le contraire –, il n’est pas surprenant, dis-je, que ce soit eux qui s’élèvent contre notre proposition ; car elle gâcherait en effet le commerce de ces sémillants petits maîtres, qui se trouveraient fort dépourvus, s’ils n’avaient que des êtres aussi impertinents qu’eux-mêmes à qui parler. La critique réciproque de leur tenue ne servirait à rien et le travail de leur valet de chambre24 serait perdu, si ces ânes bâtés ne pouvaient pacifiquement abandonner leur rivalité pour se complimenter et s’admirer les uns les autres. Car alors les femmes de qualité auraient trop de discernement pour estimer un homme pour des frivolités qui devraient plutôt les inciter au mépris le plus superbe. Elles ne se montreraient jamais sottes au point d’imaginer que celui qui fait passer son appétit animal avant toute chose puisse avoir de l’affection sincère pour elles, ou d’attendre la fidélité d’un homme qui est infidèle à Dieu et à son âme même. Elles ne seraient pas absurdes au point de supposer que l’homme qui néglige son Créateur soit capable de les estimer elles ; car qu’est donc toute cette belle idolâtrie par laquelle il voudrait s’attirer les faveurs de sa prétendue déesse, sinon moquerie et dérision de la part d’un homme qui oublie et défie la véritable divinité ? Elles ne mesureraient pas leur mérite à l’aune de l’admiration de juges si incompétents et ne feraient pas appel à tous les artifices frivoles qui s’avèrent nécessaires pour s’attirer les faveurs de tels admirateurs ; elles ne leur donneraient pas non plus l’occasion de se proclamer leurs esclaves tant et si bien qu’ils finissent par devenir leurs maîtres.

43Il ne reste plus maintenant qu’à mettre en pratique ce qui tend si fort à notre avantage. La charité est-elle morte dans le monde au point que nul ne voudra contribuer au salut de son âme et de celle de son prochain ? Allons-nous sans compter dépenser notre argent pour acquérir la vanité, et souvent avec elle notre ruine présente et future, sans trouver quiconque pour accomplir une bonne œuvre si éminente, telle que les âges à venir se lèveront pour nous et nous appelleront bienheureuses ? Je ne veux pas le croire et j’espère de tout cœur voir un jour cette retraite religieuse heureusement établie et ses grands desseins poursuivis avec sagesse et vigueur ; et il me semble déjà avoir une vision de ce lustre et de cette gloire que nos dames répandent autour d’elles ! Aussi laissez-moi supplier le reste de notre sexe, qui, bien que libre dans le monde, est l’esclave misérable de ses viles affections, laissez-moi le supplier de rejeter ses préjugés et tout ce qui ressemble à de l’envie et de la méchanceté, pour observer d’un œil impartial les beautés de nos religieuses. L’innocence native et l’absence d’affectation de leurs charmes et de leur vie – d’une intégrité sans tache – sont infiniment plus séduisantes que tous les curieux artifices et les affectations des autres femmes, même les méchants le reconnaissent, eux qui trahissent souvent une secrète vénération pour la vertu qu’ils affectent de mépriser et s’acharnent à corrompre. Comme il n’y a rien, non vraiment pas le moindre petit motif pour justifier le vice, sinon qu’il est à la mode et qu’on y est habitué, de même il n’est rien dans la vertu qui doive faire peur, sinon qu’elle est inhabituelle. Goûtez-y un peu et vous vous demanderez comment vous avez pu être assez sottes pour trouver du plaisir à quoi que ce soit d’autre ! […]

44Il est une sorte de noblesse et de grandeur d’âme qui fait davantage pour nous ennoblir que le titre le plus haut et cela consiste à être à la hauteur de la dignité de notre nature, en refusant de commettre une action dégénérée ou inconvenante, et en acceptant avec indifférence les aléas de la fortune, bonne ou mauvaise, sans nous laisser corrompre par l’une ou abattre par l’autre. Car celle qui peut agir ainsi dé montre que son bonheur ne dépend pas d’un objet aussi éphémère que le monde d’ici-bas, mais qu’il se fonde seulement sur la grandeur de son propre esprit, dans la soumission absolue au Tout-Puissant. C’est là l’ornement le plus riche, qui rend une femme glorieuse même lorsque sa fortune est au plus bas : si brillant est le véritable mérite que, tel un diamant, il ne perd jamais son éclat, même au milieu d’un tas de fumier ; tandis que la femme qui a atteint une station éminente, s’il lui manque cette grandeur naturelle et inaltérable, n’est rien d’autre que le jouet de la fortune : elle ne s’exhibe que pour apparaître plus méprisable encore. Aussi, celles qui fondent leur mérite sur des accomplissements extérieurs, qu’elles considèrent combien ils sont éphémères et comment elles peuvent s’en voir privées du jour au lendemain ; à supposer même qu’ils durent, ce sont des fondements bien sablonneux pour construire sur eux sa réputation. Quelle déception pour l’admirateur d’une dame, mais aussi pour elle-même, que sa conversation sape, voire annule, la victoire que ses yeux avaient emportée ! Lorsque la passion d’un amant s’évapore pour se transformer en indifférence conjugale et que la fréquentation régulière émousse l’émerveillement suscité au début par ses charmes, elle n’est plus traitée qu’avec un respect formel, tel que l’exigent la décence et la bonne éducation ; et encore, peut-être pas. Car à moins qu’il ne soit un honnête homme (et en vérité il n’y en a pas tant que cela dans le monde), le peu de mérite de la dame aura raison de son affection, puisque celle-ci est rarement fondée sur autre chose que l’estime et la vénération. Tandis qu’une femme bonne et sage s’avère utile et estimable à toutes les époques et dans toutes les conditions ; celle qui se consacre à la seule cause nécessaire, la seule partie d’elle-même qu’on ne peut lui ôter, vit une existence plaisante et gaie, innocente et sereine, calme et tranquille, et fera une sortie glorieuse. Elle passera de la vie sur terre la plus heureuse, aux joies inexprimables du Ciel et recevra un nom frais et odorant pour embaumer ses cendres, un nom qui répandra ses effluves dans les âges futurs. Pendant ce temps, les sottes et la pire sorte d’entre elles, les méchantes, vivent et meurent misérables, se consumant pour ne laisser derrière elles que puanteur et putréfaction.

45Pour terminer, si cette proposition, qui n’est qu’un brouillon, une grossière ébauche, et mériterait sans doute une meilleure plume pour l’embellir, donnait la possibilité à des auteurs plus sages de l’améliorer et de la parfaire, j’aurais atteint mon but. Car aussi imparfaite soit-elle, elle paraît si désirable que celle qui a imaginé ce projet espère de tout cœur qu’il ne manquera pas de mains se courables pour l’appliquer et le mener à bien. Mais s’il n’en va pas ainsi, ce n’est que l’affaire de quelques heures perdues et le peu de labeur qu’il m’a coûté ne sera pas vain, si ce qui est ici proposé peut servir à exprimer l’hommage sincère et le profond désir de promouvoir votre éducation de celle qui est,

MESDAMES,
Votre très humble Servante.

Notes

1 Mary Astell fait peut-être allusion aux textes de ses prédécesseurs : Bathsua Makin, Hannah Woolley, Clement Barksdale… Voir la seconde partie de cette anthologie. Cette remarque suggère, en tout cas, qu’elle est consciente de s’inscrire dans une lignée.

2 Orinda : nom de plume de Katherine Philips (1631-1664), poète anglaise. Dans ses poèmes, publiés pour la première fois en 1664, elle célèbre l’amitié féminine. Fille d’un professeur de grec, Anne Lefèvre, plus connue sous le nom de son deuxième époux, Dacier (1647-1720), est l’archétype de la femme savante en France : traductrice d’Homère, de Plaute, de Térence, et enfin d’Anacréon et de Sapho, elle est célèbre dans toute l’Europe.

3 Allusion à l’Évangile selon Jean, 14, 2 : « Il y a plusieurs demeures dans ma maison de mon père. […] Je vais vous préparer une place. »

4 Référence aux adorateurs des idoles dorées (Daniel 3, 7-14) et de l’agneau d’or (II Rois, 10, 29).

5 Ironie de Mary Astell vis-à-vis de la querelle des Anciens et des Modernes. Elle se prononce clairement pour les Modernes.

6 Empereur romain (81-96 après J. -C.), second fils de Vespasien. Célèbre pour ses excentricités, il se voyait comme divin et passait le plus clair de son temps à attraper les mouches pour les tuer.

7 C’est à ce passage en particulier que fait allusion Elizabeth Thomas dans son poème à la gloire de Mary Astell, cité en épigraphe de l’introduction.

8 Dans la physiologie classique, on distingue trois étapes dans la digestion alimentaire : la première concoction ou digestion dans l’estomac et les intestins ; la seconde concoction ou processus par lequel les nutriments sont transformés en sang ; la troisième concoction ou sécrétion.

9 Expression proverbiale en anglais, dont l’origine est biblique : dans Exode 5, 7, Pharaon punit les Juifs en ordonnant à ses commissaires : « Vous ne donnerez plus comme auparavant de la paille au peuple pour faire des briques ; qu’ils aillent eux-mêmes se ramasser de la paille. »

10 Mary Astell reprend une image biblique familière, celle des « demeures » (Évangile selon Jean, 14, 2), et file la métaphore avec le terme tenement, traduit ici par « maison d’argile ».

11 François Poullain de la Barre avait lui aussi attaqué la coutume qui tient les femmes dans l’infériorité (De l’Égalité des deux sexes, 1676, préface).

12 On traduit ici par « progrès » ce terme si souvent employé de improve (qui signifie embellir, perfectionner, améliorer, renforcer, faire progresser ou bonifier, mais aussi éduquer, instruire, voire édifier selon le contexte).

13 A Female Virtuoso. On désigne par virtuoso dans la seconde moitié du XVIIe siècle le curieux, l’amateur savant qui se targue de sciences naturelles. Il se pourrait qu’il faille voir ici dans le choix de cette expression singulière le désir de répondre à Thomas Wright qui, dans sa pièce The Female Virtuoso publiée en 1693, offre une satire de la femme savante en faisant d’elle une désastreuse maîtresse de maison, aussi ridicule que prétentieuse.

14 Ce programme est typiquement cartésien. Voir par exemple Méditations métaphysiques, traduites en anglais en 1680.

15 Paul, Première Épître à Timothée, 3, 1 : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles ». Déclaration à la résonance apocalyptique assez étonnante de la part de Mary Astell.

16 Paul, Deuxième Épître à Timothée, 3, 6 : « Il en est parmi eux qui s’introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d’un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées de passions de toute espèce… » Pour « prêcher » sur les toits, voir par exemple Évangile selon Luc, 12, 3.

17 Voir note 2, p. 71.

18 « car… générale » : membre de phrase omis à partir de l’édition de 1695.

19 La formulation est ici vaguement inspirée de Locke. Mary Astell, malgré un résidu de néoplatonisme (qui présuppose l’existence d’idées innées), utilise le sensualisme lockien pour justifier la nécessité d’instruire les filles et de leur permettre de se forger des outils intellectuels critiques.

20 Exode, 13, 17.

21 Au sens de trajectoire déviante.

22 Allusion obscure. Il est clair que le projet de Mary Astell est caractérisé par des préjugés de classe et qu’il ne concerne ici que les femmes de l’aristocratie.

23 Voir déjà Bathsua Makin en 1673 sur ce sujet (p. 148).

24 En français dans le texte.

Notes de fin

a M. Norris : Reflections upon the Conduct of Human Life. [Il s’agit d’une référence à John Norris, Londres, 1690. Dans sa discussion de l’éducation féminine, Norris distingue entre vérité contingente et vérité nécessaire : seule la seconde définit la véritable connaissance, qui mérite qu’on l’étudie. Au moment où elle écrit ce texte, Mary Astell est déjà engagée dans une correspondance philosophique avec John Norris, qui sera publiée l’année suivante (voir introduction).]

b M. Wotton, Reflections on Ancient and Modern Learning, p. 349, 350. [William Wotton (1666-1727) défendit la cause des Modernes dans la célèbre querelle des Anciens et des Modernes occasionnée par la publication de Essays on Ancient and Modern Learning (1690) de Sir William Temple (1628-1699). Mary Astell s’aligne sur les positions du premier, défendues dans Reflections on Ancient and Modern Learning (Londres, 1694), bien que Wotton appartienne au milieu « whig », contrairement à elle.]

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540