Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Épilogue

Parcours de mémoire

Texte intégral

Tandis qu’évoluait le mouvement de défense des droits des femmes, les lumières de Seneca Falls étincelaient çà et là, encore et encore, telles des fils d’argent dans une tapisserie aux motifs complexes.
(Judith Wellman, The Mystery of the Seneca Falls Women’s Rights Convention : Who came and Why  ?, 2004)

  • 1 Judith Wellman consacre le dernier chapitre de son ouvrage The Road to Seneca Falls… aux prolongeme (...)

1Les railleries, quolibets et critiques en tout genre ne découragèrent pas les défenseurs des droits des femmes qui tout au long des années 1850 utilisèrent la Déclaration de sentiments comme pierre de touche, référence incontournable à l’aune de laquelle se mesurait leur détermination, qui stimulait leur courage, et leur permettait de réveiller quelques consciences endormies. Ainsi se trouvait lancé un long processus de remémorations, célébrations et gestes rituels qui allaient perdurer, d’année en année, avec quelques moments particulièrement symboliques non exempts de fluctuations de sens1.

  • 2 Matilda Joslyn Gage (1826-1898), s’intéressa d’abord au sort des Indiens d’Amérique et à l’abolitio (...)
  • 3 Pour une brève comparaison des textes de 1848 et de 1876, voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Le (...)

2En 1876, lors de la célébration du centenaire de la Déclaration d’indépendance des États-Unis, Susan B. Anthony et cinq autres femmes, dont Matilda Joslyn Gage2, se virent refuser le droit de participer aux cérémonies officielles organisées à Philadelphie. Munies de laissez-passer subtilisés aux représentants de la presse, elles déjouèrent la vigilance des services de sécurité. Elles distribuèrent alors une Déclaration des droits des femmes, dédiée à leurs filles de 1976, véritable acte d’accusation des hommes politiques des États-Unis. Les débats constitutionnels qui avaient accompagné le vote des 14e et 15e amendements à la Constitution fédérale leur permirent avec plus de vigueur encore qu’en 1848 de souligner les droits politiques et civiques toujours refusés aux femmes3.

  • 4 C’est là que s’était tenue la réunion de Rochester en août 1848.

3À cette maturation politique du discours s’ajouta, chez les féministes qui avançaient en âge, et donc en expérience, une conscience accrue de leur propre histoire. Un tournant dans cette évolution se manifesta particulièrement au cours des célébrations de 1878, lors du trentième anniversaire de la Convention de Seneca Falls. Elizabeth Cady Stanton, Susan B. Anthony, et celles et ceux qui partageaient leurs idées, dont Sojourner Truth et Frederick Douglass, se réunirent dans l’église unitarienne de Rochester4. L’événement se termina par les adieux au monde de Lucretia Mott, alors âgée de quatre-vingt-six ans, qui émut aux larmes les témoins de ses derniers discours. Elle quitta les lieux au bras de Frederick Douglass, et disparut définitivement de la scène publique. Mais Elizabeth Cady Stanton et Susan B. Anthony continuèrent à utiliser les diverses commémorations de la Convention de Seneca Falls pour dresser le bilan des progrès accomplis par les femmes comme êtres humains et comme citoyennes. La publication en 1881 des trois premiers volumes de History of Woman Suffrage témoigna de cette prise en compte croissante de la dimension historique de leurs heurs et malheurs.

4En 1888, les défenseurs du droit de vote des femmes, qui avaient gagné en confiance et en vigueur aux États-Unis, étaient à la recherche de liens à l’extérieur du pays, et organisèrent une réunion internationale pour célébrer le quarantième anniversaire de la Convention de Seneca Falls. Une comparaison avec la situation de 1848 permit de mesurer le chemin parcouru, tout comme celui qui restait à parcourir. Frederick Douglass salua alors Seneca Falls comme le commencement d’un mouvement qui à lui seul rendait hommage à la détermination d’Elizabeth Cady Stanton.

  • 5 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 228, et voir note 77, p. 283.
  • 6 Ibid., p. 11, et note 35, p. 243. Les batailles de Lexington et Concord représentent le début du co (...)

5Lors de la réunion organisée en 1895 à la Metropolitan Opera House à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, Elizabeth Cady Stanton retraça l’histoire de Seneca Falls. Elle en évoqua les effets sur sa propre évolution affirmant que « sa demande de justice et d’égalité pour toutes les femmes, lui avait permis d’acquérir de plus grandes libertés pour elle-même »5. Sa version des événements confirma et scella le statut de la Convention de 1848 qui depuis les années 1880 fonctionnait déjà comme une sorte de mythe des origines qu’il convenait dès lors de célébrer rituellement pour lui ouvrir les portes de l’éternité. Pour reprendre les termes du journaliste Arch Merrill, « les réunions de Seneca Falls et Rochester étaient les Lexington et Concord de la révolution des femmes »6.

6En 1908, Harriot Stanton Blatch, fille d’Elizabeth Cady Stanton, de retour d’Angleterre après la mort de son époux, fut très déçue par l’état dans lequel se trouvait le mouvement en faveur du droit de vote des femmes, peu enthousiasmant pour ses adeptes, et dissuasif pour ses opposants. Elle rassembla alors un groupe de réformateurs influents à Seneca Falls pour la célébration du soixantième anniversaire. Dans son compte rendu, le Seneca Falls Reveille présenta l’événement de 1848 comme le commencement d’un mouvement aux proportions désormais universelles. Sur les murs de la Wesleyan Chapel on apposa une plaque commémorative de la Convention des 19 et 20 juillet 1848, qui reprenait verbatim la résolution en faveur du droit de vote, tout en rappelant qu’elle était due à l’initiative d’Elizabeth Cady Stanton soutenue en cela par Frederick Douglass. Pour les participants à cette cérémonie, venait donc en tête des droits de la femme non encore acquis, celui de voter.

  • 7 Ce n’est cependant que grâce aux efforts de Coline Jenkins-Sahlin, arrière-arrière-petite fille d’E (...)
  • 8 Carry Chapman Catt (1859-1947) présida la National American Woman Suffrage Association de 1900 à 19 (...)
  • 9 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 232.

7Quand la ratification de l’amendement conféra ce droit aux femmes le 26 août 1920, les suffragettes se tournèrent à nouveau vers Seneca Falls, mêlant à la célébration de l’aboutissement de leur combat une réflexion sur son commencement. Signe de l’intégration de l’histoire locale à l’héritage national, un monument de marbre, représentant Elizabeth Cady Stanton, Susan B. Anthony et Lucretia Mott, fut sculpté par Adelaide Jonhson et déposé au Capitole à Washington7. Quand la National American Woman Suffrage Association se réunit pour la dernière fois en 1925, sa présidente Carrie Chapman Catt8, définit l’œuvre accomplie comme étant l’héritage de Seneca Falls : « Les rêves de ces âmes courageuses qui, en 1848, choquèrent le monde par leur défi, se sont réalisés. Ce qu’alors on dénonça comme les divagations délirantes d’esprits dérangés est aujourd’hui accepté comme une réalité, non seulement dans notre propre pays, mais dans la moitié des nations du monde. »9

  • 10 Parti créé en 1914 par de jeunes militantes chargées d’exercer sur Washington des pressions en fave (...)
  • 11 Détail signalé dans S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. 103-104.
  • 12 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 233.

8La vision de la situation contemporaine par la NAWSA s’élargit sous l’impulsion du National Woman’s Party (Parti national de la femme)10 et d’Alice Paul qui fit remarquer que rien, sinon le droit de vote, n’était vraiment acquis pour les femmes. Pour fixer le cap des actions à entreprendre, Alice Paul rappela à juste titre que la Déclaration de 1848 contenait un programme de revendications pour l’obtention de l’égalité des femmes en tous domaines. La demande émergea alors d’un amendement qui garantirait cette complète égalité sans distinction de sexe. Une cérémonie assez extravagante avec force défilés et déclarations exaltées fut organisée en 1923 pour célébrer le soixante-quinzième anniversaire de la Convention de Seneca Falls. On exposa le bureau d’Elizabeth Cady Stanton et la chaise à bascule de Susan B. Anthony11. Mais plus fondamentalement ce fut le moment choisi par Alice Paul pour annoncer l’Equal Rights Amendmen t (Amendement des droits égaux) qu’elle souhaitait proposer au Congrès des États-Unis tout en situant l’action de son parti dans la ligne tracée par la Convention de 1848 : « Le travail du Parti de la femme n’est que le prolongement du combat pour l’égalité de droits engagé en 1843 (sic) et il se poursuivra jusqu’à ce que disparaisse toute trace de discrimination contre les femmes »12 On retrouvait enfin la mémoire de l’ampleur du propos de la Déclaration de sentiments, et des préoccupations d’Elizabeth Cady Stanton qui lui valurent de fidèles et farouches inimitiés. Dans cet esprit, conforme à celui des moments fondateurs, le National Woman’s Party republia la Déclaration de sentiments en 1937 tout en signalant un fois encore que tous les droits énoncés restaient à conquérir, à l’exception du droit de vote. Les célébrations se succédèrent ensuite, et les droits des hommes furent inclus dans les préoccupations nouvelles créées par la seconde guerre mondiale et la montée des totalitarismes.

9La fièvre commémorative atteint des sommets lors du centenaire de 1948. Organisées essentiellement par des femmes de la région, les festivités retinrent cependant l’attention de la nation tout entière. À la radio, plusieurs programmes leur furent consacrés. De nombreux journaux relatèrent l’histoire des événements de Seneca Falls, illustrée de portraits d’Elizabeth Cady Stanton et Lucretia Mott, et publièrent le texte de la Déclaration de sentiments ainsi que les signatures qui lui faisaient suite. Un timbre de trois cents fut émis par les services postaux des États-Unis : l’inscription « 100 Years of Woman’s Progress » servait de légende aux portraits d’Elizabeth Cady Stanton (telle qu’elle était en 1848), de Carrie Chapman Catt et de Lucretia Mott. Le président Truman lui-même exprima son approbation dans une lettre. On s’interrogea malgré tout alors sur la meilleure manière d’utiliser le droit de vote si chèrement acquis. Que le National Woman’s Party ait été absent des célébrations, et que l’on ait demandé aux orateurs d’éviter de parler de l’Equal Rights Amendmen t atteste de cette incertitude. Un doute s’était installé quant à l’avenir du mouvement, dont les célébrations du centenaire, aussi nombreuses et spectaculaires qu’elles aient été, furent le révélateur.

  • 13 Traduit en français par Yvette Roudy, publié à Paris, Gonthier, en 1964 sous le titre de La femme m (...)

10Les années 1950 et leur retour à une vision domestique des devoirs de la femme au sortir de la guerre, abolirent quelque peu le souvenir de la révolution de 1848. Les mémoires se firent capricieuses, et les liens avec les faits d’armes de la première vague de féminisme s’étaient estompés. C’est ainsi qu’en 1963 Betty Friedan, dans The Feminine Mystique13 jugea nécessaire d’exhumer le passé dans le chapitre quatre de son ouvrage intitulé « The passionate journey » afin de réveiller la conscience des plus jeunes femmes par l’exemple du militantisme de leurs mères et grands-mères. Ce fut le départ de ce que les historiens appellent communément la « deuxième vague du féminisme américain  », grâce à laquelle l’intérêt pour Seneca Falls se trouva ravivé.

  • 14 Décennie des femmes sous l’égide des Nations Unies.
  • 15 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 237.

11À tel point que lorsque les femmes se réunirent à Houston (Texas) en 1977, au moment du lancement de la United Nations Decade for Women14, une torche fut transportée, grâce à un relais de près de quatorze mille kilomètres, à travers quatorze États, entre Seneca Falls et Houston. La première relayeuse, résidente de Seneca Falls, était une descendante de Susan Quinn, la plus jeune signataire de la Déclaration de Sentiments, âgée de quinze ans en 1848. La dernière, petite-nièce et homonyme de Susan B. Anthony, évoqua sa grand-tante répétant inlassablement : « L’échec est impossible. »15 Les quelque vingt-mille spectateurs enthousiastes et ce parcours olympique de la torche inscrivirent dans les esprits et dans l’espace le lien ainsi rétabli du féminisme américain avec ses premiers élans notoires à Seneca Falls.

12Plus tard, à une époque où le féminisme radical des années 1970 s’était assagi, mais où des groupes réformistes comme la très active et très influente National Organization for Women (Organisation nationale pour les femmes) continuaient à jouer un rôle majeur, on continua d’entretenir le souvenir des premiers temps. C’est ainsi que la statue de Stanton, Mott et Anthony, déposée au Capitole, fut utilisée comme symbole par la délégation américaine qui participa au Congrès de Pékin an 1995 où le discours de Hillary Clinton fit grande impression.

13Marquante également fut la célébration du cent-cinquantième anniversaire de Seneca Falls en 1998 en présence de la Première dame. Dans son discours du 16 juillet16, elle demanda à son auditoire de s’imaginer, centcinquante ans en arrière, dans la peau des signataires de la Déclaration de sentiments, qu’elle évoqua tour à tour, et dont elle fit The Seneca Falls 100. Elizabeth Cady Stanton se trouva mentionnée à plusieurs reprises (en présence de plusieurs membres de sa descendance)17, et Hillary Clinton insista sur le fait que les droits des femmes acquis depuis 1848 n’étaient pas le fruit des largesses de dirigeants bienveillants, mais des efforts de femmes et d’hommes courageux et tenaces qui ont « dû pour les obtenir se battre, s’organiser, défiler, faire de la prison, et quelquefois même y laisser leur vie  ». Hommage rendu aux luttes du passé, le discours était aussi clairement tourné vers l’avenir. Ainsi déclara-t-elle :

Nous sommes sur la route foulée par les pionniers de Seneca Falls, qu’ils ont commencé à parcourir il y a 150 ans. Mais maintenant, nous aussi, nous devons continuer à marcher. […] La Convention et la Déclaration ne sont que les premiers pas sur cette route. Si nous nous contentons d’honorer le passé, alors je pense que nous passerons à côté du point central de la Déclaration de sentiments, qui était, avant tout, un document qui parlait d’avenir.18

14Dès 1923, quand elle proposa l’Amendement des droits égaux, Alice Paul avait lancé cet avertissement : « Si nous continuons ainsi, ils célébreront le cent-cinquantième anniversaire de la Convention sans être beaucoup plus avancés que nous ne le sommes en matière d’égalité de droits […]. Nous ne serons hors de danger que lorsque le principe de l’égalité des droits sera inscrit dans notre Constitution. » En ce même lieu, à soixante-quinze ans d’écart, les craintes d’Alice Paul et les espoirs de Hillary Clinton rendirent un son étrangement semblable.

15Et il ne fait guère de doute que les célébrations de juillet 2008 à Seneca Falls permirent à nouveau de dégager de ce lieu toute sa signifiance. Dans le programme en ligne des activités prévues, remis à jour quotidiennement, se trouvait annoncée, plusieurs mois à l’avance, une cérémonie commémorative de l’apposition de la plaque de 1908, il y a cent ans. On se préparait donc, entre autres manifestations, à une commémoration de la commémoration, hommage rendu non seulement à l’événement originel, mais au geste commémoratif, redoublement d’une sorte de geste sacré, attitude autoréférentielle, pour conjurer le sort et la peur de l’oubli.

  • 19 Emprunt au titre de Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1 (...)
  • 20 M. Gurko, The Ladies of Seneca Falls…, p. v.
  • 21 Conférence de mai 2001, traduite en français par Geneviève Knibiehler sous le titre de « Les débuts (...)

16Il est vrai qu’il serait malvenu de crier à l’excès quand il s’agit surtout de donner voix aux « silences de l’histoire »19, ou de se prémunir contre quelques rechutes d’amnésie. En 1974, l’avant-propos de l’ouvrage consacré aux dames de Seneca Falls par Miriam Gurko mettait en exergue la brièveté des allusions au mouvement du XIXe siècle pour les droits des femmes, dans le meilleur des cas englobé en une phrase dans le contexte général des réformes20. Presque trente ans plus tard, lors d’une conférence donnée au Portugal, Bonnie S. Anderson déplorait à son tour que l’histoire n’ait pas rendu justice à ces grandes dames du temps passé. Elle admettait que « certaines femmes sont restées dans les mémoires, mais plus souvent à cause de la carrière qu’elles ont faite par la suite que pour le radicalisme de leurs débuts  ». S’agissant en particulier d’Elizabeth Cady Stanton, elle faisait remarquer que « si la plupart des Américains connaissent le nom d’Elizabeth Cady Stanton, l’image qu’ils ont d’elle est celle de la vieille dame obèse aux cheveux blancs des années 1890 et non celle de la jeune mère surmenée qui avait organisé le rassemblement de Seneca Falls cinquante ans plus tôt »21.

  • 22 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 74.
  • 23 M. Gurko, ibid., p. v. Je souligne. Alice Paul elle-même vient de faire l’objet d’une reconnaissanc (...)
  • 24 Voir http://www.nps.gov/wori. Mise à jour : 6 février 2007. La dernière mise à jour, le 28 mai 2009 (...)
  • 25 Voir http://www.usinfo.state.gov.com, International Information Programs, Women’s History Month – M (...)

17Force est de constater qu’en dépit de l’audace solitaire dont fit preuve Elizabeth Cady Stanton en 1848, l’amendement conférant le droit de vote aux femmes en 1920 porta le nom de Susan B. Anthony. De même, alors que les revendications de Stanton se distinguaient par la gamme très élargie des domaines impliqués, l’Equal Rights Amendmen t, s’il avait été ratifié, eût porté le nom de Lucretia Mott. En d’autres termes, Elizabeth Cady Stanton avait été éclipsée par d’autres, et surtout par Susan B. Anthony. Comme elle le constata dans son autobiographie, « après avoir été la femme la plus ridiculisée et la plus impitoyablement persécutée, Mademoiselle Anthony est devenue la plus honorée et la plus respectée de cette nation »22. Miriam Gurko, dans l’avant-propos mentionné à l’instant, reconnaissait que « de temps à autre le nom de l’une des dirigeantes du mouvement en faveur des femmes pouvait se trouver d’être mentionné, en général celui de Susan B. Anthony, parfois celui d’Elizabeth Cady Stanton »23. Dans les pages que le National Park Service de Seneca Falls a consacré quotidiennement à la préparation des festivités de juillet 2008, dans la rubrique « Did you know ?  », on pouvait lire : « Saviez-vous qu’avant que Susan B. Anthony fasse campagne en faveur du droit de vote des femmes, sa bonne amie Elizabeth Cady Stanton prit la tête de la première Convention sur les droits des femmes en Amérique ? »24 Preuve que ce rappel était nécessaire pour redonner à Elizabeth Cady Stanton la place qu’elle mérite. Cette place avait été complètement occultée par George W. Bush dans le discours qu’il prononça quand mars 2001 fut proclamé Mois de l’histoire des femmes. La liste est relativement longue des femmes auxquelles il rendit hommage à cette occasion, parmi lesquelles, pour le XIXe siècle, Margaret Fuller, Harriet Beecher Stowe, Susan B. Anthony et quelques autres, mais à aucun moment le nom d’Elizabeth Cady Stanton ne fut prononcé tant le personnage pouvait déranger une administration ultraconservatrice25.

  • 26 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. xiii.

18De son vivant déjà, Elizabeth Cady Stanton suscitait des réactions contrastées et embarrassées. Ainsi le 12 novembre 1895, alors même qu’on célébrait avec ostentation le quatre-vingtième anniversaire de celle qui faisait figure de « Reine Mère » aux yeux de certaines suffragettes26, Susan B. Anthony s’inquiétait du radicalisme patent des idées de son amie, lesquelles semaient la discorde dans le mouvement. Stanton de son côté eut tendance à forcer le trait, à avancer de manière voyante des idées clairement progressistes et des positions volontiers provocatrices. C’est dans ce contexte, deux semaines seulement après la célébration de son anniversaire, que se situe la publication de The Woman’s Bible nourrie par les thèmes conjoints – et chers à Elizabeth Cady Stanton tout au long de sa carrière publique – des droits des femmes et de la dénonciation des effets néfastes sur leur statut des enseignements religieux traditionnels. L’émotion suscitée par l’ouvrage chez les suffragettes elles-mêmes fut si vive que Susan B. Anthony dut déployer beaucoup d’énergie pour qu’Elizabeth Cady Stanton échappât (d’extrême justesse) à l’expression publique d’un désaveu.

  • 27 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 229.

19Même après la fusion, en 1890, des deux organisations luttant pour le droit de vote des femmes, Elizabeth Cady Stanton irrita nombre de militantes, en ne consentant jamais à faire de ce droit l’unique objet de ses préoccupations. Elle y ajoutait des plaidoyers en faveur des syndicats de femmes, de la réforme des lois sur le divorce, du contrôle des naissances et autres sujets explosifs aux yeux des suffragettes qui craignaient de voir par là-même leurs chances compromises. En 1898, la National American Woman Suffrage Association, effarouchée par tant de radicalisme, bâcla quelque peu la célébration du cinquantième anniversaire de la Convention de Seneca Falls. On se contenta alors d’une commémoration de pure forme, appelée religious service au grand dam d’Elizabeth Cady Stanton, furieuse, comme on peut l’imaginer27. Une autre célébration se tint malgré tout localement, près de Seneca Falls, dominée par les quakers, petit rassemblement au cours duquel on se risqua à parler de lois sur l’éducation des femmes, du monde du travail, tous sujets plus conformes à l’esprit d’Elizabeth Cady Stanton en voie d’excommunication par la majorité bien-pensante.

  • 28 E. Griffith, In Her Own Right…, p. xv.

20Les craintes des suffragettes fidèles à la ligne du combat pour le droit de vote des femmes n’étaient pas sans fondement, puisque jusqu’en 1920 leurs adversaires soulignèrent à l’envi ses positions anti-famille, anti-église, et pro-syndicalistes. Pour éviter de tels stigmates, les jeunes militantes prirent leurs distances et préférèrent souvent l’ignorer. Comme le note Elisabeth Griffith : « s’efforçant de paraître respectables et politiquement acceptables, elles censurèrent Stanton, et canonisèrent Susan B. Anthony »28. Même si son amertume se fit discrète, et même si la pudeur l’emporta chez celle qui ne pouvait pas ne pas se sentir désavouée vers la fin de sa vie, on lit avec émotion aujourd’hui encore « The Solitude of Self  », splendide discours prononcé en 1892 dont quelques larges extraits méritent d’être cités :

  • 29 Larges extraits de ce discours dans E. C. Dubois, The Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony Rea (...)

La solitude du moi
[…] La raison majeure pour laquelle il convient de donner à la femme toutes les chances d’accéder à une éducation supérieure, de développer pleinement ses facultés et la vigueur de son corps et de son esprit ; de lui laisser une plus grande liberté de pensée et d’action ; de lui permettre un total affranchissement de toute forme de servitude, de dépendance, de coutumes, de superstitions ; des effets paralysants de la peur – est la solitude et la responsabilité personnelle de sa vie en tant qu’individu. La raison majeure pour laquelle nous réclamons pour la femme voix au chapitre dans le gouvernement sous lequel elle vit et dans la religion où on lui demande de croire ; l’égalité dans la vie sociale dont elle est l’élément principal ; une place parmi les métiers et les professions, où elle puisse gagner son pain – est son droit à l’autosouveraineté acquis par sa naissance ; parce qu’en tant qu’individu, c’est sur elle-même qu’elle doit compter. Peu importe à quel point les femmes préfèrent s’appuyer sur quelqu’un, être protégées et soutenues, ni à quel point les hommes souhaitent qu’elles se comportent ainsi, c’est seules qu’elles doivent accomplir le voyage de la vie, et pour leur propre sécurité en cas d’urgence, elles doivent avoir quelque connaissance des lois de la navigation. Pour conduire notre propre embarcation, il nous faut être capitaine, pilote, mécanicien, et disposer d’une carte et d’une boussole pour tenir le gouvernail ; observer les vents et les vagues, savoir quand carguer la voile, et interpréter les signes du firmament au-dessus de tout. Il importe peu que le navigateur solitaire soit un homme ou une femme ; la nature les ayant dotés des mêmes qualités, elle les abandonne à leur propre adresse et à leur propre jugement à l’heure du danger, et, s’ils ne sont pas à la hauteur des circonstances, d’égale manière ils périssent.
Afin d’apprécier l’importance qu’il y a à préparer chaque être humain à agir de manière indépendante, songez un instant à l’incommensurable solitude du moi. Nous venons au monde seuls, à la différence de ceux qui nous ont précédés ; nous le quittons seuls, dans des circonstances qui n’appartiennent qu’à nous. Aucun mortel n’a jamais été, aucun mortel ne sera jamais semblable à l’être qui vient d’être lancé sur l’océan de la vie. Plus jamais ne se reproduira exactement la même combinaison d’influences qui ont précédé sa naissance ; plus jamais la réplique exacte des facteurs qui entourent et façonnent sa petite enfance, sa jeunesse, et sa maturité. La nature ne se répète jamais, et les chances qui s’ouvrent à un individu ne se retrouveront jamais chez aucun autre. Personne n’a jamais trouvé deux tiges de jonc des marais identiques, et personne ne trouvera jamais deux individus identiques. Au vu, donc, de ce qu’est inéluctablement l’infinie diversité de la personnalité humaine, nous pouvons dans une certaine mesure apprécier la perte que constitue pour une nation l’absence d’éducation et de représentation gouvernementale d’une importante catégorie de sa population.
[…] Pendant notre jeunesse, nos déceptions les plus amères, nos ambitions et nos espoirs les plus vifs sont connus de nous seuls. Même l’amitié et l’amour, nous ne les partageons jamais complètement avec quelqu’un d’autre ; il est quelque chose en toute passion, en toute situation, que nous tenons secret. Il en va de même pour nos triomphes et nos défaites. Le candidat victorieux à la présidence, et son adversaire, chacun d’eux connaît une solitude bien à lui, et le respect des convenances lui interdit de parler de son plaisir ou de ses regrets. La solitude du roi sur son trône, et celle du prisonnier dans sa cellule diffèrent par leur nature et leur intensité, mais il n’empêche que c’est de la solitude.
Nous ne demandons aucune sympathie de la part d’autrui dans l’angoisse et la souffrance d’une amitié rompue ou d’un amour brisé. Quand la mort vient rompre nos liens les plus proches, seuls nous restons assis à l’ombre de notre chagrin. De même au cœur des plus grands triomphes et des plus sombres tragédies de la vie, nous cheminons seuls. Sur les divins sommets des plus hauts accomplissements humains, louangés et adorés comme un héros ou un saint, nous nous tenons seuls. Dans l’ignorance, la pauvreté et le vice, comme indigent ou criminel, c’est seuls que nous endurons la faim ou commettons des vols ; seuls nous subissons les sarcasmes et les rebuffades de nos semblables ; seuls nous sommes poursuivis et traqués à travers cours et ruelles sombres, par des voies dérobées ou de grands chemins ; seuls nous nous trouvons sur la sellette au moment du jugement ; seuls dans la cellule d’une prison nous déplorons nos crimes et nos infortunes ; seuls nous les expions sur l’échafaud. En de telles heures, nous prenons conscience de la terrifiante solitude de la vie individuelle, de ses souffrances, de ses punitions, de ses responsabilités ; ces heures en lesquelles les plus jeunes et les plus faibles ne peuvent compter que sur leurs propres ressources pour les guider et les consoler. Voyant, alors, que la vie est à jamais marche et combat, que chaque soldat doit être équipé pour assurer se propre protection, c’est le comble de la cruauté que de priver l’individu d’un seul de ses droits naturels.
[…] Considérant, donc, que les responsabilités de la vie reposent d’égale façon sur l’homme et sur la femme, que leur sort est le même, ils ont besoin de la même préparation maintenant et à jamais. Parler d’abriter la femme contre les violents orages de la vie est pure moquerie, car ils s’abattent sur elle des quatre points cardinaux, tout comme sur l’homme, mais avec des conséquences plus funestes, car il a, lui, été entraîné à se protéger lui-même, à résister, et à vaincre. Telles sont les réalités de l’expérience humaine, les responsabilités inhérentes à la souveraineté individuelle. Riche et pauvre, intelligent et ignorant, sage et idiot, homme et femme ; il en va toujours de même, chaque être doit dépendre totalement de lui seul.
Quelles que soient les théories selon lesquelles la femme dépend de l’homme, dans les instants suprêmes de sa vie, il ne peut porter pour elle son fardeau. Seule elle s’avance jusqu’aux portes de la mort pour donner vie à tout homme qui naît en ce monde ; nul ne peut partager ses peurs, nul ne peut atténuer ses souffrances ; et si sa douleur est plus intense que ce qu’elle peut supporter, c’est seule qu’elle franchit les portes et pénètre dans le vaste inconnu. […]29

  • 30 J. Wellman, The Road to Seneca Falls, p. 11. Dernière phrase de cet ouvrage : « Elizabeth Cady Stan (...)

21Sous le thème manifeste d’une égalité d’éducation et de droits seule susceptible d’armer la femme contre les dures épreuves de la vie, se donne à lire ici le sens latent – non dénué de connotations personnelles – de la solitude de tout individu dans son irréductible et douloureuse unicité. Conséquence de sa relative disgrâce, il fut besoin parfois de rappeler le rôle clé joué par Elizabeth Cady Stanton dans la naissance du mouvement de défense des droits des femmes. Sa fille Harriot Stanton Blatch s’y employa en 1923. C’est ce que fait également Judith Wellman qui affirme non sans raison que « toute histoire de la Convention de Seneca Falls se doit de commencer avec Elizabeth Cady Stanton, principale organisatrice de la convention  », dans un ouvrage qui lui laisse le mot de la fin. »30

22Si la naissance du mouvement de défense des droits des femmes paraît s’incarner en la personne parfois controversée d’Elizabeth Cady Stanton, il poussa ses premières racines en un lieu qui n’a pas immédiatement acquis ses lettres de noblesse. À tel titre que dans le livre qu’elle consacre aux combats féministes du XIXe siècle, Eleanor Flexner évoque avec tristesse et quelques craintes le sort réservé à la Wesleyan Chapel dont elle trace à grands traits les avatars successifs. Ainsi, note-t-elle :

  • 31 E. Flexner, A Century of Struggle…, p. 77.

La chapelle wesleyenne qui fut le cadre de leur mémorable rassemblement n’est signalée que par un poteau indicateur sur le trottoir. Dans les années 1950 elle fut utilisée comme station-service et comme garage ; plus récemment, elle a servi de laverie automatique. À tout moment un bulldozer pourrait la faire disparaître au profit d’un parking.31

23Ce tableau au goût amer est complété par cette note de l’auteure à la fin de l’ouvrage :

  • 32 Ibid., note 15, p. 361 de l’édition de 1975.

Lors de la préparation de cette deuxième édition, j’ai écrit à la secrétaire de mairie de Seneca Falls afin de m’informer sur le statut actuel du bâtiment. Elle me répondit qu’au cours des vingt-trois années où elle avait occupé son poste, aucune personne, ni aucune organisation n’avait tenté quoi que ce soit pour que le site soit préservé à des fins commémoratives ou historiques.32

  • 33 Voir S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. xiii-xv pour le tableau chronologique des dif (...)
  • 34 Chicago Tribune, 19 novembre 1977. L’article d’Edith Herman avait pour titre : « Ordinary people ke (...)

24Eleanor Flexner, en une sorte d’épure, ne retient que quelques étapes susceptibles de mettre en lumière la perte de spiritualité qui aboutit au sacrifice d’un lieu de culte et de réflexion aux signes les plus frappants de la technique et du matérialisme qui s’imposèrent dès la fin du XIXe siècle et triomphèrent au XXe siècle. Les métamorphoses furent plus nombreuses encore33. Ainsi la chapelle fut vendue en 1871 et transformée en local commercial, tour à tour épicerie, magasin de meubles, local pour un plombier. Puis en 1890 on y installa un opéra sur le mur duquel fut apposée une plaque commémorative en mai 1908. À l’opéra succéda un théâtre puis une compagnie de téléphone, et en 1920, le garage dont parle Eleanor Flexner vit le jour. C’est en 1961 que l’on vit apparaître la laverie automatique de son évocation, laquelle fonctionnait encore au moment de la parution de la deuxième édition de l’ouvrage. À tel titre qu’un article du Chicago Tribune relatant le parcours de la flamme au moment de la réunion de Houston en 1977 était accompagné d’un dessin de la carte des États-Unis sur lequel l’étape initiale de Seneca Falls figurait avec la mention « Women’s Rights Laundromat  », version teintée de persiflage de ce qui chez Flexner fleurait simplement la tristesse34.

25La suite cependant allait démentir les craintes d’Eleanor Flexner. En 1980 le Congrès des États-Unis autorisa la création d’un Women’s Rights National Historical Park (Parc historique national des droits des femmes), justifiant en ces termes cette décision : « La convention sur les droits des femmes qui se tint dans l’église méthodiste wesleyenne de Seneca Falls, New York, en 1848, est un événement d’une importance capitale dans l’histoire des États-Unis, car il marque le début officiel de la lutte des femmes pour l’égalité de leurs droits. » S’agissant de la Déclaration de sentiments, le Congrès s’y référa comme à « un document d’une pertinence pérenne, où s’exprime l’objectif d’une égalité et d’une justice étendue à tous sans distinction de sexe  ». L’aménagement des vestiges de la chapelle fit l’objet d’un concours d’architecture en 1987. Grâce aux efforts constants des services du parc national historique, dûment salués par Hillary Clinton dans son discours du 16 juillet 1998, le site remarquable, jalonné des principaux lieux qui d’une manière ou d’une autre furent le cadre des événements de 1848, donne maintenant lieu à des visites guidées qui les font revivre.

  • 35 Référence au poème de Walt Whitman « To a Historian » et à son dernier vers « I project the history (...)

26Cet admirable lieu de mémoire fut officiellement ouvert en 1982, en présence de quelque cinq mille personnes qui dans les rues de Seneca Falls affirmaient haut et fort que « tous les hommes et toutes les femmes naissent égaux  ». Et cependant la même année sonna le glas de l’Equal Rights Amendmen t, non ratifié en dépit d’un indéniable soutien populaire. Ironie digne d’être soulignée, et invitation à des commémorations qui certes ressuscitent le passé, mais agitent salutairement les mémoires pour prévenir les lendemains qui déchantent. Entretenir le mythe des origines enraciné à Seneca Falls, c’est, en un geste whitmanien, écrire l’histoire de l’avenir35, plus fragile apparemment, même si le rite fidèlement cultivé des commémorations les rapproche, que celle de cet autre moment inaugural, celui de l’Indépendance des États-Unis, qui servit d’inspiration à la Déclaration de sentiments en 1848.

Notes

1 Judith Wellman consacre le dernier chapitre de son ouvrage The Road to Seneca Falls… aux prolongements de l’événement, entre 1848 et 1942, sous le titre de « The road from Seneca Falls », chapitre 9, p. 208-240.

2 Matilda Joslyn Gage (1826-1898), s’intéressa d’abord au sort des Indiens d’Amérique et à l’abolition de l’esclavage. Sa maison de Fayetteville (New York) était l’une des stations de l’Underground Railroad. Elle commença à jouer un rôle de premier plan dans la défense des droits des femmes après sa participation à la Convention de Syracuse où elle prit la parole en 1852. Radicale, elle fut proche de Susan B. Anthony et Elizabeth Cady Stanton dans le combat pour le droit de votre des femmes. Comme Elizabeth Cady Stanton, elle ne ménagea pas ses critiques à l’encontre des Églises chrétiennes.

3 Pour une brève comparaison des textes de 1848 et de 1876, voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 40-42.

4 C’est là que s’était tenue la réunion de Rochester en août 1848.

5 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 228, et voir note 77, p. 283.

6 Ibid., p. 11, et note 35, p. 243. Les batailles de Lexington et Concord représentent le début du conflit armé entre les colonies américaines et les forces britanniques en avril 1775, et donc le début de la guerre d’Indépendance.

7 Ce n’est cependant que grâce aux efforts de Coline Jenkins-Sahlin, arrière-arrière-petite fille d’Elizabeth Cady Stanton et descendante de sa fille Harriot, que la statue, oubliée depuis longtemps, fut placée dans la rotonde du Capitole en 1997.

8 Carry Chapman Catt (1859-1947) présida la National American Woman Suffrage Association de 1900 à 1904 (succédant alors à Susan B. Anthony), puis de 1915 à 1920.

9 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 232.

10 Parti créé en 1914 par de jeunes militantes chargées d’exercer sur Washington des pressions en faveur d’un amendement à la Constitution autorisant les femmes à voter. À sa tête se trouvait Alice Paul (1885-1977) rentrée d’Angleterre en 1910 après avoir participé là-bas aux combats des suffragettes. C’est en Angleterre qu’était née sa vocation politique, quand en 1908 elle entendit un discours de Christabel Pankhurst à l’université de Birmingham.

11 Détail signalé dans S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. 103-104.

12 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 233.

13 Traduit en français par Yvette Roudy, publié à Paris, Gonthier, en 1964 sous le titre de La femme mystifiée.

14 Décennie des femmes sous l’égide des Nations Unies.

15 Cité dans J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 237.

16 Consultable en ligne,http://www.thelizlibrary.org/undelete/library/library017.html

17 Parmi eux, Rhoda Jenkins, petite-fille de Harriot Blatch (fille d’Elizabeth Cady Stanton), Coline Jenkins-Sahlin, fille de Rhoda Jenkins, et sa fille Elizabeth alors âgée de quatorze ans et son fils Eric, ou encore Patricia Stanton Bouquet, arrière-arrière-petite fille de Theodore Stanton, membre de la branche française de la famille, qui réside à Lyon. La photo de famille (au sens strict) que m’a remise cette dernière permet d’apercevoir quelque 111 personnes réunies autour de Hillary Clinton.

18 Voir http://www.thelizlibrary.org/undelete/library/library017.html

19 Emprunt au titre de Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

20 M. Gurko, The Ladies of Seneca Falls…, p. v.

21 Conférence de mai 2001, traduite en français par Geneviève Knibiehler sous le titre de « Les débuts d’un féminisme international : les apports de l’histoire comparée et ses difficultés », et publiée dans A. Cova, Histoire comparée des femmes. Nouvelles approches, p. 76.

22 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 74.

23 M. Gurko, ibid., p. v. Je souligne. Alice Paul elle-même vient de faire l’objet d’une reconnaissance bien tardive par la Chambre des représentants qui a proposé que lui soit attribuée la médaille d’or du Congrès. Voirhttp://www.now.org, information diffusée par la National Organization for Women, le 15 mai 2008.

24 Voir http://www.nps.gov/wori. Mise à jour : 6 février 2007. La dernière mise à jour, le 28 mai 2009, pose la question : « Savez-vous que dans l’annonce de la première convention sur les droits des femmes seul le nom de L. Mott figurait parmi les organisatrices ? ».

25 Voir http://www.usinfo.state.gov.com, International Information Programs, Women’s History Month – March 2001.

26 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. xiii.

27 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 229.

28 E. Griffith, In Her Own Right…, p. xv.

29 Larges extraits de ce discours dans E. C. Dubois, The Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony Reader. Correspondence, Writings, Speeches, p. 246-254 où il est présenté comme l’un des plus émouvants des discours féministes de l’époque. Version intégrale en ligne :http://www.nps.gov/wori/historyculture/solitude-of-self.htm. Prononcé pour la première fois par Elizabeth Cady Stanton lors de sa retraite en tant que présidente de la National American Woman Suffrage Association, ce discours fut présenté en janvier 1892 à la Commission des Affaires juridiques du Congrès des États-Unis. Il fut publié dans le Women’s Journal, créé en 1870 par l’American Woman Suffrage Association et remplacé par le Woman Citizen en 1917. 10 000 exemplaires furent imprimés par les soins du Congrès fédéral, et largement diffusés aux États-Unis. Comme pour les autres textes d’Elizabeth Cady Stanton traduits par mes soins, je me suis efforcée de rester assez près de la ponctuation souvent surprenante de l’auteure, tout en la lissant quelque peu quand elle devenait franchement erratique.

30 J. Wellman, The Road to Seneca Falls, p. 11. Dernière phrase de cet ouvrage : « Elizabeth Cady Stanton n’en attendrait pas moins de nous », p. 240.

31 E. Flexner, A Century of Struggle…, p. 77.

32 Ibid., note 15, p. 361 de l’édition de 1975.

33 Voir S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. xiii-xv pour le tableau chronologique des différentes affectations de la chapelle. Ce dossier, agrémenté d’illustrations sous forme d’annexes, a été aimablement mis à ma disposition par Jamie Wolf, responsable du National Park Service à Seneca Falls.

34 Chicago Tribune, 19 novembre 1977. L’article d’Edith Herman avait pour titre : « Ordinary people keep the women’s movement running ».

35 Référence au poème de Walt Whitman « To a Historian » et à son dernier vers « I project the history of the future ». Poème de 1860, inclus dans la série des « Inscriptions » qui ouvre la dernière édition de Leaves of Grass (1892).

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540