Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 8

Discours d’Elizabeth Cady Stanton sur les droits de la femme, septembre 18481

Texte intégral

  • 1 Source : Elizabeth Cady Stanton remit le manuscrit de ce discours entouré d’un ruban bleu à ses fil (...)

11 – Mesdames, Messieurs, quand, il y a de cela quelques semaines, on m’a invitée à m’adresser à vous, j’ai proposé à un habitant de ce village d’examiner notre compte rendu de la réunion de Seneca Falls, et de me faire part de ses objections à notre Déclaration, à nos résolutions et au procès-verbal de nos débats, lesquelles constitueraient un texte sur lequel je fonderais mon discours de ce soir – c’est ce que fit ce monsieur, mais son rapport fut si laconique que la difficulté à répliquer fut la même que celle rencontrée pour notre réplique à un sermon récent prêché à Seneca Falls – il n’y avait rien à en tirer.

22 – Si ce monsieur est présent ce soir, et se sent disposé à exprimer l’une quelconque de ses objections à notre mouvement, nous serions très heureuses de lui répondre.

33 – Je devrais me sentir extrêmement intimidée à l’idée d’apparaître devant vous, peu habituée que je suis à prendre la parole en public, si le courage ne me venait d’un sens de mes droits et de mes devoirs – si je n’avais le sentiment que le moment est vraiment arrivé de soumettre au public la question des torts subis par la femme – si je ne croyais pas qu’il incombe à la femme elle-même de s’atteler à cette tâche – car seule la femme peut comprendre dans toute leur profondeur et dans toute leur ampleur son propre avilissement et son malheur. L’homme ne peut parler pour nous – car son éducation le persuade que nous sommes si fondamentalement différentes de lui, qu’il ne peut par lui-même se faire une idée de nos pensées, de nos sentiments et de nos opinions. Les êtres dotés de sens moral ne peuvent juger les autres que d’après eux-mêmes – dès l’instant où ils attribuent une nature différente à l’un quelconque de leurs congénères ils se trompent complètement. Il n’y eut aucun espoir de salut pour l’ivrogne jusqu’au moment où l’on découvrit que son esprit fonctionnait selon les mêmes lois que celui de l’homme sobre. Alors, comme par magie, à force de bonté et d’amour, on le tira de l’abîme du désespoir et il accéda à des sommets de jubilation. Permettez à un homme, ne serait-ce qu’une seule fois, d’arriver à la conclusion qu’une femme ni ne pense ni n’éprouve les mêmes sentiments que lui, et dès lors il pourrait tout aussi bien entreprendre d’évaluer la part d’intelligence et de sensibilité présente chez n’importe quelle créature animale que de juger de celle qui caractérise la nature de la femme. Il ne peut en connaître que peu de choses avec certitude, et cela seulement au prix d’un effort d’observation.

  • 1 Les paragraphes 4 à 6 de ce texte furent publiés en janvier 1850 par Elizabeth Cady Stanton, sous f (...)

44 – Parmi les nombreuses questions importantes portées à l’attention du public, il n’en est aucune qui affecte de manière plus vitale la famille humaine dans sa totalité que celle à laquelle on donne le nom de droits de la Femme1. Toute allusion à la condition d’avilissement et d’infériorité dans laquelle se trouve la femme partout dans le monde, n’a toujours rencontré que mépris et insultes. De la part de l’homme à l’esprit le plus cultivé jusqu’à celle du misérable le plus dégénéré qui titube dans les rues, nous n’entendons que plaisanteries ridicules et grossières, déversées en abondance sur ceux qui osent affirmer que la femme a sa place aux côtés de l’homme – son égale, située là par Dieu pour jouir avec lui des beautés de cette terre, où elle est chez elle tout comme lui – puisque comme lui elle a le sens de ce qui est juste et de ce qui est faux, qu’elle s’en remet au même Être que lui pour la guider et la soutenir. Il y a si longtemps que l’homme exerce sur elle une tyrannie pour lui préjudiciable et contraire au développement de ses facultés à elle, que rares sont ceux qui trouvent le courage d’affronter l’orage, et les chaînes qui la retiennent captive sont si anciennes que quelles qu’en soient les blessures, elle ne sait pas qu’un remède existe.

  • 2 Le texte d’Elizabeth Cady Stanton fait donc de Kerek une personne, sur le même plan que le Musulman (...)
  • 3 Elizabeth Cady Stanton puise ses exemples ici et dans l’ensemble de son discours essentiellement da (...)

55 – La condition sociale, civique et religieuse des femmes à l’heure actuelle est un sujet trop vaste pour pouvoir être contenu dans les limites d’une seule courte conférence. Qu’il me suffise de dire, pour le moment présent, que de quelque côté que nous nous tournions, l’histoire de la femme est triste, et morne, et sombre, sans aucune circonstance atténuante d’où nous puissions tirer quelque réconfort. À mesure que les nations de la terre émergent de la barbarie, progressivement la sphère de la femme s’élargit, mais même là où l’on pense que le soleil de la civilisation brille de tous ses feux, elle n’est en rien conforme aux desseins de Dieu. Dans tous les pays, et sous tous les climats, l’homme s’arroge la responsabilité de dessiner le chemin qu’elle est censée suivre – dans tous les pays il la considère comme un être inférieur qu’il lui appartient de guider et de contrôler. Depuis le Kerek arabe2 dont l’épouse est obligée de voler son mari pour se procurer les denrées de première nécessité – depuis le Musulman qui interdit aux cochons, aux chiens, aux femmes et autres animaux impurs d’entrer dans une mosquée, et n’autorise pas l’idiot, le fou ou les femmes à annoncer l’heure de la prière – depuis l’Allemand qui, avec contentement, fume sa pipe d’écume pendant que son épouse, attelée avec le bœuf, tire la charrue le long de son sillon – depuis le gentilhomme délicieux qui pense qu’un type de conversation moins élevé est celui qui convient aux femmes – jusqu’au législateur qui l’estime incapable de dire quelles lois devraient la gouverner, chez tous c’est le même sentiment qui se manifeste3. Dans tous les pays orientaux, elle n’est rien qu’une esclave achetée et vendue à volonté. Il existe de nombreuses différences d’habitudes, de manières et de coutumes, parmi les nations païennes du vieux monde, mais peu de choses changent quant à l’amélioration du sort de la femme – elle est soit femme de peine de l’homme pour l’accomplissement des durs travaux des champs et des basses besognes de la hutte, de la tente ou de la maison, soit l’idole vers qui tendent ses désirs charnels, simple créature soumise aux constantes variations de ses caprices et de sa volonté. Avec quelque raison elle a pu dire dans le meilleur des cas :

  • 4 Emprunts à Lord Byron, « The Corsair », chants 2 et 3 cités approximativement à la fois par Lydia M (...)

Je suis une esclave, une esclave favorite
Au mieux pour partager son plaisir et paraître bienheureuse,
Quand, lorsqu’il se lasse de ces charmes éphémères et de moi,
Le sac attend, béant, tandis qu’au loin roule la mer,
Quoi ! Suis-je donc un jouet pour l’amusement de vieux birbes
Jusqu’au moment seulement où l’usure en efface les dorures ?4

  • 5 Selon laquelle les femmes étaient exclues de la ligne de succession au trône.

6Dans les pays chrétiens, qui se targuent d’un niveau de civilisation et de raffinement plus avancé, la femme occupe encore une position infiniment inférieure à celle de l’homme. En France la loi salique5 en dit long, bien que l’on affirme que la femme y a toujours exercé une grande influence dans toutes les révolutions politiques. En Angleterre elle semble avoir progressé quelque peu – Là-bas, elle a le droit de monter sur le trône, et on lui permet d’occuper quelques autres fonctions et quelques femmes ont également le droit de voter – Mais aux États-Unis d’Amérique la femme n’a le droit ni d’occuper des fonctions officielles, ni de participer aux élections ; nous ne sommes en ce moment même pas représentées dans ce gouvernement – et nos droits et nos intérêts sont totalement négligés.

  • 6 Cette liste standard de femmes capables se trouve chez Lydia M. Child et chez Sarah Grimké. Voir A. (...)

76 – Examinons maintenant rapidement quelques-unes des objections les plus courantes concernant cette question. Il est une catégorie d’hommes qui croient en leur supériorité naturelle, innée, supériorité de corps et d’esprit, et en leur droit plein et entier, reçu directement du Ciel, de dominer les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les animaux des champs, et, enfin, ce qui n’est pas le moindre, l’être immortel que l’on appelle femme. J’aimerais conseiller à cette catégorie d’hommes de lire attentivement leurs Bibles – d’interroger l’histoire, et de voyager à l’étranger – d’observer de plus près les manifestations de l’esprit dans leur entourage, et de se comparer avec humilité à des femmes comme Catherine de Russie ou Elisabeth d’Angleterre reconnues pour leurs qualités dignes des hommes d’état, à Harriet Martineau et Madame de Staël pour leurs œuvres littéraires, ou Caroline Herschel et Marie Summerville pour leurs recherches scientifiques, ou, pour leur égalité physique, à toute cette nation de femmes célèbres que furent les Amazones6. Nous trouvons rarement cette catégorie de contradicteurs parmi les personnes qui ont reçu une éducation libérale, qui ont eu l’avantage d’observer leur propre espèce en différents pays, sous différents climats et en différentes phases de son évolution, mais tout barbares qu’ils demeurent quand ils nourrissent de telles opinions – et il nous faut les affronter et les vaincre en un combat loyal.

De la supériorité intellectuelle, morale et physique de l’homme

87 – Premièrement, considérons sa supériorité intellectuelle. La question de la supériorité intellectuelle de l’homme ne pourra se poser que lorsque nous aurons eu droit à une mise à l’épreuve équitable. Quand nous aurons eu nos universités, nos carrières, nos emplois depuis un siècle, alors une juste comparaison pourra être établie. Quand la femme, au lieu de payer des impôts pour assurer le financement d’universités dont l’accès lui est interdit, quand au lieu de créer des associations pour l’éducation des jeunes gens elle s’occupera d’abord de sa propre éducation, quand elle sera juste envers elle-même avant d’être généreuse envers les autres – développant ainsi les talents qu’elle a reçus de Dieu et laissant son prochain en faire autant pour lui-même, alors nous entendrons moins parler de cette grandeur dont il se vante. Combien de fois de nos jours voyons-nous de jeunes hommes gaspiller la nourriture intellectuelle à laquelle leurs sœurs aspirent ardemment. Un peu de musique pour lui permettre de passer le temps l’espace d’une heure, un peu de français, quelques bribes de connaissances scientifiques et, dans quelques rares cas un soupçon de d’études classiques, et l’on considère alors qu’une femme est hautement éduquée. Elle quitte ses livres et ses études au moment même où un jeune homme se plonge sérieusement dans les siens – et alors arrivent les soucis et les doutes de sa vie de femme mariée. Sa sphère se limitant à sa maison et à ses enfants, le fardeau étant en général très inégalement partagé, elle ne connaît rien au-delà et quelles que puissent avoir été les aspirations de son esprit à une existence plus noble, quelles que puisse avoir été l’aptitude qu’elle sait posséder à des plaisirs plus exaltants – des plaisirs qui n’entreraient pas en conflit avec les siens, mais leur donneraient plus de lustre – tout cela se trouve enseveli sous le poids des charges qui pèsent sur elle. Les hommes – bénie soit leur innocence – aiment à se représenter comme des êtres de raison – d’intelligence – tandis que les femmes ne sont que créatures du cœur – Il est là une suffisance qui rend celui qui en est animé infiniment heureux et peu disposé à chasser cette illusion, même s’il était en état de le supporter. Mais pour autant qu’on en puisse juger, il en va aujourd’hui pratiquement comme à l’époque lointaine d’Adam. Nul doute que vous vous rappelez tous ce récit qu’on nous a fait. Un homme et une femme furent placés dans un magnifique jardin. Il y avait autour d’eux tout ce qui pouvait contribuer à leur plaisir. Les arbres et les arbustes, les fruits et les fleurs, et les ruisseaux au doux murmure emplissaient leur cœur de joie. Les zéphyrs chargés d’odeurs délicieuses venaient rafraîchir leur front de leur souffle, et les étoiles sereines les regardaient avec les yeux de l’amour.

  • 7 Dans ses Letters on the Equality of the Sexes, Sarah Grimké notait qu’il y avait autant de faibless (...)

98 – Le Malin vit leur bonheur, ce qui le contraria. Il fit de grands efforts afin de voir comment il pourrait le détruire. L’idée lui vint que l’homme pourrait être facilement défait grâce à son affection pour la femme. Mais la femme requerrait plus d’organisation. Elle ne pourrait être atteinte que par le biais de son intelligence. Aussi lui promit-il d’accéder à la connaissance du bien et du mal. Il lui dit que le champ de sa raison devrait s’élargir, il promit de satisfaire son désir de progrès intellectuel, et ainsi il l’emporta et elle mangea. Le Malin avait-il vu juste s’agissant de l’homme ? Ève cueillit une pomme, s’approcha d’Adam, et lui dit : « Cher Adam, goûte cette pomme » – « si tu m’aimes, mange ». Adam ne prit même pas le temps de demander si la pomme était douce ou acide. Il savait qu’il faisait quelque chose de mal, mais son amour pour Ève fut le plus fort, et il mangea. Lequel des deux, je vous le demande, était « la créature du cœur »7 ?

109 – Deuxièmement, considérons maintenant la supériorité morale revendiquée par l’homme pour lui-même. Voyez nos séminaires, nos étudiants en théologie – la longue lignée des descendants de nos Pères apostoliques, et que trouvons-nous là ? Une parfaite rectitude morale dans toutes les relations de la vie, un esprit de totale abnégation, une union parfaite d’opinion et de sentiments parmi ceux qui professent l’adoration d’un Dieu unique, leur vocation consistant à enseigner ses lois à une race déchue ? Loin de là. Ces personnes, qui connaissent toutes si bien la personnalité de Dieu et ses desseins rendus manifestes à travers sa parole et ses actes, sont très divisées entre elles – chaque secte a son Dieu, chaque secte a sa Bible, et il y a autant d’amertume, de jalousie, de haine et de méchanceté entre ces sectes rivales, et voire plus encore, que dans nos partis politiques pendant les périodes de grande agitation. Or les dirigeants de ces sectes sont le clergé dont les membres sont censés avoir consacré presque toute leur vie à l’étude de la Bible, en diverses langues et accompagnée de divers commentaires, tout à la contemplation de l’infini, de l’éternité, et de l’avenir glorieux qui s’ouvre à ceux qui sur terre ont été sauvés. Est-il possible de les distinguer parmi les hommes, grâce à leurs saintes aspirations – à leur vertu, à leur pureté, et à leur chasteté ? Se tiennent-ils à l’écart des souillures de ce monde ? La vie morale et religieuse de cette classe d’hommes est-elle ce que l’on pourrait attendre d’esprits (à ce que l’on dit) perpétuellement fixés sur des thèmes d’une telle grandeur ? En aucune façon. Il ne se passe pas d’année sans que nous entendions parler de quelque acte tristement révoltant perpétré par l’un des membres de cette classe. Si tel est l’état qui caractérise les plus saints d’entre nous, nous n’avons nul besoin de prendre le temps de considérer ces autres classes qui n’exigent pas de nous un tel degré de révérence et de respect. Le manque déplorable de principes parmi nos hommes de loi en général est trop bien connu pour mériter commentaire – les querelles et les médisances incessantes de nos médecins sont proverbiales – Les atteintes honteuses à l’ordre public dans nos bureaux de vote où l’homme, au moment d’accomplir un devoir de citoyen d’une telle importance, devrait sans nul doute raison garder. Les véritables bagarres qui maintenant caractérisent les débats au congrès de notre nation – tous ces faits d’importance sont autant de démentis à la supériorité morale revendiquée par l’homme.

  • 8 Cet argument, employé avec une mauvaise foi flagrante par les hommes visés ici par Elizabeth Cady S (...)

1110 – À mon avis, il est infiniment inférieur à la femme pour ce qui est de toutes les vertus morales, non par nature, mais rendu tel par une éducation viciée. Dans l’exercice de son propre égoïsme, il a grandement amélioré la nature morale de la femme, mais au prix d’un naufrage presque total de la sienne. La femme possède maintenant les nobles vertus qui font les martyrs, et très tôt on lui enseigne l’abnégation et la souffrance8. Mais l’homme n’est pas enfermé dans son propre égoïsme au point de ne pas entrevoir l’étroitesse de son âme, comparée à celle des femmes. Alors, en guise d’excuse pour son propre avilissement, il dit : Dieu, quand il l’a créée, a rendu la femme plus apte à l’abnégation que nous, telle est sa nature, et il lui en coûte moins qu’à nous de renoncer à ses désirs, à sa volonté, voire à sa vie. Nous somme par nature égoïstes, c’est ainsi que Dieu nous a faits. Non ! ne pensez pas un instant que celui qui a créé le ciel et la terre, la planète tout entière en son mouvement tellement à jamais harmonieux et ordonné, que celui qui avec si grande bonté a semé dans toute la nature tant d’objets qui font nos délices, nous enchantent, et nous emplissent d’admiration et de ravissement, que celui qui a créé la force des océans, des montagnes et des cataractes, les oiseaux joyeux aux brillantes couleurs, les fleurs aux charmes délicats, que celui qui a créé l’homme à son image, parfait, noble et pur, épris de justice, de miséricorde et de vérité, ne pensez pas qu’Il ait pu prendre part à la production de ce monstre rampant, obséquieux, vile et égoïste, ce monstre que l’on trouve de nos jours, et qui revendique le nom d’homme. Non ! Les commandements de Dieu s’imposent à l’homme tout comme à la femme, la bonté, la douceur, l’abnégation et l’accomplissement de bonnes œuvres sont un devoir pour lui autant que pour elle, et s’abstenir de scènes de violence est aussi son devoir à lui comme à elle. Tout endroit ou toute situation qui impliquerait que l’on sacrifiât la délicatesse et le raffinement de la nature de la femme ne convient pas à l’homme, car ces vertus devraient être protégées avec autant de soin chez lui que chez elle.

1211 – Les idées fausses qui prédominent quant à la pureté nécessaire à la constitution d’une personnalité parfaite chez la femme et celles requises dans le cas d’un homme ont fait infiniment de mal en ce monde. Nous ne voudrions pas que la femme fût moins pure, mais nous voudrions que l’homme le fût davantage. Nous aimerions que les mêmes règles morales s’appliquent aux deux. Les écarts de conduite qui placent la femme au ban de la société de ceux qui cultivent la vérité et le bien devraient entraîner pour l’homme la même exclusion. Nos préjugés en faveur de l’homme ont été la source fertile de débauche et de désordres, d’ivrognerie, de dérèglement des mœurs et d’immoralité de toute sorte. Ils ont non seulement porté préjudice à la femme en rétrécissant son champ d’action, mais l’homme lui-même en a souffert. Ils ont détruit la noblesse et la douceur qui devraient le caractériser, la beauté et la transparence de son âme – son aversion pour tout ce qui confine à la grossièreté et à la vulgarité, toutes ces qualités supérieures de notre nature qui nous élèvent au-dessus de l’univers terrestre et nous donnent un avant-goût de la beauté, de la félicité et des plaisirs raffinés de l’autre monde.

1312 – Troisièmement, considérons maintenant la supériorité physique revendiquée par l’homme. Il me semble entendre certains d’entre vous me dire : « Vous n’allez tout de même pas prétendre à l’égalité sur ce point ». Mais si, nous ne devons pas céder un pouce, de crainte que vous réclamiez le bras tout entier, nous ne pouvons même pas concéder à l’homme ce petit peu, et il n’a aucun droit de le revendiquer tant que ce droit n’aura pas été pleinement démontré, tant que l’éducation physique du garçon et celle de la fille n’auront pas été égales depuis de longues années. Si vous revendiquez seulement l’avantage de la taille, il se pourrait ma foi qu’au terme du programme d’entraînement physique le plus parfait que l’on puisse imaginer pour la femme, l’homme demeure le plus imposant des deux, bien que nous n’acceptions même pas cette idée. Mais la perfection physique est une grande force quand s’y ajoute l’endurance. Or les plus forts de vos hommes ne sont pas toujours les plus grands, ni les plus larges d’épaules, ni les plus corpulents, mais c’est très souvent l’homme de petite taille, bien bâti, aux muscles fermes, et doté d’une volonté à toute épreuve. La force physique dépend en partie du pouvoir de la volonté. Il n’est pas rare de voir un garçon petit donner une bonne raclée à un grand. Iriez-vous alors jusqu’à dire que le grand et gros garçon qui a reçu les coups était supérieur au garçon petit mais actif qui a eu raison de lui ? Vous ne dites pas que le cheval est supérieur à l’homme – car bien qu’il soit doté d’une musculature plus puissante, il n’empêche que le pouvoir de l’esprit de l’homme en fait son supérieur qui le guide là où bon lui semble.

  • 9 William E. Channing (1780-1842), principal prédicateur unitarien aux États-Unis au début du XIXe si (...)
  • 10 Daniel Lambert (1770-1809), Londonien, pesa jusqu’à 335 kilogrammes et s’exhibait comme curiosité, (...)
  • 11 La phrénologie, pseudo-science inventée par le neurologue Franz J. Gall dans la Vienne impériale du(...)

1413 – On ne peut en aucune façon établir un lien entre la puissance de l’esprit et la taille et la force du corps. Nombre d’hommes à l’esprit d’une force herculéenne ont été petits et faibles dans leur corps. Le distingué et regretté Dr. Channing de Boston était très petit, son apparence comme sa voix étaient faibles, et pourtant il a ébranlé le monde entier par l’éloquence de sa plume. John Quincy Adams était un homme petit et peu musclé, et pourtant nous savons qu’il avait plus de courage que tous les mollassons du Nord, hauts d’un mètre quatre-vingt-dix, et bien proportionnés, qui nous aient jamais représentés au Capitole9. Nous savons que la force mentale dépend bien davantage du tempérament que de la taille de la tête ou de la taille du corps. Je n’ai jamais entendu dire que Daniel Lambert se soit distingué pour l’une quelconque des qualités de son esprit10. Il nous est impossible de dire ce que la femme serait physiquement, si, comme le garçon, la fille avait toute liberté de s’ébattre, de grimper, de nager, de jouer au cerceau ou au ballon. De nos jours, parmi les tribus tartares, les femmes savent maîtriser un cheval, lancer un javelot, chasser des animaux sauvages, et combattre un ennemi tout aussi bien qu’un homme. Les femmes indiennes résistent à la fatigue et portent des fardeaux que quelques-uns de nos jeunes gentilshommes au teint pâle, aux mains douces, et portant la moustache seraient bien incapables de supporter. Les femmes de Croatie et de Valachie effectuent tous les travaux agricoles (et nous savons quelle force physique est requise pour de tels labeurs), en plus de leurs tâches ménagères ; et il n’est pas rare dans nos villes de voir l’immigré allemand, les mains dans les poches, marcher, l’air satisfait, à côté de son épouse, tandis qu’elle ploie sous le poids de quelque énorme ballot ou d’un meuble, – physiquement aussi bien qu’intellectuellement c’est l’entraînement qui engendre croissance et développement. Mais il existe une catégorie de contradicteurs qui disent qu’ils ne revendiquent pas une supériorité, mais ne font qu’affirmer une différence, mais vous découvrirez, en examinant de près leurs arguments, qu’à leurs yeux cette différence s’exerce très nettement en faveur de l’homme. Les Phrénologues11 affirment qu’il y a dans la tête de la femme autant d’organes que dans celle de l’homme, et qu’ils se situent au même emplacement. Ils disent également que ce sont les organes qui sont les plus sollicités qui sont les plus proéminents. Ils ne divisent pas les têtes en fonction du sexe, mais ils appellent masculines les têtes bien faites, et féminines toutes celles dont les formes sont disgracieuses, car lorsque chez une femme la région du crâne qui correspond à l’intelligence est remarquablement développée, ils disent qu’elle a une tête masculine, comme si rien de remarquable ne pouvait être du genre féminin, et quand un homme a une petite tête, peu d’aptitude au raisonnement, et que la région correspondant à l’affectivité est démesurément développée, ils disent qu’il a une tête de femme, attribuant ainsi toute la gloire à la masculinité. […]

  • 12 Faisaient alors partie de la tenue de l’homme à la mode, un foulard serré autour du cou et des pant (...)

1514 – Nous, les femmes de cet État, nous sommes réunies en convention lors de ces derniers mois à Rochester et à Seneca Falls pour débattre de nos droits et des injustices dont nous sommes victimes. Contrairement à ce que certains ont imaginé, nous ne nous sommes pas réunies dans l’unique but d’examiner les détails de la vie sociale, nous n’avons pas proposé d’adresser des pétitions au Congrès visant à rendre nos Maris justes, généreux et courtois, à installer tous les hommes à la tête d’un berceau et à habiller toutes les femmes avec des vêtements d’homme, que non ! Aucun de ces points, aussi importants qu’ils puissent être considérés par des esprits simples, ne fut abordé au cours de la convention. Pour ce qui est de leur costume, les messieurs ne devraient pas craindre que nous les imitions car nous pensons que nous agirions alors en violation de tout principe de beauté et de dignité, et nonobstant tout le mépris et toutes les insultes dont nos vêtements flottants font l’objet, nous en admirons toujours les plis gracieux, et nous considérons que notre costume est une marque de goût, et d’une beauté plus grande que le leur12. Nombre de membres du sexe noble semblent partager notre opinion sur ce point car tous les Évêques, les Prêtres, les Juges, les Avocats, et les Lords-Maires de la première nation du globe, et le Pape de Rome également, quand ils officient dans leurs plus hautes fonctions, tous portent des robes amples et flottantes, reconnaissant ainsi tacitement que le costume masculin ordinaire n’est ni digne ni imposant. Que non ! Nous n’avons pas l’intention de vous importuner au sujet des expériences philosophiques que représentent vos cols cravates, vos pantalons, vos chaussures à talons hauts et votre ceinture à la Russe. Nous vous laissons tout le mérite et toute la gloire de découvrir à partir de votre expérience personnelle combien de temps votre rotule peut résister aux sangles que vous vous imposez – à quel point il faut peu de temps pour que les muscles bien développés de votre cou soient réduits à l’état de simples filaments par la pression constante du col cravate, quelle doit être la hauteur du talon de vos chaussures pour qu’un homme petit devienne grand, et jusqu’à quel point on peut serrer la ceinture russe tout en préservant le souffle nécessaire à votre survie. Notre ambition ne nous inspire ni découverte ni martyre de cette espèce.

1615 – Mais nous nous sommes réunies pour protester contre une forme de gouvernement qui s’exerce sans le consentement des gouvernés, pour proclamer notre droit à être libres autant que l’homme est libre – à être représentées dans le gouvernement que nous soutenons financièrement par nos impôts – pour que les lois scandaleuses qui donnent au mari le droit de châtier et d’envoyer son épouse en prison – de prendre le salaire qu’elle gagne – les biens dont elle hérite, et, en cas de séparation les enfants nés de son amour – des lois qui la rendent dépendante de son seul bon vouloir – c’était pour protester contre des lois iniques comme celles-là, et si possible pour les voir disparaître de nos textes législatifs, car nous considérons qu’elles sont une honte et un scandale permanents pour un peuple soi-disant républicain et chrétien en ce dix-neuvième siècle. Nous nous sommes réunies

  • 13 Emprunt à Tennyson, « The Princess », 2e partie, vers 207-208.

Pour hisser la divinité déchue de la femme
Sur un piédestal aussi haut que celui de l’homme13

  • 14 Daniel Webster (1782-1852), l’un des hommes d’État les plus importants avant la guerre Civile. Élu (...)
  • 15 Martin Van Buren (1782-1862), de New York, huitième Président des États-Unis, de 1837 à 1841, et ca (...)

1716 – Et aussi étrange que cela puisse paraître à beaucoup, en ces lieux et en ces occasions nous avons proclamé notre droit de voter, conformément à la Déclaration du gouvernement sous lequel nous vivons. Ce droit, personne ne prétend le nier. Nul besoin pour nous de prouver que nous sommes les égales de Daniel Webster14 pour jouir de ce privilège, car l’Irlandais le plus ignorant que l’on retrouve dans le caniveau a tous les droits civiques qui sont les siens, et nul besoin pour nous de faire preuve d’une force musculaire égale à ce même Irlandais pour jouir d’un tel privilège, car le plus minuscule, le plus faible, le plus difforme des jeunes imbéciles de vingt et un ans a tous les droits civiques dont jouit l’Irlandais. Nous n’avons aucune objection à un débat sur la question de l’égalité, car nous avons le sentiment que les arguments de poids sont tous en notre faveur, mais nous souhaitons dissocier la question de l’égalité et la question des droits, car prouver l’une ne conditionne pas la véracité de l’autre. Tous les hommes de ce pays ont les mêmes droits, quelles que soient les différences relatives à leur esprit, à leur corps ou aux biens qu’ils possèdent. Ce droit nous appartient. Dès lors se pose la question de savoir comment entrer en possession de ce qui nous appartient légitimement. Nous ne serions pas aussi douloureusement navrées si aucun homme qui n’aurait pas tout à fait l’envergure d’un Webster, d’un Van Buren ou d’un Clay15 ne pouvait revendiquer le droit de voter, mais constater que les droits des ivrognes, des idiots, des voyous qui organisent des courses de chevaux et vendent de l’alcool, et des jeunes gens stupides, sont pleinement reconnus, alors que nous sommes nous-mêmes écartées de tous les droits qui appartiennent aux citoyens – tout cela constitue une atteinte trop grossièrement insultante à la dignité de la femme pour que nous le supportions plus longtemps sans broncher. Ce droit nous appartient, il nous le faut – et nous l’exercerons. De nombreuses femmes se sont déjà engagées, par leur plume, leur voix et leur inébranlable volonté, à combattre pour que ce droit nous soit assuré. Cette grande vérité selon laquelle aucun gouvernement ne peut être formé sans le consentement des gouvernés, nous la martèlerons encore et toujours aux oreilles du juge injuste jusqu’à ce qu’à force d’intervenir nous finissions par le fatiguer.

18[…]

  • 16 Traduction littérale de free soil, allusion au Free Soil Party qui, entre 1848 et 1854 s’opposa à l (...)
  • 17 Allusion aux diverses révolutions de 1848 en Europe. Voir A. Whitridge, Men in Crisis : the Revolut (...)

1918 – Mais que gagneriez-vous à avoir le droit de voter ? L’homme, lui, doit connaître les avantages du vote, car ils semblent tous tenir beaucoup à ce droit. Pensez-vous que si la femme avait voix au chapitre dans ce gouvernement, les lois qui touchent à ses intérêts violeraient à ce point tous les principes de droit et de justice ? Si nous avions le droit de voter, ceux qui occupent des fonctions officielles ou y aspirent ne proposeraient-ils pas quelque changement dans la condition de la femme ? La question des « droits de la femme » ne finirait-elle pas par devenir aussi importante que celle de « la terre libre »16. Mais n’êtes- vous pas déjà suffisamment représentées par vos Pères, vos Maris, vos Frères et vos Fils ? Que vos livres de loi apportent la réponse. Nous en avons assez d’une telle représentation. En aucun domaine on ne prend en considération le bonheur véritable de la femme ; les hommes aiment à l’appeler un ange – afin de lui offrir ce qui, selon eux, est douce nourriture susceptible de satisfaire leur vanité, afin de l’inciter à croire qu’elle est d’une constitution tellement plus raffinée et délicate que la leur, qu’elle n’est pas apte à lutter contre les tempêtes de la vie publique mais a besoin de leur sollicitude et de leur protection. Sollicitude et protection ? Comme celle que le loup témoigne à l’agneau – comme celle de l’aigle pour le lièvre qu’il transporte jusqu’à son aire. Extrêmement rusé, il la prend au piège et lui enlève tous ces droits auxquels il tient plus chèrement encore qu’à la vie elle-même, des droits qui ont reçu le baptême du sang et dont le maintien en ce moment même ébranle jusque dans leurs fondations les royaumes du vieux monde17. L’aspect le plus décourageant, et le plus regrettable de notre cause est l’indifférence, et à vrai dire le mépris des femmes elles-mêmes à l’égard de notre mouvement. Quand le sujet est abordé parmi nos jeunes dames, parmi celles qui prétendent être intelligentes et instruites, il déclenche des moues de dédain et diverses expressions de dégoût et de moquerie. Mais nous espérons de meilleures réactions de leur part dès lors qu’elles seront éclairées sur leur situation présente, et sur les lois qui régissent leur vie – elles cesseront alors de laisser apparaître leur avilissement en se déclarant contentes de leur sort, et leur ignorance en déclarant qu’elles ont tous les droits dont elles ont besoin.

20[…]

  • 18 Genèse, 9, 2. Elizabeth Cady Stanton s’appuie ici sur Sarah Grimké dans ses Letters on the Equality (...)
  • 19 Épître de Paul aux Éphésiens, 5, 22. « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur. » Eli (...)

2121 – Il me semble entendre quelque femme dire : « Nous devons obéir à nos Maris » ! ! Qui dit une telle chose ? Mais voyons, la Bible. Non, vous n’avez pas bien lu votre Bible. Au début de la Bible, au moment de la création de nos parents, Dieu leur donna pour nom Adam et leur conféra autorité sur les poissons de la mer, les oiseaux de l’air et les animaux des champs, mais il ne dit rien quant au devoir d’obéissance entre eux. Après la chute quand Noé sortit de l’arche, il leur tint les mêmes propos18. Le principal soutien que l’homme trouve dans la Bible pour justifier son autorité sur la femme lui vient des injonctions de Paul. Il n’est pas besoin de lui prêter grande attention pour percevoir les limites étroites de ce commandement de saint Paul, même si vous lui accordez tout le poids qu’on lui attribue en général. Femmes, obéissez à vos Maris en le Seigneur19. Or, comme ce commandement s’adresse à moi, je suis bien sûr juge de ce qui est en le Seigneur, et ainsi s’ouvre un vaste champ de possibilités pour échapper à des commandements agaçants. Il ne peut y avoir subordination quand celle à qui le commandement s’adresse a le droit de juger de la nature dudit commandement. L’argument biblique à ce sujet suffirait à lui seul pour fournir la substance de toute une conférence. Je n’essaierai donc pas de le traiter plus avant pour cette fois. Il me suffira de dire que le plus grand de tous les Livres est toujours du côté de la liberté, et nous n’avons pas peur de plaider notre cause à partir de ses principes de justice et d’amour universels.

  • 20 Ici encore Elizabeth Cady Stanton s’inspire de la discussion menée par Sarah Grimké dans ses Letter (...)

2222 – Qu’il me soit permis ici de relever l’une des plus grandes mystifications de notre époque, qui depuis longtemps trouve en la femme un instrument très précieux. Les associations consacrées à l’éducation20. Je trouve monstrueuse et absurde l’idée que la femme avec sa condition actuelle d’avilissement et d’ignorance, puisse pourvoir à l’éducation des jeunes gens – ces êtres d’un ordre qui se situe au-dessus de celui auquel elle appartient – qui prétendent être dotés de pouvoirs supérieurs tant par leur esprit que par leur corps – qui ont accès à toutes les voies du savoir, de la richesse, et de la distinction qui leur sont ouvertes avec libéralité, et s’ils ont ne serait-ce que l’énergie nécessaire pour s’emparer de tous ces avantages – il leur est facile de s’assurer une bonne éducation. Cependant que la femme, pauvre et sans amis, dépourvue de tous ses droits, opprimée de tous côtés, civiquement, religieusement, et socialement est elle-même contrainte de vivre dans l’ignorance – quelle idée que celle d’un tel être humain travaillant jour et nuit avec son aiguille, point après point, (la veuve pauvre en effet verse toujours son obole car on lui apprend à croire que tout ce qu’elle donne pour décorer les églises et leur petite noblesse vêtue de noir est un don qu’elle fait au Seigneur) pour éduquer un gros butor d’homme.

  • 21 Weaker vessel est l’expression utilisée en anglais (vessel, vaisseau au sens biblique désigne une p (...)

2323 – Je pense qu’en l’état actuel des choses un homme qui a l’audace morale d’accepter de recevoir une éducation des mains de la femme, et à un tel prix pour elle, devrait, dès qu’il obtient ses diplômes et tous les honneurs dont il est alors couvert, prendre le premier bateau pour la Turquie et y passer ses jours à s’efforcer sérieusement de faire naître chez les résidentes des Harems le sens de leur humiliation actuelle au lieu, comme il a coutume de le faire, de monter immédiatement en chaire pour nous parler de sa supériorité sur nous « sexe faible », de la prérogative de commander qui est la sienne, et de la nôtre qui est d’obéir – de son devoir de prêcher, et du nôtre qui est de garder le silence21.

24[…]

25Il est quelque chose de douloureusement émouvant dans l’abnégation et la générosité des femmes qui ne peuvent ni lire ni écrire correctement notre propre langue et qui vont çà et là mendier de l’argent pour l’éducation des hommes. La dernière fois qu’on a fait appel à moi en ce sens j’ai dit à cette jeune femme que je l’enverrais à l’école pendant un an si elle voulait y aller, mais que jamais je ne donnerais le moindre sou vaillant pour une association consacrée à l’éducation, et j’espère que toute femme chrétienne qui a le moindre respect pour son sexe prendra la même résolution. Nous travaillons pour l’homme depuis assez longtemps, au prix d’une abnégation injuste et injustifiable, et cependant il ne fait montre d’aucune gratitude, mais a jusqu’ici invariablement traité ses bienfaitrices avec dédain, moquerie et mépris. Mais, disent-ils, vous n’avez pas besoin d’éducation au même titre que nous. Nous nous attendons à briller dans le vaste monde, et notre éducation est notre moyen d’existence. Je vous le demande, quel est le but de toute éducation ? Ce n’est que dans la mesure où, à leur juste valeur, les facultés que Dieu nous a données peuvent se développer harmonieusement que nous trouvons notre plus grand bonheur, et une femme n’a-t-elle pas un droit au bonheur à l’égal de celui de l’homme maintenant comme après, et ne devrait-elle pas avoir les mêmes possibilités que lui de gagner honnêtement sa vie ici-bas ?

  • 22 Cette traduction reprend à son compte le terme Burn proposé avec prudence dans le texte établi par (...)

2624 – Une fréquente objection à ce mouvement est que si les principes de liberté et d’égalité que nous préconisons étaient mis en pratique, toute l’harmonie du cercle domestique s’en trouverait détruite. Alors laissez-moi poser la question de savoir combien de foyers harmonieux nous avons à l’heure actuelle ? Prenez l’exemple de n’importe quel village que vous connaissez et d’un côté vous trouverez la douce épouse au regard triste, complètement soumise, qui ne connaît aucune liberté d’action ni de pensée – qui passe ses jours dans la morne routine des tâches domestiques et la moitié de ses nuits peut-être à réparer des vêtements en lambeaux, et l’autre moitié en un sommeil souvent perturbé par des enfants malades ou agités – Elle ne connaît rien du vaste monde à l’extérieur – elle n’a pas le temps de lire et son Mari éprouve plus de plaisir à discuter politique avec des hommes dans les épiceries, les tavernes ou les gares qu’à lire ou raconter les nouvelles à sa femme pendant qu’elle est assise à lui repriser ses bas et ses chemises au cours de maintes soirées de solitude. Égoïste qu’il est, il ne pense pas non plus qu’il ait envers cette âme qui s’étiole le moindre devoir au-delà de celui qui consiste à lui fournir un toit au-dessus de la tête, de la nourriture pour la maintenir en vie, des vêtements pour qu’elle s’habille, et beaucoup de bois à [brûler ?].22

27[…]

2826 – […] Les seuls foyers heureux qu’il nous soit donné de voir actuellement sont ceux dans lesquels le Mari et l’épouse assurent à part égale conseils et décisions. Il ne peut y avoir aucune véritable dignité, ni aucune indépendance là où il y a assujettissement, ni aucun bonheur sans liberté.

  • 23 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, notes 41-47, p. 119-120, pour les références aux ouvrages (...)
  • 24 Zénobie devint reine de Palmyre (appelée « Cité des palmiers ») en Syrie, à la mort de son mari, et (...)

2927 – N’est-il pas étrange que l’homme soit si lent à admettre la force de l’intelligence et l’héroïsme moral de la femme ? Comment peut-il, au vu de l’histoire dont les pages sont étalées devant lui douter encore qu’elle lui soit identique ? Qu’il y ait eu comparativement une proportion plus importante de bonnes reines que de bons rois est un fait affirmé par plusieurs historiens23. « Zénobie, la célèbre reine d’Orient, n’est surpassée par aucun des rois dont l’Histoire fait mention, pour son talent, son courage, et son audacieuse ambition. Voici ce qu’écrit l’Empereur Aurélien, pendant qu’il assiégeait sa belle “Cité des Palmiers” : Le peuple romain parle avec mépris de la guerre que je mène contre une femme. Ils n’ont aucune idée du tempérament et de la puissance de Zénobie »24. Elle possédait des capacités intellectuelles tout à fait inhabituelles à cette époque, d’une grande générosité comme mécène de la littérature et de la science. Aucun souverain de son époque n’est dépeint comme étant capable d’aussi nobles visées.

  • 25 Margaret Ire (1353-1412).
  • 26 Isabella (1451-1504), reine de Castille à partir de 1474. Elle épousa Ferdinand II d’Aragon en 1469 (...)
  • 27 Rappel du rôle joué par les femmes pendant la lutte des colonies américaines pour leur indépendance (...)

3028 – Marguerite, Reine du Danemark, de Norvège et de Suède, appelée à juste titre Sémiramis du Nord, grâce à la vigueur de son talent, à sa fermeté et à sa prévoyance, s’éleva à un niveau de puissance et de grandeur alors inégalé en Europe25. Aucun monarque n’a jamais pu rivaliser avec Isabelle d’Espagne par son courage, sa sagacité, sa sagesse politique et son sens de l’honneur empreint de fierté26. Et pourtant à ces caractéristiques étaient associées la plus pure modestie et une tendresse féminine des plus chaleureuses. Ferdinand son mari lui était inférieur d’esprit, de cœur et de noblesse de caractère ; mais comme épouse et comme mère il semble qu’elle ait été un modèle plus parfait encore que comme reine. […] L’Autriche n’a jamais produit de souverain plus sage et meilleur que Marie-Thérèse, et les nobles de sa cour lui rendirent un hommage involontaire quand, unanimes, ils s’écrièrent : « Nous sommes prêts à mourir pour notre Roi Marie-Thérèse ». Elle était elle aussi la plus aimante des épouses et la plus dévouée des mères. En Angleterre, il n’était pas rare d’entendre les gens parler du Roi Elizabeth et de la Reine Jacques. Catherine de Russie supporte honorablement la comparaison avec Pierre le Grand. Les annales de l’Afrique ne fournissent aucun exemple de monarque d’une intelligence aussi courageuse, et d’un cœur aussi fier que Zingra, la reine d’Angola. Blanche de Castille fit preuve de grandes aptitudes dans l’administration du gouvernement de la France pendant la minorité de son fils, et semblable éloge est mérité par Caroline d’Angleterre pendant l’absence de son Mari. Que la femme n’a-t-elle pas fait et que n’a-t-elle pas subi pendant notre lutte révolutionnaire27. Dans toutes les grandes difficultés rencontrées par notre nation, toujours son cœur a battu du bon côté.

31[…]

  • 28 De nombreux livres relataient les exploits de Jeanne d’Arc (1412 ?-1431) et l’aide qu’elle apporta (...)

3231 – Le sentiment d’aversion que nous entendons si souvent s’exprimer à l’idée de voir la femme dans des lieux exposés au public ou dans des postes de confiance n’est que le résultat de nos coutumes – très semblable à ce préjugé contre les gens de couleur dont on a démontré qu’il est en vérité tellement américain. Qui d’entre vous, homme ou femme, a éprouvé un sentiment de désapprobation ou de dégoût en lisant l’histoire de Jeanne d’Arc ? Tous nos cœurs se rallient à la sympathie que suscite l’extraordinaire réussite de cette jeune fille28. Son histoire nous dit que lorsque tout pouvoir humain s’avéra inefficace, les Français cessèrent de traiter par le mépris l’aide surnaturelle de la Demoiselle de Domrémy. La dernière place forte du Dauphin Charles était assiégée, les Français découragés étaient sur le point de l’abandonner quand l’arrivée de cette simple jeune fille paralysa les Anglais et inspira aux partisans de Charles un courage extrême. Son succès fut de nature philosophique, en harmonie avec les lois de l’esprit. Elle avait pleinement foi en elle-même et elle inspira la même confiance à tous ceux qui la voyaient. Sachons cultiver en nous la même foi, le même enthousiasme, et nous aussi nous marquerons l’esprit de ceux qui nous voient et nous entendent de la même confiance que celle que nous avons en notre ultime succès.

33[…]

  • 29 Voir Joël, 2, 28.
  • 30 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, p. 115, où elle signale le caractère illisible de certains (...)

3433 – Maintenant il est temps, grand temps maintenant, pour les femmes de ce pays de boucler l’armure la plus apte à résister aux armes de l’ennemi, à savoir le ridicule et la sainte horreur. Des « voix » l’ont visitée et ont prodigué leurs conseils à Jeanne d’Arc, des « voix » nous sont parvenues, souvent depuis les profondeurs du chagrin, de l’humiliation et du désespoir – trop longtemps on ne leur a prêté aucune attention. La même passion religieuse qui lui donna le courage d’accomplir ce qu’elle considérait comme sa tâche nous donne maintenant le courage d’accomplir la nôtre. Sa tâche reposait sur des prophéties, la nôtre de même manière est l’accomplissement de ce qui a été depuis longtemps prédit. Quand viendront des jours meilleurs, vos fils et vos filles prophétiseront eux aussi29. Son combat et son triomphe furent d’égale brièveté, notre combat sera rude et long, mais notre triomphe sera complet et pour toujours. Nous ne nous attendons pas à ce que notre chemin soit jonché des fleurs de la grâce populaire – à ce que notre bannière que nous avons fait claquer au vent flotte grâce au souffle de l’approbation populaire, non nous savons que c’est sur les orties des préjugés et du fanatisme que nous devrons cheminer, que notre bannière subira les coups des nuages sombres et menaçants de l’opposition de ceux qui se sont retranchés derrière les remparts du pouvoir, de la force, et qui ont affermi leur position de maintes façons, sacrées et profanes, mais nous sommes inébranlables dans l’attente du résultat. Sans faiblir nous la maintiendrons très haut – impavides nous la déploierons face au vent de tempête – nous savons que l’orage ne peut en arracher le moindre lambeau, que l’éclair ne fera que rendre visibles à nos yeux les mots glorieux qui s’y trouvent inscrits : « Égalité de droits », et les roulements du tonnerre seront douce musique à nos oreilles, et nous parleront de la lumière de l’atmosphère plus pure et plus claire30.

Notes

1 Les paragraphes 4 à 6 de ce texte furent publiés en janvier 1850 par Elizabeth Cady Stanton, sous forme d’un article intitulé « Femme » dans The Lily. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 2, p. 117.

2 Le texte d’Elizabeth Cady Stanton fait donc de Kerek une personne, sur le même plan que le Musulman ou l’Allemand de la suite du texte. Il s’agit peut-être d’une confusion de sa part entre un lieu et ses habitants. Kerek en effet renvoie à Pétra, région évoquée dans un extrait de John L. Burckhardt, Travels in Syria and the Holy Land, « Description of a journey from Damascus through the mountains of Arabia Petraea and the desert El Ty, to Cairo, in the summer of 1812 », Londres, J. Murray, 1822. Il faudrait donc peut-être, pour corriger cette possible erreur, parler plutôt de « l’habitant arabe de la région de Kerek (Pétra) », ou, plus brièvement, de « l’Arabe de Kerek ».

3 Elizabeth Cady Stanton puise ses exemples ici et dans l’ensemble de son discours essentiellement dans l’ouvrage de Lydia M. Child publié en 1835 : History of the Condition of Women, in Various Ages and Nations (en particulier pour le Kerek et le Musulman, son volume sur l’Asie et l’Afrique, vol. I, p. 41-68) ainsi que dans les Letters on the Equality of the Sexes (Lettres sur l’égalité des sexes) de Sarah Grimké (1838). On trouve chez cette dernière l’image du couple allemand, appliquée également à d’autres nationalités. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 3, p. 117.

4 Emprunts à Lord Byron, « The Corsair », chants 2 et 3 cités approximativement à la fois par Lydia M. Child et Elizabeth Cady Stanton. Le sac fait allusion à l’éviction du harem d’une femme devenue indésirable ; elle était alors enfermée dans un sac et jetée dans le Bosphore. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 4, p. 117.

5 Selon laquelle les femmes étaient exclues de la ligne de succession au trône.

6 Cette liste standard de femmes capables se trouve chez Lydia M. Child et chez Sarah Grimké. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 8, p. 117. Madame de Staël (1766-1817), femme de lettres, était à la tête d’un salon politique et intellectuel, et dut s’exiler pendant le règne de Napoléon. Caroline Herschel (1750-1848) et Marie Fairfax Somerville (1780-1872), astronomes, furent honorées pour leurs découvertes par la Société royale d’astronomie. Il convient de remarquer que Stanton déforme le nom de Somerville, devenue Summerville dans le texte de son discours. Harriet Martineau (1802-1876), écrivaine britannique et abolitionniste, visita les États-Unis entre 1834 et 1836 et subit l’influence des sœurs Grimké dans leur défense des droits de la femme. Les Amazones, tribu de femmes guerrières de l’Antiquité qui se battirent contre les Grecs, étaient un exemple très populaire de femmes à la force physique exceptionnelle. Les reines citées en exemple sont Catherine de Russie (1729-1796) et Elizabeth Ire (1533-1603).

7 Dans ses Letters on the Equality of the Sexes, Sarah Grimké notait qu’il y avait autant de faiblesse chez Adam que chez Ève. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 12, p. 118. Mais dès 1750, dans son article « Sur l’égalité des sexes », Judith Sargent Murray avait présenté une version du péché originel tout à fait semblable à celle d’Elizabeth Cady Stanton, attribuant le péché d’Ève à sa soif de connaissance, alors qu’Adam n’avait fait que céder sans courage à son affection pour une femme. Voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 17.

8 Cet argument, employé avec une mauvaise foi flagrante par les hommes visés ici par Elizabeth Cady Stanton, se retrouvera bien plus tard, en 1969, dans les remarques que Kate Millett consacrera aux premières féministes dans Sexual Politics. Elle parlera de service ethics (éthique du service) comme partie intégrante de l’endoctrinement des femmes. Voir K. Millett, Sexual Politics, Londres, Virago Press, 1993, p. 80. La première édition française de l’ouvrage parut en 1971 (Paris, Stock) dans une traduction d’Élisabeth Gille.

9 William E. Channing (1780-1842), principal prédicateur unitarien aux États-Unis au début du XIXe siècle, et âpre critique de la société américaine. John Q. Adams (1767-1848), fils de John Adams, fut le sixième président des États-Unis, de 1825 à 1829, puis membre de la Chambre des représentants pour l’une des circonscriptions du Massachusetts de 1830 jusqu’à sa mort. Il s’opposa avec vigueur à l’extension de l’esclavage et à la règle votée par les représentants du Sud en 1836, qui interdisait l’examen par le Congrès des pétitions contre l’esclavage (gag rule, gag désignant un bâillon). On traitait de doughfaces (mollassons ou dégonflés) les membres du Congrès qui, bien qu’habitants d’un État du Nord, votaient avec le Sud pour le maintien de l’esclavage.

10 Daniel Lambert (1770-1809), Londonien, pesa jusqu’à 335 kilogrammes et s’exhibait comme curiosité, et figure parmi les personnages de Nicholas Nickleby (1839) de Charles Dickens.

11 La phrénologie, pseudo-science inventée par le neurologue Franz J. Gall dans la Vienne impériale du XVIIIe siècle, connut un grand engouement aux États-Unis au milieu du XIXe siècle. Science des crânes, elle avait pour objectif d’expliquer le caractère d’un individu par les protubérances de sa boîte crânienne.

12 Faisaient alors partie de la tenue de l’homme à la mode, un foulard serré autour du cou et des pantalons attachés sous la plante du pied pour en assurer un meilleur tombé. A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 21, p. 118.

13 Emprunt à Tennyson, « The Princess », 2e partie, vers 207-208.

14 Daniel Webster (1782-1852), l’un des hommes d’État les plus importants avant la guerre Civile. Élu à la Chambre des représentants en 1823, puis au Sénat des États-Unis (où il représentait le Massachusetts) en 1827, il y brilla notamment grâce à des qualités d’orateur exceptionnelles.

15 Martin Van Buren (1782-1862), de New York, huitième Président des États-Unis, de 1837 à 1841, et candidat du Free Soil Party à l’élection présidentielle de 1848. Henry Clay (1777-1852), tour à tour sénateur, président de la Chambre des représentants, ministre des Affaires étrangères, et candidat whig à l’élection présidentielle de 1848. L’un des hommes politiques les plus influents de son époque.

16 Traduction littérale de free soil, allusion au Free Soil Party qui, entre 1848 et 1854 s’opposa à l’extension de l’esclavage dans les territoires de l’Ouest.

17 Allusion aux diverses révolutions de 1848 en Europe. Voir A. Whitridge, Men in Crisis : the Revolutions of 1848.

18 Genèse, 9, 2. Elizabeth Cady Stanton s’appuie ici sur Sarah Grimké dans ses Letters on the Equality of the Sexes. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 34, p. 119.

19 Épître de Paul aux Éphésiens, 5, 22. « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur. » Elizabeth Cady Stanton adapte ce texte à son propos.

20 Ici encore Elizabeth Cady Stanton s’inspire de la discussion menée par Sarah Grimké dans ses Letters on the Equality of the Sexes. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 36, p. 119.

21 Weaker vessel est l’expression utilisée en anglais (vessel, vaisseau au sens biblique désigne une personne dépositaire de certaines qualités. Ici on pourrait parler de « la personne dépositaire d’une moindre force »). Voir Ire Épître de Pierre, 3, 7. L’allusion aux harems de Turquie fait l’objet d’un développement dans le paragraphe 19 (non retenu) de ce discours qui paraphrase en grande partie Harriet Martineau dans Eastern Life, Present and Past (Londres, Edward Moxon, 1848, vol. II, p. 164) qu’elle venait de publier après un voyage en Orient. L’ouvrage fut publié la même année par Lea et Blanchard à Philadelphie.

22 Cette traduction reprend à son compte le terme Burn proposé avec prudence dans le texte établi par Ann Gordon à partir d’un manuscrit incertain en cet endroit. Il semblerait tout aussi plausible, pour l’équilibre de la phrase et son sens global, de terminer par « pour qu’elle se chauffe » ou « pour qu’elle ait chaud ».

23 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, notes 41-47, p. 119-120, pour les références aux ouvrages historiques sur lesquels Elizabeth Cady Stanton s’appuie dans ce paragraphe. Sa méthode, et son propos, évoquent inévitablement maints développements ultérieurs de Mary Beard dans Woman as Force in History. A Study in Traditions and Realities. L’anglais ne permet guère de prendre ici la liberté de déterminer le genre grammatical des « historiens » auxquels Stanton fait allusion. D’où cette concession à la tradition selon laquelle le masculin englobe hommes et femmes, usage induit par la grammaire française et par l’air du temps qui entoure le discours d’Elizabeth Cady Stanton.

24 Zénobie devint reine de Palmyre (appelée « Cité des palmiers ») en Syrie, à la mort de son mari, et conquit l’Égypte, mais elle fut vaincue et capturée par l’empereur Aurélien en 272.

25 Margaret Ire (1353-1412).

26 Isabella (1451-1504), reine de Castille à partir de 1474. Elle épousa Ferdinand II d’Aragon en 1469, et régna dès lors avec lui.

27 Rappel du rôle joué par les femmes pendant la lutte des colonies américaines pour leur indépendance. Les Filles de la liberté sont par exemple moins souvent évoquées que leurs homologues masculins.

28 De nombreux livres relataient les exploits de Jeanne d’Arc (1412 ?-1431) et l’aide qu’elle apporta au futur roi Charles VII tenu à l’écart du trône de France par les armées anglaises. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 53, p. 121, pour les sources sur lesquelles s’appuie Elizabeth Cady Stanton.

29 Voir Joël, 2, 28.

30 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, p. 115, où elle signale le caractère illisible de certains mots du manuscrit dans la fin de ce paragraphe. Délibérément je ne traduis pas le suivant et dernier paragraphe du texte de ce discours pour lequel les incertitudes sont trop nombreuses.

Notes de fin

1 Source : Elizabeth Cady Stanton remit le manuscrit de ce discours entouré d’un ruban bleu à ses filles Margaret et Harriot. Dans une lettre d’accompagnement, elle s’y réfère comme à « mon premier discours », et ajoute : « Je l’ai prononcé à plusieurs reprises après la première convention sur les droits de la femme. Il contient tout ce que je savais à l’époque […]. Je fais don de ce manuscrit à mes très chères filles dans l’espoir qu’elles achèveront la tâche que j’ai commencée ». Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 214. Entre 1848 et 1850 elle l’utilisa pour l’élaboration d’articles plus courts. Pour les détails précis relatifs à ce texte, parfois considéré à tort comme un discours prononcé lors de la Convention de Seneca Falls, voir les mises au point de A. D. Gordon , The Selected Papers Papers of Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony , p. 94-95 et p. 117-123. Pour le texte lui-même, voir p. 95-116, dans la présentation utilisée ici. On peut se reporter également à la publication en ligne assurée du projet mené par l’université Rutgers (N.J.), projet conduit par Patricia G. Holland et Ann D. Gordon (http://ecssba.rutgers.edu/docs/ecswoman). Voir aussi J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, note 19, p. 276.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540