Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 9

« Le divorce » : article d’Elizabeth Cady Stanton dans The Lily, avril 18501

Texte intégral

  • 1 Source : A. D. Gordon, The Selected Papers of Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony, 1997, v (...)
  • 1 En 1787, le seul motif de divorce admis par la loi dans l’État de New York avait été l’adultère ; (...)
  • 2 Lois dues à Lycurgue, qui prévoyaient une relative égalité entre les époux et une responsabilité d (...)

1Je vois que notre Assemblée législative est saisie d’un projet de loi qui prévoit quelques nouvelles portes1 par lesquelles peuvent s’échapper les malheureux prisonniers de liens entre époux mal assortis. Entre autres choses, il fait de l’ivrognerie un motif de divorce. Je souhaite que ce projet puisse être adopté. S’il y a du vrai dans le sentiment répandu dans le public s’agissant de la question du divorce, j’ai une trop haute opinion de l’amour que la femme voue d’instinct à ce qui est vrai, bon et beau, pour croire qu’elle accepterait de gaîté de cœur d’être quotidiennement en contact avec un Ivrogne grossier, brutal, et répugnant, et consentirait à être la partenaire de sa détresse et de ses guenilles durant toute une longue et pénible vie. Notre Assemblée, bien loin de dresser des barrières en travers du chemin d’une femme désireuse de quitter un mari alcoolique, devrait passer des lois la forçant à le faire. Comme l’État doit fournir un foyer aux idiots, il a assurément le droit de dire combien il en faudra. Il était à Sparte2 quelques bonnes lois relatives au mariage et aux enfants. Je souhaiterais que le dix-neuvième siècle ait l’humilité de penser que l’on peut tirer du passé des leçons de sagesse. Si les Législateurs considèrent qu’ils ont le droit de réglementer en tout point le mariage, ne feraient-ils pas mieux d’exercer leurs talents de législateurs sur ceux qui n’appartiennent pas au « cercle où le charme domine » ? Qu’ils disent qui, légalement, pourra se marier et qui ne le pourra pas. Au lieu d’obliger une femme, conformément à la loi, à vivre avec un Ivrogne, ils devraient passer des lois interdisant aux Ivrognes de se marier. Si, comme c’est à présent le cas, il est loisible à tous d’entrer librement dans le mariage de manière irréfléchie, tous devraient, tout aussi librement et de manière réfléchie, être autorisés à en sortir.

2S. F.

Notes

1 En 1787, le seul motif de divorce admis par la loi dans l’État de New York avait été l’adultère ; plus tard, la séparation légale pour cruauté ou abandon fut autorisée. Le projet de loi ici évoqué résulta d’une pétition de divers habitants de la ville de New York adressée au Congrès de l’État en janvier 1850. Puis le 13 février 1850, Silas M. Burroughs (1810-1860) qui siégeait à la Chambre des représentants des États-Unis pour l’État de New York, proposa divers amendements à la loi existante, ajoutant quelques motifs nouveaux, dont cinq années d’alcoolisme. Le 1er avril, la proposition de Burroughs avait déjà été rejetée à deux reprises.

2 Lois dues à Lycurgue, qui prévoyaient une relative égalité entre les époux et une responsabilité de l’État envers les enfants.

Notes de fin

1 Source : A. D. Gordon, The Selected Papers of Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony, 1997, vol. I, p. 162-163. Elizabeth Cady Stanton publiait des articles dans Th e Lily depuis novembre 1849, souvent, comme ici, sous le pseudonyme de Sun Flower (Fleur de tournesol, traduction française où la présence du soleil se fait plus discrète).

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540