Version classiqueVersion mobile

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 7

Elizabeth Cady Stanton et Elizabeth W. McClintock à la rédaction du Seneca County Courier1

Texte intégral

  • 1 Source : Lettre rédigée en réaction au sermon du révérend Bogue, pasteur presbytérien, le dimanche (...)
  • 1 Les mots ou expressions en italiques dans cette traduction le sont dans le texte original utilisé.

1Messieurs les Rédacteurs : si les colonnes de votre journal sont ouvertes aux femmes du comté de Seneca, nous jetons le gant à quiconque voudra bien nous affronter, en un débat loyal, sur la grande question des Droits de la Femme. Vous pouvez nous en croire, ce sera d’ici peu la1 question du jour. Toutes les autres réformes, aussi importantes qu’elles puissent être, ne peuvent affecter les intérêts de l’humanité aussi profondément que celle-ci. Qu’elle soit donc abordée avec loyauté et impartialité. Le ridicule n’a pas de prise sur ceux qui se sentent sérieusement blessés ; l’argumentation lui est bien préférable.

  • 2 Elizabeth Cady Stanton se réfère ici à l’Évangile selon Matthieu, 5, 38-39, qui dénonce en ces ter (...)
  • 3 Le traité de Guadalupe Hidalgo mit fin à cette guerre en février 1848. Le Mexique céda alors le Te (...)
  • 4 Utilisation par les auteures de l’Épître de Paul aux Galates, 3, 28.

2Nous avons eu récemment le plaisir d’entendre un sermon sur ce sujet, et c’est avec une sincère gratitude que nous constatons qu’en chaire, enfin, on attire l’attention du public sur cette importante question. Au cours de ce sermon, l’argument biblique a été effleuré. Nous espérons cependant qu’il pourrait être traité de manière plus complète ; car la Bible est la grande Charte des droits de l’homme, quand on l’aborde selon sa véritable signification spirituelle ; et pourtant ses grandes immortelles vérités, génératrices de vie, peuvent être perverties par l’étroitesse d’esprit, le fanatisme, le sectarisme de ceux qui l’enseignent de manière à encourager toutes sortes d’oppression, à dévaloriser et à écraser l’humanité elle-même. Nulle réforme n’a jamais été engagée sans que la Bible, faussement interprétée, ne s’y soit opposée. Il a été prouvé que la consommation de vin est une bonne chose selon la Bible. Il a été prouvé que l’esclavage est une institution établie par la Bible. Il a été prouvé que la guerre, avec son long cortège d’horreurs et d’abominations, est une bonne chose selon la Bible. La peine de mort fait partie des enseignements de la Bible. C’est pourquoi, nous semblet-il, il est grand temps que ce livre tellement malmené soit remis entre d’autres mains. Que les gens cessent de faire confiance à leurs guides aveugles, mais lisent et raisonnent par eux-mêmes – dussent-ils même de ce fait s’attirer l’insulte qui s’attache au qualificatif d’« infidèle », terme dont aucun autre dans notre langue n’est à ce point mal compris et mal employé. Nous retournons l’accusation d’infidélité contre les dévots du temps présent, car bien qu’ils affirment leur croyance en la Divinité du Christ, ils renient, en théorie comme en pratique, ses commandements divins. Ne les voit-on pas se rallier et accorder leur soutien à tous les grands péchés de cette nation coupable ? Qu’ont-ils à dire sur la règle d’or et cette injonction : « Ne résiste pas au méchant »2. Eh bien les chrétiens autoproclamés de notre époque ont combattu dans ses rangs et soutenu la guerre du Mexique3, injuste et cruelle, et depuis longtemps ils tiennent des hommes, des femmes et des enfants en esclavage. Maintes fois, lorsque l’on est à court d’arguments décisifs sur tel ou tel sujet, on crie à l’« infidélité » pour provoquer dans le public des préjugés hostiles. Dans le sermon auquel nous nous référons, l’orateur a tenté de renforcer encore les entraves qui lient l’esprit de la femme, et l’un des ses procédés les plus efficaces, ou celui qu’il sembla considérer comme le plus efficace à en juger par ses nombreuses répétitions, était cette accusation d’infidélité ; comme si le moindre égard pour les droits d’une quelconque partie des enfants de Dieu pouvait justifier une telle épithète ; comme si la croyance et le désir d’agir en accord avec la vérité selon laquelle il n’y a « ni Juif, ni Grec, ni homme ni femme, ni esclave ni personne libre, mais que tous sont un en Jésus-Christ »4 pouvait être ainsi qualifiée ; comme si la conviction que la femme possède une conscience active et claire qui s’avère être pour elle un guide aussi compétent que celle de l’homme, pouvait être appelée infidélité. Appliquons plutôt ce terme à celui qui, en totale contradiction avec l’esprit du christianisme, s’efforce, à travers des passages isolés des Écritures, de détruire la conscience et le sens de la responsabilité morale de la moitié des habitants de cette terre ; de leur présenter comme un devoir de manifester leur respect et d’obéir à l’homme, plutôt qu’à cet Être divin qui exige vénération et obéissance de la part de ses fils et de ses filles. Il est temps que cette accusation retrouve sa juste place, et s’adresse à ceux qui sont infidèles à la vérité. […]

  • 5 Référence au texte de la Déclaration d’indépendance de 1776 : «[…] governments are instituted amon (...)

3La noble vérité énoncée par nos Pères révolutionnaires selon laquelle « nul gouvernement ne peut être créé sans le consentement des gouvernés »5 fait bien sûr référence aux gouvernements humains. Nous ne pouvons en aucune manière contrôler le gouvernement de Dieu, et quand bien même nous le pourrions nous ne le voudrions, car pour autant que nous comprenions Ses lois, elles sont en parfaite harmonie avec la nature de celui qu’elles visent à contrôler. Ses lois, gravées dans le cœur de l’homme, rendues manifestes partout dans la nature, et écrites dans sa parole révélée, ne font que résonner des mêmes grandes vérités.

  • 6 Référence à l’Épître de Paul aux Romains, 13, 1.
  • 7 Voir Ire Épître de Pierre, 2, 17. La reine est bien sûr un ajout des auteures au texte apostolique
  • 8 Passage inspiré de l’Évangile selon Matthieu, 23, 23, adresse aux « scribes et pharisiens hypocrit (...)

4L’orateur affirma en gros que les coutumes et le gouvernement d’aujourd’hui ont été établis par Dieu. Chaque nation l’a de même prétendu tout au long du passé. A-t-on jamais vu un peuple prêt à croire qu’il n’avait ni les faveurs ni l’approbation de Dieu ? Les Juifs malfaisants firent de Dieu l’auteur de leurs guerres et de leurs atrocités. Ils se réclamaient de Sa direction exclusive. « Ainsi parla le Seigneur » ne fut pas utilisé plus à tort alors que maintenant, dans le but de lier par de lourds fardeaux et d’accabler d’ordres affligeants, en Son nom, les êtres innocents et crédules. Nul doute que les Pères spirituels se lèvent aujourd’hui même dans la vénérable Angleterre pour déclarer que « les puissants de ce monde tiennent leur autorité de Dieu »6. Honorez le Roi (ou la Reine)7, disent-ils, mais nous, qui « sommes en avance sur la Bible », nous nous sommes rebellés contre le Roi ; nous avons foulé aux pieds sa couronne, rejeté ses lois, et déclaré que tous les hommes sont libres et égaux. Était-ce là trahir Dieu et l’homme ? Était-ce là « réduire la Bible à néant et la piétiner » ? Était-ce là « flagrante infidélité » ? Certainement, si ces passages de l’Écriture sainte, « Les puissants de ce monde tiennent leur autorité de Dieu », et « Honorez le roi », sont à prendre littéralement. Mais tout le monde peut voir l’absurdité de cette position. Oublions la lettre de la Bible et saisissons le sens véritable, spirituel, qui imprègne chacune de ses pages. Il apparaît clairement, à tout esprit capable de penser, qu’il n’est sur cette terre aucun gouvernement qui soit établi par Dieu. Le nôtre est certainement meilleur que tout autre, et cependant, pensez-vous qu’avec notre esclavage et notre guerre, nos bagarres politiciennes, la situation lamentable de notre Église, dont les prêtres prélèvent une dîme sur la menthe, l’anis et le cumin et négligent les questions plus importantes du droit, de la justice, de la miséricorde et de la verité8, pensez-vous, dis-je, que le Dieu d’amour sourie avec complaisance et approbation à la vue de notre expérience républicaine ? En vérité je vous le dis : non !

  • 9 Ire Épître de Pierre, 3, 1.
  • 10 Léopold Ier (1790-1865), premier roi des Belges, accéda au trône en 1831. Voir A. D. Gordon, The S (...)
  • 11 Traduction de « Teachers » et non de « Masters ».
  • 12 Voir la Ire Épître de Paul aux Corinthiens, 7, 6.
  • 13 Allusion à Osceola, chef Séminole quand commencèrent les guerres tribales contre les États-Unis. I (...)

5Avant de pouvoir vous incliner avec respect devant l’homme ou son gouvernement, il vous faut d’abord prouver qu’ils sont l’un et l’autre divins. « Épouses obéissez à vos maris »9. Nous considérons que cette injonction est du même ordre qu’« Honorez votre roi ». Que celles qui se sentent liées par de tels commandements épousent des hommes pleins de sagesse et les emmènent de toute urgence en Belgique, étant donné qu’il s’agit là de l’un des rares coins du vert royaume de Dieu sur cette terre où l’espèce d’homme appelée Roi a le droit de respirer10. La plus grande nation au monde en ce moment même est gouvernée par une femme, et nous pourrions parcourir de long en large tous les territoires de son empire sans qu’aucun prêtre ne vous dise que c’est péché pour une femme de gouverner, et de régner sur un peuple aussi puissant, de proroger le Parlement, de passer en personne ses armées en revue, et de considérer son propre mari comme l’un de ses sujets. Pour notre part, nous croyons que personne n’est digne qu’on l’appelle maître, à l’exception de Dieu lui-même, et c’est pour lui seulement que nous tiendrons bon ou que nous sombrerons. Christ, le plus grand des Maîtres11, dont le caractère divin brilla de tout son éclat quand il était sur terre, ne dit rien qui puisse avilir ou dénigrer la femme. Ses commandements sont les mêmes pour l’homme et pour la femme. Il fit abstraction du formalisme, des traditions et des coutumes pitoyables des Juifs ; mais il n’en va pas de même chez tous les rédacteurs des Épîtres. Nous ne devons pas rendre Dieu responsable de tout ce qu’ils ont dit. Paul lui-même reconnut que sa parole avait valeur tantôt d’autorisation, tantôt d’obligation12. Il est une idée qui semblait peser lourd dans l’esprit de l’orateur. Il craignait que si l’on accordait à la femme tous les droits et privilèges des citoyens, elle pourrait être appelée sous les drapeaux et enrôlée comme simple soldat. Vaine crainte ! Quoi ? La femme, adepte du doux et de l’humble Jésus, lui qui commande à ses disciples de ne pas « résister aux méchants », verserait le sang de son frère, plongerait son arme meurtrière dans le cœur du chef Séminole13 ou du pauvre Mexicain épuisé, harcelé ? Oh que non, ce n’est pas ainsi qu’elle entend l’enseignement du Christ. Sa conscience à elle, l’homme ne l’a pas encore totalement pervertie. Elle sait que la guerre est un péché. Pourquoi alors la loi ne l’exempterait-elle pas de ce crime sanguinaire au même titre que tous les membres de la secte des quakers, et que les membres du clergé également, car elle, tout comme eux, est « sujette à maintes faiblesses et infirmités ». La loi n’oblige pas à combattre quiconque considère que c’est là un péché, et qui, parmi ceux qui croient au caractère divin des commandements du Christ, peut préconiser la guerre ?

  • 14 Genèse, 20, 2-13. Abraham força Sarah à se faire passer pour sa sœur, afin qu’Abimélee, roi de Gué (...)
  • 15 Ire Épître de Paul aux Corinthiens, 14, 34.
  • 16 Miriam et Déborah sont des prophétesses mentionnées dans l’Ancien Testament (Exode, 15, 20, Juges, (...)
  • 17 Voir l’Évangile selon Luc, 2, 36, les Actes des Apôtres, 21, 9 et 18, 26, et l’Épître de Paul aux (...)

6Il a été observé, pendant le sermon, que la Bible abonde en références à la doctrine de l’assujettissement de la femme ; et l’on nous fournit comme exemple la soumission de Sarah à la volonté d’Abraham. Au nom de cette obéissance, on l’a forcée à proférer un mensonge14. Une telle conséquence dissuaderait toute femme consciencieuse de céder aux ordres d’une autre personne, même s’il s’agissait d’un représentant du sexe fort. La Bible est pleine d’exemples de femmes qui refusèrent d’obéir à cette injonction : « Que vos femmes gardent le silence »15. Miriam et Judith, Déborah16 et Anne la prophétesse, les quatre filles de Philippe, et Priscille, Tryphène et Tryphose17, nombreuses sont celles parmi elles à qui Paul (plutôt louable de la part de l’un des membres de la confrérie des célibataires) rendit hommage comme collaboratrices ; et il y eut beaucoup de femmes « dévotes et honorables » dont les noms ne sont pas mentionnés, dont les apôtres reconnurent qu’elles travaillaient à leurs côtés. Peut-on, à propos de tels faits approuvés par Dieu lui-même, parler de « paganisme répugnant » ?

7Une consolation nous fut accordée, un rai de lumière qu’on laissa transpercer les ténèbres, une frange dorée bordant un nuage sombre. On nous dit qu’il se pourrait que l’ordre soit inversé au Paradis ; que là-haut la préséance sera accordée à la femme, tout comme elle l’a été à l’homme ici-bas. Si tel doit être l’ordre dans les Cieux, n’est-il pas du devoir de chaque chrétien de s’efforcer de faire en sorte que la Terre ressemble le plus possible au Paradis ?

8Mais il est deux raisons majeures pour lesquelles la femme doit être maintenue en état de soumission :

9Premièrement :Adam a été créé avant Ève.

10Deuxièmement :Ève a péché avant Adam. Il n’est, dans ces conditions, pas d’échappatoire pour la femme, car si elle est plus âgée que son mari, alors elle doit lui être assujettie, car elle a dû pécher la première. Si au contraire elle est plus jeune, elle doit lui être assujettie parce que c’est lui qui a été créé en premier. Contre cette partie du discours, aucun recours n’est possible. Elle n’admet aucune réplique ; et sauf si par un examen approfondi et une étude minutieuse de la scène du jardin d’Eden nous découvrons quelque porte de salut pour la femme, force nous est de dire, en reprenant les termes vraiment éloquents de l’orateur, que « le centre et la circonférence, l’alpha et l’oméga des droits de la femme, consistent pour elle à rester dans la sphère que la Providence lui a assignée, sous le contrôle des gardiens que Dieu, dans son immense sagesse, jugera bon de désigner ».

Notes

1 Les mots ou expressions en italiques dans cette traduction le sont dans le texte original utilisé.

2 Elizabeth Cady Stanton se réfère ici à l’Évangile selon Matthieu, 5, 38-39, qui dénonce en ces termes la loi du talion : « But I say unto you. That ye resist not evil : but whosoever shall smite thee on thy right cheek, turn to him the other also » (« Vous avez appris qu’il a été dit : Œil pour œil, dent pour dent. Mais moi je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente lui l’autre aussi »).

3 Le traité de Guadalupe Hidalgo mit fin à cette guerre en février 1848. Le Mexique céda alors le Texas, la Californie, l’Utah, le Nevada, le Colorado, le Wyoming, et une partie du Nouveau-Mexique et de l’Arizona aux États-Unis. La guerre visait à prouver l’influence du Sud sur la politique nationale. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 4, p. 93.

4 Utilisation par les auteures de l’Épître de Paul aux Galates, 3, 28.

5 Référence au texte de la Déclaration d’indépendance de 1776 : «[…] governments are instituted among Men, deriving their just powers from the consent of the governed ».

6 Référence à l’Épître de Paul aux Romains, 13, 1.

7 Voir Ire Épître de Pierre, 2, 17. La reine est bien sûr un ajout des auteures au texte apostolique.

8 Passage inspiré de l’Évangile selon Matthieu, 23, 23, adresse aux « scribes et pharisiens hypocrites ».

9 Ire Épître de Pierre, 3, 1.

10 Léopold Ier (1790-1865), premier roi des Belges, accéda au trône en 1831. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 11, p. 99.

11 Traduction de « Teachers » et non de « Masters ».

12 Voir la Ire Épître de Paul aux Corinthiens, 7, 6.

13 Allusion à Osceola, chef Séminole quand commencèrent les guerres tribales contre les États-Unis. Il mourut en captivité en 1839. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 13, p. 94.

14 Genèse, 20, 2-13. Abraham força Sarah à se faire passer pour sa sœur, afin qu’Abimélee, roi de Guérar, l’enlève et la prenne pour épouse.

15 Ire Épître de Paul aux Corinthiens, 14, 34.

16 Miriam et Déborah sont des prophétesses mentionnées dans l’Ancien Testament (Exode, 15, 20, Juges, 4). Dans l’apocryphe, Judith figure aussi comme prophétesse, et comme héroïne militaire. A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 16, p. 94.

17 Voir l’Évangile selon Luc, 2, 36, les Actes des Apôtres, 21, 9 et 18, 26, et l’Épître de Paul aux Romains, 16, 12, où ces femmes figurent comme prophétesses et prédicatrices.

Notes de fin

1 Source : Lettre rédigée en réaction au sermon du révérend Bogue, pasteur presbytérien, le dimanche 23 juillet 1848. Publiée avec un certain retard par les responsables du journal qui s’en excusèrent, elle parut le mercredi 2 août, avant la convention de Rochester . Pour le texte et les détails de cette publication, voir A. D. Gordon, The Selected Papers of Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony, p. 88-94. Pour cette réaction conjointe d’Elizabeth Cady Stanton et Elizabeth W. McClintock , voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 152. Elles avaient toutes deux pris des notes pendant le sermon. Signataire de la Déclaration de sentiments, Elizabeth W. McClintock , quaker (groupe religieux le plus représenté à la Convention de Seneca Falls), avait ouvert en 1839 une école de filles au-dessus de la pharmacie-papeterie-librairie de son père Thomas McClintock à Waterloo . Voir J. Wellman , The Road to Seneca Falls…, p. 93-94.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search