Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 11

« Nous avons d’autres chats à fouetter » Lettre d’Elizabeth Cady Stanton à Susan B. Anthony1

Texte intégral

  • 1 Source : texte reproduit par Ellen Carol Dubois , Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony Reader (...)
  • 1 Margaret Livingston Stanton, née le 20 octobre 1852 à Seneca Falls. Voir texte 10 (p. 143).
  • 2 Les hommes de l’association de lutte contre l’alcoolisme Sons of Temperance avaient fait taire Sus (...)
  • 3 Lucy Stone (1818-1893) aux talents oratoires remarquables, abolitionniste critiquée par les hommes (...)

1Seneca Falls, le 20 juin 1853
Chère Susan,
Surtout ne me soufflez pas mot d’une autre convention. Je vous défends de me demander d’envoyer une idée, ou une ligne pour quelque convention, quelque journal, ou quelque individu que ce soit ; car je jure par tous les saints que tant que j’allaiterai ce bébé1 je refuse d’être tourmentée par l’humanité souffrante. Je suis bien décidée à ne déployer aucun effort pour faire quoi que ce soit en dehors de mes strictes obligations domestiques jusqu’à ce que je parvienne à réunir les conditions suivantes :1) Me décharger totalement des tâches ménagères ;2) M’assurer les services d’un enseignant compétent pour mes enfants ; 3) Voir mon bébé actuel se tenir debout. Mes soucis incessants commencent à fatiguer mon esprit. Je le sens jusqu’au tréfonds de mon âme, et je suis résolue à chercher de l’aide. Par conséquent, je dis adieu au public pour un temps, car je dois consacrer tous mes instants et toutes mes pensées à mes enfants. Mais par-dessus tout j’ai la tête tellement pleine de rêves quant à ce qu’est une véritable vie associative, que toutes les réformes du temps présent qui m’en éloignent me paraissent superficielles et fragmentaires. Vous me demandez si je ne suis pas submergée de chagrin à la suite de ma défaite à la récente convention pour le choix de la présidente de notre association2. Pas du tout. Je suis seulement trop heureuse du soulage ment que j’éprouve à l’idée d’être débarrassée de ce souci supplémentaire. J’ai accompli à Rochester tout ce que je souhaitais en obtenant que la question du divorce soit abordée et soutenue avec tant d’éloquence par cette chère petite Lucy Stone3. Comme j’ai été fière d’elle ce soir-là ! Nous n’avons aucune femme qui puisse lui être comparée. Maintenant, Susan, je vous supplie de laisser le passé être le passé, et de ne pas gaspiller vos cartouches pour l’Association Féminine de Lutte contre l’Alcoolisme de notre État. Nous avons d’autres chats à fouetter, et de plus grande importance.

Notes

1 Margaret Livingston Stanton, née le 20 octobre 1852 à Seneca Falls. Voir texte 10 (p. 143).

2 Les hommes de l’association de lutte contre l’alcoolisme Sons of Temperance avaient fait taire Susan B. Anthony à l’une de leurs réunions en 1852. D’où la décision des femmes de créer leur propre association, la Women’s New York State Temperance Society à laquelle il est fait allusion à la fin de la lettre, et qui organisa une convention à Rochester en 1852. Elizabeth Cady Stanton y prononça un discours remarqué dans lequel elle défendit le droit de divorcer pour les épouses d’alcooliques ; ce point allait devenir fondamental dans son combat Voir E. Griffith, In Our Own Right…, p. 76 et p. 95. À cette occasion Elizabeth Cady Stanton fut élue présidente, et Susan B. Anthony secrétaire de l’association. Très vite Elizabeth Cady Stanton profita de sa position, et transforma l’association en forum de défense des droits de la femme. Sa critique radicale du patriarcat familial mais aussi clérical suscita la colère des réformateurs et de certaines réformatrices militant pour la lutte contre l’alcoolisme. À la réunion de 1853, les hommes envoyèrent massivement des femmes conservatrices, grâce auxquelles Elizabeth Cady Stanton fut démise de ses fonctions de présidente. On lui proposa la vice-présidence, qu’elle refusa. Solidaire, Susan B. Anthony donna sa démission, mais en éprouva beaucoup de chagrin. C’est pour elle que l’expression plunged in grief (submergée de chagrin) eût été adéquate, alors que comme elle le dit dans cette lettre, Elizabeth Cady Stanton, elle, fut surtout soulagée.

3 Lucy Stone (1818-1893) aux talents oratoires remarquables, abolitionniste critiquée par les hommes pour sa défense des droits de la femme. Elle appela à la première Convention nationale sur les droits de la femme, qui se tint à Worcester (Massachusetts) en 1850. À son mariage avec Henry Blackwell en 1855 elle allait se distinguer comme Elizabeth Cady Stanton par sa modification des vœux échangés entre époux, et garda son nom de jeune fille, faisant durablement école en la matière comme inspiratrice de celles que l’on appela Lucy Stoners.

Notes de fin

1 Source : texte reproduit par Ellen Carol Dubois , Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony Reader. Correspondence, Writings, Speeches, p. 56-57.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540