Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 10

« Enfin une fille ! » Lettre d’Elizabeth Cady Stanton à Lucretia Mott1

Texte intégral

  • 1 Source : Ce document fait partie de la collection rassemblée par Rhoda Barney Jenkins. Aimablement (...)

Seneca Falls, le 22 octobre 1852

Chère Lucretia,

  • 1 Margaret Livingston Stanton née à Seneca Falls le 20 octobre 1852, cinquième enfant et première fil (...)
  • 2 Bain de la partie inférieure du tronc, pratique recommandée à l’époque par les adeptes de la santé (...)
  • 3 Dans la littérature consacrée aux réformes relatives à la physiologie féminine, la comparaison entr (...)

Je suis enfin l’heureuse mère d’une fille. Femmes réjouissez-vous toutes car voici qu’une championne de votre cause est née1. Je l’ai vouée à cette tâche depuis le début. Jamais je n’ai ressenti le caractère sacré de l’attente d’un enfant aussi fort que dans le cas de celle-ci, habitée que j’étais tout au long par la conviction que je chérissais en moi l’embryon d’une toute puissante martyre – Merveilleuse espérance ! Puisse-t-elle porter la couronne du martyre vaillamment & patiemment, et laisser une empreinte sur le monde par sa bienveillance et son honnêteté. Elle dépasse par sa taille et sa vigueur apparente tous les enfants que j’aie jamais eus. Elle pèse 5,5 kg habillée, et cependant mon accouchement fut rapide & facile : je me suis allongée sur un canapé pendant une quinze minutes environ, et seule avec mon infirmière & uniquement une amie, j’ai mis au monde cette fille sublime. Je me suis levée immédiatement, j’ai changé moi-même mes vêtements, j’ai appliqué un bandage humide, & après quelques heures de repos je me suis levée à nouveau. 20 heures après la naissance de l’enfant j’ai fait ma toilette à l’aide d’une éponge, j’ai pris un bain de siège2, j’ai remis un bandage humide, puis je suis sortie sur la terrasse, et comme il faisait une belle journée, j’ai marché pendant cinq kilomètres sur le chemin de planches. Aujourd’hui, troisième jour, je suis habillée et je m’affaire dans la maison comme à l’accoutumée. Tout va bien pour moi, & pour le bébé jusqu’ici. Peut-être suis-je presque une sauvage, car quelle femme délicate, distinguée, civilisée, serait rétablie en un laps de temps aussi scandaleusement court3 ? Mon Dieu ! Que de cruel asservissement de l’esprit, et que de souffrance du corps seront épargnés à la malheureuse femme quand elle se permettra d’être elle-même le médecin de son esprit & de son corps.

  • 4 Allusion à la Convention de Syracuse, du 8 au 10 septembre 1852, troisième convention nationale sur (...)
  • 5 Elizabeth Oakes Smith, conférencière connue, poétesse et romancière populaire, soutenue par Paulina (...)
  • 6 Allusion à Lucy Stone, vêtue d’un bloomer, qui enthousiasma l’auditoire selon de nombreux témoignag (...)

Depuis la Convention j’ai souhaité t’écrire, pour te dire à quel point j’ai été satisfaite de l’ensemble de son déroulement, y compris même de la mort et de la résurrection de Brigham & du total anéantissement du Révérend Hatch4. Quant à la présidence de la séance, elle est source de joie, & constitue la preuve d’un grand progrès dans notre mouvement, quand on songe qu’il y a maintenant concurrence pour assurer cette fonction, alors que lors de notre première convention il ne se trouva aucune femme assez forte moralement pour accepter l’honneur de ce poste. Les journaux disent, & je ne doute pas qu’ils aient raison, que tu as présidé avec grande dignité – merci à toi au nom de la femme5. Toute mon âme exulte chaque fois que la femme accomplit quelque chose de bien. J’ai été très contente d’apprendre qu’une femme vêtue d’un Bloomer a été la vedette de la Convention.6 Tu peux m’en croire, Lucretia, la femme ne peut s’épanouir dans les draperies qu’elle porte de nos jours, elle est esclave de ses chiffons – mais je ne peux te le prouver pour le moment. Il me faut écrire à une douzaine d’autres amies pour leur parler de ma fille, et je te dis donc au revoir pour l’instant.

  • 7 Sallie Holley (1818-1893), abolitionniste, conférencière, féministe ; elle avait rendu visite à Eli (...)

Si Sallie Holly7 est à Philadelphie transmets lui mon amitié & dis lui mon immense bonheur.

Au revoir, ton amie comme toujours,

E. C. Stanton

Je te ferai passer cette lettre par Martha Wright afin qu’elle puisse lire la nouvelle.

Notes

1 Margaret Livingston Stanton née à Seneca Falls le 20 octobre 1852, cinquième enfant et première fille d’Elizabeth Cady Stanton, ce qui lui permit de dresser le drapeau blanc (il eût été rouge pour la naissance d’un garçon). Elle lui donna le prénom de sa propre mère, comme pour affirmer vigoureusement son inscription dans une lignée féminine. Le lecteur de 2009 pourra sans doute mesurer cette jubilation à l’aune de ce que fut la déception triplement éprouvée par Gisèle Halimi mère de trois garçons. Voir G. Halimi, Ne vous résignez jamais, Paris, Plon, 2009, p. 84-86.

2 Bain de la partie inférieure du tronc, pratique recommandée à l’époque par les adeptes de la santé par l’eau (water-cure practitioners), ancêtre du spa contemporain rendu à son étymologie latine originelle.

3 Dans la littérature consacrée aux réformes relatives à la physiologie féminine, la comparaison entre les femmes civilisées et les femmes à l’état sauvage était courante. On remarquait volontiers que la femme civilisée était plus exposée à la maladie, du fait du luxe et des habitudes qui caractérisaient son mode de vie. Par contraste, on évoquait par exemple la femme indienne qui accouchait, se lavait et lavait son enfant dans le ruisseau le plus proche, tandis que le groupe auquel elle appartenait l’attendait une demi-journée avant de reprendre sa marche avec elle. Mary Gove Nichols, qui se spécialisa dans la santé des femmes, faisait, par ses écrits et ses conférences, autorité en ce domaine, et créa en 1848, avec son époux, des installations (y compris une clinique à New York) où l’on prodiguait des soins par l’eau.

4 Allusion à la Convention de Syracuse, du 8 au 10 septembre 1852, troisième convention nationale sur les droits de la femme, et la première à laquelle Susan B. Anthony assista. J. B. Brigham, enseignant, incita les femmes à rester dans la sphère supérieure de leur foyer, faute de quoi elles couraient le risque de se masculiniser, ce qui lui valut une réplique dévastatrice de Lucretia Mott. Le plus grand désordre vint de l’intervention du Révérend Junius Hatch, pasteur itinérant, congrégationaliste, qui demanda si la convention reconnaissait l’autorité de la Bible. Lucretia Mott lui répondit que la question n’était pas à l’ordre du jour. Il fut ensuite rappelé à l’ordre à cause de la grossièreté de ses propos sur l’une des interventions d’Antoinette Brown.

5 Elizabeth Oakes Smith, conférencière connue, poétesse et romancière populaire, soutenue par Paulina Wright Davis, était candidate à cette fonction. Mais, lors d’une réunion privée avant la Convention, on lui préféra Lucretia Mott. L’hommage rendu aux femmes désormais capables de présider des séances importantes n’est pas de pure forme. C’est pour Elizabeth Cady Stanton l’occasion de se racheter un peu. Elle avait en effet été très réticente à l’idée qu’Abigail Bush présidât la réunion de Rochester en août 1848. Elle regretta ensuite son attitude, et confia ses regrets dans une lettre du 24 septembre 1848 adressée à Amy Post et reproduite par A. D. Gordon, The Selected Papers…, p. 123-124.

6 Allusion à Lucy Stone, vêtue d’un bloomer, qui enthousiasma l’auditoire selon de nombreux témoignages, dont celui de Frederick Douglass.

7 Sallie Holley (1818-1893), abolitionniste, conférencière, féministe ; elle avait rendu visite à Elizabeth Cady Stanton au printemps 1852.

Notes de fin

1 Source : Ce document fait partie de la collection rassemblée par Rhoda Barney Jenkins. Aimablement transmis par sa fille, Coline Jenkins, l’une des arrière-arrière-petites filles d’Elizabeth Cady Stanton. Le signe & employé dans le texte original est conservé. Le soulignement de certains mots est indiqué par l’italique. En revanche quelques formules abrégées (« wd. » pour « would », « Yr. Frd. » pour « your friend », ou « Phil. » pour Philadelphia) ne peuvent être transposées en français intelligible.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540