Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 12

Aux membres du Congrès de l’État de New York, 14 février 18541

Texte intégral

  • 1 Source : Des extraits de ce discours d’Elizabeth Cady Stanton sont publiés dans V. Bernhard et E. F (...)
  • 1 Citation placée avant le discours lui-même dans History of Woman Suffrage, p. 595. Emprunt à Thomas (...)

Les têtes pensantes de toutes les nations réclament le changement. Il est une lutte qui agite en profondeur tout l’édifice social ; la collision infinie et brutale entre le Neuf et l’Ancien.
(Thomas Carlyle, « Signs of the Times  », 1829)1

1Coutume, ce tyran, a été assigné à comparaître à la barre du Sens Commun. Sa Majesté n’impressionne plus la multitude – son sceptre est brisé – sa couronne est piétinée dans la poussière – la peine de mort est prononcée à son encontre. Toutes les nations, tous les rangs et toutes les classes ont, tour à tour, remis en question et répudié son autorité ; et maintenant que le monstre est enchaîné et encagé, la femme, timide, sur la pointe des pieds, s’approche pour le regarder droit dans les yeux, et pour demander à ses pères et à ses fils courageux, qui se sont battus avec tant de force pour la liberté, si, avec ce changement de dynastie, elle pourra, elle aussi, éprouver quelque soulagement.

  • 2 Reprise, au nom des femmes, du 1er amendement à la Constitution des États-Unis, qui, parmi les droi (...)

2Oui, Messieurs, dans l’Amérique républicaine, au XIXe siècle, nous, filles des héros révolutionnaires de ’76, exigeons de votre part réparation pour les torts que nous avons subis2 – une révision de la Constitution de notre État – un nouveau code de lois. Permettez-nous donc, aussi brièvement que possible, d’attirer votre attention sur les incapacités juridiques qui pèsent sur nous.

  • 3 The « Empire State » dans le texte, surnom de l’État de New York, sans doute dû à une remarque de G (...)

31 – Considérez la situation de la femme en tant que femme. Il ne suffit pas, selon nous, que vos lois nous autorisent à vivre et à respirer, à réclamer ce qui est indispensable à la vie à nos protecteurs légaux – à assumer les conséquences de nos fautes ; nous exigeons la pleine reconnaissance de nos droits en tant que citoyennes de l’État de New York3. Nous sommes des êtres humains ; des citoyennes nées libres dans ce pays ; nous possédons des biens, nous payons des impôts ; et pourtant on nous refuse le droit de voter.

  • 4 L’État de New York fut le premier à inscrire le mot male dans sa Constitution en 1778. Ce qui amena (...)

4Nous subvenons à nos propres besoins, et en partie à ceux de vos écoles, de vos universités, de vos églises, de vos hospices, de vos geôles, de vos prisons, de l’armée, de la marine, de toute la machine gouvernementale, et pourtant nous n’avons voix au chapitre dans aucun de vos conseils. Nous avons toutes les qualifications requises par la Constitution, et nécessaires pour voter légalement, hormis celle fondée sur le sexe4. Nous sommes respectueuses de la morale, vertueuses et intelligentes, et à tous égards les égales de l’orgueilleux homme blanc lui-même, et pourtant en vertu de vos lois nous sommes assimilées aux idiots, aux fous et aux Noirs ; et bien que peu honorées déjà par la place qui nous est assignée, il nous faut bien constater qu’en fait notre situation légale est inférieure à celle de chacun de ceux-là ; car le Noir peut être élevé à la dignité d’électeur s’il possède 250 dollars ; le fou peut voter dans ses moments de lucidité, de même que l’idiot, s’il est de sexe masculin, et s’il n’est faible d’esprit qu’aux neuf dixièmes maximum ; mais nous qui avons conduit de grands mouvements de charité, organisé des missions, dirigé des journaux, publié des œuvres consacrées à l’histoire, à l’économie et aux statistiques ; qui avons gouverné des nations, dirigé des armées, occupé des chaires de professeurs d’université, enseigné la philosophie et les mathématiques aux savants de notre temps, découvert des planètes, piloté des navires à travers les mers, nous sommes privées du droit le plus sacré de tout citoyen, parce que, ma foi, nous ne sommes point arrivées dans cette république parées de la couronne réservée à la masculine dignité !

  • 5 Dans Eighty Years & More…, p. 197, Elizabeth Cady Stanton se réfère au texte du juge Hurlburt sur « (...)
  • 6 Reprise ici, comme souvent, des principes affirmés dans les paragraphes d’ouverture de la Déclarati (...)
  • 7 Allusion mythologique à Minerve sortie du cerveau de Jupiter son père. Assimilation ironique de l’h (...)

5Voyons, messieurs, nous aurions grand plaisir à savoir au nom de quelle autorité vous avez privé du droit de vote la moitié des habitants de cet État ? Vous qui avez si hardiment investi les remparts de cette république, montrez-nous vos titres, attestant par là-même de votre droit exclusif à gouverner, non seulement à vous gouverner vous-mêmes, mais à nous gouverner nous aussi. Le juge Hurlburt5, qui a si longtemps occupé une place éminente au barreau de cet État, et qui s’est retiré avec honneur de la Cour suprême où il siégeait, dans son œuvre pénétrante sur les droits de l’homme, a qualifié votre position actuelle de pure usurpation. Se peut-il qu’ici, où l’on ne reconnaît ni sang royal, ni filiation apostolique, se peut-il que vous qui avez déclaré que tous les hommes naissent égaux – et que les gouvernements tirent leur juste pouvoir du consentement de ceux qu’ils gouvernent6, édifiiez de votre plein gré une aristocratie qui place les êtres ignorants et vulgaires au-dessus de ceux qui incarnent l’éducation et le raffinement – l’étranger et le terrassier qui creuse les fossés au-dessus des écrivains et des poètes de notre temps – une aristocratie qui élèverait les fils au-dessus des mères qui leur ont donné naissance ? Plût à Dieu que les hommes qui sont capables d’approuver une Constitution tellement contraire au génie de ce gouvernement, qui peuvent passer et appliquer des lois tellement dégradantes pour la gent féminine, eussent surgi, tels Minerve du cerveau de leurs pères7, afin que les mères de cette république n’aient pas à rougir de reconnaître en eux leurs fils !

6[…]

7Il est vrai que la femme célibataire a droit à la propriété dont elle hérite et à l’argent qu’elle gagne, mais elle est imposée sans être représentée. Et là encore vous placez le Noir, si injustement avili par vos soins, dans une position supérieure à celle de vos propres épouses et mères ; car les hommes de couleur propriétaires de biens d’une certaine valeur, et remplissant quelques autres conditions peuvent voter, mais s’ils ne remplissent pas ces conditions ils ne sont pas soumis à l’impôt direct ; ce en quoi ils ont un avantage sur la femme, qui, elle, est soumise à l’impôt, quel que soit le montant de ses biens. (Constitution de N. Y., article 2, sec. 2). Mais, dites-vous, toutes les femmes ne sont-elles pas représentées par leurs pères, leurs maris, et leurs frères ? Laissons à vos textes de loi le soin de répondre à cette question.

  • 8 Droit réaffirmé par le 6e amendement à la Constitution des États-Unis, ratifié en 1791 (comme l’ens (...)
  • 9 Charles Stuart Ier d’Angleterre (1600-1649), auquel les parlementaires et les puritains reprochèren (...)
  • 10 Calvinistes anglais, puritains, séparés de l’Église, qui, partis de Southampton en août 1620 à bord (...)
  • 11 Ce passage, mise en cause dévastatrice de l’irresponsabilité de certains des grands de ce monde, fa (...)

8Une fois encore, nous revendiquons, lors d’affaires criminelles, le plus sacré d’entre les droits, celui d’être jugées par un jury de nos pairs. L’institution du jugement par un jury remonte à une date si lointaine qu’elle se perd dans la nuit des temps8 ; mais le droit d’être jugé par un jury composé de ses pairs constitue un grand pas en avant dans le cadre d’une civilisation avancée. Les hommes de tout rang n’ont jamais trouvé satisfaisant d’être jugés par des jurés situés plus haut ou plus bas qu’eux dans l’échelle politique ou sociale ; car d’une part la jalousie et de l’autre le mépris ont sérieusement compromis la clairvoyance de la justice. Et c’est ainsi qu’au fil des pages de l’histoire, nous trouvons le roi, le noble, le paysan, le cardinal, le prêtre, le laïc, chacun à son tour protestant contre l’autorité du tribunal devant lequel il a été assigné à comparaître. Charles Ier9 refusa de reconnaître la compétence du tribunal qui le condamna : car, dit-il, comment des sujets pourraient-ils juger un roi ? Les austères descendants de nos Pères Pèlerins10 refusèrent de répondre de leurs crimes devant un Parlement anglais. Car comment, dirent-ils, un roi pourrait-il juger des rebelles ? Faut-il donc alors qu’ici la femme consente à être jugée par le seigneur suzerain qui s’est autoproclamé législateur, juge, juré et même shérif – et dont le pouvoir, bien que consacré par l’Église et l’État, ne repose sur aucun fondement de justice ou d’équité, et n’est qu’usurpation audacieuse de nos droits inaliénables. […] Le noble ne peut faire de lois justes pour le paysan ; ni le propriétaire d’esclaves pour l’esclave ; l’homme ne peut pas non plus faire et appliquer de lois justes pour la femme, car dans chaque cas, celui qui détient le pouvoir est incapable de mettre en application les principes immuables du droit, si ce n’est pour ceux qui occupent le même rang que lui. Faut-il qu’une femme dévoyée soit traînée à la barre, en face de juges, d’avocats et de jurés à la mine sinistre, afin d’y être soumise en public à des questions peu délicates sur des sujets que les femmes osent à peine en secret se murmurer les unes aux autres ? Faut-il que les relations les plus sacrées de la vie soient évoquées et fouillées sans ménagement par des hommes qui, de leur propre aveu, sont si grossiers que les femmes ne pourraient ne serait-ce que les côtoyer dans un bureau de vote sans risque de contamination ? Et cependant lui sera-t-il impossible d’y trouver le moindre visage ou la moindre voix de femme pour prendre pitié d’elle et la défendre ? Faut-il que la femme folle de désespoir qui, pour se soustraire et soustraire son enfant au pilori et à l’opprobre a mis fin à cette vie tout juste commençante, soit traînée devant un tribunal pour répondre de son crime ? Comment un homme pourrait-il partager les sentiments de cette femme ? Comment peut-il se faire juge des atroces tourments de l’âme qui la poussèrent à commettre un tel outrage à l’instinct maternel ? Comment pourrait-il mesurer l’immensité du chagrin qui pesa sur son cœur de mère au moment où elle jeta son nouveau-né sans défense dans les eaux froide de la mer à minuit ? Où est-il celui qui par ses fausses promesses anéantit cette femme confiante ? Cet enfant sans défense n’avait-il pas droit à sa protection ? Ah, il va et vient librement, drapé dans sa dignité d’homme, prédicateur en chaire, magistrat au tribunal ou professeur d’université. L’emprisonnement de sa victime et la mort de son enfant ne portent pas la moindre atteinte à sa suffisance et à sa réputation11.

9[…]

102 – Considérez la situation de la femme en tant qu’épouse. – Vos lois relatives au mariage – fondées qu’elles sont sur le vieux droit coutumier d’Angleterre, assemblage d’usages barbares, modifié en partie seulement par une civilisation en progrès – sont une violation flagrante de notre conception éclairée de la justice, et des sentiments les plus sacrés de notre nature. Si vous vous faites du mariage l’idée la plus haute qui soit, celle d’une relation divine, que seul l’amour peut instaurer et sanctifier, alors bien sûr les lois humaines ne peuvent que le reconnaître. – L’homme ne peut ni en nouer ni en desserrer les liens, car une telle prérogative appartient à Dieu seul, créateur de l’homme et de la femme, ainsi que des lois de l’attirance par lesquelles ils sont unis. Mais si vous concevez le mariage comme un contrat civil, alors acceptez qu’il soit soumis aux mêmes lois que celles qui régissent tous les autres contrats. N’en faites pas une sorte d’institution mi-humaine mi-divine que vous pouvez élaborer mais ne pouvez réglementer. Par votre manière très spéciale de légiférer dans le cas particulier de ce contrat, ne vous laissez pas aller aux absurdités et aux contradictions les plus grossières.

  • 12 On reconnaît ici l’une des affirmations les plus marquantes de la Déclaration de sentiments, à ceci (...)
  • 13 Ce passage reprend fidèlement les principaux éléments énoncés par William Blackstone dans ses Comme (...)

11Étant donné qu’en vertu de vos lois aucun homme ne peut passer contrat pour un cheval ou une parcelle de terre avant l’âge de vingt et un ans, contrat par lequel il n’est pas lié s’il y a eu tromperie, ou si l’autre contractant n’a pas respecté sa partie de l’accord – étant donné que les parties impliquées dans tout simple contrat civil conservent leur identité et l’intégrité du pouvoir et de l’indépendance dont elles jouissaient avant de passer contrat, ainsi que le plein droit de dissoudre tout partenariat, ou tout contrat pour quelque raison que ce soit si telle est la volonté et le choix des parties elles-mêmes, en vertu de quel principe de jurisprudence civile permettez-vous au garçon de quatorze, et à la fillette de douze ans, en violation de toute loi naturelle, de passer un contrat d’une importance plus considérable que tout autre, et les obligez-vous à s’y tenir, quoi qu’il advienne, aussi longtemps que la nature leur prête vie, nonobstant déception, trahison et souffrances ? Ici encore la signature d’un tel contrat signifie la mort civique immédiate de l’une des parties12. La femme qui hier encore était courtisée à genoux, qui était placée si haut dans l’échelle des êtres qu’elle pouvait passer un accord d’égale à égal avec un Saxon tout de fierté, aujourd’hui n’a ni existence civique, ni liberté sociale. L’épouse qui n’hérite d’aucun bien se trouve aux yeux de la loi dans une position assez proche de celle de l’esclave dans les plantations du Sud. Elle ne peut rien posséder, et ne peut rien vendre. Elle n’a même aucun droit sur le salaire qu’elle gagne ; sa personne, son temps, ses services, sont la propriété d’un autre. Dans nombre de cas, elle ne peut témoigner contre son mari. Elle ne peut, en son nom propre, obtenir réparation pour les torts subis devant aucun tribunal. Elle ne peut engager de poursuites, ni être poursuivie. Elle n’est tenue moralement responsable d’aucune faute commise en présence de son mari, tellement son existence-même est censée se fondre dans celle d’un autre13. Rendez-vous compte ; vos épouses peuvent être voleuses, calomniatrices, cambrioleuses, incendiaires, et pour de tels méfaits elles ne sont pas soumises aux lois de ce pays, tout au moins si elles les commettent en votre présence redoutée. – Pour elles, hélas ! il n’est pas de loi supérieure à la volonté de l’homme. En ce sens, voyez ces Petruchio de la loi, bouffis d’orgueil, qui semblent dire :

  • 14 Citation empruntée à William Shakespeare, The Taming of the Shrew (La mégère apprivoisée), acte III (...)

Non, ne fanfaronnez pas, ne trépignez pas,
n’ouvrez pas de grands yeux, ne soyez pas agacés,
Je veux être maître de ce qui m’appartient ;
Elle est mon bien, ma chose ; elle est ma maison,
Mon mobilier, mon champ, ma grange,
Mon cheval, mon bœuf, mon âne, mon tout ;
Elle se tient là, et y touche qui ose […].14

12Comment l’homme pourrait-il jamais porter un tel regard sur la femme ? – Elle, aux pieds de qui Socrate apprit la sagesse – elle, qui donna un Sauveur au monde, et fut témoin à la fois de l’adoration des rois Mages et des souffrances sur la croix. Comment un tel être, à ce point béni et adoré, pourrait-il devenir cet esclave indigne, servile, craintif, pour qui la peur de l’homme pourrait primer sur la voix de la conscience et le saint amour du royaume des cieux ?

  • 15 Le texte de Blackstone emploie l’expression de « modest correction ».
  • 16 Avec ce féminin, liberté prise dans cette traduction d’un terme qui, en anglais, est dépourvu de ge (...)

13Selon le droit coutumier d’Angleterre dont l’esprit n’a été que trop fidèlement incorporé à nos lois, un mari a le droit de fouetter son épouse avec une baguette pas plus large que son pouce, de l’enfermer dans une pièce, et de lui administrer tout châtiment modéré15 qu’il peut juger nécessaire pour s’assurer qu’elle obéisse à ses désirs, et pour qu’elle bénéficie d’un développement moral salutaire ! Il peut interdire à toute personne de lui donner asile ou de lui faire confiance, par considération pour lui. Il peut la priver de toute relation sociale avec ses amies16 les plus proches et les plus chères. Si, très économe, elle accumule une petite somme qu’en prévision de besoins futurs elle dépose peu à peu dans une caisse d’épargne, son mari a le droit de la retirer, à son gré, pour l’utiliser comme bon lui semble.

14[…]

15Il n’est rien que puisse faire une épouse insoumise, contre quoi son mari ne se trouve suffisamment protégé par la loi. Mais il n’en va pas de même pour l’épouse. Qu’elle ait pour mari un vaurien, un ivrogne invétéré, un scélérat ou un vagabond, il n’en conserve pas moins tous les droits d’un homme, d’un mari et d’un père. Quand bien même l’entière responsabilité de subvenir aux besoins de la famille retomberait sur l’épouse, si c’est à elle que son employeur verse le salaire qu’elle gagne, il peut être reversé à son mari. […]

  • 17 La Married Woman’s Property Act (loi sur le droit de propriété de la femme mariée), passée en avril (...)

16Mais l’épouse qui a la chance d’avoir hérité d’un peu de bien, grâce à la nouvelle loi en vigueur dans cet État17, a été délivrée de sa condition désespérée. Elle sort de sa non-existence légale. Cette loi sur la propriété, si on l’interprète loyalement, bouleversera complètement le code relatif à la femme et à la propriété. Le droit de propriété implique le droit d’acheter et de vendre, de céder par testament ou par legs, et en cela s’annonce l’aube d’une existence légale pour la femme, car désormais la « femme couverte » doit avoir le droit de passer des contrats. […] Mais qu’est la propriété sans un droit de la protéger garanti par la loi ? Dire qu’un domaine m’appartient n’est que moquerie si, sans mon consentement, vous avez le droit de m’imposer quand et comme vous le voulez, tandis que je n’ai pas voix au chapitre quand il s’agit de mettre en place le collecteur des impôts, le législateur ou la loi elle-même. Le droit de propriété nous obligera par la force des choses, le moment venu, à exercer notre droit de voter, puis suivra tout naturellement le droit d’occuper des fonctions électives.

  • 18 Suit un passage émouvant où Elizabeth Cady Stanton évoque ceux qu’elle appelle les « mignons de la (...)

173 – Considérez la situation de la femme en tant que veuve. Toutes les fois que nous tentons d’attirer l’attention sur les torts subis par l’épouse, ceux qui voudraient nous faire croire que les lois ne peuvent être améliorées nous renvoient aux privilèges, aux pouvoirs et aux droits des veuves. Regardons ces points d’un peu plus près. Voyez dans cette humble maison là-bas, un couple de gens mariés qui, depuis de longues années, vivent ensemble, seuls et sans enfants. Ces quelques arpents de terre soigneusement cultivée, avec la petite maison blanche d’apparence si gaie à travers ses plantes grimpantes et ses fleurs, témoignent de l’honnêteté prévoyante et des goûts simples de ses propriétaires. Cet homme et cette femme, grâce à leurs dures journées de labeur, ont fait leur cette demeure. Ils vivent ici dans la paix et la prospérité, heureux d’espérer pouvoir habiter ensemble, en toute sécurité, à l’abri de leur vigne et de leur figuier durant les quelques années qu’il leur reste à vivre, et de penser qu’à l’ombre de ces arbres, plantés de leurs propres mains, et au milieu de leurs objets familiers et tant aimés, qu’ici donc ils pourront prendre congé de ce bas monde. Mais quelle déception pour ces humaines aspirations ! Le mari meurt, sans laisser de testament, et la veuve éplorée, d’un seul funeste coup du sort, perd le compagnon de sa jeunesse, sa maison et son foyer, et la moitié de la modeste somme qu’elle avait en banque. Car la loi, qui ne veut rien savoir des veuves qui restent avec douze enfants et sans le moindre centime, repère instantanément cette veuve-ci, évalue ses biens, et lui communique l’information sidérante selon laquelle seuls un tiers de la maison et du terrain, et la moitié de ce qu’elle possède personnellement sont à elle. La loi a d’autres favoris avec lesquels elle doit partager les économies durement épargnées au fil des ans. […]18 Tel est le douaire de la veuve dont il est fait si grand cas. Quelle magnanimité que celle de la loi qui permet à la veuve de garder à vie le bénéfice d’un tiers de la propriété foncière, et la moitié des biens personnels de son mari, alors qu’il s’adjuge la part du lion ! Si elle était morte la première, la maison et la terre, tout serait resté propriété de son mari. Personne n’aurait osé faire intrusion dans l’intimité de son foyer, ni le rudoyer au cœur de la retraite sacrée de son chagrin.

18Comment, je vous le demande, peut-on appeler justice ce qui établit une telle différence entre l’homme et la femme ?

  • 19 « Two feet square » dans le texte de Elizabeth Cady Stanton.
  • 20 John Hancock (1737-1793) présida le Congrès continental de 1775 à 1777, et fut le premier à apposer (...)

19Grâce à sa gestion, à son sens de l’économie et à son travail, notre veuve a la possibilité, en quelques années, de racheter sa maison et son foyer. Mais la loi ne perd jamais l’argent de vue, quel que soit l’humble niveau social de celle qui le possède. Elle envoie ses fonctionnaires en tournée chaque année, pour engranger la moisson destinée aux coffres de l’État, et nulle veuve propriétaire d’un lopin de terre de moins d’un demi-mètre carré19 n’échappe jamais à ces calculs. En outre, notre veuve qui a maintenant gagné l’équivalent de deux fois la valeur de son domicile doit également payer son impôt annuel – témoignage de sa gratitude pour la permission qui lui est accordée de respirer l’air libre de cette république, où « l’imposition sans représentation » fut considérée par des personnages aussi éminents que John Hancock et Samuel Adams comme une forme d’«  intolérable tyrannie »20.

204 – Considérez la situation de la femme en tant que mère. Il n’est d’amour humain aussi généreux, aussi fort et aussi inébranlable que celui d’une mère pour son enfant ; et pourtant, voyez à quel point les lois relatives à cette relation des plus sacrées sont cruelles et impitoyables.

21La nature a clairement fait de la mère la protectrice de son enfant ; mais l’homme, en son amour immodéré du pouvoir, ne cesse de défier ouvertement la nature et ses lois. Le père peut placer son enfant en apprentissage, le forcer à exercer un métier ou un travail, sans le consentement de la mère – voire en totale opposition à ses plus pressantes supplications, à ses prières, et à ses larmes.

  • 21 Elizabeth Cady Stanton donne les références de la loi utilisée : 2 R. S., page 150, sec. 1. Les ter (...)

22Il peut placer son fils en apprentissage chez un amateur de jeux, ou un vendeur d’alcool, et ainsi annuler ses dettes d’honneur. Par l’exercice abusif de ce pouvoir absolu, il peut engager sa fille auprès du tenancier d’un bordel, et, grâce à la déchéance de son enfant, subvenir à ses besoins quotidiens ; et c’est bien parmi nous, messieurs, que de telles choses se sont produites. De plus le père, au moment de mourir, peut placer tous ses enfants n’importe où, et chez n’importe qui, là où bon lui semble, et ainsi, de fait, retirer à la mère la garde de tous ses enfants. Les lois modifiées de l’État de New York stipulent que « tout père, qu’il soit majeur ou mineur, d’un enfant à naître ou d’un enfant vivant âgé de moins de moins de vingt et un ans et célibataire, peut, par acte notarié ou par testament, établi selon les règles, transmettre la garde et la charge de l’éducation dudit enfant pendant sa minorité, ou pour une période plus courte, à toute personne, ou tout groupe de personnes qui assumera prioritairement la fonction de propriétaire, ou qui en héritera ultérieurement »21.

23Ainsi donc, en vertu de vos lois, l’enfant est l’absolue propriété du père qui en dispose pleinement pendant sa vie comme au moment de sa mort.

24En cas de séparation, la loi fait don des enfants à leur père ; peu importe son tempérament ou sa situation. En ce moment même nous pouvons vous signaler dans cet État des mères nobles, vertueuses, de bonne éducation, qui ont quitté leur mari en raison de leur vie de débauche et de leur alcoolisme notoire. À toutes ces femmes on a retiré leurs enfants qui sont confiés à la garde du père, aux bons soins de la famille de ce dernier, alors même que les mères ne sont autorisées à les voir qu’à intervalles établis. […]

  • 22 On songe ici encore inévitablement à Abigail Adams et à sa lettre de mars 1776 à John Adams son épo (...)

25En outre, comme la situation de l’enfant est induite par celle de la mère, et comme en vertu de vos lois abusives le père peut battre la mère, il en va de même pour l’enfant. Quelle mère ne serait pas en mesure de témoigner auprès de moi des souffrances indicibles que des pères cruels et vindicatifs ont infligées à des enfants sans défense ? Qui a jamais vu un être humain qui n’abuserait pas d’un pouvoir illimité22 ? Quelle bassesse et quelle ignominie doivent animer l’homme qui, quelle qu’ait pu être la provocation, frapperait une femme ; mais celui qui mutilerait un enfant tremblant de peur ne mérite pas le nom d’homme. L’amour d’une mère n’est d’aucune protection pour un enfant ; elle ne peut faire appel à vous pour qu’il échappe à la cruauté d’un père, car les lois ne veulent rien connaître des torts les plus affligeants que subit la mère. Ni à la maison, ni au dehors, la femme ne peut protéger son fils. Voyez les tentations qui entourent nos jeunes gens à chaque pas ; voyez les tripots, les débits de boissons, les salons de quelques clubs, les repaires d’infamie et d’abomination qui infestent nos villages et nos villes – sapant lentement mais sûrement les fondements mêmes de toute vigueur et de toute vertu.

26Par vos lois, tous ces lieux d’abomination sont autorisés. C’est folie que de parler de la manière dont une mère façonne le caractère de son fils, quand toute l’humanité, soutenue par la loi et l’opinion publique, se ligue pour réduire son influence à néant. Mais lorsque la puissance morale de la femme s’exprimera à travers les urnes, alors on verra et l’on ressentira son influence. […]

27Maintes et maintes fois on nous a demandé avec un sérieux non simulé, « que voulez-vous, vous les femmes ? Où voulez-vous en venir ? » Beaucoup se sont montrés louablement curieux de savoir de quoi les épouses et les filles pouvaient bien se plaindre dans l’Amérique républicaine, où leurs pères et leurs fils se sont battus avec tant de courage pour la liberté et ont acquis glorieusement leur indépendance, foulant aux pieds dans la poussière toute forme de tyrannie, de sectarisme, d’esprit de caste, et proclamant à un monde dans l’expectative la vérité divine selon laquelle tous les hommes ont été créés égaux. – Qu’est-ce qu’une femme peut encore vouloir sous un tel gouvernement ? Admettez qu’il existe une différence radicale entre les sexes, et vous exigerez alors des sphères différentes – l’eau pour les poissons et l’air pour les oiseaux.

28Il est impossible de convaincre le planteur du Sud que son esclave peut éprouver des émotions et raisonner tout comme lui – que l’injustice et l’assujettissement le blessent tout autant que lui – que l’humiliation d’un être vivant par la volonté d’un autre, en proie à ses lubies et à la merci de ses passions, l’affecte de manière aussi vive que son maître. Si vous parvenez à imposer à celui qui ne veut pas voir une image très vive des souffrances du Noir, et pour un temps à émouvoir son âme, il puise en sa logique une consolation immédiate. Il dit : l’esclave ne ressent pas tout ceci comme moi je le ressentirais. En cela, messieurs, réside notre difficulté. Quand nous plaidons notre cause auprès de ceux qui font les lois et des savants de la république, ils ne peuvent se faire à l’idée que les hommes et les femmes sont semblables ; et aussi longtemps que les masses se berceront d’une telle illusion, l’esprit du public ne sera point tant ébranlé par la révélation des injustices et des humiliations inhérentes à la situation de la femme que par le fait qu’il conviendrait qu’enfin elle se réveillât et en prît conscience. […]

  • 23 Évangile selon Luc, 6, 31.

29Mais si, messieurs, vous adoptez le point de vue selon lequel les sexes sont semblables, et que, par conséquent, vous nous représentez fidèlement – alors, pourquoi toutes ces lois spéciales pour les femmes ? Un seul code ne suffirait-il pas pour tous ceux dont les besoins et les désirs sont les mêmes ? La règle d’or énoncée par le Christ vaut mieux que les lois particulières inventées par l’ingéniosité de l’homme : « Agissez envers les autres comme vous voudriez qu’ils agissent envers vous »23 ? Ceci, messieurs, mes frères, c’est tout ce que nous attendons de votre part. Nous ne demandons pas de lois meilleures que celles que vous avez faites pour vous-mêmes. Nous n’avons besoin d’autre protection que celles que vos lois actuelles vous garantissent.

  • 24 La fin de cette traduction s’appuie sur l’extrait publié par E. C. Dubois, Elizabeth Cady Stanton – (...)

30En conclusion, alors, disons donc, au nom de toutes les femmes de cet État, que nous demandons tout ce que vous avez demandé pour vous-mêmes au cours du cheminement de votre développement, depuis le jour où le Mayflower a jeté l’ancre près du rocher de Plymouth ; et cela pour la simple raison que les droits de tout être humain sont les mêmes, identiques pour tous24.

31Vous direz peut-être que la masse des femmes de cet État ne formulent pas une telle demande ; qu’elle émane de quelques vieilles filles aigries et désenchantées et de femmes sans enfants. Vous faites erreur ; c’est l’ensemble des femmes qui parle à travers nous. La très grande majorité des femmes de cet État subviennent à leurs propres besoins et à ceux de leurs enfants, ainsi, pour beaucoup, qu’à ceux de leurs maris. Rendez-vous dans tout village de votre choix, de trois ou quatre mille habitants, et vous y trouverez jusqu’à cinquante hommes ou plus dont la seule occupation consiste à discuter religion et politique, tout en regardant les trains qui vont et viennent au dépôt, ou une péniche qui franchit une écluse ; ou à rire des divagations de quelque compère pris de boisson, ou des cabrioles d’un singe qui danse au son de l’orgue de son maître. Tous ceux-là sont entretenus pas leurs mères, leurs épouses ou leurs sœurs.

32Or, pensez-vous, en toute impartialité, que ces épouses ne souhaitent pas avoir le contrôle du salaire qu’elles gagnent – être propriétaires de la terre qu’elles achètent – de la maison qu’elles construisent ? pouvoir disposer de leurs propres enfants, sans être soumises en permanence à l’intervention et à la tyrannie d’un vaurien oisif et dépravé ? Supposez-vous que toute femme qui est un tel modèle de dévouement et de soumission que de bon cœur elle coud toute la journée pour la modique somme de cinquante centimes, puisse savourer le privilège ineffable de payer le tabac et l’alcool de son mari ? Pensez-vous que l’épouse de l’ivrogne invétéré et brutal consentirait à partager avec lui son domicile et son lit, si la loi et l’opinion publique consentaient à la délivrer d’une aussi grossière compagnie ? En vérité je vous le dis, non  !… Les épouses des ivrognes parlent par notre bouche, et l’on en compte cinquante-mille. Pensez-vous que la femme qui a travaillé dur tous les jours de sa vie pour aider son mari à accumuler des biens en quantité approuve la loi qui permet au mari d’en disposer totalement ? La mère dont l’enfant unique est placé en apprentissage pour un certain nombre d’années contre sa volonté clairement exprimée n’ôterait-elle pas au père ce pouvoir absolu si elle le pouvait ?

  • 25 Le texte d’Elizabeth Cady Stanton utilise l’expression « a small class of the fashionable butterfli (...)

33Pour toutes ces femmes, donc, nous prenons la parole. Si à cette longue liste vous ajoutez les ouvrières qui réclament à grands cris une juste rémunération pour leur interminable labeur ; ces femmes qui enseignent dans nos pensionnats de jeunes filles, dans nos collèges privés et nos écoles publiques pour un salaire de misère ; les veuves que l’on impose sans pitié ; les malheureuses qui se trouvent dans nos hospices, dans nos asiles pour indigents et dans nos prisons ; qui sont-elles, celles que nous ne représentons pas ? Celles seulement qui papillonnent dans la classe restreinte de la bonne société25, qui, pendant les brèves journées de l’été recherchent le soleil et les fleurs ; mais les brises fraîches de l’automne et les gelées blanches de l’hiver auront tôt fait de les chasser ; alors elles aussi auront besoin et se mettront en quête de protection, et à leur tour, par la bouche d’autres qu’elles-mêmes, elles réclameront justice et équité de votre part.

Notes

1 Citation placée avant le discours lui-même dans History of Woman Suffrage, p. 595. Emprunt à Thomas Carlyle, « Signs of the Times », 1829, texte publié dans la Edinburgh Review, et repris dans les Collected Works of Thomas Carlyle, Londres, Chapman & Hall, 1858, vol. III. Thomas Carlyle comptait parmi les nombreuses lectures d’Elizabeth Cady Stanton, et fut, avec Emerson et Ruskin l’un de ses compagnons de route favoris lors de son séjour en France au début des années 1880. Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 349.

2 Reprise, au nom des femmes, du 1er amendement à la Constitution des États-Unis, qui, parmi les droits qu’il énumère, prévoit celui « d’adresser à l’État des pétitions pour obtenir réparation de torts subis ».

3 The « Empire State » dans le texte, surnom de l’État de New York, sans doute dû à une remarque de George Washington qui dès 1784 déclara que New York était le siège de l’empire.

4 L’État de New York fut le premier à inscrire le mot male dans sa Constitution en 1778. Ce qui amena Elizabeth Cady Stanton à noter avec amertume et ironie, qu’il n’est que justice qu’il ait été le premier à s’inquiéter du droit de propriété pour les femmes mariées. Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 151.

5 Dans Eighty Years & More…, p. 197, Elizabeth Cady Stanton se réfère au texte du juge Hurlburt sur « Human Rights » («  Les droits de l’homme »), et son plaidoyer en faveur du droit de vote des femmes.

6 Reprise ici, comme souvent, des principes affirmés dans les paragraphes d’ouverture de la Déclaration d’indépendance en 1776, inspirés de la philosophie politique de John Locke.

7 Allusion mythologique à Minerve sortie du cerveau de Jupiter son père. Assimilation ironique de l’homme à Jupiter qui permet à Elizabeth Cady Stanton d’exonérer la femme de toute responsabilité dans cette filiation.

8 Droit réaffirmé par le 6e amendement à la Constitution des États-Unis, ratifié en 1791 (comme l’ensemble des dix premiers amendements à la Constitution qui constituent le Bill of Rights des États-Unis).

9 Charles Stuart Ier d’Angleterre (1600-1649), auquel les parlementaires et les puritains reprochèrent de gouverner en monarque absolu. Décapité le 30 janvier 1649 à Whitehall, près de Westminster.

10 Calvinistes anglais, puritains, séparés de l’Église, qui, partis de Southampton en août 1620 à bord du Mayflower, arrivèrent le 26 novembre 1620 à l’actuel emplacement de Plymouth où ils fondèrent une colonie.

11 Ce passage, mise en cause dévastatrice de l’irresponsabilité de certains des grands de ce monde, fait songer par la charge émotive qui s’en dégage à Beloved, roman de Toni Morrison paru en 1987, où l’infanticide répond cependant à d’autres motivations.

12 On reconnaît ici l’une des affirmations les plus marquantes de la Déclaration de sentiments, à ceci près qu’à ce stade du raisonnement, cette issue fatale semble guetter l’une ou l’autre des personnes impliquées dans le contrat de mariage. Cette impression est de courte durée !

13 Ce passage reprend fidèlement les principaux éléments énoncés par William Blackstone dans ses Commentaries on the Laws of England (1765-1769).

14 Citation empruntée à William Shakespeare, The Taming of the Shrew (La mégère apprivoisée), acte III, scène 2, vers 224-229. Petruchio, gentilhomme de Vérone parle ici de Catherine qu’il convoite. Le vers 5 de cet extrait peut se prêter à quelques doubles lectures (notamment pour « my ass » dans le texte original) quand on connaît les facéties linguistiques dont Shakespeare était coutumier.

15 Le texte de Blackstone emploie l’expression de « modest correction ».

16 Avec ce féminin, liberté prise dans cette traduction d’un terme qui, en anglais, est dépourvu de genre en l’absence de tout autre marqueur. Il semble cependant que le masculin eût été inconcevable.

17 La Married Woman’s Property Act (loi sur le droit de propriété de la femme mariée), passée en avril 1848 dans l’État de New York, mais dont l’application manquait de clarté, et qui ne garantissait toujours pas aux femmes mariées le droit de disposer de leurs salaires. Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, note 49, p. 278.

18 Suit un passage émouvant où Elizabeth Cady Stanton évoque ceux qu’elle appelle les « mignons de la loi » et qui, tels des rapaces, accourent pour tout se partager, jusqu’aux fourchettes et aux petites cuillers.

19 « Two feet square » dans le texte de Elizabeth Cady Stanton.

20 John Hancock (1737-1793) présida le Congrès continental de 1775 à 1777, et fut le premier à apposer sa signature à la Déclaration d’indépendance. Samuel Adams (1722-1803), chef révolutionnaire, à la tête des Sons of Liberty (Fils de la liberté) joua un rôle décisif dans l’organisation de la Boston tea party en décembre 1773, événement déclencheur de la répression britannique contre les colonies. Des cargaisons importantes de thé furent alors déversées dans le port de Boston.

21 Elizabeth Cady Stanton donne les références de la loi utilisée : 2 R. S., page 150, sec. 1. Les termes utilisés dans le texte, « in possession or remainder » sont empruntés à William Blackstone, Commentaries on the Laws in England, vol. II, chap. xi, « Of estates in possession, remainder, and reversion ». Ces notions s’appliquent chez William Blackstone à la propriété de biens ou de terres. Leur utilisation dans le cas d’enfants est particulièrement choquante ; leur reprise par Elizabeth Cady Stanton vise ici à susciter l’indignation et les problèmes de traduction sont redoutables. On trouve une définition relativement claire du sens de remainder sur le sitehttp://www.yourdictionary.com/remainder où l’on peut lire : « Remainder implique une situation d’attente, comme quand une terre est transmise par le même acte à une personne pendant qu’elle est en vie, et à une autre ou aux héritiers de cette dernière à sa mort. »

22 On songe ici encore inévitablement à Abigail Adams et à sa lettre de mars 1776 à John Adams son époux quand elle écrit : « remember all Men would be tyrants if they could », en des termes qui visent l’homme (être humain de sexe mâle) plus directement encore que les propos de Elizabeth Cady Stanton. Pour l’intégralité de la lettre d’Abigail Adams, voir G. Castro, Les femmes dans l’histoire américaine, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1988, p. 96.

23 Évangile selon Luc, 6, 31.

24 La fin de cette traduction s’appuie sur l’extrait publié par E. C. Dubois, Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony Reader…, p. 51-52, lequel est conforme au texte intégral que l’on trouve dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, p. 595-605.

25 Le texte d’Elizabeth Cady Stanton utilise l’expression « a small class of the fashionable butterflies ». La métaphore évoque inéluctablement quelques formules de Sarah Grimké, notamment lorsque dans ses Letters on the Equality of the Sexes (1837) elle écrit : « During the early part of my life, my lot was cast among the butterflies of the fashionable world ». Voir G. Castro, Les Femmes dans l’histoire américaine, p. 98, pour cette évocation autobiographique.

Notes de fin

1 Source : Des extraits de ce discours d’Elizabeth Cady Stanton sont publiés dans V. Bernhard et E. Fox-Genovese, The Birth of American Feminism. The Seneca Falls Woman’s Convention of 1848, p. 196-212, principale source utilisée ici. La fin de cette traduction s’appuie cependant sur Ellen C. Dubois, The Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony Reader. Correspondence, Writings, Speeches qui reproduit également de larges extraits (p. 44-52), pour des passages non fournis par Virginie Bernhard et Elizabeth Genovese. Ce changement de source sera signalé le moment venu. On peut trouver le texte intégral du discours dans E. C. Stanton, S. B. Anthony, M. J. Gage et al. History of Woman Suffrage, vol. I, p. 595-605. Adopté par la Convention sur les droits de la femme à Albany, en février, le discours fut publié par The Lily le 15 mars, et The Una en avril et mai 1854.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540