Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Réception

Texte intégral

Au moment d’entreprendre l’immense tâche qui s’ouvre à nous, nous nous attendons à une somme non négligeable de malentendus, de représentations erronées, et de moqueries.
(Déclaration de sentiments, 1848)

  • 1 Pour l’analyse de cette réception, consulter History of Woman Suffrage, vol. I, annexe au chapitre (...)

1Le déroulement des débats à la Convention de Seneca Falls en 1848 parut en fait si satisfaisant, voire harmonieux, que les principaux acteurs furent surpris par les réactions qui s’ensuivirent1. Au tout premier chef, Elizabeth Cady Stanton elle-même allait évoquer quarante ans plus tard son étonnement dans son autobiographie où elle confesse :

  • 2 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 149.

Aucun mot ne saurait exprimer notre stupéfaction quand nous découvrîmes, quelques jours plus tard, que ce qui nous avait paru tellement opportun, tellement raisonnable et tellement sacré, devait devenir l’objet de sarcasmes et de ridicule pour l’ensemble de la presse de la nation. Avec pour texte notre Déclaration des droits et Résolutions, il nous sembla que tout homme capable de prendre la plume préparait une homélie sur la « sphère féminine ». Tous les journaux, du Maine au Texas, semblaient rivaliser pour voir lequel d’entre eux rendrait notre mouvement le plus ridicule.2

2En l’absence de journal consacré au mouvement pour la défense des droits des femmes à cette date, la diffusion des commentaires et comptes rendus, et la promotion d’une cause qui ne disposait pour l’heure d’aucune source de revenu stable, dépendaient en effet de la presse populaire, à laquelle Elizabeth Cady Stanton se montra particulièrement attentive, et qui joua un rôle beaucoup plus important que celui que lui prêtèrent certaines historiennes et certains historiens. Stanton rassembla maintes coupures de journaux, et patiemment, s’employa à répliquer aux articles qu’il lui fut donné de lire afin de fournir au public les deux faces d’une même réalité. Les réactions ne furent pas toujours aussi hostiles que le souvenir qu’elle en garda, mais il semble inévitable que les opinions se soient exprimées de manière diverse, et parfois contrastée. À cet égard, la prédiction du Seneca County Courier en date du 21 juillet 1848 allait se vérifier :

  • 3 Cité par S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. 67. Le Seneca County Courier imprima les (...)

Cette convention avait un caractère inédit, et les doctrines qui s’y trouvent avancées effraient ceux qui sont obstinément attachés aux usages et aux lois actuellement en vigueur dans notre société. Certains des discours furent de qualité – ordre et dignité furent la marque des différentes interventions. Quand la Déclaration de Sentiments et les Résolutions seront imprimées et diffusées, elles donneront lieu à de nombreuses remarques. Tout le monde sera curieux d’en connaître la nature. Quelques-uns les considéreront avec respect – d’autres avec désapprobation et mépris.3

  • 4 « A great jubilee of the nation ». Voir J. Welman, The Road to Seneca Falls…, p. 210, ou The Myster (...)
  • 5 Voir Philip S. Foner, Frederick Douglass on Women’s Rights, p. 49-51. Esclave échappé de Baltimore (...)

3Force est de reconnaître que rares furent les réactions aussi enthousiastes que celle du Herkimer Freeman (Citoyen du comté de Herkimer), dont le rédacteur en chef souhaita ouvertement le succès des femmes dans la cause pour laquelle elles venaient de se mobiliser, appelait de tous ses vœux leur émancipation, et salua l’événement comme jubilaire pour la nation4. Les principaux soutiens émanèrent de journaux abolitionnistes, dont bien sûr le Liberator de William L. Garrison qui n’hésita pas à titrer : « Révolution de la femme ». Parmi eux, l’article de Frederick Douglass dans The North Star, premier journal publié par un Noir aux États-Unis, mérite une place toute particulière. Dans ce texte du 28 juillet 1848, il défendit avec ferveur les droits des femmes au nom des droits de la personne humaine. Elizabeth Cady Stanton avait trouvé en Frederick Douglass, qu’elle avait rencontré à Boston, son principal soutien dans sa demande du droit de vote pour les femmes lors de la Convention de Seneca Falls. L’enthousiasme n’est donc guère surprenant dans l’article reproduit ci-dessous qui mérite d’être traduit dans son intégralité5.

  • 6 Les guillemets de cette traduction figurent dans le texte de F. Douglass. Le nom du journal désigna (...)

Les droits des femmes
L’un des événements les plus intéressants de la semaine passée, fut la tenue de ce qu’en termes techniques on appelle une Convention des droits de la femme à Seneca Falls. Les prises de parole, les discours, et les résolutions prises au cours de cette extraordinaire réunion, tout fut dirigé par des femmes ; et bien que de toute évidence elles se fussent trouvées dans une situation inédite, il n’est que justice d’affirmer que les débats dans leur ensemble furent remarquables de compétence et de dignité. Aucun des présents, à notre avis, quelque enclin qu’il ait pu être à ne pas partager les opinions avancées par les principaux orateurs en cette occasion, ne manquera de leur rendre hommage pour leur talent remarquable et leur excellent état d’esprit. Au cours de cette réunion, tout comme dans les autres assemblées délibératives, il y eut de fréquentes divergences d’opinion et de vives discussions ; mais à aucun moment les bons sentiments ou le sens des convenances ne firent défaut le moins du monde. On donna lecture de plusieurs documents intéressants qui exposaient les droits aussi bien que les doléances des femmes. Parmi eux, figurait une Déclaration de sentiments, à considérer comme le fondement d’un grand mouvement en vue de l’acquisition des droits civiques, sociaux, politiques, et religieux des femmes. Nous ne rendrions pas justice à nos propres convictions, ni aux personnes admirables qui sont associées à ce mouvement naissant, si, à ce propos, nous ne présentions quelques remarques relatives au thème général dont l’examen motiva la réunion de la Convention, et aux objectifs recherchés. Ce faisant, nous ne sommes pas sans savoir que le simple fait de mentionner ce sujet d’une importance indéniable autrement qu’en des termes de ridicule dédaigneux et de désapprobation méprisante, déchaînera vraisemblablement contre nous la fureur du fanatisme, et la déraison des préjugés. Un débat sur les droits des animaux serait accueilli avec infiniment plus de complaisance par nombre des tenants de la « sagesse » et du « bien » en notre pays, qu’un débat sur les droits des femmes. Ils estiment que c’est se rendre coupable de mauvaises pensées que de considérer que les femmes puissent prétendre à une égalité de droits avec les hommes. Nombreux sont ceux qui se sont enfin rendu compte que les Noirs ont des droits, au même titre que d’autres membres de la famille humaine, mais qu’il reste à convaincre que la femme puisse en avoir un seul. Il y a huit ans de cela, un certain nombre de personnes de cette espèce allèrent jusqu’à abandonner la cause anti-esclavagiste, de crainte qu’exerçant une influence en ce sens, ils en viennent peut-être à encourager la dangereuse hérésie selon laquelle la femme, en matière de droits, se trouve sur un pied d’égalité avec l’homme. De l’avis de telles personnes, le système esclavagiste américain et tout son cortège d’horreurs est moins regrettable que cette « méchante » idée. Il est peut-être inutile de dire que nous éprouvons peu de sympathie pour de tels sentiments, et peu de respect pour de tels préjugés. Placé comme nous le sommes au sommet de la tour de guet des défenseurs de la liberté humaine, rien ne peut nous dissuader d’exprimer notre approbation de tout mouvement, aussi humble soit-il, qui vise à améliorer et à élever le caractère de tout membre de la famille humaine. Bien qu’il nous soit impossible de traiter à fond ce sujet, et de balayer les diverses objections souvent avancées à l’encontre d’une doctrine comme celle de l’égalité de la femme, nous sommes libre de dire que s’agissant des droits politiques, nous considérons que la femme peut en toute justice jouir de tous ceux que nous revendiquons pour l’homme. Nous allons même plus loin, et nous exprimons notre conviction que tous les droits politiques qu’il est convenable d’exercer dans le cas d’un homme peuvent l’être d’égale manière par la femme. Tout ce qui distingue l’homme en tant qu’être intelligent et responsable est également vrai de la femme, et si seul est juste le gouvernement qui gouverne grâce au libre consentement de ceux qui sont gouvernés, il n’existe au monde aucune raison de refuser à la femme l’exercice du droit de voter, ou de prendre part à l’élaboration et à l’application des lois de ce pays. Notre doctrine, c’est que « le droit n’a pas de sexe ». Par conséquent, en toute humilité, nous souhaitons bonne chance aux femmes engagées dans ce mouvement.6

4L’enthousiasme de Frederick Douglass (qui le pousse même à exagérer quelque peu le rôle des femmes dans la direction des débats) ne fut pas la règle générale, tant s’en faut. Il convient cependant de signaler l’effort de mesure, et d’objectivité déployé par Horace Greeley, rédacteur en chef du New York Tribune, quotidien très influent fondé en 1841. Bien que réticent quant à l’idée d’une égalité de droits pour la femme, il s’inclina loyalement devant la logique de la Déclaration de sentiments qu’il traita avec sérieux. Il fit remarquer que la plupart des femmes ne partageaient sans doute pas les préoccupations et les ambitions affichées par le texte, soucieuses qu’elles étaient de s’acquitter plutôt de leurs devoirs domestiques. Mais, reconnut-il :

  • 7 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 210, et note 6, p. 275.

Il est facile d’être mordant, d’être drôle, d’être facétieux pour exprimer son opposition aux revendications de ces Réformatrices ; et pour discréditer des hypothèses aussi nouvelles, et tellement opposées aux habitudes et aux usages, un brin d’esprit suffit à aller très loin […]. Quand on demande à un républicain sincère de dire très sérieusement quelle raison acceptable il peut invoquer pour rejeter la demande par les femmes d’une participation aux droits politiques à l’égal des hommes, il se doit de répondre, Aucune. Quel que soit le caractère déraisonnable et erroné de la demande, elle n’est que l’affirmation d’un droit naturel et en tant que telle doit être concédée.7

  • 8 The Lily mensuel fondé par Amelia Bloomer parut de 1849 à 1855 ; The Una fut publié à ses frais et (...)
  • 9 Aveu dans une lettre à Susan B. Anthony, le 15 février 1855, puis le 2 novembre 1857. Voir E. Griff (...)

5Dès lors, Horace Greeley publia des comptes rendus précis, fidèles, honnêtes, des activités des femmes, et ouvrit ses colonnes aux lettres et aux articles d’Elizabeth Cady Stanton qui put ainsi diffuser l’information sur l’évolution du mouvement. Elle en profita régulièrement après la vente de The Lily et celle de The Una8. Elle avoua même avoir nourri le souhait de faire partie de l’équipe éditoriale du journal si elle avait été un homme9.

  • 10 Reproduit dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, annex (...)

6Mais nombreux furent les journaux qui cédèrent à la facilité dénoncée par Horace Greeley. Rage, fureur, indignation, sarcasmes furent légion. Dans le florilège rassemblé par Elizabeth Cady Stanton, le texte publié par le Mechanic’s Advocate (Le défenseur de l’ouvrier) d’Albany, le 12 août 1848, mérite qu’on cite quelques extraits particulièrement révélateurs10 :

  • 11 Les guillemets figurent dans le texte traduit.
  • 12 Les expressions en italiques dans cette traduction le sont aussi dans le texte original.
  • 13 Citation empruntée à John Milton, Paradise Lost, livre II, vers 996 : « confusion worse confounded  (...)

Les femmes prennent des libertés
Nous somme navrés de voir que les femmes, en plusieurs lieux de cet État, tiennent ce qu’elles appellent des « Conventions sur les droits de la femme »11, et exposent une liste stupéfiante de ces droits en une parodie de la Déclaration d’indépendance américaine. […] Les femmes qui assistent à ces réunions, à n’en pas douter au détriment des devoirs plus appropriés à leur sexe, agissent en comités, rédigent des résolutions et des allocutions, entretiennent une correspondance abondante, prononcent des discours, etc., etc. Elles affirment, comme faisant partie de leurs droits, celui de voter sans restriction, et soutiennent qu’il est injuste de les priver du privilège de devenir membres du Congrès, juristes, médecins, ministres du culte, etc., etc. ; et elles organisent des Conventions et créent un mouvement d’agitation, dans le but de provoquer une révolution de l’opinion publique et des lois de ce pays, et de modifier la position qui est la leur dans la société de manière à partager avec le sexe masculin les tâches et les responsabilités de la vie active dans tous les domaines de l’art, des sciences, du commerce, et des professions libérales.
Or il n’est nul besoin de discuter pour prouver qu’elles font fausse route. Toute véritable femme de cœur sentira instantanément que tout ceci est peu féminin, et que pour le mettre en application, les hommes devront changer leur position dans notre société de la même manière mais dans une direction opposée, de façon à pouvoir s’acquitter d’une part égale des devoirs domestiques qui pour l’instant incombent aux femmes, et qui se trouveront grandement négligés si l’on permet aux femmes d’exercer tous les « droits » que revendiquent les organisatrices de ces Conventions. Il faudrait remodeler radicalement la société afin qu’elle puisse s’accommoder d’un changement aussi important dans la partie la plus vitale du contrat qui régit les relations sociales ; et l’ordre des choses établi depuis la création de l’humanité, et maintenu pendant six mille ans12, volerait en éclats. Les lois organiques de notre pays, et de chacun des États, devraient prendre une toute autre forme, afin de permettre l’introduction du vaste changement qui est envisagé.
[…]
Mais ce changement est impraticable, nul ne le réclame, et il n’est pas nécessaire. S’il était accompli, il sèmerait la discorde dans le monde, rendrait « la confusion plus confuse encore »13 démoraliserait et ferait déchoir de leur haute sphère et de leur noble destin les femmes de toutes les classes respectables et utiles, et s’avérerait être un abominable préjudice pour toute l’humanité. Il n’engendrerait aucun réel bienfait que ne contrebalancerait dix fois un réel méfait. Il modifierait les relations entre les femmes sans améliorer leur condition. En outre, et par-dessus tout, il n’apporterait aucun remède aux maux véritables que les millions de femmes travailleuses, qui mènent une vie de labeur et de souffrance, supportent en gémissant et cherchent à réparer.

  • 14 L’article du National Reformer peut être consulté sur le site de la bibliothèque du Congrès mention (...)

7Cet article présente de manière ironique et dans le but de les discréditer toutes les conséquences logiques (agitées comme des épouvantails) des revendications contenues dans la Déclaration de sentiments de Seneca Falls, tout en faisant mine d’oublier que quelques hommes adhéraient à ces demandes. Ce réquisitoire présente comme de franches horreurs en 1848 les changements que Betty Friedan jugera utile d’évoquer, mais en les appelant alors de tous ses vœux dans The Feminine Mystique en 1963. Preuve s’il en était besoin que les résistances allaient être vivaces. En 1848 cependant, le National Reformer (Réformateur national) jugea bon, en un article du 31 août 1848, de réagir au texte publié par le Mechanic’s Advocate14. Il dénonça les passages les plus choquants de l’article, le caractère ultraconservateur de sa démarche, et s’étonna qu’un journal normalement soucieux d’affirmer l’égalité des droits de toutes les classes sociales pût faire montre d’un tel mépris envers les femmes, moitié de la race humaine, et, comble d’ironie, dans sa rubrique Female Department (Femmes). Mais c’est sans doute justement l’attention portée par le journal incriminé aux classes les moins favorisées de la société américaine qui explique l’effroi éprouvé devant la magnitude du changement impliqué par les demandes des dames de Seneca Falls en 1848, et le manque d’intérêt accordé à des revendications qui, pour certaines en effet, ne pouvaient parler qu’à des femmes d’un niveau culturel et social plus élevé.

  • 15 Voir M. Gurko, The Ladies of Seneca Falls…, p. 104.
  • 16 Voir E. C Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, annexe au chap. (...)

8Si Horace Greeley et son New York Tribune se rangèrent du côté de ceux qui accueillirent favorablement les activités des premières féministes, l’autre journal important depuis sa création en 1835, le New York Herald, opta pour l’autre camp. Son rédacteur en chef, James G. Bennett était avant tout un homme d’affaires, opposé à l’abolition de l’esclavage, et peu ouvert aux problèmes évoqués par les femmes. Il publia l’ensemble de la Déclaration de sentiments, mais avec l’intention de la discréditer. Paradoxalement, Elizabeth Cady Stanton se réjouit de la publicité ainsi donnée au texte de 1848 dans un journal aussi lu. Elle déclara même en avoir rêvé, persuadée que l’article inciterait les femmes à réfléchir, aussi bien d’ailleurs que les hommes, et que quand hommes et femmes se penchent ainsi sur une question nouvelle, on franchit le premier pas vers le progrès15. Plutôt désarçonné par la détermination des femmes engagées dans la contestation, comme pris par surprise, James G. Bennett publia tout d’abord un éditorial où il conçut l’événement comme une extension de l’âge des révolutions qui faisaient rage en Europe, et comme une deuxième version de la révolution américaine affirmant que « le drapeau de l’indépendance vient d’être hissé, pour la seconde fois, de ce côté de l’Atlantique ; et une ligue et un contrat solennels viennent d’être conclus par une Convention de femmes à Seneca Falls »16. Le ton de cet article critique reste néanmoins relativement amusé, voire badin. Mais peu à peu James G. Bennett allait durcir le ton et rejoindre le chœur de ceux qui, à coups d’hyperboles et d’excès, rivalisaient d’imagination, et n’avaient pas assez de mots pour exprimer leur hostilité et leur mépris envers les femmes réunies à Seneca Falls puis à Rochester, et leurs agissements.

  • 17 Le journal emploie « womanity », substitut de « humanity ». On peut légitimement penser que ce text (...)
  • 18 Voir B. S Anderson, Joyous Greetings…, p. 57 ; la formule « hens that crow » eut un grand succès.
  • 19 Voir cet article dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I (...)

9Dans certains cas, les attaques portaient plutôt sur les événements eux-mêmes. Ainsi pour l’Oneida Whig, dans un éditorial du 1er août 1848, la Convention de juillet 1848 constituait « l’incident le plus choquant et le plus contre-nature jamais enregistré dans l’histoire de la “femmanité” »17. Quant à lui, un rédacteur anonyme du Religious Recorder de Syracuse affima qu’une telle « farce insensée et grotesque », d’une telle extrême stupidité, ne méritait pas qu’on lui accordât le moindre crédit. De plus en plus critique, James G. Bennett se permit parfois de considérer les conventions organisées par les femmes comme des réunions dans des asiles de fous. Pour lui, dans un article retentissant, la troisième convention nationale tenue à Syracuse en 1852 devint « la farce de Syracuse », rassemblement d’épouses mal mariées ou de vieilles filles sans charme ayant des comptes à régler avec les hommes qui les avaient rejetées. Dans leur cas, « la nature semble avoir fait une erreur dans la détermination de leur genre » et ces femmes mannish (masculines) étaient assimilables à « des poules qui chantent comme des coqs », emplies de vanité au point de se croire intellectuellement supérieures aux hommes18. Il s’agissait là alors, comme souvent, de s’en prendre aux femmes elles-mêmes, souvent considérées comme des vieilles filles en mal d’amour, ou des femmes sans enfants en quête d’occupations pour se distraire. Toutes suppositions auxquelles le cas d’Elizabeth Cady Stanton, modèle de féminité et mère de famille nombreuse apportait un démenti flagrant, tout comme l’exemple d’autres féministes qui, entourées de leurs époux et de leurs enfants, comptaient souvent sur l’aide de Susan B. Anthony, célibataire, qui se sentit parfois un peu abandonnée par ses compagnes de route. Des termes comme « amazones », ou « viragos » n’étaient pas rares, pour désigner ces crackpots and utopians (utopistes un peu fêlées). Le renversement des rôles traditionnels paraissait particulièrement effrayant dans les caricatures imaginatives qu’offraient nombre d’articles. L’un des éditoriaux du Rochester Daily Advertiser prit ouvertement parti pour les revendications des femmes, déplorant avec lucidité que l’on attribuât à la nature une situation imputable à « une organisation arbitraire de la société ». Néanmoins Henry Montgomery, rédacteur de l’article, affiche en titre « le règne du jupon » («  The Reign of Petticoat »), et évoque tout au long ce qu’il assimile à un « mouvement des jupons ». Aucun doute n’est possible quant à l’orientation de l’opinion ici exprimée19. Il est dans ces « jupons » réitérés jusqu’à l’obsession comme un rappel de la même éloquente métonymie employée avec dédain par John Adams, et la « tyrannie des jupons » qu’il dénonce dans la lettre célèbre adressée en 1776 en réponse à son épouse Abigail. Les menaces à ce qui constituait jusque-là l’ordre normal de la société, firent l’objet de quelques pittoresques caricatures, telle celle du Lowell Courier et son tableau apocalyptique de l’inversion des rôles où les tâches domestiques qui incombent normalement à la femme sont évoquées avec horreur, mais dont l’homme ne sort pas grandi :

  • 20 Ibid., vol. I, p. 802-803, et J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 209. « Morceaux d’humanité  (...)

Les seigneurs et maîtres doivent faire la vaisselle, astiquer, laver le linge au baquet, manier le balai, repriser les bas, rapiécer les culottes, tancer les domestiques, s’habiller à la dernière mode, porter des colifichets, se faire beaux, et être aussi fascinants que ces morceaux d’humanité que Dieu nous a donnés pour maintenir chez l’homme, cet animal grossier, quelque chose qui ressemble à un état de civilisation acceptable.20

10De manière plus subtile, mais tout aussi révélatrice, les perspectives redoutées poussèrent le Philadelphia Ledger and Daily Transcript à prendre le contre-pied des revendications des féministes, et à dresser une sorte de portrait en négatif de la femme de l’avenir que semblaient annoncer les dames de Seneca Falls en cette célébration de la vraie femme :

  • 21 Cité dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 804. Le (...)

Une femme n’est rien. Une épouse est tout. Une jolie jeune fille est l’égale de dix-mille hommes, et une mère, juste après Dieu, toute puissante… En conséquence de quoi les femmes de Philadelphie, après y avoir réfléchi posément, avec le plus grand sérieux, sont bien décidées à conserver leurs droits comme Épouses, Belles, Vierges et Mères, et non comme Femmes.21

11On sent à travers cette affirmation d’un conservatisme sans nuance la panique engendrée par ce que pourrait devenir une société qui céderait à l’appel des femmes engagées dans un mouvement naissant. Les exemples pourraient être multipliés d’attaques, quolibets, railleries, provocations en tout genre. Jamais on n’avait connu une telle effervescence effarouchée depuis les apparitions publiques des sœurs Grimké, objets de scandale en leur temps.

  • 22 Betty Boyd Caroli, First Ladies, New York, Oxford University Press, 1987, p. 66.

12Tant de bruit ne pouvait laisser les femmes elles-mêmes indifférentes. Beaucoup s’en trouvèrent affectées, pour le meilleur et pour le pire. Parce qu’elle redoutait le ridicule et les quolibets dont les femmes allaient faire l’objet, Sarah Polk, épouse du Président des États-Unis renonça à se rendre à Seneca Falls, bien qu’elle fût intéressée par l’événement au point de conseiller à son mari de s’adresser aux organisatrices22. Ses craintes n’étaient pas sans fondement, et la réaction des participantes ébranlées révèle leur émoi. Ici encore, Elizabeth Cady Stanton devait se souvenir :

  • 23 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 149.

Les journaux antiesclavagistes se rangèrent courageusement de notre côté, ainsi que Frederick Douglass, à la fois pendant la convention et dans son journal, The North Star, mais l’hostilité des voix qui s’élevèrent contre nous fut si marquée, dans les salons, dans la presse, et en chaire, que la plupart des dames qui avaient participé à la convention et signé la déclaration, une à une, retirèrent leur nom et leur appui, et rejoignirent les rangs de nos persécuteurs. Nos amies nous battaient froid, et se sentaient déshonorées par toute notre action.23

  • 24 J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 211.
  • 25 M. Gurko, The Ladies of Seneca Falls…, p. 105.
  • 26 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 149.
  • 27 Amy Post (1802-1889) quaker radicale, favorable aux enseignements d’Elias Hicks, militante abolitio (...)
  • 28 Abigail Bush (1810-1889), adhéra à la Rochester Female Charitable Society fondée en 1822 pour venir (...)

13Cette évocation douloureuse ne fait mention d’aucun nom, mais Judith Wellman suppose qu’il s’agissait surtout des femmes qui jusque-là s’étaient contentées de faire croisade contre l’alcoolisme24. Certaines, totalement découragées, décidèrent de n’assister à l’avenir à aucune autre réunion consacrée aux droits des femmes, de peur de découvrir ensuite leur nom dans les journaux, et de porter ombrage à la réputation de leurs maris25. Elizabeth Cady Stanton elle-même se trouva ébranlée par tant d’hostilité, et devait avouer dans son autobiographie que si elle avait pu prévoir les réactions qui suivirent la Convention de juillet 1848, elle n’aurait sans doute pas osé en prendre l’initiative26. Ce n’est qu’après avoir beaucoup hésité, et en tremblant, qu’elle se rendit à la réunion de Rochester organisée par Amy Post27 et un groupe de quakers abolitionnistes, le 2 août 1848. Il s’agissait de prolonger la convention de Seneca Falls dans une ville plus grande et devant un plus large public. Quand les organisatrices émirent le vœu de voir cette fois-ci une femme présider la réunion, en la personne d’Abigail Bush28, Elizabeth Cady Stanton, Lucretia Mott et Mary Ann McClintock trouvèrent l’idée hasardeuse. Elles furent même tentées de tourner les talons avant l’ouverture de la séance. Puis, quand Abigail Bush commença à officier, Elizabeth Cady Stanton et Lucretia Mott descendirent de l’estrade pour s’asseoir dans le public, marquant ainsi leurs réticences, et cédant à leurs craintes. Mais elles durent finalement reconnaître en Abigail Bush une présidente « douce mais héroïque » qui parvint à les conquérir. Elizabeth Cady Stanton allait même regretter sa défiance, comme en atteste cet extrait d’une lettre adressée à Amy Post, le 24 septembre 1848 :

  • 29 Voir A. D Gordon, The Selected Papers…, p. 123-124. Extrait cité par J. Wellman, The Road to Seneca (...)

J’ai tant de fois regretté ma conduite ridicule s’agissant de la présidente de la Convention de Rochester. Le résultat prouva que ton jugement était le bon, & Madame Bush s’acquitta si bien de ses devoirs que j’ai été vraiment ravie que nous soyons capables, à travers elle, d’accomplir notre tâche sans dépendre d’aucun homme. Ma seule excuse, c’est que la femme a si peu l’habitude d’assumer un rôle public qu’elle ne se rend pas toujours compte de ce qu’elle doit à celles qui l’entourent.29

14Après cette innovation marquante, les autres conventions ne firent plus appel à la présidence d’un homme.

15L’émotion compta pour beaucoup dans de telles réactions, et la peur du qu’en-dira-t-on n’est pas pour étonner dans le contexte de cette époque où les femmes avaient été dressées à se soumettre, et à respecter leur seigneur et maître. Mais il est aussi d’autres éléments qui expliquent la difficulté des premières féministes à trouver un écho favorable parmi les femmes elles-mêmes. À Seneca Falls même, plus des trois-quarts des hommes adultes étaient des fermiers. Au-delà, le pays, bien qu’en voie d’industrialisation, était encore très largement composé de fermiers à la tête de familles nombreuses, et le souhait de devenir médecin, juriste, pasteur, femmes d’affaires, d’accéder à ces voies de la réussite dont parle la Déclaration de sentiments était en conséquence étranger à bien des Américaines. Peu sensibles à de telles ambitions, il leur arrivait à elles aussi de se demander si les dames de Seneca Falls n’avaient pas perdu la tête. Force est de reconnaître, et de se rappeler aussi que la plus politique des revendications, celle qui concernait le droit de vote, divisait les femmes elles-mêmes. Il était difficile, dans ces conditions, de produire les effets mobilisateurs escomptés.

  • 30 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 211.
  • 31 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 152, et L. Willis, Voices Unbound…, p. 37.

16Mais les réactions engendrées ne furent pas toutes de l’ordre du découragement et de la peur. Lors de la première réunion de l’International Council of Women à laquelle elle prit part en 1888, Elizabeth Cady Stanton rappela son entrevue avec son père qui se précipita à Seneca Falls par le train de nuit afin de se rassurer sur l’état mental de sa fille. Harriet Cady Eaton, sœur d’Elizabeth et signataire de la Déclaration de sentiments, se demanda avec effroi ce qu’elles allaient dire à leur père. Mais Elizabeth garda son sang-froid, eut une longue conversation avec le juge Cady jusqu’à une heure avancée de la nuit, et en conclut qu’elle avait eu raison des objections paternelles30. Le courage chez elle l’emporta. Aux attaques des journaux misogynes, tels que le Philadelphia Ledger évoqué ci-dessus, elle répondit sans ménagement. Et c’est dans le cadre de ces ripostes que s’inscrivaient les réunions qu’elle organisait chez elle, sur le modèle des conversations menées par Margaret Fuller à Boston31. De tels efforts, ajoutés à la publicité assurée de manière paradoxale mais conformément aux analyses d’Elizabeth Cady Stanton par les articles les plus hostiles, ne furent pas sans conséquences favorables au développement d’une conscience féministe.

17Le choc provoqué par les attaques les plus vives contre l’indécence supposée des femmes leur fit prendre conscience de la survenue de quelque chose d’important. Les femmes actives dans divers mouvements de réforme, comme les sœurs Grimké, se rendirent compte peu à peu que les obstacles que l’on dressait sur leur route tenaient à leur identité de femmes, ce qui les incita à conclure que la première urgence pour elles était la défense de leurs droits en tant que telles. Elles découvrirent en ce combat une cause plus proche de leur vie personnelle que celles de l’abolition de l’esclavage, de la lutte contre l’alcoolisme ou la réforme des prisons. Les discours prononcés pendant la Convention de 1848, la Déclaration de sentiments et d’autres interventions, donnèrent forme au mécontentement de femmes qui jusque-là n’avaient pas pu, ou n’avaient pas osé s’exprimer. Le texte conféra une forme visible à leurs griefs et aux différents aspects de leur statut d’infériorité. Elles se sentirent moins seules, et eurent le courage d’affronter la réalité. Même parmi celles qui étaient contentes de leur sort certaines se montrèrent progressivement favorables à l’idée d’un mouvement à créer.

18Et c’est ainsi qu’en dépit des obstacles rencontrés, le mouvement pour la défense des droits de la femme prit de l’ampleur. Au départ, malgré la qualité et la bonne tenue des débats et du public, la convention de Seneca Falls après tout ne rassembla que trois cents personnes dans une petite localité du nord-ouest de l’État de New York, et n’eut rien d’un événement national. Mais elle le devint grâce à son retentissement dans la presse. On n’organisa pas de nouvelle convention pendant plus d’un an après la réunion de Rochester. Mais la nouvelle de la contestation amorcée à Seneca Falls s’était répandue, et les femmes bientôt se mobilisèrent dans le cadre de conventions locales dans plusieurs États, la première ayant lieu à Salem (Ohio) en avril 1850. Puis, en octobre 1850, se tint la première National Woman’s Rights Convention (Convention nationale sur les droits de la femme) à Worcester, dans l’État du Massachusetts. Le rythme en fut dès lors annuel jusqu’à la guerre Civile, à l’exception de 1857, et les réunions régionales devinrent fréquentes.

  • 32 Pauline Roland avait tenté de voter dès 1848. Jeanne Deroin écrivait régulièrement pour La voix des (...)
  • 33 Cité dans B. S. Anderson, ibid., p. 9.
  • 34 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 9-10.
  • 35 Louise Otto (1819-1895), écrivaine et poète féministe. Dès 1848 dans son « Discours d’une jeune All (...)
  • 36 Frederika Bremer (1801-1865), voyagea seule aux États-Unis afin d’étudier la culture et la conditio (...)
  • 37 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 19.

19L’onde de choc dépassa le cadre national pour atteindre certains pays européens en l’espace de quelques semaines (le temps d’une traversée en bateau). En France, Jeanne Deroin et Pauline Roland, qui s’étaient distinguées pour leurs activités militantes en faveur de l’égalité politique et sociale des femmes, se trouvaient à la prison pour femmes de Saint-Lazare quand, en mai 1851, elles écrivirent, non aux frères qui entravaient leur action, mais à leurs sœurs de l’étranger, en Angleterre et aux États-Unis. En particulier, elles adressèrent une longue lettre aux Américaines qui s’étaient réunies à la Convention de 1850. La nouvelle des actions menées « résonna jusqu’à leur prison et emplit leur âme d’une indicible joie »32. En réaction à cette Convention nationale sur les droits de la femme aux États-Unis, dont le compte rendu lui était parvenu grâce au New York Tribune de Horace Greeley, John S. Mill, philosophe réformateur, adressa pour sa part une longue lettre à sa future femme, Harriet Taylor, dans laquelle il évoqua ainsi l’événement : « C’est comme si c’était nous qui parlions – avec le franc-parler de l’Amérique, et non la crainte et la servilité de l’Angleterre – pas le moindre iota de compromis – affirmant le principe dans sa totalité et assumant les conséquences dans leur totalité. »33 Lecteur également de La voix des femmes de Jeanne Deroin, il pressa Harriet Taylor de terminer un pamphlet qu’elle était en train de rédiger. Pour elle, les événements de Seneca Falls agirent comme un précieux stimulant. Devenue Harriet Taylor Mill, elle publia en juillet 1851, dans la prestigieuse Westminster Review, un essai de trente pages, « The Enfranchisement of Women » (Droit de vote pour les femmes) qui s’ouvre sur un compte rendu de la Convention de Worcester34. En Allemagne, Louise Otto, de 1849 à 1852 couvrit les conventions féministes américaines dans l’hebdomadaire Frauen-Zeitung (Journal des femmes)35. Son séjour aux États-Unis entre 1848 et 1851 transforma la romancière suédoise Frederika Bremer en féministe internationale36. Ainsi dans les deux volumes de son ouvrage Homes of the New World : Impressions of America (Foyers du Nouveau Monde : impression d’Amérique), en 1853, elle présenta les féministes américaines comme des modèles pour les Européennes, et dignes d’être imitées par les Suédoises37. Les suites immédiates de la Convention de Seneca Falls allaient donc engendrer les premiers frémissements d’une sorte d’internationale féministe.

Notes

1 Pour l’analyse de cette réception, consulter History of Woman Suffrage, vol. I, annexe au chapitre iv, p. 802-808, où se trouve reproduite une série d’articles, ou extraits d’articles rassemblés par E. C. Stanton, ainsi que sa réponse à certains d’entre eux. Voir également J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 209-210, et S. Hoffert, « New York City’s penny press and the issue of woman’s rights, 1848-1860 », p. 656-665. La bibliothèque du Congrès met en ligne plusieurs articles publiés entre juillet et septembre 1848 sur le site suivant : www.loc.gov/exhibits/treasures/trr040.html.

2 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 149.

3 Cité par S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. 67. Le Seneca County Courier imprima les textes le août 1848.

4 « A great jubilee of the nation ». Voir J. Welman, The Road to Seneca Falls…, p. 210, ou The Mystery of the Seneca Falls…, p. 74. Le terme s’appuie sur l’événement célébré jadis tous les cinquante ans par les juifs, et qui s’accompagnait de diverses mesures égalitaires et de l’émancipation des esclaves. Le Herkimer Freeman, hebdomadaire d’un comté du nord de l’État de New York fut publié de 1844 à 1850.

5 Voir Philip S. Foner, Frederick Douglass on Women’s Rights, p. 49-51. Esclave échappé de Baltimore en 1838, Frederick Douglass avait dû s’exiler en Angleterre et regagna les États-Unis en 1847 après le rachat de sa liberté par des sympathisants britanniques. C’est à Rochester (New York) qu’il créa son journal abolitionniste. Son article fut entièrement reproduit par E. C. Stanton dans History of Woman Suffrage, vol. I, p. 74-75.

6 Les guillemets de cette traduction figurent dans le texte de F. Douglass. Le nom du journal désignait l’étoile indiquant le nord pour les esclaves fugitifs qui aspiraient à se rendre au Canada. La devise en était : «Right is of no sex – Truth is of no color – God is the Father of us all, and we are all brethren » (Le droit n’a pas de sexe – la vérité n’a pas de couleur – Dieu est notre Père à tous et nous sommes tous frères).

7 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 210, et note 6, p. 275.

8 The Lily mensuel fondé par Amelia Bloomer parut de 1849 à 1855 ; The Una fut publié à ses frais et dirigé par Paulina Wright Davis de 1853 à 1855. Tout en haut de l’ours de son premier numéro on pouvait lire : «A Paper Devoted to the Elevation of Woman ».

9 Aveu dans une lettre à Susan B. Anthony, le 15 février 1855, puis le 2 novembre 1857. Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 87.

10 Reproduit dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, annexe au chap. iv, p. 802-803. Titre original : « Women out of their latitude ». On peut aussi avoir accès à cet articles (et à d’autres) à l’adresse internet suivante :http://www.loc.gov/exhibits/treasures/trr040.html. Rubrique : The Seneca Falls Convention.

11 Les guillemets figurent dans le texte traduit.

12 Les expressions en italiques dans cette traduction le sont aussi dans le texte original.

13 Citation empruntée à John Milton, Paradise Lost, livre II, vers 996 : « confusion worse confounded ».

14 L’article du National Reformer peut être consulté sur le site de la bibliothèque du Congrès mentionné note 1, page 165

15 Voir M. Gurko, The Ladies of Seneca Falls…, p. 104.

16 Voir E. C Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, annexe au chap. iv, p. 805. Judith Wellman attribue la publication de cette remarque au St Louis Reveille, en un article du 11 août 1848 (The Road to Seneca Falls…, p. 210).

17 Le journal emploie « womanity », substitut de « humanity ». On peut légitimement penser que ce texte mime ironiquement les innovations linguistiques de certaines féministes de cette époque qui parfois substituaient « A-woman » à « A-men » à la fin de leurs prières, anticipant donc déjà sur les trouvailles du féminisme radical et de la langue politiquement correcte des années 1970 et 1980.

18 Voir B. S Anderson, Joyous Greetings…, p. 57 ; la formule « hens that crow » eut un grand succès.

19 Voir cet article dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, annexe au chap. iv, p. 804.

20 Ibid., vol. I, p. 802-803, et J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 209. « Morceaux d’humanité » reprend littéralement le « morsels » du texte original.

21 Cité dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 804. Les majuscules sont celles du texte original. L’expression employée « sober second thoughts » renvoie par contraste aux élucubrations des femmes écervelées qui, elles, ne réfléchissent pas, manquent de sérieux, et n’ont peut-être pas toute leur tête.

22 Betty Boyd Caroli, First Ladies, New York, Oxford University Press, 1987, p. 66.

23 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 149.

24 J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 211.

25 M. Gurko, The Ladies of Seneca Falls…, p. 105.

26 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 149.

27 Amy Post (1802-1889) quaker radicale, favorable aux enseignements d’Elias Hicks, militante abolitionniste et féministe.

28 Abigail Bush (1810-1889), adhéra à la Rochester Female Charitable Society fondée en 1822 pour venir en aide aux pauvres et aux malades, puis milita contre l’esclavage à partir des années 1840. Tout au long elle se montra active dans la défense des droits des femmes.

29 Voir A. D Gordon, The Selected Papers…, p. 123-124. Extrait cité par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 212. Amy Post avait participé à la réunion de Seneca Falls le deuxième jour, et fit partie du comité qui rédigea le compte rendu des débats.

30 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 211.

31 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 152, et L. Willis, Voices Unbound…, p. 37.

32 Pauline Roland avait tenté de voter dès 1848. Jeanne Deroin écrivait régulièrement pour La voix des femmes, quotidien féministe. Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 7-8.

33 Cité dans B. S. Anderson, ibid., p. 9.

34 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 9-10.

35 Louise Otto (1819-1895), écrivaine et poète féministe. Dès 1848 dans son « Discours d’une jeune Allemande » elle décrivit l’oppression subie par les ouvrières de son pays. En 1849 elle fonda son Frauen-Zeitung qu’elle publia jusqu’en 1852 malgré la censure et les pressions. Elle joua ensuite un rôle essentiel dans l’organisation du mouvement des femmes allemandes pour la défense de leurs droits.

36 Frederika Bremer (1801-1865), voyagea seule aux États-Unis afin d’étudier la culture et la condition des femmes américaines. Elle fut choquée par la découverte de l’esclavage aux États-Unis.

37 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 19.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540